Définition du harcèlement.

Tout commence avec de grandes idées ; venez partager vos opinions sur les sujets les plus divers.
Alfred
Adepte
Messages : 187
Enregistré le : 21 oct. 2015, 16:44
A aimé : 3 fois
A été aimé : 22 fois

Définition du harcèlement.

Message par Alfred » 28 oct. 2015, 15:46

Bonjour à tous et à chacun!
Suite au "topic" intitulé "le droit des femmes", je me rends compte que la notion de harcèlement sexuel a été énormément sollicitée. Je n'avais pas vraiment considération de cette réalité... Mais je crois qu'il y a une dimension qui serait judicieuse à explorer: Comment définir le harcèlement? A quel niveau il est, et, à quel niveau vous le situez? Je crois qu'il y a une frontière à établir pour ne pas faire d'amalgames. Je crois que cela peut nous permettre de situer nos limites entre notre attachement pour les autres et les frontières qu'il ne faut pas franchir.
Pour lancer le débat, je vous exprime une expérience vécue qui peut témoigner de nos différences du perçu de la chose avec les gens plus "communs" qui m'a beaucoup choqué:
J'avais un collègue beau-gosse style romantique ténébreux tombeur de femme. Dans un bar, une belle femme jeune et seule. Elle part aux toilettes. Mon collègue s'empresse de sortir un papier et d'écrire: " Je suis le beau gars qui était au bar de la licorne Jeudi soir, je suis très caressant et vous me plaisez. Je vous laisse mon tèl.). Et, le type a mis son papier dans le sac à main que la femme avait laissé suspendu à sa chaise. Le lendemain, la femme l'a appelé et lui a offert une nuit d'amour.
Mais, je considère que là, il y a du harcèlement. Il n'avait pas à s'ingérer dans son sac à main qui est intime pour l'agresser depuis celui-ci. Je trouve que c'est très laid.
Avec le même collègue, nous allons dans le même bar. Et là une femme seule. Elle est jolie et semble triste. Je me lève, m'installe à sa table et lui dis: " Cela fait quelques minutes que je vous observe. Et, j'ai envie d'entendre le son de votre voix! C'est stupide, mais il est certain que plus jamais nous nous retrouverons dans le même espace. Alors, je serais infiniment heureux que nous partagions une consommation ensemble. Si ma démarche vous blesse, je vous demande pardon et je rejoins immédiatement retrouver mon collègue". Elle nous a rejoint. On a échangé des trucs sympas sur la ville on habitait et je ne l'ai plus jamais revue.
Morale de l'histoire: Mon ancien collègue ( un hyper S) que j'ai détesté par la suite était pour moi une ordure qui a fait du harcèlement à une femme qu'il a pris en otage en souillant son espace intime ( celui de son sac à main). Par contre, pour ce même collègue, j'ai agressé la femme que j'ai abordée dans le bar. Jamais, il n'aurait osé faire ce que j'ai fait ( me lever et lui offrir un consommation pour échanger). Je crois qu'il m'a pris pour un "taré" et moi, je le prenais pour un "salaud". Alors, le harcèlement, il est où?
Où est la définition du harcèlement? Moi qui suis "a", il est clair que j'ai une définition absolument autre que mon ex-collègue. Mais comment se positionner par rapport à l'être sexué? Où savoir les limites de l'acceptables? Et où faut-il refuser l'autre dans son comportement?

Avatar du membre
Ptite Marie
Ace Tea
Messages : 911
Enregistré le : 11 janv. 2011, 21:22
Localisation : Clermont-Ferrand
Pronom : Elle
A aimé : 102 fois
A été aimé : 166 fois

Re: Définition du harcèlement.

Message par Ptite Marie » 28 oct. 2015, 16:14

Le harcèlement commence là où il y a négation du ressenti et de l'intimité de l'autre. Si vous abordez une femme dans un bar ou dans la rue, de façon polie et respectueuse, qu'elle refuse de vous parler et que vous repartez aussitôt de façon tout aussi respectueuse, il n'y a pas harcèlement. Si vous insistez, que vous râlez, que vous l'insultez parce qu'elle vous rejette, c'est du harcèlement. Quand un homme se permet de siffler une femme, de commenter son physique, de la suivre, de continuer à lui parler quand elle envoie clairement des signes de non-intérêt, c'est du harcèlement. Quant à s'introduire dans l'intimité d'un sac à main c'est totalement déplacé.

Ce post résume très bien la problématique:
http://projetcrocodiles.tumblr.com/post ... ui-naiment
Tout ce blog est par ailleurs très intéressant pour appréhender et comprendre le harcèlement de rue.
" Vous pourriez arrêter de péter pendant que je sauve le monde ? "
- Docteur Who -

Avatar du membre
didou
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2020
Enregistré le : 24 oct. 2015, 19:22
Localisation : Nozay, Essonne
Pronom : il
A aimé : 160 fois
A été aimé : 468 fois

Re: Définition du harcèlement.

Message par didou » 28 oct. 2015, 18:18

Il m'est impossible de répondre avec un avis personnel autre que celui de "la morale bien établie" attendu que je ne me suis jamais trouvé d'aucun côté de la barrière en terme de harcèlement.

@Alfred,
À vrai dire, je n'aurais jamais osé aller aborder la femme (inconnue) au bar... Outre le fait que bon, ce n'est pas mon truc, j'aurais franchement craint que ce ne fût ressenti justement comme du harcèlement. C'est un coup à se prendre une gifle ça :D

L'action de ton collègue est un harcèlement caractérisé. La tienne, je ne la qualifierais pas de la sorte, sinon on ne pourrait plus parler à personne. Et surtout, tu es resté courtois. Mais en tout cas, moi je ne tenterai pas.
Règle n°1 : pas avant le mariage. Règle n°2 : ne pas se marier

Piccolo
Atrix
Messages : 1735
Enregistré le : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 113 fois

Re: Définition du harcèlement.

Message par Piccolo » 28 oct. 2015, 19:22

Les autres ont tout dit: aborder quelqu'un n'est pas du harcèlement, insister contre la volonté de cette personne oui par contre.

Dans ton cas c'est pas du tout du harcèlement, c'est assez évident.

En revanche ce qu'a fait l'autre mec, oui c'est une forme de harcèlement. Elle aurait pu dire non et percevoir, à raison, ce mot glissé dans son sac comme une forme d'intrusion.

Alfred
Adepte
Messages : 187
Enregistré le : 21 oct. 2015, 16:44
A aimé : 3 fois
A été aimé : 22 fois

Re: Définition du harcèlement.

Message par Alfred » 28 oct. 2015, 21:27

Ptite Marie: Tu as le sens des explications, merci! Mais c'est un peu hors-sol depuis l'évènementiel quotidien qui peut être lourd à porter. Mais je comprends ton "lien" que j'ai visité. Merci collègue en ce forum!

Après... Didou me fait beaucoup de tendresse. Mais, pourquoi se soumettre au genre le plus commun? Ce n'est pas parce que la majorité des hommes aborde les femmes pour en tirer jouissance physique qu'il faut s'enfermer dans un puits sans fonds de solitude! Aborder une personne serait d'emblée vouloir tenter une approche pour la posséder? Non... J'ai abordé plein de gens dans ma vie, pour des raisons professionnelles, politiques, économiques etc... Mais quand un homme aborde une femme ce ne serait que pour des raisons sexuelles? Non! Moi, enfin, je pense ici pouvoir dire "nous", ce qui me plaît c'est justement le désinteressement. Etymologiquement, c'est sortir de soi-même ( dés-inter-essement) pour aller en direction de l'autre. C'est là un geste plus beau que n'importe quel interessement dont témoigne le quelconque "tombeur" du Dimanche!
Par là, je crois que dès lors qu'on participe d'un désinteressement dans une dynamique de rencontre de l'autre sexué, et bien, qu'il ne peut y avoir de harcèlement. Juste le témoignage d'une attention particulière qui peut toucher l'autre pour produire une tentative de partage. Je crois que c'est là la grosse différence entre le jouisseur sexué et l'habitant asexuel. Et, finalement, ce dernier a un potentiel de séduction qui est loin d'être marginal! Et, il aurait tord de s'en priver, je crois!

Avatar du membre
didou
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2020
Enregistré le : 24 oct. 2015, 19:22
Localisation : Nozay, Essonne
Pronom : il
A aimé : 160 fois
A été aimé : 468 fois

Re: Définition du harcèlement.

Message par didou » 28 oct. 2015, 23:22

Ptite Marie a écrit : Ce post résume très bien la problématique:
http://projetcrocodiles.tumblr.com/post ... ui-naiment
Excellent cette BD ... et ce blog par la même occasion.
Il y a certaines vignettes excellentes :lol: Du genre de la petite lapine coincée dans son abri-bus (pas exclusivement, mais j'ai trouvé celle-là franchement touchante).
Alfred a écrit : Après... Didou me fait beaucoup de tendresse.
Euh, moi j'ai rien dit ... que je ne pensais pas :wink:
Alfred a écrit :Mais, pourquoi se soumettre au genre le plus commun? Ce n'est pas parce que la majorité des hommes aborde les femmes pour en tirer jouissance physique qu'il faut s'enfermer dans un puits sans fonds de solitude! Aborder une personne serait d'emblée vouloir tenter une approche pour la posséder? Non...
Bien d'accord avec toi. Là réside tout un problème de mélange de genres: entre le genre discussion juste pour avoir un rapport humain et discussion ... "juste" pour avoir un rapport sexuel :? Et, désolé de le dire, mais il est de notoriété publique (justifiée ou pas, là n'est pas la question) que souvent les mecs abordent les filles avec des arrière-pensées :roll:
J'ai de (vraiment) très bons amis gays (dont un était mon témoin d'infortuné mariage) qui me confiaient qu'ils hallucinaient de la manière dont ils voyaient les mecs hétéros aborder et parler des filles: toujours avec le vocabulaire "l'est bonne", "je me la ferais bien au pieu"... Bref :shock: Donc, effectivement, la testostérone semble majoritairement pousser à un bien piètre respect de la personne humaine...
Alfred a écrit : J'ai abordé plein de gens dans ma vie, pour des raisons professionnelles, politiques, économiques etc... Mais quand un homme aborde une femme ce ne serait que pour des raisons sexuelles? Non! Moi, enfin, je pense ici pouvoir dire "nous", ce qui me plaît c'est justement le désinteressement.
Oui, mais justement, tu en parles en un lieu d'accrétion de gens refusant cette espèce de "sauvagerie" se retrouvent. Et j'ai mis "sauvagerie" car c'est (à défaut de notre), mon sentiment.Il semblerait que le "désintéressement" dont tu parles en soit pas tout le temps la règle.
Alfred a écrit :Etymologiquement, c'est sortir de soi-même ( dés-inter-essement) pour aller en direction de l'autre. C'est là un geste plus beau que n'importe quel interessement dont témoigne le quelconque "tombeur" du Dimanche!
Tu montres ici ton idéologie, ton sens de l'abnégation. Je ne te le reprocherais pas, et bien au contraire. Mais, malheureusement, force est de constater que cette idéologie est loin d'être partagée majoritairement. J'en ai moi-même fait les frais professionnellement, et plusieurs fois car je refuse d'abandonner les idéaux.
Alfred a écrit :Par là, je crois que dès lors qu'on participe d'un désinteressement dans une dynamique de rencontre de l'autre sexué, et bien, qu'il ne peut y avoir de harcèlement.
Oui. Mais attention: ta vision des choses n'est pas forcément celle que la personne en face aura. Le désintéressement n'est pas une valeur répandue. Si ton interlocuteur ne l'a pas... il risque de ne pas comprendre... Le risque de gifle dont je parlais plus haut :wink:
Alfred a écrit :Juste le témoignage d'une attention particulière qui peut toucher l'autre pour produire une tentative de partage.
Re-oui. Re-d'accord. Mais il faut que le personne en face soir réceptive à cette tentative de partage sans arrière-pensée ! Je suis personnellement dépité du nombre de gens que je ne connais pas personnellement, que je croise dans là rue, à qui je sers un chaleureux "bonjour" assorti d'un sourire... et qui me regardant comme si j'avais un malandrin ou un taré :roll: Sic transit gloria mundi...Rares sont devenus les gens croyant aux rapports humains sans retour de profit :cry:


Je crois que c'est là la grosse différence entre le jouisseur sexué et l'habitant asexuel. Et, finalement, ce dernier a un potentiel de séduction qui est loin d'être marginal! Et, il aurait tord de s'en priver, je crois![/quote]
Règle n°1 : pas avant le mariage. Règle n°2 : ne pas se marier

Avatar du membre
Baelfire
BadAce
Messages : 3643
Enregistré le : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 627 fois
A été aimé : 919 fois

Re: Définition du harcèlement.

Message par Baelfire » 29 oct. 2015, 08:39

Alfred a écrit : Aborder une personne serait d'emblée vouloir tenter une approche pour la posséder?
Si on ne peut plus entrer en contact sans y voir des sous-entendus c'est nul quoi ! C'est exactement ce que j'ai cru une bonne partie de ma vie.

Du coup (quand c'était gentiment) je me laissais aborder. Eh ben dans 95% des cas ils avaient tous des arrière-pensées dites donc!

J'ai aussi le tort d'être quelqu'un d'enjoué qui plaisante facilement. Ce qui me rend probablement plus abordable. Faut croire d'ailleurs que ça fait "portes ouvertes". Mais j'ai mûri, j'ai grandit et j'ai appris à moins sourire pour qu'on me fiche la paix. J'ajouterais que les vêtements, le style, jouent un petit rôle là dedans. Plus vous serez bien mise et moins les hommes oseront vous aborder. Ca filtre, ça met une barrière. Tandis que si vous êtes en mode décontracté là...

C'est triste mais hélas c'est mon vécu.
♪Love is in the A ♫

Alfred
Adepte
Messages : 187
Enregistré le : 21 oct. 2015, 16:44
A aimé : 3 fois
A été aimé : 22 fois

Re: Définition du harcèlement.

Message par Alfred » 29 oct. 2015, 14:52

Didou: Le "risque" de la gifle. Ben... Jamais çà ne m'est arrivé.
Baelfire: C'est triste ce que vous racontez. Apprendre à ne plus sourire aux gens pour se préserver. C'est le retournement des valeurs les plus fondamentales.
Là, je crois que le gros problème est qu'il y a une valeur totalement tombée en désuétude: L'empathie. Dans mon histoire, j'ai bien dit que j'avais abordé un femme "jolie et triste". Si, elle n'avait pas été jolie, peut-être ( j'ai honte!), ne l'aurai-je pas abordée! Mais si elle n'avait pas eu l'air si triste, je sais que jamais je n'aurai eu la force d'aller à sa rencontre. Et, c'est probablement pour cela, que je ne me suis jamais pris une gifle de ma vie. Parce que je suis empathique et pas désireux de... Par contre, je trouve désespérant de "grandir" en se disant qu'il faut faire comme l'huître: Se refermer. D'un autre côté, plus une femme a l'air sombre, bien "mise" et a l'air "exclusive", plus je vais trouver un moyen de l'aborder ( et sans me prendre une gifle, bidou!). C'est ce qui est chouette dans la vie: Ne pas chercher à posséder mais trouver le chemin permettant d'entrevoir la perle de la plus exclusive des huîtres! Cheminement bien plus passionnant que celui de mon ex-collègue avec ses prospectus qu'il balançait dans le sac des femmes. Là, aucun intérêt! Beurk!

Avatar du membre
Baelfire
BadAce
Messages : 3643
Enregistré le : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 627 fois
A été aimé : 919 fois

Re: Définition du harcèlement.

Message par Baelfire » 29 oct. 2015, 15:48

Alfred a écrit : D'un autre côté, plus une femme a l'air sombre, bien "mise" et a l'air "exclusive", plus je vais trouver un moyen de l'aborder ( et sans me prendre une gifle, bidou!).
Toi, tu aimes les défis ! :) Et c'est une partie du problème parfois. Les femmes sont vus comme un défis par la gente masculine, une sorte de trophée. Voilà pourquoi il n'est pas si simple d'avoir des rapports sereins.
♪Love is in the A ♫

Avatar du membre
Caute
Adepte
Messages : 216
Enregistré le : 22 août 2015, 06:18
A aimé : 122 fois
A été aimé : 9 fois

Re: Définition du harcèlement.

Message par Caute » 29 oct. 2015, 17:59

Baelfire a écrit : Les femmes sont vus comme un défis par la gente masculine, une sorte de trophée. Voilà pourquoi il n'est pas si simple d'avoir des rapports sereins.
Encore une fois une généralisation fourre -tout :)

Chacun , vis à vis de harcèlement a un ressenti différent .
Il est impossible d' établir un point de vue passe partout et extérieur aux personnes concernées , , abstractions faites des définitions générales et juridiques , évidement , s'il y a harcèlement ou pas sans tenir compte le quotité de deux parties , leur participations à l' acte présupposé harcèlement .
Si vous vous sentez harcelés vous l' êtes sans aucun doute si non vous ne l' êtes pas .
A lire certaines commentaires , il faut croire que l' Homme ne pourra jamais sortir de clichés , autant pour les A que pour les S . Je dis ça , car étant S ou demi S depuis toujours ( je sais plus car j'ai un libido normal mais mon esprit stoïque prend souvent le dessus ) ce que les femmes m'ont reproché ce n’était pas mon coté harceleur c'était au contraire mon réserve et ma distance envers une matière dangereuse.

Tous les hommes S ne sont pas des gogos ou nigauds :) Rassurez vous :)

Les oiseaux chantent chacun à sa façon


On ne peut pas dire en même temps une chose et l' expliquer

Avatar du membre
Baelfire
BadAce
Messages : 3643
Enregistré le : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 627 fois
A été aimé : 919 fois

Re: Définition du harcèlement.

Message par Baelfire » 29 oct. 2015, 19:52

Caute a écrit :Encore une fois une généralisation fourre -tout :)
Ce n'est pas parce que je ne mets pas à chaque phrase des "faut pas généraliser" que je pense que tout le monde est comme ça. Je fais part de mon expérience puisque j'en ai. Et donc, à moins de se croire chez les Bisounours, la grande majorité des hommes ont une idée derrière la tête quand ils vous aborde. C'est pas moi qui l'ai décidé je n'y suis pour rien ! Je voudrais bien dire que c'est pas vrai mais ça serait retomber dans la naïveté qui a pu être la mienne avec les ennuis qui peuvent en découler. Une chance que je sache rembarrer les opportuns...

Bien sur qu'il y a aussi des grands timides qui n'oseront jamais approcher. Mais la question porte sur le harcèlement.
♪Love is in the A ♫

Avatar du membre
Caute
Adepte
Messages : 216
Enregistré le : 22 août 2015, 06:18
A aimé : 122 fois
A été aimé : 9 fois

Re: Définition du harcèlement.

Message par Caute » 29 oct. 2015, 20:26

Baelfire a écrit :Et donc, à moins de se croire chez les Bisounours, la grande majorité des hommes ont une idée derrière la tête quand ils vous aborde
La formule reste à désirer pour être complète ; La totalité des hommes = bisounours + la grande majorité des hommes + ?
Reste à savoir la partie ? non définie . J'ai été obligé d'ajouter la ? car votre phrase me permet d''admettre l'existence de cette partie inconnue . Je ne le ferais pas si vous l' aviez écrite plus clairement , comme par exemple ; " Et donc, à moins de se croire chez les Bisounours, le reste des hommes ont une idée derrière la tête quand ils vous aborde "
Baelfire a écrit :Bien sur qu'il y a aussi des grands timides qui n'oseront jamais approcher. Mais la question porte sur le harcèlement.
Oui justement on ne parle pas de timides . D' ailleurs c'est quoi la difference entre aborder une femme et parler avec une femme très précisément ?
On ne peut pas dire en même temps une chose et l' expliquer

Avatar du membre
Caute
Adepte
Messages : 216
Enregistré le : 22 août 2015, 06:18
A aimé : 122 fois
A été aimé : 9 fois

Re: Définition du harcèlement.

Message par Caute » 29 oct. 2015, 20:52

Ptite Marie a écrit :Le harcèlement commence là où il y a négation du ressenti et de l'intimité de l'autre
Formulation parfaite .
On ne peut pas dire en même temps une chose et l' expliquer

Avatar du membre
didou
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2020
Enregistré le : 24 oct. 2015, 19:22
Localisation : Nozay, Essonne
Pronom : il
A aimé : 160 fois
A été aimé : 468 fois

Re: Définition du harcèlement.

Message par didou » 29 oct. 2015, 22:56

Caute a écrit : Oui justement on ne parle pas de timides . D' ailleurs c'est quoi la difference entre aborder une femme et parler avec une femme très précisément ?
Euh, bin au risque de paraître foncièrement pointilleux sur le sens des mots... "aborder" peut avoir (peut) un sens plus brutal, comme lorsque les pirates (ou les corsaires, faisons fi des différences de point de vue de cette époque révolue :)) abordaient un vaisseau amiral.
"Parler" me semble plus neutre. Mais bon, c'est encore à la fois une différence de sensibilité dans le vocabulaire, et sans doute de poids que chacun adosse aux mots.
Règle n°1 : pas avant le mariage. Règle n°2 : ne pas se marier

Avatar du membre
Caute
Adepte
Messages : 216
Enregistré le : 22 août 2015, 06:18
A aimé : 122 fois
A été aimé : 9 fois

Re: Définition du harcèlement.

Message par Caute » 30 oct. 2015, 03:03

didou a écrit : sans doute de poids que chacun adosse aux mots.
Bien dit :) Encore une fois une qst de quantité mais pas de qualité , je vois :)
Modifié en dernier par Caute le 30 oct. 2015, 18:15, modifié 1 fois.
On ne peut pas dire en même temps une chose et l' expliquer

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité