Etes vous fier(e) d'être A ?

"Où l'on découvre de quoi est faite notre communauté".
Tous les sondages dont vous avez toujours rêvé. Venez apaiser notre soif insatiable de statistiques !
Répondre

Etes vous fier(e) d'être A ?

oui
96
66%
non
50
34%
 
Nombre total de votes : 146

Avatar du membre
Orchis
Adepte
Messages : 176
Enregistré le : 29 mai 2019, 23:25
A aimé : 39 fois
A été aimé : 42 fois

Re: Etes vous fier(e) d'être A ?

Message par Orchis » 01 août 2019, 21:05

Atil a écrit :
31 juil. 2019, 22:21
Donc pour moi ce ne sont pas des asexuels "complets", ce sont plutôt des grey-asexuels.
On dirait que tu confonds asexualité et apothisexualité (voire apathsexualité), ie la catégorie et la sous-catégorie.
J'ai l'impression de voir quelqu'un qui dirait : "Les félins sont des animaux qui miaulent, ronronnent et grimpent dans les arbres. Les lions ne miaulent pas, ne ronronnent pas et ne grimpent pas dans les arbres. J'en conclus que les lions sont des canidés." :shock:
En plus, tu ne peux pas mettre dans le même sac les gray-asexuels, les demisexuels, les ensenisexuels, etc. C'est très réducteur en plus d'être blessant.
Atil a écrit :
01 août 2019, 10:32
Si un homme se masturbe en ne pensant qu'à des femmes alors il est d'orientation hétérosexuelle.
Si un homme se masturbe en ne pensant qu'à des hommes alors il est d'orientation homosexuelle.
Si un homme se masturbe en pensant aux deux sexes alors il est d'orientation bisexuelle.
Là encore, c'est hyper réducteur. Les fantasmes humains sont bien plus riches (et tordus) que cela.
Déjà, beaucoup de gens fantasment sur des situations, voire des scénarios, davantage que sur les gens. Je t'assure que pour créer un scénario, il te faut des acteurs et/ou des actrices sinon il ne va pas se passer grand-chose. Pour les acteurs, il est plus simple de rester sur de l'humain de base. Il n'est pas donné à tout le monde d'avoir l'imagination (et l'ouverture d'esprit suffisante si on peut appeler cela ainsi) pour créer des acteurs non humains pour ses scénarios. En plus, c'est fatigant.

Si tu doutes que les gens aiment les scénarios, je t'invite à découvrir :
  • le dino porn qui a fait mourir de rire des potes à moi qui se sont empressés de me faire partager leur découverte (comme "Taken by the T-Rex")
  • le hentai à base de tentacules sur lequel tu tombes rapidement si tu explore un peu trop l'univers des mangas (google est ton ami... ou pas)
  • les tentacules érotiques dont je viens de découvrir l'existence (punaise, c'est plus vieux que je ne pensais).
Si tu ne t'es pas lavé les yeux à l'eau de javel, tu pourras passer aux fanfics plus ou moins zoophiles (il y a des limites à ce que je supporte de lire quand même, un pote m'a assuré qu'il en existait à base de poney et de dieu/déesse araignée, je l'ai cru sur parole).
Je suis curieuse de voir quelle orientation tu déduis de tout ce merdier. :shock:
Atil a écrit :
01 août 2019, 10:32
Dans un autre forum, Léonis me disait que les fantasmes sont trop influencés par les pressions sociales pour révéler nos vrais désirs.
Il est quand même beaucoup plus simple de garder des acteurs humains dans les fantasmes. Rien que pour le côté esthétique, déjà. En général, les gens trouvent plus beau des corps féminins ou masculins que celui d'une... tortue mutante par exemple. :roll:
Non, parce qu'avant de trouver du dino porn sexy, il doit falloir une sacré dose d'apprentissage. Ou aimer la situation décrite. Là, je ne sais pas.
Atil a écrit :
01 août 2019, 10:32
J'ignore ce que signifie "se masturber sans que les fantasmes soient dirigés vers une personne en particulier".
Fantasmer sur une situation ? Par exemple, je pense qu'il y a des gens qui fantasment sur le fait de s'exhiber en public, d'avoir recours à des appareils science-fictifs de pseudo torture ou de porter des couches (!).

Bon sang, ce n'est pas parce qu'un asexuel aime les scénarios ou fantasme sur des gens qu'il n'est plus asexuel. L'important, c'est ce que tu fais dans la vraie vie. Parce que sinon, on n'a qu'à dire aussi que tous les gens qui adorent les films de serial killer sont des serial killer. Mais ça va faire du monde à enfermer. :roll:

Piccolo
Atrix
Messages : 1735
Enregistré le : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 113 fois

Re: Etes vous fier(e) d'être A ?

Message par Piccolo » 01 août 2019, 23:34

Orchis a écrit :
01 août 2019, 21:05
En général, les gens trouvent plus beau des corps féminins ou masculins que celui d'une... tortue mutante par exemple. :roll:
Fais gaffe, tu vas énerver Raphael.

Image

Avatar du membre
Orchis
Adepte
Messages : 176
Enregistré le : 29 mai 2019, 23:25
A aimé : 39 fois
A été aimé : 42 fois

Re: Etes vous fier(e) d'être A ?

Message par Orchis » 02 août 2019, 07:08

Piccolo a écrit :
01 août 2019, 23:34
Fais gaffe, tu vas énerver Raphael.
:lol:

Je m'excuse platement et je retire ce que j'ai dit sur les tortues mutantes. Surtout que je viens de découvrir qu'une "parodie porno" des Tortues Ninja est sortie. :lol:

https://fr.ubergizmo.com/2016/05/09/tor ... porno.html

Avatar du membre
Atil
Amibe
Messages : 75
Enregistré le : 10 juil. 2019, 15:38
Localisation : Nord
Pronom : il
A été aimé : 7 fois
Contact :

Re: Etes vous fier(e) d'être A ?

Message par Atil » 02 août 2019, 10:08

Hestia a écrit :
01 août 2019, 12:36
Ce que tu décris ici n'a rien n'avoir avec l'orientation sexuelle, être asexuel-le c'est ne pas éprouver d'attirance sexuelle pour autrui, tant qu'on n'éprouve pas le désir d'avoir de rapports sexuels avec qui ce soit on est asexuel-le, et je parle ici de manière concrète, car de mon point de vu les lithsexuel-le-s sont également asexuel-le-s puisque leur désir sexuel envers une personne disparait lorsqu'il devient réciproque.
Qu'en est-il alors des asexuels qui éprouvent de l'attirance sexuelle pour autrui dans leurs fantasmes mais pas dans la vie réelle ?

Hestia a écrit :
01 août 2019, 12:36
Penser à un homme, une femme ou même à une personne non-binaire lorsqu'on fantasme, indique simplement qu'on a juste une certaine préférence d'imaginer une personne de l'un de ces genre, 2 ou n'importe lequel lorsqu'on fantasme.
Mais si on fantasme régulièrement qu'on a des rapports sexuels et que c'est avec toujours le même sexe, peut-on dire que ce n'est qu'une simple préférence en imagination ?


Hestia a écrit :
01 août 2019, 12:36
Je rappelle que les attirances romantiques et sexuelles ne sont pas les seules attirances dont les êtres humains sont confrontés, donc de mon point de vu on peut supposer que le fait qu'on a tendance d'imaginer un ou plusieurs genres lorsqu'on fantasme inclus une forme d'orientation dans le cadre du fantasme, mais si c'est une orientation, ce n'est pas l'orientation sexuelle. En tout cas cela n'a strictement rien avoir avec le sujet dont on parle lorsqu'on explique ce que c'est l'asexualité.
Pourquoi pas.
... mais ça complexifierait encore plus le système.
On aurait alors :
-Une orientation sexuelle dans la vie réelle.
-Une orientation sexuelle dans les fantasmes.
-Une orientation romantique dans la vie réelle.
-Une orientation romantique dans les fantasmes.
-Une orientation esthétique dans la vie réelle.
-Une orientation esthétique dans les fantasmes.
-Etc...

J'ai du mal à accepter que les fantasmes et la vie réelle soient à ce point dissociés.
J'aurai tendance à dire que, dans nos fantasmes, on exprime ce qu'on n'ose pas exprimer dans le monde réel.
Peut-être même révèlent-ils des tendances existant en nous et que nous n'osons même pas admettre et regarder en face.
-------- à mon humble avis -----------

Avatar du membre
Atil
Amibe
Messages : 75
Enregistré le : 10 juil. 2019, 15:38
Localisation : Nord
Pronom : il
A été aimé : 7 fois
Contact :

Re: Etes vous fier(e) d'être A ?

Message par Atil » 02 août 2019, 10:29

Hestia a écrit :
01 août 2019, 13:27
C'est du domaine de l'imagination.

A moins que toi tu désir sexuellement quelqu'un de bien précis lorsque tu ne fantasmes pas, et que tes fantasmes te permettent de t'imaginer concrétiser ton désir d'avoir un rapport sexuel avec l'individu qui t'attire, ce n'est pas de l'attirance sexuelle, mais juste ton imagination qui projète une image d'un être humain pour éventuellement compléter un scénario que tu imagine pour construire ton fantasme à ce moment.

L'attirance sexuelle doit obligatoirement impliquer que l'attirance sexuelle soit dirigée vers quelqu'un de bien précis, et pas seulement lorsqu'on fantasme.

Parfois, il arrive pour certaines personnes asexuelles que cela soit un personnage fictif (d'un roman, d'un manga, d'un comics, d'une série ou d'un film) là, on parlera d'une particularité de la greysexualité.

Même si tu n'approuves pas cela, le fait de fantasmer n'est pas la preuve qu'on ne soit pas asexuel-le-s, mais juste qu'on aime imaginer et construire des scénarios, y compris des scènes érotiques comme tu dis.

être asexuel-le ne veut pas dire qu'on doit éprouver du dégoût envers le sexe et envers des histoires érotiques.
Quand on éprouve de l'attirance sexuelle ce n'est pas seulement pour une personne.
Ainsi un homme hétéro' peut potentiellement ressentir de l'attirance pour toutes les femmes.
Donc il pourrait se sentir attiré aussi par une femme représentée sur un tableau.
Donc pourquoi pas aussi par une femme qu'il imaginerait dans sa tête ?

Un homme hétéro' n'aura pas tendance à s'imaginer avec des hommes.
Il s'imaginera essentiellement avec des femmes.
Ses fantasmes reflèteront forcément son orientation.

Si un homme a pour fantasme de violer des femmes, c'est que cette perversion est ancrée quelque part en lui.
Mais s'il est un être civilisé, il ne laissera pas cette tendance s'exprimer dans le vie réelle.
Hors ce n'est pas le comportement qui permet de classer les gens mais leurs désirs réels... même si ceux-ci sont refoulés.

Je pense donc que de nombreuses personnes se pensent asexuelles alors qu'elles sont orientées sexuellement.
Simplement cette orientation n'est pas exprimée dans la vie réelle, elle est refoulée dans le subconscient et ne se voit que dans les fantasmes.
On a donc plutôt affaire à un blocage de la sexualité, ou à sa sublimation.

Moi-même j'ai déja eu des relations sexuelles avec une femme. C'était pour lui faire plaisir... mais je ressentais ça comme une corvée.
Cependant si ça avait été avec un homme, je n'aurai pas pu car ça m'aurait dégouté encore plus.
Cet indice montre donc que j'ai bien une orientation, même si elle est faible : Je préfère bien les femmes aux hommes.
C'est donc plus ma sexualité qui est absente que mon orientation.

Ce qui n'empèche pas que d'autres asexuels puisse n'avoir réellement aucune orientation.
-------- à mon humble avis -----------

Avatar du membre
Atil
Amibe
Messages : 75
Enregistré le : 10 juil. 2019, 15:38
Localisation : Nord
Pronom : il
A été aimé : 7 fois
Contact :

Re: Etes vous fier(e) d'être A ?

Message par Atil » 02 août 2019, 10:46

Diable a écrit :
01 août 2019, 14:46
@Atil
Pour information il y a beaucoup de personnes asexuelles qui se masturbent sans que leurs fantasmes soient dirigés vers une personne en particulier.

Et les fantasmes ne déterminent pas quelle est ton orientation sexuelle.

C'est pas parce qu'une personne dans le spectre de l'asexualité se masturbe devant des images érotiques qu'elle est grey.

Pourquoi certaines se masturbent-elles toujours devant des photos de personnes du même sexe ?

Cela devrait permettre de savoir si elle est vraiment orientée ou pas.



Diable a écrit :
01 août 2019, 14:46
Tu me dis que je ne peux pas être asexuelle parce que j’ai des fantasmes. Comment oses-tu me dire que je ne peux pas me définir asexuelle ? Déjà que pour mes proches je suis juste une lesbienne sans libido, qui n’a pas assez d’expérience, etc. Je dois encore supporter qu’une personne dans le spectre de l’asexualité m’empêche de me définir comme je veux ? Alors oui, tes messages sont énormément blessants. C’est pas à toi de définir comment les personnes sont.
Si ton médecin te dis "Vous avez telle maladie", vas tu lui dire que toi seule peut décider quelle maladie tu as ? Vas tu dire que lui n'en a pas le droit et que cela te blesse ?

Tu dis qu'il faut te laisser te définir comme tu VEUX.
C'est donc que tu ne vois pas l'asexualité comme une réalité scientifiquement établie mais plutôt comme une sorte de club auquel tu es libre d'adhérer ou pas, selon ton bon vouloir.


Diable a écrit :
01 août 2019, 14:46
Un fantasme reflète l'imaginaire et non pas la réalité. Une femme hétérosexuelle peut avoir des fantasmes mettant en scène deux femmes. Cela ne veut pas dire qu’elle est une femme homosexuelle/bisexuelle/pansexuelle, etc... refoulée.
Si elle fantasme uniquement sur des scènes avec deux femmes, ne peut-on pas se poser des questions ?



Diable a écrit :
01 août 2019, 14:46
Souvent les fantasmes des personnes asexuelles ne sont pas dirigés vers quelqu’un en particulier, mais l’action, la mise en scène, etc.
Dans ce cas, oui : il n'est pas question d'orientation.
Mais comment imaginer une action sans personnages qui la jouent ?
S'il n'y a vraiment pas d'orientation alors ces personnages seront de sexe indéfini, ou alors de sexe variable.
S'ils ont un sexe bien défini et qui est toujours le même, alors il y a possibilité d'avoir affaire à une orientation.

Diable a écrit :
01 août 2019, 14:46
La personne en question est plus apte que les autres à déterminer quelle sont ses orientations. Ce n’est pas aux autres personnes de le faire.
Donc c'est comme si tu penses que tu es plus apte que ton médecin pour diagnostiquer tes maladies ?
Certe, toi seule sais ce que tu ressens.
Mais en ce qui concerne l'interprétation de ce que tu ressens, c'est plus difficile.
-------- à mon humble avis -----------

Avatar du membre
Atil
Amibe
Messages : 75
Enregistré le : 10 juil. 2019, 15:38
Localisation : Nord
Pronom : il
A été aimé : 7 fois
Contact :

Re: Etes vous fier(e) d'être A ?

Message par Atil » 02 août 2019, 11:29

Grignoteuse de bouquins a écrit :
01 août 2019, 15:53
Un fantasme n'a pas énormément de signification sur la vie réelle d'un asexuel , puisque dans ce cas là il ne le concrétisera pas dans la vie réelle , simplement car il n'en n'a pas envie. (ou alors dans de rares cas , mais ça ne sera pas par désir) . Un homosexuel peut avoir des fantasmes hétérosexuels , tant que ça reste dans ses fantasmes , et qu'il ne se considère pas autrement que comme homosexuel , cette personne est homosexuelle , point . Pareil pour un asexuel . D'ailleurs , au passage , ce n'est pas parce qu'un jour un asexuel décide de concrétiser ses fantasmes que pouf d'un coup il n'est plus asexuel .


Pourtant on dit bien que ce n'est pas le comportement qui compte.
Si un asexuel a un rapport avec son conjoint pour lui faire plaisir, il reste un asexuel. Car c'est son non-désir qui le caractérise et non son comportement.
Alors pourquoi cela ne serait-il plus la même chose avec les fantasmes ?
Ce qui compte c'est le désir inclu dans le fantasme et non sa concrétisation (ou sa non-concrétisation).

Et puis il y a une différence entre avoir une idée une fois et avoir des fantasmes répétitifs et récurents.


Grignoteuse de bouquins a écrit :
01 août 2019, 15:53
Alors déjà tu trouves ça étrange si tu veux mais dans ton coin . Parce que tu as blessé des gens là . De plus , non les fantasmes ce n'est pas synonyme de refoulement , tu t'emmelles les pinceaux . Et les psys étudient ce qu'ils veulent , aucun rapport .


Tu te sens blessée parceque je t'oblige à réfléchir à des choses auxquelles tu n'as pas envie de réfléchir.
Avoir ses croyances remises en cause est toujours ressenti comme une agression.
Pourtant c'est comme ça qu'on progresse et qu'on améliore ses connaissances.


Grignoteuse de bouquins a écrit :
01 août 2019, 15:53
Si , tu nies un ressenti qui existe , c'est a dire quelqu'un qui est asexuel et qui a des fantasmes , ça existe . Et c'est blessant de dire que ces personnes sont des sexuels refoulés . Tu ne peux pas imposer ton raisonnement a partir du moment où il est blessant pour d'autres personnes.


Un raisonnement est valide ou invalide.
La réalité est ce qu'elle est, elle n'est pas ce qui nous arrange.
Si on démontre que "1+1-2" alors c'est que "1+1-2". Si quelqu'un veut interdire cette démonstration sous prétextes que cela le blesse alors c'est qu'il préfère ses croyances personnelles à la vérité.
Je n'ai pas à imposer mon raisonnement à qui que ce soit ... mais on ne peut pas m'interdire de raisonner non plus.
Sinon moi aussi je peux dire que ça me blesse.



Grignoteuse de bouquins a écrit :
01 août 2019, 15:53
Et alors ? On ne décide pas de se considérer par rapport a son ressenti ? La façon dont on décide de se considérer est quelque chose de réfléchi , qui a mûri plus ou moins longtemps dans la tête de certaines personnes . Donc ça reviendrait a dire que "mouais , vous les asexuels qui ont des fantasmes , vous n'êtes pas vraiment asexuels" . La , tu saisis a quel point c'est blessant ?


Un ressenti c'est trompeur.
C'est pour ça que, comme tu dis, il faut longtemps réfléchir avant d'en tirer des conclusions.
Cependant dire "ça me blesse" ce n'est pas un argument réfléchi : c'est un ressenti émotif.
C'est une manière d'interdire toute argumentation.


Grignoteuse de bouquins a écrit :
01 août 2019, 15:53
Tu fais encore une comparaison qui n'a pas lieu d'être . Oui , c'est seule la personne concerné qui peut décider si le mot asexuel lui correspond , et ou il se place dans le spectre . Ça ne se fait pas en deux secondes , mais on ne va pas demander aux autres de constater directement qui ils sont juste pour que ce soit plus simple et objectif a comprendre pour toi . "Un fait se constate , il ne se décide pas" . Bah , oui , personne n'a décidé d'être asexuel ici . Et les asexuels qui ont des fantasmes n'ont pas décidé d'avoir des fantasmes . Mais si ils se considèrent comme asexuels et qu'ils ont des fantasmes , et bien c'est parce qu'ils sont asexuels , point .


Donc c'est toi qui décide quelle maladie tu as et pas ton médecin ?
Toi seules peut savoir, même si connais moins la médecine que lui ?




Grignoteuse de bouquins a écrit :
01 août 2019, 15:53
La seule "condition" pour être asexuel , c'est de ne pas ressentir de désir sexuel pour autrui , ou peu . Un fantasme dirigé , ça ne veut pas dire que tu ressens du désir sexuel pour autrui . Donc ces personnes ne sont pas moins asexuelles qu'un asexuel qui n'aurait pas de fantasmes .


Pourquoi fantasmerai-je de manière récurrente sur une personne si je ne ressens pas de désir pour elle ?

C'est seulement dans le cas de fantasmes vraiment orientés sur personne qu'on peut dire qu'il n'y a aucune orientation. Mais je n'arrive pas à m'imaginer comment c'est construit. J'ai donc encore à apprendre.
-------- à mon humble avis -----------

Avatar du membre
Atil
Amibe
Messages : 75
Enregistré le : 10 juil. 2019, 15:38
Localisation : Nord
Pronom : il
A été aimé : 7 fois
Contact :

Re: Etes vous fier(e) d'être A ?

Message par Atil » 02 août 2019, 12:15

Orchis a écrit :
01 août 2019, 21:05

On dirait que tu confonds asexualité et apothisexualité (voire apathsexualité), ie la catégorie et la sous-catégorie.
Je pense qu'un certain pourcentage de gens se pensant asexuels sont en fait apothisexuels.

Mais si on essaie de leurs faire comprendre alors ils s'énervent et se prétendent blessés :(

Ce qui indique que les gens sont fiers de se dire asexuels (pour en revenir au sujet de ce topique).



Orchis a écrit :
01 août 2019, 21:05
Si tu doutes que les gens aiment les scénarios, je t'invite à découvrir :
  • le dino porn qui a fait mourir de rire des potes à moi qui se sont empressés de me faire partager leur découverte (comme "Taken by the T-Rex")
  • le hentai à base de tentacules sur lequel tu tombes rapidement si tu explore un peu trop l'univers des mangas (google est ton ami... ou pas)
  • les tentacules érotiques dont je viens de découvrir l'existence (punaise, c'est plus vieux que je ne pensais).
Si tu ne t'es pas lavé les yeux à l'eau de javel, tu pourras passer aux fanfics plus ou moins zoophiles (il y a des limites à ce que je supporte de lire quand même, un pote m'a assuré qu'il en existait à base de poney et de dieu/déesse araignée, je l'ai cru sur parole).
Je suis curieuse de voir quelle orientation tu déduis de tout ce merdier. :shock:
Si, aprés avoir vu ces sites, je passe mon temps à m'imaginer faisant l'amour avec des pieuvres, alors c'est que j'ai une orientation zoophile. Ou que ces sites m'ont donné une orientation zoophile :D

Mais il y a une différence entre "imaginer un truc, une fois, pour rigoler" et "avoir toujours le même fantasme".




Orchis a écrit :
01 août 2019, 21:05
Il est quand même beaucoup plus simple de garder des acteurs humains dans les fantasmes. Rien que pour le côté esthétique, déjà. En général, les gens trouvent plus beau des corps féminins ou masculins que celui d'une... tortue mutante par exemple. :roll:
Non, parce qu'avant de trouver du dino porn sexy, il doit falloir une sacré dose d'apprentissage. Ou aimer la situation décrite. Là, je ne sais pas.
Une idée me vient :
Un asexuel peut avoir une forte libido. Il peut fantasmer sur des situations érotiques, mais sans que les partenaires aient la moindre importance (seule la situation en elle-même les intéresse).
Mais alors, qu'est ce qui l'empèche d'avoir le même comportement dans la vie réelle ?
Un asexuel devrait donc avoir envie de faire l'amour avec n'importe qui ou avec n'importe quoi, le sexe étant plus important que l'identité du partenaire (un peu comme un pansexuel, alors).
Alors pourquoi n'est-ce pas ce qu'on observe, les asexuels ayant tendance au contraire à ne pas faire l'amour ?


Orchis a écrit :
01 août 2019, 21:05
Fantasmer sur une situation ? Par exemple, je pense qu'il y a des gens qui fantasment sur le fait de s'exhiber en public, d'avoir recours à des appareils science-fictifs de pseudo torture ou de porter des couches (!).
Donc on peut s'attendre qu'un grand pourcentage d'asexuels aient ce type de comportement... du moins, s'ils osent concrétiser leurs fantasmes.


Orchis a écrit :
01 août 2019, 21:05
Bon sang, ce n'est pas parce qu'un asexuel aime les scénarios ou fantasme sur des gens qu'il n'est plus asexuel. L'important, c'est ce que tu fais dans la vraie vie. Parce que sinon, on n'a qu'à dire aussi que tous les gens qui adorent les films de serial killer sont des serial killer. Mais ça va faire du monde à enfermer. :roll:
N'oublions pas que ce qui compte, dans la définition des asexuels, ce n'est pas leur comportement.
C'est ce qui est derrière.
-------- à mon humble avis -----------

Avatar du membre
Baelfire
BadAce
Messages : 3646
Enregistré le : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 628 fois
A été aimé : 920 fois

Re: Etes vous fier(e) d'être A ?

Message par Baelfire » 02 août 2019, 15:52

Cette discussion est en train de mal tourner, on va être obligés de sévir. Ca n'apporte que de la rancoeur ça va mal se terminer.

Au prochain post type "donneur de leçons et jugement" je verrouille.
♪Love is in the A ♫

Avatar du membre
Grignoteuse de bouquins
Avenista
Messages : 1389
Enregistré le : 02 oct. 2017, 19:17
Localisation : Nice
Pronom : Elle/Ael
A aimé : 399 fois
A été aimé : 269 fois

Re: Etes vous fier(e) d'être A ?

Message par Grignoteuse de bouquins » 02 août 2019, 16:14

Moi je vais arrêter de répondre . Ce que tu dis sur la maladie est faux , sur l'asexualité aussi , tes jugements a la noix , j'en ai assez . Et une personne censée s'excuse quand elle a blessé des gens . Au passage je n'ai jamais dit que c'est moi que tu avais blessée . Pour ma part , j'arrête de poster sur ce sujet . Effectivement ça serait dommage de verrouiller ce sujet pour une histoire de désaccord.
♠ Why frick frack when you can snick snack ? ♠ :cake:

Zimou
Administrateur
Messages : 4995
Enregistré le : 14 oct. 2010, 14:44
Pronom : Il
A aimé : 435 fois
A été aimé : 454 fois
Contact :

Re: Etes vous fier(e) d'être A ?

Message par Zimou » 02 août 2019, 17:47

Atil, il semble qu'il y a plein de chose que tu comprend pas, dans la sexualité comme dans l'asexualité. Je vais donc faire une mise au point car tes insinuations sur qui est asexuel, qui ne l'est pas, qui l'est plus, qui l'est moins est offensant et pas acceptable. les info que je vais donner sont des fait, donc pas ouvert au débat. Si tu comprend pas, soit, mais le fait que tu ne comprennent pas n'invalide pas l'asexualité des autres, ça n'invalide que ta compréhension des choses.
Atil a écrit :
02 août 2019, 10:08
Qu'en est-il alors des asexuels qui éprouvent de l'attirance sexuelle pour autrui dans leurs fantasmes mais pas dans la vie réelle ?
on ne ressent pas d'attirance sexuel lors d'un fantasme. l'attirance sexuel, c'est quand on a envi de faire quelque chose avec quelqu'un en vrai. un fantasme c'est imaginer faire quelque chose dans l'imaginaire. tu parle de 2 choses qui sont pas associable ensemble. l'asexualité ne concerne que l'attirance réelle qu'on a pour les gens, elle exclus tout ce qui se passe dans les fantasme.

Atil a écrit :
02 août 2019, 10:08
... mais ça complexifierait encore plus le système.
On aurait alors :
-Une orientation sexuelle dans la vie réelle.
-Une orientation sexuelle dans les fantasmes.
-Une orientation romantique dans la vie réelle.
-Une orientation romantique dans les fantasmes.
-Une orientation esthétique dans la vie réelle.
-Une orientation esthétique dans les fantasmes.
-Etc...

J'ai du mal à accepter que les fantasmes et la vie réelle soient à ce point dissociés.
J'aurai tendance à dire que, dans nos fantasmes, on exprime ce qu'on n'ose pas exprimer dans le monde réel.
Peut-être même révèlent-ils des tendances existant en nous et que nous n'osons même pas admettre et regarder en face.
que tu n'accepte pas que les fantasmes et la vie réelle peuvent être 100% dissocié, si tu veux. pour toi c'est peut être impossible à dissocier. pour d'autre c'est totalement dissociable. ton expérience n'a pas plus valeur de vérité que ceux qui dissocie totalement leur fantasme et la vie réelle. si tu n'arrive pas à dissocier l'un et l'autre, tu dois accepter que d'autre n'arrive pas à associer l'un et l'autre. si tu accepte ton ressenti et pas celui des autres qui a autant de valeur que le tien, ça va poser problème.
Atil a écrit :
02 août 2019, 10:29
ce n'est pas le comportement qui permet de classer les gens mais leurs désirs réels...
exactement, c'est leur désir réels, et pas leur désir fantasmé, imaginaire. tu confond fantasme et désir réelle et il faut vraiment que tu comprenne que ces 2 choses peuvent n'avoir aucun lien. pour certain il y a un lien, pour d'autre il n'y en a pas. le fait que pour certain il y a pas de lien n'a pas plus lieu d’être débattu que pour certain il y en a un. dans les 2 cas ce sont des fait.
Atil a écrit :
02 août 2019, 10:29
Je pense donc que de nombreuses personnes se pensent asexuelles alors qu'elles sont orientées sexuellement.
Simplement cette orientation n'est pas exprimée dans la vie réelle, elle est refoulée dans le subconscient et ne se voit que dans les fantasmes.
On a donc plutôt affaire à un blocage de la sexualité, ou à sa sublimation.
sur le principe je suis d'accord. en vrai il existe plein de raison pour que des personnes se pensent asexuel et en fait ne le sont pas. ça c'est le principe. dans la pratique, tu n'es personne pour dire qui ou qui n'est pas asexuel. donc dans la pratique, part du principe que si une personne dit qu'elle est asexuel, et bien elle l'est. tu sera jamais mieux placé qu'elle pour savoir ce qu'une personne ressent, pense, refoule ou pas, etc...
le fait est que jamais personne ne peut être sur à 100% qu'il est asexuel car on ne peut jamais prouver une absence. il est simplement impossible de tester tout ce qui fait qu'un personne pourrait en fait ne pas être asexuel. elle peut avoir une maladie, elle peut refouler quelque chose, elle peut avoir subit un traumatisme oublié, elle peut prendre un médicament qui lui supprime la libido, elle peut avoir un règlementent hormonal, etc... bref, si selon toi une personne n'est pas asexuel car elle prend des médicaments qui peuvent supprimer la libido, qu'elle a pas vérifier qu'elle a un dérèglement hormonal, qu'elle a peut être subit un traumatisme ou n'importe qu'elle autre raison, bas c'est simple personne n'est asexuel. du coup, le fonctionnement est simple : une personne se définit asexuel lorsqu'elle ne ressent pas d'attirance sexuel pour d'autre personne réelle (donc qui en gros ne ressentira jamais de frustration sexuel car il n'a pas eu de relation avec quelqu'un) et qu'elle n'a rien découvert qui cause cet état, que c'est son orientation.
en gros, si tu te pose une question sur des situations et que dans cette situations la question "et si il couche pas avec cette personne, est ce qu'iel serait frustré.e?" a pour réponse "non", alors la personne est asexuel.
Atil a écrit :
02 août 2019, 10:29
Moi-même j'ai déjà eu des relations sexuelles avec une femme. C'était pour lui faire plaisir... mais je ressentais ça comme une corvée.
Cependant si ça avait été avec un homme, je n'aurai pas pu car ça m'aurait dégouté encore plus.
Cet indice montre donc que j'ai bien une orientation, même si elle est faible : Je préfère bien les femmes aux hommes.
dans une tel situation, dans les 2 cas tu es asexuel, car tu n'a d'attirance ni pour les femme, ni pour les hommes. Tu as en plus un dégout pour les homme, et ça c'est un sujet qui n'a plus rien à voir avec l'orientation. mais dans les 2 cas, tu as la même attirance : aucune
Atil a écrit :
02 août 2019, 10:29
Ce qui n'empèche pas que d'autres asexuels puisse n'avoir réellement aucune orientation.
ne pas avoir d'orientation n'a pas de sens. soit tu en a pour certaine personnes, soit tu en as pour personne. mais tu as pas "pas d'orientation". l'asexualité EST une orientation. ce n'est pas parce qu'elle est dirigé par personne qu'elle n'existe pas. attention à ne pas dire que l'asexualité n'existe pas, ce sera offensant pour la totalité des personnes qui se définissent asexuel et ce ne sera pas accepter aussi.
Atil a écrit :
02 août 2019, 10:46
Pourquoi certaines se masturbent-elles toujours devant des photos de personnes du même sexe ?

Cela devrait permettre de savoir si elle est vraiment orientée ou pas.
on s'en fou, tu dérive encore en parlant des préférence des gens dans leur imaginaire, et pas de leur attirance réelle. donc on parle pas d'asexualité.
Atil a écrit :
02 août 2019, 10:46
Diable a écrit :
01 août 2019, 14:46
Tu me dis que je ne peux pas être asexuelle parce que j’ai des fantasmes. Comment oses-tu me dire que je ne peux pas me définir asexuelle ? Déjà que pour mes proches je suis juste une lesbienne sans libido, qui n’a pas assez d’expérience, etc. Je dois encore supporter qu’une personne dans le spectre de l’asexualité m’empêche de me définir comme je veux ? Alors oui, tes messages sont énormément blessants. C’est pas à toi de définir comment les personnes sont.
Si ton médecin te dis "Vous avez telle maladie", vas tu lui dire que toi seule peut décider quelle maladie tu as ? Vas tu dire que lui n'en a pas le droit et que cela te blesse ?
t'es pas médecin, et tu n'as aucun autorité pour dire qui est ou n'est pas asexuel donc tu va redescendre rapidement. il n'existe pas d'autorité pour définir qui ou qui n'est pas asexuel, la seul chose qui permet de le définir c'est si une personne ne ressent pas d'attirance sexuel pour les autre et que c'est une orientation. si elle te dit qu'elle a de l'attirance sexuel, tu peux lui dire qu'elle n'est pas asexuel. si elle montre clairement que c'est pas son orientation (qu'elle explique que c'est à cause d'un médicament, d'une maladie ou un truc que cette personne aura clairement identifié, et que sans ces cause elle as de l'attirance sexuel), tu peux lui dire qu'elle est pas asexuel. dans TOUS les autres cas, tu dis juste rien. il ne sera pas accepté ici que tu (ou n'importe qui d'autre) décide qui ou qui n'est pas asexuel pour des raisons autre que je viens de citer. que la personne se masturbe, qu'elle ai des fantasmes, ou qu'elle aient n'importe quoi autre que je viens de citer, si tu t'en sert pour déterminer si la personne est asexuel ou pas, il n'y aura pas d'autre avertissement. Tout simplement car ces éléments ne détermine PAS si une personne est asexuel ou pas. que tu puisse le comprend et/ou l'accepter ou pas, c'est un fait.
Atil a écrit :
02 août 2019, 10:46
Tu dis qu'il faut te laisser te définir comme tu VEUX.
C'est donc que tu ne vois pas l'asexualité comme une réalité scientifiquement établie mais plutôt comme une sorte de club auquel tu es libre d'adhérer ou pas, selon ton bon vouloir.
comment tu peux parler de réalité scientifique dans ton discours? Ce que tu dit est tout le contraire! je suis un passionné de science, j'ai d'ailleurs été intervenant en collaboration dans un podcast de scepticisme scientifique sur le sujet de l'asexualité il y a peu de temps. Je m’intéresse au scepticisme scientifique et au fonctionnement de la science depuis plusieurs année. Donc là ça va être simple : cherche à comprendre comment on définit une absence en science. et ensuite explique comment on peut se définir d'une absence, scientifiquement parlant. tu comprendra, comme je l'ai dit en haut, que c'est simplement impossible et que, en science, on ne définit absolument pas une absence comme on définit une présence.
Atil a écrit :
02 août 2019, 10:46
Si elle fantasme uniquement sur des scènes avec deux femmes, ne peut-on pas se poser des questions ?
elle, oui. toi, non.
Atil a écrit :
02 août 2019, 10:46
Mais en ce qui concerne l'interprétation de ce que tu ressens, c'est plus difficile.
et c'est surement pas toi qui est le mieux placé pour interpréter ce qu'elle ressent. d'une part parce que tu ne ressent pas ce qu'elle ressent, donc tu as absolument aucune idée de son ressenti (les mots ne sont reflètes jamais exactement un sentiment, on ne peut se faire qu'une vague idée, forcement différent du ressentie réelle) et d'autre part parce que tes compétences en interprétation de ressenti sont complétement nul.
Atil a écrit :
02 août 2019, 12:15
Une idée me vient :
Un asexuel peut avoir une forte libido. Il peut fantasmer sur des situations érotiques, mais sans que les partenaires aient la moindre importance (seule la situation en elle-même les intéresse).
Mais alors, qu'est ce qui l'empèche d'avoir le même comportement dans la vie réelle ?
Un asexuel devrait donc avoir envie de faire l'amour avec n'importe qui ou avec n'importe quoi, le sexe étant plus important que l'identité du partenaire (un peu comme un pansexuel, alors).
Alors pourquoi n'est-ce pas ce qu'on observe, les asexuels ayant tendance au contraire à ne pas faire l'amour ?
je répond pour moi dans ce cas, car c'est exactement moi. et la réponse est simple, ce qui m’empêche d'avoir ce comportement dans la vie réelle, c'est que je suis asexuel. j'ai des fantasme pour les situations, je les ait avec des femmes car je suis hétéro-romantique, les femmes me sont sexuellement indifférent alors que les hommes vont plus me repousser. donc dans un fantasme, ce sera avec une femme. bien qu'il peut m'arriver d'avoir des fantasmes avec des femmes trans (mais ça reste des femme) alors que c'est quelque chose qui me repoussera aussi en réelle. je le répète encore, le fantasme n'est pas un reflet de ce qu'on souhaite faire en réalité. Si pour toi c'est le cas, soit. c'est pas le cas pour tout le monde, c'est comme ça. le fait est que de toute façon on s'en fou des fantasmes. c'est bien pour se poser des question aider à comprendre nos ressenti, mais ne définit de toute façon pas l'asexualité.
Atil a écrit :
02 août 2019, 12:15
Donc on peut s'attendre qu'un grand pourcentage d'asexuels aient ce type de comportement... du moins, s'ils osent concrétiser leurs fantasmes.
non toujours pas. j'ai eu aussi des fantasme que j'avais jamais osé concrétisé car en tant qu'asexuel, je m'en fou de les concrétiser. j'ai eu l'occasion de les concrétiser avec une personne avec qui j'étais suffisamment en confiance. ça ne m'attire pas pour autant, j'ai jamais eu envi de le conrétiser et je n'en ai toujours pas envi. j'ai saisie l'occasion pour tester, si on me le propose de nouveau je dirais pas non car ça me repousse pas et j'y ai du plaisir, mais ça ne m'attire pas non plus sexuellement parlant.


Atil a écrit :
02 août 2019, 12:15
Orchis a écrit :
01 août 2019, 21:05
Bon sang, ce n'est pas parce qu'un asexuel aime les scénarios ou fantasme sur des gens qu'il n'est plus asexuel. L'important, c'est ce que tu fais dans la vraie vie. Parce que sinon, on n'a qu'à dire aussi que tous les gens qui adorent les films de serial killer sont des serial killer. Mais ça va faire du monde à enfermer. :roll:
N'oublions pas que ce qui compte, dans la définition des asexuels, ce n'est pas leur comportement.
C'est ce qui est derrière.
oui je confirme, Orchis n'est simplement pas assez précis : ce n'est pas le comportement réelle qui compte, c'est leur attirance réelle. pas ce qui se passe dans leur imaginaire, qui ne reflète pas ce qu'un asexuel a comme attirance réelle.
Atil a écrit :
02 août 2019, 11:29
Pourtant on dit bien que ce n'est pas le comportement qui compte.
Si un asexuel a un rapport avec son conjoint pour lui faire plaisir, il reste un asexuel. Car c'est son non-désir qui le caractérise et non son comportement.
Alors pourquoi cela ne serait-il plus la même chose avec les fantasmes ?
Ce qui compte c'est le désir inclu dans le fantasme et non sa concrétisation (ou sa non-concrétisation).
Il n'y a pas de désir inclue dans un fantasme. un fantasme n'est pas un désir, c'est une chose qu'on imagine. qui peut être un désir certes, mais qui peut tout autant ne pas du tout l’être. il faut totalement détacher ce lien que tu as fait entre désir ou attirance et fantasme : ce n'est pas parce que tu fait ce lien que c'est lier chez tout le monde. met toi dans la tête que non, pour une personne asexuel, ce n'est pas lié. et c'est tres simple à déterminer pour un asexuel si c'est lié ou pas : si on a pas envi de faire en vrai ce qu'on fait dans nos fantasme, que ça ne nous attire pas de le concrétiser, alors ce n'est pas lié.
Atil a écrit :
02 août 2019, 11:29
Tu te sens blessée parceque je t'oblige à réfléchir à des choses auxquelles tu n'as pas envie de réfléchir.
Avoir ses croyances remises en cause est toujours ressenti comme une agression.
Pourtant c'est comme ça qu'on progresse et qu'on améliore ses connaissances.
tu es borné dans le fait que si quelqu'un te dit que c'est pas parce qu'il as un fantasme qu'il a une attirance, et tu refuse de te remettre en question. pourtant c'est une réalité pour les asexuels qui ont des fantasmes. et malgré cette réalité, tu refuse de remettre en cause tes croyances. Pourtant c'est comme ça qu'on progresse et qu'on améliore ses connaissances.
tu comprend que ce que tu dis est un sophisme et n'a aucune valeur d'argument? dans ton imagination tu pense que la personne est blessé parce que tu l'oblige à réfléchir. c'est vraiment la seul raison possible au fait qu'elle soit blessé? il n'y a aucune autre possibilité? et selon toi c'est vraiment la raison la plus probable? le fait que tu refuse d'écouter et de comprendre ce qu'une personne se donne du mal à essayer de t'expliquer du fond de son coeur, que tu dise ce qu'elle ressent alors que tu en a absolument aucune idée et que t'es très loin d’être en capacité de comprendre ce qui lui permet de se définir asexuel (donc que t'as un comportement plus que limite) n'est pas une raison beaucoup plus probable qu'elle se sente blessé? le rasoir d’Ockham ça devrait te parler un peu... Je pense que si je disais que tu n'y comprenais rien à la science, que tu dis que de la merde sur ce sujet et que ça te blessait, il est plus probable que tu soit blessé parce que je dit de la merde alors que je ne te connais pas plutôt que parce que je remet en question ce que tu pense de toi.

Atil a écrit :
02 août 2019, 11:29
Grignoteuse de bouquins a écrit :
01 août 2019, 15:53
Si , tu nies un ressenti qui existe , c'est a dire quelqu'un qui est asexuel et qui a des fantasmes , ça existe . Et c'est blessant de dire que ces personnes sont des sexuels refoulés . Tu ne peux pas imposer ton raisonnement a partir du moment où il est blessant pour d'autres personnes.

Un raisonnement est valide ou invalide.
La réalité est ce qu'elle est, elle n'est pas ce qui nous arrange.

totalement. et ce que ressentent ces gens est bien réelle. à partir du moment ou on parle de ressenti, c'est forcement réelle. il peut etre causé par quelque chose qui est incorrecte, une incompréhension, n'importe quoi, mais le ressenti est bien là quoi qu'il arrive. et ça ne semble pas t'arranger. elle parle de ressenti, et toi tu dévies en parlant de raisonnement. ne cherche pas à déplacer la conversation dans un sens qui te donnera raison, c'est malhonnête. Grignoteuse à raison, tu nie un ressenti qui existe. et cette réalité te dérange, tu préfère croire que leurs ressenti est invalide.
Atil a écrit :
02 août 2019, 11:29
Un ressenti c'est trompeur.
C'est pour ça que, comme tu dis, il faut longtemps réfléchir avant d'en tirer des conclusions.
Cependant dire "ça me blesse" ce n'est pas un argument réfléchi : c'est un ressenti émotif.
C'est une manière d'interdire toute argumentation.
ce n'est pas un moyen d'interdire toute argumentation, les arguments ont été donné, tu les comprend pas, les acceptes pas et tu persiste dans tes erreurs. du coup ça blesse les gens. Je l'ai dit plus haut et je le répète une dernière fois : le fantasme n'est pas le reflet de l'attirance sexuel pour une personne. c'est un fait et si il te dérange, comme tu le dis, c'est pareille. en science, une personne qui avance quelque chose doit le prouver. tant qu'il n'y a pas de preuve, on peut démolir cette hypothèse sans preuve. prouve scientifiquement qu'il y a un lien entre fantasme et attirance sexuel pour tout le monde sans exception, ou alors arrête de croire que ce lien existe chez tout le monde et accepte que ce lien peut ne pas exister chez plein de gens.
Atil a écrit :
02 août 2019, 11:29
Donc c'est toi qui décide quelle maladie tu as et pas ton médecin ?
Toi seules peut savoir, même si connais moins la médecine que lui ?
c'est tellement malhonnête comme argument... on sent une grosse dissonance cognitive. t'es pas médecin et on parle pas de maladie. tu sais qui est le plus apte à se définir homo ou hétéro? la personne concerné. pas une personne extérieur. ça n'a donc rien à voir avec un médecin qui diagnostique une autre personne. Complétement à coté de la plaque. ça sens très fort l'effet dunning-kruger. tu crois tout savoir alors que t'as aucune compétence. moi qui n'ai pas de compétence mais est très informé sur l'asexualité et les différences entre tous les asexuels, jamais je n'affirmerai quoi que ce soit à ce sujet comme tu le fait, du type que si une personne à des fantasme avec quelqu'un, alors elle à une attirance sexuel.
Atil a écrit :
02 août 2019, 11:29
Pourquoi fantasmerai-je de manière récurrente sur une personne si je ne ressens pas de désir pour elle ?

C'est seulement dans le cas de fantasmes vraiment orientés sur personne qu'on peut dire qu'il n'y a aucune orientation. Mais je n'arrive pas à m'imaginer comment c'est construit. J'ai donc encore à apprendre.
avoir une orientation pour une personne n'est pas avoir une orientation pour la sexualité. comme je l'ai dit plus haut, je suis hétéro-romantique. je suis attiré par les femmes de façon romantique et physique. voilà pourquoi mes fantasme sont orienté vers un genre spécifique. comme quelqu'un te l'a expliqué la haut, il existe plein d'attirance différente : physique, psychologique, romantique, et plein d'autre (je les connais pas toutes). ces attirance peuvent être orienté vers un genre : une femme, un homme ou autre. et ça peut expliquer leur présence dans un fantasme. mais encore une fois je me rend compte que je me casse le cul à expliquer ce qui peut se passer dans l'imaginaire des gens alors que cet imaginaire ne veut en aucun cas dire que la personne à envi de concrétiser ça de façon réelle pour des raison sexuel. car peut importe le comportement, ce qui différencie un asexuel d'un sexuel, c'est qu'il a envi de concrétiser quelque chose de sexuel (fantasme ou pas) de façon réelle, pour une raison sexuel (donc pas que pour le plaisir, pas que pour se reproduire, pas que pour faire plaisir à ça partenaire ou autre).


Les réponses que je viens de donné est la mienne. cependant, dans l'équipe de modération, on t'avertit : sois tu arrête de dire qui ou qui n'est pas asexuel tant que tu n'a aucun élément pour prouver que la personne n'est pas asexuel (qui comme je l'ai dit sont "si la personne dit qu'elle à de l'attirance" et "si la personne dit que son absence d'attirance est causé par quelque chose et que sans cette cause, elle a de l'attirance sexuel", donc que c'est pas une question d'orientation), soit on banni. D'autant plus si la personne se sent blessé comme c'est le cas ici.
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image

Piccolo
Atrix
Messages : 1735
Enregistré le : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 113 fois

Re: Etes vous fier(e) d'être A ?

Message par Piccolo » 02 août 2019, 21:18

Orchis a écrit :
02 août 2019, 07:08
Piccolo a écrit :
01 août 2019, 23:34
Fais gaffe, tu vas énerver Raphael.
:lol:

Je m'excuse platement et je retire ce que j'ai dit sur les tortues mutantes. Surtout que je viens de découvrir qu'une "parodie porno" des Tortues Ninja est sortie. :lol:

https://fr.ubergizmo.com/2016/05/09/tor ... porno.html
Je pense que ça ira pour cette fois :wink:

Ah les détournements porno, la dure loi d'Internet...beurk.

Avatar du membre
Atil
Amibe
Messages : 75
Enregistré le : 10 juil. 2019, 15:38
Localisation : Nord
Pronom : il
A été aimé : 7 fois
Contact :

Re: Etes vous fier(e) d'être A ?

Message par Atil » 03 août 2019, 12:16

Zimou a écrit :
02 août 2019, 17:47
Atil, il semble qu'il y a plein de chose que tu comprend pas, dans la sexualité comme dans l'asexualité. Je vais donc faire une mise au point car tes insinuations sur qui est asexuel, qui ne l'est pas, qui l'est plus, qui l'est moins est offensant et pas acceptable. les info que je vais donner sont des fait, donc pas ouvert au débat.
Je pense, au contraire, que ce ne sont pas des faits mais des suppositions qui sont encore en train d'être débattues par la science.
Si on regarde sur le Web, on voit que toutes ces notions sur la sexualité sont encore dans un stade de recherche et que les avis des spécialistes peuvent diverger.
Il n'y a donc pas de quoi s'offenser au sujet de choses dont les définitions sont encore peu stables et sujettes à révision.
En fonction du résultat progressif des recherches, je peux trés bien être classé "asexuel" aujourd'huis et classé par un autre mot demain. Et je n'aurai aucune raison de me sentir blessé ni d'avoir du ressentiment envers les chercheurs qui atront affiné leurs analyses.

Zimou a écrit :
02 août 2019, 17:47

on ne ressent pas d'attirance sexuel lors d'un fantasme. l'attirance sexuel, c'est quand on a envi de faire quelque chose avec quelqu'un en vrai. un fantasme c'est imaginer faire quelque chose dans l'imaginaire. tu parle de 2 choses qui sont pas associable ensemble. l'asexualité ne concerne que l'attirance réelle qu'on a pour les gens, elle exclus tout ce qui se passe dans les fantasme.
Si je fantasme de manière récurente sur une chose alors c'est forcément que cette chose me plait et m'attire.
Si je suis passionné de timbre dans le monde réel, alors je peux fantasmer sur le fait que je vais me procurer le timbre le plus rare du monde.
Mais je ne vais pas fantasmer DE MANIERE RECURENTE sur mon obtention de la pièce de monnaie la plus rare du monde.
Si je fantasme sur une chose c'est que j'aimerai l'avoir dans le monde réel, mais que je ne le peux pas (pour des raisons physiques ou morales).
Si je prétends fantasmer sur une chose DE MANIERE RECURENTE sans raison, sans m'y intéresser, alors c'est que je me mens à moi-même.

C'est de la psychologie élémentaire.




Zimou a écrit :
02 août 2019, 17:47

que tu n'accepte pas que les fantasmes et la vie réelle peuvent être 100% dissocié, si tu veux. pour toi c'est peut être impossible à dissocier. pour d'autre c'est totalement dissociable. ton expérience n'a pas plus valeur de vérité que ceux qui dissocie totalement leur fantasme et la vie réelle. si tu n'arrive pas à dissocier l'un et l'autre, tu dois accepter que d'autre n'arrive pas à associer l'un et l'autre. si tu accepte ton ressenti et pas celui des autres qui a autant de valeur que le tien, ça va poser problème.
Je le nie parceque c'est illogique.
Tout ayant une cause, si je vois telle chose dans mes fantasmes, c'est donc forcément qu'elle a une cause.
Il est impossible de fantasmer sans cause... donc sans un désir derrière.


Zimou a écrit :
02 août 2019, 17:47
exactement, c'est leur désir réels, et pas leur désir fantasmé, imaginaire. tu confond fantasme et désir réelle et il faut vraiment que tu comprenne que ces 2 choses peuvent n'avoir aucun lien. pour certain il y a un lien, pour d'autre il n'y en a pas. le fait que pour certain il y a pas de lien n'a pas plus lieu d’être débattu que pour certain il y en a un. dans les 2 cas ce sont des fait.
Je nie que ce soit des faits.
A moins que tu ne connaisses des études de psychologie pouvant me prouver que je me trompe.



Zimou a écrit :
02 août 2019, 17:47
sur le principe je suis d'accord. en vrai il existe plein de raison pour que des personnes se pensent asexuel et en fait ne le sont pas. ça c'est le principe. dans la pratique, tu n'es personne pour dire qui ou qui n'est pas asexuel. donc dans la pratique, part du principe que si une personne dit qu'elle est asexuel, et bien elle l'est. tu sera jamais mieux placé qu'elle pour savoir ce qu'une personne ressent, pense, refoule ou pas, etc...
Je n'accuse personne.
Je parle juste en général.
Donc il n'y a aucune raison pour que les gens le prennent personnellement.

Pourquoi peux-tu dire "il existe plein de raison pour que des personnes se pensent asexuel et en fait ne le sont pas", alors que moi je n'aurais pas le droit de le dire ?


Zimou a écrit :
02 août 2019, 17:47
le fait est que jamais personne ne peut être sur à 100% qu'il est asexuel car on ne peut jamais prouver une absence. il est simplement impossible de tester tout ce qui fait qu'un personne pourrait en fait ne pas être asexuel. elle peut avoir une maladie, elle peut refouler quelque chose, elle peut avoir subit un traumatisme oublié, elle peut prendre un médicament qui lui supprime la libido, elle peut avoir un règlementent hormonal, etc... bref, si selon toi une personne n'est pas asexuel car elle prend des médicaments qui peuvent supprimer la libido, qu'elle a pas vérifier qu'elle a un dérèglement hormonal, qu'elle a peut être subit un traumatisme ou n'importe qu'elle autre raison, bas c'est simple personne n'est asexuel. du coup, le fonctionnement est simple : une personne se définit asexuel lorsqu'elle ne ressent pas d'attirance sexuel pour d'autre personne réelle (donc qui en gros ne ressentira jamais de frustration sexuel car il n'a pas eu de relation avec quelqu'un) et qu'elle n'a rien découvert qui cause cet état, que c'est son orientation.
en gros, si tu te pose une question sur des situations et que dans cette situations la question "et si il couche pas avec cette personne, est ce qu'iel serait frustré.e?" a pour réponse "non", alors la personne est asexuel.
Ce n'est qu'une question de définition de mot.
Il suffit juste de voir si notre cas personnel colle bien à la définition du mot "asexuel".
A condition que ce mot soit défini bien clairement.
... et logiquement.


Zimou a écrit :
02 août 2019, 17:47
dans une tel situation, dans les 2 cas tu es asexuel, car tu n'a d'attirance ni pour les femme, ni pour les hommes. Tu as en plus un dégout pour les homme, et ça c'est un sujet qui n'a plus rien à voir avec l'orientation. mais dans les 2 cas, tu as la même attirance : aucune
L'attirance est un continuum, un spectre.
On passe de la grande attirance à la faible attirance, puis à l'indifférence, puis au petit dégout, puis au grand dégout.
Si je suis plus dégouté par un homme que par une femme alors c'est une orientation.
Une véritable non-orientation ça devrait correspondre à une indifférence totale autant pour les hommes que pour les femmes.
Mais ce n'est pas génant : aprés tout l'asexualité est un spectre : on peut être plus ou moins asexuel, c'est à dire plus ou moins proche de l'indifférence totale.

Zimou a écrit :
02 août 2019, 17:47

on s'en fou, tu dérive encore en parlant des préférence des gens dans leur imaginaire, et pas de leur attirance réelle. donc on parle pas d'asexualité.
Dans ce cas il existe deux sortes d'asexualités : une dans le monde réel et une dans le monde de l'imagination.
Et il en est de même pour toutes les sortes de sexualité.

Et quand un pervers finit par réaliser ses fantasmes dans le monde réel, comment va-t-on expliquer cela si ces deux mondes sont totalement distincts ?

Le fantasme n'est qu'une réalité qu'on refuse d'assumer et qu'on refoule.
-------- à mon humble avis -----------

Zimou
Administrateur
Messages : 4995
Enregistré le : 14 oct. 2010, 14:44
Pronom : Il
A aimé : 435 fois
A été aimé : 454 fois
Contact :

Re: Etes vous fier(e) d'être A ?

Message par Zimou » 03 août 2019, 13:01

j'ai suffisamment perdu de temps à expliquer les choses : tu affirme la présence d'un lien entre fantasme récurent et réalité, pour tout le monde et sans exception. ça montre que tu n'y connait rien en science, ce n'est pas à la personne qui réfute quelque chose de prouver que ça n'existe pas, c'est à la personne qui affirme que ça existe de ne prouver. dire que personne n'a de fantasme sans aucun lien avec la réalité est anti scientifique, un scientifique ne dit jamais "jamais" ni "toujours" dans un sujet de sociologie humaine comme ça. de plus tu utilise plusieurs terme provenant de la psychanalyse (et non la psychologie comme tu le prétend) qui n'a rien de scientifique. d'ailleurs, ton hypothèse sur le fait que les fantasmes son le reflet du réelle est une hypothèse qui vient de la psychanalyse, qui n'a rien de scientifique.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fantasme_(psychologie)
Le fantasme — parfois orthographié phantasme — est une manifestation, consciente ou inconsciente, d’un désir. C'est un concept majeur de la psychanalyse.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Psychanalyse
La psychanalyse fait l'objet, depuis l'origine, de critiques et de discussions à la fois internes au mouvement psychanalytique et extérieures à ce mouvement, concernant son caractère scientifique, la pertinence de sa description du psychisme, et son efficacité thérapeutique.
Wikipedia est gentil dans sa description, mais coté scepticisme scientifique, on est beaucoup plus clair sur le sujet :
https://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/psychoan.html
La psychanalyse est l'ancêtre de toutes les psychothérapies pseudo-scientifiques, et ne cède qu'à la scientologie le titre de principale source d'affirmations fallacieuses au sujet de l'esprit, de la santé mentale et de la maladie mentale.
Bref, j'ai sourcé que tu dis que de la merde, que ça blesse les gens, maintenant tu as le choix : stop ou ban. je l'ai dit et je le répéterai pas, il y a pas débat. donc stop.
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image

Avatar du membre
Aphélie
Ace in space
Messages : 1616
Enregistré le : 12 déc. 2016, 15:31
Localisation : Alpha Quadrant
Pronom : Elle
A aimé : 257 fois
A été aimé : 460 fois

Re: Etes vous fier(e) d'être A ?

Message par Aphélie » 03 août 2019, 14:23

Atil a écrit :
03 août 2019, 12:16
Si je fantasme de manière récurente sur une chose alors c'est forcément que cette chose me plait et m'attire.
Je vais revenir là-dessus (y a beaucoup de choses à dire sur le reste qui est grinçant et problématique mais je pense qu'on t'a déjà répondu sur pas mal de points et j'ai vraiment pas la foi de me lancer là-dedans) parce que c'est ultra malsain comme mode de pensée et que c'est un peu la base de pourquoi ton raisonnement est bancal.

Je prends comme exemple le fantasme du viol, qu'on retrouve d'ailleurs régulièrement auprès de victimes d'un viol comme une manière de gérer leur trauma (puisque dans leur tête, elles contrôlent ce qui se passe) : t'as vraiment envie d'envoyer le message qu'en fait ces gens là ont réellement envie de se faire violer, pour certaines de repasser par un épisode qui leur a été traumatique ?
Et même sans parler de fantasme sexuel hein : on va traiter de meurtrier toute personne qui s'est un jour imaginée en tuer une autre ? Honnêtement, il me suffit d'écouter une musique badass pour m'imaginer fighter la terre entière, et je n'ai jamais levé la main sur quiconque.

Réfléchis un peu avant de faire ce genre de raccourcis : il y a une raison pour laquelle le fantasme ≠ la réalité. C'est l'intérêt du fantasme de pouvoir nous permettre d'imaginer des scénarios qui ne se produiront pas, dont bon nombre que nous ne souhaiterions réellement pas voir se produire.

Et au-delà du débat, tu ne peux pas décider qui est asexuel.le ou non, point barre. Déjà parce que ce n'est pas toi qui définit ce qu'est l'asexualité. Ensuite parce que tu n'es pas dans la tête des gens. Un médecin constate des symptômes, il fait des tests, des analyses, il a des résultats visibles. Ce qui se passe dans la tête d'une personne, personne ne peut le savoir. Et peut-être que parfois certaines se trompent et découvrent plus tard qu'elles n'étaient pas A : et alors ? Tu préfères vraiment fermer la porte à quelqu'un qui cherche des réponses et pense les avoir trouvées que de prendre le "risque" qu'elle ne soit pas vraiment A ? En quoi ça te concerne finalement, s'il y a des personnes dans la communauté qui ne sont pas réellement A ? Qu'est-ce que ça peut bien faire ? La vie est suffisamment compliquée pour qu'on ne mette pas inutilement des bâtons dans les roues des gens. Tu essaies de faire de l'asexualité ce que tu veux que ce soit, et d'en distribuer les cartes VIP à qui tu le souhaites en prétendant le faire au nom d'une vérité que tu ne comprends pas : ça ne marche pas comme ça. Remets-toi un peu en question avant de pousser les gens à en faire autant.
"Though my soul may set in darkness, it will rise in perfect light, I have loved the stars too fondly to be fearful of the night." ― Sarah Williams

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité