Pourquoi être gentil c'est être faible?

Tout commence avec de grandes idées ; venez partager vos opinions sur les sujets les plus divers.
Hypatie
Aspirant
Messages : 49
Enregistré le : 11 févr. 2012, 20:43

Re: Pourquoi être gentil c'est être faible?

Message par Hypatie » 27 févr. 2012, 20:16

C'est très juste. Tout le problème c'est de repérer les faux gentils qui sont en fait des manipulateurs. Je me suis fait "avoir" déjà par ce type de personnes. C'est beaucoup de souffrance, on a du mal à croire qu'une personne puisse être aussi sombre, on se fait toujours culpabiliser de n'être jamais assez gentil pour eux. Mais au bout d'un moment, on reprend le dessus et on comprend qu'entre la gentillesse et le fait de se laisser "bouffer" par quelqu'un, il y a quand même de ma marge ! En tout cas, c'est vrai que c'est beaucoup de temps et d'énergie perdue pour des personnes qui n'en valaient pas la peine. Mais hélas, on n'a pas de moyen de distinguer les vrais et les faux gentils ! Si vous avez un truc, je suis preneuse : aucune envie de me faire avoir une autre fois !!!

Hana-Lyse
Amibe
Messages : 78
Enregistré le : 22 janv. 2012, 02:04

Re: Pourquoi être gentil c'est être faible?

Message par Hana-Lyse » 08 mars 2012, 18:27

Hypatie a écrit :C'est très juste. Tout le problème c'est de repérer les faux gentils qui sont en fait des manipulateurs. Je me suis fait "avoir" déjà par ce type de personnes. C'est beaucoup de souffrance, on a du mal à croire qu'une personne puisse être aussi sombre, on se fait toujours culpabiliser de n'être jamais assez gentil pour eux. Mais au bout d'un moment, on reprend le dessus et on comprend qu'entre la gentillesse et le fait de se laisser "bouffer" par quelqu'un, il y a quand même de ma marge ! En tout cas, c'est vrai que c'est beaucoup de temps et d'énergie perdue pour des personnes qui n'en valaient pas la peine. Mais hélas, on n'a pas de moyen de distinguer les vrais et les faux gentils ! Si vous avez un truc, je suis preneuse : aucune envie de me faire avoir une autre fois !!!

Les manipulateurs n'ont pas d'empathie . Les vrais gentils oui . Là est la différence principale : le manipulateur est égocentrique .
En pratique, le manipulateur ne pourra pas te rendre la pareille, prendre le temps de t'aider . Même s'il essaie d'imiter, en principe il ne tient pas longtemps . Qui plus est, le manipulateur est quelqu'un d'intéressé . Ce genre de personne se tourne vers les personnes gentilles pour attirer la gentillesse, puis continuer à pomper l'autre sans cesse, souvent en les faisant culpabiliser . En psychologie on les classe dans les pervers narcissiques et même si tu ne l'écris pas, vu comment tu en parles tu as dû tomber sur l'un d'eux malheureusement ... Voilà un lien pour leur profil : http://profil-pervers-narcissique.blogspot.com/

Maintenant je ne vois pas un manipulateur aller vers une personne de pas spécialement gentille et consciencieuse, que l'on peut facilement faire culpabiliser . Donc ne pas/plus faire partie de ce genre de personnes est aussi une alternative qui marche . Apprendre à ne pas culpabiliser de ne pouvoir donner sans changer de personnalité est l'issue idéale .

En espérant que tu pourras éviter ce genre de personnes à l'avenir ~ :)

Ce n'est pas l'amour qui maintient deux êtres ensemble dans la durée, c'est la qualité de la communication, la richesse et la tendresse des échanges, le nourrissement mutuel de la relation qui leur permettra d'affronter les inévitables crises qui jalonnent la vie de couple .

Avatar du membre
Maëlle
Associé
Messages : 721
Enregistré le : 22 févr. 2009, 22:56
Localisation : Région Parisienne
A été aimé : 1 fois

Re: Pourquoi être gentil c'est être faible?

Message par Maëlle » 09 mars 2012, 20:22

la clé est en effet dans le fait que le "faux gentil" est égocentrique. tout le monde a bien sur par moment un petite pointe d'égo(centrisme ou égoïsme) mais lui c'est tout le temps. Le "faux" est un beau parleur, il sait se mettre en avant, se vendre, te sortir aussi de belles paroles et promesses. Mais les faits vont toujours contredire les dires parce qu'il n'a pas envie de faire réellement quelque chose pour les autres et ne se forcera pas. il ne cherche que l'amusement et ne le trouve pas dans une action désintéressée. Se souvenir qu'oubli ou fatigue pour justifier l'inaction ne sont le plus souvent rien d'autres que des prétextes présentés de façon à paraitre normal. Toujours se poser la question : mais nous , on l'aurait fait ou pas ?
Le vrai gentil ne se mets pas autant en avant, il est modeste parce que ce qu'il fait il le trouve normal et n'en parle pas. L’égocentrique parle plus qu'il ne fait, l’empathique fait plus qu'il ne parle :mrgreen:

Comparer aussi le comportement avec toi et avec les autres. Un vrai gentil ne peut pas être sympa avec toi et pourri avec d'autres. Sa conscience ne devrait pas lui permettre. Comme l'on dit quand tu vois quelqu'un qui critique les autres dans leur dos c'est qu'il fait pareil derrière le tien, et c'est valable pour d'autres comportements.
Et à l'inverse (et ça j'ai mis plus de temps à le comprendre) quelqu'un qui tient particulièrement à toi ne va pas tenir des discours similaires à d'autres. Une belle phrase ou une belle amitié c'est quelque chose de rare si elle est trop facilement donné c'est souvent que celui qui le fait ne lui accorde pas une grande valeur.

des gens comme ça il y en a beaucoup et je veux croire que certains ne s'en rendent même pas compte, croyant leur propres mensonges.

Après pour ce qui est du gros manipulateur pervers souhaitant détruire là j'espère que c'est beaucoup plus rare et je ne pense pas en avoir rencontré. Mais en effet leur cible sera quelqu'un de gentil et si possible avec une faiblesse a exploiter. c'est même quand on va mal qu'on a le plus de "chances" d'en rencontrer parce que ça les attire.
"Pas de jolie vie, de joli chemin si l'on craint la pluie"

Avatar du membre
Lilly
Crème pÂtissière
Messages : 4144
Enregistré le : 19 févr. 2008, 20:14
Localisation : 74
A aimé : 300 fois
A été aimé : 393 fois

Re: Pourquoi être gentil c'est être faible?

Message par Lilly » 09 mars 2012, 23:19

Un gros +1 avec Maëlle!!!
J'aurais pas pu dire mieux!
Jamais le premier soir... les suivants non plus d'ailleurs!

À ce niveau-là, c’est plus de la gastronomie, c’est de l’érotisme !
Karadoc

Hypatie
Aspirant
Messages : 49
Enregistré le : 11 févr. 2012, 20:43

Re: Pourquoi être gentil c'est être faible?

Message par Hypatie » 10 mars 2012, 14:27

Vous avez vraiment raison, il faut regarder les actes et pas les paroles. C'est facile de sembler gentil en paroles. Et aussi très juste de voir si la personne a tendance à dénigrer les autres. C'est horrible ces gens qui ne se sentent bien que s'ils rabaissent les autres. En tant que profs, j'ai croisé des collègues à gifler qui jouissaient de démolir les élèves au lieu d'essayer de leur donner confiance, des vrais malades qui hélas font parfois des dégâts.

Avatar du membre
Jullianna
AVENant
Messages : 3996
Enregistré le : 27 mai 2005, 21:02
Localisation : Pays de la Loire
A aimé : 45 fois
A été aimé : 36 fois

Re: Pourquoi être gentil c'est être faible?

Message par Jullianna » 11 mars 2012, 22:46

Hypatie a écrit : C'est horrible ces gens qui ne se sentent bien que s'ils rabaissent les autres. En tant que profs, j'ai croisé des collègues à gifler qui jouissaient de démolir les élèves au lieu d'essayer de leur donner confiance, des vrais malades qui hélas font parfois des dégâts.
les gens qui font ça, ont un sérieux problème : ils n'ont pas confiance en eux et le fait de rabaisser, critiquer les autres font qu'ils ont l'impression d'être celui qui est le meilleur ! C'est tellement facile de rapetisser les autres pour se grandir soi-même, surtout quand ils ont un groupe autour d'eux pour les écouter, et qui abonde dans leur sens.
Si ce sont des profs, c'est plus grave... et cruellement logique. cela voudrait dire qu'ils n'ont pas la capacité à donner confiance aux élèves, puisqu'eux même sont en manque.

Hana-Lyse
Amibe
Messages : 78
Enregistré le : 22 janv. 2012, 02:04

Re: Pourquoi être gentil c'est être faible?

Message par Hana-Lyse » 12 mars 2012, 02:15

Jullianna a écrit :les gens qui font ça, ont un sérieux problème : ils n'ont pas confiance en eux et le fait de rabaisser, critiquer les autres font qu'ils ont l'impression d'être celui qui est le meilleur ! C'est tellement facile de rapetisser les autres pour se grandir soi-même, surtout quand ils ont un groupe autour d'eux pour les écouter, et qui abonde dans leur sens.
Si ce sont des profs, c'est plus grave... et cruellement logique. cela voudrait dire qu'ils n'ont pas la capacité à donner confiance aux élèves, puisqu'eux même sont en manque.
C'est un problème complexe, qui empêche toute empathie envers ceux vers qui sont orientées les critiques ( aussi justement fondées soient-elles ) et on sait à quel point l'empathie est importante dans l'enseignement en général ( effet Pygmalion notamment ) . Et en ce sens je suis complètement d'accord ! :)

Maintenant quand on est dans le vrai et que on voit que d'autres sont dans l'erreur, pour combler un manque on peut se satisfaire d'avoir une certaine domination, souvent sur le plan intellectuel . Après ce n'est pas pour autant que la personne sera méchante, ni même mal intentionnée, parce que ce genre de personne cherche avant tout à satisfaire leur plaisir personnel quitte à faire du mal à autrui, ce qui n'est pas le cas de toutes les personnes ayant ce manque de confiance en soi . Et de plus ce n'est pas un mode de fonctionnement permanent, mais il survient en cas de doute sur soi-même .

Pour être dans ladite situation ~ :trist:

Edit : Par contre c'est plus problématique quand ça porte à l'intégrité physique de jeunes enfants notamment . Là c'est effectivement condamnable, car on ne devrait pas en arriver à ce point . Critiquer les autres intérieurement est un mécanisme, mais en arriver à recourir à la violence, est plus révélateur d'une incapacité pour la personne ayant ce problème de se remettre en question . Et une incapacité assez insouciante/immature de faire en sorte de ne pas faire souffrir les autres pour son unique bien-être personnel .
Ce n'est pas l'amour qui maintient deux êtres ensemble dans la durée, c'est la qualité de la communication, la richesse et la tendresse des échanges, le nourrissement mutuel de la relation qui leur permettra d'affronter les inévitables crises qui jalonnent la vie de couple .

Dékyi Gyamtso
Membre junior
Messages : 13
Enregistré le : 01 juil. 2011, 23:31

Re: Pourquoi être gentil c'est être faible?

Message par Dékyi Gyamtso » 12 mars 2012, 10:30

Moi je dirai que la gentillesse peut masquer de la faiblesse ou une part de lacheté. En tout cas c'est mon ressenti, surtout dans le milieu professionnel.
j'ai eu un ami... très gentil.
il avait la maladie du NON (pas pouvoir dire NON)
il m'a invité dans ses bras alors que j'avais du chagrin..
c'était un sauveur.
j'ai tout simplement chialé ma vie, fait une expérience mystique revécu ma naissance et guéri de troubles névrotiques et somatiques

il n'a pas dit NON à ce que je pleure ma vie dans ses bras..

l'ami disait

"Je le fais pour t'aider, même si comme tu dis 'ca m'en coute
'"


ce n'était pas de l'amitié, c'était en fait de l'orgueil
puis il m'a abandonner à pleurer tout seul alors que j'étais dépendant de lui, juste après que j'avais découvert la raison de sa maladie de peau.
il s'est avéré que cet ami avait en fait un grave névrose hystérique, refoulée qui le fait passer inaperçu.. il était impuissant.
il a refoulé au lieu d'intégrer sa peur d'enfant, suite à notre rencontre il a pu faire l'amour.
je lui avait écris



il faudrait que tu travailles sur ça, c'est la peur d'abandon qui cause l'abandon des gens ou des projets... , c'est aussi ça qui fait que tu abandonne ceux qui t'aiment en profondeur pour aller vers ceux qui sont plutôt à séduire et que tu multiplie les relations, façon de te rassurer.. et que tu perds ta liberté, ta possibilité de décision...

je vais te dire ce qui te fait mal dans un NON.

T'as très peur de te montrer toi... Car si on découvre à quel point tu n'es pas aimable (l'idée que c'est faire ton enfant avec un truc à la con)... on t'abandonnerais, tu t'es mis en 2 pour éviter de rester ainsi.

Quand tu dis NON à quelqu'un, en projetant ton "traumatisme" sur l'autre, c'est comme sentir l'autre penser de toi "pas aimable"... pan! tu te le prend dans ta gueule.
Tu t'es fait ce film alors petit enfant... et tu a pris cette compulsion: Pour te rassurer tu va vite séduire plein d'autres, un maximum d'autres, et courir de l'un à l'autre permet de justifier de pas pas avoir le temps d'approfondir les liens avec eux et aussi de te fuir toi même... Plus quelqu'un risque de faire le miroir de toi même en t'aimant, donc en sentant tes profondeurs, plus tu l'abandonnes par peur d'être connu... j'ai vu tu sais..

Tu compenses la profondeur de relation par la quantité de relations et tu crains pourtant de perdre des relations, c'est un piège, aimer trop de monde et avoir peur d'en perdre t'oblige à maintenir cet énorme réseau de relation... Tu survoles les amitiés sans les approfondir...
Tu t'interdis ainsi une vrai amitié intime par manque de temps et d'énergie. Pourtant, ton mode de séduction fait rêver l'intimité à tous ces gens, cela te rassure mais fait parfois souffrir bien plus que tu l'imagine plus de gens que tu pourrais le croire, tu sens cette demande que tu ne satisfait pas, et du coup tu ne te sens pas aimé, pas aimable... ça entretient cette idée que être aimé vraiment c'est être vu comme pas aimable... Peur de ça.
mais tu veux être aimé, t'en a la peau sèche de frustration... c'est là ton eczéma...
.

l'ami répond une phrase fortement symbolique (c'est un démon en fait, identifié à sa névrose)


Je vois. Je l'ai lu en deux fois, mais je vois
JE me vois totalement, tu m'as mis en plein jour, tu lis en moi comme dans un livre ouvert.
.Je ne sais que dire.
Là j'ai l'envie d'aller plus loin, sur le moment
.


Qui est ce? qui fuit la lumière? Qui interdit notre rencontre, même courte...

Une envie d'aller plus loin, à 500km... le moment fut vite passé... Nous nous sommes pas revu..
un an sans nous voir si nous parler, mais l'ami n'a jamais recconnu qu'il y avait un "problème".



en fait j'ai l'impression de tenter de correspondre avec un ordinateur et de décrypter surtout des messages d'erreur et d'en obtenir le diagnostic sachant à peu près la couche logicielle utilisée pour le fire wall qui sert à empêcher... la communication avec UN AMI!!!

Il y a un ami dessous!!! Un enfant... qui n'ose pas sortir, j'en suis persuadé...


TEST

Il a fait l'amour, donc si il a guérit... il peut dire OUI ou NON... Essai..

un pratiquant religieux très fort en psychologie transpersonnel remarque:

Entends bien ici qu'il ne s'agit pas du "non" qui est dit......mais du "non" qui est fait.

Tu le comprends très bien car tu dis que ton ami s'est fermé à mort, que sa culpabilité le cheville dans la fuite.

Entends bien que tous ses oui sont remises à plus tard du non qui si possible ne doit jamais apparaitre.


espoir?

Voir mon ami, enfin, qu'on se raconte notre aventure... c'était comment l'amour? Racontes moi ça... Il faut se voir déjà pour en parler..

puis-je être ami avec l' "homme"...

se voir?
si jamais... dis mois juste "j'ai lu" et OUI/NON...

Je comprends que même si t'es dans le coin qu'il puisse y avoir une réticence... je ne me fais pas trop d'illusion pour me décevoir inutilement...

Et oui, il y a aussi une petite réticence, à voir.



"l'amour "entièrement"...Drôle de sensation, et étonnante délivrance." qu'il a raconté

la perte de l'âme... dans la jouissance non intégrée de l'amour.. "entièrement" avec des " "...
Je suis fasciné pourtant, l'acte d'Amour... il l'a fait... mais quelle donc était cette "délivrance"???
un NON à la vie?!

Il n'écrira plus, ni OUI, ni NON..



Dis moi OUI ou NON.

s'il te plait.




Je t'avais déjà dit (il me semble hein), que j'avais pas bcp de temps le vendredi, j'aime bien le passer avec ma famille.


c'était une courte rencontre que je te demandais...
un petit quart d'heure, après plus de 2 mois sans nous voir
la vérité c'est que tu ne veux (peux) pas me voir?
Confirme moi cela.


me voir?

NON?!


Je n'ai pas dit que je ne voulais plus te voir, mais pas ce soir, c'est tout :-)




ça sous entend possible autrement que ce soir?
confirme moi bien si c'est NON aussi ce week end pour éviter d'espérer pour rien...


N'espère rien, je ne suis pas là dimanche, et pas mal de trucs à faire samedi. Ne bloque pas ton week end !
Bonne nuit


voilà comment nous nous sommes séparés sans plus jamais nous revoir... et comment nous avons découvert nous deux le diable (séparateur de l'amour, perte de l'âme (dépendance)...
état limite pour moi, névrose hystérique pour lui, un immense amour d'enfance entre nous et le pas avoir le droit d'en jouir (amitié, confidences partage)..

Mais pourquoi une telle lâcheté?
La raison est simplement que vers 3 ans, cet ami a été envahi de sensation jouissives fantasmées ou vécu de sensualité de câlins d'enfant... et ne les as pas intégré: trop fort, trop peur...
il séduit donc en donnant des services et a peur de jouir de tout retour de ce qu'il fait (il refuse les dons, et sabote l'acte donné avant la fin), sur tous les plans symboliques puisque la jouissance corporelle a été refoulée... il m'a donné les clefs de la névrose...
cela est déconnecté de la sexualité génitale et de l'amour conventionelle pour une copine... c'est en relation avec la conscience d'enfant de moins de 4 ans... un autre plan de conscience

quelques mois après nous concluons ainsi...

"
Je sais que je fais les choses de travers, je n'ai jamais su faire quoi que ce soit correctement et jusqu'au bout, j'en suis désolé."
l'impuissance qui était sexuelle est bien irradiée dans tous les plans..
que ce soit un petit service ou une rencontre spirituelle..

Je sais pas mais moi quand un truc n'est pas fait correctement jusqu'au bout... je ne peux m'empêcher de chercher à comprendre pourquoi.. désolé..

Il y a quelque chose d'important dans cette relation..
nous avions quasiment le même besoin inconscient: fusionner, faire l'amour d'enfant, l'amour assexuel... sans se poser de question d'identité sexuelle puisque celà correspond à l'amour d'avant l'oedipe

L'un est un état limite qui aspire à la fusion, l'autre est névrosé pour dénier... ce même besoin d'accomplir une expérience d'union sur de l'amour d'enfant... cet amour qui est enfoui et dénié par le système classique névrotique de l'oedipe.

Sincaud77
Apprenti
Messages : 72
Enregistré le : 23 oct. 2009, 00:46

Re: Pourquoi être gentil c'est être faible?

Message par Sincaud77 » 07 sept. 2012, 18:16

bonjour à tous, je vais répondre à cette question de façon différente. Parfois les gens gentils ne sont pas faible, mais certains le sont.
Quand on prend le cas des gens gentils qui savent que certaines personnes mériteraient leur mépris, et qu'ils continuent malgré tout à rester gentil avec eux ,cela devient de la faiblesse: car ils se détruisent au nom de ces personnes méchantes qui ne voudront jamais les respecter.
Prenez exemple avec les pervers narcissiques, ce sont des méchants manipulateurs ,très intelligents. Leurs victimes ,n'arrivent pas à vouloir se défendre ,car ils ont déjà essayés ,et la plupart se disent qu'ils l'ont mérités. Car ces victimes ont eu une sorte de lavage de cerveau. là ou les pervers, arrivent vraiment faire mal ,c'est malheureusement, parce qu'ils font partie de la famille, ou bien de la personne qui a une réputation tellement infaillible, que personne ou presque n'oserait dire le contraire. Beaucoup de victimes de pervers narcissiques ,sont des gens qui vivent avec ce pervers, en couple.
J'ai même vu une fois sur internet ,une femme qui avait une mère égoiste, qui se montrait terriblement injuste avec elle, et au lieu de se défendre ,ou d'agir de façon justifié, elle disait " donner le baton pour se faire battre". C'est dans ce genre de situation, qu'être gentil, c'est être faible.

mokili
Apprenti
Messages : 53
Enregistré le : 16 déc. 2011, 19:07

Re: Pourquoi être gentil c'est être faible?

Message par mokili » 10 sept. 2012, 22:56

Sincaud77 a écrit :bonjour à tous, je vais répondre à cette question de façon différente. Parfois les gens gentils ne sont pas faible, mais certains le sont.
Quand on prend le cas des gens gentils qui savent que certaines personnes mériteraient leur mépris, et qu'ils continuent malgré tout à rester gentil avec eux ,cela devient de la faiblesse: car ils se détruisent au nom de ces personnes méchantes qui ne voudront jamais les respecter.
Prenez exemple avec les pervers narcissiques, ce sont des méchants manipulateurs ,très intelligents. Leurs victimes ,n'arrivent pas à vouloir se défendre ,car ils ont déjà essayés ,et la plupart se disent qu'ils l'ont mérités. Car ces victimes ont eu une sorte de lavage de cerveau. là ou les pervers, arrivent vraiment faire mal ,c'est malheureusement, parce qu'ils font partie de la famille, ou bien de la personne qui a une réputation tellement infaillible, que personne ou presque n'oserait dire le contraire. Beaucoup de victimes de pervers narcissiques ,sont des gens qui vivent avec ce pervers, en couple.
J'ai même vu une fois sur internet ,une femme qui avait une mère égoiste, qui se montrait terriblement injuste avec elle, et au lieu de se défendre ,ou d'agir de façon justifié, elle disait " donner le baton pour se faire battre". C'est dans ce genre de situation, qu'être gentil, c'est être faible.
Pour ma part, je ne suis pas tout à fait d'accord avec tout cela.
Il s'agit d'un cas particulier qu'est la perversion narcissique. D'un côté, il y a celui/celle qui a le "pouvoir" et d'un autre celui/celle qui est "affaibli".
En gros, c'est une situation d'emprise sur l'autre. Par conséquent, j'en déduis que ce n'est pas la gentillesse qui rend faible mais la faiblesse de la victime qui la rend gentille.
Là, où je voulais en venir, à la base, c'est pourquoi une personne gentille (qui ne se pervertit pas pour l'être ou n'est pas contrainte) serait considérée comme une personne faible. C'est une idée qui part de quelle logique?.
Mais bon, il faudrait déjà savoir ce qu'implique la gentillesse. Parce que je suis sûr que si on questionne toutes les personnes sur le forum, il y aura autant de visions de la gentillesse qu'il y a de personnes.
Mais, je crois que les réponses précédentes m'avaient apporté un élément de réponse.

Avatar du membre
Astérisque
Adepte
Messages : 150
Enregistré le : 02 mars 2008, 01:03
A été aimé : 2 fois

Re: Pourquoi être gentil c'est être faible?

Message par Astérisque » 11 sept. 2012, 07:22

Je pense que ce sujet est à mettre en relation avec la compassion.
La religion chrétienne est criblée de défauts, et pourtant s´il y a bien une chose qu´il faut lui reconnaitre, c´est de faire la promotion de cette valeur.
Je ne pense pas que l´Homme ait une tendance naturelle à la gentillesse ou à la compassion. "L´homme est un loup pour l´homme", écrivait l´auteur latin Plaute.
Je pense que l ´Homme est naturellement mauvais. Mais, en faisant du mal aux autres, il se fait également du mal à lui meme, c´est la tout son paradoxe.
De facon général je suis quelqu´un de plutot gentil, sauf avec les gens moqueurs, dépourvus d´empathie et ayant un mauvais esprit.

Les religions et les aspect spirituels ont été créés, je pense, en réaction a cette nature fondamentalement mauvaise de l´homme.
C´est la conception classique suivant laquelle les gens s´étant bien comportés vont au Paradis et ceux s´étant mal comporté vont en Enfer, qu´on retrouve a peu pres a l´identique dans le christianisme, le judaisme et l´islam.
Le bouddhisme voit les choses un peu différemment : "Dans la tradition bouddhiste transmise par les Tibétains, les enfers sont un des six modes de la sphère des passions. La cosmologie traditionnelle décrit 18 enfers : 8 enfers brûlants, 8 enfers glacés, des enfers périphériques et des enfers éphémères. Il est dit que des renaissances dans ces états infernaux sont induites par des actes négatifs produits sous l'influence de la colère."
Et cet extrait glané sur le web sur la notion d´enfer dans l´hindouisme : "Dans l’hindouisme, la notion d’enfer n’est pas précisée. L’enfer, c’est un état généré par des karmas abominablement mauvais qui font que les conditions des incarnations futures en seront lourdement marquées. Il n’y a donc pas d’enfer au sens chrétien."

Avatar du membre
Blue
Membre
Messages : 16
Enregistré le : 28 août 2012, 11:20
Localisation : Mons, Belgique

Re: Pourquoi être gentil c'est être faible?

Message par Blue » 11 sept. 2012, 14:49

J'ai du mal à trouver approprié le terme de "faiblesse" lorsqu'on parle de gentillesse.
Qu'elle soit naturelle, empathique et sans arrières pensées, où là c'est clairement une force et une qualité hors du commun. Ou pour ceux qui ne savent simplement pas refuser, plus par un manque d'estime, de confiance en soi où de dépendance affective, utiliser ce terme est tout aussi dévalorisant et ne l'aide pas du tout à réaliser. C'est une faiblesse, dans le sens où c'est une difficulté quotidienne, mais pas de la faiblesse au sens de la lâcheté. :|
Il suffit de voir qu'une fois que la confiance en soi est rétablie, dire non devient beaucoup plus facile (et que certains conservent la gentillesse malgré tout) pour faire la différence.
Quand on prend le cas des gens gentils qui savent que certaines personnes mériteraient leur mépris, et qu'ils continuent malgré tout à rester gentil avec eux ,cela devient de la faiblesse: car ils se détruisent au nom de ces personnes méchantes qui ne voudront jamais les respecter.
Et si on part du principe qu'une personne gentille, dépourvue de rancune et autres, continue à l'être non pas pour l'autre mais pour le plaisir de rendre service, de se détacher de ce que tous feraient, est-ce toujours une "faiblesse"?
A partir du moment où celle-ci ne se détruit pas et sait refuser au besoin, bien entendu. ;)


Dans tout les cas de gentillesse sans intention de nuire, je crois qu'il faut rester attentif et sur ses gardes, les faux gentils (pour rester poli ^^) sont bien équipés pour les repérer mais eux aussi se dévoilent sans trop de mal si on y prête attention, (sans tomber dans la parano non plus. ;) Quoi que... :mrgreen: ) on ne cache pas bien longtemps ce besoin d’intérêt personnel ou de destruction.
Mais il faut souvent l'avoir vécu au moins une fois pour les repérer ces :evil: :evil:

Avatar du membre
shunette
Affable
Messages : 126
Enregistré le : 03 nov. 2011, 22:28
Localisation : Würzburg et Normandie en alternance

Re: Pourquoi être gentil c'est être faible?

Message par shunette » 07 nov. 2012, 14:58

(Je n'ai pas tout lu, je le reconnais, deux pages pleines, c'est long... dsl pour les posteurs... C'est pas que ça m'intéresse pas...)
Je pense que le plus souvent, la gentillesse est hypocrite. On se dit ''si je suis gentil, les autres seront gentils avec moi'' ou ''je vais l'aider, parce que si la situation était inversée, je voudrais qu'elle m'aide''.
Après une discussion avec un autre ami utopiste, on en est venu à conclure que la plus pure gentillesse est celle qui vient de ''la confiance malgré tout en l'espèce humaine''. Certes l'être humain a commis bien des exactions, mais il n'est pas ''naturellement mauvais'', il est simplement pervertible et corruptible. Si on lui rappelle constamment à quel point la gentillesse et la politesse peut être beau, agréable, et fait plaisir, il aura plus envie de faire le bien autour de lui. (comme je l'ai dit, on est utopiste, tout le monde ne nous comprend pas...)
Les ''vrais'' gentils sont ceux qui le sont, pas pour que les gens soient gentils à leur égard, mais pour que les gens soient gentils avec les autres, et donc pour que ''l'humanité soit meilleure''.

Aussi peu développée, cette pensée fait vraiment ''monde de oui-oui'', mais ce n'est pas ça... ça ne signifie pas qu'il faut se laisser marcher sur les pieds pour autant, juste que ce n'est pas parce que les gens nous font mal que l'on doit en retour faire mal aux autres. Et il n'empêche que si les gens étaient plus souriants et polis, on se sentirait tous mieux...
''Le sexe est toujours une relation de pouvoir. Il faut une lutte, une domination de l'un sur l'autre!'' Monique Larue
''Le sexe n'est pas un moyen de communiquer, chacun vit les choses de la manière la moins partageable qui soit.'' Catherine Millet
Voilà qui me rend fière d'être comme je suis...

Voya
Aguerri
Messages : 564
Enregistré le : 10 oct. 2011, 20:21
A aimé : 2 fois
A été aimé : 4 fois

Re: Pourquoi être gentil c'est être faible?

Message par Voya » 07 nov. 2012, 16:11

shunette a écrit :Après une discussion avec un autre ami utopiste, on en est venu à conclure que la plus pure gentillesse est celle qui vient de ''la confiance malgré tout en l'espèce humaine''. Certes l'être humain a commis bien des exactions, mais il n'est pas ''naturellement mauvais'', il est simplement pervertible et corruptible. Si on lui rappelle constamment à quel point la gentillesse et la politesse peut être beau, agréable, et fait plaisir, il aura plus envie de faire le bien autour de lui. (comme je l'ai dit, on est utopiste, tout le monde ne nous comprend pas...)
Les ''vrais'' gentils sont ceux qui le sont, pas pour que les gens soient gentils à leur égard, mais pour que les gens soient gentils avec les autres, et donc pour que ''l'humanité soit meilleure''.

Aussi peu développée, cette pensée fait vraiment ''monde de oui-oui'', mais ce n'est pas ça... ça ne signifie pas qu'il faut se laisser marcher sur les pieds pour autant, juste que ce n'est pas parce que les gens nous font mal que l'on doit en retour faire mal aux autres. Et il n'empêche que si les gens étaient plus souriants et polis, on se sentirait tous mieux...
Je suis tout a fait d'accord avec ça, c'est aussi ma façon de fonctionner. C'est bien pour ça, qu'on me dit souvent, que je suis une idéaliste, une utopiste, un bisounours, que les hippies c'est fini, ou autre truc du même genre :mrgreen: Mais je suis persuadé que c'est la meilleur façon d'agir, pour que les gens se sentent mieux et qu'on puisse avoir un monde meilleur.

Avatar du membre
Dexter
Accrozoseries
Messages : 7472
Enregistré le : 30 déc. 2006, 12:03
Localisation : Clermont-fd
A aimé : 270 fois
A été aimé : 66 fois

Re: Pourquoi être gentil c'est être faible?

Message par Dexter » 07 nov. 2012, 19:21

Voya a écrit :
shunette a écrit :Après une discussion avec un autre ami utopiste, on en est venu à conclure que la plus pure gentillesse est celle qui vient de ''la confiance malgré tout en l'espèce humaine''. Certes l'être humain a commis bien des exactions, mais il n'est pas ''naturellement mauvais'', il est simplement pervertible et corruptible. Si on lui rappelle constamment à quel point la gentillesse et la politesse peut être beau, agréable, et fait plaisir, il aura plus envie de faire le bien autour de lui. (comme je l'ai dit, on est utopiste, tout le monde ne nous comprend pas...)
Les ''vrais'' gentils sont ceux qui le sont, pas pour que les gens soient gentils à leur égard, mais pour que les gens soient gentils avec les autres, et donc pour que ''l'humanité soit meilleure''.

Aussi peu développée, cette pensée fait vraiment ''monde de oui-oui'', mais ce n'est pas ça... ça ne signifie pas qu'il faut se laisser marcher sur les pieds pour autant, juste que ce n'est pas parce que les gens nous font mal que l'on doit en retour faire mal aux autres. Et il n'empêche que si les gens étaient plus souriants et polis, on se sentirait tous mieux...
Je suis tout a fait d'accord avec ça, c'est aussi ma façon de fonctionner. C'est bien pour ça, qu'on me dit souvent, que je suis une idéaliste, une utopiste, un bisounours, que les hippies c'est fini, ou autre truc du même genre :mrgreen: Mais je suis persuadé que c'est la meilleur façon d'agir, pour que les gens se sentent mieux et qu'on puisse avoir un monde meilleur.
un gros +1 tout pareil pour moi :)
La civilisation ne consiste pas à multiplier les besoins mais à les réduire volontairement, délibérément. Cela seul amène le vrai bonheur.
Nous vivons dans une culture où le superflu est devenu si nécessaire que nous sommes condamnés à toujours vivre dans le manque!

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités