Chronique sexologique: L'asexualité

Comment le monde nous voit-il, comment nous voyons le monde : apparitions dans la presse, interviews, événements, etc.
thailog
Affilié
Messages : 342
Enregistré le : 08 avr. 2017, 15:46
Pronom : il
A aimé : 95 fois
A été aimé : 80 fois

Re: Chronique sexologique: L'asexualité

Message par thailog » 27 avr. 2017, 16:23

galaad a écrit :
27 avr. 2017, 14:48
thailog a écrit :
27 avr. 2017, 14:29
Tu es optimiste la-dessus. J'ai jamais lu un article qui par exemple expliquerait pourquoi machin est devenu hétéro ? Comment expliquer l'hétérosexualité ? Un couple peut-il s'adonner à des pratiques sexuelle... et je maintient que l'idéologie de l'hétérosexualité naturel, du fait d'être hétéro à la base est encore très rependu. Le jour ou on ne se demandera plus pourquoi on est homo, bi ou autres la on vivra dans une société égalitaire au niveau des orientations sexuelles.
alors, normal, ces articles sont pas récents non plus, bibliothèque d'alexandrie ou de bagdad les avaient surement.
Pourquoi machin est devenu hétéro = pourquoi en grandissant on devient plus ou moins attirer par le sexe ? hormone ?
un couple peut-il s'adonner [...]regarde la bible et les autres bouqun du styles, ils ont des réponses.

oui l'idéologie de l'hétérosexualité naturelle est présente depuis euh... la chrétienté... je te rappelle qu'avant les humains chez les grecs et romains du moins étaient naturellement BI.

Le jour ou on ne se posera plus de question de ce genre, c'est qu'on aura redécouvert les technologies antiques (merci le vatican) et la mentalité de l'époque là-dessus. Et franchement, c'est pas près d'arriver.

Après une société égalitaire à ce niveau là est pas prêt d'arrivé. On a déjà du mal avec l'égalité des sexes (qui ne sont que des constructions sociales) et encore plus avec l'égalité salariale (à quand un dirigeant/patron/politique/libéral payer au smic ?)
Non, la bisexualité en Grèce antique ne concerne que les hommes et les pratiques homosexuelles étaient très encadrer. Quand à l'homosexualité, elle était interdite ou mal vue, un homme avait le devoir de se marier à une femme donc on était loin d'une société bi.
je dirai plutôt qu'on était dans une société avec une sexualité phallocentrée. C'est d'ailleurs encore le cas aujourd'hui, il y a encore des gens qui pense que les lesbiennes ne peuvent pas faire l'amour par exemple.

Avatar du membre
Hestia
Avenator
Messages : 1565
Enregistré le : 25 avr. 2016, 22:28
Localisation : Suisse
Pronom : Elle et Iel
A aimé : 206 fois
A été aimé : 357 fois

Re: Chronique sexologique: L'asexualité

Message par Hestia » 27 avr. 2017, 16:41

thailog a écrit : Je confirme ce que dis Hestia et je n'accepte pas le discours du "on n'est pas normal" au sens ou clotaire l'entend car notre société est très intôlérente avec tous ce qui sort de la norme donc je pense que combattre le concept de norme est vraiment important.
Je partage ton opinion.
Je suis une personne non-binaire, et j'apprécie qu'on parle de moi avec des mots et des phrases épicènes, et j'accepte qu'en m’accorde au féminin lorsqu'il est difficile de faire autrement.

Avatar du membre
Drytos
Aguerri
Messages : 561
Enregistré le : 07 avr. 2017, 12:21
Localisation : Lille
Pronom : Iel
A aimé : 146 fois
A été aimé : 99 fois

Re: Chronique sexologique: L'asexualité

Message par Drytos » 27 avr. 2017, 23:42

@gaalad : Je suis d'accord avec Thailog ! Pour avoir étudier les relations homosexuels dans la grèce antiques, je sais que ßa n'as rien à voir avec bi ^^ Ce que dit thailog fait sens, et j'ajouterais que, l'homosexualité cadré été organisé sous forme de "bordel-pédophile" (excusez la brutalité de mes mots ^^'), on considéré qu'un jeune grec devait passé par la case sodomie pour devenir un homme... C'était forcément entre un jeune et un plus agé, et le plus agé devait à tout pris être "actif". Il était d'ailleurs marié à une femme de toute faßon. Si on aprenait qu'un plus âgé avait été passif lors d'un rapport, il pouvait être condamné à mort... Alors niveau tolérance euh... Du coup c'était bien sûre aussi que dans ces bordels organisés, aucun couple homosexuels n'étaient tolérés en dehors...

Hestia a écrit :
27 avr. 2017, 06:04
Selon moi il faut faire attention de ne pas confondre l'asexualité et le dégoût car se sont 2 choses différentes. J'ignore pourquoi certain.e.s. d'entre nous éprouvent de la répulsion envers les relations sexuelles, mais selon moi cela ne doit pas être lié à l'asexualité, puisque même un.e. S peut ressentir du dégoût. Attention, je ne dis pas que j'approuve l'idée que c'est le dégoût qui cause l'asexualité, mais juste qu'à mon sens le dégoût est causé par un élément externe qui va nous influencer sur notre choix de refuser de pratiquer les relations sexuelles; qu'on soit A ou S.

A part cela je partage votre point de vu concernant la recherche des causes des orientations sexuelles non hétéro.
Me concernant je ne confond pas les deux ! mais, dans sont articles elles parlent de ceux qui sont dégoutés par le sexe. Et comme c'est pas non plus trop trop détaillé (bien que je ne critique pas, cet article à le mérite d'en parler au moins !), un S qui ni connais rien du tout pourrais être amenés à pensé que les asexuels sont dégouté par le sexe... Je me met dans la position de quelqu'un qui ne serait pas familiarisé avec tout le vocabulaire que nous on cotoit beaucoup ^^

Après perso, je suis dégouté par le sexe et je pense pas que y ai "une cause" à ßa... J'ai pas vécue de traumatisme, tout va bien XD la seule "raison" que je pourrais trouvé à ce dégout est mon esprit, ma faßon d'être, mais je trouve pas que c'est une "cause" pour autant, c'est juste comme je suis, ce qui me faßonne. J'ai toujours été très logique et cerveaux avant tout... Le coup de s'abandonner au plaisir, j'ai juste du mal à comprendre l'utilité. Et en prenant la chose comme elle est, je trouve qu'un rapport sexuel c'est déguelasse... c'est juste ma faßon de voir les choses. J'en ai pas "peur" parce que j'aurais subit un traumatisme ou autre... ßa ne m'attire juste pas du tout, et c'est pas le genre de situation génante dans laquelle je voudrais me retrouver... Biensûre ceci n'est que mon point de vue, sûrement pas partager par tout le monde, mais c'est juste pour dire que, pour moi faut pas chercher pluS de causes aux asexuels repulsed qu'ont asexuel indifférent ou favorable aux sexe !

Avatar du membre
Hestia
Avenator
Messages : 1565
Enregistré le : 25 avr. 2016, 22:28
Localisation : Suisse
Pronom : Elle et Iel
A aimé : 206 fois
A été aimé : 357 fois

Re: Chronique sexologique: L'asexualité

Message par Hestia » 28 avr. 2017, 08:44

Je suis tout à fait d’accord avec ce que dit Drytos. Après je pense qu’il est intéressant de dire que la répulsion des repulssed a plusieurs niveaux ; il y a celleux qui éprouvent simplement de la répulsion à l’idée d’avoir des relations sexuelles pour des raisons identiques ou qui se rapproches aux tiennes ; et celleux qui éprouvent du dégoût suite un traumatisme ayant un impact sur leur sexualité ou dû au fait qu’iels ont été forcé-e-s de pratiquer les relations sexuelles ; et dans ce second cas, cela ne concernes pas uniquement les A, puisque même parmi les S il y a des personnes qui subissent des traumatismes ; notamment suite à des agressions sexuelles.

Pour ma part, je suis repulssed, et je pense que je le suis devenue en partie parce que le comportement de mes camarades d’écoles à m’en égard m’ont profondément blessé que j’ai fini par vouloir préserver mon intimité sexuelle ; mais il y a aussi le fait que je trouve les rapports sexuels sans intérêt et d’une certaine manière dégoûtant. Je dis d’une certaine manière, car bizarrement, je suis partagée entre l’indifférence et le dégoût. Ça m’indiffère que d’autres aient des relations sexuelles, mais l’idée que je me retrouve un jour à les pratiquer m’apparait comme quelque chose de contre nature.
Je suis une personne non-binaire, et j'apprécie qu'on parle de moi avec des mots et des phrases épicènes, et j'accepte qu'en m’accorde au féminin lorsqu'il est difficile de faire autrement.

thailog
Affilié
Messages : 342
Enregistré le : 08 avr. 2017, 15:46
Pronom : il
A aimé : 95 fois
A été aimé : 80 fois

Re: Chronique sexologique: L'asexualité

Message par thailog » 28 avr. 2017, 11:40

Hestia a écrit :
28 avr. 2017, 08:44
Je suis tout à fait d’accord avec ce que dit Drytos. Après je pense qu’il est intéressant de dire que la répulsion des repulssed a plusieurs niveaux ; il y a celleux qui éprouvent simplement de la répulsion à l’idée d’avoir des relations sexuelles pour des raisons identiques ou qui se rapproches aux tiennes ; et celleux qui éprouvent du dégoût suite un traumatisme ayant un impact sur leur sexualité ou dû au fait qu’iels ont été forcé-e-s de pratiquer les relations sexuelles ; et dans ce second cas, cela ne concernes pas uniquement les A, puisque même parmi les S il y a des personnes qui subissent des traumatismes ; notamment suite à des agressions sexuelles.

Pour ma part, je suis repulssed, et je pense que je le suis devenue en partie parce que le comportement de mes camarades d’écoles à m’en égard m’ont profondément blessé que j’ai fini par vouloir préserver mon intimité sexuelle ; mais il y a aussi le fait que je trouve les rapports sexuels sans intérêt et d’une certaine manière dégoûtant. Je dis d’une certaine manière, car bizarrement, je suis partagée entre l’indifférence et le dégoût. Ça m’indiffère que d’autres aient des relations sexuelles, mais l’idée que je me retrouve un jour à les pratiquer m’apparait comme quelque chose de contre nature.
Je pense la même chose. Moi aussi je suis repulssed et je pense aussi que ce serait contre-nature pour moi. C'est les signes d'affection(câlin, bisous...)avec lesquels je montre mon affection ou mon amour. Le sexe c'est quelque chose de "bestial" pour moi, comme le dit Drytos c'est s'adonner au plaisir et ça m'angoisse plus qu'autre chose.
Les comportements des autres m'ont un peu dégoûté aussi, chez les garçons il y a un côté "chasseur" envers les filles pour avoir des rapports sexuel ça me mettais mal à l'aise, de plus les filles semblait attendre ça des garçons. Le comportement attendu du "vrai mec" a jouer un rôle sur mon asexualité.
De toute façon, comme je l'ai dis dans mon premier message sur ce topic, l'orientation sexuelle biologique n'existe pas. Aujourd'hui je suis asexuel, si j'avais vécu autre part, dans un autre milieu je ne le serais peut-être pas mais après tout peut importe.
On a tous, je pense, chercher des causes à notre asexualité et ce n'est pas grave, ce qu'il faut c'est éviter des vérités générales comme les A sont des gens qui ont subis un traumatisme, il faut reconnaître à l'auteur de l'article qu'elle ne tombe pas dans ce piège.
Les discussions sur les causes de l'asexualité ou de la répulsion envers le sexe ne me choque pas sur nôtre forum qui est lu par des gens ouvert et qui s'interroge sur la question de l'asexualité mais comme le dit Drytos, une personne qui n'est pas familiarisé avec nôtre vocabulaire pourrai mal interpréter tout ça et penser que l'asexualité a des causes, donc peut être soigné.

Avatar du membre
Drytos
Aguerri
Messages : 561
Enregistré le : 07 avr. 2017, 12:21
Localisation : Lille
Pronom : Iel
A aimé : 146 fois
A été aimé : 99 fois

Re: Chronique sexologique: L'asexualité

Message par Drytos » 28 avr. 2017, 14:03

Hestia a écrit :
28 avr. 2017, 08:44
Je suis tout à fait d’accord avec ce que dit Drytos. Après je pense qu’il est intéressant de dire que la répulsion des repulssed a plusieurs niveaux ; il y a celleux qui éprouvent simplement de la répulsion à l’idée d’avoir des relations sexuelles pour des raisons identiques ou qui se rapproches aux tiennes ; et celleux qui éprouvent du dégoût suite un traumatisme ayant un impact sur leur sexualité ou dû au fait qu’iels ont été forcé-e-s de pratiquer les relations sexuelles ; et dans ce second cas, cela ne concernes pas uniquement les A, puisque même parmi les S il y a des personnes qui subissent des traumatismes ; notamment suite à des agressions sexuelles.
ah oui là je suis d'accord ! ßa pourrais également être le type des A qui se forcent trop pour rentrer dans le moule de la société je dirais aussi ! Mais du coup oui, y a deux type a distingué... Celui propre au A qui peut, mais n'as pas forcément de raison apparante, et celui commun aux A et S dû à un traumatisme, ou quelque chose de semblable !
Hestia a écrit :
28 avr. 2017, 08:44
Ça m’indiffère que d’autres aient des relations sexuelles, mais l’idée que je me retrouve un jour à les pratiquer m’apparait comme quelque chose de contre nature.
Je suis pareille que toi et Thailog ! les autres font ce qu'ils veulent, je vais pas aller leurs jeter des pieres en disant "honte à vous"... XD Je m'en fiche sur les autres, c'est juste que ßa me dégoute, sur moi, pour moi. pratiquer l'acte sexuel me parait vraiment insurmontable tellement j'en suis dégouté... Je trouve aussi que ce serait une situation très génante et ridicule pour moi. Mais tout ßa, ßa ne concerne que moi. Je vais pas non plus aller regarder des pornos, et ceux qui me racontent leurs vie sexuels savent bien que ßa m'interesse pas... Mais sinon, chacun est libre de faire ce qu'il veut !

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité