Incomprise et un peu paumée

N'ayez pas peur, passez nous dire un petit bonjour, faites-vous connaître !
Julie11
Membre junior
Messages : 9
Enregistré le : 28 mars 2019, 10:17
A aimé : 16 fois
A été aimé : 7 fois

Incomprise et un peu paumée

Message par Julie11 » 28 mars 2019, 11:47

Tout d'abord, bonjour à tous ceux qui pourraient passer par là. Ensuite, et bien il va falloir que je commence je crois.
J'ai une vingtaine d'années, je fais actuellement une petite pause dans mes études pour aider ma famille qui avait besoin d'aide à domicile mais je vais reprendre les cours cette année. Licence maths pour devenir professeur de cette discipline... Un rêve que j'espère bien atteindre. Quoiqu'il en soit, et puisque c'est de ceci dont il s'agit, parlons un peu de ma sexualité.

J'ai beau pouvoir tomber amoureuse (j'ai d'ailleurs un petit ami que j'aime vraiment très fort), j'ai beau apprécier le contact physique (que l'on me prenne dans ses bras, que mon cher Charles m'enlace avant de poser un doux baiser au creux de mon cou...) je n'ai jamais ressenti d'attrait envers le sexe. Si un beau mec se pointe je vais apprécier son physique et regarder un peu, mais je ne ressens pas la moindre envie en ce qui concerne l'acte sexuel. C'est très con, hein, parce que si je peux ressentir du plaisir dans la relation en elle-même, je n'arrive pas à ressentir de l'attrait pour le rapport. Ce qui me donne envie de me taper la tête contre la table... ou un mur... ou un poteau. Et ce manque d'attrait, je le ressens depuis toujours (enfin d'aussi loin que je m'en souvienne). J'ai toujours pensé que j'étais anormale, qu'il fallait que je bosse sur moi-même. C'est encore en partie comme ça d'ailleurs.

Récemment, j'ai craqué et j'en ai parlé à des personnes qui me sont proches (une amie, ma mère, ma petite fratrie [qui était à la maison et à qui ma mère a tout raconté] et j'en ai fait mention à mon petit ami [ça, ça a été le plus dur]). Sauf que j'ai pas franchement été soutenue et que les remarques que je reçois me font pleurer assez souvent. D'après ma famille, l'asexualité, ça n'existe pas. Au moins, ça c'est dit. Et si je ne ressens aucun attrait sexuel pour personne ? Pas même mon petit copain que j'aime plus que tout ? C'est que j'ai un blocage psychologique qui m'empêche d'apprécier ça à sa juste valeur, que je suis cassée et qu'il faut me réparer. (Surtout que j'ai eu des rapports avec lui en plus...Impossible de ne pas être attirée par le sexe si t'as des rapports ! Pas même si tu te sens un peu obligée car ton copain en a envie et que t'as pas osé dire sur le coup que toi ça t'attirais pas. Et puis c'est pas comme si c'était forcé. J'ai dit OK, il s'est montré doux et il a même réussi à me faire éprouver une certaine dose de plaisir. Mais non. Malgré ça l'envie de remettre le couvert ne me tente pas plus que la première fois, que la seconde et que les autres fois où j'ai dit OK malgré le fait que je ne ressentais pas d'attrait et que je n'éprouve toujours pas d'ailleurs.)

Donc ouais. J'en ai aussi parlé à une amie, la seule personne qui me soutienne au fait. Même mon petit ami ne comprend pas. Mais lui essaie, c'est déjà ça. Et quant à ma famille, chez qui je vis en plus, j'ai le droit au fait que je suis anormale, qu'il va falloir me réparer en gros (ou alors pour l'un de mes frangins, c'est que je n'ai toujours pas trouvé la bonne personne. Pas faute de lui expliquer que je n'ai jamais ressenti d'attirance sexuelle pour personne, que la masturbation ne m'a jamais tenté... Mais au moins c'est le plus gentil avec ses remarques.) Et sérieusement, j'en ai gros sur le coeur en ce moment. Parce que je n'ai pas le droit d'être ce que je suis, parce qu'ils imputent mon manque d'attirance à l'harcèlement dont j'ai pu être victime l'année dernière (alors que j'étais comme ça déjà bien avant) et qui n'était pourtant composé que d'appels téléphoniques et d'un suivi pas très discret deux fois de suite. Pour dire, ma mère a téléphoné à un psy aujourd'hui pour prendre rendez-vous avec moi. J'étais dans la salle de bain quand c'est arrivé et j'ai eu le droit d'entendre le gentil "Ma fille a des problèmes. Elle a été brièvement harcelée l'année dernière mais ça continue de lui gâcher la vie. J'aurais besoin de prendre un rendez-vous pour elle." J'étais pleine de savon sous la douche alors je suis pas sortie et j'ai fini par la fermer. Résultat, rendez-vous samedi à 18h.

Enfin... je suis quand même contente d'avoir trouver ce infos sur l'existence de l'asexualité (dont je n'avais jamais entendu parler jusqu'à récemment, et que j'ai découvert grâce à une vidéo sur Facebook). Et c'est bête, mais je me suis tellement identifiée à certaines choses que j'ai pu lire que ça m'a rassurée. Je ne suis pas anormale. Sûrement, je n'ai pas de problèmes d'ordre psychologique à régler. Ceci dit même le fait de tenter d'expliquer ceci à ma mère ou à ma fratrie ne suffit pas à les convaincre. Je m'identifie trop à ce que je lis selon eux. Le simple fait que je me reconnaisse dans les récits, les explications, ne signifie pas que je suis asexuelle. Selon eux ? J'ai des problèmes à régler, des soucis d'enfance qui remontent, un traumatisme sous-jacent qui me pourrit la vie (et lequel, je me demande bien) et seul un psy pourra m'aider à aller mieux et à redevenir "normale". Bah... Peut-être que le rendez-vous de samedi sera utile finalement. Avec un peu de chance la psy comprendra qui je suis, ce que je suis et elle parlera peut-être avec ma famille ? (Je sais, c'est beau rêver !)

Je viens de voir tout ce que j'ai écrit et je m'impressionne. Je n'avais pas du tout prévu de raconter autant mais je crois que ça vient de me faire un bien fou. Je ne suis pas une chose cassée qu'il faut réparer. Je suis moi, et j'aimerais qu'on le comprenne. Parce qu'une fois chez moi je me sens vraiment mal. Toutes ces réflexions à longueur de journée... Par des personnes de qui on est vraiment proche en plus, ben ça fait mal.

Je me rends compte que je viens de vider mon sac sur mon côté présentation et je suis désolée. Ce n'était sûrement pas l'endroit où le faire mais je n'avais pas prévu de le mettre là. C'est venu tout seul.

Je vous souhaite en tout cas une agréable journée.

Julie.

Avatar du membre
Baelfire
BadAce
Messages : 3640
Enregistré le : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 627 fois
A été aimé : 919 fois

Re: Incomprise et un peu paumée

Message par Baelfire » 28 mars 2019, 12:08

Salut Julie,

Ne t'en fais pas pour ta présentation, elle est très bien. Au moins tu n'es pas avare d'explications et c'est ce dont on a besoin.

La réaction de ton entourage a été très radicale dis-donc. Aucune réelle considération pour ce que toi tu ressens. C'est pour ça qu'en général à part le partenaire on suggère de ne pas trop en parler. Ca rajoute plus de lourdeur et de gravité à quelque chose qui ne l'est pas tant que ça.

Toutefois.

Tu as été harcelée et ils ont raison de s'en souvenir. Je suis incapable de te dire si ça joue sur ton maque de désir. Je les approuve totalement sur le fait de t'envoyer chez un psy pour solutionner ça (pas ton éventuelle asexualité mais les dégâts provoqués par le harcèlement). Vas-y à la cool et joue le jeu. A moins que la psy soit particulièrement stupide ça te fera du bien de toutes façons. Et quand ta famille verra que tu n'es pas obtue et que tu coopères elle t'accordera plus de crédit. Il faut avoir une attitude plus mature que la leur

Courage Julie :)
♪Love is in the A ♫

Avatar du membre
Muriel Evelyne
AVENant
Messages : 3127
Enregistré le : 11 mai 2016, 02:22
Localisation : Roazhon, Breizh (Rennes, Bretagne)
A aimé : 1181 fois
A été aimé : 611 fois

Re: Incomprise et un peu paumée

Message par Muriel Evelyne » 28 mars 2019, 12:16

Bienvenue Julie :)

Que dire, sinon que l'attitude de ta famille est vraiment désolante. Les gens ont toujours peur de se remettre en question. Tu as ébranlé tes proches dans leurs convictions et ils ne le supportent pas, c'est qu'au fond ils ne sont pas si sûrs d'eux que ça. Tu as vingt ans, tu es majeure et c'est à toi seule de décider si tu dois voir un psy ou non. Forcer quelqu'un à voir un thérapeute alors qu'il n'en a pas envie ne peut que déboucher sur un échec voire une catastrophe. Si tu décides d'aller voir cette psy, elle peut en effet te comprendre... ou le contraire. Dans ce cas, fuis et surtout ne parle plus jamais de rien à ta famille. Ta vie intime t'appartient à toi seule. Si tu as besoin de t'exprimer, tu trouveras dans ce forum toute l'écoute nécessaire et beaucoup d'empathie :)
"La différence entre ce qui est impossible et ce qui est possible est la mesure de la volonté de l'homme."

Image

Julie11
Membre junior
Messages : 9
Enregistré le : 28 mars 2019, 10:17
A aimé : 16 fois
A été aimé : 7 fois

Re: Incomprise et un peu paumée

Message par Julie11 » 28 mars 2019, 12:45

Merci pour ton message Baelfire !

Je n'avais pas prévu de parler à mes frangins, mais ma mère l'a joyeusement fait pour moi. Et c'est bête parce qu'alors que je suis en plein questionnement, que j'essaie encore de me dire que je ne suis pas anormale, je me suis tournée vers elle parce que je lui faisais confiance. Faut croire que là dessus je me suis plutôt plantée.

Je suis tout à fait OK pour aller voir son psy, mais le sujet du harcèlement, je l'avais totalement oublié jusqu'à ce qu'elle m'en parle. Ca avait duré un mois et demi (temps pendant lequel j'avais trouvé le moyen de le bloquer sur mon mobile et que je déménage [ce qui était prévu avant même que l'imbécile à qui j'avais filé mon n° ne débarque]) et j'avais fini par changer de numéro. En peu de temps il avait donc totalement disparu de la circulation. Le seul truc que ça m'a vraiment laissé c'est le fait que seuls les gens en qui j'ai vraiment confiance ont maintenant mon numéro. Plus question de répéter la même erreur.

Et je vais coopérer évidemment, mais j'aimerais bien qu'ils finissent par comprendre. Et qu'on arrête de me dire que c'est dû à un traumatisme refoulée qui n'existe même pas. Qu'on cesse de me dire que j'ai besoin d'être "réparée". Compréhensible, non ?

Bref en tout cas merci encore pour le message.

Je te souhaite une bonne journée.

Julie11
Membre junior
Messages : 9
Enregistré le : 28 mars 2019, 10:17
A aimé : 16 fois
A été aimé : 7 fois

Re: Incomprise et un peu paumée

Message par Julie11 » 28 mars 2019, 12:58

Muriel Evelyne a écrit :
28 mars 2019, 12:16
Bienvenue Julie :)

Que dire, sinon que l'attitude de ta famille est vraiment désolante. Les gens ont toujours peur de se remettre en question. Tu as ébranlé tes proches dans leurs convictions et ils ne le supportent pas, c'est qu'au fond ils ne sont pas si sûrs d'eux que ça. Tu as vingt ans, tu es majeure et c'est à toi seule de décider si tu dois voir un psy ou non. Forcer quelqu'un à voir un thérapeute alors qu'il n'en a pas envie ne peut que déboucher sur un échec voire une catastrophe. Si tu décides d'aller voir cette psy, elle peut en effet te comprendre... ou le contraire. Dans ce cas, fuis et surtout ne parle plus jamais de rien à ta famille. Ta vie intime t'appartient à toi seule. Si tu as besoin de t'exprimer, tu trouveras dans ce forum toute l'écoute nécessaire et beaucoup d'empathie :)
Merci pour le message laissé, Muriel Evelyne.

Je vais jouer le jeu avec le psy, tout du moins pour la 1ère séance. Je ne compte pas mentir et je vais certainement lui jeter ce que j'ai sur le coeur. Ceci dit, si je me retrouve à nouveau avec de l'anormal à réparer, je jure que je claque la porte et que cette psy ne me reverra jamais. Je ne suis pas anormale, enfin j'espère bien que non, et j'aimerai que ma famille puisse le comprendre. C'est cependant dur de les faire changer de position et parler avec ma mère ne me donne pas beaucoup d'explications. D'après ce que j'ai compris, elle n'apprécie pas tant que ça les rapports sexuels, sauf lorsqu'elle est en couple et qu'elle aime sincèrement la personne en question. Résultat, elle pense que soit c'est parce je n'ai pas la bonne personne, soit parce que j'ai un joyeux traumatisme refoulé qui m'empêche d'avoir de l'attirance sexuelle pour quelqu'un. Elle penche d'ailleurs vers la dernière solution vu à quel point elle a été rapide pour prendre rendez-vous avec un psy. C'est fou comme je suis soutenue chez moi.

N'empêche ton message et celui de Baelfire m'ont fait un bien fou. Pas d'anormalité mentionné et bon sang ce que ça fait du bien ! Surtout que j'essaie encore de me comprendre moi-même et qu'il y a peu je pensais que si je n'éprouvais pas d'attirance c'est qu'il fallait que je fasse un lourd travail sur moi pour me "normaliser". C'est bête, hein. Mais on vit dans une telle société que le fait d'avoir des rapports sexuels est devenu quelque chose de très normal et le fait de ne pas en désirer semble abracadabrant de prime abord.

Bon après-midi.

Avatar du membre
Muriel Evelyne
AVENant
Messages : 3127
Enregistré le : 11 mai 2016, 02:22
Localisation : Roazhon, Breizh (Rennes, Bretagne)
A aimé : 1181 fois
A été aimé : 611 fois

Re: Incomprise et un peu paumée

Message par Muriel Evelyne » 28 mars 2019, 13:09

Autres temps, autres moeurs. Autrefois, on trouvait tout à fait normal qu'une femme ne soit pas attirée par les rapports sexuels et quand elle n'en avait pas, surtout avant le mariage, on disait que c'était une femme sérieuse et admirable, la fierté de sa famille, par rapport à toutes celles qui menaient une vie libre et dont on disait qu'elle avaient le feu quelque part. Aucune de ces réactions n'était très saine. Maintenant, on tombe dans l'excès inverse : si tu n'as pas envie de passer à la casserole, tu te fais traiter de coincée et d'anormale. Ta mère est en quelque sorte victime de ce changement de mentalité. Il serait temps que les gens comprennent qu'il existe autant de sexualités qu'il existe de personnes. Chacun devrait être libre de mener la vie qui lui convient à partir du moment où il ne fait de mal à personne.

Bon après-midi, Julie :)
"La différence entre ce qui est impossible et ce qui est possible est la mesure de la volonté de l'homme."

Image

Avatar du membre
PassionA
Atrix Reloaded
Messages : 1804
Enregistré le : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 475 fois
A été aimé : 484 fois

Re: Incomprise et un peu paumée

Message par PassionA » 28 mars 2019, 19:24

Bienvenue et merci de ton témoignage :)

Non, tu n'es pas anormale. N'y pense pas une seconde. C'est uniquement l'ignorance qui fait réagir ta famille ainsi, un peu d'éducation et ça ira mieux. Cette phobie de l'asexualité est vraiment un syndrome des temps moderne et de leurs hypersexualisation, comme le fait justement remarquer Muriel Evelyne.

Moi aussi j'ai été harcelé dans ma vie, et même plusieurs fois (genre parfois pendant des années). Je suis passé par plusieurs méthodes pour m'en débarrasser mais ça n'a jamais eu d'influence sur mon orientation (en fait je me dis même que si je n'avais pas été ace, peut-être que j'aurais réagi différemment parfois ?). D'ailleurs j'avoue que si c'était ultra pénible sur le moment ça n'a pas vraiment impacté la façon dont je partage mes infos - OK je suis tombé sur 2-3 dingues, mais tout le monde n'est pas comme ça heureusement.

En tout cas, je te trouve très mature. Tu fais bien de jouer la carte de l'apaisement et d'aller voir le psy pour rassurer ta mère. De toute façon, ce qu'il s'y dit n'est qu'entre le thérapeute et toi, et même quand on va bien il peut être bon de parler. Il est bien probable que le psy soit un bon réceptacle à tes questionnements nouveaux sur l'asexualité.
Modifié en dernier par PassionA le 28 mars 2019, 20:37, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Lilly
Crème pÂtissière
Messages : 4136
Enregistré le : 19 févr. 2008, 20:14
Localisation : 74
A aimé : 299 fois
A été aimé : 391 fois

Re: Incomprise et un peu paumée

Message par Lilly » 28 mars 2019, 20:16

Image

Image
Jamais le premier soir... les suivants non plus d'ailleurs!

À ce niveau-là, c’est plus de la gastronomie, c’est de l’érotisme !
Karadoc

Avatar du membre
clotaire
Aveuglant
Messages : 2965
Enregistré le : 24 avr. 2016, 15:46
Localisation : Auvergne - Rhône-Alpes
Pronom : peut être tutoyé ;)
A aimé : 589 fois
A été aimé : 568 fois

Re: Incomprise et un peu paumée

Message par clotaire » 28 mars 2019, 22:19

Bienvenue Julie11 :-)
Ta mère semble très préoccupée… Qu'elle veuille t'aider, c'est au moins une preuve d'amour, par contre en parler aux autres frères, je trouve ça carrément déplacé. Ce serait mon cas je crois que je n'hésiterais pas à marquer mon désaccord.
Pour le reste, je suis bien d'accord avec les réponses des copains du forum :-)
Le psy, c'est surtout efficace quand on est soi-même motivé, mais bon.

fiffi
Atrix Revolutions
Messages : 1956
Enregistré le : 04 oct. 2016, 00:07
Localisation : 77
Pronom : Il . Fiffi et tu
A aimé : 551 fois
A été aimé : 289 fois

Re: Incomprise et un peu paumée

Message par fiffi » 28 mars 2019, 23:54

Bienvenue Julie ,

peut-être qu' un psy pourrait t' aider à mieux te comprendre mais cela rassurera plus ta mère . Il y a toujours une période ou l' on se pose des questions sur l' asexualité mais , en général , on accepte très vite son ressenti dès que l' on constate que d' autres ont le même que toi .

Julie11
Membre junior
Messages : 9
Enregistré le : 28 mars 2019, 10:17
A aimé : 16 fois
A été aimé : 7 fois

Re: Incomprise et un peu paumée

Message par Julie11 » 29 mars 2019, 10:42

PassionA a écrit :
28 mars 2019, 19:24
Bienvenue et merci de ton témoignage :)

Non, tu n'es pas anormale. N'y pense pas une seconde. C'est uniquement l'ignorance qui fait réagir ta famille ainsi, un peu d'éducation et ça ira mieux. Cette phobie de l'asexualité est vraiment un syndrome des temps moderne et de leurs hypersexualisation, comme le fait justement remarquer Muriel Evelyne.

Moi aussi j'ai été harcelé dans ma vie, et même plusieurs fois (genre parfois pendant des années). Je suis passé par plusieurs méthodes pour m'en débarrasser mais ça n'a jamais eu d'influence sur mon orientation (en fait je me dis même que si je n'avais pas été ace, peut-être que j'aurais réagi différemment parfois ?). D'ailleurs j'avoue que si c'était ultra pénible sur le moment ça n'a pas vraiment impacté la façon dont je partage mes infos - OK je suis tombé sur 2-3 dingues, mais tout le monde n'est pas comme ça heureusement.

En tout cas, je te trouve très mature. Tu fais bien de jouer la carte de l'apaisement et d'aller voir le psy pour rassurer ta mère. De toute façon, ce qu'il s'y dit n'est qu'entre le thérapeute et toi, et même quand on va bien il peut être bon de parler. Il est bien probable que le psy soit un bon réceptacle à tes questionnements nouveaux sur l'asexualité.
Merci pour le message.

Je commence seulement à me rendre compte qu'il n'est pas anormal de ne pas ressentir de désir sexuel pour quelqu'un. J'ai été élevée dans une grande ignorance à ce propos et dans une famille quelque peu victime de l'hypersexualisation de la société. Surtout mes frères d'ailleurs (bien que ma mère soit aussi pas mal dans son genre là-dessus). Combien de fois ai-je soupé les récits de leurs "grands exploits"? Alors oui, lorsque je me suis retrouvée différente d'eux, je me suis sentie mal. J'avais l'impression de ne pas cadrer au moule, d'être anormale. Et comme j'ignorais que d'autres ressentaient la même chose, comme j'ignorais l'existence-même de l'asexualité... Et bien on peut dire que ça n'a pas été de tout repos. Du tout.

Et puis une vidéo sur Facebook a circulé, et là ça a été un peu comme un électrochoc. Ça cadrait tellement avec ce que je ressentais (ou ne ressentait pas en l’occurrence) que je me suis retrouvée sur le cul. J'ai entrepris mes propres recherches sur le sujet et plus je lisais, plus ça me rassurait. Sauf que j'osais toujours pas en parler aux autres. Et puis ça a craqué. Les plaisanteries continuelles, le "jouet" que m'a refilé mon frère en guise de moquerie pour mon anniversaire... Ouaip. Il arrive un moment où trop c'est trop. Et puis j'ai essayé d'en parler à ma mère. Qui a pris la chose d'une façon à laquelle je ne m'attendais pas sur le coup. Et qui en a informé mes frères qui ne comprennent pas vraiment. Mais ça va (bien que hier pas trop. Trop de critiques, trop souvent, pas dites méchamment mais qui faisaient mal quand même...).

Enfin, la découverte de l'asexualité m'a beaucoup aidé, découvrir que d'autres été comme moi aussi. J'essaie encore de changer ma vision de moi-même ceci dit. Je SAIS maintenant que je ne suis pas anormale mais après avoir passé tout ce temps à le penser, et bien les songes continuent parfois d'être un peu traîtres.

Quand au psy, j'ai pensé que cela pourrait être bénéfique pour nous deux. Ca la rassurerait, je pourrais dire ce que j'ai sur le coeur et avec un peu de chance, je serai comprise. Et oui, la thérapeute que je vais rencontrer pourrait peut-être bien répondre à certaines de mes questions.

Sinon, parce que tout n'est pas une mauvaise nouvelle, j'ai découvert une chose qui m'a vraiment fait plaisir ce matin. Lorsque j'avais expliqué à mon copain ce que je ressentais, il n'avait pas compris. Mais comme je l'ai dit, il essaie et tâche de ne pas porter de jugement, ce dont je lui suis vraiment grée. Enfin, donc j'ai dormi chez lui cette nuit, et en me levant du lit je l'ai trouvé à la table du salon, une page grande ouverte sur son ordi. Le sujet de la page ? L'asexualité. Il fait ses petites recherches pour tenter de comprendre, et ça m'a fait chaud au coeur. Vraiment.

Bref, merci pour ton message, le soutient que je reçois me boostent et me font un bien fou. Que certaines personnes puissent enfin me comprendre est un sacré soulagement.

Passe une bonne journée.

Avatar du membre
Baelfire
BadAce
Messages : 3640
Enregistré le : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 627 fois
A été aimé : 919 fois

Re: Incomprise et un peu paumée

Message par Baelfire » 29 mars 2019, 11:34

Je trouve que ça devient plutôt positif tout ça non ?

J'espère que tu nous raconteras comment ça c'est passé avec ta thérapeute (dans les grandes lignes. On ne veut pas être indiscrets non plus).

SI ta famille continue sur cette lancée, je te proposerais bien de lâcher l'affaire avec un "oui oui je me suis trompée". Comme ça ils te ficheront la paix. Le seul qui a vraiment besoin de savoir ça c'est ton partenaire. Et il a une super réaction. Il lui fallait le temps d'encaisser la nouvelle apparemment.
♪Love is in the A ♫

Julie11
Membre junior
Messages : 9
Enregistré le : 28 mars 2019, 10:17
A aimé : 16 fois
A été aimé : 7 fois

Re: Incomprise et un peu paumée

Message par Julie11 » 29 mars 2019, 21:25

Baelfire a écrit :
29 mars 2019, 11:34
Je trouve que ça devient plutôt positif tout ça non ?

J'espère que tu nous raconteras comment ça c'est passé avec ta thérapeute (dans les grandes lignes. On ne veut pas être indiscrets non plus).

SI ta famille continue sur cette lancée, je te proposerais bien de lâcher l'affaire avec un "oui oui je me suis trompée". Comme ça ils te ficheront la paix. Le seul qui a vraiment besoin de savoir ça c'est ton partenaire. Et il a une super réaction. Il lui fallait le temps d'encaisser la nouvelle apparemment.
Je trouve aussi qu'une certaine vague de positivité arrive enfin. Ma famille est assez butée donc je crois que si le rendez-vous de demain avec le psy ne sert à rien pour eux, je tâcherai de leur faire oublier mes récentes révélations. Dans un tel cas lâcher l'affaire semble bien être l'une des seules solutions viables.

Et je vous ferai un petit compte rendu de mon rendez vous, bien sûr. Sans entrer dans les détails évidemment.

Sinon je suis vraiment heureuse de la décision de mon petit ami qui m'a agréablement surprise. Quand je compare avec ma famille, je comprends qu'il aurait vraiment pu réagir autrement. Mais il fait passer nos sentiments avant tout. Aussi, il m'a à demi mot avoué que ma fameuse révélation l'avait rassuré. Ces dernières semaines je ne me sentais plus capable de continuer à avoir des relations sexuelles alors qu'au fond je ne les désirais pas. Du coup je les fuyais. Ce qui l'a conduit à imaginer que je ne l'aimais plus et que je n'avais juste pas le courage de le lui dire. Heureusement que nous avons pu avoir une discussion à coeur ouvert ou je crois que ça se serait mal terminé tout ça.

En tout cas je te souhaite de passer une bonne soirée.

Avatar du membre
Iloy
Agent
Messages : 779
Enregistré le : 07 déc. 2018, 12:03
Localisation : Nice
Pronom : Peu importe
A aimé : 121 fois
A été aimé : 138 fois

Re: Incomprise et un peu paumée

Message par Iloy » 30 mars 2019, 02:08

Bienvenue sur le forum Julie :)
Julie11 a écrit :
29 mars 2019, 21:25

Ma famille est assez butée donc je crois que si le rendez-vous de demain avec le psy ne sert à rien pour eux, je tâcherai de leur faire oublier mes récentes révélations. Dans un tel cas lâcher l'affaire semble bien être l'une des seules solutions viables.
Oui, on est un certain nombre sur le forum à ne pas l'avoir dit dans le cercle familial. Un léger mal pour un plus grand bien, à moins que l'envie de le dire te travaille, ce qui est tout à fait valable.
Personnellement je l'avais dit à mes parents, ils l'ont très mal pris : "ça n'existe pas", tout ça. Depuis c'est un non-sujet. J'attends qu'une émission à la télé se pointe quand je suis avec eux : si la télé le dit, c'est que ça existe :mrgreen:
Aussi, il m'a à demi mot avoué que ma fameuse révélation l'avait rassuré. Ces dernières semaines je ne me sentais plus capable de continuer à avoir des relations sexuelles alors qu'au fond je ne les désirais pas. Du coup je les fuyais. Ce qui l'a conduit à imaginer que je ne l'aimais plus et que je n'avais juste pas le courage de le lui dire. Heureusement que nous avons pu avoir une discussion à coeur ouvert ou je crois que ça se serait mal terminé tout ça.
Oui, "fuir" ou "oublier" les relations sexuelles, c'est typiquement le genre de petits problèmes dans un couple A/S qui peut très mal finir, et sur le forum on a croisé de nombreux exemples comme ça. Mais aussi des couples qui tiennent par compréhension mutuelle et parce que les sentiments sont supérieurs. Avec ou sans sexe.

J'espère que ta psy ne sera pas trop obtuse, ce n'est pas sûr qu'elle connaisse l'asexualité.
J'aurais tant aimé cependant, gagner pour vous, pour moi perdant, avoir été peut-être utile

Julie11
Membre junior
Messages : 9
Enregistré le : 28 mars 2019, 10:17
A aimé : 16 fois
A été aimé : 7 fois

Re: Incomprise et un peu paumée

Message par Julie11 » 30 mars 2019, 20:31

Iloy a écrit :
30 mars 2019, 02:08

Personnellement je l'avais dit à mes parents, ils l'ont très mal pris : "ça n'existe pas", tout ça. Depuis c'est un non-sujet. J'attends qu'une émission à la télé se pointe quand je suis avec eux : si la télé le dit, c'est que ça existe :mrgreen:

Ah... Le ça n'existe pas. J'y ai eu droit aussi. Plus des problèmes d'ordre psychologique. Plus un blâme de chercher des infos sur le net et d'avoir découvert l'asexualité (et où je l'aurais découvert, sinon ?). Parce que tout le monde le sait, internet n'est rempli que de conneries. Et ces trucs sur l'asexualité, mais c'est des conneries aussi ma chère Julie ! C'est fou ce que ça fait du bien. Et au vu de la réaction de ma mère ce soir après le psy... Ça va devenir un hors-sujet aussi. Et je ne risque pas de leur raconter grand chose après ça.
J'espère que ta psy ne sera pas trop obtuse, ce n'est pas sûr qu'elle connaisse l'asexualité.

Sinon tu sais quoi, tu avais bien raison sur un truc pour la psy : elle ne connaissait pas du tout l'asexualité. Pas même sûre qu'elle le reconnaisse comme une orientation sexuelle mais plus comme un état découlant de quelque chose. Je vais faire un petit compte-rendu un peu plus bas, donc tu vas comprendre.

Alors de un, je ne suis pas traumatisée par le harcèlement de l'année dernière. Elle s'en est vite rendu-compte et elle a continué sur autre chose. Mais ça, je m'en doutais déjà. Je l'avais pas trop bien vécu sur le coup, mais après c'était passé tout seul. J''ai très vite cessé d'y penser.

De deux (et une bonne chose), elle en a vu passer d'autres des hommes ou des femmes qui n'éprouvaient pas d'attrait pour la sexualité. Et ce n'est pas pour autant qu'on est anormal. Et il ne faut surtout pas se forcer (J'acquiesce très fort). MAIS je ne sais comment elle s'y est prise, mais elle a réussi à relier mon manque d'attrait pour le sexe à la séparation de mes parents et au fait que ma mère a enchaîné les conquêtes les deux ou trois mois qui ont suivi... Je suis toujours sur le cul face à ses propos. Qu'est-ce que ça a comme rapport au juste ? C'est pas comme si j'avais vraiment fait gaffe aux relations de ma mère. À l'époque où j'étais encore jeune et innocente je pensais que c'étaient ses amis venus jouer aux jeu de société pour qu'elle ne s'ennuie pas et pour lui remonter le moral. (Au passage, c'est l'excuse qu'elle m'avait sortie et que j'avais joyeusement crû... Ah, douce innocence !) Parfois, les psy sont un mystère.

De trois, elle a insisté pour un autre rendez-vous. Sauf que celui-là ne concernait ni mon harcèlement, ni ma sexualité. Le sujet ? Mon aménagement à Clermont-Ferrand cet été pour poursuivre mes études là-bas. Elle a peur que ça me provoque un "choc émotionnel". Sérieusement. Je sais que je vais quitter le village de ma mère, mais je ne vais continuer de voir ma famille, j'ai des amis là-bas... C'est top. J'ai même hâte car je vis dans un petit coin très paumé en ce moment. Avec à peine 100 habitants au compteur. Alors de quoi elle voulait que je lui parle, au juste ? De ma recherche d'appartement, du fait que j'attende les réponses pour la bourse ? Bref, j'ai refusé. Ça n'avait aucun sens.

De quatre. Bon, ben l'attitude de ma mère n'a pas changé, c'est sûr. J'ai eu encore droit au fait que ne pas souhaiter de rapport sexuel n'était pas normal, un merveilleux "internet c'est des conneries" et la chanson à nouveau. Je vais me taire ces prochaines semaines le temps que le sujet s'efface et ne mentionnerait plus rien. C'est la meilleure solution que je puisse trouver.

Enfin, je suis en retard pour le repas de prévu ce soir donc je file.

Je posterai à nouveau sûrement demain.

Bye et bonne soirée.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 1 invité