Quels sont ceux d'entre vous qui souhaitent vivre en couple?

"Où l'on découvre de quoi est faite notre communauté".
Tous les sondages dont vous avez toujours rêvé. Venez apaiser notre soif insatiable de statistiques !
Répondre

Souhaitez vous vivre en couple?

Oui
142
64%
J'y ai renoncé : je me suis fait à l'idée de vivre seul(e)
22
10%
J'ai choisi d'être seul(e) par conviction
8
4%
Je ne ressens pas le besoin d'être avec quelqu'un
49
22%
 
Nombre total de votes : 221

Avatar du membre
Tiburce
Membre
Messages : 19
Enregistré le : 08 févr. 2012, 22:05
A été aimé : 1 fois

Re: Quels sont ceux d'entre vous qui souhaitent vivre en couple?

Message par Tiburce » 15 févr. 2012, 23:06

C'est vrai que la colocation véhicule pas mal de clichés, du genre "c'est la fête du slip tous les soirs"... :roll:
Mais ça reste, à mon sens, le meilleur moyen de rester en contact avec les autres tout en gardant son espace personnel.
Après, faut trouver l'équilibre entre "aimez-vous les uns sur les autres" et "l'enfer c'est les autres"...
Lovers and friends are all that matter.

Avatar du membre
gotzs
Acolyte
Messages : 374
Enregistré le : 05 nov. 2011, 21:15
Localisation : Genève
Pronom : il n'est pas sur
A aimé : 2 fois
A été aimé : 1 fois
Contact :

Re: Quels sont ceux d'entre vous qui souhaitent vivre en couple?

Message par gotzs » 16 févr. 2012, 20:16

Le correspondant allemand de mon père vit en couple.... avec un autre couple depuis plus de 30 ans. Comme quoi, la coloc, ça peut durer longtemps, (comme un couple en fait).


Après voilà, tout le monde ne ferait pas forcément des "sacrifices" pour vivre ce genre d'expérience.

Pour mon petit cas tout personnel, j'aime bien la vie en colocation, et j'aime aussi avoir mon petit coin à moi. Le tout est de trouver l'appartement/maison qui se prête à ménager espaces en commun et espaces privés.

Le reste, c'est qu'une question de volonté, de souplesse (et un peu d'affinités quand même..)
don't make love, just have love
ne faites pas l'amour, donnez juste de l'amour

RValiasRV
Ascendant
Messages : 900
Enregistré le : 30 mars 2011, 01:11
Localisation : RER Ligne D/Transilien Ligne R
A aimé : 14 fois
A été aimé : 27 fois
Contact :

Re: Quels sont ceux d'entre vous qui souhaitent vivre en couple?

Message par RValiasRV » 02 sept. 2012, 21:11

C'est sans doute la question la plus intéressante que je peux me poser (et que je me pose effectivement) depuis que je me sais A.

Désormais, je me comprends mieux en tant que A romantique (pas Aromantique !), je ne suis plus trituré par ce que je croyais être des contradictions (tomber amoureux et ne pas vouloir aller plus loin ? Un amour qui n'a rien de sexuel ?). Je sais aussi qu'il est possible de vivre en couple sans avoir à «passer à la casserole».

Mais ce que je vois pour le moment, c'est que je me suis forgé une personnalité de «célibataire endurci» (au passage, j'aime pas le côté aigri de l'expression...). Aussi, l'idée d'être en couple ne me semble tout simplement pas plausible, comme si je n'y étais pas adapté, voire adaptable. Quand je pense à ma façon de vivre, de penser, de fonctionner, de me projeter dans l'avenir même !

Pourtant, même si je m'en passe très bien, j'ai vraiment l'impression que cela ne ferait pas de mal. Dire que je le désir serait un peu fort tout de même.
Mais comme le souligne Piccolo, y a tellement de bons côtés à être seul !!!

J'en viens à l'idée développée dans le topic : vivre en couple sans cohabitation....À creuser à vraie dire pour ma part, mais à priori je ne dirais pas que ça ne se ferait pas exclusivement sous cette condition.

Si je comprends bien, je me retrouve dans les quatre propositions ? Certes, essentiellement dans la quatrième, beaucoup moins dans la première et la troisième...
L'homme a toujours voulu croire en quelque chose car il est difficile de croire en soi.

Avatar du membre
Svane
Affable
Messages : 124
Enregistré le : 17 juil. 2012, 09:12
A été aimé : 3 fois

Re: Quels sont ceux d'entre vous qui souhaitent vivre en couple?

Message par Svane » 02 sept. 2012, 23:35

Je n'aime pas le terme "moitié" je m'estime comme une personne entière qui se complète déjà elle-même et s'auto-suffit, je ne suis pas une moitié je suis un tout une entièreté etc. Et si je peux trouver un jour un autre tout, pourquoi pas. Le problème étant que je suis sans concession et sans compromis et que je me sens très très bien seule, je fais ce que je veux quand je le veux sans contrainte (ou presque, y'en a "de bases", aller aux toilettes etc mais bon vous voyez le topo)
De toutes façons seule ou avec quelqu'un ça ne change pas grand chose, je n'en fais qu'à ma tête. J'ai dit rouge, il dit vert ? ah non désolée j'ai pas entendu je suis déjà partie faire rouge, après je suis pour la liberté etc. Il peut aller faire vert, je m'en contre-fiche, je fais mes trucs comme je l'ai décidé, le seul moyen de s'attirer des ennuis avec moi c'est d'essayer de se mettre en travers de mon chemin et de mes décisions.

Je n'ai aucun scrupule à avoir ce comportement car "c'est moi", je me sens en accord avec moi-même en agissant de la sorte, et je n'ai jamais essayé de tromper l'autre dans sa vision de moi. Je reste comme ça du début jusqu'à la fin. Si vraiment ça ne lui plaît pas il peut partir dès le début sans perdre son temps ! Si en revanche il reste en étant certain que je vais changer ça m'amuse car il se leurre totalement et je lui dis clairement. C'est ce que j'aime à n'avoir aucun besoin de rien : je ne dépends de personne, je suis avec moi-même et j'adore ça.

Si je trouvais quelqu'un qui est naturellement comme moi, je crois que ça pourrait me faire plaisir car il y aurait une véritable émulation intellectuelle, de grands projets, etc.

Mais je ne veux aucune contrainte. Si je décide de partir un beau jour, je le ferais. Mais si je décide d'accepter quelqu'un dans ma vie, cette personne aura largement les capacités pour comprendre de façon naturelle ma façon d'être et pourra faire de même sans aucun souci.

J'estime qu'on agit comme bon nous semble, ensuite il y a les conséquences.

Si par exemple à mon retour la personne ne veut plus me voir, je ne m'en formaliserais pas et je partirais de sa vie. Parce que je comprends, tout acte a ses conséquences. Comme moi j'en condamne certains, je ne veux rien imposer ni contraindre, je me contente de partir.

Pour moi les concessions et compromis sont certes une certaine preuve de sagesse, mais c'est aussi emprunter un chemin qui mène à des frustrations abominables. Je n'ai aucune envie de me sentir mal et frustrée (je l'ai vécu avec mes 2 exs) et de détruire la personne... (je suis partie avant d'avoir "fini le travail", dieu merci). S'imposer des choses c'est se résigner à ne pas poursuivre ce que l'on veut profondément, et pour moi c'est inacceptable ! puis même l'autre ! si moi je fais des concessions et compromis ça signifie (bien souvent) que l'autre en fait aussi ! quelle horreur ! à mes yeux tout le monde devrait poursuivre ses désirs les plus chers sans jamais se résigner. La tête haute, fixer au loin l'objectif voulu, et marcher d'un pas décidé. Rien ne peut nous arrêter parce qu'on l'a décidé du plus profond de notre être. Ne rien imposer aux gens et ne rien se laisser imposer.

Bon, tout ça pour dire que ce sera très compliqué voire impossible pour moi de trouver mon alter ego ! mais ça ne me dérange pas tant que je m'ai moi.


Je ne suis jamais tombée amoureuse, je ne pense pas être aromantique, je sais en revanche que je suis asexuelle. Si je tombe amoureuse un jour ça m'étonnerait que cela change. c'est en moi, c'est trop profond pour être changé. Et c'est très bien ainsi.


édit : juste pour dire qu'être déjà un tout me paraît pur. car si un jour on accepte quelqu'un dans notre vie ce ne sera pas né d'un quelconque besoin, ce sera un choix, une véritable envie non suivie de besoin. "moitié" cela sonne à mon oreille comme quelque chose qui réclame autre chose, et cela m'incommode... mais ce n'est que mon ressenti bien entendu

Avatar du membre
sel
Adepte
Messages : 239
Enregistré le : 25 févr. 2012, 22:13
Localisation : carcassonne

Re: Quels sont ceux d'entre vous qui souhaitent vivre en couple?

Message par sel » 03 sept. 2012, 07:16

j'y ai renoncé.
Trop vieux .Trop pauvre .Trop sensible
Ne te laisse pas dérouter par l'heure indiquée sur ce forum

Avatar du membre
~flor_vermelha~
Associé
Messages : 646
Enregistré le : 16 oct. 2008, 17:12
Localisation : Allemagne
Pronom : Elle
A aimé : 36 fois
A été aimé : 52 fois

Re: Quels sont ceux d'entre vous qui souhaitent vivre en couple?

Message par ~flor_vermelha~ » 03 sept. 2012, 09:36

Svane a écrit :Je n'aime pas le terme "moitié" je m'estime comme une personne entière qui se complète déjà elle-même et s'auto-suffit, je ne suis pas une moitié je suis un tout une entièreté etc. Et si je peux trouver un jour un autre tout, pourquoi pas.
Très bien dit. Je pense plus ou moins la même chose.

Beliefs
Adepte
Messages : 248
Enregistré le : 01 janv. 2012, 23:14

Re: Quels sont ceux d'entre vous qui souhaitent vivre en couple?

Message par Beliefs » 04 sept. 2012, 23:12

Parfait Svane, quand je te lis, je me lis, c'est plutôt comique de voir un autre penser de façon similaire.

A la différence près que je ne peux pas présager de rester la même jusqu'à la fin de mes jours. Les émotions ressenties que l'on pensait imprenables changent parfois toutes nos perceptions. Je prends le simple exemple de la femme qui devient maman s'évertuant à dire qu'elle n'a pas d'instinct maternel. Quand l'enfant nait, il se passe bien souvent l'inexplicable chez la mère, conséquence d'un magma émotionnel insoupçonné. Nous sommes la conséquence de nos émotions et à ce que je sache, elles ne sont pas toutes maîtrisables.

Les concessions se font dans toute relation, renoncer à ses projets-ses rêves ne devrait pas faire partie des concessions car c'est comme s'auto-manquer de respect. Quand je pense à ces parents lâches qui rétorquent qu'ils restent ensemble pour le bien des enfants, j'ai cette envie de leur répondre qu'ils ont tout faux. Ils parlent de concession, moi je parle de lâcheté.

Comme toi Svane, je condamne beaucoup et ça hérisse nombre de personnes. Ils pensent bon de me dire que je dois diminuer mes exigences si je ne veux pas terminer seule. Je crois qu'ils m'imaginent finir aigrie dans ma vieille maison avec mes nombreux animaux. Si eux sont capables de se contenter et de faire preuve de ce qu'ils appellent la tolérance (je n'utiliserais pas ce terme), et bien que bien leur fasse. Je ne peux pas être comme eux, ils ne comprennent pas ce que je suis et sans le dire (mais en le pensant) je me dis qu'ils sont limités dans leur capacité à comprendre, incapables d'imaginer d'autres possibles. Ainsi, ils m'inspirent l'exaspération. Je n'essaie plus de refaire le monde, ce que toi Svane tu continues à essayer de faire. Tu as 10 ans de moins que moi, si j'ai un conseil à te donner c'est de ne pas trop te brûler à trop essayer de faire évoluer ce qui ne peut l'être. Il faut accepter ce qui ne peut changer.

L'autre peut nous apporter des choses supplémentaires, peut-être même des besoins qu'on ne veut pas reconnaître :-). Mais il ne faut pas se leurrer Svane, cet Autre se trouve dans une poignée d'humains. Nous avons déjà Piccolo (clin d'oeil). Il y en a d'autres c'est certain. Le tout est de rester ouvert(e) :-)

Avatar du membre
Dexter
Accrozoseries
Messages : 7472
Enregistré le : 30 déc. 2006, 12:03
Localisation : Clermont-fd
A aimé : 270 fois
A été aimé : 66 fois

Re: Quels sont ceux d'entre vous qui souhaitent vivre en couple?

Message par Dexter » 05 sept. 2012, 07:57

Svane a écrit :Je n'aime pas le terme "moitié" je m'estime comme une personne entière qui se complète déjà elle-même et s'auto-suffit, je ne suis pas une moitié je suis un tout une entièreté etc. Et si je peux trouver un jour un autre tout, pourquoi pas.
ouaip, pareil pour moi
La civilisation ne consiste pas à multiplier les besoins mais à les réduire volontairement, délibérément. Cela seul amène le vrai bonheur.
Nous vivons dans une culture où le superflu est devenu si nécessaire que nous sommes condamnés à toujours vivre dans le manque!

Avatar du membre
Svane
Affable
Messages : 124
Enregistré le : 17 juil. 2012, 09:12
A été aimé : 3 fois

Re: Quels sont ceux d'entre vous qui souhaitent vivre en couple?

Message par Svane » 05 sept. 2012, 10:39

Beliefs, tes messages transpirent toujours la sagesse, c'est agréable !

L'autre peut nous apporter des choses supplémentaires, peut-être même des besoins qu'on ne veut pas reconnaître . Mais il ne faut pas se leurrer Svane, cet Autre se trouve dans une poignée d'humains. Nous avons déjà Piccolo (clin d'oeil). Il y en a d'autres c'est certain. Le tout est de rester ouvert(e)

Des besoins qu'on ne veut pas reconnaître... Hm... ça m'a fait "tiquer" qu'est-ce que ça pourrait être "cet étrange concept" ? :D (traduction littérale de l'interrogation de mon cerveau), bon... La reconnaissance ? Le partage ? Je pense que les nôtres sont les plus importantes, bien sûr ce n'est pas désagréable d'être reconnue (et encore ! ça dépend la manière dont c'est fait), mais de là  à  parler de besoin ? ce serait plutôt dans choses supplémentaires :) des bonus.
Je recherche toujours les besoins probables... Ah !!!! Je sais !

"Le don de soi"

Ah oui, alors tu as totalement raison, des besoins qu'on ne veut pas reconnaître je pense que (pour ma part en tout cas) il y a celui là ! Le don de soi pour une cause juste, pour rétablir une injustice, pour faire aller mieux quelqu'un, pour aider quelqu'un à sortir du gouffre, etc.

Mais ce qui me gêne dans ce besoin viscéral d'être utile, ah bah voilà. C'est déjà dit.
le besoin viscéral d'être utile.
Je trouve que ça a un côté profondément égocentrique " C'est Moi qui vais faire ci ça ça ça et je serais utile et c'est trop bien je justifie mon existence je la rends légitime !"
Bon, non pas que je renie mon aspect égocentrique, mais là j'ai l'impression que ça a quelque chose d'impur, le don de soi à mes yeux ce serait censé n'avoir rien à voir avec Nous, simplement se considérer comme un banal outil et tout faire pour mener à bien ses missions ! mais là c'est comme si on devenait Héros ! se tourner toute entière vers le bien de l'humanité sans jamais se considérer soi, je sais qu'une part de moi en est capable mais il y aura toujours cet aspect "je veux justifier mon existence, je suis quelqu'un, j'agis"
A la base ce serait se voir soi-même comme un pantin en dessous de toutes choses, et exploiter notre corps notre âme notre esprit pour mener à bien nos missions, comme si une force d'esprit extérieure à nous nous appartenait et nous permettait d'utiliser totalement extérieurement ce qui nous compose, donc nous sommes notre propre pantin et nous avons des objectifs à atteindre non pas pour avoir une utilité mais pour le Bien.

Mais voilà, avoir une utilité prime sur le Bien (oui j'ai honte)

En fait, ce n'est pas tant que ça me dérange horriblement, c'est plus une tristesse qui m'envahit à l'idée que rien n'est totalement "désintéressé" ou que même si ce n'est pas égoïste on cherchera toujours à tirer les avantages de la situation (sans nuire à personne évidemment) ça a quelque chose de vomitif à mon sens.

Et voilà j'ai encore pollué un sujet ! je suis désolée !

Beliefs
Adepte
Messages : 248
Enregistré le : 01 janv. 2012, 23:14

Re: Quels sont ceux d'entre vous qui souhaitent vivre en couple?

Message par Beliefs » 05 sept. 2012, 13:35

"Le don de soi"

Ah oui, alors tu as totalement raison, des besoins qu'on ne veut pas reconnaître je pense que (pour ma part en tout cas) il y a celui là ! Le don de soi pour une cause juste, pour rétablir une injustice, pour faire aller mieux quelqu'un, pour aider quelqu'un à sortir du gouffre, etc.

Mais ce qui me gêne dans ce besoin viscéral d'être utile, ah bah voilà. C'est déjà dit.
le besoin viscéral d'être utile.
C fou ce que nous pouvons nous ressembler! Je comprends tout ce que tu dis comme si je l'avais écrit... il y a quelques années. Oui avec le temps il y a des modifications qui s'opèrent, tu verras :-)

Pour revenir à ton interrogation du "des besoins que l'on ne veut pas reconnaître" je pensais à tout ce qui est refoulé pour diverses raisons. Si j'ai bonne mémoire tu n'es pas quelqu'un de très tactile? Il peut y avoir une raison autre que le "je suis comme ça" il peut y avoir une fuite émotionnelle, un besoin irrépressible d'être la plus indépendante possible par rapport à qui que ce soit, à quoi que ce soit. Tu ne peux pas être heureuse en étant celle qui ne fait que donner, celle qui pense ne rien avoir besoin des autres. Le simple fait d'avoir bien agi, par auto-reconnaissance, te donne le sourire mais... si c'est une source importante de bien-être, ça reste insuffisant car à côté de cela tu alimentes des pensées plus dévalorisantes vis-à-vis des autres : en les condamnant, en ressentant de la déception à leur encontre. Aucun humain ne peut vivre heureux ainsi... l'humain se doit d'être égocentrique et même égoïste pour se sentir vraiment bien. Tu me diras que c'est pas possible pour toi, je me dis la même chose mais il est très probable que ce soit quelque chose qui se travaille. Tu n'as pas envie de changer, moi non plus :-). Je crois que les autres peuvent nous apporter de bonnes choses malgré leurs nombreuses imperfections, leurs trahisons, leur manque de convictions, leur voie de facilité, leur légèreté vomitive. En fait, il faut attendre très peu de l'autre... je me dis qu'il ne sert à rien de forcer les autres à être mieux que ce qu'ils ne peuvent être. Les psys disent qu'il faut laisser les autres évoluer à leur rythme, tout ne se règle pas forcément et c'est à accepter. Il y a tant de différences à partager, les autres peuvent nous surprendre ça et là. Ils peuvent nous faire rire, ils peuvent être touchants, ils peuvent nous aimer sincèrement, ils peuvent même mieux prendre soin de nous-mêmes. Parfois, il est un soulagement d'avoir une épaule sur laquelle s'appuyer. (Difficile à accepter n'est-ce pas! ;-)). Il y a des gens, ils me forcent presque à me reposer sur eux et comme une idiote je continue la résistance. Je ne sais pas trop si c'est alors un défaut de confiance ou si c'est simplement le fait que si je délègue, si je me repose, je puisse alors m'effondrer? J'imagine ces gens surmenés au travail qui lorsqu'ils stoppent, tombent de fatigue ; ces étudiants qui après une session pénible d'examens tombent malades. Il y a un côté très sombre en moi que j'évite de visiter car je n'aimerais pas que ça me rende mauvaise. J'imagine que toutes les souffrances d'abandon et de mauvais traitements pourraient resurgir que l'autre, bienveillant, se prendrait injustement dans la tronche. Je n'ai pas le droit de faire cela à qui que ce soit, ça me paraît trop dangereux.

Tu peux me répondre en mp Svane :-)

Avatar du membre
Eresh
Amibe
Messages : 98
Enregistré le : 31 août 2012, 09:17
Localisation : Paris
A été aimé : 1 fois

Re: Quels sont ceux d'entre vous qui souhaitent vivre en couple?

Message par Eresh » 09 sept. 2012, 06:46

J'ai hésité entre les deux premiers choix : "Oui" et "J'y ai renoncé : je me suis fait à l'idée de vivre seul(e)". J'ai finalement opté pour le second. Depuis que je me pense asexuel, j'ai moins de mal à supporter mon manque affectif. Cependant, je n'abandonne pas totalement les recherches pour autant : on ne sait jamais...
Pour en savoir plus sur moi, c'est ici !

Avatar du membre
Aède
Affable
Messages : 121
Enregistré le : 10 févr. 2010, 14:16

Re: Quels sont ceux d'entre vous qui souhaitent vivre en couple?

Message par Aède » 07 oct. 2012, 16:05

Je ne ressens pas le besoin d'être avec quelqu'un, en tant cas pas dans le sens usuel de l'expression. Je suis probablement aromantique. La conception normale du couple ne semble pas me convenir. Je ne dirais pas non à une relation privilégiée avec une autre personne, si cette relation est adaptée, mais je ne me sens pas poussé à en chercher une (poussé en moi-même ; hélas, je commence à avoir, étant donné que j'ai 23 ans, quelques commentaires sur le fait que je n'ai pas de "petite amie"). En tout cas, ce serait bien différent de l'image normale d'un couple, qui serait terrible, puisque l'intimité normale du couple serait toxique pour moi (évidemment, je n'ai jamais eu d'expérience de la sorte, mais pas besoin d'en avoir eu, je sais déjà à quoi m'en tenir par rapport à mes amis et à ma famille, en ce qui concerne la complexe dialectique du rapprochement et de la distance qui régit mon rapport avec les autres personnes). Autant dire qu'il y a peu de chance que j'entre dans ce type de relation un jour (d'autant plus que je ne suis pas en quête), ce qui n'est pas problématique en soi à mes yeux. Je suis davantage préoccupé par l'aspect social de l'affaire, par la perception qu'ont les autres, et surtout mes proches, du fait que je suis célibataire, mais bon, ma priorité pour le moment, c'est d'essayer de faire quelque chose "d'utile", à la mesure de mes moyens, dans ce bas-monde, ne serait-ce par exemple que parvenir, enfin, à publier un texte littéraire qui en vaille la peine ; aussi ces considérations sont-elles secondaires.

Piccolo
Atrix
Messages : 1734
Enregistré le : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 113 fois

Re: Quels sont ceux d'entre vous qui souhaitent vivre en couple?

Message par Piccolo » 08 oct. 2012, 00:38

Je me retrouve pas mal dans ta description Aède, à ceci près que je me fiche totalement du jugement ou du positionnement éventuel des autres désormais.

Gexboy
Aspirant
Messages : 31
Enregistré le : 04 sept. 2012, 18:15

Re: Quels sont ceux d'entre vous qui souhaitent vivre en couple?

Message par Gexboy » 15 oct. 2012, 19:57

La vie est plus heureuse a deux je trouve.

cmimi

Re: Quels sont ceux d'entre vous qui souhaitent vivre en couple?

Message par cmimi » 20 nov. 2012, 22:09

Coucou :)

Je fais partie des asexuels souhaitant vivre en couple. Je ressens le besoin profond d'avoir une relation sérieuse, intense et pleine de projets avec un homme ''A'' (de préférence :) ). J'ai tellement d'amour à donner que je ne peux le garder pour moi :D. Je suis peut-être naïve, mais c'est comme ça que j'envisage ma vie. Après, je ne sais pas si la vie m'offrira la chance de concrétiser mon souhait de vie à deux.

:bise:

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité