Les sexualités non hétérosexuelles sont-elles des anomalies?

Tout commence avec de grandes idées ; venez partager vos opinions sur les sujets les plus divers.
Avatar du membre
Bulby
Amibe
Messages : 76
Enregistré le : 30 sept. 2007, 16:47

Les sexualités non hétérosexuelles sont-elles des anomalies?

Message par Bulby » 12 oct. 2007, 22:05

J'ai une hypothèse. Aussi bien sûr une question demandant à être débattue parmi le démos de ce joyeux forum.

Problèmatique: La sexualité hétéro est-elle la seule naturellement logique, les autres (homo et A notamment) n'étant que des anomalies chroniques?

A cette question, à laquelle beaucoup réponderaient par l'affirmative, je dis non. L'homosexualité et l'asexualité sont parfaitement intégrées aux processus naturels.

Nous savons que l'asexualité et l'homosexualité (et par extension la bisexualité) sont avérées dans le règne animal, outre les êtres humains. Cela ne nous permet pas de dire qu'il ne s'agit pas là d'une anomalie chronique, mais cela nous met sur la piste d'une possible raison naturelle à l'existence de ces sexualités minoritaires.

Or, comme ces animaux, nous sommes sexués, et donc potentiellement amenés à faire face à un problème simple: le déséquilibre des sexes. Si les individus d'un sexe sont plus nombreux qu'un autre, les premiers vont avoir du mal à trouver un partenaire. Ils vont en souffrir, ne pouvant assouvir leurs pulsions sexuelles et reproductives. Je pense que c'est de cette souffrance qu'ont émergé les sexualités "queers". Souffrance qui peut générer de l'agressivité, voire représenter une menace pour la survie de l'espèce.
S'il y a déséquilibre important, le nombre d'homosexuels, de bisexuels et d'asexuels dans les rangs du sexe en surnombre va augmenter aussi. Au final, la souffrance de ce sexe sera amoindrie, car ces êtres aux sexualités différentes vont pouvoir échapper à la frustration, dans une certaine mesure. Ces sexualités agissent alors comme un coussin protecteur pour l'espèce entière.
En temps de relatif équilibre, les petites minorités de "queers" sont le même coussin, mais en dégonflé. La sécurité veille...

Pour les déséquilibres, en voilà quelques exemples:
-Les conséquences de la Première guerre mondiale: morts de dixaines de millions d'hommes en Europe, cette guerre ayant fait une majorité de victimes militaires.
-Avortements des foetus féminins en Chine, où l'on estime qu'environ 50 millions d'hommes ne trouveront pas d'épouses dans les années à venir.
-Dans le règne animal, j'avais entendu parler de cette éclosion massive de bébés crapauds en Angleterre, en écrasante majorité mâles, et qui copulaient avec n'importe quoi: autres espèces d'amphibiens, poissons, statues et même les bottes du promeneur...

Voilà, c'était l'instant scientifico-philosophique à deux balles, merci de m'avoir lu.
Bien sûr, ça serait le must si vous donniez votre avis.


Je préciserai pour conclure que cette recherche d'une légitimité naturelle n'a pas au fond une grande importance. La diversité des manières de vivre l'amour est quelquechose de très beau. Même si ce n'est pas naturel, ça a le pouvoir d'être aussi mignon tout plein, et rien que pour ça tout un chacun devrait faire preuve non pas seulement de tolérance, mais de compréhension.

Avatar du membre
galaad
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2368
Enregistré le : 21 nov. 2006, 22:03
Localisation : Saumur
A aimé : 1 fois
A été aimé : 9 fois

Message par galaad » 13 oct. 2007, 09:50

Tu devrais faire publier ça dans Le Monde ou Le courrier de L'ouest :D
Méfiez vous des seraphins, leur fureur peut être destructrice, si vous croisez l'un d'entre eux, il pourra vous sauver la vie ou vous tuer d'un revert de main...

"on ne peut guère vivre sans amour, mais on peut vivre sans sexe"

Image

Nina
Membre
Messages : 22
Enregistré le : 28 janv. 2008, 19:23

Message par Nina » 29 janv. 2008, 21:43

Wah, c'est bien écrit.
C'est une théorie intéressante.
Mais je ne pense que la sexualité homosexuelle s'explique rationnellement. Pas plus que l'asexualité.
Je me demande d'ailleurs si un jour on fera des vraies recherches sur la question (parce que les explications simplistes des freudiens sur l'homosexualité, ça va bien :evil: )

Avatar du membre
galaad
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2368
Enregistré le : 21 nov. 2006, 22:03
Localisation : Saumur
A aimé : 1 fois
A été aimé : 9 fois

Message par galaad » 30 janv. 2008, 20:56

Nina a écrit :Mais je ne pense que la sexualité homosexuelle s'explique rationnellement. Pas plus que l'asexualité.
Si tous s'expliquait par des mathématiques on utiliserais plus qu'une seule langue pour se comprendre, heureusement c'est 50% Physiologique 50% psychologique.
Méfiez vous des seraphins, leur fureur peut être destructrice, si vous croisez l'un d'entre eux, il pourra vous sauver la vie ou vous tuer d'un revert de main...

"on ne peut guère vivre sans amour, mais on peut vivre sans sexe"

Image

Incertain64
Membre junior
Messages : 13
Enregistré le : 30 mai 2009, 17:48

Re: Les sexualités non hétérosexuelles sont-elles des anomalies?

Message par Incertain64 » 31 mai 2009, 18:58

Je pense bel et bien que L'homosexualité / Asexualité / Bisexualité s'expliquent psychologiquement.

En effet tout est dû à notre vécu.

Si ces mouvements et orientations sexuelles se sont renforcés avec le temps c'est parce que durant des années se fût interdit et tout le monde c'est que les limites sont faites pour être franchies cependant ce n'est pas la seule explication.

Les moeurs ont évolué comme beaucoup d'autres choses mais par exemple 2 mariages sur 3 terminent en divorcent et on peut remarquer que beaucoup d'enfants ayant manqué de l'un de leur parent lors de l'enfance aura tendance à orienter sa sexualité dans ce sens.
Exemple : Un petit garçon ayant eu un père absent et une mère un peu trop possessive aura des tendances homosexuelles à l'age adulte.

Bien sur ce n'est pas une science INFUSE ATTENTION ! Mais on y remarque des Tendances.

Personnellement je pourrai pas dire que ce qui diffère de l'hétérosexualité est " normal " . Les hommes et les Femmes sont fait pour s'emboîter comme des animaux on va dire ... Mais les Hommes sont plus que des animaux, ils n'ont pas d'instinct n'ont pas de comportement pré-établis .
Sujet difficile auquel je répondrais que l'Homosexualité / Bisexualité / Asexualité ne sont que des évolutions des moeurs, courants et mouvements de pensées.


P.S : A mes yeux quelque soit l'orientation sexuelle l'amour reste de l'amour. Bon après faut pas pousser en ce qui concerne les Scato et Sado-maso.

Avatar du membre
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Enregistré le : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A été aimé : 4 fois
Contact :

Re: Les sexualités non hétérosexuelles sont-elles des anomalies?

Message par Syd » 31 mai 2009, 19:16

Incertain64 a écrit :Exemple : Un petit garçon ayant eu un père absent et une mère un peu trop possessive aura des tendances homosexuelles à l'age adulte.
Je n'aurais pas dû cuisiner avec du rhum, j'ai l'impression d'être remontée dans les années 50... :o

Avatar du membre
EyeballKid
Chapi Chapo
Messages : 2466
Enregistré le : 14 janv. 2008, 13:44

Re: Les sexualités non hétérosexuelles sont-elles des anomalies?

Message par EyeballKid » 31 mai 2009, 19:17

:lol: C'est une boisson des annees 50, le rhum? :o
"We are here to unlearn the teachings of the church, state, and our educational system. We are here to drink beer. We are here to kill war. We are here to laugh at the odds and live our lives so well that Death will tremble to take us."

-Charles Bukowski

Avatar du membre
Dexter
Accrozoseries
Messages : 7472
Enregistré le : 30 déc. 2006, 12:03
Localisation : Clermont-fd
A aimé : 270 fois
A été aimé : 66 fois

Re: Les sexualités non hétérosexuelles sont-elles des anomalies?

Message par Dexter » 31 mai 2009, 19:18

encore du n'importe quoi :roll:
La civilisation ne consiste pas à multiplier les besoins mais à les réduire volontairement, délibérément. Cela seul amène le vrai bonheur.
Nous vivons dans une culture où le superflu est devenu si nécessaire que nous sommes condamnés à toujours vivre dans le manque!

Avatar du membre
Nastasia
A-moureuse
Messages : 4476
Enregistré le : 18 avr. 2008, 15:27
Localisation : France
A aimé : 1 fois
A été aimé : 7 fois

Re: Les sexualités non hétérosexuelles sont-elles des anomalies?

Message par Nastasia » 31 mai 2009, 19:19

Syd a écrit :Je n'aurais pas dû cuisiner avec du rhum

tu es sûre que c'est dans ta cuisine que tu as utilisé du rhum ?

ça sent la psychologie de comptoir ici :lol:
Image

Incertain64
Membre junior
Messages : 13
Enregistré le : 30 mai 2009, 17:48

Re: Les sexualités non hétérosexuelles sont-elles des anomalies?

Message par Incertain64 » 31 mai 2009, 19:22

Sérieux stop dire n'importe quoi à tout ce que je dis ...

Je ne m'avancerai pas sur des sujets sans y avoir une connaissance minime !

Regarde avant de dire quoi que se soit TENDANCE ne veut en aucun cas signifier DETERMINISME

Avatar du membre
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Enregistré le : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A été aimé : 4 fois
Contact :

Re: Les sexualités non hétérosexuelles sont-elles des anomalies?

Message par Syd » 31 mai 2009, 19:25

EyeballKid a écrit : :lol: C'est une boisson des annees 50, le rhum? :o
Ah ben je sais pas, mais c'est puissant comme truc :o
Nastasia a écrit :ça sent la psychologie de comptoir ici :lol:
La preuve, les effluves atteignent le forum :o

reverine
Assidu
Messages : 832
Enregistré le : 03 janv. 2009, 01:26
Localisation : Liège et Namur (Belgique)
A été aimé : 1 fois
Contact :

Re: Les sexualités non hétérosexuelles sont-elles des anomalies?

Message par reverine » 31 mai 2009, 19:30

syd a bouffé mon post alors je renote : :P

il y a toujours eu le même nombre à peu près d'homosexuels et d'asexuels... peu importe les siècles et les cultures. C'est bien la preuve que ce n'est pas une bête question de vécu. Et les sources ne veulent rien dire, car d'éminents scientifiques et psychologues ont encore dit il y a moins d'un siècle que seule la femme pouvait bien élever l'enfant, que les homos étaient malades et les asexuels inexistants...
Se forcer à avoir envie de ce qu'on ne veut pas est une contrainte... Pq donc nous forcer à associer un si vilain mot avec l'acte d'amour ?
"C'est sa catastrophe , le Belge ne va au désir que par le chemin du besoin" Denys-Louis Colaux

Avatar du membre
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Enregistré le : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A été aimé : 4 fois
Contact :

Re: Les sexualités non hétérosexuelles sont-elles des anomalies?

Message par Syd » 31 mai 2009, 19:35

Mais j'ai rien bouffé, moi, j'y vais à l'instant d'ailleurs :o

Avatar du membre
LeDisparu1
Affable
Messages : 117
Enregistré le : 24 sept. 2008, 10:10
Localisation : Allemagne

Re: Les sexualités non hétérosexuelles sont-elles des anomalies?

Message par LeDisparu1 » 02 juin 2009, 01:31

il y a toujours eu le même nombre à peu près d'homosexuels et d'asexuels... peu importe les siècles et les cultures. C'est bien la preuve que ce n'est pas une bête question de vécu.
Je ne vois pas aucune preuve ici. Premièrement, nous manquons les sources pour faire une affirmation pareille: il y a toujours eu le même nombre d'homosexuels, d'asexuels. Comment, par quels moyens, par quelles évaluations statistiques mondiales oubliés dans des anciens coffres à trésor couverts de poussière mais découverts recemment, tu peux arriver à cette connaissance? Ce n'est plus qu'une supposition, et, en plus, une supposition qui suppose déjà que c'est vrai ce qui reste à prouver, c'est-à-dire que les sexualités minoritaires ne sont pas d'acquisitions psychologiques(et, en conséquence, étaient toujours répandus d'un nombre comparable dans les étapes de l'histoire). Ces sont des phénomènes auxquels on n'apportait un intérêt scientifique que très tard dans l'histoire(et l'asexualité est à guère examiné jusqu'à ce jour).

Et les choses admettent toujours deux interprétations: admettons pour l'instant que les sexualités minoritaires avaient toujours eu le même nombre d'adhérents, ca peut signifier aussi que, dans tous les siècles, les hommes faisent à peu près les mêmes expériences psychiques ou intérieures, quoique elles sont suscités pas des différents événements extérieurs(cette différence des circonstances s'arrête au point où les événements changent tellement qu'ils ne sont plus associables avec un champ spécifique des sentiments; mais après tout, ca ne marque pas une différence si ton ancien amant t'envoie de signals de fumée ou une SMS pour te faire comprendre qu'il ne veuille plus te revoit, la peine reste la même) .

Pour jouir un peu avec les deux interprétations toujours présentes dans cette matière: aujourd'hui, plus des gens qu'auparavant pratiquent et professent l'homosexualité parce que les répressions sont déclinées et ils peuvent vivre leur nature maintenant ou parce que la société à franchir à un état de plus grande liberté en général et les expérimentations même contre la nature croissent à fur et à mesure que cet esprit de liberté et des autres expérimentations dans tous les domaines augmentent?

.... Inné ou acquis? Cette une discussion qu'on ne peut jamais espérer de voir terminée.

reverine
Assidu
Messages : 832
Enregistré le : 03 janv. 2009, 01:26
Localisation : Liège et Namur (Belgique)
A été aimé : 1 fois
Contact :

Re: Les sexualités non hétérosexuelles sont-elles des anomalies?

Message par reverine » 02 juin 2009, 14:45

c'est à force de lectures d'analyse sur le sujet que j'en ai retenu cette conclusion, désolé mais moi je ne retiens pas les détails, seulement l'ensemble, j'ai une mémoire globale.

Si on devait citer une preuve d'homosexualité présente et traduite par une tradition culturelle que tout le monde connait, je dirais les philosophes grecs. D'ailleurs, l'insulte "pédé" n'en est pas vraiment une, puisqu'elle vient de "pédéraste" et non de "pédophile" comme certains ont tendance à le croire. Et la pédérastie, c'était justement une relation intime entre un jeune homme et un homme plus âgé, censé lui enseigner les choses de la vie. Platon et Socrate en sont un exemple édifiant. C'était une tradition très respectable à l'époque, pas du tout un péché.

Quant à l'asexualité, selon certains livres que je n'ai pas pris la peine d'acheter et de lire car je ne suis pas en quête de savoirs poussés sur la chose, elle a déjà laissé quelques preuves dans le Moyenâge, sauf que cette époque est connue pour ne pas suffisamment conserver le savoir dans un esprit de pérennité. Et il est évident que l'abstinence exigée par l'Inquisition n'a pu que flouer encore plus les pistes, puisqu'on y mêlait ceux qui avaient dû choisir l'absence de sexe, et ceux qui s'en fichaient.

Et puis nous sommes des animaux à la base... et si on peut parler d'homosexualité affichée dans certaines espèces, peut-on dire que d'autres, qui ne font l'amour ou ne sont féconds que quelques jours par an, peu importe les stimuli essayés sur eux (exemple : le panda, la biche...) sont asexuelles ? (ceci est une question que je pose sans affirmation)
Se forcer à avoir envie de ce qu'on ne veut pas est une contrainte... Pq donc nous forcer à associer un si vilain mot avec l'acte d'amour ?
"C'est sa catastrophe , le Belge ne va au désir que par le chemin du besoin" Denys-Louis Colaux

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 1 invité