Asexualité, aromantisme...les moments innoubliables.

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
Avatar du membre
ParaNoise
Affilié
Messages : 287
Enregistré le : 13 août 2018, 23:33
Pronom : Il
A aimé : 22 fois
A été aimé : 62 fois

Re: Asexualité, aromantisme...les moments innoubliables.

Message par ParaNoise » 23 oct. 2018, 21:49

Ah, cool! ^^
C'est vrai que vu que l'asexualité n'existe pas dans la tête des gens, ça peut paraître bizarre. Ca me fait penser à un commentaire que j'avais lu sous un article sur l'asexualité qui disait que ça paraissait plus sérieux quand on mettait un nom pour expliquer le truc. Là tu lui as fait comprendre que ça existait vraiment!
<<One day, I am gonna grow wings, a chemical reaction, hysterical and useless, hysterical and...>>

Avatar du membre
Grignoteuse de bouquins
Avenista
Messages : 1412
Enregistré le : 02 oct. 2017, 19:17
Localisation : Nice
Pronom : Elle/Ael
A aimé : 407 fois
A été aimé : 278 fois

Re: Asexualité, aromantisme...les moments innoubliables.

Message par Grignoteuse de bouquins » 06 nov. 2018, 12:38

Quand ma prof nous donne un poème avec du s*xe dedans et qu'il y a que moi qui suis gênée
-Bah Zoé on est pas a un enterrement c'est normal l'amour charnel !
J'en peux plus aidez moi :lol:
Maintenant quand j'y pense je me demande vraiment si j'avait une tete de cadavre :lol:
♠ Why frick frack when you can snick snack ? ♠ :cake:

Avatar du membre
Dark Majesty
Adepte
Messages : 227
Enregistré le : 12 avr. 2018, 18:43
Pronom : Elle
A aimé : 22 fois
A été aimé : 42 fois

Re: Asexualité, aromantisme...les moments innoubliables.

Message par Dark Majesty » 06 nov. 2018, 13:39

Grignoteuse de bouquins a écrit :
06 nov. 2018, 12:38
Quand ma prof nous donne un poème avec du s*xe dedans et qu'il y a que moi qui suis gênée
Juste une petite question :D
Tu trouves que cette gêne est liée à ton asexualité @Grignoteuse de bouquin?

Pcq moi, personnellement ça ne me fait rien. Je peux parler de sexe si on m’en le demande et je m’en fou que les gens discutent de ça (bon, après s’ils ne discutent QUE de ça...oui ça va m’ennuyer pcq je trouve qu’il y des sujets plus intéressantes ). Mais, en aucun cas ça ne me gêne. Et au contraire, je connais pas mal de S qui sont super gênés de parler de sexe.
"Il n'y a pas de bien ou de mal, il n'y a que le pouvoir et ceux qui sont trop faibles pour le rechercher" J.K Rowling

Avatar du membre
Grignoteuse de bouquins
Avenista
Messages : 1412
Enregistré le : 02 oct. 2017, 19:17
Localisation : Nice
Pronom : Elle/Ael
A aimé : 407 fois
A été aimé : 278 fois

Re: Asexualité, aromantisme...les moments innoubliables.

Message par Grignoteuse de bouquins » 06 nov. 2018, 17:32

J'étais gênée surtout parce que j'en parle un petit peu avec mes amies , mais voir ma prof qui nous donne une poésie ou il y a ca dedans , je trouve ça limite (que ce soit gênant ou pas d'ailleur).
Pour répondre a ta première question , je sais pas , peut être . De toute façon c'est évidant que si je suis gênée, le problème c'est moi . Après je pense pas que ce soit lié directement . Je sais pas , pourtant ça me gene pas d'apprendre des trucs dessus , mais je pense que c'est un peu plus lié a mon dégoût qu'a ma possible asexualité .
♠ Why frick frack when you can snick snack ? ♠ :cake:

Avatar du membre
ParaNoise
Affilié
Messages : 287
Enregistré le : 13 août 2018, 23:33
Pronom : Il
A aimé : 22 fois
A été aimé : 62 fois

Re: Asexualité, aromantisme...les moments innoubliables.

Message par ParaNoise » 06 nov. 2018, 21:59

Bah après faut pas s'empêcher de parler de ça pour autant, il y a des bons poèmes. Après j'avoue que quand tu étudies plein de textes avec du sexe, ça commence à énerver au bout d'un moment.

Sinon, une petite discussion que j'ai eue aujourd'hui. Quelqu'un devait aller parler à des lycéens de l'école dans laquelle on est. Je lui dis donc de bien choisir les étudiants, que ce sont les futurs premières années quand on sera en seconde année (et sous-entendu tout le blabla de les anciens s'occupent de nouveaux). Et un truc que je ne comprendrais jamais chez les gens, là il me répond "mais t'es fou, je cherche des étudiantEs (et avec donc le sous-entendu)". Bon, déjà moi quand je parlais d'étudiants, je parlais de n'importe quel genre, puis bon, je comprendrais jamais pourquoi les gens cherchent de suite quelqu'un d'intéressant physiquement dans un domaine qui n'a aucun rapport. "Ah ouais mais ce prof il est moche" Et alors, il va mal faire cours pour ça? Ah mais cette chanteuse elle est trop bonne (je déteste ce mot)" Donc tu écoutes de la musique selon le physique?...
Enfin bref, c'était ma petite digression du jour! :D
<<One day, I am gonna grow wings, a chemical reaction, hysterical and useless, hysterical and...>>

La folle aux chats
Membre
Messages : 20
Enregistré le : 29 oct. 2018, 22:08
Localisation : Quelque part dans l'Ouest
Pronom : Elle/Il/Peut importe
A aimé : 1 fois
A été aimé : 5 fois

Re: Asexualité, aromantisme...les moments innoubliables.

Message par La folle aux chats » 06 nov. 2018, 23:00

Oui c'est vrai c'est fatiguant, pourquoi toujours ce reporter sur le physique de la personne. Aimer une personne ou un/une artiste UNIQUEMENT pour son physique c'est dommage.

Avatar du membre
mimosa
Amène
Messages : 425
Enregistré le : 27 sept. 2012, 12:39
Localisation : 92
A aimé : 114 fois
A été aimé : 35 fois
Contact :

Re: Asexualité, aromantisme...les moments innoubliables.

Message par mimosa » 13 nov. 2018, 15:12

Oui moi non plus je ne comprends pas cette façon de juger les gens sur le physique. On s'en fiche du physique des profs ou des chanteurs, on leur demande pas d'être beaux, mais de bien expliquer pour les premiers ou de bien chanter pour les seconds. Les discussions type quels sont les acteurs/actrices que vous trouvez les plus beaux quel ennui!
Alea jacta est :mrgreen:
In vino veritas. :)

Avatar du membre
mimosa
Amène
Messages : 425
Enregistré le : 27 sept. 2012, 12:39
Localisation : 92
A aimé : 114 fois
A été aimé : 35 fois
Contact :

Re: Asexualité, aromantisme...les moments innoubliables.

Message par mimosa » 30 déc. 2018, 02:07

Dernièrement j'étais à une petite fête. Il y a un garçon avec qui j'ai papoté et dans la conversation comme j'avais dit que j'avais une coloc, il a dit tu passeras le bonjour à ta coloc. J'ai dit pas possible elle est partie en voyage. Il a dit faut en profiter pour inviter des garçons. J'ai dit non merci ça m'intéresse pas. Il dit mais tu profites pas là. J'ai dit mais si je profite là je sors, j'ai montré la piste de danse, je profite. Il dit mais non tu vois ce que je veux dire, faut profiter de ta jeunesse pour jouir. J'ai dit pas trop non plus et je suis partie avant qu'il ajoute autre chose. J'ai trouvé ça déplacé son propos, surtout qu'on se connaissait pas du tout et qu'on s'était rencontré à la soirée. Juste parce qu'elle est pas là faudrait que j'en "profite" donc que je m'envoie en l'air avec le premier venu. Merci mais non merci.
Alea jacta est :mrgreen:
In vino veritas. :)

Avatar du membre
Hestia
Avenator
Messages : 1565
Enregistré le : 25 avr. 2016, 22:28
Localisation : Suisse
Pronom : Elle et Iel
A aimé : 206 fois
A été aimé : 357 fois

Re: Asexualité, aromantisme...les moments innoubliables.

Message par Hestia » 01 févr. 2019, 21:29

Aujourd'hui j'ai été agréablement étonné de découvrir que l'une de mes collègue connait l'existence de l'asexualité et quand elle a su que je suis asexuel et aromantique, elle n'a pas eu de réaction négatives, aucune remarque ou propos acephobes ni arophobes:

Elle a juste reconnu que l'asexualité était méconnue; en Suisse, et je pense qu'avant que je lui parle de l'aromantisme pour lui expliquer la différence entre les aromantiques et les asexuel.le.s elle devait penser que l'asexualité c'est l'absence d'attirance sexuelle et romantique, mais ce n'est qu'une supposition de ma part, la conversation était assez brève.

En tout cas, elle a l'attitude de quelqu'un qui reconnait que l'asexualité est une orientation sexuelle, et vu qu'elle n'a pas fait de remarque arophobe quand je lui est parler d'aromantisme j'avoue que cela me fait du bien.

Généralement quand j'avoue n'avoir jamais éprouvé des sentiments romantiques j'ai droit à au moins une remarque arophobe, mais là non, elle m'a juste écouté lui expliquer la différence entre l'asexualité et l'aromantisme sans aucun jugement, du moins au vu de son attitude, je ne sais pas ce qu'elle peut penser de cela.
Je suis une personne non-binaire, et j'apprécie qu'on parle de moi avec des mots et des phrases épicènes, et j'accepte qu'en m’accorde au féminin lorsqu'il est difficile de faire autrement.

Avatar du membre
AméliaScorbett
Apprenti
Messages : 67
Enregistré le : 24 mars 2018, 19:59
A aimé : 46 fois
A été aimé : 38 fois

Re: Asexualité, aromantisme...les moments innoubliables.

Message par AméliaScorbett » 24 févr. 2019, 22:58

J’ai réalisé en mars dernier être asexuelle, et je pensais vraiment être aro. Puis est arrivé un garçon charmant que je n’avais jamais vu, gentil et attentionné, et je suis tombée amoureuse de lui. Il ne s’est rien passé entre nous, mais je me sentais mal à l’aise à l’idée d’en parler à mes meilleures amies. D’autres amies, très ouvertes d’esprit, m’ont conseillé de leur en parler tout de même, pour comprendre pourquoi j’étais si réticente.
Samedi je me lance et leur parle de mon coup de coeur inatendu et sans suite, un peu magique. Réponse « ah bah tu vois! Tu n’es pas asexuelle! Un asexuel ça ressent rien. »
Moi « euh... tu parles de sentiment amoureux, là? »
« Bah non. Un asexuel c est comme un psychopathe, non? »
Ah bah non..... ^^
Je ne suis pas humaine, je suis vulcaine. J'ai un cycle de reproduction prévu tout les sept ans... ou pas. :mrgreen:

Avatar du membre
AméliaScorbett
Apprenti
Messages : 67
Enregistré le : 24 mars 2018, 19:59
A aimé : 46 fois
A été aimé : 38 fois

Re: Asexualité, aromantisme...les moments innoubliables.

Message par AméliaScorbett » 24 févr. 2019, 23:09

Grignoteuse de bouquins a écrit :
06 nov. 2018, 17:32
J'étais gênée surtout parce que j'en parle un petit peu avec mes amies , mais voir ma prof qui nous donne une poésie ou il y a ca dedans , je trouve ça limite (que ce soit gênant ou pas d'ailleur).
Pour répondre a ta première question , je sais pas , peut être . De toute façon c'est évidant que si je suis gênée, le problème c'est moi . Après je pense pas que ce soit lié directement . Je sais pas , pourtant ça me gene pas d'apprendre des trucs dessus , mais je pense que c'est un peu plus lié a mon dégoût qu'a ma possible asexualité .
Si ça peut te rassurer je suis en études de lettres, on étudie pas mal de textes érotiques et beaucoup de personnes sont gênées! Une de mes amies a même hurlé de sueprise dans l’amphi quand un serpent s’est avéré être autre chose... en tout cas si ça te met mal à l’aise, je te conseille d’aller en parler à ton professeur. S’il est coopératif il comprendra, sinon tu peux lui parler de la loi en vigueur sur les sujets d’études qui mettent les étudiants mal à l’aise. Nous avons le droit de refuser de les étudier sans sanction, si notre malaise est « justifié ». Ton dégoût est une justification amplement suffisante;) en tout cas le mien a suffit à mon prof de SVT en 4éme! Par la suite il a été très gentil avec moi, m’a soutenu et m’a même donné un sujet de contrôle différent des autres (eux ont eu à détailler le système génital masculin, j’ai été la seule à avoir le féminin). Vraiment n’hésite pas, et garde bien à l’esprit que ton malaise/dégoût n’est pas une honte. S’il ne comprend pas je serai ravie de te donner 2/3 astuces pour supporter ces enseignements un peu mieux.

Bon courage!
Je ne suis pas humaine, je suis vulcaine. J'ai un cycle de reproduction prévu tout les sept ans... ou pas. :mrgreen:

Avatar du membre
Evanescente
Acolyte
Messages : 369
Enregistré le : 23 avr. 2018, 20:13
A aimé : 40 fois
A été aimé : 36 fois

Re: Asexualité, aromantisme...les moments innoubliables.

Message par Evanescente » 26 févr. 2019, 06:44

J'avais fait un rêve que j'ai essayé de décrypter avec mon psychologue hier. Bon, mon interprétation n'était sans doute pas la bonne, mais ce qui m'a énervée, c'est que lui suggère que cela voulait peut-être m'amener sur le chemin du "petit copain, vie de couple etc". Je précise, aucun de mes psys ne sait pour mon asexualité. Je ne me vois pas leur dire, ce serait des questions, des phrases toutes faites, pitié non. Et comme ce sont des psys, j'ai peur qu'ils s'imaginent tout de suite que je suis "à réparer", que ce n'est pas une vraie orientation mais un défaut à corriger.

En tout cas ils commencent vraiment à m'énerver (pour pas dire autre chose) avec leur manie de faire comme si mon seul problème, c'était d'être seule. Comme si, dès lors que je rencontrerais quelqu'un, youpi ce serait le bonheur et tous mes problèmes seraient effacés.

J'ai une vision de MON bonheur à moi, qui ne correspond pas à celui de la plupart des gens. Ah si je geignais "ouin, je veux avoir un petit copain, je veux plus être seule, je veux une vie de couple", ma plainte serait légitime à leurs yeux, cette recherche là du bonheur serait normale, valide, compréhensible.

Oui mais moi c'est autre chose que je voudrais (un truc impossible je le sais bien mais c'est comme ça que je vois mon épanouissement personnel, du moins une partie, on va dire la consécration de mon épanouissement). Du coup, ben personne ne comprend.

Sans parler de ma propre vision du bien être, ici au moins, on comprend que je n'ai pas envie d'être avec quelqu'un, que je préfère être seule, rassurez-moi ? Brr, ces gens qui essayent de vous caser même quand vous ne voulez pas....

Avatar du membre
AméliaScorbett
Apprenti
Messages : 67
Enregistré le : 24 mars 2018, 19:59
A aimé : 46 fois
A été aimé : 38 fois

Re: Asexualité, aromantisme...les moments innoubliables.

Message par AméliaScorbett » 26 févr. 2019, 09:06

Evanescente a écrit :
26 févr. 2019, 06:44
J'avais fait un rêve que j'ai essayé de décrypter avec mon psychologue hier. Bon, mon interprétation n'était sans doute pas la bonne, mais ce qui m'a énervée, c'est que lui suggère que cela voulait peut-être m'amener sur le chemin du "petit copain, vie de couple etc". Je précise, aucun de mes psys ne sait pour mon asexualité. Je ne me vois pas leur dire, ce serait des questions, des phrases toutes faites, pitié non. Et comme ce sont des psys, j'ai peur qu'ils s'imaginent tout de suite que je suis "à réparer", que ce n'est pas une vraie orientation mais un défaut à corriger.

En tout cas ils commencent vraiment à m'énerver (pour pas dire autre chose) avec leur manie de faire comme si mon seul problème, c'était d'être seule. Comme si, dès lors que je rencontrerais quelqu'un, youpi ce serait le bonheur et tous mes problèmes seraient effacés.

J'ai une vision de MON bonheur à moi, qui ne correspond pas à celui de la plupart des gens. Ah si je geignais "ouin, je veux avoir un petit copain, je veux plus être seule, je veux une vie de couple", ma plainte serait légitime à leurs yeux, cette recherche là du bonheur serait normale, valide, compréhensible.

Oui mais moi c'est autre chose que je voudrais (un truc impossible je le sais bien mais c'est comme ça que je vois mon épanouissement personnel, du moins une partie, on va dire la consécration de mon épanouissement). Du coup, ben personne ne comprend.

Sans parler de ma propre vision du bien être, ici au moins, on comprend que je n'ai pas envie d'être avec quelqu'un, que je préfère être seule, rassurez-moi ? Brr, ces gens qui essayent de vous caser même quand vous ne voulez pas....
Ne t’inquiète pas, je pense que plein de gens ici sont dans notre cas! Le couple ne signifie pas le bonheur, et le célibat s’il n’est pas subie est un mode de vie magnifique. Être en accord avec soit même, s’assumer, aimer ce qu’on est, accepter tout nos défauts et nos qualités, sans que qui que ce soir ait à les aimer pour nous, voilà la solution au bonheur.
Je ne suis pas humaine, je suis vulcaine. J'ai un cycle de reproduction prévu tout les sept ans... ou pas. :mrgreen:

Avatar du membre
Evanescente
Acolyte
Messages : 369
Enregistré le : 23 avr. 2018, 20:13
A aimé : 40 fois
A été aimé : 36 fois

Re: Asexualité, aromantisme...les moments innoubliables.

Message par Evanescente » 26 févr. 2019, 12:04

Merci AmeliaScorbett ! Tu as raison, l’important est de s accepter.

fairytale
Membre
Messages : 26
Enregistré le : 23 janv. 2019, 11:50
A aimé : 4 fois
A été aimé : 7 fois

Re: Asexualité, aromantisme...les moments innoubliables.

Message par fairytale » 01 mars 2019, 10:19

On est chez une amie, il est tard. Elle nous propose donc de dormir chez elle. Elle a un lit double de libre.
Mon ami et moi dans le même lit...
Gros blanc. Moi, je serais ravie de dormir avec mon ami, mais absolument pas d'avoir de relation sexuelle avec lui, et surtout pas de lui donner des idées ou des tentations à ce sujet. Pendant ce temps, le blanc s'éternise. Mais que quelqu'un dise quelque chose, bon sang ! Ca choque personne qu'on dorme ensemble ? Ou c'est justement le choc qui fait taire tout le monde ?
Bon, je crois que c'est à moi de briser le silence. A contrecoeur, je lâche ce que j'estime que tout le monde pense tout bas :
"Euh... ça serait gênant, un peu..." (menteuse ! menteuse ! menteuse ! me crie ma tête)
Après quoi, mon ami s'empresse d'ajouter : "Oui c'est vrai, un homme et une femme dans le même lit.. (je ne sais plus quels mots il a utilisés, mais l'idée, c'était qu'il risquait d'y avoir de l'attirance sexuelle)"
Sur le coup j'ai pensé : "Ben voilà, j'ai eu raison de me méfier, il pensait bien à ça !" (J'ai aussi pensé que c'était réducteur de penser que ça ne pouvait arriver qu'à un homme et une femme, mais vu que dans ce contexte on était tous hétéros déclarés et qu'on avait plus urgent à discuter, j'ai laissé passer.)
Conclusion : Notre amie met fin à la discussion en cédant son lit à mon ami.
Epilogue : J'ai immédiatement regretté mon choix. J'ai rien contre mon amie, mais tant qu'à partager un lit de façon non charnelle, j'aurais préféré dormir avec mon ami.

Commentaire 1 : Comment ai-je fait pour ne pas noter le combo il m'a laissé répondre en premier + le côté étrangement théorique de sa réaction (soudainement rapide) ? Enfin, c'était clair comme de l'eau de roche qu'il est A !!
Commentaire 2 : Qu'a pensé notre amie de nos très étranges réactions (notamment le très gros blanc) ? Je me rends compte que c'est parce que j'étais centrée sur cette question que j'ai loupé les signaux A de mon ami. Et que c'était surtout vis-à-vis d'elle que j'étais gênée : je ne voulais ni qu'elle croie que j'avais envie de relations sexuelles avec mon ami, ni lui révéler mon asexualité. A l'époque, je croyais également que mon ami était S et qu'il fuyait les relations sexuelles par principe (faut dire qu'il n'avait rien fait pour qu'on croie autre chose, le petit filou), alors je voulais pas lui donner de tentation inutile. Si ça tombe, lui aussi aurait aimé qu'on dorme ensemble en toute amitié, et peut-être que dans son silence, il souhaitait secrètement que j'en aie envie aussi, tout en se demandant, comme moi, si c'était un souhait approprié. Raaaah, c'est frustrant...
Et voilà où peut mener le manque de courage d'oser dire les choses !

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités