SURVIVAL E.N.D

Vous avez écrit un poème, une histoire ? Vous dessinez, ou bien encore créez de la musique ? Venez, et faites-nous partager vos oeuvres d'art !
Répondre
Avatar du membre
[NESS]
Membre junior
Messages : 10
Enregistré le : 08 oct. 2016, 12:20
Localisation : Quelque part ?

SURVIVAL E.N.D

Message par [NESS] » 03 nov. 2016, 14:36

PROLOGUE➤


Les eaux troubles dans l'obscurité, ainsi que le paisible mais inquiétant silence qui se mariait à cette sensation d'engourdissement envahissait son être. Le vide. Il n'y avait rien d'autre. Juste l'impression d'être endormi. Soudain, une voix vint percer la croûte noire qui l'empêchait de revenir parmi les vivants. Il reconnaissait ce ton, cet accent... mais il ne parvenait pas à y mettre un nom. Cette inconnue si familière continuait de l'appeler, de le tirer hors des bras de Morphée. Croyant que la Grande Faucheuse était proche, il interpréta cette douce lumière pleine de chaleur comme étant le bout de ce fil de rasoir qu'est la vie. Mais bien vite, la lueur devint désagréable et piquante. Et alors il comprit que le soleil le contemplait de son regard perçant. Il ne réalisa pas tout de suite qu'une silhouette voilée par la lueur solaire le fixait d'un air qui semblait soulagé.

<<Mon dieu... Tu es vivant... Tu m'as fais une de ces peurs, tu sais ?>> Dit-elle.

Il se redressa pour ne plus avoir à faire face à la féroce étoile qui l'aveuglait. Prenant le temps de rassembler ses esprits et de retrouver ses repères, le jeune homme ne dit rien pendant une bonne dizaine de minutes qui semblaient des heures pour la jeune fille qui n'osait rien dire de plus. Finalement, il tourna son regard encore trouble vers sa compagne, mais aucun mot ne fut prononcé. Il restait là... à la dévisager. La demoiselle face à lui était plutôt jolie, elle possédait un charme enfantin que lui-même possédait du haut de ses 18 ans. Mais il connaissait l'âge de son amie ; elle était jeune. Bien plus jeune que lui. De longs cheveux blond vénitien... Ce qui pouvait interpeller n'importe qui sauf lui était la peau grisâtre et les yeux vitreux de cette dernière.

<<Am ? Tu as perdu ta langue ? ... Je te promets que ce n'est pas moi.>>

<<Non, non... Je n'ai pas perdu ma langue. Mais merci de t'inquiéter, Roxane...>>

Roxane eu un léger sourire, rassurée d'entendre enfin la voix de son ami et compagnon de route. Elle était terrifiée à l'idée de perdre son seul ami en ce bas monde. Et puis sans lui, elle ne saurait survivre très longtemps. Elle baissa lentement le regard, soudain intimidée par les yeux de son camarade. Quand finalement le courage de l'admirer à nouveau revint, elle se rendit compte qu'il était toujours le même. Cheveux blancs argentés, yeux bruns ambrés et cette peau blafarde qui semblait donner plus de profondeur aux cernes noires qu'il possédait. Il avait l'air épuisé.

<<Ne traînons pas.>> Lança-t-il soudain.

La jeune fille eu un sursaut et leva la tête vers son compagnon déjà debout, rangeant une hachette maculée de rouge dans un gros sac à dos militaire. Hochant la tête, elle fut aidée par Am pour se tenir bien droite sur ses jambes. Le silence. Puis ils s'en allèrent de cette ville ravagée et déserte, suivant la grande route principale qui menaient à ce qui était autrefois une belle campagne à l'herbe fraîche.


CHAPITRE 1➤


La route était longue, la marche éprouvante... alors que rien ne les attendait. Où qu'ils aillent, ils ne seront jamais les bienvenus. Am le savait. Roxane en était parfaitement consciente. Depuis qu'ILS étaient arrivés, la vie était devenue infernale. Mais ce n'était pas le pire. "Chacun pour soi" était la règle numéro un, et ce depuis quelques mois. Mais le duo refusait suivre cette loi stupide et travaillaient ensemble, histoire de trouver de la nourriture digeste et de l'eau potable... les vêtements propres n'étaient pas la priorité absolue dans le coin, mais si besoin s'en faisait terriblement ressentir, les ruisseaux étaient leurs amis.

<<Tu crois qu'il y a des maisons dans le coin ?>> Demanda Am.

Roxane le dévisagea et s'empressa de jeter un bref coup d'oeil aux environs. L'herbe autrefois fraîche était à présent sèche, jaunâtre et morte. Et les habitations qui, il y a longtemps débordaient de vie étaient à présent silencieuses et délabrées. Elle soupira tristement et n'osant pas regarder son compagnon, elle répondit dans un souffle presque inaudible qu'ils auraient plus à y gagner en continuant d'avancer. Le jeune homme grogna, l'air agacé. Après ce qui leur avait semblé des heures de marche, ils s'arrêtèrent finalement. Sans toquer, ils pénétrèrent dans le hall d'entrée d'une vieille maison poussiéreuse. Les deux compagnons s'installèrent tout en restant sur leurs gardes. Roxane se demandait très souvent si Am la percevait comme un boulet. Mais jamais le sujet n'avait été abordé. Alors, le doute restait présent comme une écharpe étouffante autour de sa gorge.

<<Am ? Je peux te poser une question ?>> Chuchota la jeune fille.

<<Hm ? Ouais ? Quoi ?>>

<<Tu... Tu crois que c'est une bonne idée ?>> Lui demanda-t-elle.

Am ne répondit rien. Il la fixait. La jeune fille se sentait mal à l'aise quand un tel regard lui était adressé. Craignant toujours un peu que son ami décide de la trahir. C'était sa plus grande peur. Mais le jeune homme ne faisait pas exprès d'avoir un regard aussi étrange et distant. Elle le savait.

<<On va simplement passer la nuit ici. On repartira demain.>>

Un sursaut. Jamais elle ne parvenait à prévoir quand est-ce que son compagnon de route se décidait à parler. Elle trouvait cela effrayant et presque singulièrement adorable. Hochement de tête. Ils étaient d'accord sur le plan à suivre. L'obligation que l'un d'eux veille était primordiale pour leur survie. Ce fut Am le premier à être de garde. Roxane n'avait pas vraiment besoin de se reposer, mais le jeune homme insistait pour qu'elle dorme. Alors, doucement ses paupières furent closes et tout devint noir.


CHAPITRE 2➤


Un cri au loin, dans cette brume qu'est le sommeil. Elle comprit rapidement qu'il fallait sortir de l'agréable confusion que procure un repos bien mérité. Des paupières s'ouvrirent. Une main lui était tendue. Elle leva les yeux. Son ami semblait anxieux. Le connaissant, elle se doutait que c'était un mauvais présage. Prenant la main qui l'invitait, Roxane fut aidée par le jeune homme. Elle s'en voulait d'avoir autant de mal à tenir debout, bien droite. Mais quand elle voyait le dos courbé de son compagnon, sa culpabilité avait souvent tendance à disparaître. Et la compréhension se faisait. C'était à peine étonnant que les autres l'attaquent en le prenant pour l'UN d'entre EUX.

<<On doit bouger.>> Marmonnait sans cesse Am, comme pour lui-même.

La jeune fille remarquait bien qu'il frôlait la crise d'angoisse. Ce n'était pas comme si c'était évident, mais elle le devinait au vu de toutes ces répétitions de mots, de phrases, de mouvements. Lui-même ne s'en rendait pas compte quand cela se produisait. Elle s'approcha, prenant et serrant doucement sa main en s'emparant du sac à dos qui traînait au sol. Elle l'ouvrit et en sortit l'arme qu'Am gardait avec lui. Tendant la hachette, elle savait que c'était inutile de rassurer quelqu'un comme ça, dans une situation pareille et un monde comme celui-ci.

<<Gardes-ça, Am. Tu vas en avoir besoin, tu sais ?>> Dit-elle.

Le garçon s'accapara l'objet que lui tendait son amie. Il tremblait, mais semblait tout à fait confiant, arme en main. Roxane craignait qu'ils ne manquent de temps pour s'enfuir, enfilant le sac à dos sur ses épaules. Elle tira un peu son camarade par le bras pour qu'il la suive et bien vite, ils étaient en train de courir. Le bruit de leurs pas qui résonnaient et craquaient sous le plancher. La poussière qui s'envolait et virevoltait dans tous les sens à leur passage dans une danse paniquée... C'était ça, la vie à présent. Le sommeil ne devait qu'être un moyen de rester en forme pour les longues et interminables journées de marche. La nourriture et l'eau étaient des denrées rares et l'hygiène passait en dernier. Mais surtout... il fallait être capable de se réveiller en pleine nuit pour prendre la fuite au moindre bruit suspect.

<<Tu crois que c'était... un survivant ?>> Demandait Am sans changer de refrain.

<<Peut-être. Mais on ne peut pas rester avec eux...>> Commença Roxane avant de marmonner quelque chose.

Un coup de feu. Des sursauts. C'était proche. Ils devaient sortir de cette fichue maison avant qu'on ne les trouve. Ils étaient condamnés sinon. Roxane avait du mal à rester stable à cette vitesse de course et son ami avait tout autant de difficulté. Elle vérifia rapidement les chevilles de son compagnon. Elles se tordaient dans un angle véritablement désagréable. Comment ne pouvait-il pas avoir mal ? Même elle qui connaissait pire avait parfois du mal à le comprendre. Une voix. C'était bien plus proche que le cri brutal de l'arme à feu que possédait leur traqueur.

<<Il faut le tuer, Roxane.>> Répétait le jeune homme.


___

Image

NOM ➙ Am

AGE ➙ 18 ans

ESPÈCE ➙ Survivant

ARME ➙ Hachette

INFOS ➙ Atteint de schizophrénie et autiste d'Asperger.

Image

NOM ➙ Roxane

AGE ➙ 15 ans

ESPÈCE ➙ Zombie

ARME ➙ Aucune

INFOS ➙ Possède toutes ses capacités intellectuelles.

Avatar du membre
Charlie-likes-cake
Apprenti
Messages : 60
Enregistré le : 28 août 2016, 22:48
A aimé : 4 fois
A été aimé : 11 fois

Re: SURVIVAL E.N.D

Message par Charlie-likes-cake » 03 nov. 2016, 22:26

Cool ! ça commence bien en tout cas ! Je me suis tout de suite identifiée à Am, et puis j'ai vu ta précision sur son état et je commence un peu à douter de ma santé mentale (;¬_¬)
Ton style de dessin est mignon aussi ^^
«Quand quelqu'un vous raconte une partie de sa vie, loin de vous accorder votre dû, c'est un cadeau qu'il vous fait. Moi je vous offre mon histoire dans toute sa vérité sordide. Toutes mes erreurs et toutes mes sottises exposées au grand jour, dans toute leur nudité.»
Le nom du vent

Avatar du membre
[NESS]
Membre junior
Messages : 10
Enregistré le : 08 oct. 2016, 12:20
Localisation : Quelque part ?

Re: SURVIVAL E.N.D

Message par [NESS] » 04 nov. 2016, 14:07

Merci. ^^

Ramón

Re: SURVIVAL E.N.D

Message par Ramón » 04 nov. 2016, 14:12

Haches, hachettes,... les armes parfaites, intenses, pour les scénarios haletant <3

Vivement la suite !

Avatar du membre
[NESS]
Membre junior
Messages : 10
Enregistré le : 08 oct. 2016, 12:20
Localisation : Quelque part ?

Re: SURVIVAL E.N.D

Message par [NESS] » 07 nov. 2016, 09:12

CHAPITRE 3➤


La jeune fille ne répondit rien. Le silence était roi. Ce que venait de dire son compagnon... Cette idée était claire et bien trop nette, telle une lame de rasoir. Dans ces moments-là, elle était terrorisée à l'idée de le voir tuer. De le voir arracher une vie. Et elle réalisait mieux pourquoi aucun survivant ne voulait de ce garçon. Il était fou. Un spasme de mépris. Une gifle. Elle n'avait pas le droit de penser cela de son compagnon. Elle n'était pas mieux. Et puis, elle avait... faim.

<<D'accord. On le tue.>> Marmonna-t-elle.

Am fit disparaître le bref sourire qui s'était dessiné sur ses lèvres. Se tournant vers l'ombre d'un homme, approchant à grande vitesse. Serrant sa hachette, il se mêla à l'obscurité nocturne, sans prévenir sa compagne qui fut prise d'une peur sans nom. Le survivant qui les poursuivait se pointait finalement, fusil en main. Il dévisagea longuement Roxane avant de brandir son arme. Mais le temps de viser et son crâne était ouvert en deux. La jeune fille ne put réprimer un cri d'horreur en voyant le sang et le liquide céphalo-rachidien s'écouler le long de ce visage et pétiller hors de la blessure. La hachette fut retirée... ainsi ce qui restait de la cervelle de la victime fut découverte. La jeune fille leva le regard vers son ami qui lui souriait. Malheureusement, le sang qui avait giclé sur sa personne le rendait plutôt menaçant.

<<Je crois qu'on va pouvoir manger !>> Lança-t-il avec innocence.

<<Je... Je ne crois pas que j'en serais capable...>>

<<Roxane. On ne pourra pas toujours se nourrir de fruits pourris.>> Rétorqua-t-il froidement.

La jeune fille réfugia sa tête entre ses épaules, chuchotant fébrilement d'innombrables excuses. Am s'approcha, laissant tomber son arme et serra son amie contre lui. Rassurer. Consoler. Il s'en voulait de s'être montré aussi brutal. Il savait à quel point Roxane se haïssait pour ce qu'elle était. Manger de la chair humaine n'arrangerait rien. Le dégoût serait multiplié. Etre capable de s'affamer pour ne pas se nourrir de proies qu'ils abattaient... Il comprenait parfaitement. Mais la survie avant tout. Seule Roxane et lui-même comptaient. Les autres n'étaient qu'une potentielle source de vivres à ses yeux. Rien d'autre.

<<On le fait cuire ? Peut-être qu'il aura un goût de poulet !>>

Roxane eu un sursaut, le dévisagea. Elle se retenait, mais finalement un immense éclat de rire s'éleva dans la pièce. Il était heureux d'être parvenu à la faire sourire. Il n'aimait pas la voir triste.


CHAPITRE 4➤


Après avoir constaté sans surprise que leur repas était venu seul, ils s'installèrent devant la vieille cheminée crasseuse du salon où ils avaient campés avant de devoir fuir ce danger qui au final n'en était pas un. En réalité, ce survivant était comme un miracle. Ils n'avaient pas mangés depuis quelques jours et maintenant, ils allaient pouvoir s'éclater la panse. Alors que Roxane s'occupait d'allumer le feu, son ami quant à lui faisait l'inventaire de ce que possédait le défunt homme... Un fusil, un sac à bandoulière contenant de l'eau et quelques légumes ainsi que des explosifs. Le garçon sourit en remarquant ce dernier détail.

<<Hey ! Roxane ! Il a des grenades !>> Railla-t-il.

<<Avait. Il avait. Il est mort, Am.>>

<<On s'en fout !>>

Roxane ne répondit rien, vexée. Une gifle mentale. Elle ne pouvait se permettre d'être offensée. Son compagnon était comme ça. Soit il était vide, soit il était expressif. Et cette joie ! Elle n'avait pas le droit d'être froissée. Elle aimait le voir sourire, rire... parce que finalement, elle pouvait admirer le côté enfantin et vivant de son camarade. Elle attisait leur seule source de chaleur, heureuse à l'idée de partager un repas. De son côté, Am avait décidé de démembrer non sans difficultés le gibier. Un bras, puis une jambe... et l'autre bras, le torse... C'était dur. Surtout quand la lame venait se clouer dans un os. Il détestait ça.

<<Mais merde quoi ! Tu peux pas être moins chiant à découper, monsieur ?>> Hurla-t-il.

<<Hm ? Que se passe-t-il, Am ?>> Demanda Roxane d'un air surpris.

<<Roxane ! Viens m'aider !>>

La jeune fille se leva et s'approcha lentement. Son ami était en train de massacrer leur pain. Elle soupira. Se baissa. Et sans aucun effort, elle parvint à finir ce qu'Am ne parvenait à commencer. Le jeune homme la dévisagea. La remercia. Le silence était quelque peu gênant. Ils détournèrent tous deux le regard en riant nerveusement pour l'une et en ronchonnant pour l'autre.

<<Heu... Le feu est prêt. Et j'ai trouvé une broche. On mange quand tu veux.>> Murmura timidement Roxane.

Aucune réponse. Il boudait. La jalousie était un vilain défaut, certes. Mais qu'est-ce qu'il enviait son amie ! Elle était si forte, si agile. Lui, n'était qu'un boulet, une concentration de maladresse. En fin de compte, une réponse. Faible, oui. Mais il avait finalement hoché la tête, comme pour dire "mangeons maintenant, j'ai faim".


CHAPITRE 5➤


Le dégoût avait laissé place à l'appétit. Beaucoup trop affamée pour résister au repas qui lui était offert, Roxane savourait ce moment à pleines dents. Mais à chaque bouchée lui revenait le souvenir que la viande qu'elle avalait était celle d'un homme mort. Certes, il était cuit et très goûteux. Mais quelle horreur ! Lorsqu'elle y pensait, cela lui donnait un haut-le-cœur. Une grimace. Elle dirigea doucement son regard vers son compagnon de route. Il dévorait sa part avec gourmandise... Le voir ingurgiter un de ses semblables la secouait violemment et cette sensation de nausée lui écrasait la gorge. Elle n'en pouvait plus. Elle devait sortir, juste quelques minutes au moins. Elle avait besoin de savoir ce qu'était à nouveau une bonne bouffée d'air frais.

<<Tu vas où ?>>

Le cœur de la jeune fille ne faillit pas se remettre d'un tel bond d'effroi. Cette question terrifiante. Cette simple phrase, piquée de jalousie mal placée et de mépris. C'était l'interrogation qui signifiait tout. Et si elle ne répondait pas ? Am la tuerait sûrement sous le coup de la colère. Il regretterait probablement son acte par la suite... Mais ce serait TROP TARD.

<<J'ai... J'ai besoin de me changer les idées...>> Répondit la jeune fille avec franchise.

<<C'est à dire ?>>

Elle ne le rendait que plus suspicieux. Quelle poisse ! Que répondre à quelqu'un comme Am, qui est capable du meilleur comme du pire ? La panique vint s'ajouter à son mal-être. Elle ne savait plus quoi faire, quoi dire... Elle souhaitait de toute son âme qu'il décide finalement de l'ignorer comme il en avait l'habitude. Mais pas cette fois, malheureusement. Il était bien trop curieux de ses intentions.

<<Je répète ma question, Roxane... Où. vas. tu ?>> Fit-il d'un air menaçant.

<<Dehors !>>

Le silence. Elle n'avait pas fait exprès de montrer ne serait-ce qu'un peu de violence et de frustration dans cet unique petit mot. Elle fut prise de culpabilité. Quel acte effroyable. Elle se trouvait répugnante. Méchante. Le silence... Encore et toujours présent. Am ne disait plus rien. Roxane non plus. Finalement, le jeune homme eu un soupir, détournant le regard.

<<Bien... D'accord... Je comprends... Mais tu reviens, hein ?>>

Roxane le dévisageait, attristée par cet air plein de solitude et de craintes. Elle hocha lentement la tête et se rendit à l'extérieur de la demeure délabrée, la boule au ventre et un poids sur le cœur.

Avatar du membre
Charlie-likes-cake
Apprenti
Messages : 60
Enregistré le : 28 août 2016, 22:48
A aimé : 4 fois
A été aimé : 11 fois

Re: SURVIVAL E.N.D

Message par Charlie-likes-cake » 07 nov. 2016, 21:48

Pourquoi je m'identifie toujours aux personnages fous ? POURQUOI ?????????????????????????????????????????????????

Chapitres et relation intéressants cela dit ! ヽ(◉◡◔)ノ
«Quand quelqu'un vous raconte une partie de sa vie, loin de vous accorder votre dû, c'est un cadeau qu'il vous fait. Moi je vous offre mon histoire dans toute sa vérité sordide. Toutes mes erreurs et toutes mes sottises exposées au grand jour, dans toute leur nudité.»
Le nom du vent

Avatar du membre
Yumi
Membre junior
Messages : 14
Enregistré le : 07 oct. 2016, 19:46

Re: SURVIVAL E.N.D

Message par Yumi » 14 nov. 2016, 19:20

Tu connais mon avis sur cette histoire ~ Z'adooore !!

Avatar du membre
[NESS]
Membre junior
Messages : 10
Enregistré le : 08 oct. 2016, 12:20
Localisation : Quelque part ?

Re: SURVIVAL E.N.D

Message par [NESS] » 16 nov. 2016, 11:52

CHAPITRE 6➤


Les cordes de la pluie s'enfonçaient dans le sol stérile. Le vent hurlait sur les habitations muettes et l'orage rugissait contre ce pauvre azur terne et opaque. Son attention visant là-haut, les larmes du déluge se mêlaient aux siennes. L'abjection l'étranglait. Les affres de son cœur étaient étouffantes. Le silence, son châtiment. Ses bras l'étreignaient comme pour la garder prisonnière de son chagrin. Ce regard plein de lassitude qu'il portait... Il ne voulait plus jamais être délaissé. Il craignait Mère "Tour d'Ivoire", une connaissance qu'il avait toujours eu pour seule compagne. La jeune fille aussi avait peur de cette sournoise ennemie qui enfermaient ses victimes dans l’obsession et le doute.
Elle n'osait pas retourner à l'intérieur, persuadée que son compagnon la ferait disparaître pour son audace et son irrespect. Non. Am n'était pas comme ça. Elle ne pouvait le considérer ainsi. C'était stupide. Elle devait rentrer. Le voir. Lui parler...

<<Roxane...>>

Un frisson. Sa vision se détournant des cieux. Et un visage déconfit. Des yeux bruns pleins de tristes étoiles filantes qui venaient s'échouer sur son menton, puis à ses pieds. Am était atroce à voir. Et Roxane n'en ressentit qu'une plus grande culpabilité. Elle était abominable. Le faire pleurer, le rendre triste. Quel monstre ! Du moins, le pensait-elle. Car l'illusion qu'avait le jeune homme pour lui-même était identique. Ils se haïssaient et s'aimaient réciproquement. Un drôle de duo quand on y pense. Mais qui se complétait parfaitement. Le garçon n'hésita pas. Et tous deux finirent dans les bras de l'autre.

<<Je suis désolé... Roxane... Je ne voulais pas être méchant...>> Dit-il d'une voix tremblante.

<<Mais... Ce n'est pas toi... C'est moi qui...>>

<<Non. J'ai commencé. Tu as terminé.>> Trancha-t-il.

Pas un mot de plus. Juste la mélancolique berceuse de l'averse. La chaleur de l'un contre l'autre. Le pardon. Et une amitié conservée. Des larmes. Puis des rires... et des sourires. Tout irait absolument bien tant qu'ils étaient ensemble. C'était une certitude. La vérité et la réalité.


CHAPITRE 7➤


Quelques heures s'étaient écoulées depuis leur départ. Rassasiés et reposés. Le reste de la soirée avait été paisible, hormis la violente tempête... ce fut le calme absolu. Am s'était occupé de mettre ce qui restait de viande dans un petit sac plastique qu'il avait pris le soin de nettoyer rapidement. Roxane n'était pas spécialement d'accord pour conserver de la chair humaine. Mais n'ayant opposé aucune négation, le vote fut clos. Ils avançaient en silence, muets. Seul le vent venait le briser, soufflant un faible cri maussade. La jeune fille contemplait les environs, déprimée par un tel paysage. Son compagnon ne décrochait pas un mot. L'ambiance fichait le cafard. Et pourtant, elle essayait de trouver un sujet de conversation, au moins pour avoir la sensation d'être moins seule. Mais aucune réponse. Am semblait complètement abattu. Lui en voulait-il ? Ou bien était-il simplement fatigué ? Elle avait peur de demander, de crainte de déranger l'intimité de son ami. Alors cette tranquillité angoissante pouvait persister.
Soudain, Am cessa brusquement d'avancer. Son amie se cogna contre lui, n'ayant pas anticipé ce geste si inattendu. La jeune fille s'éloigna légèrement de son compagnon pour ne pas trop chambouler son espace personnel, intimidée. Pourquoi ne continuait-il pas à marcher ? Qu'est-ce qui l'empêchait d'avancer ? Elle approcha doucement sa main vers l'épaule du jeune homme, pour finalement la poser sur celle-ci. Un léger sursaut. Am tourna lentement son regard vers Roxane, l'air perdu.

<<Hm ? O... Oui ? R... Roxane ?>>

<<Que se passe-t-il, Am ?>> Demanda-t-elle, inquiète.

Le garçon semblait complètement à côté de la plaque. Il répétait des mots qui n'avaient pas particulièrement de sens, avait des grimaces et des mouvements que Roxane identifiait comme des tics. Il avait une crise. Pourquoi ? Qu'est-ce qui l'angoissait au juste ? La jeune fille se demandait si c'était en rapport avec hier... Mais la force dont elle avait besoin pour poser cette question n'était pas au rendez-vous. Elle déposa son autre main vers l'épaule esseulée de son compagnon et le secoua.

<<Am. Ce n'est pas le moment. Nous sommes visibles là. Aussi bien pour les survivants que pour EUX.>>

<<Ils dorment... Ils dorment juste...>> Répétait-il.

Ses yeux étaient écarquillés et débordants de larmes. Son visage montrait une expression de terreur intense. Ses mains, ses jambes... tout son corps tremblait violemment. La jeune fille saisit alors l'impact des mots prononcés par son ami. Sa famille lui manquait. Ils lui manquaient. Il avait peur. Il voulait juste sa mère. Revoir ses frères et sœurs une dernière fois.


CHAPITRE 8➤


Il se souvenait. De ce jour-là. Tout avait basculé. Son quotidien, disparu. Sa famille, également. C'était un soir ordinaire. Il venait tout juste de rentrer des courses avec sa mère et avait pour mission de surveiller la petite dernière ; une adorable gamine aux petites joues bien rondes et au regard pétillant de vie et de malice. Tout en cette enfant respirait la pure innocence. Aussi bien ses jolies tâches de rousseur que ses petites mains maladroites. Mais elle n'était pas ordinaire, pour sûr. Tout comme lui, Ambryne était autiste. Certes. Ils n'avaient pas tout à fait les mêmes troubles. Il était capable de parler, d'écrire et de comprendre bien des choses. Mais il restait persuadé que sa sœur était capable de tout. Qu'elle réussirait dans la vie et qu'il serait là pour la protéger. Le seul défaut qu'il trouvait à l'adorable benjamine de la fratrie ? L'impulsivité. Elle était facilement irritable et il fallait être rassurant. L'oppresser était une très mauvaise idée.
Finalement, sa mère revint avec son frère et sa sœur. Deux petits démons qu'Am appréciait et méprisait à la fois. Brian était le genre de personne que le jeune homme adorait mais la rivalité qui s'était instaurée entre eux rendait parfois leurs disputes vraiment très violentes. Surtout lorsque le cadet s'amusait à taquiner son frère sur sa petite taille. En effet, Brian était bien plus grand et pour cause ; Am ne faisait seulement qu'un mètre soixante. Tandis que Sacha était le genre de chipie que le garçon méprisait le plus. Certes, elle prenait soin d'elle. D'accord, elle était mignonne. Ok, elle est serviable et autonome. Mais... Elle était surtout stupide et agaçante. Et pourtant, il refusait d'imaginer ce que serait la vie sans eux. Il ne salua pas sa famille. Sa mère lui fit la remarque. Il soupira, ce qui irrita cette dernière.

<<Am. Qu'est-ce que je t'ai dis à propos de souffler pour rien ?>> Lui dit-elle d'un ton sec.

<<Hm ? Mais je ne souffle pas.>> Répondit-il.

La femme qu'était sa mère aimait quand tout était soigné. Tout devait être propre, droit et présentable... Soit le total opposé de son fils. Am avait parfois l'impression d'être une erreur de la nature comparé à son frère ou ses sœurs. Ils étaient normaux. Enfin... Ils savaient comment le paraître. Lui, non. Et puis, il ne voulait pas sembler ordinaire. C'était le genre de garçon fragile, à l'apparence presque androgyne. Cela lui valait des moqueries. Des remarques. Des reproches. Sa mère voulait qu'il fasse de la musculation. Qu'il devienne plus fort, plus imposant... plus viril. Mais c'était une personne délicate qui préférait l'écriture aux haltères. Il était timide. Il avait peur des autres. Alors, il les méprisait... et pourtant, qu'est-ce qu'il avait envie d'avoir des amis. Et surtout, son frère lui ressemblait. Mis à part la taille, ils avaient tous les deux un physique loin de celui des jeunes hommes "normaux". Ils n'avaient pas une voix bien grave qui faisait tomber les filles superficielles et autres pots de peinture. Des enfants. C'était le mot. Ils ressemblaient à des gamins de 11 à 15 ans.

<<Alors comment se porte mon "petit" frère.>> Ricana Brian.

<<La ferme.>> Fit Am d'un air frustré.

<<Wouah ! Le respect est mort !>> S'exclama Sacha, un sourire agaçant aux lèvres.

Si seulement, il avait su ce qui allait arriver... Il aurait passé plus de temps avec eux. Il aurait profité de chaque seconde en leur présence. Mais c'était trop tard. Il les avait perdu. Ils ne reviendraient jamais. Et les larmes bien chaudes, piquantes... brûlantes roulaient sur ses joues. Blotti dans les bras de l'adolescente de 15 ans qui était à présent sa seule amie. Il pleurait. Et répétait qu'ils dormaient simplement.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité