homosexualité et manuels scolaires

Vous avez des questions sur l'asexualité ?
C'est ici que ça se passe.
Répondre
Avatar du membre
Grignoteuse de bouquins
Avenista
Messages : 1389
Enregistré le : 02 oct. 2017, 19:17
Localisation : Nice
Pronom : Elle/Ael
A aimé : 399 fois
A été aimé : 269 fois

homosexualité et manuels scolaires

Message par Grignoteuse de bouquins » 06 oct. 2017, 20:14

Coucou tout le monde ! J'ai vu récemment une vidéo , puis j ai entendu dire que certains bouquins historiques rendait les personnage historiques (du style le roi soleil c est juste un exemple) qui étaient rendus hétéro alors qu en vérités ils ne l étaient pas . Est ce que c'est vrai ? Et si oui , qu'en pensez vous ?
♠ Why frick frack when you can snick snack ? ♠ :cake:

Avatar du membre
Baelfire
BadAce
Messages : 3649
Enregistré le : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 629 fois
A été aimé : 921 fois

Re: homosexualité et manuels scolaires

Message par Baelfire » 06 oct. 2017, 20:35

L'Histoire est racontée par les vainqueurs. Et c'est celle des vainqueurs que l'on apprend à l'école. Alors forcément tout n'est pas vrai. D'autant plus que l'Histoire sert aussi à forger notre conscience citoyenne. Alors ce n'est pas objectif. Accessoirement il y a des enjeux économiques importants à nous apprendre l'histoire telle qu'elle est. Imagine par exemple qu'après des fouilles on se rende compte que la bataille d'Alésia n'a pas eu lieu à Alésia mais ailleurs. Qu'est ce qui se passera ? Les touristes ne visiteront plus Alésia et la ville perdra de l'argent et du prestige.

Concernant la sexualité des personnages historiques c'est la même chose. On a modifié à notre sauce comme ça nous arrangeait. Jeanna d'Arc était vierge (bien sûr!) et ça nous arrange bien parce que sinon on pourrait pas l'appeler la pucelle. Bien que "pucelle" avait un autre sens à l'époque.

Louis XIV était un malade du sexe et vu le nombre de favorites et servantes qu'il a "honoré" il y a peu de chances qu'il ait été homosexuel. Mais peut-être (probablement même) qu'il a eu des expériences avec des hommes. Son frère qui lui était homosexuel a du l'emmener parfois faire la fête avec lui.

Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire... Mais pour tes examens il est important que tu donnes la version qu'on t'apprend à l'école.

Je te laisse une petite vidéo à ce sujet que je trouve très intéressante.

♪Love is in the A ♫

Avatar du membre
PassionA
Atrix Reloaded
Messages : 1804
Enregistré le : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 475 fois
A été aimé : 484 fois

Re: homosexualité et manuels scolaires

Message par PassionA » 06 oct. 2017, 21:43

Ce qui est important à retenir avec l'Histoire, c'est qu'il n'existe pas de vérité historique. Il s'agit d'une convergence d'éléments et d'idées rapportés, archivés, et réassemblés pour essayer de redessiner une réalité qui est perdue - mais qui n'est jamais pertinente qu'au moment où l'on l'écrit parce qu'il est très difficile de rester neutre et de ne pas être influencé par son époque. Mais en soi, l'Histoire n'a pas de sens et ce qui est encore pire c'est quand certain s'acharnent à vouloir y voir quelque chose qui s'apparente à une réalité contemporaine ou qui sert une doctrine contemporaine.

C'est donc toujours une interprétation des éléments que l'on possède à un temps T et que l'on veut bien considérer - et les éléments jugés non pertinents sont écartés afin de permettre une approche triviale. Il y a toujours une lecture politique de l'Histoire dans les ouvrages et rares sont les livres d'école qui s'affranchissent complètement de ce biais, tout simplement parce qu'à force de simplifier on en arrive forcément à devoir favoriser une vision plutôt qu'une autre. Je te laisse trouver quelle vision est privilégiée aujourd'hui, et imaginer quelle sera celle de demain.

Souvent des éléments de la vie privée, et en particulier la sexualité, des personnages historiques ont été utilisés (et réinterprétés) afin de servir un discours politique. Vouloir chercher aujourd'hui une sexualité en décalage chez les personnages historique en dit plus sur notre époque que sur la leur, simplement parce que la sexualité des puissants n'a pas toujours été un sujet tabou ni même important à leur époque. En revanche, le monde dans le lequel on vit à vu un président américain se faire presque destitué pour avoir eu une relation sexuelle hors mariage (Bill Clinton), tandis que les frasques amoureuses de Sarkozy faisaient la une des journaux, et cela en dit beaucoup sur la part que la sexualité des puissants exerce sur l'opinion que le public a d'eux de nos jours.

Pour les identités sexuelles minoritaires, pouvoir se raccrocher à des personnages illustres est un gage de crédibilité, mais c'est bien l'approche la moins intéressante possible et la plus biaisée puisque la sexualité n'a pas toujours été un sujet aussi central et à al fois aussi limité qu'aujourd'hui, et ses codes ont évolués maintes fois à travers l'Histoire et les lieux. Bref, il vaut mieux ne pas trop s'investir dans ce genre d'approche parce qu'il ne peut s'agir que d'un parti prit. Alexandre le Grand à bien probablement été amoureux de son meilleur ami, cela ne l'a pas empêché d'aimer et d'avoir un enfant avec sa femme, et c'est quelque chose qui est compliqué à expliquer aujourd'hui parce que les codes de la période d'Alexandre n'ont rien à voir avec les codes d'aujourd'hui. Imagine qu'à l'époque de Jules Caesar, être homosexuel n'était probablement en aucun cas un problème tant qu'on était actif - c'était être passif qui était dégradant voir infamant pour un noble car réservé aux esclaves et aux femmes, consentants ou non.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités