Je ris, je pleure, coup de gueule

Tout commence avec de grandes idées ; venez partager vos opinions sur les sujets les plus divers.
Avatar du membre
Lau
Aguerri
Messages : 500
Enregistré le : 15 nov. 2017, 23:02
Localisation : Rhône-Alpes
A aimé : 244 fois
A été aimé : 171 fois

Re: Je ris, je pleure, coup de gueule

Message par Lau » 19 déc. 2017, 20:35

Je suis pas sûre que ça aille "de mieux en mieux", ça évolue. Et seul le temps pourra nous dire si ça a "bien" évolué ou pas. Je doute évidemment qu'aucune époque ait été parfaite mais c'est pas pour autant qu'on peut pas aspirer à des changements ou des améliorations et porter un regard critique sur notre société.
Tu dis qu'on a de la chance, Baelfire. Ce serait intéressant que tu développes en quoi tu trouves qu'on a en, ne serait-ce que pour contrebalancer tout le négatif précédemment exposé. Et surtout parce que tout est une question de vision des choses et d'équilibre.
Moi je critique la société d'informations dans laquelle on évolue et les défaillances d'un système qui, pour traiter la surabondance d'infos, privilégie le "débrouillez-vous"/"vous apprendrez sur le tas" à la mise en place de vrais temps de pause et de réflexion sur les usages et les pratiques en matière d'informations (Je parlais plus haut d'éducation aux médias et à l'information, un enseignement transversal que chaque prof peut intégrer dans son enseignement. C'est pourtant sur le papier une bonne solution mais en pratique c'est un coup d'épée dans l'eau, car comme tout le monde peut le faire, personne n'en fait vraiment)
Mais c'est vrai que la démultiplication des possibilités de communication, la création d'espaces de partage, de nouveaux services sont une chance. Encore faut-il savoir (être en capacité d') en profiter. Et quand on voit que la majorité des internautes confient sans broncher leurs données personnelles à des grandes multinationales qui leur font croire qu'elles ont leurs intérêts à cœur, n'ont pas la moindre idée de comment fonctionne Internet ("c'est dans le cloud "), que les USA sont en bonne passe d'abroger la neutralité du net, je peux pas m'empêcher de me dire qu'on a du souci à se faire. Et que c'est toujours aussi essentiel d'informer sur tout ça et d'essayer de donner des billes aux gens pour qu'ils puissent faire des choix conscients et pas seulement utiliser un service, entrer dans un système parce que "c'est simple/facile/rapide".
"C'est une folie de remédier à l'arbitraire d'un dégoût par l'arbitraire d'une contrainte." (R. Enthoven)

Image

Avatar du membre
Baelfire
BadAce
Messages : 3645
Enregistré le : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 628 fois
A été aimé : 919 fois

Re: Je ris, je pleure, coup de gueule

Message par Baelfire » 20 déc. 2017, 08:27

Tu as le droit de t'exprimer sans finir au bûcher, de te posséder toi, de t'instruire, d'acquérir du patrimoine en ton nom propre et non pas en celui de ton père, frère ou de ton mari, de choisir ta carrière ou non carrière, de choisir ton statut matrimonial, d'avoir ou de ne pas avoir de religion, de voter, d'aller dans le pays que tu veux...

Ce n'est qu'un échantillon mais j'estime que ça fait déjà une énorme différence par rapport au siècle dernier déjà. Nos vies ont changé en peu de temps (quoique c'est toujours trop long) et en bien. Ca n'a jamais été aussi bien que maintenant. Et ça deviendra de mieux en mieux. Il faut laisser le temps au temps.

Je suis d'accord avec toi pour la désinformation. Mais d'un autre côté ça nous oblige

1 A nous instruire
2 A regarder plus loin que le bout de notre nez et à raisonner plus grand
3 A ne pas être trop crédule.
4 A faire des recherches
♪Love is in the A ♫

Avatar du membre
Olib
Acolyte
Messages : 398
Enregistré le : 18 sept. 2017, 13:35
Localisation : Clermont-Ferrand
Pronom : Il
A aimé : 235 fois
A été aimé : 207 fois

Re: Je ris, je pleure, coup de gueule

Message par Olib » 20 déc. 2017, 08:37

Je suis d'accord avec Baelfire. J'ajouterais aussi la santé.

Quant à l'information, il n'y a pas si longtemps encore les gens en France (et toujours actuellement dans certains pays) n'avaient droit qu'à l'information officielle qui, de fait, manipulait le peuple. Aujourd'hui, au moins, on a plusieurs informations qui circulent en parallèle, libre aux individus de choisir celle qu'ils préfèrent. Evidemment, cela demande une certaine éducation, le système n'est pas parfait. Mais au moins, on peut choisir.
La montagne, ça vous gagne.
"Poum Di Dou Da Dou Dim"

Image

Ramón

Re: Je ris, je pleure, coup de gueule

Message par Ramón » 20 déc. 2017, 14:24

"Ôte-toi de mon Soleil" disait l'un des plus grands ennemis des stoïciens à un illustre dirigeant. La foire à empoignes, elle existe depuis toujours. Elle est juste plus visible aujourd'hui car aujourd'hui il y a nettement plus de personnes qui peuvent jouir d'elles-mêmes, donc de leurs pensées, et de leur capacité à chercher de l'information via la discussion. Il est bon de rappeler le sens du mot discussion => "abattre, briser, fracasser" et du mot débat => "se battre avec intensité", il ne peut donc pas y avoir de débat calme et raisonné, c'est antinomique. Est-il étonnant que les échanges entre les individus soient aussi virulents quand on privilégie un tel mode de communication plutôt que le dialogue ou la conversation ? Les gens n'ont pas besoin de connaître le sens des mots pour être influencés par eux, il y a un côté "atavisme culturel" là-dedans. Les gens défendent leur territoire, et plus ils sont en sécurité sur leur territoire, moins ils sont enclins à laisser les autres marcher dessus. Cela vaut aussi dans la sphère de la pensée, qu'elle soit politique ou non. Nous sommes des animaux territoriaux jusque dans l'abstraction.
Ce n'est donc pas du troll, c'est juste de l'animalité dans sa plus simple expression. Constat simple.

Pourquoi alors tant d'erreurs dans les propos des gens ? Il faudrait pouvoir être capable de dire qu'il existe une réalité objective en dehors de nos perceptions, ce que même la méthode scientifique ne parvient pas à réaliser puisque la science est un outil, et que nous construisons nos outils avec nos perceptions. C'est d'ailleurs pourquoi on peut innover quant à l'utilisation de nos outils, ils ont une utilité particulière, dédiée, mais en fait ils peuvent servir à bien d'autres choses => ils n'ont pas d'utilité objective fixée. La science n'y échappe pas, la méthode scientifique non plus. Il n'y a qu'à voir comment aujourd'hui c'est le scientisme qui a pris le pas sur la scientificité, l'idéologie sur la technique.

Et ce n'est pas du fascisme, le fascisme n'est pas une philosophie politique du coup d'état. Le fascisme, Mussolini a expliqué ce que c'était : la réunion politique entre l'Etat et le marché, l'antilibéralisme/antianarchisme/anticommunisme total, le socialisme détourné de ses principes. Jeter l'opprobre pour sur l'autre ce n'est pas du fascisme, au mieux on pourrait dire "terrorisme intellectuel", mais pas fascisme, c'est un non-sens logique vu ce qui est écrit sur la doctrine du fascisme.
Par contre, effectivement, les Etats occidentaux sont fascistes depuis les années 20-30. Tous, sans exception. Qu'ils se nomment monarchie parlementaire, républiques,... il s'agit à chaque fois de fascismes. Le fascisme, c'est l'idéologie qui a permis à la culture européenne de se maintenir dans la première moitié du XIXème quand les anarchismes et les socialismes sont venus changer les rapports de force, et ont fini par échouer, la société étant conservatrice, les animaux étant intrinsèquement conservateurs puisqu'ils cherchent à survivre, et à se reproduire. Donc à créer des mécanismes de défense contre la nouveauté, contre ce qui oblige à sortir de notre zone de confort. Il n'y a guère que le progrès technique pour mettre à mal les conservatismes puisque le principe du progrès technique et d'améliorer le confort des individus, rôle qu'il remplit parfaitement depuis la nuit des temps, et encore aujourd'hui => c'est un peu notre Obi Wan Kenobi, notre seul espoir. Car ce n'est pas de la pensée politique que viendront les progrès dans la vie des gens.

L'humanité n'a pas perdu la raison, elle n'a jamais été aussi raisonnable et elle n'a jamais autant rationalisé. Simplement, ce processus, comme tous les processus évolutifs, prend du temps et rencontre des résistances.

A tes questions :
_parce que les personnes LGBT luttent, la lutte n'est pas logique, elle est émotionnelle. Et il est évident que les questions de genre ne peuvent aboutir qu'à une conclusion => tout le monde est trans à partir du moment où on ne place plus le curseur tel qu'il a été placé initialement : sexe = genre. Le mot génital provenant du mot "genris" qui forme le mot "genre" ou le mot "gène" ou le mot "génération".
_parce qu'il n'y aucun besoin de s'opposer à une logique qui s'est tirée une balle dans le pied dès ses prémisses. Le mouvement disparaîtra de lui-même car ses fondements sont bancals.
_parce que tu ne connais pas les bons créationnistes qui justement savent que la science et la méthode scientifique ont un objectif : démontrer techniquement les convergences morales de la théologie, et donc démontrer que le monothéisme est valide. Et ils sont très bons pour réfuter ces scientifiques créationnistes. Ce n'est pas pour rien que la majorité des scientifiques expliquent avoir la foi, quand bien même ils ne sont ni théistes, ni déistes.
_parce que l'écologisme est une religion qui n'a rien à voir avec l'écologie et les écologues. Et qu'en politique, il faut mettre de côté son cerveau.
_parce que les électeurs ne savent pas qu'élire c'est renoncer à agir politiquement, et qu'ils croient que des experts sont nécessaires. D'ailleurs, dans tous les domaines on croit que les experts sont nécessaires, en éducation, en science, en sport,... Au passage, la croissance du PIB ne vaut rien en économie, c'est la croissance des échanges qui compte. On peut avoir 5% de croissance mais avec un nombre global d'échanges qui diminuent. Simple à opérer : il suffit de faire de l'inflation. Le PIB étant un produit, il suffit d'augmenter les prix pour créer de la croissance quand les échanges décroissent. C'est une illusion fort pratique, on nous apprend que les chiffres sont tellement importants que les gens finissent par y croire.
_parce que l'Education Nationale a pour but de fabriquer des illettrés depuis les années 30, et en premier lieu les enseignants (car rien de mieux pour avoir une population illettrée que d'avoir des enseignants illettrés), que le ministère de la culture de Malraux-De Gaulles a pour fonction de faire de la propagande et de la désinformation depuis les années 60.
_parce que l'orthographe, la grammaire,... ne sont pas de simples histoires, il s'agit de conventions. Et les conventions génèrent des dysphories parmi une partie de la population.
_parce que c'est le principe de la guerre. Gagner et faire reculer l'autre.
_idem, voir au-dessus. C'est la guerre, et dans la guerre il n'existe pas de coups bas, tout est permis. Si tu as déjà participé à une rixe, tu devrais savoir qu'il n'y a aucun honneur dans la bataille, à la fin c'est celui qui est debout qui ramasse les gains.

Mais oui, nous sommes bien mieux informés, aucun problème là-dessus. Simplement, personne ne sait utiliser l'information, pas même les plus érudits. On en revient à l'animalité, aux sens, aux perceptions. Accuser le trop plein d'infos est un non-sens, c'est sur l'individu qu'il faut se concentrer. Et l'individu est un animal avec un système nerveux, des hormones, des palpitations,... Et que chaque individu a besoin de sa zone de confort, donc chaque individu est prêt à un moment à se duper lui-même, ce qui finira par duper les autres mécaniquement.
De toutes les espèces existantes, nous avons cependant prouvé que nous étions la plus apte à changer cet état. Avec grands heurts. Avec grandes réussites. Et le XXème siècle est la période la plus foisonnante en réussites humaines => nous avons réussi à passer les 7 milliards d'habitants en réussissant à mieux les instruire, mieux les nourrir, mieux les dotés en biens et services,... tout en réduisant drastiquement l'impact qu'un individu a sur l'environnement. Dans les pays occidentaux, cela fait des siècles que les écosystèmes ne se sont pas aussi bien portés, et les écologues en font part régulièrement, je prends souvent Jacques Tassin comme illustration, mais aussi l'Organisme National des Forêts français. Nous devons attendre que les autres pays réussissent à faire leur transition industrielle avant de réaliser pleinement la transition écologique et énergétique, qui est déjà prête à arriver sur les marchés, aucun problème à ce niveau, les marchés attendent le feu vert des Etats pour se gaver sur cette transition qui sera lucrative comme jamais, surtout vu comment la demande est forte dans nos pays et dans les pays en transition.

Et Baelfire souligne encore un point intéressant à soulever : oui, la culture de l'instantanée, c'est là encore très animal comme comportement. Tant que je peux, je consomme. Et je prépare mes réserves pour le cycle de disette à venir. Et là, l'ingéniosité humaine parle => nous avons recréé un état d'abondance équivalent à la période où les humains étaient bien moins nombreux et que les forêts couvraient 50-70% des espaces.
Nous avons sublimé, malgré nous à mon avis, l'agriculture et l'élevage. Et de nouvelles techniques aussi efficaces en termes de rendement arrivent, et elles s'appellent maraîchage en sol vivant, l'agro-foresterie, la permaculture. Nous sommes en train d'allier les fonctionnements des écosystèmes avec nos besoins de 7 milliards d'habitants. Parce que nous sommes une espèce ingénieuse, de bout de chair propre à être mangé, nous passons en haut de la chaîne alimentaire et nous permettons à des espèces de reprendre leur place progressivement dans la biomasse.

Ce dont nous avons besoin, c'est de laissez-faire, car nous sommes des animaux, car nous sommes partie intégrante de la Nature, et que la Nature laisse-faire, elle ne cherche pas à réguler ou contrôler, elle n'a aucun problème à laisser tomber les individus incapables de suivre un mouvement. Donc soit on se croit au-dessus de la Nature et nous continuons à vouloir contrôler les mouvements, les idées, les infos,... soit nous laissons-faire, et nous faisons confiance à cette force interne qui nous pousse à améliorer notre condition d'être vivant, soit nous continuons d'être dans ce modèle bâtard qui se situe entre deux et qui, je crois, est la source de ta frustration Lockarius puisque c'est ce modèle bâtard qui permet tout, l'absurde comme le raisonnable ;)

Nous sommes vivant, et comme la quasi totalité du vivant, nous cherchons la croissance et la rentabilité => nous développer en fournissant le moins d'efforts possibles. Et comme nous avons raison d'être ainsi. Tous nos outils, de la faux aux droits individuels, vont dans ce sens. Et, c'est là mon point de vue, c'est en laissant-faire que l'on apprend, souvent à nos dépends, comment utiliser au mieux nos outils, et comment faire en sorte que mon voisin ou mon descendant n'aient pas à l'apprendre à leurs dépends.


Ceci était un pavé de rumsteak sauce au poivre accompagné de ses frites ô/
Image

Avatar du membre
clotaire
Aveuglant
Messages : 2966
Enregistré le : 24 avr. 2016, 15:46
Localisation : Auvergne - Rhône-Alpes
Pronom : peut être tutoyé ;)
A aimé : 591 fois
A été aimé : 569 fois

Re: Je ris, je pleure, coup de gueule

Message par clotaire » 20 déc. 2017, 14:25

Baelfire a écrit :
20 déc. 2017, 08:27
d'aller dans le pays que tu veux...
On devrait se planifier un trip Damas-Bagdad ces jours-ci Baelfire d'ailleurs, ça doit être magnifique (à moins que les merveilles du Yémen t'attirent davantage ?) :mrgreen:

Bon, blague à part je suis bien d'accord avec toi. Inévitablement, l'humanité capitalise sur son expérience, même si collectivement il y a de l'inertie, de la perte en ligne et qu'on n'avance pas aussi vite qu'on voudrait, le temps c'est toujours de l'expérience, de la mémoire qui s'accumule... Donc en théorie on ne peut que progresser. Evidemment certaines perspectives donnent le vertige, et d'autres, de la nostalgie. Ce qui est important, c'est de ne pas oublier le passé, mais de l'intégrer en étant tourné vers l'avenir ! Bon c'est peut-être un peu abstrait tout ça, mais essayons d'y croire quand même :D

Edit : Nya, non je ne lirai pas ton pavé, trop long :P

Ramón

Re: Je ris, je pleure, coup de gueule

Message par Ramón » 20 déc. 2017, 14:31

J'aime quand on snobe mes pavés :lol:

Mais vous résumez bien les choses ô/
Moi j'aime juste mettre plein de mots ensemble, ça me détend, ça me purifie, je sens que je suis en phase avec mon swagg intérieur :mrgreen:

Avatar du membre
Baelfire
BadAce
Messages : 3645
Enregistré le : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 628 fois
A été aimé : 919 fois

Re: Je ris, je pleure, coup de gueule

Message par Baelfire » 20 déc. 2017, 14:47

clotaire a écrit :
20 déc. 2017, 14:25
On devrait se planifier un trip Damas-Bagdad ces jours-ci Baelfire d'ailleurs, ça doit être magnifique (à moins que les merveilles du Yémen t'attirent davantage ?) :mrgreen:
les pays des 1001 nuits, de la reine de Saba...D'accord mais seulement en tapis volant :p

toute blague à part c'est ouvert au tourisme malgré l'actualité qui déssert ce côté de la planète. La plupart des merveilles de l'Orient se situent là bas. Et je pourrais effectivement y aller si j'en avais envie. A priori rien ne devrait pouvoir m'en empêcher :). Pour la sécurité j'imagine qu'il faudrait bien rester sur les parcours réservés aux touristes par contre.

@Nya : avec une sauce au bleu c'est mieux !
♪Love is in the A ♫

Ramón

Re: Je ris, je pleure, coup de gueule

Message par Ramón » 20 déc. 2017, 14:55

J'ai une soeur qui a été en Iran cet été. C'est une globe trotteuse, et elle a bien expliqué ce que m'ont confirmé des tas de gens : c'est un des pays les plus accueillants au monde avec une des populations parmi les plus cultivées et intelligentes du monde. Là elle est en Australie, et elle n'est jamais tombé sur une pire population que là-bas. Faut dire que quand ton pays est administré par des descendants de criminels,...
Bref, nous vivons l'hégémonie, la propagande, la censure et la désinformation du monde anglo-saxon qui a capitalisé sur sa victoire en 1945 puis en 1989.

Avatar du membre
clotaire
Aveuglant
Messages : 2966
Enregistré le : 24 avr. 2016, 15:46
Localisation : Auvergne - Rhône-Alpes
Pronom : peut être tutoyé ;)
A aimé : 591 fois
A été aimé : 569 fois

Re: Je ris, je pleure, coup de gueule

Message par clotaire » 20 déc. 2017, 16:17

Je confirme, l'Iran c'est tout-à-fait sécure normalement. Je connais aussi des Français qui y vivent ou y sont allés ces derniers temps. Et d'ailleurs je n'évoquais pas l'Iran dans ma petite liste noire^^. Non, on ne peut pas aller partout aujourd'hui. Mais bon, j'ai déjà pas assez d'une vie avec ce que je voudrais voir rien qu'en Europe, alors c'est déjà pas mal ;-)

Ramón

Re: Je ris, je pleure, coup de gueule

Message par Ramón » 21 déc. 2017, 13:23

Il y a ça ici qui permet de mettre en perspective les choses en prenant le contrepied de la norme populaire qui voudrait que c'était mieux avant.

Avatar du membre
clotaire
Aveuglant
Messages : 2966
Enregistré le : 24 avr. 2016, 15:46
Localisation : Auvergne - Rhône-Alpes
Pronom : peut être tutoyé ;)
A aimé : 591 fois
A été aimé : 569 fois

Re: Je ris, je pleure, coup de gueule

Message par clotaire » 21 déc. 2017, 14:11

L'optimisme de combat :D J'aime bien cette idée, merci Mr.Nya :)

Avatar du membre
Léonis
Associé
Messages : 730
Enregistré le : 17 sept. 2017, 22:39
Pronom : Elle
A aimé : 90 fois
A été aimé : 226 fois

Re: Je ris, je pleure, coup de gueule

Message par Léonis » 23 déc. 2017, 23:56

J'apporte ma petite pierre à l'édifice déjà bien avancé de ce sujet.
Je viens de regarder une vidéo qui expose quelques expériences sur un biais cognitif. La première partie de la vidéo illustre qu'une personne est très directement influencée par ce qu'elle vient de vivre peut importe son avis de départ.
Ce biais peut en parti expliqué pourquoi un sujet va dégénérer (lire les messages violent incite à poster avec violence) ou comment une personne va voir son comportement altéré par la simple évocation de quelques mots. Certains résultats sont assez spectaculaire.

Remis dans le contexte du sujet de départ, je pense qu'on peut imaginer que des personnes qui portent des jugements hâtifs et faux malgré eux, et de manière catégorique, sont en fait victimes (en partie) du contexte et de la "qualité" de l'échange en cours.
On peut bien sûr mettre en avant la tendance des médias à tout rendre grave et dramatique, faisant que les personnes vivent leur problèmes de la même manière et développent une sort d'anxiété sociale malsaine. Ou cette tendance des réseaux qui poussent à parler même quand on a rien à dire, quitte à inventer. Du coup les gens disent de la merde et la proclame haut et fort.

Je suis non-binaire mais parlez de moi au féminin ça me fera plaisir :mrgreen:
Plus d'explication : Ma présentation
"Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose." Sigmund Freud

Avatar du membre
mimosa
Amène
Messages : 425
Enregistré le : 27 sept. 2012, 12:39
Localisation : 92
A aimé : 114 fois
A été aimé : 35 fois
Contact :

Re: Je ris, je pleure, coup de gueule

Message par mimosa » 06 janv. 2018, 05:22

Léonis a écrit :
23 déc. 2017, 23:56
J'apporte ma petite pierre à l'édifice déjà bien avancé de ce sujet.
Je viens de regarder une vidéo qui expose quelques expériences sur un biais cognitif. La première partie de la vidéo illustre qu'une personne est très directement influencée par ce qu'elle vient de vivre peut importe son avis de départ.
Ce biais peut en parti expliqué pourquoi un sujet va dégénérer (lire les messages violent incite à poster avec violence) ou comment une personne va voir son comportement altéré par la simple évocation de quelques mots. Certains résultats sont assez spectaculaire.

Remis dans le contexte du sujet de départ, je pense qu'on peut imaginer que des personnes qui portent des jugements hâtifs et faux malgré eux, et de manière catégorique, sont en fait victimes (en partie) du contexte et de la "qualité" de l'échange en cours.
On peut bien sûr mettre en avant la tendance des médias à tout rendre grave et dramatique, faisant que les personnes vivent leur problèmes de la même manière et développent une sort d'anxiété sociale malsaine. Ou cette tendance des réseaux qui poussent à parler même quand on a rien à dire, quitte à inventer. Du coup les gens disent de la merde et la proclame haut et fort.

J'ai trouvé la vidéo très intéressante. Ca me rappelle une étude où on montrait aux participants deux lignes et ils devaient dire laquelle était la plus petite. Et ils étaient dans un groupe où tout le monde disait que la ligne la plus grande était en fait la plus petite. Eh bien la grande majorité des participants finissaient par se ranger à l'avis du groupe alors que c'était manifestement faux. Je pense qu'il suffit qu'un grand nombre de personnes disent une chose, même fausse pour influencer beaucoup de gens dans ce sens malheureusement.

ET je suis d'accord avec l'auteur de ce topic sur les écologistes qui ne sont pas cohérents avec les idées qu'ils défendent.
Alea jacta est :mrgreen:
In vino veritas. :)

Avatar du membre
Lockarius
Adepte
Messages : 174
Enregistré le : 18 août 2014, 00:43
Localisation : Sevran
A aimé : 5 fois
A été aimé : 36 fois
Contact :

Re: Je ris, je pleure, coup de gueule

Message par Lockarius » 21 avr. 2018, 16:54

Baelfire a écrit :
20 déc. 2017, 08:27
Tu as le droit de t'exprimer sans finir au bûcher,
Mouais... mais au sens littéral uniquement. Je ne pense pas apprendre quoi que ce soit à qui que ce soit en pointant les faits qu'aujourd'hui si tu exprimes une idée un tant soit peu divergente (nuancé un propos suffit souvent...) : bah tu te retrouves instantanément affublé d'une étiquette peut enviable.
C'est même arrivé ici même à une très légère échelle. Dans le sujet sur le féminisme où tentant de pointé que ce mouvement/combat était souvent mal mené (et donc difficile à prendre totalement au sérieux dans son expression "publique") en commençant par être mal nommé selon moi.
J'y avais reçue une réponse du type :"t'es trop un ***** qu'on devrait même pas considérer comme un humain". Réponse aujourd'hui disparue (éditer par l'auteur ou gérer par la modération je n'en sais rien cela remonte trop), dont je ne me souvient que parce que ce message m'a convaincu que même ici (forum réunissant des personnes confrontées à des idées préconçues et certaines de leurs conséquences sociales) : il n'était pas toujours bon d'être un adepte de la réflexion nuancée.
Je suis d'accord avec toi pour la désinformation. Mais d'un autre côté ça nous oblige

1 A nous instruire
2 A regarder plus loin que le bout de notre nez et à raisonner plus grand
3 A ne pas être trop crédule.
4 A faire des recherches
Sauf que, justement, tout dans notre société semble être vouer à détruire toutes idées allant dans le sens de tes 4 points...
D'ailleurs cela fonctionne tellement bien que depuis quelques temps nos dirigeants ne se "cachent" même plus pour se foutre de nous : plus besoin la plupart des gens semblent incapables de reliés de propos tenu à une semaine d'écart.

De fait, et là je pense pouvoir l'affirmer, la majorité des gens préfèrent aujourd'hui accuser le voisin d'oppression au motif d'un quelconque "revendicalisme" culturel étriqué et cloisonné (ou s'en battre largement les... gonades pour être inclusif ^^)
C'est plus simple que d'essayer d'avoir un raisonnement de fond le plus large possible. Le "revendicalisme" c'est la conviction d'être dans le camp du bien, sans avoir besoin de réfléchir ou de faire preuve d'empathie.

Et pendant ce temps là : les vrais causes des problèmes ne trouveront aucunes solutions puisque quasiment personnes ne les cherchent et que ceux qui le font ne sont de toutes manières pas écouté car ils sont le "MAL".
Soit on est dans le "camp du bien" et on a entièrement raison, soit on a entièrement tord...
Comment trouver des solutions globales sans réflexions globales ?

On vit dans une société ou 90% des gens n'ont pas leurs mots à dire et où les relations entre les personnes sont de plus en plus cloisonnées, mais on appel cela "démocratie" et "progrès" toutes en permettant aux "vrais oppresseurs" de perdurer par l'inaction (les "osefistes", la vaste majorité sans doute) ou en usant notre énergie dans des idées cul de sacs dont nous avons nous même cousu le fond.

J'appelle ça la "grande illusion" et j'en serais presque admiratif (si je n'appartenait pas aux 90% de dindons de la farce)

Des dictons comme "Diviser pour mieux régner" et autre "Du pain, du vin et des jeux" sont toujours autant d'actualité qu'autrefois.
Un monde où la "vérité des autres" est qualifié de "Haine" sans nuances ni scrupules.

Alors... c'est mieux maintenant ? Différent: oui. Mieux... joker.
A titre d'exemple je ne vois pas tellement d'évolution entre le "bouseux médiéval convaincu que la terre le centre de l'univers car ainsi l'avait voulu Dieu". Et des modèles types : Usul, Marion Seclin , Danièle Obono etc.

(Note : Je ne parle bien entendu que d'un point de vue politique et/ou social, pas de la science/médecine etc...)
Je suis certain que l'Humanité est capable du meilleur.
Reste à passer de la théorie à la pratique...

Avatar du membre
Baelfire
BadAce
Messages : 3645
Enregistré le : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 628 fois
A été aimé : 919 fois

Re: Je ris, je pleure, coup de gueule

Message par Baelfire » 22 avr. 2018, 10:26

Je pense que en général se dégagent des grandes catégories. Ceux qui voient le verre à moitié vide, ceux qui voient le verre à moitié plein. Ceux qui savent que les grandes choses prennent du temps et ceux qui veulent tout tout de suite voir pour hier. Le caractère, le vécu et le milieu dans lequel on évolue influencent tout ça.

Et on peut parfaitement switcher d'un état d'esprit à l'autre un bon nombre de fois !

Bref, tu vois le verre à moitié vide et tu as de bonnes , de solides raisons il me semble. Donc pour ma part je vais pas débattre là dessus. Parce que plus je prends de l'âge et moins j'ai envie d'essayer de convaincre. Ca me fatigue énormément et pour quoi en plus ? Qu'est ce que ça va m'apporter à moi de m'investir là-dedans ? Rien ! Mes combats sont ailleurs et ils sont déjà assez prenants en énergie, en temps. Je préfère donc lâcher du leste sur ce qui n'est pas essentiel. Les gens ont le droit d'être tristes, cyniques, négatifs, positifs, heureux. Chacun doit vivre son truc comme il le ressent et dans le fonds c'est ça le plus important. Etre soit-même. Le soit-même du moment.
♪Love is in the A ♫

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités