L'asexualité et moi ?

Vous avez des questions sur l'asexualité ?
C'est ici que ça se passe.
Avatar du membre
Kite
Membre junior
Messages : 13
Enregistré le : 24 nov. 2017, 19:52
Localisation : Paris
A aimé : 20 fois
A été aimé : 9 fois

L'asexualité et moi ?

Message par Kite » 25 nov. 2017, 00:58

Bonjour à vous, j'aimerai confier un peu mon ressentis vis-à-vis du sexe, comment je le perçois, et espérer pouvoir dialoguer avec vous à ce sujet, ce qui fait qu'aujourd'hui je me questionne sur ma possible asexualité.
Ça risque d'être un peu long et j'vais raconter ma vie o/

Donc déjà expliquer mon cas actuellement... Je n'ai jamais été très tactile, à la fois à cause de mon éducation mais aussi parce que je n’apprécie pas ça avec n'importe qui, si j'établie un contact physique avec quelqu'un c'est avec une personne qui compte à mes yeux et en qui j'ai confiance (ex: Je refuse tout contact physique avec des gens que je connais peu ou mes amis au lycée, mais je suis très câline avec mon copain). Au niveau sexuel, je n'ai presque jamais de fantasme, avec mon copain actuel, très peu de rapport et de pulsions de mon côté. Il me plait bien sûr ! Mais pourtant je ne ressens pas/peu d'excitation peu importe les situations, et je peux me passer de sexe sans ressentir de frustration même après plusieurs semaines. Dans certains cas où j'ai envie, l'excitation peut disparaître d'un coup sans que j'en sois frustrée, ça m'arrive même durant un rapport.

Mais, commençons par le commencement, mes premières expériences sexuelles. Mon premier rapport remonte à mes 14 ans quand j'ai rencontré mon premier copain, plus âgé que moi il avait 16 ans et déjà de l'expérience, et c'est avec lui que j'ai eut mon premier rapport. J'idéalisais vraiment le rapport sexuel; un moment très intime, fusionnel entre deux personnes. Et ma première fois s'est avérée décevante, presque désagréable. Pourtant je n'ai rien osé dire à l'époque, je pensais " Ça va venir, c'est la première fois il faut que j'apprennes." Et ce n'est pas venu. Jamais je n'ai ressentis un désir aussi ardent que mon copain. Au bout de quelques mois, il me quitte car selon lui, nous n'avions pas assez de rapports, je ne l'aimais pas. En fait, on ne voyait pas le sexe de la même manière je pense.
Après cette histoire, j'ai eut d'autres copains, mais la situation semblait se répéter : On avait des rapports, où eux avaient l'air d'être heureux mais où moi, ben j'étais gênée, je ne comprenais pas pourquoi le sexe prenait une si grande place dans notre couple. Pas de fantasme, pas d'envie de tester de nouvelles choses. Et au bout d'un moment, beaucoup s'étaient lassés. Je ne leur en veut pas, en tant que S ils ont envie de sexe et je ne suis personne pour les priver de ça.

Il y a 2 ans, j'étais dans une relation toxique avec un S, avec qui j'ai eut de nombreux blocages au point de pleurer au lit, avec lui ça n'a pas duré longtemps. Puis je me suis mise avec mon copain actuel, qui connaissait la situation et m'a vraiment aidé à tourner la page. Nous avons fait nos 2 ans ce mois-ci, ma plus longue relation. Nous nous aimons, mais voilà, il y a de grosses tensions entre nous au niveau du sexe, car lui est un S et moi je me cherche encore.
Au début de notre relation, j'étais en confiance mais ne me montrais pas impatiente pour le premier rapport, là où mon copain s'est beaucoup plaint car il a dut "attendre" un mois. Je ne le prenais pas mal à l'époque, me disant que c'était juste parce qu'on avait pas vraiment d'occasion pour le faire à ce moment. Notre première année se passe plutôt bien, des hauts et des bas mais comme dans tout les couples.
Pourtant, je me rends vite compte que mon copain a plus souvent envie que moi. Beaucoup plus.
Ces derniers temps, il lui arrive de péter un plomb, de pleurer, de me crier dessus, quand il est frustré. Il lui arrive de me dire qu'il m'aime plus que moi, ce qui est faux, qu'il a l'impression d'avoir quarante ans avec moi ( sous entendu à quarante ans tu baises plus du tout ? ) et des choses du genre... Il m'est déjà arrivé de paniquer au point de lui dire qu'il pouvait avoir une sex-friend ou juste aller voir d'autres filles pour ses besoins, même si je sais que j'aurais pas supporté cette situation.
Il est passé par une phase de dépression récemment, et devient vite agressif quand je lui refuse. Par honnêteté envers lui, mais aussi car je me sens incapable de simuler mes pulsions, je ne peux plus me forcer en ce moment. Peut-être un ras-le-bol, et j'ai sans doute besoin de me vider l'esprit sans penser au sexe.
Mon copain a vite pensé qu'il ne me plaisait pas, il se sentait inférieur physiquement par rapport à mes exs, à mes amis, ou même à moi, pourtant je lui répète que je le trouve beau, qu'il me plait ! Mais je sais bien que ce n'est pas assez et qu'il en souffre, et même si je fais ce que je peux ( par exemple rapport oral ) j'ai l'impression de le faire pour repousser l'inévitable, être confrontée une nouvelle fois à ses pulsions et sa frustration... Et lui je sais qu'il souffre, des fois il se retient de me caresser quand il pose juste sa main sur ma jambe, je vois dans ses expressions qu'il essai de refouler sa frustration. Il fait énormément pour nous, et je m'en veux vraiment de ne pas réussir à faire ce compromis pour lui.

Aujourd'hui, j’appréhende ces moments où nous sommes au lit, nous sommes dans un véritable cercle vicieux : Je me mets la pression car j'ai peur de le décevoir, de me faire crier dessus et d'être confrontée au sexe alors que je suis dans un état de ras-le-bol, lui se met la pression car il a peur d'être déçu et "rejeté", et tout les deux nous mettons l'autre mal à l'aise car on ne se comprends pas toujours. Evidemment, nous en avons déjà parlé calmement, mais jamais je n'ai osé utiliser le mot "asexuel" devant lui. Je lui dis juste que je n'ai pas envie, et lui répond "C'est juste une passe, j'espère que ça va s'arranger", mais je ne suis pas malade, je suis comme ça, c'est moi, " Je demandes juste quelque chose de simple " mais ce qui est simple pour lui est une véritable épreuve pour moi, un désir que je ne ressens pas, " Je ne veux pas être privé de ce que j'aime " mais je ne peux pas lui offrir la moitié de ce qu'il désire, ou alors je me force et je trouve ça malsain, " Je pensais qu'avec le temps tu aurais plus peur " mais je n'ai pas peur, j'ai confiance en lui plus qu'en n'importe qui.
Nous n'envisageons pas de nous quitter même si nous en avons discuté, nous voulons arranger notre situation et faire chacun des compromis. Mais est-ce que je suis prête à me """forcer""" ? Même pour lui faire plaisir, je pourrais en être sûre qu'en situation réelle. Parce que nos rapports sont vraiment très rares et souvent mon copain se donne du mal pour que j'ai envie et ça prend du temps, et durant certains rapports je peux avoir une baisse d'excitation d'un seul coup ou même ne pas être vraiment tentée au fond.

Voilà, je pense que j'en ai déjà dit beaucoup. Ça fait du bien de se lâcher un peu sur ce sujet ! Je me suis posé des questions sur mon asexualité récemment, je me reconnais dans cette orientation mais je me demandes encore si ça va influencer beaucoup ma vie, alors qu'avant je me définissais comme S """peu active""", je pense que ça influencera mes relations amoureuse, mais je ne veux pas faire souffrir mon copain. Les compromis semblent donc être indispensables ? Je voudrais prendre du temps pour y réfléchir et en discuter avec vous, et évidemment avec mon copain qui est très concerné par le sujet. J'espère avoir été assez claire sur mon cas et que mon pavé n'est pas bourré de fautes et d'incohérence (quelle idée d'écrire à cette heure), mais si vous avez des questions n'hésitez pas !
Image

sophe52
Affable
Messages : 141
Enregistré le : 28 avr. 2016, 19:26
A aimé : 90 fois
A été aimé : 34 fois

Re: L'asexualité et moi ?

Message par sophe52 » 25 nov. 2017, 11:15

Bonjour,
J'ai lu jusqu'au bout et je n'ai pas trop trouvé de fautes ni d'incohérences. ;-)
Je comprends tout à fait ton questionnement. Je pense que certains d'entre nous en ont eu un similaire ou approchant.
Je pense qu'il faut que tu parles à ton ami d'asexualité. Même si il ne comprend pas, parle-lui.
Après, à toi de voir si tu es capable de "faire des compromis", mais d'après ce que tu dis, te forcer te pèse beaucoup. Il faut que tu te respectes profondément, je pense que c'est le plus important.
Ce qui est difficile, c'est que certains S ne conçoivent pas l'absence de désir sexuel.
Ils pensent qu'ils ne sont pas désirables à nos yeux, ou qu'ils vont pouvoir nous transformer.
D'après ce que je comprends de ton message, il semblerait que c'est "seulement" la pénétration qui manque, vous pouvez vous faire plaisir autrement (...bon, ok, c'est une réponse d'asexuelle ;-))
"Je demande juste quelque chose de simple". Ben non, ce n'ai pas simple pour toi !!
"Je ne veux pas être privé de ce que j'aime". Ok, mais tu ne PEUX pas, ce n'est pas le même degré...
Imagine une pratique (ou autre chose) qui le rebuterait, en serait-il capable pour te faire plaisir si tu en avais "besoin" ?
C'est la seule comparaison valable que j'ai pu trouver... (un peu différente que celle des gâteaux : on peut toujours manger des gâteaux pour faire plaisir à quelqu'un ou voir quel goût ça a. Au niveau de la sexualité, c'est un peu différent ;-))
Voilà, je remarque que moi aussi, je dois être quelque peu dispersée, j'espère que ce message est un peu compréhensible.
Bon courage à toi et j'espère que ça va s'améliorer.

Avatar du membre
godiva
Amibe
Messages : 87
Enregistré le : 21 nov. 2017, 23:22
Localisation : Paris
A aimé : 29 fois
A été aimé : 18 fois

Re: L'asexualité et moi ?

Message par godiva » 25 nov. 2017, 12:20

Visiblement le gars n'est pas un bon amant ! Il a beaucoup à apprendre !
Ne pas éprouver de désir, ne veut pas dire ne pas éprouver de plaisir.
Est ce qu'il actionne le clitoris par exemple ? c'est bête comme question, mais ça aide beaucoup, c'est une réaction physiologique du corps, même si le mental n'est au point, le corps lui peut changer de trajectoire. Ainsi les rapports peuvent devenir moins contraignants, car on sait que si le désir n'est pas au jour, le plaisir viendra malgré tout.
Mettre la pression ? super moyen pour tout faire capoter ! Le stress et le sexe, ça n'a jamais fait bon ménage, surtout chez la femme.
Faudrait peut-être penser à prendre un bain, un massage pour se relaxer, plutôt que de légitimer les crises d'hystéries masculines.
Sa réaction n'est pas celui d'un homme mature. Adulte, on réfléchit aux solutions, au lieu de taper du pied.
Métal un jour, métal toujours ! :guitar:

Avatar du membre
clotaire
Aveuglant
Messages : 2968
Enregistré le : 24 avr. 2016, 15:46
Localisation : Auvergne - Rhône-Alpes
Pronom : peut être tutoyé ;)
A aimé : 591 fois
A été aimé : 569 fois

Re: L'asexualité et moi ?

Message par clotaire » 25 nov. 2017, 12:51

Kite a écrit :
25 nov. 2017, 00:58
" Je ne veux pas être privé de ce que j'aime "
Mais qu'est-ce qu'il aime au fond ? Toi ou le sexe ? Dans une situation comme ça il faut qu'il fasse la part des choses ! S'il est privé de sexe il ne sera pas privé de toi, et réciproquement j'ai l'impression. Méfie-toi de ce genre de manipulation^^
Sinon je trouve que tu as commencé super jeune, à l'âge où moi je jouais encore aux Lego ;-) Du coup ça ne me surprend pas que tu ne trouves pas tout de suite le nirvana, c'est normal je pense. Evidemment maintenant c'est différent et tu as déjà une certaine expérience, tu peux te poser d'autres questions.

Avatar du membre
PassionA
Atrix Reloaded
Messages : 1804
Enregistré le : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 475 fois
A été aimé : 484 fois

Re: L'asexualité et moi ?

Message par PassionA » 25 nov. 2017, 13:02

Je lis ton témoignage et je me dis que tu as commencé super jeune à avoir des relations sexuelles et que tu t'es pas mal efforcée d'avoir un comportement sexuel qui ne semble pourtant pas te convenir - peut être pour faire plaisir plus qu'autre chose, en essayant de te convaincre que tu étais sexuelle.

Il est peut-être temps de prendre en compte ce que tu ressens vraiment et de ne plus laisser la sexualité des autres venir te dicter comment tu devrais vivre. Quand on est jeune on est influençable, on croit qu'on est obligé de faire certaines choses, on se laisse manipuler par peur de perdre l'autre... Au final tout ça c'est du viol par pression psychologique ou par chantage affectif - c'est plus insidieux mais tout aussi malsain.

Après avoir traversé tout ça, je ne comprends pas pourquoi continuer à vouloir absolument faire marcher quelque chose avec une personne avec laquelle ce sera toujours un problème. Une personne qui va systématiquement te placer dans une situation de culpabilité pour ce que tu es et dans laquelle il va sans arrêt te manipuler parce que SON plaisir sexuel EST ce qu'il appelle l'AMOUR. Vous ne semblez pas avoir la même définition de ce qu'est l'amour et c'est sans doute difficile à accepter à cause des conséquences sur votre relation, je suis désolé.

Avatar du membre
Olib
Acolyte
Messages : 398
Enregistré le : 18 sept. 2017, 13:35
Localisation : Clermont-Ferrand
Pronom : Il
A aimé : 235 fois
A été aimé : 207 fois

Re: L'asexualité et moi ?

Message par Olib » 25 nov. 2017, 13:33

D'abord, merci pour ce témoignage. Ce n'est pas simple de se livrer autant.

Dans ce que tu décris, j'ai reconnu certaines situations que j'ai vécu aussi.
La copine S qui ne se sent pas aimée/désirée parce que je ne fais jamais l'effort d'aller vers elle le soir. Alors je trouvais d'autres solutions. Par exemple, j'aime beaucoup faire des massages, j'utilisais cette manière pour lui montrer que je tiens à elle, que je l'aime, et j'en profitais pour faire des petits bisous et tout un tas de compliments sur son corps. Ce genre de petite astuce peut permettre de faire disparaitre le doute chez le/la copain/copine S. Mais c'est à double-tranchant, parce que ça réveille aussi le désir chez l'autre.

Par contre, ce qu'on ne peut pas faire, c'est combler son désir. Tu ne peux pas te forcer à avoir du désir. Et si tu te forces pour avoir du sexe avec lui, tu ne le vivras pas bien (qu'il y ait plaisir physique ou pas, d'ailleurs, là n'est pas la question). C'est là toute la complexité d'une relation entre un.e A et un.e S. Il faut trouver une solution pour que chacun.e s'y retrouve. Cela peut passer par des compromis, mais il ne faut pas que "compromis" soit synonyme de "souffrance", sinon ça n'en vaut pas la peine. Or, d'après ce que je lis, la situation actuelle fait souffrir ton copain, et cela n'est pas durable. A toi de voir si faire un effort de ton côté te convient réellement ou pas. Si ce n'est pas le cas, alors il faut trouver une autre solution. Parce que la définition d'un couple, ce n'est pas "deux personnes dépendantes affectives l'une de l'autre et qui souffrent ensemble".
La montagne, ça vous gagne.
"Poum Di Dou Da Dou Dim"

Image

Avatar du membre
didou
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2020
Enregistré le : 24 oct. 2015, 19:22
Localisation : Nozay, Essonne
Pronom : il
A aimé : 160 fois
A été aimé : 468 fois

Re: L'asexualité et moi ?

Message par didou » 25 nov. 2017, 17:13

Pourfaire simple, à ta question "Les compromis semblent donc être indispensables ?", je pense que oui dans une certaine mesure pour que chacun dans le couple s'y retrouve si aucun des deux ne peut se "satisfaire" de la manière de fonctionner de l'autres. Mais, ces compromis vont dans les deux sens.
Après, soyons francs, si aucun ou l'une des deux parties n'est pas prête à faire de compromis (ça peut très bien se comprendre), alors il fut se rendre à l'évidence que le couple ne pourra pas durer. Dans le principe, ce n'est pas la fin du monde, mais mieux vaut que ça se passe avant que ça ait traîné des années et construit des choses compliquées à séparer (genre, enfants, maison).
Et à ce titre, je pense qu'il serait plutôt important, si tu te ressens asexuelle, que tu utilises ce mot avec ton copain afin qu'il soit au courant que ce n'est sans doute pas "juste un passage à vide".
Règle n°1 : pas avant le mariage. Règle n°2 : ne pas se marier

Avatar du membre
Kite
Membre junior
Messages : 13
Enregistré le : 24 nov. 2017, 19:52
Localisation : Paris
A aimé : 20 fois
A été aimé : 9 fois

Re: L'asexualité et moi ?

Message par Kite » 25 nov. 2017, 19:21

Bonsoir à vous tous, et merci beaucoup de vos réponses et conseils !
Je comprends que ça surprennes, mais c'est vrai que j'ai eut mes premières expériences sexuelles très (trop?) tôt, et vos avis m'ont fait réfléchir. J'ai sans doute été beaucoup influencée par mes copains de l'époque concernant les rapports, et du coup je me posais pas trop de question là dessus. Mais aujourd'hui, découvrant l'asexualité, il faut que je prennes du temps pour me reconnaître.
Comme je me suis forcée avant, même si je me rendais pas trop compte à ce moment, ça joue surement dans le fait que j'ai du mal à surmonter mon manque de désir et que je me bloque dès les premières caresses. Mon copain se sent rapidement rejeté parce que je ne suis pas réceptive à ses avances, ou bien je lui demande d'arrêter, parfois même alors qu'il n'a pas forcément envie d'un rapport !

Et pas besoin de me remercier Olib, me confier ici me libère vraiment d'un poids et en plus de ça je peux recevoir de l'aide, ce serait à moi de vous remercier ! Je me retrouve aussi dans la technique des massages, j'adore faire ça, mais ça donne envie à mon copain... C'est vrai que passer par des compromis est nécessaire pour le bien de notre couple, mais pour l'instant je ne me sens pas prête. Peut-être qu'avant de faire ça, il faut que je me vides la tête, sans penser au sexe et aux aspects négatifs que j'y associe. Evidemment, en discuter avec mon copain n'est pas une option, il souffre lui aussi.
D'ailleurs, je suis chez lui ce soir, j'aborderai donc le sujet de l'asexualité, en lui expliquant bien que ça fait partie de moi, mais que ce n'est pas la fin de notre couple si on arrive à faire des compromis ensemble pour ne pas souffrir. Affaire à suivre, je vous tiendrais au courant :D
Merci encore de votre aide <3
Image

Avatar du membre
Baelfire
BadAce
Messages : 3646
Enregistré le : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 628 fois
A été aimé : 920 fois

Re: L'asexualité et moi ?

Message par Baelfire » 26 nov. 2017, 10:50

Salut Kite,

Je vais être radicale mais j'ai l'impression que les sentiments de ton copain sont un peu superficiels. Le fait qu'il devienne agressif et te mette une telle pression n'a rien de normal ou d'acceptable. Comme l'a soulevé Godiva il ne sait peut être pas s'y prendre. Est ce qu'il se pose la question seulement ? D'un point de vue plus psychologique, si il ne te valorise pas, si à ses yeux, tu ne te sens pas exceptionnelle, si il te rabaisse tu ne peux pas avoir envie de coucher avec lui. C'est au delà de l'asexualité c'est un état d'esprit basique que tout le monde resssent.

Il veut du sexe ? Il n'a qu'à se débrouiller pour te donner envie.

Je rejoins Olib sur les petites attentions MAIS il faut qu'il les mérite. Si il est imbuvable il est hors de question de se plier en 4 pour lui.

Enfin Clotaire a soulevé la question de vos jeunes âges. C'est moche mais dans ces périodes de vie la majorité des garçons vient de découvrir des fonctionnalités toutes neuves dont ils veulent absolument se servir. Genre un super pouvoir tu vois. Plus que n'importe quoi, plus que tout. Ca prend 80% de leur cerveau laissant peu de place au reste (dont les sentiments). Bref, dresse-le ton "étalon" :)

Bon courage.
♪Love is in the A ♫

Avatar du membre
Kite
Membre junior
Messages : 13
Enregistré le : 24 nov. 2017, 19:52
Localisation : Paris
A aimé : 20 fois
A été aimé : 9 fois

Re: L'asexualité et moi ?

Message par Kite » 26 nov. 2017, 21:12

Re-bonsoir à vous, je viens mettre un peu à jour ma situation !

Donc, hier soir chez mon copain, je profite d'un moment où on est tranquille pour lui dire franchement que je pense m'identifier comme asexuelle. A partir de là, il n'a rien dit, rien du tout. Je m'attendais à une tonne de questions, ou de l'incompréhension de sa part ! Mais non, il a dit qu'il me croyait, il ne pense pas que ce soit une maladie, ni une excuse que je me trouve, mais une vraie part de moi. La libération !

Et tout se passait bien jusque là, mais un peu après ma """révélation""" il a voulut qu'on ai un rapport, je l'ai comprit quand il a commencé à me caresser. Et moi, ben... Non, rien ne venait ! Ensuite il s'est énervé, mais je vais faire bref. Déjà je l'ai très mal prit car je venais de lui expliquer que justement, en pleine réflexion sur ma sexualité, je voulais qu'on évite la pression, qu'on se change les idées ensemble autrement. Donc avant que ça n'empire et qu'il ne s'énerve, j'ai prit les devants (moi qui d'habitude baisse les yeux et ne dit rien, je peux vous dire que ça l'a secoué !) : La pression ça aide pas la situation, qu'il faut qu'on soit calmes et dans de meilleures conditions. Je n'ai pas de solution miracle.

Il était, comme je le suis, un peu perdu face à la situation : C'est vrai, quelles alternatives on peut trouver, si lui a """besoin""" (je comprends pas cette notion, à son grand malheur) de sexe, et que moi je ne ressens pas/peu de désir ? On a envie de faire de notre mieux pour vivre avec ça, mais je me rends compte que si on souffre trop ensemble, la séparation sera inévitable même si on a pas encore parlé de cette dernière solution. Mais ça sert à rien de trop forcer, on en viendrait à se détester et plus rien dans notre relation ne serait appréciable. Je pense que lui n'ose pas trop imaginer la séparation, mais j'en peux plus de le voir mal comme ça, et j'en peux plus de cette pression et de la présence constante du rapport sexuel.
D'ailleurs, je pense que j'aurai jamais été capable de penser et de lui dire ça avant de venir sur ce forum pour me livrer et prendre conscience de ma situation. (Donc instant remerciement à vous <3 On continue !)
Après ça je lui ai parlé d'AVEN, de vos témoignages et vos conseils. Il trouve que ce serait une bonne aide pour notre couple, et il consultera de temps en temps le site avec moi. Je pense que ça le rassure, car même s'il est compréhensif, va falloir que je le guides :lol:

Mais on est d'accord sur certains points :
- Je dois me vider l'esprit, et oublier le sexe complètement, jusqu'à ce que je me sentes prête à réessayer d'avoir des rapports (enfin, si j'ai envie un jour).
- Cette pression ne peut plus durer, lui va donc travailler sur son côté impatient et colérique.
- Il veut redécouvrir comment me mettre à l'aise, maintenant que je ne ferai plus semblant d’apprécier ses caresses, ce qui me fait plaisir comme des massages etc sans forcément que cela finisse par un rapport. Il veut trouver des moyens de m'apaiser, que j'associe à nouveau des choses positives à nos moments d'intimité.

J'espère vraiment réussir à être dans un meilleur état d'esprit, pour ces compromis. Mais qu'on soit d'accord : Si je ne suis pas à l'aise, si mon corps ET mon esprit ne me disent pas "Fonces, tu vas adorer !", je ne me forcerais plus-du-tout, même pour faire plaisir. Enfin, je vais essayer, mais c'est ma résolution, la première chose à faire je pense, pour arranger les choses.

J'sais pas si ce sont des bonnes idées, vous me direz si j'dis n'importe quoi :roll:


Et bonsoir Baelfire, et merci de ta réponse ! T'inquiète pas, la radicalité ça aide à avancer de temps en temps :wink: En effet il change d'humeur très rapidement, surtout à propos du sexe. Comme je ne vois pas du tout la chose de la même manière, je comprends peut-être pas bien ce que lui ressent. Mais il n'est pas horrible non plus, désolée si je le décrit comme l'incarnation du Mal mais il est adorable sur d'autres sujets ! C'est juste que cette "attente" et cette "frustration" le change totalement (là, j'utilise ses mots). Aujourd'hui je lui ai proposé, si c'était juste le sexe qui manquait, qu'il pourrait trouver un moyen de se satisfaire ailleurs (évidemment, ça ne me faisait pas du tout plaisir de proposer ça), et il a refusé. Le sexe, il le veut avec une seule personne, moi. Donc, il va falloir qu'il apprenne à se calmer un peu, pour que tout se passe dans une ambiance sereine. Plus de pression et de ton qui monte, il sait que ce sera un non d'office. D'ailleurs, il ne veut pas faire ces efforts juste pour se satisfaire, mais il sait que j'ai besoin d'aide et que notre couple a besoin qu'on s'accorde. Et bien sûr, il me valorise et avec lui je me sens bien, le véritable problème c'est le sexe, car en dehors de ça c'est un amour !

A nouveau, à voir sur un plus long terme où tout ça va mener, car on en a vraiment parlé que ce week-end. Mais je suis un peu plus optimiste qu'avant !
Image

Avatar du membre
didou
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2020
Enregistré le : 24 oct. 2015, 19:22
Localisation : Nozay, Essonne
Pronom : il
A aimé : 160 fois
A été aimé : 468 fois

Re: L'asexualité et moi ?

Message par didou » 26 nov. 2017, 22:45

Bon, bon, bon... Pas simple.
Kite a écrit :
26 nov. 2017, 21:12
Et tout se passait bien jusque là, mais un peu après ma """révélation""" il a voulut qu'on ai un rapport,
:shock: l y a un message qui n'est pas bien passé dirait-on.
Kite a écrit :
26 nov. 2017, 21:12
Il était, comme je le suis, un peu perdu face à la situation : C'est vrai, quelles alternatives on peut trouver, si lui a """besoin""" (je comprends pas cette notion, à son grand malheur) de sexe,
Comme il en a déjà été question, les solutions sont les compromis: l'un.e patiente et l'autre donne un peu. Mais encore, si personne ou l'une des personne n'est prêt à se satisfaire de ces compromis: c'est juste raté et voilà tout.
Kite a écrit :
26 nov. 2017, 21:12
On a envie de faire de notre mieux pour vivre avec ça, mais je me rends compte que si on souffre trop ensemble, la séparation sera inévitable même si on a pas encore parlé de cette dernière solution.
Exactement ce que je te disais ci-dessus. Ce n'est pas être oiseau de mauvais augure que d'exposer la vérité :) Ça ne se passera pas forcément mal dans votre couple, il faut juste bien voir les choses en face.
Kite a écrit :
26 nov. 2017, 21:12
Après ça je lui ai parlé d'AVEN, de vos témoignages et vos conseils. Il trouve que ce serait une bonne aide pour notre couple, et il consultera de temps en temps le site avec moi. Je pense que ça le rassure, car même s'il est compréhensif, va falloir que je le guides :lol:
Il sera le bienvenu, et il faudra qu'il accepte de voir des suggestions pas toujours dans le même sens que le sien :wink:
Kite a écrit :
26 nov. 2017, 21:12
- Cette pression ne peut plus durer, lui va donc travailler sur son côté impatient et colérique.
Euh, les aspects colériques, ce n'est pas une bonne chose quel que soit le sujet.
Règle n°1 : pas avant le mariage. Règle n°2 : ne pas se marier

Avatar du membre
godiva
Amibe
Messages : 87
Enregistré le : 21 nov. 2017, 23:22
Localisation : Paris
A aimé : 29 fois
A été aimé : 18 fois

Re: L'asexualité et moi ?

Message par godiva » 26 nov. 2017, 23:49

Je partage la vision de didou, sauf que je ne dirais pas colérique, mais égoïste et capricieux !
Mais c'est incroyable, on dirait qu'il refuse totalement de comprendre.

Personnellement, tu sais ce que je lui aurais dit ? "va dans les toilettes, te masturber, ça va te passer".

Parce qu'arriver à un moment, faire des efforts, ok ! mais quand les efforts sont répartis d'un seul coté, c'est une forme d'irrespect.

Je te trouve super patiente, peut-être parce que tu culpabilises, mais ce gars n'agit pas du tout comme un homme mature et mure.

Réagir de cette façon, c'est une preuve d'égocentrisme, ou alors il te fait passer un message du style : tu vas finir par aimer ça, parce que je le veux.

Sincèrement, fais attention, je trouve ça louche, voir carrément bizarre. Un homme bien ne force jamais jamais jamais sa petite amie.
Métal un jour, métal toujours ! :guitar:

Avatar du membre
PassionA
Atrix Reloaded
Messages : 1804
Enregistré le : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 475 fois
A été aimé : 484 fois

Re: L'asexualité et moi ?

Message par PassionA » 27 nov. 2017, 00:13

Merci Kite de ton témoignage, c'est plutôt rassurant dit comme ça vous avez l'air d'être quand même dans une position plus saine maintenant que cette discussion a été amorcée :)
godiva a écrit :
26 nov. 2017, 23:49
Personnellement, tu sais ce que je lui aurais dit ? "va dans les toilettes, te masturber, ça va te passer".
J'ai longtemps pensé ça aussi et je comprenais pas pourquoi ça ne leur suffisait pas quand 'la pression interne montait'. Le truc, et je l'ai appris en discutant ici, c'est que dans la sexualité ce n'est pas que l'acte en lui même, ni la vidange mécanique, qui est fondamentalement important mais cette recherche de "fusion" à travers l'acte sexuel. Je crois que c'est souvent ce manque qui fait souffrir les S et qui peut les transformer en cocotte minute, même si à côté ils se masturbent trois fois par jour.

@Kite
Je suis très mal placé pour dire cela donc je peux être complètement à côté de la plaque, mais il me semble qu'une piste pourrait être de trouver des moyens non sexuels pour "faire baisser la pression" que pourrait ressentir ton partenaire en pratiquant, par exemple, une autre activité fusionnelle.

Avatar du membre
Léonis
Associé
Messages : 730
Enregistré le : 17 sept. 2017, 22:39
Pronom : Elle
A aimé : 90 fois
A été aimé : 226 fois

Re: L'asexualité et moi ?

Message par Léonis » 27 nov. 2017, 00:22

Super ce retour Kite ^^
Merci de partager tout ça avec nous.

Concernant ton cas je vais vais juste rebondir sur un point :
Ce n'est pas à toi d'assumer les frustrations qu'il peut avoir et tu ne dois jamais culpabiliser pour ça.
Je comprends que tu puisses avoir envie de lui faire plaisir ou de l'aider (ce qui est très sain d'ailleurs) mais ne quittes pas la ligne que tu t'es fixé en déclarant qu'il ne se passera rien temps que tu n'es pas prête à ça.

En tout cas je trouve que tu agis très bien et j'espère de tout coeur que ton histoire aura une belle conclusion ;)
Je suis non-binaire mais parlez de moi au féminin ça me fera plaisir :mrgreen:
Plus d'explication : Ma présentation
"Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose." Sigmund Freud

Avatar du membre
Olib
Acolyte
Messages : 398
Enregistré le : 18 sept. 2017, 13:35
Localisation : Clermont-Ferrand
Pronom : Il
A aimé : 235 fois
A été aimé : 207 fois

Re: L'asexualité et moi ?

Message par Olib » 27 nov. 2017, 07:17

Merci pour ces retours, kite !

Déjà, c'est super que tu aies réussi à lui en parler clairement aussi vite. Ce n'est pas quelque chose de simple.

Je reste un peu dubitatif concernant sa 1ère réaction. Ce n'est pas parce qu'il semble écouter et qu'il ne dit rien qu'il intègre réellement le message. Ce n'est absolument pas normal qu'il ait eu envie de sexe peu de temps après ta révélation. Même si les S sont soumis à des désirs, faut pas déconner, ils sont contrôlables un minimum (contrairement à ce que beaucoup de monde veut nous faire croire). Il aurait dû se dire que ce n'était pas du tout le bon moment pour avoir envie de sexe. Ce n'était absolument pas décent étant donné le contexte.

Je pense qu'il tient beaucoup à toi et qu'il souhaite réellement faire des efforts, mais pour le moment j'ai un réel doute sur sa capacité à faire ces efforts. Mais bon, je souhaite de tout cœur, pour toi et pour lui, qu'il y parviendra :)

En tout cas, je rejoins l'avis de Léonis : ne quitte pas cette ligne que tu t'es fixée. C'est ça le plus important.


P.S. : coucou le copain de kite si tu nous lis. T'inquiètes pas, en vrai on est des gentils :mrgreen:
La montagne, ça vous gagne.
"Poum Di Dou Da Dou Dim"

Image

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité