Disparité sexuelle, disparité entre couples A-S ?

Pour les personnes impliquées dans un couple sexuel-asexuel, ayant besoin de soutien ou voulant partager.
Répondre
Avatar du membre
Virgil21
Adepte
Messages : 221
Enregistré le : 12 août 2019, 19:48
Pronom : Il
A aimé : 51 fois
A été aimé : 67 fois

Disparité sexuelle, disparité entre couples A-S ?

Message par Virgil21 » 13 févr. 2020, 19:07

Il semble qu'on ais plus de témoignages de couples A-S avec configuration Femme A et Homme S. Rien d'anormal si on considère qu'il y a plus de femmes A que d'hommes A en proportions (je crois avoir lu ça quelque part). Avant tout je ne cherche pas à modérer les ennuis que ces couples A-S peuvent rencontrer, juste tenter de comparer avec l'autre configuration d'un point de vu physiologique et psychologique.
Mettre les pieds dans le plat un peu.

En relevant que dans la configuration Femme A/ Homme S, si il y à compromis pour des rapports sexuels, ils sont peut être un peu plus abordables (en pratique) que dans la configuration inverse.
Plus clairement si un homme A n'a pas désir pour sa/son partenaire, il aura "logiquement" plus de mal en entrer en érection pour la/le satisfaire (pénétration ou non). La question est donc : est ce que cette conséquence pratique, de fait plus visible, plus "parlante" que le non désir féminin, peut entrainer une inégalité de perceptions voir au final de souffrances ressenties possibles?

Une autre question qui en découlerais aussi serait : Doit-on obligatoirement dissocier désir (psychique) et excitation sexuelle du corps (physique)? J'entends par là que des stimuli pourraient suffirent à faire fonctionner les machines (corps), même si les désirs de base nécessaires (à la mise en marche) ne sont pas là. Mais aussi que des désirs non sexuels pourraient aider à ce que les corps réagissent plus "instinctivement", pour faciliter les compromis(je reste dans le conditionnel).

Dans l'hypothèse ensuite où le désir est absent et la réponse physiologique idem, le gestion du compromis devient-elle encore plus "difficile" si c'est l'homme qui est A? Pour parler cru est ce que l'emploi d'un gel lubrifiant chez la femme à la même portée (symbolique) ou répercussion psychologique que l'emploi d'une pilule de viagra chez l'homme? Cela dépend peut-être des relations, des sensibilités, des égos de chacun vous me direz..

Dans une société qui prône au moins jusqu'ici le virilisme (à outrance) c'est vrai que je m'interroge si un homme A n'a pas plus de chance de se sentir plus "contrarié" qu'une femme A (dans l'optique du couple A/S).. A tort ou à raison car il est aussi vrai que les femmes peuvent être dans le schéma du "devoir conjugal à accomplir" et souffrir du fait qu'elles n'y arrivent pas (voir ne le veulent pas). Dans un cas comme dans l'autre c'est un peu une remise en question potentielle des identités, du moins des identités avec lesquelles nous sommes formatés.

Bref qu'en pensez vous? Est ce que les remises en question d'identités à travers les symboliques et les devoirs conjugaux standards non respectés sont comparables d'une configuration de couple A/S à l'autre? Le pénis désintéressé qui ne "peut pas" ou "pas assez"(même si il voudrait pour faire plaisir) pose il par sa nature ostensible plus de troubles (psychologiques) potentiels que le vagin désintéressé? Cette configuration de couple homme A/ femme S peut elle induire plus, moins ou autant de soucis pour les deux parties?
Surtout au regard de la société actuelle..? Des symboles qui "structurent" depuis longtemps le cerveau humain..
Des questions qui en amènent d'autres plus génériques sur le psychisme donc je m'arrête là. :wink:

Sujet distribué, vous avez 2 heures !

(Ps: j'espère que ces questions ne parraitrons pas trop orientées ou tabous, même si je les posent forcément avec ma subjectivité de "mâle blanc hétéro trop curieux").
Flectere si nequeo superos, Acheronta movebo

didadoo
Membre junior
Messages : 13
Enregistré le : 10 févr. 2020, 08:22
A aimé : 2 fois
A été aimé : 2 fois

Re: Disparité sexuelle, disparité entre couples A-S ?

Message par didadoo » 15 févr. 2020, 14:39

Accessoirement, il n'y a pas que la pénétration. Donc même sans erection il serait possible de donner du plaisir à l'autre.

Avatar du membre
Virgil21
Adepte
Messages : 221
Enregistré le : 12 août 2019, 19:48
Pronom : Il
A aimé : 51 fois
A été aimé : 67 fois

Re: Disparité sexuelle, disparité entre couples A-S ?

Message par Virgil21 » 16 févr. 2020, 02:11

Oui je suis bien conscient que la sexualité ne se limite pas à la pénétration ou à l'érection obligatoire (même si on va dire que celà ouvre plus de pratiques). Je dis que d'un point de vu satisfaction (physique ou psychique) la femme S à peut être d'avantage le moyens de constater le manque de désirs de son partenaire (leur différence de libido) donc que celà puisse éventuellement impacter son égo de manière plus significative.
Cette supposition de disparité potentiel dans le ressentis est peut être faussée par ma vision "old school" des femmes qui seraient majoritairement plus sensibles que les hommes après..
Bref je présume que dans les relations de long terme ce genre de différence n'a pas le même poids que dans les primo-relations. Questions de caractères/personnalités aussi sans doute
Flectere si nequeo superos, Acheronta movebo

didadoo
Membre junior
Messages : 13
Enregistré le : 10 févr. 2020, 08:22
A aimé : 2 fois
A été aimé : 2 fois

Re: Disparité sexuelle, disparité entre couples A-S ?

Message par didadoo » 17 févr. 2020, 10:21

Effectivement, vu sous cette angle «la femme S à peut être d'avantage le moyens de constater le manque de désirs de son partenaire»
Une femme peut tout à fait "Tromper" son homme, et cachant son manque de désir. Notamment si elle l'aime et s'investit personnellement et physiquement et ce même sans désire. L'homme peut largement ne rien voir (je le sais en connaissance de cause).
Alors qu'effectivement, si une femme constate que son homme n'a jamais d'erection, elle suspectera automatiquement, un manque de désir, ou imaginer qu'il se soit soulagé avant, et en dernier recours un problème mécanique.
Alors qu'un homme, ce qu'il pourrais constater au pire c'est un manque d’élan (qui attribura au pire au faite qu'elle ne soit pas porter sur la chose), ou peut être un manque de lubrification mais il se dira que c'est mécanique.

Donc je pense qu'il est évident qu'une erection est plus visible que les manifestations féminine du désire.
Mais il y aurais aussi, la perception de l'autre de ces signaux.

Et puis est ce qu'un homme A. ne peut il pas avoir d'érection? je crois que la plus part d'eux se masturbe, il ont donc des érections.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité