Accepter d'être différent(e)

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
Avatar du membre
abyss
Membre
Messages : 21
Enregistré le : 24 avr. 2016, 21:27
Localisation : Romans sur Isère
A été aimé : 9 fois

Accepter d'être différent(e)

Message par abyss » 24 avr. 2016, 22:35

Je suis ici car j'ai envie de partager mon expérience, mon vécu et entendre vos réactions. J'ai besoin de vider mon sac en somme!
J'ai bien envie de commencer par vous dire que je suis une femme de 31 ans et que j'ai fais tout les psychanalystes et psychiatre du coin depuis 10 ans parce que je n'étais pas "normale". Ma famille et mes amis me sortent toujours le baratin d'usage que vous connaissait bien sans doute le "t'as pas encore trouver le bon, ça va venir". Tout le monde veut me caser ou me psychanalyser car je rentre pas dans le moule. Le psychiatre de mes 20 ans m'a même sortie que j'étais une lesbienne refoulée! (bien que je n'ai aucune attirance pour les femmes... fallait bien trouver une raison!!!) C'est vrai j'ai une enfance qui pourrait expliquer cela, vous me direz sans doute que je suis une traumatisée de la vie etc... oui j'ai été une victime d'inceste mais ça n'est pas ce que je suis. Je suis moi et j'en ai franchement marre qu'on me répète c'est parce que ça vient de ton passé et ça s'arrangera... mdr! Croyez moi, j'ai été avec des hommes, j'ai été même éperdument amoureuse et pourtant rien coté sexe ni plaisir, ni désir. En faite l'acte ne représente rien pour moi si ce n'est faire plaisir à l'autre. Je préfère les moments d'échange, de complicité mais ça c'est extrêmement difficile à faire entendre dans cette société de consommation sexuelle ou à tes amis qui te prenne pour une frigide.
J'ai pas envie d'avoir des enfants même si je sais que l'asexualité ne va pas l'encontre de ce désir. Je suis infirmière, et quand on fait des études qui touche la psychiatrie on vous donne toutes les origines "des troubles" et comment les soigner. Ceci vient de là et il faut donner ça ou faire ça sans se rendre compte que la personne est peut-être bien ainsi et de vouloir la conformer la fera vraiment devenir "tarée" comme moi. J'ai passé 1 mois en clinique psychiatrique à manger des cachetons (anti-psychotique genre risperdal...) car tout le monde pensait et moi aussi par la force des choses que c'était pas normal d'être une "frigide" que mon passé en étais la cause etc... Ils m'ont démolie. J'étais un légume, je dormais, je bavais (si si!)... enfin bref une horreur, un des pire moment de mon existence j'ai mis 1 an à m'en remettre et j'en fais encore des cauchemars.
Il y a une semaine en cherchant de la lecture sur les non désirs sexuels je suis tombée sur ce bouquin "no sex" et j'étais sans rire "euphorique", "légère" je me suis vu moi, si différente comme les autres du livre, comme vous. Et pour la première fois je me suis acceptée d'être ce que je suis. Je ne suis pas anormal (ou peut-être si quand on prend les normes de la société), je suis juste différente. Personne ni rien ne peut changer ce que je suis pas même 10 ans de psychanalyse, un passage en milieu psychiatrique et des proches/amis qui te veulent du bien... Enfin voilà j'attends vos réactions et merci pour votre attention.
"Notre intégrité est facile à oublier mais elle est vitale, c'est grâce à elle que nous sommes libres" Lettre de Valéry, V for Vendetta

Avatar du membre
didou
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2020
Enregistré le : 24 oct. 2015, 19:22
Localisation : Nozay, Essonne
Pronom : il
A aimé : 160 fois
A été aimé : 468 fois

Re: Accepter d'être différent(e)

Message par didou » 24 avr. 2016, 23:04

abyss a écrit :J'ai besoin de vider mon sac en somme!
Vide, ça peut faire du bien.
abyss a écrit :Le psychiatre de mes 20 ans m'a même sortie que j'étais une lesbienne refoulée!
Ah bin tiens, on rejoint une remarque que j'ai faite il y a1 jour ou 2 sur le forum... :roll: Bref, celui-là il n méritera pas d'être canonisé :D
abyss a écrit :JJe suis moi et j'en ai franchement marre qu'on me répète c'est parce que ça vient de ton passé et ça s'arrangera... mdr!
Enfin, bon, moi je ne dis rien, mais "c'est parce que ça vient de ton passé et ça s'arrangera" est un non sequitur parfait (raisonnement qui ne tient pas). Quoi que ce soit, ce n'est pas parce que c'est dû au passé que ça s'arrangera. Ca pourra s'arranger, mais absolument pas parce que c'est dû au passé.
D'ailleurs, les problèmes dus aux choses du futur... à part dans les films... :twisted:

abyss a écrit :J'ai pas envie d'avoir des enfants même si je sais que l'asexualité ne va pas l'encontre de ce désir.
Effectivement, ça ne va pas à l'encontre. Certains A ont des enfant pour diverses raisons. Mais ils n'en restent pas moins A pour autant.
abyss a écrit :Je suis infirmière, et quand on fait des études qui touche la psychiatrie on vous donne toutes les origines "des troubles" et comment les soigner.
Ah ah ah. "Comment les soigner". Je ne jette absolument pas la pierre à tes formateurs, mais tant que le sujet n'a pas été toi, tu n'as pas tout compris (et même lorsqu'il a été toi).
abyss a écrit :Ceci vient de là et il faut donner ça ou faire ça sans se rendre compte que la personne est peut-être bien ainsi et de vouloir la conformer la fera vraiment devenir "tarée" comme moi.
Bon, il y a de s tonnes de cas de figure. Le "sans se rendre compte que la personne est peut-être bien ainsi" n'est pas toujours la règle. Parfois la personne souffre vraiment. Donc, je jetons pas la pierre à ces toubibs. Ils essayent de traiter des troubles qu'ils ne comprennent pas et que les sciences exactes ne peuvent pas comprendre. Mais je suis d'accord avec toi qu'il y a parfois des ratés :roll:
abyss a écrit :J'ai passé 1 mois en clinique psychiatrique [...]
Dis-toi que d'autres ont fait largement pire. C'est traumatisant, certes, mais il faut qu'à chaque fois que ces moment te reviennent, tu les refoules ! C'est tout sauf facile. Loin de là. Mais il faut essayer.
abyss a écrit :[...]Et pour la première fois je me suis acceptée d'être ce que je suis.
Ca, c'est un grand pas, c'est quelque chose d'important ! Enfonce le clou pour accepter que #!?@, tu n'es pas comme les autres, mais tu n'est pas pire ni une tare !
Règle n°1 : pas avant le mariage. Règle n°2 : ne pas se marier

Avatar du membre
abyss
Membre
Messages : 21
Enregistré le : 24 avr. 2016, 21:27
Localisation : Romans sur Isère
A été aimé : 9 fois

Re: Accepter d'être différent(e)

Message par abyss » 24 avr. 2016, 23:28

Le "sans se rendre compte que la personne est peut-être bien ainsi" n'est pas toujours la règle. Parfois la personne souffre vraiment. Donc, je jetons pas la pierre à ces toubibs.
C'est pour ça que j'ai rajouté un "peut-être". En faite j'ai vraiment appris à mieux comprendre l'autre durant cette superbe période en psychiatrie. Au moins y'a pas eu que du négatif. Comprendre la souffrance psychique et la répercutions des traitements que l'on donne. J'ai beaucoup remis en question ma pratiques professionnelles. Mais bon c'est un long sujet pompeux et laborieux, je t'épargne!
Merci pour ta réponse en tout cas!
"Notre intégrité est facile à oublier mais elle est vitale, c'est grâce à elle que nous sommes libres" Lettre de Valéry, V for Vendetta

Polymnie
Amène
Messages : 438
Enregistré le : 04 mai 2013, 09:29
A été aimé : 45 fois

Re: Accepter d'être différent(e)

Message par Polymnie » 25 avr. 2016, 07:06

En tous cas profite de cette légèreté surtout après tout ça

Ramón

Re: Accepter d'être différent(e)

Message par Ramón » 25 avr. 2016, 11:05

Trois choses :
_la psychiatrie a fait plus de mal que de bien. Et encore en France, comme en Argentine, il y aurait à redire tellement notre vision appartient à un autre âge. En effet, cela risque d'être laborieux à traiter ;)
_la psychanalyse ne sert pas à soigner quoique ce soit, elle sert à reconsidérer son rapport à soi et à ne plus considérer les autres comme des objets. Mais, évidemment, le souverain pontife Sigmund Freud et ses successeurs ont fait du mal, notamment aux femmes. Quand on sait que pour ces braves gens la sexualité d'une fille passe par la masturbation clitoridienne et celle d'une femme par la pénétration vaginale, on a quasiment tout compris sur ce que l'on cherche à enseigner aux populations. La femme doit être sexualisée dès son plus jeune âge, pour docilement servir les hommes sous peine d'être répudiée. Là encore, dans le détail, c'est laborieux comme sujet.
_la libération sexuelle : plus machiste, y'a pas. La société masculine en avait certainement marre de devoir passer par le mariage ou la prostitution. Que le sexe devienne gratuit et sans engagement, voilà qui arrange bien des choses. Au diable les IST et MST, surtout quand celles-ci concernent plus les femmes que les hommes.

Peggy Sastre écrit de bons bouquins oui :)

Profite bien de toi, on est bien quand on est avec soi ;)

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité