le féminisme

Installez-vous confortablement et venez nous raconter toutes vos histoires extraordinaires, même si elles n'ont rien à voir avec l'asexualité.
Répondre
Avatar du membre
Puddi Puddi
Acolyte
Messages : 359
Enregistré le : 25 janv. 2017, 11:33
Localisation : Voie 9 3/4
Pronom : Klaatu verata nicto
A aimé : 23 fois
A été aimé : 154 fois

Re: le féminisme

Message par Puddi Puddi » 30 janv. 2018, 06:55

Histoire de l'art et histoire des genres, le combo d'infos qui vaut le coup d'oeil sur ce site consacré à une expo temporaire :

Battle of the Sexes
Marre d'être un pudding, je suis un Veaudelune maintenant ^^
Doctorante en mindfuck, amatrice de syntâches ^^

Image

Avatar du membre
Vince27
Ascendant
Messages : 961
Enregistré le : 06 nov. 2012, 00:17
Localisation : Centre, (Sans attache)
A aimé : 119 fois
A été aimé : 130 fois

Re: le féminisme

Message par Vince27 » 30 janv. 2018, 07:11

Hestia a écrit :
28 janv. 2018, 11:00
Je partage ton point de vu Vince27 à 200%
Merci, ça fait plaisir de voir mon opinion partager au sein de la communauté.
(J’aurais eu l’impression d’être un hérétique dans le cas contraire) ^^'
Moralité, ne pas nuire.
"...et ne pas faire chier ceux qui ne nuisent pas" (M.Phi)

Avatar du membre
Hestia
Avenator
Messages : 1565
Enregistré le : 25 avr. 2016, 22:28
Localisation : Suisse
Pronom : Elle et Iel
A aimé : 206 fois
A été aimé : 357 fois

Re: le féminisme

Message par Hestia » 31 janv. 2018, 06:34

De rien Vince27. C'est tout de même très subtil
Je suis une personne non-binaire, et j'apprécie qu'on parle de moi avec des mots et des phrases épicènes, et j'accepte qu'en m’accorde au féminin lorsqu'il est difficile de faire autrement.

Ramón

Re: le féminisme

Message par Ramón » 01 févr. 2018, 13:32

Vince, les féministes, le féminisme en général, ne nie pas les violences faites aux hommes (par contre des hommes le prétendent, et c'est chez les hommes qu'il se dit généralement qu'un homme ne peut être violé par une femme, fierté virile oblige) et surtout que les chiffres sont équivoques : il y a plus d'hommes qui subissent les violences du modèle que de femmes ("coûts du patriarcat"). Ce qui renvoie à une partie de ma dernière intervention.

Aphélie, hmmm, à considérer madmoizelle comme un webzine féministe (ce qui est sûrement contestable vu que des femmes sont subordonnées à un homme dans le fonctionnement de la boîte) on a là un parfait exemple de lieu où il y a défense de la prostitution et de la pornographie (comme si cela résultait d'une liberté de choix et non pas d'une traite d'humains comme les associations nous alertent régulièrement), et même de présenter Nicki Minaj ou Beyoncé ou... comme des badass girls alors que l'exposition de leur corps (et de leurs danseuses [et danseurs]) laisse peu de doutes quant à la marchandisation d'un produit "sexy" (loin de moi l'idée de dénigrer leur taf artistique). Les femmes en petite tenue qui réussissent sont globalement bien plus mises en valeur que les femmes plus "intello" (si cela peut avoir un quelconque sens), et je crois (mais cela n'engage que moi) que c'est le message de l'autrice du billet => il y a une complaisance de certaines féministes vis-à-vis des schémas productifs derrière ces réussites (et on pourrait introduire Hollywood et son modèle dans le lot).
M'enfin, il est clair que la chasse aux sorcières pose toujours des problèmes éthiques (mais ça montre bien comment le modèle dominant arrive à diviser les personnes en lutte)



Je vais essayer d'être le plus succinct pour vous répondre Alix et thailog, et je vais m'aider d'une citation pour voir si ça éclaircit mon propos.

thailog => si je te dis que 100% des dominants ont été des enfants, donc des personnes dominées et mises sous tutelle comme les femmes il y a peu, est-ce que ça fait sens ? Je veux dire : est-ce qu'à partir de là tu peux considérer que tout le monde est, de manière systémique, dominé ? (ce qui n'empêche pas de profiter des hiérarchies une fois ces enfants devenus adultes => validation du modèle en présence)

Alix => ton commentaire est juste quand on parle de théorie scientifique, là c'est plus délicat, nous sommes dans de la philosophie politique, donc c'est à la fois à partir de données scientifiques qu'elle se construit, mais aussi à partir de modèles éthiques, culturels,...
Systémique = effet de système =/= systématique = classification au sein d'un système. L'effet systémique implique 100% des individus (et du coup, les contre-exemples ne rentrent pas dans le cadre de l'analyse, c'est là le point important si tu cernes ce que je veux dire), la systématique implique de générer des catégories (donc des exceptions) comme tu le soulignes justement (et on sort du cadre de l'analyse précédente pour rentrer dans une autre).
Et tu as raison, il sera très difficile voire impossible d'élaborer une étude fiable sur l'impact du patriarcat sur chaque catégorie (on rentre dans l'individualisme méthodologique comme analyse sociologique). Du coup, les analyses systémiques prévalent (sans être parfaites).


J'ai déjà été trop long je crois à répondre à Alix, je m'en vais citer. Je pense qu'elle fait plutôt bien la synthèse de l'analyse systémique en centrant son analyse sur l'Etat, l'entité par qui les rapports de domination s'effectue depuis au moins Macchiavel ("Le Prince"), sinon les débuts de ce que l'on nomme civilisation et qui pourrait prendre racine avec le premier code des lois d'Hammourabi ou celui du Décalogue.
"Chaque génération nouvelle est née dans une société gérée par l’État et elle a donc tendance à accepter son existence comme une donnée ultime de la vie humaine. Durant la vie de cette génération, l’État poursuit son expansion, toujours aux frais de nos droits, mais de manière graduelle. A la fin de sa vie, on s’aperçoit que le monde n’a pas mal changé, que des gens, des entreprises, des coutumes, des mots, des chansons, des voitures, des peuples ont disparu, tandis que d’autres ont pris leur place. En revanche, l’État ne disparaît jamais et il croît toujours. La génération suivante naît dans un monde bien plus étatiste que la génération précédente et accepte, elle aussi, cet état d’affaires comme une donnée ultime de la vie."
Jörg Guido Hülsmann (très connu je sais => le compte rendu de sa conférence : http://lemennicier.bwm-mediasoft.com/ar ... urite.html)
Pas rassurant en vérité quand on sait que les mouvements d'émancipation ont jusqu'alors tous échoué à accomplir pleinement leur projet politique d'émancipation. Et l'intégration d'hommes dans le féminisme, "de loups dans la bergerie" pour reprendre une image, comme la tolérance nouvelle pour le porno ou la prostitution, ne sont pas de nature à rassurer quant à l'avenir du féminisme (d'un point de vue strictement personnel, masculin et libéral, car les libéraux ont échoué et les libertariens suivent le même chemin).


Pour revenir rapidement sur un point : il n'y a qu'un féminisme comme il n'y a qu'un communisme, qu'un libéralisme,... mais il existe bien des mouvements à l'intérieur et qui ont des priorités et des méthodes de lutte différentes ;). Mais tous ces mouvements utilisent les mêmes ressources développées au sein de leur philosophie politique.

Avatar du membre
Vince27
Ascendant
Messages : 961
Enregistré le : 06 nov. 2012, 00:17
Localisation : Centre, (Sans attache)
A aimé : 119 fois
A été aimé : 130 fois

Re: le féminisme

Message par Vince27 » 01 févr. 2018, 14:09

Mr.Nya a écrit :
01 févr. 2018, 13:32
Vince, les féministes, le féminisme en général, ne nie pas les violences faites aux hommes (par contre des hommes le prétendent, et c'est chez les hommes qu'il se dit généralement qu'un homme ne peut être violé par une femme, fierté virile oblige)
J’ai toujours dit que c’était un argument phallocrates (d’homme) de nier les victimes hommes (en les déclassant en sous-hommes si jamais ils l’ouvrent).

Et je connais très bien les noms des féministes femmes qui tentent de sensibiliser le reste du mouvement sur ces problèmes (comme Lara Stemple, Cathy Young...) <3 +++

Par contre elles sont loin de toujours faire l’unanimité (car entre la part pas si négligeable de féministes mainstream préférant rester sourdes et conserver leurs préjugés pourtant hérités de ceux qu’elles combattent... et d’autres plus modérée mais exprimant ceci : « oui vous les hommes êtes aussi victimes... mais vos gueules »).
Le féminisme est certes affaire de femmes, mais l’égalitarisme (ce à quoi j’adhère) est affaire de tous. Et c’est là qu’on retrouve la branche la plus salutaire du féminisme qui préfère être associée aux termes « humanistes ».
Mr.Nya a écrit :
01 févr. 2018, 13:32
et surtout que les chiffres sont équivoques : il y a plus d'hommes qui subissent les violences du modèle que de femmes ("coûts du patriarcat"). Ce qui renvoie à une partie de ma dernière intervention.
tu parles de ce genre d’éducation ? :
« on ne frappe pas les filles » (sous entendu c’est moins grave de s’en prendre aux garçons)
Homicide statistics according to the US Bureau of Justice Statistics

Male offender/Male victim 65.3%
Male offender/Female victim 22.7%
Female offender/Male victim 9.6%
Female offender/Female victim 2.4%

https://en.m.wikipedia.org/wiki/Violence_against_men
Notez que même si les femmes victimes de femmes sont minoritaires, elles n’en sont pas pour autant moins à plaindre (car quand tu es victimes il n’y a pas de distinction : humains victimes d’humains).

Par ailleurs je suis tombé sur un phénomène assez troublant :
(dû à quelques similarités nuancées par le fait que je ne partage pas le même constat)



Autant je comprends le processus mental, autant je pense que c’est une réaction extrême en réponse à un extrême.
Je m’explique :
Pour avoir vu d’autre vidéo de l’auteur (« 95% des PDG sont des hommes, mais 95% des hommes ne sont pas PDG »), il a beau faire le constat que le patriarcat est extrêmement nocif pour la plupart des hommes, il en tient rigueur aux féministes en assimilant le mouvement aux plus intégristes d’entre elles (car ces seules interlocutrices sont celles qui ne veulent pas entendre parler de violences si elles sont à l’encontre d’hommes).

Un peu comme si les victimes du même bourreau s'écharpaient entre eux pour savoir qui est le plus opprimé d’entre eux.

Quand je pense que chacun pourrait s’allier pour faire progresser la cause de l’égalité entre les sexes.
Sauf qu’aucuns n’y met de la bonne volonté par amertume et rancoeur (ce qui est humain).
Cependant cela fait le jeu de leur ennemi commun : les phallocrates
Moralité, ne pas nuire.
"...et ne pas faire chier ceux qui ne nuisent pas" (M.Phi)

Avatar du membre
dawnofthedove
Adepte
Messages : 204
Enregistré le : 08 déc. 2017, 21:51
A aimé : 35 fois
A été aimé : 67 fois

Re: le féminisme

Message par dawnofthedove » 08 févr. 2018, 13:51

Hestia a écrit :
02 févr. 2017, 12:40
Bien sûr que je vais accepter de dormir avec un violeur et un assassin; après tout c'est une très bonne chose de violer des personnes et assassiner des gens est la plus belle activité qu'un être humain puisse faire dans la vie.
Ah ouf, je suis rassurée!
Image

"Tout ce qui mérite d'être fait mérite d'être fait lentement" - Ralph Culco "l'évangile selon Tolkien"
...
"Ou pas :mrgreen:" - Moi.

Avatar du membre
Hestia
Avenator
Messages : 1565
Enregistré le : 25 avr. 2016, 22:28
Localisation : Suisse
Pronom : Elle et Iel
A aimé : 206 fois
A été aimé : 357 fois

Re: le féminisme

Message par Hestia » 08 févr. 2018, 14:52

dawnofthedove a écrit :
08 févr. 2018, 13:51
Hestia a écrit :
02 févr. 2017, 12:40
Bien sûr que je vais accepter de dormir avec un violeur et un assassin; après tout c'est une très bonne chose de violer des personnes et assassiner des gens est la plus belle activité qu'un être humain puisse faire dans la vie.
Ah ouf, je suis rassurée!
Moi aussi ! Je n'ai toujours pas partager mon lit avec un violeur ou un assassin. :D
Je suis une personne non-binaire, et j'apprécie qu'on parle de moi avec des mots et des phrases épicènes, et j'accepte qu'en m’accorde au féminin lorsqu'il est difficile de faire autrement.

Avatar du membre
PassionA
Atrix Reloaded
Messages : 1804
Enregistré le : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 475 fois
A été aimé : 484 fois

Re: le féminisme

Message par PassionA » 08 mars 2018, 12:49

La discrimination sexiste n'est pas forcément de la misogynie, mais est liée à l'éducation et à l'environnement : les femmes discriminent les femmes autant que les hommes le font. Je vous laisse lire le compte rendu de l'étude, qui comporte un certain nombre de défauts (cités) mais reste intéressante par sa démarche et sa reproductibilité.

https://lejournal.cnrs.fr/articles/les- ... e-la-foret

Avatar du membre
Hestia
Avenator
Messages : 1565
Enregistré le : 25 avr. 2016, 22:28
Localisation : Suisse
Pronom : Elle et Iel
A aimé : 206 fois
A été aimé : 357 fois

Re: le féminisme

Message par Hestia » 08 mars 2018, 13:28

PassionA a écrit :
08 mars 2018, 12:49
La discrimination sexiste n'est pas forcément de la misogynie, mais est liée à l'éducation et à l'environnement : les femmes discriminent les femmes autant que les hommes le font.
Exact! Si on regarde bien la discrimination sexiste est avant tout un conditionnement psychologique causé par l'éducation et l'environnement. Les femmes qui ont été éduquées de manière à trouver normal de discriminer les femmes vont approuver cela et agir de la sorte envers les autres femmes, y compris leurs filles, sœurs, cousins etc. C'est en tout cas ce que j'ai pu constater. Si je peux comprendre que la discrimination sexiste soit influence par l'éducation et l'environnement, par contre cela m'énerve de voir qu'il y a des gens qui affirment être pour l'égalité hommes femmes mais qui concrètement font bel et bien de la discrimination envers les femmes :ignit:
Je suis une personne non-binaire, et j'apprécie qu'on parle de moi avec des mots et des phrases épicènes, et j'accepte qu'en m’accorde au féminin lorsqu'il est difficile de faire autrement.

Avatar du membre
Natsu
Ascendant
Messages : 944
Enregistré le : 10 juin 2014, 21:09
Localisation : Aquitaine
A aimé : 39 fois
A été aimé : 128 fois

Re: le féminisme

Message par Natsu » 09 avr. 2018, 21:01

Voici une émission de France Culture, Les Pieds sur Terre : "Homme à barbe, femme à poils".
C'est sans doute uniquement la première partie de cette émission qui concerne ce topic "Féminisme", puisque j'avais lu il y a quelques temps sur ce topic ou ailleurs la question de l'injonction sociale de s'épiler pour les femmes. Cette émission relate le témoignage d'une femme laissant pousser ses poils et assumant sa pilosité en société, les difficultés professionnelles rencontrées, puis le témoignage d'un homme barbu et les réactions discriminatoires subies à l'embauche. Les deux témoignages se rejoignent dans le sens ou le fait de laisser pousser leurs poils devient une action politique.

https://www.franceculture.fr/emissions/ ... me-a-poils

Ramón

Re: le féminisme

Message par Ramón » 10 avr. 2018, 10:54

Et pour les personnes qui vivent pas loin de Strasbourg, il y a cet événement à l'université de la ville : https://www.pokaa.fr/femfest-trois-jour ... trasbourg/

Osalnef
Membre junior
Messages : 13
Enregistré le : 12 avr. 2018, 12:57

Re: le féminisme

Message par Osalnef » 12 avr. 2018, 16:19

Bonjour à tous, j'aimerais réagir sur un des propos tenus dans cette discussion par Vince27
Vince27 a écrit :
01 févr. 2018, 14:09

Par ailleurs je suis tombé sur un phénomène assez troublant :
(dû à quelques similarités nuancées par le fait que je ne partage pas le même constat)


Autant je comprends le processus mental, autant je pense que c’est une réaction extrême en réponse à un extrême.
Je m’explique :
Pour avoir vu d’autre vidéo de l’auteur (« 95% des PDG sont des hommes, mais 95% des hommes ne sont pas PDG »), il a beau faire le constat que le patriarcat est extrêmement nocif pour la plupart des hommes, il en tient rigueur aux féministes en assimilant le mouvement aux plus intégristes d’entre elles (car ces seules interlocutrices sont celles qui ne veulent pas entendre parler de violences si elles sont à l’encontre d’hommes).

Un peu comme si les victimes du même bourreau s'écharpaient entre eux pour savoir qui est le plus opprimé d’entre eux.

Quand je pense que chacun pourrait s’allier pour faire progresser la cause de l’égalité entre les sexes.
Sauf qu’aucuns n’y met de la bonne volonté par amertume et rancoeur (ce qui est humain).
Cependant cela fait le jeu de leur ennemi commun : les phallocrates
Je suis l'auteur de cette vidéo, et j'ai l'impression que le message est mal passé ^^' Je vais essayer de reformuler plus correctement.

Avant-propos : J'ai essayé de te contacter en privé, mais je n'y arrive pas. Si mon message est hors-sujet, je te propose donc de poursuivre la discussion (si elle t'intéresse bien évidemment) sur youtube (en privé si tu préfères) et je supprimerai ce commentaire.

Si je tiens rigueur au féminisme en général, et pas seulement aux féministes les plus intégristes, ce n'est pas parce que les féministes (hommes comme femmes d'ailleurs) à qui j'ai parlé ne voulaient pas entendre parler de ce genre de violences. J'ai discuté avec Marie de la chaîne youtube Réflexion Faite, Débora de la chaîne Simplement Débora, Esther de la chaîne Esther notamment, et toutes ont regardé au moins une de mes vidéos en sachant que j'étais anti-féministe. Même si leurs arguments ne tiennent pas vraiment la route (quand des arguments sont présentés bien sûr), elles n'ont pas nié la victimation des hommes (minimisé seulement ou remis en question la pertinence des chiffres présentés, mais on va pas cracher dans la soupe).
Au delà de ça, j'ai rencontré quelques féministes sincèrement compatissants. Ces personnes sont peu nombreuses certes, mais elles existent et j'en ai conscience.
J'ai parlé dès ma toute première vidéo de Lara Stemple que tu as toi même citée, envers laquelle je n'ai que respect et reconnaissance.

La raison de mon avis concernant le féminisme vient du fait que, même si on admet que tous les féministes ne sont pas misandres, que font donc ces féministes pour les victimes de sexisme (misandrie en l’occurrence) ? Il n'y a aucun refuge pour hommes, aucune ligne d'appel dédiée gérée par les féministes. Les documentaires tentant de sensibiliser à la cause des hommes sont réduits au silence par des féministes. Les tentatives de création de refuge pour hommes sont au pire mal vues par les féministes (Earl Silverman), et au mieux sont tolérées (Sylvianne Spitzer) bien que décrédibilisées de manière compulsive.
Ce que je veux dire, c'est que d'un côté, on voit les actions misandres de certains féministes et leur impact significativement préjudiciable, mais il n'y a aucune action bienveillante dirigée envers les hommes de la part des féministes pour ne serait-ce que contre-balancer les mauvaises actions d'autres féministes. La seule chose qui aurait pu être considérée comme une action bienveillante à l'égard des hommes est la notion de masculinité toxique, mais c’est simplement de l'hypocrisie et un moyen de faire bonne figure. Dans les faits, il ne se passe rien. Et en théorie, il se passe des choses, mais uniquement si elles bénéficient avant tout au aux femmes (le fait de parler de masculinité toxique par exemple).
Il y a donc du mauvais dans le féminisme, et très peu de bon (en ce qui concerne les hommes victimes). La balance penche clairement du mauvais côté pour le féminisme. Avoir du mauvais dans un mouvement est inévitable, le réel problème reproché ici, c'est que cette part sombre du féminisme domine.
Pire encore, ces actions féministes misandres sont significativement préjudiciables aux hommes (victimes de violence conjugales et sexuelles par exemple) sont supportées par des organes de l’État. Il s'agit donc du féminisme 'officiel' (en plus d'en faire une oppression systémique d'ailleurs).

Petit exemple pratique : La loi niant la majorité des hommes violés par des femmes n'est pas due au patriarcat, mais au féminisme. Ce sont des féministes qui ont rédigé cette loi il y a 40 ans, et qui depuis, ne font strictement rien pour la changer. Et les féministes savent très bien de quoi retourne cette loi, Ginger Force en a parlé il y a 3 ans, dans une vidéo qui a fait 60 000 vues. On nous parle de culture du viol, on prétend qu'elle touche uniquement les femmes, mais pourtant la négation omniprésente et systémique des viols d'hommes n'est pas un problème considéré comme préoccupant. C'est de la misandrie, et cette misandrie est du fait des féministes uniquement.
En 2010, la loi américaine relative au viol a été modifiée pour être inclusive. Ces changements ont été encouragé par les féministes. Et sans surprise, quelle est le seul cas de figure qui n'est pas pris en compte ? Les hommes violés par des femmes, malgré que les mascus aient adressés le problème, les féministes les ont sciemment ignorés. Résultat, c'est 1 267 000 hommes qui sont violés et ignorés par la loi américaine chaque année (pour 1 270 000 femmes violées).
Ce n'est pas le patriarcat qui est responsable de ça, le patriarcat est mort dans nos sociétés. Le féminisme l'a remplacé perpétuant et en encourageant la surprotection des femmes et le sacrifice des hommes.

On adorerait s'allier au féminisme, mais on est tout le temps diffamé. On peut y mettre toute la bonne volonté qu'on veut, autant souffler contre une tempête. Encore une fois, je te propose de lire les propos de Sylvianne Spitzer sur les raisons qui l'a poussée à arrêter de se battre pour les hommes victimes de violences conjugales. Ce n'est ni la patriarcat ni le virilisme, mais le féminisme.
On y met de la bonne volonté. J'ai parlé dans des termes élogieux de Lara Stemple, Christina Hoff Sommers est une des figures les plus respectées des anti-féministes, alors qu'elle se définit comme féministe. Les seules personnes à ne pas mettre de bonne volonté, ce sont les féministes. Les MRA de A Voice For Men ont accepté qu'une féministe (Cassie Jaye) fasse un documentaire sur eux. Les exemples se suivent : on y met toute la bonne volonté du monde, les seules personnes réticentes sont celles qui refusent de mettre fin à cette compétition victimaire en acceptant l'idée que les femmes ne sont pas forcément les principales victimes (physiquement ou symboliquement).

Au mieux, le féminisme est passif vis à vis des problèmes masculins (les youtubeuses qui prétendent être émues par ces problèmes ne les adresseront jamais à leur public, parce que - sans forcément qu'elles s'en rendent compte - elle se foutent des problèmes qui touchent les hommes), au pire encourage ces problèmes.

Merci de m'avoir lu, en espérant que mon opposition au féminisme est plus claire.

thailog
Affilié
Messages : 342
Enregistré le : 08 avr. 2017, 15:46
Pronom : il
A aimé : 95 fois
A été aimé : 80 fois

Re: le féminisme

Message par thailog » 12 avr. 2018, 18:00

Je crois qu'aucun post sur AVEN ne m'a autant choqué que celui-la.

"La raison de mon avis concernant le féminisme vient du fait que, même si on admet que tous les féministes ne sont pas misandres, que font donc ces féministes pour les victimes de sexisme (misandrie en l’occurrence) ?"

Euh déjà pourquoi ce serai forcément les féministes qui s'occuperaient de ça ? Le féminisme est un mouvement de soutient et de solidarité entre femme avant tout, peut-être que c'est aux hommes victime de ce genre d'abus de créer un mouvement pour s'entre-aider et au-dela de ça c'est surtout à l'Etat et aux hommes politiques de le faire. Au passage tu as remarqué qu'on dis "homme" politique, bizarre dans une société avec un patriarcat soi-disant mort.

"La loi niant la majorité des hommes violés par des femmes n'est pas due au patriarcat, mais au féminisme."

Oui il y a des hommes victime de violence conjugal, de viol et notamment par des femmes mais c'est bien le patriarcat qui cache ces violences. Le patriarcat a toujours tenté de minimiser la violence féminine car il est important pour ce système de rappeler que la force ou la violence sont masculine par essence.

"On nous parle de culture du viol, on prétend qu'elle touche uniquement les femmes, mais pourtant la négation omniprésente et systémique des viols d'hommes n'est pas un problème considéré comme préoccupant. C'est de la misandrie,"

L'extrême majorité des viols sont commis par des hommes envers les femmes. Utiliser des cas rare(même si les cas d'homme violé mérite autant d'attention que celui des femmes violées) pour discréditer le concept de culture de viol me semble malhonnête intellectuellement.

"mais il n'y a aucune action bienveillante dirigée envers les hommes de la part des féministes...La seule chose qui aurait pu être considérée comme une action bienveillante à l'égard des hommes est la notion de masculinité toxique, mais c’est simplement de l'hypocrisie et un moyen de faire bonne figure"

En gros tu reproches aux féministes de ne rien faire mais si elle font qqch tu leurs reproche que c'est hypocrite, bref tu ne leurs laisse aucune chance.

"Ce n'est pas le patriarcat qui est responsable de ça, le patriarcat est mort dans nos sociétés. Le féminisme l'a remplacé perpétuant et en encourageant la surprotection des femmes et le sacrifice des hommes."

C'est faux, c'est le discours d'extrême droite classique, faire passer les dominant pour des victimes.

"Merci de m'avoir lu, en espérant que mon opposition au féminisme est plus claire."

Très claire. Je suis persuadé que tu es dextrême-droite, que tu es macho et que tu utilise les violences(qui existent) que subissent les hommes pour discréditer le féminisme. Je ne sais pas ce que pense Vince27 mais perso j'admire les féministes(tu sais les youtubeuses que tu décris comme ayant des arguments qui ne tienne pas la route) de discuter avec toi car perso je ne l'aurai pas fait.

Ramón

Re: le féminisme

Message par Ramón » 12 avr. 2018, 18:34

"Article 4 La liberté et la justice consistent à rendre tout ce qui appartient à autrui ; ainsi l’exercice des droits naturels de la femme n’a de bornes que la tyrannie perpétuelle que l’homme lui oppose ; ces bornes doivent être réformées par les lois de la nature et de la raison."
https://www.ldh-france.org/1791-DECLARA ... ITS-DE-LA/
Ce texte fondateur du féminisme est basé sur les droits de l'homme et du citoyen, s'opposer au féminisme c'est s'opposer aux droits individuels, ni plus ni moins. Il faudra lire Condorcet pour étudier pourquoi il cherche à donner le droit de cité aux femmes, un certain Locke pour voir un homme exprimer le droit à la femme de demander le divorce quand son mari ne remplit pas son contrat, et un Stuart Mill pour faire un long texte sur l'asseujetissement des femmes. Tous des hommes issus de la tradition jusnaturaliste, fondatrice des droits individuels.

Et non, ce n'est pas terminé. La tyrannie continue.
Et on notera que la majorité des violences faites aux hommes sont le fait d'hommes, donc le patriarcat continue bel et bien d'exister comme moyen de sélection biologique et politique. Et on remarquera que la société masculine privilégie largement des femmes comme Thatcher dont le profil est viriliste et pas féministe. Faut qu'elles aient "des roudoudou", et d'ailleurs c'est bien le profil des femmes que tu as cité, pas étonnant qu'elles plaisent aux mascu, elles valorisent votre modèle.

Et quand on voit comment sont décriées les féministes radicales (qui prennent les problématiques "à la racine"), y compris par les femmes elles-mêmes, on voit bien que le féminisme est loin d'avoir pleinement percuté toutes les consciences.
D'ailleurs Hannah Arendt expliquait très bien que la seule pensée qui s'opposait pleinement au totalitarisme était la pensée radicale puisqu'elle s'attaque aux fondements de l'oppression totalitaire.

Au passage, vous n'êtes pas diffamés, vous prenez le problème à l'envers donc il est normal que l'on vous renvoie dans les cordes. La base pour renverser le modèle patriarcal qui est la cause des violences faites aux hommes (aux femmes et aux enfants) c'est d'abord d'adhérer au féminisme, ensuite les choses peuvent avancer.
2nd au passage, le principe de justice est que les coupables dédommagent les victimes : il y a quelques millénaires à dédommager avant de considérer les coupables comme ayant réglés leur dette. Juste comme ça.

Avatar du membre
clotaire
Aveuglant
Messages : 2986
Enregistré le : 24 avr. 2016, 15:46
Localisation : Auvergne - Rhône-Alpes
Pronom : peut être tutoyé ;)
A aimé : 593 fois
A été aimé : 573 fois

Re: le féminisme

Message par clotaire » 12 avr. 2018, 20:27

Je ne pense pas que l'antiféminisme ne soit qu'un discours d'extrême droite, l'appel du collectif des 100 femmes en janvier (Catherine Deneuve etc.) contre "balance ton porc" montre que cela ne touche pas qu'une frange extrémiste. Il me semble important, par ailleurs, de respecter la qualité du débat, qui peut être très intéressant et nous aide, quelque part, à forger nos arguments et notre réflexion de part et d'autre ;-)

Pour ma part, mes positions ont évolué ces dernières années, et je me sens de plus en plus proches d'idées féministes (même si voir les choses de façon manichéenne -féministe vs patriarcal- me semble problématique, la réalité est tellement nuancée...). J'ai rencontré des militants de la cause féministes qui sont des personnes formidables et font avancer le progrès social en général.

Sur le fond, il me semble que les violences faites aux hommes, en général, n'ont pas directement le genre comme essence. Il s'agit d'homophobie, d'antisémitisme, ou de plein d'autres formes de violence plus ou moins banale, mais on ne s'en prend pas (en termes de violence) à un homme parce qu'il est un homme, comme c'est le cas pour les femmes. Enfin, il me semble. D'une manière générale, les plus faibles doivent être protégés, et oui, il y a des hommes parmi les plus faibles. Il faut y être attentif. Mais je ne vois pas, concrètement autour de moi, en quoi le féminisme empêche cela.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités