Mon histoire - Suis-je asexuelle ?

Vous avez des questions sur l'asexualité ?
C'est ici que ça se passe.
Winchester
Membre junior
Messages : 9
Enregistré le : 20 juin 2018, 20:05
Pronom : Elle
A aimé : 8 fois
A été aimé : 1 fois

Mon histoire - Suis-je asexuelle ?

Message par Winchester » 21 juin 2018, 02:13

Bonjour à tous et à toutes ! :)

Je vous écris aujourd'hui, car je me pose beaucoup de questions en rapport à mon orientation sexuelle et je ne trouve pas toutes mes réponses sur Internet. Alors voilà, je vous déballe tout. Je n'en ai jamais parlé à personne, alors ça fait drôle de tout dire ça. Bref.

Je suis à l'aube de mes 20 ans et je suis toujours vierge. Je n'ai jamais eu de petit copain ou de petite copine (quoi que je suis pas fermée à l'idée) et l'idée d'avoir des relations sexuelles me dégoute.

Quand j'étais au lycée, toute mes amies rêvaient de trouver le gars parfait et elles étaient vraiment à la recherche. Quant à moi, je ne prenais pas du tout la peine de regarder les garçons de l'école. Beaucoup de mes amies ont perdu leur virginité au lycée à l'âge d'environ 14-15-16 ans (de ce que je peux penser) et me voilà à presque 20 ans et toujours vierge. Je me souviens qu'en voyant les couples sur les cases à l'école, s'embrassant et se bouffant les amygdales, ça me rendait vraiment inconfortable. Pourtant, ce n'est que quelques années plus tard que j'ai réalisé qu'il y avait quelque chose qui clochait avec moi, quelque chose qui n'était pas ''normal''.

Trois ans plus tard, j'ai les mêmes sentiments. Quand je vois un couple dans la rue ou dans l'autobus en train de s'embrasser, ça me rend mal à l'aise et je déteste ça. J'ai parlé, l'été dernier, à mon meilleur ami de mes sentiments (il est bisexuel, alors il comprend mon ''struggle'') et du fait que je pensais être asexuelle, ce qui est fort probable. Je crois l'être, pour être franche. Je ne suis pas la personne qui se masturbe le plus, je l'ai fait une seule fois cette année et on est en juin, ça vous donne une idée. Je n'en éprouve pas le plus grand plaisir et je n'en trouve pas l'intérêt, alors je le fais tout simplement pas ou très rarement.

Je n'éprouve pas non plus l'intérêt d'être en couple. Cet idéal que la société nous dit, qu'il faut être en couple pour être heureux, je n'y crois tout simplement pas. Je me sens en fait mal à l'aise encore une fois lorsqu'on me parle de rapprochements intimes. J'aime avoir mon espace personnel, ma ''bulle'' et le simple fait de penser à me coller à mon / ma partenaire me repousse, ne m'intéresse pas du tout.

Alors voilà, pour ces raisons, je me considère asexuelle, mais pas que ça. Je crois aussi être queer, puisque l'idée d'être avec quiconque ne me répugne pas. Par contre, je n'éprouve pas du tout l'envie d'être en couple. Comme mentionné plus haut, le simple fait de penser à me coller à quelqu'un ou même d'embrasser quelqu'un ne m'intéresse pas.

Donc, avec toute cette histoire, j'ai fait beaucoup de recherche pour essayer de comprendre et de mettre un mot sur comment je me sens face à toute cette situation, comment je me décris. Je sais qu'on a pas besoin d'avoir de ''label'' pour se décrire, mais je sens que je dois trouver pour que je puisse être plus en paix avec moi-même. Alors j'ai trouvé l'asexualité, qui, selon moi, me décrit bien, mais il y a quelque chose de plus. Je ne ressens pas le besoin d'être dans une relation. J'ai alors trouvé l'aromantisme. Mais étant plus jeune, j'ai déjà eu des sentiments envers, de ce que je m’en souviens, un seul garçon. Je me suis donc dit que ce n'est peut-être pas un bon terme pour me décrire, puisque l’aromantisme est quelqu’un qui ne ressent pas d’attirance romantique. Je ne m'y connais pas très bien en ce qui concerne les différentes orientations sexuelles, mais c'est clairement un sujet qui m'intéresse et m'interpelle beaucoup.

Questions : Pensez-vous que je suis trop jeune pour me considérer asexuelle ? Comme je n'ai jamais eu de relation sexuelle, devrais-je en avoir au moins une avant de me considérer asexuelle ? Est-ce qu'il y a un terme décrivant une personne qui ne ressent pas le besoin d'être dans une relation amoureuse ? Est-ce qu’en je pourrais être autant aromatique qu’asexuelle ? Comme j’ai déjà eu des sentiments pour une personne, puis-je tout de même être aromantique ? Je suis tombée sur les mots ''relation queerplatonique'' en cherchant sur ce Forum, mais je ne suis pas certaine de bien comprendre le terme. Ne pourrais-je qu'être ''pas prête pour une relation amoureuse / relation sexuelle'' ou ne pas assez de confiance en moi ? Est-ce que vous connaissez un terme qui m'est inconnu qui pourrait représenter mon manque d'intérêt pour le sexe et le fait que je ne sois pas intéressée par les relations amoureuses ? Est-ce possible d'avoir deux orientations sexuelles qui nous représentent ? Je suis vraiment perdue parmi toutes ces questions. Malgré mes nombreuses recherches, je ne semble pas trouver un / des terme (s) qui me corresponde (nt).

Un énorme merci pour votre aide ! :)

Anto
Membre
Messages : 26
Enregistré le : 15 juin 2018, 04:07
Pronom : Masculin
A aimé : 3 fois
A été aimé : 6 fois

Re: Mon histoire - Suis-je asexuelle ?

Message par Anto » 21 juin 2018, 04:33

Salut !


Je me suis reconnu en partie dans ton post.

Je suis nouveau par ici, et je m'accepte en tant qu'asexuel depuis peu, mais je vais essayer de répondre le plus possible a tes questions. Concernant toute les définitions et termes utilisés par ici, il y a un super lexique disponible sur le site.

Winchester a écrit :
21 juin 2018, 02:13
Questions : Pensez-vous que je suis trop jeune pour me considérer asexuelle ?
Il n'y a pas vraiment d'age pour savoir qui on est. A titre perso, je me considère comme asexuel depuis peu, et j'ai 25 ans.

Winchester a écrit :
21 juin 2018, 02:13
Comme je n'ai jamais eu de relation sexuelle, devrais-je en avoir au moins une avant de me considérer asexuelle ?
A peu prés toute les personnes que je connais dans le spectre LGBT sont passés par ce moment, moi y compris, et c'est pas le plus facile. Le doute est fort car on vit dans une société ou les relations sexuelles sont vues comme un signe de bonne santé et de bonheur. Nous somme médicalement des anomalies si on se réfère a certaines manuels. Et pourtant, on existe et on est heureux ainsi. Je pense personnellement que si un truc de dégoute avant même que tu n'essaye, c'est que c'est pas fait pour toi. Quand j'étais ado je me suis pousser a essayer avec une fille et ça s'est terminé en désastre absolu pour mon estime de soi, avant même que les choses sérieuses n'aient commencés. Mais au final c'est a toi te voir comment tu sens la chose, si le dégout est réellement présent.

Winchester a écrit :
21 juin 2018, 02:13
Comme j’ai déjà eu des sentiments pour une personne, puis-je tout de même être aromantique ?
Je me suis aussi posé la question, mais j'ai analysé que ces sentiments n'étaient pas de l'amour mais une très forte amitié. Je voulais rester avec la personne car j'aimais sa personnalité, je voulais mieux la connaître, mais en aucun cas être en couple dans le sens traditionnel et encore moins faire l'amour avec. Après, je pense qu'il ne faut pas non plus se précipiter pour se ranger dans une catégorie ... Faut apprendre a se connaître en somme, et c'est pas aussi facile que ça. Enfin, rien n'empêche les personnes aromatiques d'avoir de fortes amitiés !

Winchester a écrit :
21 juin 2018, 02:13
Ne pourrais-je qu'être ''pas prête pour une relation amoureuse / relation sexuelle'' ou ne pas assez de confiance en moi ?
Dans cette situation, quand la question m'est venu, je me suis projeté dans le futur. J'ai essayé d'imaginer la relation amoureuse et/ou sexuelle idéale, dans le monde le plus parfait possible. Ça m'a aidé a me trouver. A-tu essayer d'imaginer la relation parfaite ? Il y a t-il une place pour le sexe dans tout ça ?

Winchester a écrit :
21 juin 2018, 02:13
Est-ce possible d'avoir deux orientations sexuelles qui nous représentent ?
Tout est possible. Il ne faut pas vivre selon les étiquettes que la société produit, car ça fait mal et on sent comme une anomalie, comme une merde qui ne devrait pas exister. On peut tout a fait être asexuel et être attiré par des personnes du même genre, ou même être attiré par tout les genres.

Winchester a écrit :
21 juin 2018, 02:13
Je suis vraiment perdue parmi toutes ces questions. Malgré mes nombreuses recherches, je ne semble pas trouver un / des terme (s) qui me corresponde (nt).
Il n'y a pas de soucis a ça. Quand j'ai commencé mes recherches et que je posais des questions, plein de termes me paraissaient étranges. Et puis soudain j'ai été pris d'un grand vertige a l'idée de ne pas être hétéro. J'ai mis un certain temps a m’accepter et c'est normal d'avoir des doutes.

Avatar du membre
Dark Majesty
Adepte
Messages : 227
Enregistré le : 12 avr. 2018, 18:43
Pronom : Elle
A aimé : 22 fois
A été aimé : 42 fois

Re: Mon histoire - Suis-je asexuelle ?

Message par Dark Majesty » 21 juin 2018, 10:52

Bienvenue Winchester :D
Winchester a écrit :
21 juin 2018, 02:13
Questions :
1)Pensez-vous que je suis trop jeune pour me considérer asexuelle ?
2)Comme je n'ai jamais eu de relation sexuelle, devrais-je en avoir au moins une avant de me considérer asexuelle ?
3)Est-ce qu'il y a un terme décrivant une personne qui ne ressent pas le besoin d'être dans une relation amoureuse ?
4)Est-ce qu’en je pourrais être autant aromatique qu’asexuelle ?
5)Comme j’ai déjà eu des sentiments pour une personne, puis-je tout de même être aromantique ?
6) Ne pourrais-je qu'être ''pas prête pour une relation amoureuse / relation sexuelle'' ou ne pas assez de confiance en moi ?
1) j'ai 18 ans et je me considère comme asexuelle donc non :wink: Ce qu'on dit souvent avec les plus jeunes c'est que ça peut évoluer mais bon si tu te sens asexuellé déclare toi asexuelle.

2) Absolument pas! C'est comme si tu demandais à une personne hétérosexuelle d'avoir d'abord une relation avec une personne du même sexe que lui/elle pour être sûr qu'il est hétéro. C'est qqch qui se ressent.

3) aromantique

4) oui. L'aromantisme fait partie du spectre amoureux et l'asexualité du spectre sexuelle. On peut donc très bien être asexuelle et aromantique (ce que je suis ). On abrège ça par ace (pour l'asexualité) et aro (pour l'aromantisme).

5) je pense que ce n'est pas pcq tu as eu de l'attirance 1 fois que tu peux être "bannie" du spectre.

6) c'est possible mais ça, il n'y a que toi qui peut répondre à cette question. Je pense malheureusement que bcp de personnes ici se sont justement dit cela et qu'après ils se sont rendu compte que non, c'était qqch de plus profond.

Au fond, il n'y a que toi qui sait ce qui est bon ou non pour toi :wink: j'espère que nos réponses t'aideront un peu. :)
"Il n'y a pas de bien ou de mal, il n'y a que le pouvoir et ceux qui sont trop faibles pour le rechercher" J.K Rowling

Avatar du membre
Baelfire
BadAce
Messages : 3652
Enregistré le : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 629 fois
A été aimé : 922 fois

Re: Mon histoire - Suis-je asexuelle ?

Message par Baelfire » 21 juin 2018, 11:06

Ptêt ben que oui, ptêt ben que non !

C'est la réponse qui convient absolument à tout le monde quand la question est suis-je A ? Parce que nous on ne sait pas et on ne saura jamais. C'est à toi de voir.

Dans ce que tu nous décris je vois simplement une jeune femme qui pour l'instant envisage le couple comme deux personnes qui se bouffent les amygdales ^^. Forcément avec une telle image tu peux pas en avoir envie c'est pas possible. Et tu me rappelles un peu moi à ton âge. Une sorte de rite de passage obligatoire sans grand intérêt. Moi je me suis bousculée et je me suis lancée. Parce que je suis pas très tendre avec moi-même et aussi parce que si je ne me mets pas parfois un bon coup de pieds dans les fesses je reste dans l'incertitude. Et l'incertitude j'aime pas très beaucoup. Ca c'est pas trop mal passé mais pour autant je comprends qu'on ne veuille pas le faire.

Alors tant que ça t'intéresse ne te force pas à y aller. Les goûts et les couleurs changent, évoluent ou régressent selon les points de vue. Tu n'es pas trop jeune pour te considérer comme A. Et si ça t'arrange si ça te rassure alors tu peux te penser A. C'est pas un problème du tout. J'ai pas de termes magiques à sortir de mon chapeau de paille désolée. J'ai juste le sentiment que c'est pas le moment pour toi, t'es pas encore prête à te lancer. Ce qui n'empêche pas d'éprouver des sentiments. Tu peux très bien rêver la nuit du grand plongeoir de la piscine à débordements sans pour autant vouloir l'utiliser.

A chacun son parcours et ses moments. On est pas tous réglés pareil

Voilà voilou :)
♪Love is in the A ♫

Avatar du membre
PassionA
Atrix Reloaded
Messages : 1804
Enregistré le : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 475 fois
A été aimé : 484 fois

Re: Mon histoire - Suis-je asexuelle ?

Message par PassionA » 21 juin 2018, 11:30

Bonjour et bienvenue :)
Merci pour ton témoignage.
Winchester a écrit :
21 juin 2018, 02:13
Questions : Pensez-vous que je suis trop jeune pour me considérer asexuelle ? Comme je n'ai jamais eu de relation sexuelle, devrais-je en avoir au moins une avant de me considérer asexuelle ? Est-ce qu'il y a un terme décrivant une personne qui ne ressent pas le besoin d'être dans une relation amoureuse ? Est-ce qu’en je pourrais être autant aromatique qu’asexuelle ? Comme j’ai déjà eu des sentiments pour une personne, puis-je tout de même être aromantique ? Je suis tombée sur les mots ''relation queerplatonique'' en cherchant sur ce Forum, mais je ne suis pas certaine de bien comprendre le terme. Ne pourrais-je qu'être ''pas prête pour une relation amoureuse / relation sexuelle'' ou ne pas assez de confiance en moi ? Est-ce que vous connaissez un terme qui m'est inconnu qui pourrait représenter mon manque d'intérêt pour le sexe et le fait que je ne sois pas intéressée par les relations amoureuses ? Est-ce possible d'avoir deux orientations sexuelles qui nous représentent ? Je suis vraiment perdue parmi toutes ces questions.
Pourquoi serais-tu trop jeune pour te considérer asexuelle si les personnes qui t'entourent sont assez vieilles pour se considérer hétéro/homo/bi/pansexuelles ? Il n'existe aucune contrainte pour se considérer d'une orientation autre que de se reconnaitre soi-même de cette orientation (c'est souvent ça le plus long quand on a une orientation qui sort du standard hétéroS). Quelque soit ton âge (post-puberté), tu sais ce que tu aimes et ce qui t'attire, et si tu ressens oui ou non une attirance sexuelle pour une autre personne. Je t'accorde toutefois que l'asexualité est un doute plus qu'une certitude, puisque ce n'est pas basé sur un sentiment mais sur l'absence de ce sentiment. Ceci dit c'est souvent ce doute qui est, en soi, le premier pas vers la reconnaissance de son asexualité. Crois moi, les personnes zedsexuelles ne doutent pas et c'est d'ailleurs pour ça que l'asexualité leur parait aussi absurde aussi souvent.

Dois-tu avoir une relation sexuelle ? Bah ça c'est toi qui choisi, hein. Déjà, est-ce que tu es curieuse d'essayer ? Ça relève plus de la découverte de soi. Tu as le droit de ne pas avoir envie même d'essayer. Ton corps, tes règles. Ça ne fera pas de toi une personne plus ou moins asexuelle. D'ailleurs, la masturbation et les fantasmes n'ont pas non plus grand chose à voir avec l'asexualité, certains pratiquent et d'autres non.

Une personne qui ne ressent pas le besoin d'être dans une relation amoureuse même avec une personne qu'elle aime est dite aromantique. L'aromantisme ce n'est pas avoir un cœur de pierre et ne pas avoir de sentiments ni ne pas désirer de tendresse, mais c'est ressentir l'amour d'une façon très différente du standard fusionnel - généralement donc de façon plus distante. De l'extérieur ça ressemble beaucoup à une amitié très proche mais en fait c'est bien de l'amour, seulement sous une autre forme. Ça n'empêche donc pas de se sentir fortement connecté à une autre personne et même d'avoir des sortes de 'coup de foudre' aro qu'on appelle des squich. Certaines personnes aro n'ont pas très envie de vivre en couple, et d'autres l'acceptent, c'est un peu chacun fait comme il le sent. Ces relations on va les appeler queerplatonique, c'est à dire une connexion intime avec une autre personne qui sort des standards amoureux traditionnels. Enfin, certaines personnes sont solitaires et ne ressentent pas le besoin de se lier à quelqu'un d'autre autrement qu'amicalement, cela fait également partie du spectre aro.

Normalement, il existe suffisamment de nuances dans les orientations sexuelles pour que si tu en choisisses deux, il existe celle qui décrit cela : exemple hétérosexuel et homosexuel donne bisexuel, asexuel qui ressent parfois de l'attirance sexuelle donne grey-asexuel, etc.
Concernant ta question je ne comprends pas si tu ne sépares pas attirance amoureuse et l'attirance sexuelle, ou si c'est autre chose. On peut parfaitement être attiré amoureusement par une personne mais non sexuellement, et vice-versa. Ne pas être attiré sexuellement pour personne et ne pas ressentir d'attirance amoureuse non plus, c'est être aro-ace.

Avatar du membre
clotaire
Aveuglant
Messages : 2973
Enregistré le : 24 avr. 2016, 15:46
Localisation : Auvergne - Rhône-Alpes
Pronom : peut être tutoyé ;)
A aimé : 591 fois
A été aimé : 569 fois

Re: Mon histoire - Suis-je asexuelle ?

Message par clotaire » 21 juin 2018, 13:54

Bienvenue Winchester :-)

Je réponds exactement pareil que Dark Majesty ;-)
En précisant que aromantisme ne signifie pas, pour moi, l'absence totale de sentiments amoureux, mais plutôt le fait de ne pas se projeter dans une intimité de vie de couple avec la proximité qu'elle suppose.

Winchester
Membre junior
Messages : 9
Enregistré le : 20 juin 2018, 20:05
Pronom : Elle
A aimé : 8 fois
A été aimé : 1 fois

Re: Mon histoire - Suis-je asexuelle ?

Message par Winchester » 21 juin 2018, 21:24

Salut Anto ! :)

Merci pour ton commentaire, j'apprécie vraiment ! Merci également d'avoir répondu à mes nombreuses questions !

Je me demandais si j'étais trop jeune pour être asexuelle, puisque certaines personnes ont encore leur virginité à mon âge, même si c'est de plus en plus rare. J'ai lu dans une autre publication d'une jeune femme de 17 ans un commentaire qui disait qu'elle était encore jeune pour se considérer asexuelle. Je me demandais la même question ... Ça me rassure de savoir que je ne suis pas nécessairement trop jeune. :)

EXACTEMENT !!! Je me sens comme si la société nous disait : «Ayez du sexe, c'est ce qui rend heureux !» quand en fait, c'est totalement faux ! Quand j'en ai parlé à mon meilleur ami, si je devais avoir au moins une relation sexuelle avant de me considérer asexuelle, il m'a dit exactement la même chose que toi. En effet, je n'ai vraiment pas le goût ''d'essayer'' une relation sexuelle avec quiconque, ça me dégoûte juste d'y penser.

Pour mon béguin, à l'époque, c'était pour un garçon que je ne connaissais pas beaucoup. On se côtoyait de temps à autres, mais sans plus. Nous n'étions pas dans la même classe à l'école, alors ça compliquait les choses, mais on arrivait à se voir dans le cadre de certains cours. Je ne le connaissais pas beaucoup, alors je ne le considérais pas tant comme un ami. Une chose est certaine, je ne pensais pas du tout au sexe quand ''je m'imaginais avec lui''. J'avais en fait du mal à voir à ce que notre ''relation'' évolue et qu'on devienne un couple. C'est difficile à expliquer ...

Dans une relation parfaite, je dois t'avouer que je ne me vois pas en couple ou avoir des relations sexuelles. Je crois que ça conclue la question, haha ! ;)

C'est ce que mon ami m'a dit aussi quand je lui ai déballé mes sentiments et ma peut-être asexualité. On ne doit pas vivre selon un ''label'', mais je dois t'avouer que j'en ai envie. J'ai envie de connaitre un mot qui peut m'identifier et qui peut représenter comment je me sens. Je sais que ce n'est pas obligatoire pour tous, mais pour moi, j'aimerais bien avoir quelque chose pour me décrire, d'une certaine manière.

Merci énormément encore une fois pour ton commentaire ! ;)

Winchester
Membre junior
Messages : 9
Enregistré le : 20 juin 2018, 20:05
Pronom : Elle
A aimé : 8 fois
A été aimé : 1 fois

Re: Mon histoire - Suis-je asexuelle ?

Message par Winchester » 21 juin 2018, 21:35

Bonjour Dark Majesty ! :)

Merci pour ton commentaire et tes réponses !

Je me retrouve beaucoup dans l'asexualité, en ayant que 19 ans, bientôt 20, je me trouvais un peu jeune. Ton commentaire me rassure énormément !

J'adore ta comparaison ! Mon ami, qui est bisexuel, m'a fait une comparaison semblable à la tienne quand je lui ai parlé de mes sentiments. :)

L'aromantisme, c'est ce que j'ai pensé. J'ai longtemps pensé être aromantique, mais je trouve que l'asexualité me rejoint beaucoup aussi, alors je crois peut-être être un ''mélange'' des deux ..?

J'ai beaucoup regardé de vidéos de personnes asexuelles, et ces personnes n'ont jamais eu de sentiments envers quiconque. Je me demandais, comme j'ai ''aimé'' une personne, mais qu'une seule fois, si je pouvais me considérer aromantique également.

Wow, je ne savais pas qu'il y avait un terme pour les deux ensemble ! Je trouve que ça me décris étrangement bien ! ;)

Tes réponses m'aident grandement ! Merci beaucoup de m'éclairer sur certains points, j'apprécie vraiment ! :)

Winchester
Membre junior
Messages : 9
Enregistré le : 20 juin 2018, 20:05
Pronom : Elle
A aimé : 8 fois
A été aimé : 1 fois

Re: Mon histoire - Suis-je asexuelle ?

Message par Winchester » 21 juin 2018, 21:48

Bonjour Baelfire ! :)

Merci pour ton commentaire, j'apprécie ! :)

Tout comme toi, je déteste être dans l'incertitude. Tu comprendras qu'en n'étant pas certaine d'être asexuelle et de me poser beaucoup de questions, je déteste ce sentiment. ;) Peut-être que ma vision des choses changera avec le temps, qui sait ! Pour le moment, j'aime bien le terme ''asexuelle'', je trouve qu'il décrit bien la manière dont je me sens. Comme tu dis, les goûts et les couleurs changent. Peut-être que je me considère asexuelle pour le moment, mais tout peut changer ! Peut-être que je ne suis tout simplement pas prête. Peut-être que c'est un manque de confiance en sois. Seule moi peut réellement répondre à ces questions. ;)

Merci encore une fois pour ton commentaire ! :)

fiffi
Atrix Revolutions
Messages : 1966
Enregistré le : 04 oct. 2016, 00:07
Localisation : 77
Pronom : Il . Fiffi et tu
A aimé : 552 fois
A été aimé : 290 fois

Re: Mon histoire - Suis-je asexuelle ?

Message par fiffi » 21 juin 2018, 23:49

Bienvenue Winchester ,

si tu aimes bien le terme asexuel , gardes le , surtout si il correspond à ton ressenti actuel . :-)

On se sent un peu désorienté dans une société hypersexualisé , c' est normal que tu doutes . En te connaissant mieux toi-même , tu reprendras confiance en toi .

Winchester
Membre junior
Messages : 9
Enregistré le : 20 juin 2018, 20:05
Pronom : Elle
A aimé : 8 fois
A été aimé : 1 fois

Re: Mon histoire - Suis-je asexuelle ?

Message par Winchester » 22 juin 2018, 00:22

Bonjour PassionA :)

Tout d'abord, merci pour ton commentaire sur ce post, c'est vraiment apprécié. :)

J'aime ta manière de penser. C'est vrai quand on y pense, il n'y a réellement pas d'âge pour une personne de se considérer asexuelle ou encore même hétéro ou bi, comme tu dis. La clé, pour comprendre notre orientation sexuelle, est d'abord de se connaitre sois-même, et c'est une partie qui est en effet extrêmement difficile. Tu viens de m'apprendre un tout nouveau mot, zedsexuel ! ;)

Pour ta question, en fait, non, je ne suis pas vraiment curieuse d'essayer d'avoir des relations sexuelles.J'ai écouté plusieurs vidéos sur YouTube concernant l'asexualité et certaines personnes se masturbent, d'autres non. Comme tu dis, nous ne sommes pas moins asexuelles si nous nous masturbons. ;)

J'ai longtemps pensé que j'étais aromantique, mais je me disais que j'avais ''aimé'' ce garçon ... Mais à bien y penser, je ne suis jamais tombé amoureuse de quiconque. Ça ne veut pas dire que j'ai un cœur de pierre, au contraire. J'ai deux amis géniaux qui me supportent en tout temps et qui m'acceptent comme je suis et ces sentiments sont réciproques. Je préférerais avoir une forte amitié, comme j'entretiens avec ces deux personnes, qu'avoir un / une partenaire. Avec ta définition de squich, je comprends mieux le terme. J'en avais déjà entendu parlé, mais je n'en comprenais pas très bien le sens. Et je comprends aussi beaucoup mieux la définition d'une relation queerplatonique. ;) Je suis plus du genre et je te cite : «certaines personnes sont solitaires et ne ressentent pas le besoin de se lier à quelqu'un d'autre autrement qu'amicalement». Est-ce que c'est être aromantique ou c'est ''une forme'' d'aromantisme ?

Ma question était plutôt, est-ce que je pourrais être, par exemple, asexuelle et aromantique ? Ou encore queer et aromantique ? Ou asexuelle et panromantique ? Pas nécessairement asexuelle qui ressent parfois de l'attirance sexuelle, qui donne grey-asxuel. Mais c'est tout de même bon à savoir ! :) Aro-ace pour aromantique et asexuelle, j'aime bien ! Je n'avais jamais entendu ce mot. Dans mes recherches, je n'avais pas trouvé si une personne pouvait être aromantique et asexuelle. Tu me confirmes justement que c'est possible !

Merci encore pour ton commentaire ! ;)

Winchester
Membre junior
Messages : 9
Enregistré le : 20 juin 2018, 20:05
Pronom : Elle
A aimé : 8 fois
A été aimé : 1 fois

Re: Mon histoire - Suis-je asexuelle ?

Message par Winchester » 22 juin 2018, 00:34

Bonjour Clotaire ! :)

Merci énormément pour ton commentaire !

Je suis totalement d'accord avec toi. Selon les définitions que j'ai trouvées sur Internet, par contre, cela disait une absence de sentiments romantiques envers quiconque. J'imagine que tu peux te décrire d'une certaine manière, sans autant ''respecter'' à la lettre tout ce que ça englobe. Je ne sais pas trop comment expliquer tout ça et je n'ai pas particulièrement d'exemple ... Mais tout comme toi, je ne me projette pas dans une intimité de vie de couple avec la proximité qu'elle suppose. Je me reconnais en partie en toi. :)

Encore une fois merci pour ton commentaire, j'apprécie vraiment ! ;)

Winchester
Membre junior
Messages : 9
Enregistré le : 20 juin 2018, 20:05
Pronom : Elle
A aimé : 8 fois
A été aimé : 1 fois

Re: Mon histoire - Suis-je asexuelle ?

Message par Winchester » 22 juin 2018, 00:45

Bonjour Fiffi ! :)

Merci pour ton commentaire ! :)

J'aime bien le terme ''asexuel'', parce que je trouve qu'il décrit bien mon état actuel, je peux facilement me rapporter à ce terme. En étant dans une société hypersexualisée (j'adore ce terme, c'est tellement vrai), c'est clair que les personnes se considérant asexuelles sont très désorientées et perdues, se posant un millier de questions sur leur orientation sexuelle. Une personne de 23 ans (exemple) sans partenaire et qui ne cherche pas peut se poser des questions sur son orientation sexuelle, simplement parce que la société et tellement hypersexualisée de nos jours. Je n'ai vraiment pas une grande confiance en moi et je travaille là-dessus depuis des années. Je dois apprendre à mieux me connaitre, ça, c'est certain. À partir de là, je pourrai, comme tu dis, avoir confiance en moi et définir comment je me sens.

Merci énormément pour ton commentaire, encore une fois ! :)

Avatar du membre
PassionA
Atrix Reloaded
Messages : 1804
Enregistré le : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 475 fois
A été aimé : 484 fois

Re: Mon histoire - Suis-je asexuelle ?

Message par PassionA » 22 juin 2018, 08:25

Winchester a écrit :
22 juin 2018, 00:22
Je suis plus du genre et je te cite : «certaines personnes sont solitaires et ne ressentent pas le besoin de se lier à quelqu'un d'autre autrement qu'amicalement». Est-ce que c'est être aromantique ou c'est ''une forme'' d'aromantisme ?

Ma question était plutôt, est-ce que je pourrais être, par exemple, asexuelle et aromantique ? Ou encore queer et aromantique ? Ou asexuelle et panromantique ?
BIenvenue au club alors :)

Est-ce que tous les aro sont solitaires ? Je ne sais pas, je ne les connais pas tous. Ici, les personnes qui se reconnaissent aro le sont en général. Mais comme pour l'asexualité qui n'empêche pas d'avoir des relations sexuelles, l'aromantisme n'empêche pas d'avoir une relation amoureuse - c'est juste que c'est perçu par l'aro comme une relation plutôt amicale qu'amoureuse. Si je me fie à mes expériences, même en étant quelqu'un de solitaire j'ai eu quelques relations qu'on qualifierait de queerplatonique de mon point de vue mais d'amoureuse du point de vue de l'autre. Personnellement, j'ai assez mal vécu le fait que quelqu'un tombe amoureux de moi, déjà parce que ce n'était pas réciproque, et ensuite parce que je vis ça comme du harcèlement.

Concernant le second point, il faut détacher l'orientation amoureuse et l'orientation sexuelle car ce sont deux choses séparées. Ce n'est pas toujours évident au début parce qu'on vit dans une société où amour et sexe sont tellement liés qu'ils en deviennent synonyme. Ce n'est pas le cas, comme le savent instinctivement les aces. Ainsi, on parle d'hétéroromatisme, d'homoromantisme, de panromantisme, d'aromantisme, afin de qualifier l'orientation romantique (amoureuse) d'une personne sans spécifier son orientation sexuelle. J'ai un ami gay qui n'a jamais vécu en couple avec un autre homme parce qu'il ne tombe pas amoureux des mecs qui l'attirent sexuellement, par contre il aime sa meilleure amie (et colloc) qui ne lui fait ni chaud ni froid sexuellement...

Avatar du membre
Alban
Ace Creed
Messages : 2357
Enregistré le : 06 mai 2009, 18:46
Localisation : Nord
A aimé : 111 fois
A été aimé : 134 fois

Re: Mon histoire - Suis-je asexuelle ?

Message par Alban » 22 juin 2018, 09:59

Bienvenue Winchester !! :)
C'est un beau et bon fusil le Winchester. :D
Baelfire a écrit :
21 juin 2018, 11:06
Ptêt ben que oui, ptêt ben que non !
C'est ce qu'on appelle une réponse de normand. :) :bise:
Les anges d'aujourd'hui, ce sont tous ceux qui s'intéressent aux autres avant de s'intéresser à eux-mêmes.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité