Qu'est ce que l'asexualité?

Vous avez des questions sur l'asexualité ?
C'est ici que ça se passe.
Répondre

Etes vous?

Le sondage s’est terminé le 09 févr. 2009, 12:58

hétéro-asexuel
17
61%
homo-asexuel
4
14%
bi-asexuel
4
14%
asexué-asexuel
3
11%
 
Nombre total de votes : 28

Avatar du membre
Angel.A
Apprenti
Messages : 52
Enregistré le : 17 mai 2006, 05:33
Localisation : Jardin d'Eden

Qu'est ce que l'asexualité?

Message par Angel.A » 17 mai 2006, 13:58

Est ce une 4eme identité sexuelle, comme j'ai pu le lire?(aucune attirance pour l'autre-non pas sexuelle evidemment ça je l'ai bien compris-)

Ou est ce une caractéristique de l'hétéro, l'homo ou la bisexualité?(attirance sans sexe)

Quel genre d'affinités ont les A avec les autres?

Comment concoivent ils leur vie de famille?
Je ne suis pas un ange, je suis une femme angélique qui aimerait s'envoler au 7eme ciel

kinou
lololo !
Messages : 1456
Enregistré le : 04 avr. 2006, 18:37
A été aimé : 1 fois

Re: Qu'est ce que l'asexualité?

Message par kinou » 17 mai 2006, 14:37

Angel.A a écrit :Est ce une 4eme identité sexuelle,
comme j'ai pu le lire?

(aucune attirance pour
l'autre-non pas sexuelle evidemment
ça je l'ai bien compris-)

Ou est ce une caractéristique de l'hétéro,
l'homo ou la bisexualité?

(attirance sans sexe)

Quel genre d'affinités ont les A
avec les autres?

Comment concoivent ils leur vie
de famille?
Moi j'aime bien les mecs et gars
pour leur virilité, pour leur force et/ou pour
leur intelligence masculine ... ...

Vous allez me dire aussi que les filles
ont des qualités, mais leurs qualités ne me
touchent pas du tout :
j'aime les filles pour leur simplicité et leurz
cotéz maternels... mais cela ne me suffit a
moi meme : j'aime les mekz car ils sont problema-
-tiques, car ils me renvoient a quelque choses
qui me turlupine et qui me fais
reflechir sur moi meme :o

D'autant plus que j'ai pleins de copine filles
qui m'apprecient ( trop ) a mes yeux ...
mais c'est pas cette relation "amicale" en fille
que je recherche ... peut parce que
c'est déjà acquis : dite a une fille
que vous etes gayz, et c'est sure
qu'elle vous aime deja ?

Je ne sais pas pourquoi mais c'est
universellement reconnu ( foi
de David ... )

Peut etre qu'inonscienment elle
espere vous remettre sur le bon chemin ?

C'est BIZARRE Non ? ! xx .. .. ..

j'aimerais
quelque chose de plus
fort et plus "personnel"
comme relation,
plus qu'un mec pourrait
m'apporter et moins
qu'une fille pourrait
aussi m'apporter, cette
chose est indescriptible,
mais c'est del'ordre du desir
ou de l'inconscient,
ou peut etre dans mon enfance,
fus je attiré par une forte
amitié entre moi
et David M. que j'adore...

et aimerais reporduire cette amitiée fusionnelle
liée a notre pure et tendre enfnce :)
<< Je t'aime David M. >> !

Voila, au moins j'aurais accouché de cette
pensee que je n'aurais jamais imaginé le
faire , en partie , ailleurs ...

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Vive Aven fr

et

@ vos postzzz !


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Join my Channel and Subscribe @ www.youtube.com/channel/UCkPRDVcYKORGX-dpb82h4HQ
There are many cool and funny video of my life.
Thank You - Join Me Now !

See My Playlist too :-)) @ https://www.youtube.com/channel/UCkPRDV ... /playlists

Please Subscribe .

Avatar du membre
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Enregistré le : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A été aimé : 4 fois
Contact :

Message par Syd » 17 mai 2006, 15:35

Bonjour Angel.A. :)

Ces questions ont été souvent débattues sur le forum, je t'invite à lire les différents sujets concernant ces sujets.

Sur la façon dont les A de ce forum se considèrent, il y avait déjà eu un sondage là :
http://asexuality.org/fr/viewtopic.php?t=8


Kinou, il faut poster tes photos dans le topic spécial photos et cesser de les poster dans tes messages.

Avatar du membre
Jullianna
AVENant
Messages : 3993
Enregistré le : 27 mai 2005, 21:02
Localisation : Pays de la Loire
A aimé : 43 fois
A été aimé : 36 fois

Message par Jullianna » 17 mai 2006, 16:19

:) bienvenue Angel.A Image

en espérant que tu trouveras des réponses à tes questions :)

Avatar du membre
Angel.A
Apprenti
Messages : 52
Enregistré le : 17 mai 2006, 05:33
Localisation : Jardin d'Eden

Message par Angel.A » 17 mai 2006, 16:21

Syd a écrit : .

Sur la façon dont les A de ce forum se considèrent, il y avait déjà eu un sondage là :
http://asexuality.org/fr/viewtopic.php?t=8

Interessant d'y constater, que les homo sont les plus attirés par le sexe, contrairement aux hétéro! sans doute parceque leurs relations sont stériles, et donc impliquant moins de responsabilité, et autant de plaisir!

Quant aux bi-asexuels(j'aime tout le monde, mais je couche avec personne), leur asexualité est sans doute due a la meme ambiguité que ceux qui estiment que cette question n'a pas de sens(j'aime personne et je couche avec personne-relation de cause a effet??-) ! ils semblent se situer entre les homo-asexuels, et les hétéro-asexuels.(selon le resultat du sondage: hétéroasexuels 44%, question sans aucun sens et biasexuels 24% et 20%, homoasexuels 12% )


Peut on considerer les hétéro(sexuels) comme des homo-asexuels? et les homo(sexuels) comme des hétéro-asexuel? Dans ces conditions les (bi)asexuels ne seraient ils pas des [bi-sexuels] asexués?

Quel est le mecanisme de l'asexualité? On le devient? ou est ce parcequ'on ne devient pas sexué?
Est ce un manque d'evolution psychique dans la sphere affective, ou une involution de celle çi?
Modifié en dernier par Angel.A le 17 mai 2006, 20:17, modifié 4 fois.
Je ne suis pas un ange, je suis une femme angélique qui aimerait s'envoler au 7eme ciel

Avatar du membre
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Enregistré le : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A été aimé : 4 fois
Contact :

Message par Syd » 17 mai 2006, 17:29

Angel.A a écrit :Interessant d'y constater, que les homo sont les plus attirés par le sexe, contrairement aux hétéro! sans doute parceque leurs relations sont stériles, et donc impliquant moins de responsabilité, et autant de plaisir!
Merci de ne pas propager les clichés sur les homosexuels.

kinou
lololo !
Messages : 1456
Enregistré le : 04 avr. 2006, 18:37
A été aimé : 1 fois

Message par kinou » 17 mai 2006, 23:00

Syd a écrit :Bonjour Angel.A. :)
...
Kinou, il faut poster tes photos
dans le topic spécial photos et
cesser de les poster dans
tes messages.
c'est noté, mais j'en ai deja fait 3 avec beaucoup
de photos que j'aime bien,
ou du moins que j'ai telechargé
pour ma presentation
de powerpoint en management :)

Voila, desolé, mais j'y prends note
( ( ( je trouve ca dommage
de ne pas pouvoir mettre des images dans
les posts ? c'est ecrit quelque part
dans le reglement ou il y a - t-+ il une raison
d'ordre technique voire juridique
du droit publique pour m'interdire
de poster avec des photos non
personnelles === c a d sans ma tete
ou sans mon chien === ! ) ) )

c'est a voir et &&& :


READY , STANDY & Go !
==================>>>
Join my Channel and Subscribe @ www.youtube.com/channel/UCkPRDVcYKORGX-dpb82h4HQ
There are many cool and funny video of my life.
Thank You - Join Me Now !

See My Playlist too :-)) @ https://www.youtube.com/channel/UCkPRDV ... /playlists

Please Subscribe .

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 10 fois

Re: Qu'est ce que l'asexualité?

Message par melancolie » 19 mai 2006, 04:18

C'est très interessant, ce que tu écris ; moi j'aime les gars pour leur simplicité, coté droit, franc, protecteur, souvent moins "prise de tête" que les filles (mais il y a des exceptions, ce n'est que mon experience :wink: ), j'ai trouvé des hommes qui ont bien plus de qualités que l'on attribue d'ordinaire aux femmes (hypersensibilité, douceur, finesse...etc) et pas seulement chez les gays. J'ai été hétérosexuelle au départ puis sans avoir été décue par les hommes (encore un cliché), ai decouvert mon attirance pour les femmes sans savoir que je revais dans les deux cas d'une relation fraternelle ou sororale sans sexualité;

Chez les femmes, je les apprecie esthetiquement souvent plus que les hommes (bien que je peux trouver beaucoup de charme et de beauté chez un mec aussi mais pas autant :oops: ), leur douceur (mais j'ai été décue par certaines lesbiennes bien moins douces que des hommes heterosexuels), leur coté "fragile" et fort à la fois, leur intelligence, leur intuition...
J'ai eu dans le passé plusieurs amis gays proches (retour 10 ans en arriere :P ) et justement ce qui m'attirait c'est que je savais qu'ils ne chercheraient pas à coucher avec moi et que je pouvais me "lâcher" au niveau tendresse sans equivoque mais ausssi je partageais leur culture (musicale par ex, je sortais beaucoup dans les boites gays mais aussi litteraires).
Je trouve un couple gay qui s'embrasse et s'enlace bien plus "mignons" que deux femmes ensemble.
Quant à la sexualité des gays, j'en ai souvent parlé franchement avec eux, ils ne sont pas plus s que les heteros (on met souvent en avant le milieu homo parisien avec ces back-rooms mais ce n'est pas la majorité de la population homosexuelle) ; je pense qu'il y a beaucoup de clichés là dessus véhiculés par la mediatisation d'une partie de la gay pride. :roll:

Moi aussi je reve d'une relation "androgyne" qui allierait les qualités des deux sexes, j'ai vécu des amitiés passionnées avec des petites filles dans ma tendre enfance mais jouais beaucoup avec les garçons. Peut-être qu'inconsciemment je recherche à nouveau ce type de relation dans mon asexualité. Je n'ai pas de frères et soeurs et j'imagine que c'est ce que peuvent vivre deux membres d'une fratrie très proches...
Recherche d'une âme soeur ?
Modifié en dernier par melancolie le 19 mai 2006, 05:30, modifié 1 fois.
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 10 fois

Message par melancolie » 19 mai 2006, 05:15

Angel.A a écrit :
Syd a écrit : .

Sur la façon dont les A de ce forum se considèrent, il y avait déjà eu un sondage là :
http://asexuality.org/fr/viewtopic.php?t=8

Interessant d'y constater, que les homo sont les plus attirés par le sexe, contrairement aux hétéro! sans doute parceque leurs relations sont stériles, et donc impliquant moins de responsabilité, et autant de plaisir!

Quant aux bi-asexuels(j'aime tout le monde, mais je couche avec personne), leur asexualité est sans doute due a la meme ambiguité que ceux qui estiment que cette question n'a pas de sens(j'aime personne et je couche avec personne-relation de cause a effet??-) ! ils semblent se situer entre les homo-asexuels, et les hétéro-asexuels.(selon le resultat du sondage: hétéroasexuels 44%, question sans aucun sens et biasexuels 24% et 20%, homoasexuels 12% )


Peut on considerer les hétéro(sexuels) comme des homo-asexuels? et les homo(sexuels) comme des hétéro-asexuel? Dans ces conditions les (bi)asexuels ne seraient ils pas des [bi-sexuels] asexués?

Quel est le mecanisme de l'asexualité? On le devient? ou est ce parcequ'on ne devient pas sexué?
Est ce un manque d'evolution psychique dans la sphere affective, ou une involution de celle çi?
On ne peux pas generaliser sur un sondage de 7 participants, celà meriterait une recherche bien plus elaborée.
Les bi n'aiment pas "tout le monde", ils aiment une personne en dehors de son caractère sexuel.
Quant aux biasexuels, puisque c'est ma reponse, ils ne sont pas plus ambigus, à mon avis que les bisexuels (ce qui induirait pour toi "j'aime tout le monde, je couche avec tout le monde") alors que dans l'asexualité comme dans la sexualité(bi ou non), il n'est pas seulement question de sexe mais aussi d'amour, d'attirance amoureuse q ui se concretise ou non par le desir ou l'envie d'avoir une relation sexuelle, un besoin de passage charnel avec le sujet de cet amour.

Si on considère les bases freudiennes de la psychanalyse qui part du principe que nous sommes tous bisexuels à la base et que nous "choisissons" notre camps plus tard, ta théorie sur les hétérosexuels qui seraient des homoasexuels... etc pourrait se tenir.

Quant au terme "asexué", il signifie "qui n'a pas de sexe", voulais-tu faire reference à ceux qu'on nomment ici les aromantiques (sans attirance amoureuse) ?
idem pour le mot "sexué", il signifie "pourvu d'organes sexuels differenciés", ce quui est la majorité de cas pour les asexuels comme les sexuels.
Ne confond pas "sexué" et "sexuel", le terme de d'asexué renvoie à l'hermaphrodisme, ce qui n'est pas le sujet traité ici.
Nait-on ou devient-on asexuel, celà me renvoie au questionnement de Simone de Beauvoir sur les femmes...
ta dernière question mérite reflexion...
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

Avatar du membre
Angel.A
Apprenti
Messages : 52
Enregistré le : 17 mai 2006, 05:33
Localisation : Jardin d'Eden

Message par Angel.A » 20 mai 2006, 21:48

melancolie a écrit : Les bi n'aiment pas "tout le monde", ils aiment une personne en dehors de son caractère sexuel.
Quand je dit que les bi (sexuels/asexuels) aiment tout le monde, j'entends qu'ils aiment les personnes des deux sexes...apres ils peuvent avoir leurs preferences, quant aux personnes (ou a la personne) qu'ils aiment le plus, dont ils sont amoureux qu'ils soient polyamoureux ou amoureux d'une seule personne comme tu dis ( au dela du sexe de l'autre evidemment puisque leurs attirance se faisant en fonction de d'autres criteres) pour moi l'Asexualité est en fait une biAsexualité. Ce sont des heterosexuels ET des homosexuels refoulés, a la fois.

Ensuite qu'ils soient bisexuels ou biasexuels, cette (ou ces) relation (s)
amoureuse(s) sera consommée ou pas! Donc dans la meme idée: pour les bisexuels, c'est j'aime tout le monde, et je couche avec tout le monde; et pour les biasexuels, c'est j'aime tout le monde et je couche avec personne.
melancolie a écrit : Quant aux biasexuels, puisque c'est ma reponse, ils ne sont pas plus ambigus, à mon avis que les bisexuels (ce qui induirait pour toi "j'aime tout le monde, je couche avec tout le monde")
Quand je dis que les biasexuels sont aimbigus, c'est l'Asexualité que je designe, et non pas le caractere bi! Puisque se dire "bi" (sexuel ou pas) implique une prise de conscience de l'existance des deux sexe(ce qui se passe normalement pour tout le monde a l'age de trois ans)
C'est plus tard, vers l'age de 6-7 ans (entrée dans la phase de latence et fin de la phase génitale=phallique=oedipienne) que tout le monde devient Asexuel, jusqu'a la puberté, ou les pulsions se reveillent a nouveau.
Les objets désirés, des ce moment jusqu'a la mort, seront en fonction des pré-determinations de la phase phallique (monosexuel-hetero OU homo) ... ces detrminations ne cesseront d'evoluer pendant toute la vie, avec pour racine la vie oedipienne (comment cette phase a été vecue)

Donc ce qui m'intrigue c'est l'Asexualité des personnes qui sont loin de leur phase de latence ! J'ai parlé d'ambiguité chez les Asexuels (bi et ceux qui choisient pas leur camps -mono ou bi-), puisque quand bien meme les Asexuels bi ont pris conscience de l'existance des sexes, ils ne prennent plus conscience de l'existance du sexe(pulsion maintenant en vie sauf pendant la phase de latence), au meme titre que les Asexuels asexués! (sachant qu'on est tous aséxués psychiquement avant l'age de trois ans)

J'ai pas parlé de l'Asexualité homo et hetero, mais je corobore mes dires quant au fait que je pense que les heterosexuels refoulés sont des Asexuels homo; et les homosexuels refoulés sont des Asexuels hétéro; c'est a dire que je pense que leur monoAsexualité(monosexualité) est due au fait qu'ils ne soient pas bi.
Et que surtout les monoAsexuels sont en fait des monosexuels refoulés, preferant une A(uto)sexualité, puisque c'est ainsi que je definie l'Asexualité, cette 4eme sexualité qui n'est en fait a mon sens qu'un autoerotisme dans la masturabation.(pour les 4 pas seulement les monos, mais les biAsexuels, et les Asexuels asexués aussi). Cela etant dit il n'est pas mortel, et il est possible a l'etre humain de neutraliser ses pulsions sexuelles meme sans relations sexuelles avec les autres, ni masturabation, c'est la sublimation (religieuse, artistique...)


melancolie a écrit :...alors que dans l'asexualité comme dans la sexualité(bi ou non), il n'est pas seulement question de sexe mais aussi d'amour, d'attirance amoureuse qui se concretise ou non par le desir ou l'envie d'avoir une relation sexuelle, un besoin de passage charnel avec le sujet de cet amour.
Cette attirance amoureuse dont tu parles, celle caractérisant tous les etres vivants des leur naissance (energie vitale des la coupure du cordon ombilical qui nous reliait a notre placenta ce qui nous maintenait en vie-le nombril est la cicatrice de cette cassure-, comme l'energie issue d'une liaison chimique qui se brise), est d'abord transféré au premier objet d'amour, ce premier objet vital est en général la mere, par l'allaitement, qui s'accompagne de fantasmes sexuels dans l'imaginaire de l'enfant, et dont la zone erogene est la bouche par la succion...et petit a petit on apprend a etre autonome, et a transferer cette energie (amour) sur plusieurs personnes(y compris la mere), voir tout le monde...l'altruisme, ou alors au contraire tout ramener a soi: l'egoisme, narcissisme (normal a l'age de 9 mois(entrée dans la réalité, meme si on garde toujours une part d'imaginaire):stade du miroir, ou l'on tombe amoureux de soi meme, ce stade coincide avec la fin de la dependance au premier objet d'amour -lactation-, puisque l'amour qu'on transfere apres, transite obligatoirement par notre propre personne d'abord, stade appelé egalement satde du Je (suis), ou on prend conscience de son existence -asexuée evidemment-, ou on tombe amoureux EXCLUSIVEMENT de soi meme, on devient nombriliste, tout l'amour aspiré du premier objet d'amour est a 100% investi en soi: c'est l'independance, le narcissisme, l'egoisme...obligatoires avant de pouvoir aimer et prendre conscience de l'existance de tout ce qui existe hormis le premier objet d'amour et soi meme )

http://fr.wikipedia.org/wiki/Stade_du_miroir
(voir aussi le mythe de Narcisse)

100% de 1 égal 1, 100% de 2 égal 2...etc; donc la quantité d'amour recue pendant l'allaitement, l'affection qu'une mere (ou autre personne)echange avec son enfant pendant qu'on lui donne son lait (sein ou biberon) est le capital de base, indispensable pour porter de l'amour a soi meme et ensuite aimer et etre aimé des autres, en perpetuels transferts selon les interets qu'on leur porte. Il nous est impossible d'aimer les autres si on ne s'est pas aimé soi meme d'abord, et les autres ne peuvent pas nous aimer non plus, puisqu'il ya aucun amour a echanger! Donc il faut avoir de l'amour en soi, et pas que pour soi, sinon c'est une fixation au stade du miroir! d'ailleurs on remarque que les narcissiques n'ont besoin de personne, ils sont hautins, méprisants...contrairement a un autre type de personnalités pathologiques: l'histrionique qui est en perpetuel besoin d'attention des autres, seducteur, mais avec un degout de la sexualité-deplaisir au lieu du plaisir-...sans parler des schizoides, des dependants(manque d'amour)...etc.

Il existe 10 personnalités pathologiques regroupées en trois groupes, en fonction du rapport de la personne au monde (la réalité) [LE monde ou SON monde], ces trois groupes sont:
-Psychotiques: en dehors de la réalité (paranoiaques, schizoides, schizotypiques)
-Anxieux; anciennement appelés les nevrotiques: dans la réalité (obsessionnels, phobiques, dependants)
-Entre les deux: a la frontiere de la réalité (limites, histrioniques, narcissiques, psychopathiques)
http://www.med.univ-angers.fr/disciplin ... rs/286.htm
http://www-sante.ujf-grenoble.fr/SANTE/ ... con286.htm#
(sites specialisés, mais une lecture serait benefique)

La personnalité est au psychiqme ce que le corps est au somatique, une personnalité avec un fonctionnement normal evite les troubles mentaux ou meme organiques, meme si des troubles mentaux peuvent influer sur une personnalité qui etait normale, au meme titre que les autres maladies.


Pour revenir a l'amour, et a la quantité d'amour ou sa qualité, puisque je parle de l'amour provenant d'une seule personne (le premier objet d'amour), ainsi que les fantasmes et l'assouvissement de la libido qui l'accompagne a travers la bouche, elle est evident fonction du lien qu'avait le foetus a son placenta pendant la gestation, cette vie aquatique ou il etait seul au monde; elle meme fonction de l'etat de la mere puisque elle est reliée a ce placenta par son uterus! mais le sentiment d'amour n'est ressenti par le bébé qu'au moment de la naissance lors du comblement du manque de ce lien par le premier objet d'amour. Le placenta en est le symbole par le lien physique indispensable a la vie qu'il represente, comme le sera le lait.

De premier objet d'amour...a plusieurs objets d'amour, on commence la diversification, on mange de tout, tout en ayant des preferences en fonction de l'affect que ça nous evoque (madeleines de Proust). On mange de tout, mais surtout on mange de tout sans l'aide de personne (enfin tant qu'on est chez Papa et Maman :-) a l'age adulte faut se lever tot pour remplir le frigo! d'ou les relations aux autres et la vie en société -la réalité- ces relations d'interets chargées d'affect (amour) parfois trop chez les personnalités dependantes).
A cet age, juste apres la phase orale dont la fin est marqué par le stade du miroir, on apprend donc qu'on ne peut pas s'autosuffire, meme si on est independant du premier objet d'amour, on reste dependant a la nouriture, et on lui associe un autre objet d'amour. On mange de tout je disais, mais surtout apres avoir compris qu'on faisait pas 1 avec la personne qui nous a mis au monde, et que chacun a son corps, on expulse a notre tour -dans la continuité de la dependance, de l'independance et du transfert- quelque chose de notre corps: c'est le boudin fécal(la merde!), et ce stade est appelé la stade anal, la zone erogene est l'anus (uretre aussi) on est curieux a ce qui s'y passe, les excrements deviennent l'objet d'amour de ce stade (remarque: objet au sens psychanalytique ne designe pas forcement une personne)
Comme quoi, si parfois quelqu'un vous traite de "merde" sachez qu'il vous aime, le souci c'est qu'il fait une regression au stade anal :-) mais vous l'aurez provoqué quand meme!

Ce stade dure a peu pres 1 an (entre l'age de 1an a 2ans), on apprend a devenir propre,a etre respectueux, libre... a faire caca et pipi dans le pot. Si au stade oral, a sa sortie fallait apprendre a devenir independant de l'objet d'amour grace a la mere qui nous sevre; le stade anal lui, est un stade de toute puissance ou on controle son monde, par l'ambivalence entre la retention et l'expulsion qu'on a par rapport a son objet d'amour(plaisir/deplaisir), qu'on controle totalement (les sado-masochistes sont des sujets faisant une regression a ce stade, sachant que le sadique est tantot maso et vice versa, la relation entre ces deux types de personnes-relation merdique- se fait sur une base de plaisir/déplaisir, avec controle de l'autre, tour a tour, le maso etant celui qui induit cette relation ds ce couple...comme quoi toutes les anomalies sont dues, au manque d'amour qu'on peut porter a soi, dans la façon dont les relations aux autres sont etablies)
au stade anal, on est fier de pouvoir tout (puisque c le seul objet d'amour, donc c'est un "tout")controler, on se sent maitre, mais la mere est la (cette ex qu'on aime plus et qui nous colle aux fesses ;-)) parcequ'on la fait chier! alors elle nous fait chier a son tour, elle nous gronde, et nous apprend a rester propre, et a faire ses besoin qu'on controle, au bon endroit sans la deranger d'avantage! mais ce scenario sado-maso ne va plus durer, ce cercle viceux s'arrete lorsqu'elle se laisse plus faire, en imposant des limites, du respect dans cette liberté (rapport sans dependance), qu'on a pas encore envers elle! sans doute parceque notre relation a elle n'est pas encore finie! on aura encore besoin d'elle! (ou on l'aimera de nouveau ou on la detestera pendant l'oedipe)parceque la comprehension de notre existence ne s'arrete pas a ce rapport de poupées russes qu'on croit! elle devient avec le boudin fecal nos objets d'amour, jusqu'a lui transferer tout notre amour , et laisser tomber la merde, objet d'amour inerte sans aucun transfert benefique, qui aura été la matrice d'un nouveau mode de rapport (experience); donc a cette periodé on a été biamoureux (de maniere pathologique: sur un mode anal)un moment avec quantités d'amour differentes aux deux objets,jusqu'a abandonner l'un (qui ne ressent rien)pour l'autre.
On cherche alors a attirer son attention a ce moment, alors qu'on prenait du plaisir a controler ses besoins et a les faire ou on voulait, en prenant du plaisir a lui faire deplaisir ; cette fois çi on va se faire plaisir et lui faire plaisir, en lui faisant un beau caca dans le pot pour le lui donner!
le boudin fécal est la premiere monnaie d'echange, c'est ce qu'on produit, on troc ce caca contre la lait qu'elle nous as donné! on lui paye son lait evidemment pas l'amour(le sexe).
la mere doit etre ravie evidemment, meme si ça pu, qu'elle n'apprecie pas (a moins que ça soit une anale:-)))))et qu'elle va jetter ça immediatement ! ben oui! mieux vaut posseder de l'argent, qu'etre possédé par l'argent! c'est fait pour etre depensé, recyclé, dégradé...
Une fois les dettes réglées entre la mere et son enfant, les bons comptes font les bons amis! la relation a elle n'est plus orale (dependance), mais puisque ce boudin fécal est en fait de la merde! et on s'en rend compte! ya quelque chose qui nous echappe...si la merdre n'est pas un objet d'amour, c'est qu'on est pas de la merdre! il doit y avoir un autre rapport qu'on ignore encore...faut remonter a la source pour comprendre le probleme! et c'est a 3ans, l'age ou on remarque l'existance du phallus (penis), age des premiers souvenirs aussi, l'entrée dans le satde phallique ou la relation devient traingulaire et génitalisée (sexuée) avec le modele des parents et non meme.
L'objet d'amour sera evidemment sur le meme schema que les autres phases, ce dont on a besoin, ce qui nous manque, et on etablira avec ce parent un rapport de seduction sur le mode de la derniere experience (maitrise), et la pulsion sexuelle est alors exactement au niveau du sexe qui devient la zone erogene; mais alors qu'on pense tout controler, et pouvoir controler notre objet d'amour: un malin, un malin et demi! on se rend vite compte que l'objet de notre amour, est aimé par quelqu'un d'autre qui represente une menace...et c'est les conflits oedipiens, le complexe(inversé) d'oedipe:
-complexe d'oedipe:amour et desir d'inceste envers le parent du sexe opposé, et haine et desir de meurtre envers le parent du meme sexe.
-complexe d'oedipe inversé: amour et desir d'inceste envers le parent du meme sexe, et haine et desir de meurtre envers le parent du sexe opposé.
encore faudrait il se rendre compte de ce qui est "meme" et "opposé" l'imaginaire jouant un grand role, c'est le complexe de castration.
l'enfant est fier de son penis, il l'exhibe a la mere et tente de l'attirer pour qu'ils soient ensemble (mais pas sur un mode oral); de meme que l'enfant de l'autre sexe "castré" entretient un rapport de seduction avec le pere-il y a changement d'objet, c'est plus la mere-, et veut un enfant de lui puisque le phallus represente l'enfant en psychanalyse.( c'est pour cela que dans les relations pathologiques, souvent l'homme ne desire pas d'enfant puisqu'il croit avoir deja le sien, de meme pour l'homme ou la femme-sexe psychique masculain- qui ne desirent pas avoir de relations)Le rapport avec l'objet d'amour a ce moment tend vers "le partage", le comment et le pourquoi de notre existence, et de l'existance.(contrairement au deux autres stades qui etaient ds l'extreme)
la fin de l'oedipe est marqué lorseque l'enfant se rend compte qu'il rivalise avec plus puissant que lui, au risque de perdre sa vie (angoisses de castration), il se trouve au pied du mur et abandonne son envie d'inceste(exces d'amour) et de meurtre(exces de haine=pulsion sexuelle refoulée); et apprends ce qu'on appelle "les interdits universels" l'un ne va pas sans l'autre, ces interdits fondateurs du Surmoi sur lequel toutes les autres regles familiales puis sociales s'agenceront. (la personnalité psychopathique est caractérisée par l'absence ou la fragilité de ce Surmoi=conscience)
La notion de "Surmoi" est lié a la notion d'"interdits", il se construit lorsequ'il ya culpabilité. (le Moi est l'équilibre entre ce Surmoi et le Ca(pulsions de plaisir=sexuelles) qui existait des la naissance, constituant du Moi jusqu'a la fin de l'oedipe.
A la fin de l'oedipe les pulsions se stabilisent, et on a des rapports "normaux" avec l'entourage, ni rapports amoureux, ni rapports haineux. (eros et thanatos)
On aime ses deux parents, sans aucune pulsion pathologique. Sur ce modele, on aime aussi a ce moment tout le monde, a se moment, et on va a la rencontre de la société (son entourage qui grandit petit a petit).On aime tout le monde, meme si y en a qu'on aime un peu plus que les autres...et d'autres un peu moins!

Donc vers l'age de 6ans jusqu'a la puberté, c l'entrée ds la phase de latence, ou il n'y a plus d' attirances sexuelles; mais on n'en meurt pas evidemment :) les pulsions sexuelles sont sublimées vers d'autres intrets(c'est l'age ou on commence d'autres apprentissages non affectifs mais intellectuels: l'ecole...), elles se reveilleront a nouveau a la puberté (coexistance des spheres intellectulelle, affective, et comportementale=formation de la personnalité)sur le modele amoureux de l'oedipe pour resourdre les conflits oedipiens non resolus encore, mais avec des substitus parentaux: les amis...cette famille sociale qu'on aime ... voir un peu plus pour quelques uns! on desidealise les parents, pour une meilleure identification grace a l'esprit critique, c'est l'affirmation: la crise d'adolescence(a cet age, on voit qu'on tombe amoureux du copain de la copine, ou la copine du copain...c'est souvent sur un schema triangulaire, a resoudre sinon c la personnalité paranoiaque avec des tendances sexuelles refoulées: preoccupations maladives sur l'objet d'amour refoulé: il m'espionne, il parle de moi, se moque de moi...), et jalousie delirante.
la haine de l'autre est en fait un amour refoulé envers lui, puisque cette haine tout comme l'amour qui compose cette relation triangulaire oedipienne sont issus d'un meme sentiment celui de la phase orale, qui se divise ensuite lors de la phase anale.
Quand dans un couple l'un des deux est jaloux d'une tierce personne sous pretexte qu'il ya risque d'infidelité, la jalousie est en fait envers le partenaire qui interesserait la tierce personne, alors que le sujet jaloux eprouve un amour refoulé envers le tierce (ds un amour non refoulé la jalousie est concurentielle, et non delirante puisque absence d'un tierce)
Jalousie, amour et haine se confondent jusqu'a resoudre son oedipe et arriver a avoir une relation avec quelqu'un sans calculer l'autre, et disparition de la relation triangulaire, pour une relation amoureuse avec jalousie concurrentielle. (ou plusieures relations amoureuses mais non triangulaires, en transferant l'amour sur plusieurs objets)
Ces relations amoureuses, aboutissement d'un apprentissage des le jeune age, deviennent normales (aucune regression a un stade anterieur, ni fixation a celui çi, les couples "anormaux" sont ceux ou les personnes ne peuvent concevoir l'idée de se quitter) grace au modele parental qui nous a donné naissance, et la on devient adulte on quitte l'adolescence pour passer du statut de "l'enfant de", au "parent de"

Voila! j'aurais du peut etre vous raconter l'histoire du chat qui a perdu sa queue, ça aurait été plus simple peut etre :)


melancolie a écrit : Si on considère les bases freudiennes de la psychanalyse qui part du principe que nous sommes tous bisexuels à la base et que nous "choisissons" notre camps plus tard, ta théorie sur les hétérosexuels qui seraient des homoasexuels... etc pourrait se tenir.


choisir son camps comme tu dis c'est a dire choisir son orientation sexuelle(refouler l'une des deux orientations, avant de refouler les deux lors de la fin de l'oedipe, mais en fait ce qui est refoulé au final c'est le desir d'inceste et de meurtre), a la phase oedipienne selon qu'on se sente çarçon ou fille (sexe psychique) sans parler du sexe réel, et de comment s'est deroulé l'oedipe(identité sexuelle des images paterenlle et maternelle); c'est a partir de ces trois composantes que l'enfant se situe par son identité sexuelle d'abord, avant l'orientation sexuelle.
Si l'identité sexuelle est celle d'un garçon, avec attirance envers le parent ayant l'identité du pere, et repulsion envers le parent ayant l'identité de la mere; c'est un oedipe inversé avec tendances homo, si cet enfant est une fille, ben elle sera hétéro, mais un peu garçon manqué quand meme!( ces tendances ne sont pas definitives elles changent pendant toute la vie)
ce qui compte surtout dans la phase oedipienne est l'integration des interdits universels grace a une prise de position sexuelle pendant cette phase(la zone erogene est le sexe, non plus l'anus ou la bouche), vu que c'est a ce moment qu'on apprend l'existance des differences constructives dans le monde (qui est reduit chez l'enfant aux images des deux parents de sexe opposés ), et grace aussi a l'ambivalence qu'il aura compris au stade anal.

les bisexuels ont une particularité, contrairement aux monosexuels qui sont monoAsexuels aussi; cette particularité est le romantisme.(erostisation des rapports avec les deux sexes, avec ou sans sexe)
le romantisme est une tendance amoureuse avec hypersensibilté depassant la raison; cette hypersensibilté fait que la personne ne reconnait plus l'autre a partir de son sexe, mais il va audela d'autres caracteres, c'est des personnes moins exigentes, et plus flexibles quant au sexe de leur (s) partenaire(s) pour satisfaire leur libido.
Mais le bi, contrairement au trans a une identité sexuelle (femme ou homme) mais avec les deux orientations.
le trans lui se doit d'avoir une identité sexuelle psychique, sinon il devient un asexué psychiquement ! comme le bi est un transexuel psychique, avec une suffisance face aux differences dans le monde, et une grande sensibilité a l'inconscient collectif et donc aux archetypes anima et animus decrits par Jung.
melancolie a écrit : Quant au terme "asexué", il signifie "qui n'a pas de sexe", voulais-tu faire reference à ceux qu'on nomment ici les aromantiques (sans attirance amoureuse) ?

dans ton jargon, oui, sans attirance amoureuse, meme pas le minimum qu'ils devraient avoir pour tout le monde! parceque justement ignorant la notion de difference entre les deux sexes du stade genital.Fixation a des stades anterieurs non génitalisés.
(quant a "aromantique" le romantisme etant une autre histoire, on peut etre amoureux sans etre romantique comme chez les monoAsexuels)
melancolie a écrit : idem pour le mot "sexué", il signifie "pourvu d'organes sexuels differenciés", ce quui est la majorité de cas pour les asexuels comme les sexuels.
encore faudrait il l'avoir compris au stade genital !

melancolie a écrit : Ne confond pas "sexué" et "sexuel",


je crois que tu ne sais pas de quoi tu parles!
la sexualité fait parie de notre vie sauf pendant la phase de latence.
la sexualisation de notre psychisme commence des l'oedipe jusqu'a la mort.


melancolie a écrit : le terme de d'asexué renvoie à l'hermaphrodisme, ce qui n'est pas le sujet traité ici.

HERMAPHRODISME=BISEXUE

dans ces conditions, crois tu que les transexuels soient sans attirance amoureuse?
melancolie a écrit : Nait-on ou devient-on asexuel .
je me suis jamais demandé si on nait asexuel! c absurde, la naissance elle meme etant un rapport sexuel!les Papas etant exclues de ce rapport evidemment, enfin pour le moment... :roll:
(contrairement aux mamans, sauf si l'enfant a été mis au monde par une autre femme)

Ceci dit les A ont leurs raisons meme si elles echappent parfois a leurs consciences

Voici des sites faciles a comprendre, bonne lecture:-)
http://psychiatriinfirmiere.free.fr/inf ... /cours.htm
http://kalaia.free.fr/ency/article.php?id_article=197

PS: dans le complexe d'oedipe, la nature des rapports entre les parents bilogiques est tres importante, elle est le modele de base du rapport amoureux(donc si les parents bio ne sont pas amoureux :? ); c'est pour cela que ce complexe est appelé ainsi, Oedipe n'avait resolu ce complexe qu'une fois qu'il a retrouvé ses parents biologiques, son origine! Il culpabilise meme s'il est plus au "stade oedipien", le complexe d'oedipe pouvant se derouler avec des substituts parentaux, de meme que les conflits oedipiens non resolus de l'adolescence.
Modifié en dernier par Angel.A le 21 mai 2006, 21:36, modifié 13 fois.
Je ne suis pas un ange, je suis une femme angélique qui aimerait s'envoler au 7eme ciel

kinou
lololo !
Messages : 1456
Enregistré le : 04 avr. 2006, 18:37
A été aimé : 1 fois

Message par kinou » 21 mai 2006, 00:40

melancolie a écrit : Les bi n'aiment pas "tout le monde", ils aiment une personne en dehors de son caractère sexuel.
...
...
...
...
...
...
<< Ou la , la !!! >>.

>> tu as tapé un gros paquet la :
c'est assez impressionnant ==))) Angel.A :) ;) :o :) !
ce soir j'ai pas le temps de le lire, mais je
l'analyserais prochaienement ca m'a l'air super
interessant, et en tout cas, ca a du te prendre une
demi journee tout ca non ?
Je le lirais demain , la je vais dormir , demain je
dois me reveiller a 9h00 :)


@+ Kinou et Keny ;)
====>>>>>>>==))))=========>>
Join my Channel and Subscribe @ www.youtube.com/channel/UCkPRDVcYKORGX-dpb82h4HQ
There are many cool and funny video of my life.
Thank You - Join Me Now !

See My Playlist too :-)) @ https://www.youtube.com/channel/UCkPRDV ... /playlists

Please Subscribe .

Avatar du membre
Angel.A
Apprenti
Messages : 52
Enregistré le : 17 mai 2006, 05:33
Localisation : Jardin d'Eden

Re: Qu'est ce que l'asexualité?

Message par Angel.A » 21 mai 2006, 20:44

melancolie a écrit :Recherche d'une âme soeur ?

ame soeur!!!!


Une ame, c'est ce qui te maintient en vie, ce qui fait battre ton coeur...l'amour quoi!
Une soeur, est une personne de sexe feminin ayant les memes parents que toi! *

Quant a "ame soeur" c'est un mythe! réellement ça ne veut rien dire! Il est bien connu que l'homme et la femme sont des etres infideles et polygames dans leur nature!

...heureusement qu'il exite differentes personnes sur cette terre, donc tu sais ce qu'il te reste a faire ...pour trouver ton paradis! contrairement a Adam et Eve (selon la légende?)qui n'avaient d'autres choix que de trouver un terrain d'entente pour peupler la terre apres avoir commis le peché originel...

La légende de l'âme soeur Recherche l'âme soeur... cherche ma moitié, que savons nous exactement de ses expressions ?
La notion d'âme soeur vient du texte "Le Banquet" écrit par le philosophe grec Platon. Il raconte qu’auparavant il existait des créatures à la fois mâle et femelle, ayant quatre pieds, quatre mains, deux têtes : les androgynes Ces êtres étaient devenus trop puissants.
Ils étaits si forts qu'ils tentèrent d'escalader le ciel pour y combattre les dieux.

Zeus dut se résoudre à leur infliger une leçon. Il décida de les couperen deux comme on coupe les légumes pour les mettre en conserve. Quand l'homme primitif eut été dédoublé par cette coupure, chacun, regrettant sa moitié, tentait de la rejoindre. S'embrassant, s'enlaçant, l'un à l'autre, désirant ne former qu'un seul être. Suite

Mais parce qu'ils ne voulaient rien faire l'un sans l'autre, et quand une des moitiés mourrait et que l'autre survivait, la moitié survivante en cherchait une autre et s'enlaçait à elle, ce que nous appelons aujourd'hui la moitié d'une femme ou la moitié d'un homme, alors l'espèce risquait de s'éteindre et Zeus eut pitié de l'homme. Il leur fabriquat des organes de génération et fit que par ce moyen, les hommes engendrèrent les uns dans les autres, par l'organe mâle dans celui de la femelle.

C'est de ce temps lointain que date l'Amour inné des hommes les uns pour les autres, celui qui rassemble des parties de notre nature ancienne, qui de deux êtres essaient d'en faire un seul, et de guérir ainsi la nature humaine

C’est le thème de l’amour fusionnel d’une complétude par la recherche de l’autre. C’est l’interprétation romantique par excellence, celle de la jeune fille qui attend son prince charmant et rêve d’amour sans nuage et d’entente parfaite entre des êtres qui se complètent.

Platon a bien décrit le destin de chacun de nous : trouver notre autre moitié.

Platon (427-347 avant J.-C.)


[ Au commencement, bien avant que le monde soit monde, la nature humaine comprenait trois genres (et non pas deux comme aujourd’hui) : le mâle, la femelle et l’androgyne. Le premier était issu du soleil, le second de la terre, le troisième de la lune.

Chacun de ces êtres était double, avait l’apparence d’une sphère et se déplaçait circulairement. Quatre mains, le même nombre de jambes, deux visages situés aux opposés d’une tête unique, quatre oreilles... et deux sexes, placés sur la partie postérieure du globe. Deux sexes masculins pour le mâle. Deux sexes féminins pour la femelle. Un sexe masculin et un sexe féminin pour l’androgyne.

Un jour, ces Hommes puissants et vigoureux tentèrent d’escalader le ciel pour combattre les Dieux. Excès d’orgueil ! Zeus et ses acolytes, fous de rage, délibérèrent sur comment affaiblir les Hommes et les délivrer de leur démesure. ‘Dédoublons-les !’ s’écria Jupiter. Zeus ordonna ensuite à Apollon de suturer la blessure ouverte sur chacune des moitiés. Blessure dont le nombril constituerait aujourd’hui l’ultime cicatrice.

Divisé, l’être primitif se laissa lentement dépérir. Les humains dédoublés ne voulurent plus rien faire sans leur moitié. Ils choisirent de mourir plutôt que de vivre séparés l’un de l’autre. L’espèce humaine s’éteignait inexorablement...

Rongé par la culpabilité, Zeus décida alors de mettre fin au terrible châtiment. Il déplaça le sexe de chacune des moitiés jusqu’à l’avant du corps. Les Hommes purent ainsi s’unir à nouveau et recréer, par intermittence, l’unité originelle. Ceux qui étaient mâles ou femelles à l’origine devinrent homosexuels. Les androgynes, hétérosexuels. ]

Platon(427-347 avant J.-C.)
- le mythe de la coupure originelle (Banquet, 189a-198a, Aristophane).


[...] C'est de ce moment que date l'amour inné des êtres humains les uns pour les autres : l'amour recompose l'ancienne nature, s'efforce de fondre deux êtres en un seul, et de guérir la nature humaine. [...] Notre espèce ne saurait être heureuse qu'à une condition, c'est de réaliser son désir amoureux, de rencontre chacun l'être qui est notre moitié, et de revenir ainsi à notre nature première.

Le Banquet, 14-16

Conclusion: la notion d'ame soeur, n'a de sens que dans un monde sans sexe, ni reproduction! Dans le monde imaginaire de Platon...l'amour platonique!
Mais comme nous sommes des etres sexués, contrairement aux anges...ou aux créatures de Platon avant leur division en "gametes" sexuées...la réalité rattrape (détermination sexuelle)

http://www2.ac-lyon.fr/enseigne/lettres ... laton.html

http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2 ... 93-2112469

Voila comment pensait l'humanité dans son enfance...mais depuis:

Amour et Sexe (opposé?) , ou alors, Amour et "opposition" au Sexe : tel est la problematique de l'amour platonique, que connaissent généralement tous les adolescents avant de decouvrir la sexualité, on se demande souvent si les ames soeurs meurent ensemble? (la notion de mort est comprise a la phase de latence quand la pulsion sexuelle devient quasiment nulle; contrairement a la notion de vie qui est comprise avant la phase de latence, elle marque son debut. C'est a l'adolecence que les deux se confrontent, meme si y avait des pulsions de meurtre dans l'oedipe, l'enfant ne conçoit pas la possibilité d'une "mort" a cause de cette pulsion sexuelle refoulée, la notion de mort est integrée une fois la conscience integrée)
encore faudrait il qu'elles ne soient pas divisées...C'est ainsi que Zeus les voyant mourir, leur donna le pouvoir de transmettre la vie.

C'est au banquet que se retrouvent les ames (soeurs) apres s'etre divisées, pour donner naissance a un amour, telle a été la "vision" de Platon, de ce qui est a mon sens la fécondation des gametes apres la meiose, et la nidation...dans "Le Banquet" ,euhhh l'utérus je voulais dire!


c'etait long ...je vous conseille le film "Quand Harry rencontre Sally"





* : la paire de gonosomes YY n'existant pas, la divison se faisant selon un mode semi-conservatif. Possibilté de XX ou XY...le gonosome X etant indispensable a la viabilité.
Je ne suis pas un ange, je suis une femme angélique qui aimerait s'envoler au 7eme ciel

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 10 fois

Message par melancolie » 21 mai 2006, 21:48

Merci Angel-A pour tes cours de psychanalyse et de psychologie "faciles à comprendre" mais j'ai lu tout Freud à 16 ans, fait de la philo et travaille dans le secteur psychiatrique depuis dix ans et ai fait moi même des therapies pour me comprendre.
Si tu es tant au courant tu dois savoir qu'ils y a divers courants psychanalytiques qui se confrontent et je t'epargnerai les theories lacaniennes sur l'asexualité et la chasteté qui depasse bien le stade du miroir.
Je ne crois pas sincerement qu'etaler ce genre de theorie va aider les personnes ici, fais de l'enseignement si tu as besoin de transmettre mais je ne crois pas que ce soit le lieu .
Nous sommes plus dans l'ordre du ressenti, de l'échange que de la conceptualisation.
Pour "Harry rencontre Sally", je confirme c'est un bon film.
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

Avatar du membre
Angel.A
Apprenti
Messages : 52
Enregistré le : 17 mai 2006, 05:33
Localisation : Jardin d'Eden

Message par Angel.A » 21 mai 2006, 22:22

melancolie a écrit : ... je t'epargnerai les theories lacaniennes sur l'asexualité et la chasteté qui depasse bien le stade du miroir.
Je ne crois pas sincerement qu'etaler ce genre de theorie va aider les personnes ici, fais de l'enseignement si tu as besoin de transmettre mais je ne crois pas que ce soit le lieu .
mais personne n'a besoin d'aide içi...on discute! on echange! j'aimerais bien connaitre ton avis sur les "théories" de Lacan ... parle moi des anges, je te parlerai de la melancolie.
Je ne suis pas un ange, je suis une femme angélique qui aimerait s'envoler au 7eme ciel

Heimdall
Affranchi
Messages : 467
Enregistré le : 01 mai 2005, 08:36
Localisation : Louvain-La-Neuve, en Belgique
Contact :

Message par Heimdall » 22 mai 2006, 11:46

Angel.A a écrit : Est ce une 4eme identité sexuelle, comme j'ai pu le lire?(aucune attirance pour l'autre- non pas sexuelle evidemment ça je l'ai bien compris-)
Oui, c'est une 4è identité sexuelle.
Et, non, dans tout ce que tu dit dans ton post suivant, tu ne donnes pas cette impression d'avoir compris ce minimum.
Angel.A a écrit : Ou est ce une caractéristique de l'hétéro, l'homo ou la bisexualité?(attirance sans sexe)
Tu crées une hiérarchisation là où il y a une cause commune aux deux.
Nous proposons que l'intensité de la sexualité est orthogonale à la dimension, la polarisation homo-hétérosexuelle,

nous impliquons qu'il s'agit d'une nouvelle dimension de la sexualité en général; avec autant d'importance que cette polarisation homo-hétéro, ce qui en fait une nouvelle "identité". Mais en même temps, pour définir la sexualité générale d'une personne il faut *les deux* polarisations.

L'asexualité n'est pas une caractéristique de l'hétéro-bi-homosexualité, l'hétéro-bi-homosexualité ET l'asexualité sont des caractéristiques de *l'orientation sexuelle générale* d'une personne.

Et quand je parle de polarisation, ça veut dire que, même s'il existe tout un dégradé entre deux extrèmes, nous nous servons de ces extrèmes, ces pôles comme d'une référence : de la même façon que l'hétéro et l'homosexualité pure sont les pôles de la première dimension, l'asexualité et l'hypersexualité sont les pôles de la seconde dimension.

Angel.A a écrit : Quel genre d'affinités ont les A avec les autres?
Les autres personnes ou les autres orientations ? En ce qui concerne les autres, il y a autant de rapports différents à l'autre qu'il y en a chez ceux qui ne sont pas asexuels.
Angel.A a écrit : Comment concoivent ils leur vie de famille?
Comme n'importe qui : pour commencer, les a ont des envies familiales similaires. Ensuite, bien sûr, le manque de sexualité aura forcément un impact sur la vie familiale et sur la façon dont on la conçoit. Quel impact, ça, ça dépend de tout un chacun.
Angel.A a écrit : pour moi l'Asexualité est en fait une biAsexualité. Ce sont des heterosexuels ET des homosexuels refoulés, a la fois.
Ah. Tu viens de catégoriser *tous* les asexuels comme des refoulés. Qu'as-tu comme évidence pour soutenir cette affirmation qui me donne l'air de surgir de nulle part ? Non pas que je la réfute sans y réfléchir, mais il ne coule pas de source que :

1 ) tous les asexuels le soient (asexuels) pour les mêmes raisons
2 ) que même parmis les différentes raisons qui font qu'une personne soit asexuelle celle-ci en fasse partie

Donc, premièrement il te faut prouver ou au grand minimum fortement suggérer que 2 est au moins vrai, et ensuite prouver que 1 est vrai aussi; et là alors les asexuels seraient tous des refoulés.
(je parle de preuves, hein, pas d'arguments philosophiques ;) )
Angel.A a écrit : Quand je dis que les biasexuels sont aimbigus, c'est l'Asexualité que je designe, et non pas le caractere bi!
Retenons donc pour la suite que tu considéres que l'asexualité est ambiguë.
Je me permet de faire remarquer que c'est une proposition ambiguë.
En d'autres mots, qu'entends-tu par ambiguë ? Voyons la suite pour, si tout va bien, le comprendre.
Angel.A a écrit : Les objets désirés, des ce moment jusqu'a la mort, seront en fonction des pré-determinations de la phase phallique
Oui, c'est une hypothèse en ce qui concerne l'origine de ces désirs.
Angel.A a écrit : Donc ce qui m'intrigue c'est l'Asexualité des personnes qui sont loin de leur phase de latence !

Ahah.
Angel.A a écrit : J'ai parlé d'ambiguité chez les Asexuels (bi et ceux qui choisient pas leur camps -mono ou bi-), puisque quand bien meme les Asexuels bi ont pris conscience de l'existance des sexes, ils ne prennent plus conscience de l'existance du sexe
En effet, tout ceci est ambiguë :shock:
Angel.A a écrit : (pulsion maintenant en vie sauf pendant la phase de latence), au meme titre que les Asexuels asexués! (sachant qu'on est tous aséxués psychiquement avant l'age de trois ans)

Bon, donc en gros, tu t'étonnes que l'on puisse être asexuel après l'enfance, qui est selon toi l'example même de l'asexualité.

Tu vas ensuite plus loin en disant que quelqu'un qui est bisexuel a réalisé que les deux sexes existent, ce qui dans ton jargon signifie que cette personne en a fini avec sa phase asexuelle enfantine, correct ?

Et c'est alors que tu trouves paradoxal que quelqu'un qui soit ENCORE asexuel se dise bi parce que cela devrai signifier, selon ton idée, que cette personne en a fini avec son asexualité enfantine, et donc ne devrait pas être asexuelle; tu penses alors qu'il y a un manque de réalisation de la part de la personne asexuelle, en ce qui concerne les sexes.

Deux remarques :
1 ) l'asexualité enfantine n'a peut-être rien à voir avec l'asexualité adulte.
2 ) ce n'est pas parce que la personne utilise le terme "bi" que pour cela elle se reconnaît dans ta dépiction du bisexuel. (en d'autres termes, on peut utiliser le mot "bi" pour se désigner sans nécessairement avoir en tête ta définition, ni même à la définition courante de "bi" - on pouvait penser que "bi" dans ce cas désigne autre chose, qui fait penser à la bisexualité sans forcément être fondé sur les mêmes bases).

Et aussi, rien ne nous affirme que prendre conscience de l'existence des sexes mène à la sexualité (en d'autres termes, je doute de ton prédicat de départ en ce qui concerne la perte de l'asexualité enfantine par la prise de conscience des sexes).
Angel.A a écrit : Et que surtout les monoAsexuels sont en fait des monosexuels refoulés
Encore une fois, tu présente l'asexualité comme un cas pathologique (puisque le monoAsexuel est ce que nous appellerions l'homo asexuel ou l'hétéro asexuel)
en affirmant que c'est en fait un hétéro ou homo sexuel refoulé.

Affirmer cela ne va pas sans conséquences, ce qui est déjà grave; mais en dépit de ces conséquences et quoi qu'il en soit, je veux des preuves et pas juste une élaboration sur une idée qui semblait cool comme ça.

Dire que l'asexualité c'est comme ressentir ce que ressent un hétéro pour son sexe et un homo pour le sexe opposé, nous l'avons fait.

Mais c'est UNE IMAGE, un moyen de faire passer ce que l'on ressent.

Ce n'est pas une explication de l'asexualité.

Si toi tu veux franchir ce pas, et poser cette explication, il te faudra soutenir ton argument.
Angel.A a écrit : cette 4eme sexualité qui n'est en fait a mon sens qu'un autoerotisme dans la masturabation.(pour les 4 pas seulement les monos, mais les biAsexuels, et les Asexuels asexués aussi). Cela etant dit il n'est pas mortel, et il est possible a l'etre humain de neutraliser ses pulsions sexuelles meme sans relations sexuelles avec les autres, ni masturabation, c'est la sublimation (religieuse, artistique...)
Petit apparté bayésien : Il existe :


Des asexuels qui ne se masturbent pas
Des asexuels qui se masturbent
Des sexuels qui se masturbent
Des sexuels qui ne se masturbent pas

Avec toutes ces possibilités, je ne vois pas comment tu peux corréler aussi fortement l'asexualité avec l'autoérotisme, puisque tous les asexuels ne se masturbent pas, ET qu'il y a des sexuels qui se masturbent, et aussi d'autres qui ne le font pas (si si, ça existe).

Quand au fait de neutraliser ses pulsions sexuelles, ça fait partie de l'abstinence, pas de l'asexualité en tant que tel.

Répétons-le :

abstinence = naviguer à contre courant en supprimant ses pulsions sexuelles;

asexualité = ne pas être attiré par les autres sur un plan sexuel.

Donc, ne pas confondre : pulsion sexuelle avec attirance sexuelle vers des personnes; et ne pas confondre supprimer le premier (les pulsions) avec ne pas avoir le second (l'attirance).

En résumé, il y a double erreur :
l'asexualité vient naturellement, il ne faut pas la forcer, et de toute façon on ne parle pas de pulsion ici, mais d'attirance

(pulsion et attirance ou non-attirance sexuelles, cela va de soi).

De ce fait, présenter la masturbation ou la sublimation comme un moyen de faire passer la pilule de l'abstinence concerne l'abstinence, et pas l'asexualité.


Angel.A a écrit :
Cette attirance amoureuse dont tu parles, celle caractérisant tous les etres vivants des leur naissance (energie vitale des la coupure du cordon ombilical qui nous reliait a notre placenta ce qui nous maintenait en vie-le nombril est la cicatrice de cette cassure-, comme l'energie issue d'une liaison chimique qui se brise), est d'abord transféré au premier objet d'amour, (...) petit a petit on apprend a etre autonome, et a transferer cette energie (amour) sur plusieurs personnes(y compris la mere), voir tout le monde...l'altruisme, ou alors au contraire tout ramener a soi: l'egoisme, narcissisme (normal a l'age de 9 mois(entrée dans la réalité, meme si on garde toujours une part d'imaginaire):stade du miroir


Tu argumentes à partir d'une vision de la nature humaine qui n'est pas unanimement acceptée
(donc, oui, il y a d'autress visions de cette nature humaine),
et qui en plus a elle-même engendré des successeurs plus cohérents.

Donc, position non reconnue par tout le monde, et dépassée (désolé, c'est dur mais c'est comme ça).

En particulier, j'aimerait porter ton attention sur le fait que l'altruisme ne s'apprend pas, il a une base présente en chaque être humain (c'est dans la nature humaine), et de même pour l'égoïsme.

Quand à relier l'amour à une énergie vitale qui coulait dans un cordon ombilical brisé, laissant une cicatrice aussi bien physique que psychique, c'est très poétique, mais un peu dénué de sens.

Mais je ne souhaite pas rentrer dans un débat sur les visions modernes de la psychologie humaine, c'est hors de propos ici, je le crains.

Angel.A a écrit :
Il nous est impossible d'aimer les autres si on ne s'est pas aimé soi meme d'abord, et les autres ne peuvent pas nous aimer non plus, puisqu'il ya aucun amour a echanger


Je reste dubitatif. Il y a certainement des personnes qui peuvent aimer quelqu'un qui ne s'aime pas lui-même, et je peux même imaginer quelqu'un qui ne s'aime pas lui-même et qui pourtant peut aimer quelqu'un d'autre.


Angel.A a écrit :
Il existe 10 personnalités pathologiques regroupées en trois groupes,


encore de la pathologie. Tu peux tenter d'induire l'idée que l'asexualité dérive de causes pathologiques, mais ça ne le prouve en rien. En tout cas, je soutiens l'idée opposée, à savoir que l'asexualité n'est PAS pathologique.


Angel.A a écrit :
Pour revenir a l'amour, et a la quantité d'amour ou sa qualité, puisque je parle de l'amour provenant d'une seule personne (le premier objet d'amour), ainsi que les fantasmes et l'assouvissement de la libido qui l'accompagne a travers la bouche, elle est evident fonction du lien qu'avait le foetus a son placenta pendant la gestation, cette vie aquatique ou il etait seul au monde; elle meme fonction de l'etat de la mere puisque elle est reliée a ce placenta par son uterus!


Je ne trouve pas que cela coule de source; ça peut sembler évident d'un point de vue intuitif si on torture suffisemment l'idée, mais depuis quand un point de vue intuitif est-il une évidence?

Encore une fois, ces idées ont une grande force poétique et émotionnelle :

Angel.A a écrit :
Le placenta en est le symbole par le lien physique indispensable a la vie qu'il represente, comme le sera le lait.


mais ne sont rien d'autre que des idées esthétiquement plaisantes élevées au rang de théories à cause de ce caractère plaisant. Ce n'est pas parce que quelque chose me fait plaisir ou me semble une belle idée que ça m'absout de la responsabilité de prouver ce que j'affirme.

Parlementer sans cesse pour faire passer une idée sans donner de preuves peut convaincre les gens que cette idée est vraie, mais ce n'est qu'une vérité temporaire (si c'en est une); à la fin il faut montrer que c'est plus qu'une belle idée.

Que beaucoup de personnes aient été convaincues parce que l'argument était éloquent ne rend pas l'idée plus vraie, seules les preuves ont ce pouvoir :p


Angel.A a écrit :
et laisser tomber la merde, objet d'amour inerte sans aucun transfert benefique, qui aura été la matrice d'un nouveau mode de rapport (experience); donc a cette periodé on a été biamoureux (de maniere pathologique: sur un mode anal)un moment avec quantités d'amour differentes aux deux objets,jusqu'a abandonner l'un (qui ne ressent rien)pour l'autre.



Euh, je crois que tu parles d'amour un peu à la légère. Si tu voulais bien nous définir ce qu'est l'amour ... parce que dire que l'enfant a aimé sa merde, c'est juste une affirmation faite en l'air.

Perso, je ne me rappelle pas que le sentiment que j'associe à l'amour, je l'aie associé à la merde.

Ah, mais il s'agit d'un amour pathologique, ça doit sûrement tout expliquer.



Angel.A a écrit :
(...)
la fin de l'oedipe est marqué lorseque l'enfant se rend compte qu'il rivalise avec plus puissant que lui, au risque de perdre sa vie (angoisses de castration), il se trouve au pied du mur et abandonne son envie d'inceste et de meurtre; et apprends ce qu'on appelle "les interdits universels"


Au moins l'interdit de l'inceste est universel, mais non pas parce qu'il est appris mais inhérent à l'être humain (en d'autres termes, c'est surtout de l'inné - et ceci au moins est supporté par des preuves).

Même si l'on admet que cet interdit se développe plus tard dans la petite enfance, et n'est donc pas là depuis le départ, l'explication donnée, à savoir, l'idée que la rivalité impossible avec le parent opposé est ce qui lui apprend l'interdit est fausse.

Ou bien alors nous n'avons pas la même idée de ce que veut dire apprendre.


Angel.A a écrit :
la haine de l'autre est en fait un amour refoulé envers lui, puisque cette haine tout comme l'amour qui compose cette relation triangulaire oedipienne sont issus d'un meme sentiment celui de la phase orale, qui se divise ensuite lors de la phase anale.


Je voulais aussi épingler cette affirmation et dire qu'elle est gratuite. La haine est en fait de l'amour refoulé ? Et qui aime bien châtie bien, tant qu'on y est ?
Ah, et ça introduit un dangereux parallèle entre les asexuels qui sont selon toi des sexuels refoulés et les personnes haineuses qui sont des amoureux refoulés.


Angel.A a écrit :
Quand dans un couple l'un des deux est jaloux d'une tierce personne sous pretexte qu'il ya risque d'infidelité, la jalousie est en fait envers le partenaire qui interesserait la tierce personne, alors que le sujet jaloux eprouve un amour refoulé envers le tierce (ds un amour non refoulé la jalousie est concurentielle, et non delirante puisque absence d'un tierce)
Jalousie, amour et haine se confondent jusqu'a resoudre son oedipe et arriver a avoir une relation avec quelqu'un sans calculer l'autre, et disparition de la relation triangulaire, pour une relation amoureuse avec jalousie concurrentielle. (ou plusieures relations amoureuses mais non triangulaires, en transferant l'amour sur plusieurs objets)Ces relations amoureuses, aboutissement d'un apprentissage des le jeune age, deviennent normales (aucune regression a un stade anterieur, ni fixation a celui çi) grace au modele parental qui nous a donné naissance, et la on devient adulte on quitte l'adolescence pour passer du statut de "l'enfant de", au "parent de"


Tout ça n'est pas très clair. Tu nous parles de beaucoup de choses sans les préciser, et donc tout un chacun lira ce que tu as écrit d'une façon différente.

Jalousie concurrentielle ... ok, et les autres jalousies seraient ... quoi ?

J'aimerais que tu réexpliques ça, parce là tout ce que je lis c'est que des personnes peuvent avoir une relation à trois, avec la jalousie qui est en fait une forme d'amour refoulé, et qu'ensuite la relation n'est plus à trois et que la jalousie est devenue concurrentielle.

Le tout dérivant du modèle parental.

Angel.A a écrit :
choisir son camps comme tu dis c'est a dire choisir son orientation sexuelle, a la phase oedipienne selon qu'on se sente çarçon ou fille (sexe psychique) sans parler du sexe réel, et de comment s'est deroulé l'oedipe(identité sexuelle des images paterenlle et maternelle);


Je n'ai pas de théorie préférée sur ce qui fait qu'une personne d'un sexe s'identifie à son sexe biologique ou non, et soit attirée par l'autre sexe ou non.

Mais je suis obligé de faire remarquer qu'il n'y a pas de consensus à ce sujet; tout le monde n'est pas d'accord sur ce qui cause tout ça, il y a d'autres théories (hypothèses ou affirmations serait un meilleur mot, puisque rien n'est prouvé de toute façon, pour aucune de ces "théories".)


Angel.A a écrit :
Les bisexuels ont une particularité, contrairement aux monosexuels qui sont monoAsexuels aussi; cette particularité est le romantisme. le romantisme est une tendance amoureuse avec hypersensibilté depassant la raison; cette hypersensibilté fait que la personne ne reconnait plus l'autre a partir de son sexe, mais il va audela d'autres caracteres, c'est des personnes moins exigentes, et plus flexibles quant au sexe de leur (s) partenaire(s) pour satisfaire leur libido.


Il me semble que cette tendance exacerbée existe aussi chez les personnes qui ne sont pas bisexuelles.

Premièrement il y a des hétéro et des homosexuels qui sont hypersensibles et "romantiques" dans leur orientation sexuelle, sans nécessairement l'être en dehors (donc, par exemple, un hétéro qui sera hypersensible romantiquement envers les femmes, qu'il y aie une attirance sexuelle ou pas d'ailleurs, puisque l'amour, le romantisme n'est pas nécessairement une conséquence de l'attirance sexuelle).

Deuxièmement il y a aussi ceux que l'on appelle les homoromantiques; des personnes qui peuvent ressentir de l'amour romantique pour le même sexe, sans avoir de pulsions sexuelles pour ce sexe ET qui peuvent sur le côté avoir aussi des attirances sexuelles et/ou romantiques pour le sexe opposé. Et la même chose existe chez des homosexuels qui sont attirés romantiquement/amoureusement par le sexe opposé.


Angel.A a écrit :
melancolie a écrit :
Quant au terme "asexué", il signifie "qui n'a pas de sexe", voulais-tu faire reference à ceux qu'on nomment ici les aromantiques (sans attirance amoureuse) ?


dans ton jargon, oui, sans attirance amoureuse, meme pas le minimum qu'ils devraient avoir pour tout le monde! parceque justement ignorant la notion de difference entre les deux sexes du stade genital.Fixation a des stades anterieurs non génitalisés.
(quant a "aromantique" le romantisme etant une autre histoire, on peut etre amoureux sans etre romantique comme chez les monoAsexuels)


Sauf que si aromantique est un mot de jargon que nous avons "inventés" pour désigner ce fait, asexué est lui déjà pris, "qui n'a pas de sexe".

Bon, les termes ne sont pas clairs on dirait. L'amour non romantique que tu évoque existe aussi, et on peut dire que l'amour en général englobe cet amour romantique.

Mais bon, en fait, quand on parle d'amour dans une conversation où l'on parle d'orientation sexuelle, on ne parle en général que d'amour romantique ou de quelque chose de proche; pas d'amitié, d'admiration, de proximité, de tendresse, etc.

Ces mots désignent d'autres sentiments, qui, s'ils font partie de l'amour, ne sont pas suffisants, pris seuls, pour dire qu'il s'agit d'amour, sauf au sens très général (et donc peu utile ici) du terme.


Angel.A a écrit :
melancolie a écrit :

idem pour le mot "sexué", il signifie "pourvu d'organes sexuels differenciés", ce quui est la majorité de cas pour les asexuels comme les sexuels.



encore faudrait il l'avoir compris au stade genital !



Je crois, mais c'est juste une idée comme ça, que les asexuels sont eux aussi au courant en ce qui concerne la plomberie. Le reste (compréhension du sexe menant à la sexualisation) n'a aucun rapport avec la définition du terme sexué, et me semble donc hors de propos.


Angel.A a écrit :
melancolie a écrit :
Ne confond pas "sexué" et "sexuel",


je crois que tu ne sais pas de quoi tu parles!
la sexualité fait parie de notre vie sauf pendant la phase de latence.
la sexualisation de notre psychisme commence des l'oedipe jusqu'a la mort.


Mélancolie fait une observation ma foi bien simple :
Sexué sert à parler de la sexuation, c.-à-d. de quel type d'organes génitaux (et de caractères sexuels corporels) la personne dispose, tandis que sexuel regroupe tout ce qui touche aux attirances envers d'autres personnes.

Dans ce contexte, parler de sexualisation sans même citer la sexuation est hors de propos. On parle ici de la différence ENTRE organisation des organes génitaux et des caractères sexuels physiologiques de la personne ET son (ses) mode(s) d'attirance envers les autres.


Angel.A a écrit :
melancolie a écrit :
Nait-on ou devient-on asexuel .


je me suis jamais demandé si on nait asexuel! c absurde, la naissance elle meme etant un rapport sexuel!


Ce n'est pas entièrement absurde, et certainement en aucun cas pour les raisons que tu as données.

Personnellement je pense que l'asexualité a beaucoup de chances d'exister comme une combinaison de facteurs innés ET acquis,
comme beaucoup d'autres traits dans la nature humaine.

Mais en définitive, ce n'est que mon avis, il n'y a pas d'étude qui nous dise si l'asexualité est innée, acquise, ou un peu des deux; ça n'existe même pas pour l'homo et l'hétéro sexualité, alors que celles-là sont connues depuis bien plus longtemps, tout comme cette question de l'inné et de l'acquis.

Par contre, dire que la naissance et un rapport sexuel, j'aimerais un eclaircissement sur ce que tu entends par là.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité