Anamitisme ???

Vous avez des questions sur l'asexualité ?
C'est ici que ça se passe.
Répondre
Antéri
Aspirant
Messages : 41
Enregistré le : 10 juil. 2012, 18:15
Localisation : Rennes
A aimé : 2 fois

Anamitisme ???

Message par Antéri » 14 févr. 2016, 19:39

Salut les avenistes, une interrogation me taraude depuis quelque temps et j'aimerai avoir vos avis ! Ca ne concerne pas directement l'asexualité mais je ne savais pas où placer ça.

En plus d'être totalement asexuel et aromantique, je ne porte aucun intérêt pour les relations amicales, dans le sens se voir régulièrement, s'inviter les uns les autres, s'aider en cas de pépin etc ... même moi j'ai parfois des difficultés à la définir. Je considère souvent que ce sont des caractères propres aux ''adultes'', mais là encore la définition est ambigue, d'autant plus que beaucoup d'enfants se comportent déjà comme cela ... du coup je propose pour cela le néologisme ''anamitiste''. En vérité les sentiments et le vécu (passé, présent) des gens ne m'intéressent pas, et réciproquement je ne ressens pas le besoin ni l'envie de me confier, même dans les mauvais jours. :roll: Je trouve ça à la fois vain et destructeur (enfin, disons destructeur pour moi puisque j'aurais tendance à m'éloigner d'une personne se confiant souvent à moi, donc implicitement elle a détruit mon intérêt pour elle). J'aime en revenche m'amuser avec des personnes, rigoler tout ça mais que cela reste 100% superficiel, centré sur l'activité en question. Vous l'aurez peut-être compris, je suis un grand nostalgique des cours de récré, où l'on jouait le temps d'un instant sans qu'il y ait de ''pause discussion'' ou sans que l'on se soucie des ressentiments des autres. Je me suis souvent demandé (bon j'avoue, je n'ai pas encore analysé toutes les discussions du forum) si ce phénomène est fréquent ou plutôt rare chez les asexuels, et à fortiori les aromantiques. En tout cas il est rare d'une manière générales :D

Je suis sûr que parmis vous il y en a qui se reconnaitront, l'idée est ici d'échanger sur ce sujet car en tant qu'asexuel, aromantique et du coup ''anaministe'', acceptant la solitude mais sur un délai raisonnable, eh ben ce n'est pas forcément évident d'agrémenter son quotidien et de faire des projets !! :void:

Avatar du membre
Sleepless Knight
Straight-A Student
Messages : 1460
Enregistré le : 21 janv. 2015, 12:09
Localisation : I'm everywhere
A aimé : 21 fois
A été aimé : 191 fois
Contact :

Re: Anamitisme ???

Message par Sleepless Knight » 14 févr. 2016, 21:31

L'asexualité et l'aromantisme ont déjà pas grand choses en commun, donc je pense que c'est de même avec "l'anamitisme". Ne pas vouloir de relation proche avec des gens n'est pas le même concept que celui de "l'attraction", je vois pas pourquoi la proportion serait plus élevé dans X population.

Être très solitaire comme toi n'est pas rare, c'est juste que par définition ils vont pas t'en informer au cours d'un déjeuner à la cafeteria. C'es pas un caractère adulte non plus, l'aptitude social est lié à la personnalité et à l'expérience pas à l'âge. C'est juste un combinaison de traits de caractère plus ou moins commun.

Cependant, je comprends pas pourquoi il fait accepter la solitude émotionnelle si c'est que tu cherches à la base...
Suffer the pain of discipline or suffer the pain of defeat.

Antéri
Aspirant
Messages : 41
Enregistré le : 10 juil. 2012, 18:15
Localisation : Rennes
A aimé : 2 fois

Re: Anamitisme ???

Message par Antéri » 14 févr. 2016, 23:14

mmh je vois. J'ai bien précisé que c'était un questionnement, mais j'aurais quand même imaginé une proportion peut-être un petit peu plus élevée chez les A, déjà car je me base sur mon cas personnel où je perçois justement un lien étroit entre les 3-a, et sans doute parce que les sentiments amoureux peuvent pousser davantage à l'intérêt pour l'autre. De toute façon j'ai du mal à me mettre à la place de quelqu'un qui ressent des choses pour quelqu'un d'autre, donc je tâtonne, je cherche.

Je ne suis pas solitaire. Pas du tout. Même si elle ne me pèse pas à court terme (je peux très bien être une semaine sans voir personne), j'apprécie beaucoup de faire des activités avec d'autres personnes, voire d'échanger autour du sujet, mais sans que cela ''dérive" vers des conversations à caractère plus personnel (style j'ai fait ça, je ressens ça ...). Mais je suis d'accord sur le fait que, sans se démener, ça aboutit fatalement sur une solitude, voulue ou non, puisque les gens aiment en général parler d'eux même et sont curieux.
Cependant, je comprends pas pourquoi il fait accepter la solitude émotionnelle si c'est que tu cherches à la base...
J'avoue ne pas avoir compris le sens de ta phrase. Oui j'accepte une ''solitude émotionnelle'', ça peut être un bon moyen de synthétiser les choses.

Avatar du membre
didou
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2020
Enregistré le : 24 oct. 2015, 19:22
Localisation : Nozay, Essonne
Pronom : il
A aimé : 160 fois
A été aimé : 468 fois

Re: Anamitisme ???

Message par didou » 15 févr. 2016, 22:29

C'est marrant car quelque part, ça rejoint un peu des mots que j'avais écrits quelques discussions passées, dans lesquels je confessais souhaiter le moins possible de liens avec les gens, sans pour autant me refuser le droit à de l'empathie par instants.

Je prends un exemple typique, j'aide souvent ma petite voisine qui a 83 ans, non pas parce que je "l'aime", ni parce que je souhaite que l'on puisse se faire un boeuf autour d'un piano avec une trompette. Non. Je le fais parce que c'est "bien" d'aider et que l'on m'a dit tout petit qu'il fallait aider autrui. Mais en aucun cas je n'éprouve de sentiments. Juste la satisfaction d'un acte "bon" accompli.

Certains jugeront ça peut-être "monstrueux", mais désolé, les sentiments ce n'est pas mon truc, tout au plus il me reste les émotions... Donc ça ne me choque pas d'entendre quelqu'un qui n'aime pas spécialement être avec les "gens". Personnellement, je ne suis mieux ailleurs que chez moi :D Ma compagnie est celle qui me déplaît le moins :D (encore qu'il y ait de bons moments avec les autres, mais c'est plus aléatoire :D)
Antéri a écrit :Je considère souvent que ce sont des caractères propres aux ''adultes''
Dans cette phrase, j'ai l'impression de reconnaître un trait particulier: effectivement, l'attachement avec "calcul de ce que pourra être le futur" est quelque chose de profondément "adulte". Peut-être n'aimes-tu pas ça ... et je le comprends très bien :lol: Il est sensé être un moment où l'on se rend compte que les liens que l'on crée (acceptent) peuvent avoir des incidences importantes sur notre propre vie. Et effectivement, l'idée n'est pas forcément agréable :D
Règle n°1 : pas avant le mariage. Règle n°2 : ne pas se marier

Antéri
Aspirant
Messages : 41
Enregistré le : 10 juil. 2012, 18:15
Localisation : Rennes
A aimé : 2 fois

Re: Anamitisme ???

Message par Antéri » 15 févr. 2016, 23:12

Ouep, ben j'aurais pas dit mieux pour l'exemple de ta voisine. Je ressens exactement la même chose.
En revenche j'avoue envier terriblement les personnes comme toi, qui préfèrent être seules chez elles plutôt qu'avec les autres. Perso je me retrouve souvent coincé car j'aime beaucoup intéragir (le moins verbalement possible d'ailleurs) avec d'autres personnes sur un sujet bien précis, mais le problème est qu'ils s'intéressent fatalement à moi de manière plus personnelle, et à ce moment ça devient pénible. Pour autant, je comprend tout à fait, et je trouve cela naturel même, que l'on cherche connaître davantage une personne que l'on voit régulièrement et avec qui l'on partage des choses. Pour ne pas être un ''monstre'' :lol: . Quand je reste trop longtemps à la maison, j'ai l'impression de perdre mon temps bêtement, et je reconnais que je suis bien content quand je retrouve mes camarades.

Curieusement, mon rêve serait de vivre en communauté sans avoir de pied-à-terre perso (une maison quoi), toujours en groupe. Mais comme les gens ne sont pas comme j'aimeraient qu'ils soient, alors j'ai peur d'être extrêmement déçu. Enfin je m'écarte du sujet là.
Dans cette phrase, j'ai l'impression de reconnaître un trait particulier: effectivement, l'attachement avec "calcul de ce que pourra être le futur" est quelque chose de profondément "adulte". Peut-être n'aimes-tu pas ça ... et je le comprends très bien :lol: Il est sensé être un moment où l'on se rend compte que les liens que l'on crée (acceptent) peuvent avoir des incidences importantes sur notre propre vie. Et effectivement, l'idée n'est pas forcément agréable :D
J'admet que je n'avais pas vu ça sous cet angle là, mais ça va vraiment dans le sens d'une perception des relations différentes à l'âge adulte par rapport à l'enfance. Enfin je trouve.

Avatar du membre
Chô Yume
Amène
Messages : 440
Enregistré le : 24 janv. 2016, 23:16
A aimé : 60 fois
A été aimé : 54 fois

Re: Anamitisme ???

Message par Chô Yume » 16 févr. 2016, 14:15

Attention, méga pavé en approche ! Merci à ceux qui prendront le temps de tout lire ! :)

De ce que je ressens (c'est le cas de le dire) après vous avoir lu, il me semble que c'est complètement une question de "degré" d'empathie, dans la définition psycho-philosophique du terme :

"Capacité de se mettre intuitivement à la place de son prochain, de ressentir la même chose que lui, (de s’identifier à lui)."

Je met la fin de la définition entre parenthèses car je désapprouve un peu cette dernière partie qui sous-entend pour moi que quelqu'un faisant preuve d'empathie en viendrait à s'oublier lui-même au profit de ressembler à l'autre, je dirai que cette partie est plutôt généralement inconsciente et non désirée/désirable.

Encore une fois, dans notre société, la norme (à savoir ce qui correspond au plus grand nombre) est à une empathie assez prononcée (quoique toute fois suffisamment modérée afin qu'un individu ne se laisse pas submerger par le désarroi d'un autre par exemple). Je dirai que c'est en ça que le rire comme les larmes peuvent être "communicatifs" par exemple.
De ce fait, Antéri, je dirai que si la plupart des gens avec qui tu partages des activités cherchent à en apprendre plus sur toi, c'est parce que depuis leur plus tendre enfance, ils ont eu ce modèle de "bienséance" qui les pousse (parfois si ce n'est souvent) à s'intéresser à autrui afin de lier une relation qu'ils n'imaginent pas possible autrement. Quand on a eu qu'un seul modèle qui fonctionne dans la majorité des cas et qu'on fait soudainement face à une situation qui ne colle pas au modèle, la réaction la plus simple est donc de rejeter/ignorer la situation plutôt que de remettre en cause le modèle.
Je dirai que c'est l'ennui auquel tu es confronté. Et cela est valable dans bien d'autres situations (ça l'a été pour l'homosexualité par exemple).
Le souci justement, c'est la définition même du modèle (sociétal ici) qui n'est même plus prise en compte par ses utilisateurs. Je vous donne celle que m'a filé un de mes profs de géodynamique pour les modèles scientifiques qui peut complètement s'appliquer ici :

"Un modèle est une simplification d'un système complexe en évolution permanente avec une vocation à être prédictif."

Le côté "système complexe" à une facheuse tendance à être complètement oublié au profit de la "vocation prédictive". Quant à "l'évolution permanente", je n'en parle même pas. Il est tellement plus rassurant et confortable de rester dans un modèle connu et stable sans évolution plutôt que d'imaginer qu'il puisse changer... (j'ironise bien sûr).

Alors quelles solutions tu vas me dire ?
Malheureusement, on en revient toujours au même : éduquer la population différemment. Et là, les idées fusent et ne manquent pas car finalement l'éducation est tout aussi subjective. Du coup, il en revient souvent à ceux qui ne sont pas dans la "norme" des modèles sociétaux d'expliquer calmement et patiemment (en serrant les dents face aux remarques idiotes et blessantes) leur propre complexité par rapport à la simplification du système utilisé dans le modèle (pour reprendre les termes de la définition ci-dessus, j'espère être claire ^^"). Finalement c'est un peu comme expliquer à un très jeune enfant pourquoi et comment il (a) fait une bêtise (souvent liée à son ignorance) afin qu'il ne recommence pas et qu'il apprenne de son erreur.

Pour en revenir au "degré" d'empathie, je ne pense pas qu'il y en ait une "quantité" plus ou moins normale/naturelle/médicalement correcte ou je ne sais quelle autre ineptie. En fait je comprends plutôt bien ce que tu veux dire mais dans le sens complètement inverse. Je fais partie disons de l'autre côté de l’extrémité avec une empathie démesurée (qui peut être particulièrement pénible) à tel point que je n'ai pas vraiment besoin de parler aux gens pour ressentir les émotions qui les traversent. De fait, je ne supporte pas les groupes trop nombreux ou la foule et je passe mon temps à tenter de rester la plus fermée possible pour ne pas me laisser envahir par les émotions/ressentis des autres. Du coup, je me sens parfois extrêmement égoïste/monstrueuse. Mais grâce à ton topic qui vient de me pousser à la réflexion sur tout ça, je me rends compte que ce n'est pas forcément le cas. Du coup, merci !

Ceci dit, je comprends ton besoin de partager des activités avec d'autres car l'empathie n'est pas la seule base du lien social. Du coup, à part prendre le temps d'expliquer que ce n'est pas parce que tu n'as pas envie de t'épancher sur tes sentiments ou ceux de ton interlocuteur que tu ne le considères pas je ne sais pas trop quoi te conseiller. Si c'est des conseils que tu recherches évidemment. ;)

En fait, je me dit que les gens en face doivent s'imaginer des choses du genre "en fait ce mec il me considère juste comme un objet/un élément du paysage pratique/utile et il se fiche complètement de moi", du coup ils doivent se sentir blessés dans leur estime d'eux-mêmes car beaucoup ont besoin de se sentir reconnus pour apprécier la personne en face ou même pour se sentir exister. Je dirai en soit que l'humanité est assez égoïste inconsciemment car pour se sentir exister elle à souvent besoin d'affirmer son individualité avant de paradoxalement s'effacer à l'intérieur d'un groupe (je crois que je dérive un peu là et j'vais m'arrêter parce que mon message et assez long et puis j'ai faim et il tard :p).

Tout cela est à méditer... Merci de m'avoir (indirectement) poussé à cette réflexion fort intéressante !
"Les étoiles. Elles sont le reflet des mondes possibles, bravant l'infini pour une éternité d'Histoires."
Final Fantasy VII

Antéri
Aspirant
Messages : 41
Enregistré le : 10 juil. 2012, 18:15
Localisation : Rennes
A aimé : 2 fois

Re: Anamitisme ???

Message par Antéri » 16 févr. 2016, 17:49

Oh :shock:

J'ai bien relu trois fois ton message, j'essaie d'en intégrer toute la substance mais j'aurais du mal à rivaliser avec une telle analyse :lol:
Merci d'avoir pris le temps de préparer une réponse longue, ce sujet est particulièrement important pour moi.

Je suis d'accord avec cette idée de modèle de ''bienséance'', qui se retrouve dans plein d'autre domaines (je pense que l'on y est tous plus ou moins confronté ici). La majorité ''fabriquerait'' par définition la ''norme'', et beaucoup de personnes dans la minorité, n'auraient soit pas le recul nécessaire à se distinguer de cette norme gravée dans l'inconscient collectif, soit s'y conformeraient volontairement, faisant un compromis entre s'éloigner de leurs ressentis véritables et une meilleure acceptation. C'est ça ?
il me considère juste comme un objet/un élément du paysage pratique/utile et il se fiche complètement de moi
J'en suis bien conscient, c'est déjà arrivé que l'on me sorte ''pourquoi tu dis ça ? on est des amis non ?''. Du coup ça à l'air de les bloquer un peu oui, et je perds souvent de vue assez rapidement les gens. C'est un peu en ce sens que j'aspire à un mode de vie communautaire, car il n'y a pas à faire de "calcul de ce que pourra être le futur" pour reprendre le terme de Didou ^^. Mais à part le fait de n'avoir pas vraiment d'idée cohérente en la matière, j'ai peur d'être terriblement déçu !

Alfred
Adepte
Messages : 187
Enregistré le : 21 oct. 2015, 16:44
A aimé : 3 fois
A été aimé : 22 fois

Re: Anamitisme ???

Message par Alfred » 17 févr. 2016, 11:47

Je crois que votre personnalité, Antéri, est très contemporaine. L'attrait pour le désinteressement disparaît ( je parle du dés-inter-essement ou "sortir de soi-même" pour aller en direction de l'autre si cher à Emmanuel Levinas) au profit de l'intérêt qui profite. L'étonnement s'efface au profit de l'indifférence. L'autre est maintenu dans une altérité indépassable et jamais rencontré. Bref, l'empathie est considéré comme faiblesse.
Tout cela est triste,et, afin de rencontrer l'autre, on décide de s'oublier soi-même pour se dissoudre dans une communauté.
Je trouve cela moche. Je vous accorde toute ma compassion qui est déjà une forme d'empathie... Même si elle provient de temps oubliés!

Antéri
Aspirant
Messages : 41
Enregistré le : 10 juil. 2012, 18:15
Localisation : Rennes
A aimé : 2 fois

Re: Anamitisme ???

Message par Antéri » 17 févr. 2016, 12:27

Euh merci de ta réponse Alfred, mais elle me laisse un peu perplexe. Avoir une personnalité ''contemporaine'', bien que non choisie volontairement, s'oppose à reproduire un modèle poussiéreux ancrée dans l'inconscient depuis n-siècles. C'est positif non ? Ca contraste avec la fin du message !

L'empathie n'est ni force ni faiblesse ; on la ressent ou on ne la ressent pas. Je ne juge pas les gens qui se mettent ''à la place des autres'' (si je n'écorche pas la définition), je dis simplement que le fait de ne pes être comme cela provoque des difficultés à créer une vie sociale, car les gens en ont manifestement besoin pour se sentir heureux.
Tout cela est triste,et, afin de rencontrer l'autre, on décide de s'oublier soi-même pour se dissoudre dans une communauté.
Je trouve cela moche. Je vous accorde toute ma compassion qui est déjà une forme d'empathie... Même si elle provient de temps oubliés!
Oui ben je fais ce que je peux :lol:
Si c'est de la compassion pour une situation sociale pas évidente, merci. Si c'est de la compassion pour ne pas ressentir de compassion, c'est très inapproprié, je le vis très bien, mais merci quand même :D

Alfred
Adepte
Messages : 187
Enregistré le : 21 oct. 2015, 16:44
A aimé : 3 fois
A été aimé : 22 fois

Re: Anamitisme ???

Message par Alfred » 17 févr. 2016, 15:52

Bien sûr, c'est depuis votre "situation sociale" peu enviable que je vous ai accordé ma compassion ( non théologienne mais amicale a priori). C'est une manière de vous signifier qu'une personne humaine peut éprouver un sentiment moralement nécessaire pour être avec les autres. Je pense sincèrement que ce sentiment est essentiel, et, que si l'on n'est pas doué par nature pour l'éprouver, il est possible de le cultiver pour parvenir à l'habiter.
La semaine dernière je suis tombé sur Alexandre Jollien à la Radio ( un handicapé philosophe de formation plutôt très gentil). Il a eu une phrase que je n'ai pas oubliée: " Quand j'aime une personne c'est parce que je n'attends rien d'elle". Je pense que cet honnête homme a tout compris de l'essentiel de la rencontre avec l'autre. Ne pas avoir le "soucis" de l'autre, peut-être, est-ce seulement attendre un usage jouissif de lui que j'ai considéré égoïstement comme m'étant d'emblée inutile. Néanmoins, c'est parce que je n'attends rien de celui qui se présente à moi que je peux parvenir à l'écouter depuis une attention bienveillante pour le rencontrer et parvenir à l'aimer. Je pense que le principal "rouage" est à ce niveau: Ne plus considérer l'autre comme camarade de jeu ou de jouissance mais comme extension possible d'être. Et, de là, depuis une tendresse autant morale qu'humaine, être avec lui pour se prolonger ensemble.
Bien sûr c'est là ( la rencontre et donc l'empathie) une dynamique de désinteressement. Mais cette dynamique peut autoriser des enjeux d'éclaircissement du Monde dont il serait bien dommage de se passer. Par là, je trouve regrettable votre nostalgie de la "cours d'école" et l'usage des autres auxquels vous ne laissez pas la possibilité d'être accueillis en votre âme et conscience. Il y a toujours déjà un accueil dans le laisser être à l'écoute de celui qui n'est pas moi: La présence de l'autre est toujours déjà "offrande". Et, cette offrande se doit être accueillie. Après, je pense que la liberté revient à soi de l'accepter, de la rejeter ou de la prolonger. Mais, la non-écoute- à l'instar- de l'interessement, construit la prison d'une solitude où le "soi-même" s'efface depuis une impossibilité d'extension temporelle. C'est vraiment dommage!
Je ne pense pas que votre "caractère" soit lié à un non-attrait pour les choses de "l'en-dessous de la ceinture". Je suis très (trop?) empathique et pourtant bien pas du tout "sexuel". Mais, en nos temps contemporains, je crains que nous ayions un peut trop oublié la nécessité de la conjugaison des talents de l'avoir un monde des autres. Parfois, un amour désincarné peut jaillir d'une rencontre pleine de tendresse et d'empathie avec une personne dont a su écouter les dégradés harmoniques de la mise en phase de sa vie en propre. Mais pour cela, il ne faut pas être un homme pressé, un homme qui veut une "cours de récré... Mais un homme qui sait habiter. Là, il y a un gros gros "job" comme on dit! Mais, si vous pouviez vous laisser être dans les enjeux que je viens de vous exposer, je sais que vous n'aurez plus du tout besoin d'utopie de "communautés".
Cordialement.

Piccolo
Atrix
Messages : 1735
Enregistré le : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 113 fois

Re: Anamitisme ???

Message par Piccolo » 17 févr. 2016, 16:07

C'est la première fois que je rencontre ce terme.

Après pour être tout à fait honnête, ton cas n'a rien de spécial. T'es simplement pas intéressé par la vie des gens, ce qui est tout à fait compréhensible et je dirais que c'est le cas d'un bon nombre de personnes, car dans les faits c'est effectivement pas très intéressant.

Il ne faut pas confondre "empathie" avec "curiosité", ce n'est pas la même chose. On peut être touché par les malheurs des uns et des autres et en même temps n'en avoir rien à secouer des personnes elles-même, tout comme l'inverse d'ailleurs.
Les gens aiment bien savoir ce que fait untel pour se comparer, se rassurer et même faire des potins; et pour certains faire des ragots c'est limite leur raison de vivre.

Les gens ont bien souvent un(e) très bon(ne) ami(e), et tout le reste fait partie des commodités.

Antéri
Aspirant
Messages : 41
Enregistré le : 10 juil. 2012, 18:15
Localisation : Rennes
A aimé : 2 fois

Re: Anamitisme ???

Message par Antéri » 17 févr. 2016, 16:56

Quand j'aime une personne c'est parce que je n'attends rien d'elle
Si je me base uniquement et littéralement sur cette citation, alors j'ai tout compris de l'essentiel de la rencontre avec l'autre :lol:
Mais, si vous pouviez vous laisser être dans les enjeux que je viens de vous exposer, je sais que vous n'aurez plus du tout besoin d'utopie de "communautés".
Bon je pense cerner grosso-modo où tu veux en venir, tu prône plus un travail sur moi-même qu'une adaptation de la situation en fonction de mon ''caractère'', soit dénicher les faibles lueurs d'intérêt pour l'autre et ne pas les jeter par-dessus le mur. Je n'ai pas d'à-priori particulier sur ce point de vue, seules des rencontres sur long terme pourront témoigner de sa possibilité et de son efficacité.
On peut être touché par les malheurs des uns et des autres et en même temps n'en avoir rien à secouer des personnes elles-même, tout comme l'inverse d'ailleurs.
Oui c'est un peu ça, ça simplifie bien les choses !

0Salomé0
Apprenti
Messages : 56
Enregistré le : 25 janv. 2016, 16:03
A aimé : 4 fois
A été aimé : 14 fois

Re: Anamitisme ???

Message par 0Salomé0 » 17 févr. 2016, 23:23

Bonsoir,

Si je dois résumer ce que j'ai lu je dirais : que tu aimes passer du temps avec les autres, mais pour autant tu apprécies la solitude sur quelques jours/ semaine.
Ce qui semble te déranger c'est plus l'interaction sociales : devoir parler de sois, de tout ou rien (météo, le film qu'on à vu, la rencontre de machin, ..) etc je me trompe ?
Et éventuellement devoir écouter, faire mine de s'intéresser et être complètement fatigué/épuisé après ce genre d’interaction du coup avoir besoin de repos (= être seul chez sois un temps, végéter devant un film/jeux/serie etc)
Tu estimes avoir des difficulté avec les interactions sociales ou pas du coup ?

Tu pourrais aussi très bien être quelqu'un d'assez introvertis, et il n'y a pas de mal à ça :)

Antéri
Aspirant
Messages : 41
Enregistré le : 10 juil. 2012, 18:15
Localisation : Rennes
A aimé : 2 fois

Re: Anamitisme ???

Message par Antéri » 18 févr. 2016, 12:44

Si je dois résumer ce que j'ai lu je dirais : que tu aimes passer du temps avec les autres, mais pour autant tu apprécies la solitude sur quelques jours/ semaine.
Ce qui semble te déranger c'est plus l'interaction sociales : devoir parler de sois, de tout ou rien (météo, le film qu'on à vu, la rencontre de machin, ..) etc je me trompe ?
Et éventuellement devoir écouter, faire mine de s'intéresser et être complètement fatigué/épuisé après ce genre d’interaction du coup avoir besoin de repos (= être seul chez sois un temps, végéter devant un film/jeux/serie etc)
Tout à fait !
Tu estimes avoir des difficulté avec les interactions sociales ou pas du coup ?

Tu pourrais aussi très bien être quelqu'un d'assez introvertis, et il n'y a pas de mal à ça :)
Tout dépend à quelle situation je suis confronté : si je me retrouve à faire des activités en groupe et que cela ne ''dérive'' pas, alors j'estime être quelqu'un de (relativement) jovial, blagueur etc ... En revenche si je suis dans une conversation sur laquelle je ne porte aucun intérêt, je vais avoir tendance à répondre de manière mécanique ; ce qui est finalement le lot de pas mal de personnes à-priori, le souci étant la proportion particulièrement élevée de sujets inclue dans cette seconde catégorie ...
Petit j'étais extrêmement réservé, et bien qu'ayant accompli un progrès absolument considérable en la matière, il reste en effet sûrement une fraction de timidité résiduelle !

0Salomé0
Apprenti
Messages : 56
Enregistré le : 25 janv. 2016, 16:03
A aimé : 4 fois
A été aimé : 14 fois

Re: Anamitisme ???

Message par 0Salomé0 » 18 févr. 2016, 15:06

En effet, personne n'aime les discussions inintéressantes, mais tu remarqueras que beaucoup de personnes aiment bavarder de tout et rien et semble donc apprécier ce genre de moment (moi par exemple, c'est vraiment quelques chose pour lequel je n'ai aucun intérêt) :wink:

Je n'ai que peu d'informations sur toi, donc ce que je vais dire n'est pas forcément juste (ça sera à toi de le découvrir :wink:) as tu déjà envisagé que tu pouvais être une personne autiste (ou asperger, si tu préfères même si maintenant officiellement on ne différencie plus "les formes d'autismes") ?
En France, c'est encore très mal connu, très cliché parfois & mal perçus, voilà une liste de ce que l'autisme n'est pas : http://spectredelautisme.blogspot.fr/20 ... ifies.html.
Pour résumer je dirais que ça se caractérise par des difficultés sociales & de communications (saisir les codes sociaux), des centres d’intérêts restreints ( ca va de la collection des cartes de métro à l'étude de la zététique par exemple).
Ces personnes ont souvent une routine et parfois des stéréotypes (gestes répétés), souvent il y a des sensibilités auditives, visuelles (lumière forte, qui clignotes), tactile etc mais aussi parfois sensibilité aux détails, personne surdoué.

Tu as un super webdoc qui en parle biiiien mieux que moi (chez moi il ne fonctionne pas sur firefox, mais sur chrome aucun soucis):
http://www.syndromedaspergerlewebdoc.fr/

Voila, après comme dis je me trompe peut être, mais je voulais tout de même aborder le sujet avec toi au cas ou ça te parlerai !
Je me considère aspi, donc hésite pas si tu as des questions :wink:

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité