Votre rapport relationnel avec les enfants

"Où l'on découvre de quoi est faite notre communauté".
Tous les sondages dont vous avez toujours rêvé. Venez apaiser notre soif insatiable de statistiques !
Répondre

Votre rapport relationnel avec les enfants ?

J'aime les enfants et j'en veux (préciser combien)
73
29%
J'aime les enfants mais je n'en veux pas
67
27%
J'ai déjà donné, merci ! (préciser combien)
10
4%
J'aime po les enfants mais j'en veux quand même pour que ma mère me lâche avec ça
1
0%
C'est sympa deux minutes... pas plus.
47
19%
J'aime pas les enfants et surtout pas le petit con de la voisinne qui effraie mon chat
52
21%
 
Nombre total de votes : 250

Avatar du membre
Virgil21
Affable
Messages : 124
Enregistré le : 12 août 2019, 19:48
Pronom : Il
A aimé : 26 fois
A été aimé : 28 fois

Re: Votre rapport relationnel avec les enfants

Message par Virgil21 » 27 août 2019, 18:40

Je n'aime pas les nourrissons, leurs cris me donnent la migraine. Insupportable.
Les enfants de 4 à 12 ans ne me dérangent pas. Qu'ils soient en groupes ou non, du moment que chacun à un caractère gérable sa va, c'est même plutôt cool de temps en temps. Lorsqu'on peut leur enseigner des choses par exemple.
Et au delà ( de 12-13ans) je dirais que pour la majorité sa va bien 2 minutes. A partir du moment où les hormones travaillent je préfère éviter.

Je rejoins assez la posture de Michel Onfray sur la volonté d'en avoir. L'éducation étant par essence une mission impossible, d'un point de vu psychique je préfère m'éviter cette chronique d'un échec annoncé. Et en plus d'un point de vu écologique je trouve ça vraiment déraisonnable.
Je pense assez bien comprendre les ressorts qui se jouent derrière cette volonté de "créer la vie", les enjeux émotionnels et autres mais.. je laisse cette responsabilité à d'autres. Il y à des choses que ma raison ne me pardonnerais pas. :non:
Flectere si nequeo superos, Acheronta movebo

Avatar du membre
Vince27
Ascendant
Messages : 961
Enregistré le : 06 nov. 2012, 00:17
Localisation : Centre, (Sans attache)
A aimé : 119 fois
A été aimé : 130 fois

Re: Votre rapport relationnel avec les enfants

Message par Vince27 » 30 sept. 2019, 00:14

Il est possible, je dis bien possible que j'aille changer mon fusil d'épaule et ne soit plus fermé à la question d'avoir des enfants.

En tout cas, j'ai arrêté d'intellectualisé avec des questions métaphysique qui n'étaient qu'un moyen de botter en touche.
Moralité, ne pas nuire.
"...et ne pas faire chier ceux qui ne nuisent pas" (M.Phi)

Avatar du membre
Lybris
Membre junior
Messages : 12
Enregistré le : 29 sept. 2019, 18:33
Localisation : Bruxelles
Pronom : Neutre/feminin
A aimé : 8 fois
A été aimé : 5 fois

Re: Votre rapport relationnel avec les enfants

Message par Lybris » 30 sept. 2019, 04:55

Il est vraiment très peu probable que j'ai des enfants un jour. Je n'ai rien contre la plupart des enfants, au contraire, mais avoir un enfant est une grande responsabilité et beaucoup d'implication pas forcément prévues. De même, je doute que mes pensées me laisserait tranquille ou que je ne subirait pas un stress permanent. L'une de mes règles est de ne pas avoir d'enfant a moins d'être certains de savoir s'en occuper correctement et ce n'est pas mon cas.

Avatar du membre
Virgil21
Affable
Messages : 124
Enregistré le : 12 août 2019, 19:48
Pronom : Il
A aimé : 26 fois
A été aimé : 28 fois

Re: Votre rapport relationnel avec les enfants

Message par Virgil21 » 02 oct. 2019, 03:32

Vince27 a écrit :
30 sept. 2019, 00:14
En tout cas, j'ai arrêté d'intellectualisé avec des questions métaphysique qui n'étaient qu'un moyen de botter en touche.
Intellectualiser c'est botter en touche?
Chez moi cela s'appelle privilégier le rationnel (donc choix de raison), et botter en touche c'est répondre "re-demande moi dans 10 ans".
Ou tout autre type de réponse témoignant d'un manque de reflexion (le "sa m'intéresse pas").
Qu'il faudrait différencier de l'indécision qui peut, elle,induire un certain recul sur le sujet, une maturation de la question (un "peut-être réfléchis").
Bref la nuance entre le "je n'ai pas d'avis" et le je sais que mon avis n'est pas arrêté (souvent à cause de l'affectif).

Sinon l'avantage du rationnel c'est qu'en se basant sur la raison, il autorise de changer d'avis (comme tu dit l'envisager) si des paramètres évoluent dans le temps. Il facilite les "peut être".
L'émotionnel lui ne favorise pas les peut être, si "tu sais affectivement" dès ta majorité que tu veux des enfants alors le conscient ou l'inconscient fera en sorte que cela advienne, et il y aura souffrances dans le cas où ça n'advient pas.

Tout ça pour dire que les choix réfléchis avec un minimum d'affects ont bien souvent plus d'avantages que ceux construits sur l'affect.
Et que selon moi plus il y auras d'intellectualisation, d'introspection personnelle dans les choix et plus ils permettrons d'éviter erreurs, déceptions voir bétises. Le nombre d'exemples pour illustrer les affres des "choix affectifs" ne manquent pas.. je peu t'en donner qui viennent de mon entourage.

Après être capable de comprendre ses choix ou ceux des autres là c'est n'est pas toujours simple oui, en particulier sur ce sujet ou l'habituelle dichotomie pulsions/désirs se voit agrémentée de notions comme l'espoir ou le libre arbitre.

Bref si on fait le choix de la non procréation à causes de réticences psychiques, de "non désir" plus ou moins définitif, lié par exemple au fait (pour mon cas) que je considère l'espoir (de la réussite éducative par exemple) comme un espoir fou, une prison mentale alors désolé, mais c'est tout sauf "botter en touche". C'est assumer un choix.
Flectere si nequeo superos, Acheronta movebo

Narcissa
Membre junior
Messages : 10
Enregistré le : 25 nov. 2019, 16:14
Localisation : Toulouse (but my mind's in London)
Pronom : tu, elle
A aimé : 13 fois
A été aimé : 1 fois

Re: Votre rapport relationnel avec les enfants

Message par Narcissa » 27 nov. 2019, 17:03

J'aime bien les enfants des autres mais je n'en veux pas. Ce qui m'agace c'est que plusieurs membres de ma famille trouvent que c'est "anormal" de ne pas vouloir d'enfants. Mais je n'en ai jamais souhaité et je ne pense pas que ça changera.
Je suis contente les rares fois où je garde les enfants de mes amis, mais je suis aussi très contente quand ils repartent avec leurs parents.

Avatar du membre
Baelfire
BadAce
Messages : 3675
Enregistré le : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 633 fois
A été aimé : 924 fois

Re: Votre rapport relationnel avec les enfants

Message par Baelfire » 28 nov. 2019, 16:08

Virgil21 a écrit :
02 oct. 2019, 03:32
Vince27 a écrit :
30 sept. 2019, 00:14
En tout cas, j'ai arrêté d'intellectualisé avec des questions métaphysique qui n'étaient qu'un moyen de botter en touche.
Intellectualiser c'est botter en touche?
Il est fort possible que Vince parle uniquement de son cas personnel. Je sais pas pourquoi tu prends les choses pour toi (ou pour les autres). A priori y a pas de raisons.
Image

TAGADAAAAA !!!

Avatar du membre
Virgil21
Affable
Messages : 124
Enregistré le : 12 août 2019, 19:48
Pronom : Il
A aimé : 26 fois
A été aimé : 28 fois

Re: Votre rapport relationnel avec les enfants

Message par Virgil21 » 10 déc. 2019, 18:28

Baelfire a écrit :
28 nov. 2019, 16:08
Il est fort possible que Vince parle uniquement de son cas personnel. Je sais pas pourquoi tu prends les choses pour toi (ou pour les autres). A priori y a pas de raisons.
Et bien disons que dans le message juste au dessus j'expliquais que les raisons de l'esprit étaient plus fortes chez moi que les raisons du coeur. Plus largement (et c'est ce que j'ai tenté de développer ensuite) je pense également qu'on aurait plus d'intérêts à favoriser la tête plutôt que "le coeur" sur ce sujet (comme sur d'autres) afin de ne pas "butter sur un destin (pré-déterminé)"..
Donc lire que ne pas vouloir laisser son coeur prendre le dessus ce serait quelque chose comme "botter en touche", "ne pas choisir", ça me fait grincer des dents dans le sens ou pour moi c'est justement faire un choix, pouvant avoir beaucoup de sens de surcroit.

Après oui chacun est libre de favoriser ce qu'il souhaite quand il le veux, on est bien d'accord. On as juste pas tous la même lecture de certains "arguments".
Flectere si nequeo superos, Acheronta movebo

Avatar du membre
mel951
Membre
Messages : 17
Enregistré le : 18 déc. 2018, 16:39
A été aimé : 2 fois

Re: Votre rapport relationnel avec les enfants

Message par mel951 » 11 déc. 2019, 22:35

Qui a répondu la 4 sérieux? ^^
Jamais de la vie je ferais des enfants pour que ma mère me lâche la grappe.

J'ai bientôt 27 ans et ça fait 10 ans que je n'ai pas changé d'avis sur la question. Pour moi les enfants c'est nan. Je suis tombé amoureuse de quelqu'un qui en veut, et si après lui avoir avoué mon asexualité il veut encore de moi, je vais avoir un gros soucaille.
Je n'ai jamais été attiré par les enfants et je ne me vois en avoir. Ma mère me dit toujours "il faut en avoir au moins un." Pourquoi? Parce qu'il ne faut pas finir seule? Elle voit tellement de problème de famille dans son travail avec des enfants qui limite abandonnent leurs parents passés les 80 ans que je me dit que je préfère finir vraiment alone, que d'avoir nourri et élevé des enfants qui potentiellement peuvent me laisser tomber. Nan merci.
En parlant une fois de Jennifer Aniston qui ne veut pas d'enfant pour ne pas "déformer son corps", elle a traiter son comportement d'égoïste. Qu'est ce qui est égoïste? Elle fait ce qu'elle veut nan? Moi nan plus j'ai pas envie de voir mon visage boursouflé, des chevilles qui rentrent plus dans les gaudasses, des hormones en ébullition, des fringales toute les 5 minutes, me dire tout les jours "à quoi bon avoir fait du sport pendant des mois pour ressembler à ça", risquer de ne pas reperdre tout les kilos... Au secours. Et après la naissance ça continue, des nuits courtes, des mals de crânes, l'école, les hormones qui les travaillent à l'adolescence... #Horreur
Dans cette société j'ai l'impression de vraiment être un saumon qui remonte un fleuve, asexuel alors qu'il faudrait avoir une sexualité épanouie sinon on est bizarre, coincé ou frigide, ne veut pas d'enfant alors qu'il faudrait en faire pour créer une famille heureuse, la solitude et mon célibat ne me pèse pas alors que du point de vu de la société être celib à 27 piges mon Dieu...
En faite je rêve juste de vivre une histoire d'amour sans sexe, sans enfant, avec que de la complicité, tendresse pour l'autre. Sûrement impossible quoi...
Dans 13 ans je commencerais a passer de l'autre côté mais je me dis que même dans 13 ans je serais jamais prête, c'est trop court.
Je suis tellement attaché à ma liberté que c'est limite impossible de me dire d'élever des bébés pendant des années.
A la limite si jamais je dois en avoir un je préfère adopter. Il y a tellement d'enfants abandonnés ou maltraités que je préfère "sauver" une vie qui n'a rien demandée.

(Desolé on dirait un post coup de gueule alors qu'en faite nan lol.)

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités