Introspection et questions sur ma (non)sexualité

Vous avez des questions sur l'asexualité ?
C'est ici que ça se passe.
Répondre
Judabricot
Néophyte
Messages : 1
Enregistré le : 23 nov. 2017, 20:09

Introspection et questions sur ma (non)sexualité

Message par Judabricot » 23 nov. 2017, 21:19

Bonsoir,

Si je poste aujourd'hui c'est car de nombreuses questions me taraudent l'esprit. Je m'intéresse depuis peu aux différentes formes d'orientations et d'attirances, et notamment à l'asexualité, en parti parce que je remets beaucoup ma (non)sexualité en question. Je préviens d'avance, ce post est quelque chose que j'avais envie d'écrire depuis des années mais que je ne savais pas où le faire. Cela va donc être long, potentiellement indigeste, mais le plus clair et sincère possible.
Donc si vous prenez le temps de me lire jusqu'au bout, je vous en suis éternellement reconnaissant.

Mais peut-être devrais-je commencer par me présenter...?

Alors je suis un jeune homme de 22 ans ayant toujours eu quelques problèmes de poids (surpoids/obésité légère). Depuis environ 4 ans, ça va néanmoins nettement mieux, mais je suis quand même loin d'avoir un corps jugeable comme étant "agréable à l'œil".
De visage je suis aussi quelqu'un d'assez "lambda", je n'ai pas de traits particuliers, si je devais me définir ça serait vraiment comme étant "moyen".

Cette apparence couplée à ma personnalité très introvertie, réservée, peu bavarde et ayant une certaine facilité à l'attachement sentimentale, ne m'a clairement pas desservie dans ma recherche d'une partenaire. A 22 ans aujourd'hui, je suis toujours vierge/puceau, et la dernière fille que j'ai embrassé remonte il y a bien 7-8 ans.

Comme beaucoup de garçons/filles de mon âge, j'ai eu des crushs, que j'ai parfois tenté d'amener plus loin et qui se sont tout le temps conclus par des rejets ("Je t'aime beaucoup, mais t'es un ami"). J'ai aussi pas mal de convictions et d'idées arrêtées quant aux nuits sans lendemain, application type Tinder, etc... je fuis littéralement ça comme la peste car ça véhicule une image consumériste de la relation intime et ça me donne de l'urticaire. J'ai toujours vu l'acte sexuel comme un acte porteur de sens, à ne pas prendre à la légère, alors "tirer mon coup" nah, très peu pour moi. Est-ce donc là une forme d'abstinence de ma part ?

Ces rejets m'ont amené de nombreuses fois à questionner mon orientation sexuelle, car même si je suis attiré par les femmes (il m'est absolument impossible de me masturber en voyant ou pensant à des hommes), je me suis dit que ma non-réussite avec le genre féminin venait peut-être du fait que je n'étais pas fait pour être avec des femmes.

Puis avec le temps je me suis dit que c'était peut-être plus complexe que ça. Le dernier crush en date remonte à l'an dernier, et s'est là aussi terminé sur un rejet légèrement mâtiné de haine car la fille en question avait clairement joué avec mes sentiments.

Mais je me rends compte avec mes différents crushs que ce qui me motivait avant toute chose n'était pas une attirance physique ou sexuelle envers ces filles (bon, j'avoue que j'accorde quand même du crédit aux yeux/au regard) mais une certaine forme de feeling/complicité. Ces filles étaient dans 90% des cas des filles avec qui j'avais déjà un lien d'amitié assez prononcé (durant mes années collège j'étais un peu le "nounours" qui était proche de pas mal de filles).

Du coup je me suis dit que je correspondais peut-être plus à l'archétype du demi sexuel. Puis ces dernières semaines en y repensant, je me rends compte que je n'éprouve quasiment plus d'attrait pour le sexe. Ma masturbation est au mieux un moyen de couper court à une érection et au pire un moyen pour moi de tuer le temps (c'est triste dit comme ça, je vous l'accorde).

De plus je me suis lié d'amitié avec une fille ouvertement homosexuelle, et on a une relation assez proche et c'est nouveau pour moi parce que je sais, et j'accepte complètement, que c'est une relation qui n'a aucun aboutissement possible sur le plan sexuel, mais en même temps j'arrive pas à m'empêcher d'éprouver une très forte attirance sensuelle (ce besoin de contact humain, de toucher sa peau, de la prendre dans mes bras, etc..., sans que ça aille plus loin). Et j'ai l'impression qu'en ayant juste cette dose de contact humain, de chaleur humaine, avec elle, je pourrais me contenter de ça comme "relation" et je n'éprouverai pas le besoin de chercher quelque chose de plus (avec elle ou avec quelqu'un d'autre). Cela ferait-il du coup de moi un asexuel...?

Bon je crois que j'en ai assez dit pour ce soir, je mentionne rapidement le fait que cette remise en question est difficile pour moi car j'ai toujours visionné mon avenir par le prisme de la paternité. Je me fiche du travail que je ferais dans 10 ans, de quel tronche j'aurais, etc...
Tout ce que je sais, c'est que je veux être père, que c'est la seule chose qui me pousse à m'accrocher à la vie actuellement.

Et donc voilà, aujourd'hui je suis dans une impasse, je n'arrive plus à savoir qui je suis, où je me situe sur le spectre de la sexualité, tout est beaucoup trop flou.

J'aurais aimé savoir si vous aviez vécu des parcours similaires, ou aviez vu des cas semblables au mien, que je sache un peu mieux à quoi m'en tenir.

Merci, et encore désolé de la taille de mon message.
Passez tous et toutes une agréable soirée.

Avatar du membre
clotaire
Aveuglant
Messages : 2973
Enregistré le : 24 avr. 2016, 15:46
Localisation : Auvergne - Rhône-Alpes
Pronom : peut être tutoyé ;)
A aimé : 591 fois
A été aimé : 569 fois

Re: Introspection et questions sur ma (non)sexualité

Message par clotaire » 23 nov. 2017, 22:06

Bienvenue Judabricot :-)

Merci pour ton témoignage qui me touche beaucoup !
J'ai 12 ans de plus que toi, et un peu plus de recul je pense. Mais j'ai vécu des crush + approche suivie d'un rejet à 2-3 reprises, la dernière fois il y a 6 ans. Comme toi, cela m'a questionné (au fond, suis-je vraiment fait pour ça ?), et aujourd'hui j'ai l'impression d'aborder mes sentiments avec plus de détachement (sans être sûr que ça soit une bonne chose)

Ce que tu dis par rapport aux nuits sans lendemains : j'ai eu la même posture à ton âge et avant, me disant que j'étais contre, etc. (en fait je me rends compte que c'était une manière d'étouffer mon absence de désir). Le jour où j'ai décidé de m'affranchir de ce genre de contingence morale, je me suis aperçu qu'en fait je n'avais juste pas envie...

Les formes d'attirance basées sur la complicité, les crush avec des femmes avec qui on a déjà des liens d'amitié... Tout pareil pour moi !

La question de la paternité : j'en rêve aussi, c'est resté un désir très fort, mais je crois que j'ai appris à m'en détacher, même si ce n'est pas facile. Je peux dire aujourd'hui (ce n'était pas le cas il y a quelques années) à accepter ma vie même sans descendance physique, et je me sens plus libre en n'ayant pas ce genre d'objectif absolu.

A bientôt :-)

Avatar du membre
didou
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2020
Enregistré le : 24 oct. 2015, 19:22
Localisation : Nozay, Essonne
Pronom : il
A aimé : 160 fois
A été aimé : 468 fois

Re: Introspection et questions sur ma (non)sexualité

Message par didou » 23 nov. 2017, 23:24

Judabricot a écrit :
23 nov. 2017, 21:19
mais je suis quand même loin d'avoir un corps jugeable comme étant "agréable à l'œil".
Encore que la notion "d'agréable à l'œil" ne soit pas la même pour tout le monde. Personnellement, je trouve souvent mignonnes les filles qui ont un peu de formes (bon, sans arrière-pensée) et foin des mannequins aux osselets saillants, les cils proéminents, et les tailles de guêpes.
Judabricot a écrit :
23 nov. 2017, 21:19
De visage je suis aussi quelqu'un d'assez "lambda", je n'ai pas de traits particuliers, si je devais me définir ça serait vraiment comme étant "moyen".
Oui, bin c'est le cas d'à peu près tout le monde.
Judabricot a écrit :
23 nov. 2017, 21:19
A 22 ans aujourd'hui, je suis toujours vierge/puceau, et la dernière fille que j'ai embrassé remonte il y a bien 7-8 ans.
Bin écoute, moi, à ton âge c'était pareil, sauf que je n'avais que fait un petit bisous sur la bouche à une fille, mais vraiment furtif. Donc pas de panique.
Judabricot a écrit :
23 nov. 2017, 21:19
J'ai aussi pas mal de convictions et d'idées arrêtées quant aux nuits sans lendemain, application type Tinder, etc... je fuis littéralement ça comme la peste car ça véhicule une image consumériste de la relation intime et ça me donne de l'urticaire. J'ai toujours vu l'acte sexuel comme un acte porteur de sens, à ne pas prendre à la légère, alors "tirer mon coup" nah, très peu pour moi. Est-ce donc là une forme d'abstinence de ma part ?
NON, ce n'est pas une forme d'abstinence de ta part. C'est juste la manifestation de valeurs profondes que tu as (et que je juge fort raisonnables). Personnellement, j'ai mis des décennies à mettre un mot sur mon ressenti de la sexualité, mais en tout cas, j'étais conscient que c'était un truc qui ne me tentait franchement pas. Pour autant j'ai eu des jujus, avec mon ex-femme, la seule avec qui j'ai consenti à avoir des relations. Et avant et après, l'idée de faire pilou-pilou un coup d'un soir m'a toujours semblé rédhibitoire.
Judabricot a écrit :
23 nov. 2017, 21:19
Ces rejets m'ont amené de nombreuses fois à questionner mon orientation sexuelle, car même si je suis attiré par les femmes (il m'est absolument impossible de me masturber en voyant ou pensant à des hommes), je me suis dit que ma non-réussite avec le genre féminin venait peut-être du fait que je n'étais pas fait pour être avec des femmes.
Si déjà penser à des garçons en te fait pas d'effet, c'est déjà une bonne preuve que la question ne se résout pas à "je ne suis pas fait pour les femmes". Après, tu n'as peut-être juste pas encore rencontré la personne avec qui tu auras suffisamment de complicité pour te lier (sans pour autant avoir envie de relations sexuelles). Tu verras bien avec le temps, à 22 ans, il reste encore bien des années. Et puis, si ça se trouve, tu te rendra compte qu'en fait la vie à 2 ce n'est pas ton truc... ou pas.
Judabricot a écrit :
23 nov. 2017, 21:19
[...] mais une certaine forme de feeling/complicité. Ces filles étaient dans 90% des cas des filles avec qui j'avais déjà un lien d'amitié assez prononcé (durant mes années collège j'étais un peu le "nounours" qui était proche de pas mal de filles).
Chez beaucoup d'A, la complicité est très importante. Chez moi elle l'a été de manière primordiale. D'ailleurs, lorsque cette dernière a eu disparu, le couple s'est cassé. De mon point de vue, la complicité est le ciment du couple.
Judabricot a écrit :
23 nov. 2017, 21:19
De plus je me suis lié d'amitié avec une fille ouvertement homosexuelle,[...]mais en même temps j'arrive pas à m'empêcher d'éprouver une très forte attirance sensuelle (ce besoin de contact humain, de toucher sa peau, de la prendre dans mes bras, etc..., sans que ça aille plus loin). Et j'ai l'impression qu'en ayant juste cette dose de contact humain, de chaleur humaine, avec elle, je pourrais me contenter de ça comme "relation" et je n'éprouverai pas le besoin de chercher quelque chose de plus (avec elle ou avec quelqu'un d'autre). Cela ferait-il du coup de moi un asexuel...?
Bin c'est possible que ça fasse de toi un asexuel. Effectivement, ce que tu décris est l'absence de besoin de relation sexuelle, et plutôt le besoin de tendresse, de complicité. Et ça, c'est justement quelque chose d'important chez certain.e.s asexuel.le.s: l'asexualité n'est pas le refus des relations proches, voire tactiles.
Judabricot a écrit :
23 nov. 2017, 21:19
Bon je crois que j'en ai assez dit pour ce soir, je mentionne rapidement le fait que cette remise en question est difficile pour moi car j'ai toujours visionné mon avenir par le prisme de la paternité.
Rien n'est perdu. Même A, on peut avoir des enfants. C'est un peu pénible pour les faire :mrgreen: mais ça peut quand même se faire :D
Judabricot a écrit :
23 nov. 2017, 21:19
Tout ce que je sais, c'est que je veux être père, que c'est la seule chose qui me pousse à m'accrocher à la vie actuellement.
Ecore une fois, à 22 ans, ta vie est (normalement) loin d'être finie. Trouver une future maman est loin d'être impossible, quelqu'un avec qui ton côté peut-être-demi-sexuel saura transformer votre couple en famille.
Judabricot a écrit :
23 nov. 2017, 21:19
Et donc voilà, aujourd'hui je suis dans une impasse, je n'arrive plus à savoir qui je suis, où je me situe sur le spectre de la sexualité, tout est beaucoup trop flou.
Pas de stress. Pas de stress. Tu as le temps de voir venir les choses. Saches que si les relations sexuelles ne sont pas ton truc, si tu veux être Papa avec une fille rare mais qui aura su te mettre en confiance, bin ça arrive.
Judabricot a écrit :
23 nov. 2017, 21:19
Merci, et encore désolé de la taille de mon message.
C'était effectivement un bon pavé ;)
Règle n°1 : pas avant le mariage. Règle n°2 : ne pas se marier

fiffi
Atrix Revolutions
Messages : 1966
Enregistré le : 04 oct. 2016, 00:07
Localisation : 77
Pronom : Il . Fiffi et tu
A aimé : 552 fois
A été aimé : 290 fois

Re: Introspection et questions sur ma (non)sexualité

Message par fiffi » 23 nov. 2017, 23:59

Bienvenue Judabricot ,

en lisant ton témoignage , il me semble que tu sois bien asexuel , meme si cela te parais un peu flou . Tu es assez jeune , tu as le temps de mieux te comprendre , d' envisager l' avenir sereinement . je te souhaite de devenir papa , ta jeunesse est ton principale atout . :-)

Avatar du membre
Baelfire
BadAce
Messages : 3650
Enregistré le : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 629 fois
A été aimé : 921 fois

Re: Introspection et questions sur ma (non)sexualité

Message par Baelfire » 24 nov. 2017, 11:45

Salut Judabricot,

Tu as tout le temps pour devenir Papa. Tu n'as que 22 ans. Donc encore une bonne trentaine d'années (voir plus puisque tu as la chance d'être un homme) pour y parvenir. Alors pas de quoi t'affoler :) Ca viendra.

Je ne sais pas si tu es A ou non. Tu as des valeurs tout simplement et elles sont honorables. A travers ton témoignage je crois surtout voir (mais j'ai pas forcément raison) un jeune homme qui ne sort peut être pas beaucoup avec des amis, ne fait pas trop de connaissances et de rencontres. Si (j'insiste sur le si) c'est le cas, ta réaction de t'attacher ou de crusher quasi immédiatement au peu de femmes que tu rencontres peut découler de ça.

Et...ça ce n'est pas bon. Ca peut te faire du mal à toi mais aussi aux autres qui ne comprendront pas un tel "empressement" et trouveront ça inaproprié. D'où le fait qu'elles te rejettent ensuite. Alors peut-être serait-il bon que tu travailles d'avantage sur tes relations sociales. Les multiplier, les enrichir. Ca te donnera confiance en toi et tu ne crusheras plus pour un oui ou pour un non. Tu as peut être moyen de faire ça à travers des passions, des centres d'intérêts...

Bref ce n'est que mon avis et j'ai peut être tort. Mais il fallait que je t'en fasse part :)

Bienvenue
♪Love is in the A ♫

Avatar du membre
Raccoon
Adepte
Messages : 211
Enregistré le : 17 oct. 2017, 10:43
Localisation : Haute-Roche
A aimé : 38 fois
A été aimé : 59 fois

Re: Introspection et questions sur ma (non)sexualité

Message par Raccoon » 24 nov. 2017, 15:45

Salut judabricot !

Quand on parle d'asexualité on a souvent droit au cliché du "ben c'est peut-être parce que t'attires personne avec ton physique", sous-entendu "c'est parce que personne veut de toi que toi que t'as pas d'envies" (et encore sous-entendus "tu les maitrises mais tu en as forcément gné !"). Oublie tout ça.
Lorsqu'on a pas confiance en soi (comme toi maintenant il me semble, mais aussi comme beaucoup à différentes étapes de notre vie) on prend les remarques des autres pour acquises. Cependant réfléchit bien. Qu'est ce que la beauté ? Il y a des gens qui sont ouvertement attirés par des physiques atypiques, ce n'est pas nouveau, ce n'est pas anormal, mais c'est mal vu donc peu dit. Il y a probablement des gens avec un physique jumeau au tien qui sont très épanouis sexuellement parlant. A mon humble avis il y a peu de chances que ton physique soit à l'origine de ton asexualité. Moi aussi je me suis longtemps posée la question et j'ai finis par en conclure que je devais être "moche". Je suis très maigre, pale, j'ai une pilosité plutôt abondante pour une fille et j'ai un visage "qui fait peur" (on me l'a assez dit pour que je puisse l'affirmer). Bref un charmant croisement entre un vampire et un lycan selon les dires de certains. Et puis un jour je me suis regardée dans la glace et je me suis dit "qu'est ce que j'ai de si terrible en fait ?" et j'ai décidé de balancer aux ordures les réflexions que je me prenais. Résultat : je ne me suis jamais sentie aussi belle. ^^ Alors c'est sûr c'est facile à dire mais prendre confiance en toi a également des répercussions sur ton attitude, sur le "charme" que tu dégages, sur ta joie propre, sur toi et les autres en général. Je ne te dis pas d'être plus extraverti et moins sensible au contraire, cela fait partie de toi et ce sont des choses dont tu ne dois pas avoir honte il faut juste que tu apprennes à vivre avec et à ne pas considérer ces aspects de ta personnalité comme néfastes. Mais tu dois apprendre à prendre du recul avec les réflexions d'autrui si tu veux t'épanouir ; d'ailleurs note que si tu ne changes pas toi, les regards que l'on te porte ne changeront pas non plus. Aucun risque donc a tenté de se libérer et de s'affirmer ! ^^

Autre chose : je suis une femme de 23 ans et je suis toujours vierge et je n'ai jamais embrassé personne, cela n'est pas source de honte. Personnelement cela relève d'un choix, depuis que je me suis affirmée j'ai pu constater que moi aussi à mon grand étonnement je pouvais provoquer du désir chez autrui (bon par contre je m'en rend pas forcément compte toute seule il faut que j'ai ma famille et mes amis derrière qui me gueulent "non mais t'es sérieuse là ? t'as rien calé ?" : réponse : "euh non?" O.o). D'ailleurs tout cela me fait penser qu'on ne se rend pas toujours compte des attentes et des intentions d'autrui, surtout si pour nous ce sont des choses inenvisageables. Peut-être a tu suscité (surement d'ailleurs) de telles intentions sans même t'en rendre compte car tu crois dur comme fer que c'est impossible.
Que tu sois asexuel ou demi-sexuel, tu peux très bien l'être temporairement comme pour toute la vie, c'est peut-être la conséquence de ces rejets dont tu as été victime, mais peut-être en est plutôt la cause, impossible de savoir. Et au final ce n'est pas si important. Tout ça ce n'est que des mots.
Tu n'as pas besoin de savoir à tout prix si tu peux ou non ressentir du désir aujourd'hui, puisque tu n'es visiblement pas actuellement dans une relation. Lorsque cela arrivera il sera toujours temps de te poser la question et surtout d'en parler avec ta partenaire, et si elle est incapable de comprendre c'est que cela était clairement destiné à ne pas durer, d'autant plus si on prend en compte ton romantisme prononcé.
J'ajouterais que ton attirance sensuelle n'est pas un frein à l'asexualité, moi aussi je suis du genre tactile et j'aime avoir un contact physique avec mes proches, ça ne fait pas de toi quelqu'un de sexuel.
En ce qui concerne la paternité je suis par contre bien incapable de t'aider sur quoi que ce soit, désolée. Personnelement je n'envisage absolument pas le fait d'être mère. Juste une chose : je ne suis pas sure que se raccrocher à la présence potentielle d'un enfant soit très sain. Alors certes je suis mal placée pour donner des conseils mais il vaudrait mieux que tu apprennes d'abord à vivre et être heureux par toi-même avant d'envisager la parenté...
Je te souhaite du courage pour la suite !
The day is my enemy, the night my fave

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité