Quid des Squish ?

Installez-vous confortablement et venez nous raconter toutes vos histoires extraordinaires, même si elles n'ont rien à voir avec l'asexualité.
Avatar du membre
Hestia
Avenator
Messages : 1569
Enregistré le : 25 avr. 2016, 22:28
Localisation : Suisse
Pronom : Elle et Iel
A aimé : 206 fois
A été aimé : 358 fois

Re: Quid des Squish ?

Message par Hestia » 18 juin 2019, 06:21

fiffi a écrit :
17 juin 2019, 23:51
Si un jour tu " tombes " amoureuse , tu reconnaitra ce sentiment . Un amour platonique serait un amour sans contact physique .
Après ça dépend ce que tu entends par sans contact physique, je doute fort que vouloir et apprécier faire un hug ou encore s'allonger dans les bras d'une personne qu'on aime lorsqu'on regarde la télé implique forcément un sentiment amoureux, car personnellement je le fais bien avec ma mère, et si j'ai la chance de me sentir en sécurité côté émotionnel, je le ferrais également avec quelqu'un pour qui j'aurais un amour platonique.
Je suis une personne non-binaire, et j'apprécie qu'on parle de moi avec des mots et des phrases épicènes, et j'accepte qu'en m’accorde au féminin lorsqu'il est difficile de faire autrement.

Avatar du membre
clotaire
Aveuglant
Messages : 2992
Enregistré le : 24 avr. 2016, 15:46
Localisation : Auvergne - Rhône-Alpes
Pronom : peut être tutoyé ;)
A aimé : 595 fois
A été aimé : 573 fois

Re: Quid des Squish ?

Message par clotaire » 18 juin 2019, 09:23

Je crois que chacun construit la définition de ses propres sentiments à partir du vocabulaire disponible. On n'est pas dans la tête des autres, de toute façon. Certains sont plus à fleur de peau que d'autres.
Pour moi, dans l'attachement lié à l'amour, il y a le fait de penser beaucoup à la personne, d'avoir envie de la voir et de la revoir, d'être particulièrement attentif à elle quand elle est présente, et de la chercher quand elle n'est pas là… Quand j'étais au lycée, je me sentais amoureux d'une fille de ma classe, et une des manifestations de ça est que je me retournais tout le temps si elle était assise derrière moi :o

Avatar du membre
Lucyliane
Adepte
Messages : 177
Enregistré le : 27 avr. 2019, 22:03
Pronom : elle/iel
A aimé : 10 fois
A été aimé : 16 fois

Re: Quid des Squish ?

Message par Lucyliane » 18 juin 2019, 09:38

En fait, ça me rassure de vous lire et ça me conforte sur deux points.

- L'amour romantique semble être un concept assez abstrait que personne n'arrive à décrire qu'on le ressente ou non.
- J'ai déjà eu envie de proximité avec une personne (comme le décrit assez bien Hestia) mais j'ai toujours associé ça à de l'amour romantique. Je pense que ça vient de la manière dont j'ai été élevé et au fait que j'ai eu l'idée que personne proche physiquement = amour romantique.

Après je me rappelle avoir déclaré un jour que j'étais capable de "tomber amoureuse" sans avoir vu la personne, juste en échangeant avec elle par écrit mais j'ai l'impression que l'expression "tomber amoureuse" ne correspond pas et que dans mon cas, il s'agit de squish (et je me rends aussi compte que j'en ai eu très peu dans ma vie...).
Ne comprenez-vous donc pas ? C'est un mal qui ronge la Galaxie tout entière. On pratique le culte du passé. On stagne !
- Salvor Hardin (Fondation d’Isaac Asimov)

Avatar du membre
Hestia
Avenator
Messages : 1569
Enregistré le : 25 avr. 2016, 22:28
Localisation : Suisse
Pronom : Elle et Iel
A aimé : 206 fois
A été aimé : 358 fois

Re: Quid des Squish ?

Message par Hestia » 18 juin 2019, 16:19

Effectivement il existe plusieurs définitions que cela soit du côté amour romantique ou du côté platonique. Et je pense que c'est pour ça que je me définis aromantique. Vu que je n'arrive vraiment pas à comprendre ce qu'est un sentiment romantique je ne dois pas l'avoir expérimenté. Par contre, j'avoue que je me demande toujours si on peut considérer qu'un sentiment amoureux est forcément romantique.

Quoiqu'il en soit je préfère ne pas me prendre la tête, et surtout je n'aime pas l'idée qu'on soit forcé de définir notre amour et la relation qu'on partage avec quelqu'un qu'on aime. L'important c'est de se sentir bien dans la relation et réciproquement, et que la manière dont on veut vivre la relation affective soit parfaitement claire pour les 2 personnes concernées.
Je suis une personne non-binaire, et j'apprécie qu'on parle de moi avec des mots et des phrases épicènes, et j'accepte qu'en m’accorde au féminin lorsqu'il est difficile de faire autrement.

Emma-phrodite
Affilié
Messages : 277
Enregistré le : 22 mai 2019, 21:23
A aimé : 3 fois
A été aimé : 17 fois

Re: Quid des Squish ?

Message par Emma-phrodite » 18 juin 2019, 19:39

clotaire a écrit :
18 juin 2019, 09:23
Je crois que chacun construit la définition de ses propres sentiments à partir du vocabulaire disponible. On n'est pas dans la tête des autres, de toute façon. Certains sont plus à fleur de peau que d'autres.
Pour moi, dans l'attachement lié à l'amour, il y a le fait de penser beaucoup à la personne, d'avoir envie de la voir et de la revoir, d'être particulièrement attentif à elle quand elle est présente, et de la chercher quand elle n'est pas là… Quand j'étais au lycée, je me sentais amoureux d'une fille de ma classe, et une des manifestations de ça est que je me retournais tout le temps si elle était assise derrière moi :o


C’était peut-être moi ! 😜

fiffi
Atrix Revolutions
Messages : 1994
Enregistré le : 04 oct. 2016, 00:07
Localisation : 77
Pronom : Il . Fiffi et tu
A aimé : 557 fois
A été aimé : 295 fois

Re: Quid des Squish ?

Message par fiffi » 18 juin 2019, 23:55

Un sentiment romantique touche à la sensibilité et à l' imagination , un amour platonique pourrait donc être aussi romantique . Par contre , je ne suis pas sur qu' un amour ne comporte pas une part de sensibilité et d' imagination .

Chacun a sa propre manière d' exprimer son amour , l' essentiel étant bien que se sentiment soit clair pour les personnes concernées .

Hestia , certaines personnes ne sont pas du tout tactile et n' apprécie aucun contact physique mais ont des sentiments ; il est donc possible de vivre un amour platonique .
On peut aussi faire un hug sans ressentir de sentiment amoureux . L' amour que l' on porte à ses parents ou à certaines personnes est un sentiment fort mais l' on ne peut que déplorer le manque de verbe pour qualifier les différentes amours .

Avatar du membre
Hestia
Avenator
Messages : 1569
Enregistré le : 25 avr. 2016, 22:28
Localisation : Suisse
Pronom : Elle et Iel
A aimé : 206 fois
A été aimé : 358 fois

Re: Quid des Squish ?

Message par Hestia » 19 juin 2019, 06:13

fiffi a écrit :
18 juin 2019, 23:55
Un sentiment romantique touche à la sensibilité et à l' imagination , un amour platonique pourrait donc être aussi romantique . Par contre , je ne suis pas sur qu' un amour ne comporte pas une part de sensibilité et d' imagination .

Chacun a sa propre manière d' exprimer son amour , l' essentiel étant bien que se sentiment soit clair pour les personnes concernées .

Hestia , certaines personnes ne sont pas du tout tactile et n' apprécie aucun contact physique mais ont des sentiments ; il est donc possible de vivre un amour platonique .
On peut aussi faire un hug sans ressentir de sentiment amoureux . L' amour que l' on porte à ses parents ou à certaines personnes est un sentiment fort mais l' on ne peut que déplorer le manque de verbe pour qualifier les différentes amours .
Je pense que l'amour platonique comme romantique peut contenir une part d'imagination, mais pas toujours. Par contre il contient forcément une certaines sensibilité affective.

Sinon oui je sais qu'il y a des gens qui ne sont pas tactiles, j'ai juste voulu mettre en évidence le fait qu'un contact physique n'était pas forcément de nature romantique.
Je suis une personne non-binaire, et j'apprécie qu'on parle de moi avec des mots et des phrases épicènes, et j'accepte qu'en m’accorde au féminin lorsqu'il est difficile de faire autrement.

Avatar du membre
Atil
Amibe
Messages : 75
Enregistré le : 10 juil. 2019, 15:38
Localisation : Nord
Pronom : il
A été aimé : 7 fois
Contact :

Re: Quid des Squish ?

Message par Atil » 13 juil. 2019, 10:19

Si, par "squish" on entend une sorte de coups de foudre aromantique ou platonique, je pense en avoir expérimenté un il y a une vingtaine d'années.

J'avais trouvé un forum de philo' qui pouvait m'intéresser et je lisais les posts de ses intervenants.
Parmi eux il y avait les interventions d'une personne signant "Une qui passait". Ses posts étaient très rares et toujours très courts. Portant, étrangement, c'est ce pseudo qui m'a le plus marqué, sans aucune raison expliquant cela.
Plus tard j'ai retrouvé cette même personne dans un autre forum où elle postait régulièrement. En lisant ses posts je me suis rendu compte que ses gouts et caractères me correspondaient tout à fait. Je me suis alors inscrit dans ce forum et ai commencé tout de suite à la draguer... alors que , pourtant, d'habitude, je ne drague jamais : je suis bien trop timide pour ça.
Et elle s'est tout de suite intéressée a moi et nous avons commencé à échanger de nombreux e-mails...
Et quelques mois après je suis parti la rejoindre chez elle à Paris.
Chez elle, en regardant par sa fenêtre, j'ai eu une énorme surprise : le paysage correspondait exactement à une image qui me hantait depuis au moins 25 ans, une sorte de décor fantasmé que j'avais en tête et que je recherchais partout. Comme si j'étais arrivé à l'endroit exact où, depuis le début, il était prévu que je devais me retrouver un jour.
Ca a été le début d'une grande relation queer-platonique, sans aucune composante physique : nous étions sur la même "longueur d'onde" tout simplement. Nous arrivions à nous comprendre en quelques mots, étonnamment facilement, presque pas télépathie. Par exemple, elle me demandait "Je cherche à retrouver le nom de ce peintre de la renaissance qui peignait de drôles de trucs..." et je lui répondais "Ha, tu veux parler de Boronali."
Un soir, même, c'est allé plus loin : Nous regardions le soleil se coucher tout en écoutant un disque, tout simplement, sans parler, et... le temps s'est arrété. Ce coucher de soleil a duré des heures, des jours, des mois, des années... une éternité. Puis le temps a repris son court, le soleil avait fini de se coucher, et ma copine m'a dit "Je te remercie pour cette soirée délicieuse"... ce qui signifiait qu'elle avait expérimenté exactement les mêmes sensations "mystiques" que moi.
Je ne sais pas jusqu'où cela aurait encore pu aller si nous étions testés ensembles...
...Elle est décédée un mois aprés cette expérience :(
-------- à mon humble avis -----------

Avatar du membre
Kamen-kage
Affable
Messages : 149
Enregistré le : 24 avr. 2013, 20:35
Localisation : Bordeaux
A aimé : 25 fois
A été aimé : 4 fois

Re: Quid des Squish ?

Message par Kamen-kage » 27 juil. 2019, 21:55

@Atil, je lisais ton témoignage avec des paillettes dans les yeux...le choc, à la fin. Ca a dû être un moment terrible pour toi, et pour sa famille.
Je te remercie d'avoir partagé avec nous ton histoire.


Je crois que je n'ai vécu qu'un (peut-être deux) squish dans ma vie pour le moment, qui s'est porté sur une amie avec laquelle j'ai beaucoup de point communs (traits de caractère et passions/loisirs). L'autre "peut-être" squish concerne une femme que je n'ai jamais rencontrée IRL pour l'instant, et qui m'a aidée par ses messages pendant ma période de dépression. J'ai une forme de connexion "spirituelle" inexplicable avec elle.
Ne connaissant pas le terme "squish", j'avais identifié ça comme des "amitiés très fortes".

Dans le 1er cas (mon amie), j'avais très souvent envie de lui envoyer des messages pour parler de nos passions communes, de la voir (2 fois par semaine aurait été l'idéal pour moi)...je parle au passé car nous sommes en train de nous éloigner: son travail, son copain, ses autres amis et les membres de sa famille (sa difficulté à tout équilibrer combinée aux attentes qu'elle sent de mon côté, bien que je ne lui en ai parlé que deux fois en 7 ans de relation) sont difficiles à concilier. Après une période de tristesse assez profonde, je suis en train de l'accepter.
Dans le 2ème cas (ma connexion spirituelle), je pense souvent à elle mais je ne lui envoie des messages que rarement, et ça me convient ainsi. Quand nous parlons, je ne me sens jamais mal / jugée...je crois qu'elle me comprend vraiment, profondément. Elle est asexuelle également.

Je fais en sorte que les personnes sachent qu'elles comptent beaucoup pour moi (je ne le dis pas d'emblée, mais après un certain temps), c'est important pour moi d'exprimer mon amour pour les autres, et la gratitude que je ressens quand la vie m'accorde de belles relations.
"Il faut considérer comme un bien le moindre mal" Machiavel

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités