En fait c'est le romantisme non ?

Vous avez des questions sur l'asexualité ?
C'est ici que ça se passe.
No one
Acolyte
Messages : 381
Enregistré le : 19 juin 2013, 20:47

En fait c'est le romantisme non ?

Message par No one » 20 juin 2013, 05:05

Bonjour à tous. :)


Suite à une discussion très intéressante avec une personne rencontrée, par pur hasard, au détour de commentaires sur YouTube,
je me suis mis à survoler un peu les forums sur l'asexualité pour essayer de me faire une idée plus précise de cet étrange univers ! ^^

C'est ce qu'elle m'avait conseillé de faire une fois, devant une certaine incrédulité, et elle avait bien raison.
Ça permet d'avoir une vision beaucoup plus large et d'appréhender au mieux les — parfois très subtiles — nuances qui le composent !

Globalement, je pense pouvoir dire que ça m'a ouvert l'esprit et m'a fait reconnaitre le sujet avec bien plus de tolérance.
Ce n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan des incompréhensions certes, mais c'est toujours ça de pris ! :woke:



Cela dit il m'est venue une réflexion (probablement pas originale mais je découvre hein) :
La vraie fracture, la plus profonde, n'est-elle pas bien plus l'aromatisme que l'asexualité ?

En effet après lecture de pas mal de témoignages et d'avis, je me suis dit qu'être en couple avec une asexuelle
romantique ne m'apparaissait pas à priori insurmontable, du moins que l'essentiel y serait sauvé si je puis dire.
Alors qu'à l'inverse, l'idée de l'aromantisme me terrifie littéralement lol


De plus, du côté de l'aromantisme les choses semblent globalement assez claires en général.
Alors que du côté romantique de l'asexualité c'est beaucoup plus bordélique !
Il y a tellement de nuances, de compromis, de visions différentes... c'est bien plus flou à définir.

Pour prendre une métaphore, si on imaginait une sorte de "frise du couple" présentant toutes les nuances possibles de
manifestations de l'amour en son sein, on placerait finalement sans mal les asexuels romantiques au bout de cette frise,
n'étant finalement qu'une forme un peu extrême de l'un des deux côtés (l'autre étant quelque chose comme l’hypersexualité).

En exagérant un peu dans le paradoxe, je trouve même que l'asexualité romantique peut presque être définie comme une forme particulière de sexualité finalement !
Il n'y a pas de sexe à proprement parler ok, mais on y retrouve néanmoins certains de ses fondements : une forme de fusion, la chaleur humaine, la prise en compte du corps, etc.
C'est possible de faire concevoir le truc à un sexuel romantique (pas trop borné), même s'il n'en veut pas pour lui.


Alors que l'aromantisme !
C'est limite inconcevable pour un romantique, sexuel ou non !
L'idée en est même presque triste et mortifère pour lui, il y a une vraie fracture d'incompréhension, voire de répulsion.
Et sur cette fameuse "frise du couple" métaphorique, on n'arriverait pas à leurs trouver une place concluante.
Ils seraient tout simplement hors-sujet en quelque sorte.


(alors certes, vous pourrez me sortir encore une sous-catégorie du genre asexuel romantico-tactilophobe,
ou asexuel aromantique tactilophile, mais moi je vais pas m'amuser à partir si loin pour l'instant hein ! :mrgreen: )



Bref ! Il est temps de finir ce pavé obscur pour les deux du fond qui suivent encore...
vous avez compris l'idée, pour moi en tous cas, l'asexualité en tant qu'identité semble avoir presque un vice de forme dans ce qu'elle essaye de rapprocher.
Bien sûr il y a des passerelles entre les deux, c'est une évidence.

Mais ne serait-ce pas plutôt la douleur d'être incompris par la société sur le même sujet qui rapprochent les asexuels
romantiques et aromantiques, plutôt qu'une réelle conception commune à même de former une identité cohérente ?

J'en sais trop rien, et probablement qu'il n'y a d'ailleurs aucune réponse définitive à cette question.


Voilà. Si cette prise de tête extrême vous inspire quelque chose, ne vous gênez pas ! :lol:


Et dans tous les cas, bonne continuation et prenez soin de vous. :bise:
.

Précision : je suis un « S » (mais je me soigne)

Avatar du membre
giby
Ascendant
Messages : 920
Enregistré le : 27 avr. 2013, 11:35
Localisation : Nord (59)

Re: En fait c'est le romantisme non ?

Message par giby » 20 juin 2013, 11:22

Bienvenu

c'est bien d'être ouvert ... il ne faut pas critiquer les aromantiques même si c'est des monstres ;)
Sinon, tu penses quoi des S aromantiques? c'et très courent dans le fond.
(\__/)
( :'.': )
(")_(") Copie et colle le lapin dans ta signature pour l'aider à envahir le monde.
Image

No one
Acolyte
Messages : 381
Enregistré le : 19 juin 2013, 20:47

Re: En fait c'est le romantisme non ?

Message par No one » 20 juin 2013, 14:05

Bonjour à vous deux Image


giby a écrit :c'est bien d'être ouvert ... il ne faut pas critiquer les aromantiques même si c'est des monstres ;)
Image

J'imagine donc que tu es du côté romantique. :mrgreen:

Mine de rien, au-delà de la blague, tu as bien résumé cette fracture profonde.
Bien évidemment que nous ne pouvons penser ça au premier degré.
Mais au sein d'un couple que composeraient un(e) romantique et un(e) aromantique, les choses seraient probablement très difficiles.
La personne romantique pourrait finir par considérer l'aromantisme de l'autre comme une absence de cœur, comme une froideur terrible.
Donc comme, au sens imagé bien sûr, un "monstre".



giby a écrit :Sinon, tu penses quoi des S aromantiques? c'est très courant dans le fond.
C'est un peu le bordèle ces catégories non ? :mrgreen:

Dans le genre prise de tête, même vous vous devez avoir du mal à tout cerner parfois ! :lol:

Je ne sais pas trop ce que j'en pense, mais pour le coup j'ai un peu de mal à y croire vraiment.
Je pense qu'un S déclaré aromantique finit le plus souvent par tomber sur une personne qui fait évoluer ses sentiments.

Enfin, du moins disons que si un S aromantique se met en couple avec quelqu'un (puisque l'aromantisme n'est pas nécessairement la répulsion du couple ?),
alors dans ce cas faut clairement arrêter la catégorisation à l'extrême. Ça devient un couple et point barre. Ce n'est plus qu'une question de personnalités.

Bref je sais pas trop. :roll:
.

Précision : je suis un « S » (mais je me soigne)

Avatar du membre
Rising Sun
Affilié
Messages : 328
Enregistré le : 01 juin 2013, 19:52
A été aimé : 1 fois

Re: En fait c'est le romantisme non ?

Message par Rising Sun » 20 juin 2013, 14:20

No one a écrit : Je ne sais pas trop ce que j'en pense, mais pour le coup j'ai un peu de mal à y croire vraiment.
Je pense qu'un S déclaré aromantique finit le plus souvent par tomber sur une personne qui fait évoluer ses sentiments.
Mais si c'était le cas, ça serait pareil pour les A aromantiques aussi. Or ce n'est pas le cas.
Mon premier "petit ami" (enfin si je peux l'appeler comme ça vu la brièveté de l'histoire) était traumatisé crânien. Il est devenu aromantique suite à son accident. Il cherchait désespérément à retrouver les sentiments qu'il avait avant, puisqu'il s'en souvenait bien... Mais il n'y a rien eu à faire. Au contraire depuis son accident, sa sexualité (tant l'attirance que la libido) est montée en flèche limite pathologique.

No one
Acolyte
Messages : 381
Enregistré le : 19 juin 2013, 20:47

Re: En fait c'est le romantisme non ?

Message par No one » 20 juin 2013, 14:28

Rising Sun a écrit :Mais si c'était le cas, ça serait pareil pour les A aromantiques aussi. Or ce n'est pas le cas.
Mon premier "petit ami" (enfin si je peux l'appeler comme ça vu la brièveté de l'histoire) était traumatisé crânien. Il est devenu aromantique suite à son accident. Il cherchait désespérément à retrouver les sentiments qu'il avait avant, puisqu'il s'en souvenait bien... Mais il n'y a rien eu à faire. Au contraire depuis son accident, sa sexualité (tant l'attirance que la libido) est montée en flèche limite pathologique.
Ok mais là peut-on vraiment parler d'identité ?
Un traumatisme crânien c'est pas rien, surtout lorsqu'il fait naître des modifications de la personnalité aussi extrêmes.
Ça me semble pas un très bon exemple pour le coup.

Mais ça se manifeste comment dans un couple un aromantique sexuel ?
C'est bizarre quand même...
.

Précision : je suis un « S » (mais je me soigne)

Piccolo
Atrix
Messages : 1728
Enregistré le : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 111 fois

Re: En fait c'est le romantisme non ?

Message par Piccolo » 20 juin 2013, 14:51

Je ne vois pas où est le problème avec "l'aromantisme" (terme que je n'apprécie pas, ça fait un peu "super soldat qui rentre dans sa chambre de cryogénisation une fois sa mission accomplie"). A mon sens c'est bien moins un problème que d'être asexuel et d'avoir une attirance amoureuse pour l'un ou les deux genres.

Si "l'aromantique" est sexuel, il lui restera toujours le sexe, chose "indispensable" dans un couple.
S'il est asexuel...et bien cela veut dire qu'il n'a aucune attraction pour qui que ce soit, et du coup il n'a aucun intérêt à être en couple.
No one a écrit :En exagérant un peu dans le paradoxe, je trouve même que l'asexualité romantique peut presque être définie comme une forme particulière de sexualité finalement !
C'est pas faux. Il est vrai que la définition de la sexualité diffère pas mal selon les gens: pour la plupart des asexuels, ça se résume par le fait d'avoir une attraction sexuelle "génitale" (la baise quoi), pour d'autres ça englobe tous les aspect de la vie de couple. Façon de voir les choses.
No one a écrit :Ils seraient tout simplement hors-sujet en quelque sorte.
Je ne sais pas, si on part du principe que le romantisme est une forme de sexualité sans l'aspect "génital", un asexuel aromantique reste quand même un vrai asexuel, car n'a aucune attirance du tout.
Enfin au final je m'en fous de l'étiquette "asexuel", pour moi c'est juste un terme qui s'applique par défaut car je n'en vois aucun autre. Ce qui est sûr c'est que je ne suis ni hétéro, ni homo, ni bi.
No one a écrit :Mais ne serait-ce pas plutôt la douleur d'être incompris par la société sur le même sujet qui rapprochent les asexuels
romantiques et aromantiques, plutôt qu'une réelle conception commune à même de former une identité cohérente ?
C'est vrai que le terme "asexualité" pourrait presque passer pour un abus de langage, à y regarder de plus près.
Je pense surtout qu'il y a deux catégories de personnes parmi les asexuels:
-ceux qui ont toujours eu des sentiments amoureux, mais, pensant que les sentiments amoureux et la sexualité "génitale" étaient liés, ont mis du temps pour se trouver. De ce fait, le mot "asexualité" a été libérateur pour eux.
-les "aromantiques" qui n'ont jamais eu la moindre attirance amoureuse pour les deux genres (pour cause d'indifférence, avec une répulsion facultative), et qui de ce fait ont toujours eu conscience de leur asexualité, sans pour autant avoir cherché à la définir par un mot bien spécifique.


Donc "l'aromantisme" (que l'on soit S ou A) est loin d'être un problème pour ma part, beaucoup moins que d'être "A romantique".

No one
Acolyte
Messages : 381
Enregistré le : 19 juin 2013, 20:47

Re: En fait c'est le romantisme non ?

Message par No one » 20 juin 2013, 15:21

Intéressant ce message... mais qui a tendance à m'embrouiller encore plus. :mrgreen:

En fait, le problème c'est peut-être surtout que j'essaye de trouver des "cases" cohérentes dans lesquelles chacun pourrait rentrer.
Ne voyez d'ailleurs aucune forme de jugement là-dedans, c'est simplement le côté très analytique de ma personnalité quand j'essaye de comprendre un sujet. :wink:

Mais ça semble peine perdue ici.
Il y a toujours une nuance à même de contredire une quelconque affirmation.
Vous allez me dire, c'est la nature même de l'humain qui est comme ça, sur tous les sujets, et c'est ce qui fait sa richesse.
Cependant ce sont d'abord les asexuels eux-mêmes qui se sont regroupés sous cette sorte d'étendard, forcément réducteur par certains aspects.

Piccolo a écrit :Je pense surtout qu'il y a deux catégories de personnes parmi les asexuels:
-ceux qui ont toujours eu des sentiments amoureux, mais, pensant que les sentiments amoureux et la sexualité "génitale" étaient liés, ont mis du temps pour se trouver. De ce fait, le mot "asexualité" a été libérateur pour eux.
-les "aromantiques" qui n'ont jamais eu la moindre attirance amoureuse pour les deux genres (pour cause d'indifférence, avec une répulsion facultative), et qui de ce fait ont toujours eu conscience de leur asexualité, sans pour autant avoir cherché à la définir par un mot bien spécifique.
Oui, ça rejoint tout-à-fait ce que je pense.
C'est ce que j'essayais de dire avec le côté "généralement plus clair" des aromantiques.

Parce que chez les romantiques (ceux qui ont vraiment besoin de chaleur humaine, de contact) leurs ressentis me semblent beaucoup plus mouvants,
à même d'évoluer et de se transformer en fonction de la personne en face, et regroupant bien des nuances dont certaines frôlent parfois l'incohérence.

Et d'ailleurs dans certains témoignages que j'ai pu lire ici et là, il arrive que des personnes se trompent en se qualifiant d'asexuels (à mon humble avis).
Notamment ceux qui confondent l'absence d'envie avec d'autres notions comme par exemple : la peur du sexe, la sacralisation de la virginité, l'hypo-sexualité, etc.
M'enfin encore une fois ce n'est pas un jugement, c'est juste que ces personnes-là ne trouveront probablement pas l'apaisement qu'elles recherchent par ce biais-là.



Bref, tout est assez obscur quand on se penche dans les arcanes de la diversité humaine !
C'est un inépuisable sujet de discussion, mais je lis avec plaisir vos avis, c'est aussi particulièrement enrichissant. :)
.

Précision : je suis un « S » (mais je me soigne)

Avatar du membre
Rising Sun
Affilié
Messages : 328
Enregistré le : 01 juin 2013, 19:52
A été aimé : 1 fois

Re: En fait c'est le romantisme non ?

Message par Rising Sun » 20 juin 2013, 16:09

No one a écrit :
Rising Sun a écrit :Mais si c'était le cas, ça serait pareil pour les A aromantiques aussi. Or ce n'est pas le cas.
Mon premier "petit ami" (enfin si je peux l'appeler comme ça vu la brièveté de l'histoire) était traumatisé crânien. Il est devenu aromantique suite à son accident. Il cherchait désespérément à retrouver les sentiments qu'il avait avant, puisqu'il s'en souvenait bien... Mais il n'y a rien eu à faire. Au contraire depuis son accident, sa sexualité (tant l'attirance que la libido) est montée en flèche limite pathologique.
Ok mais là peut-on vraiment parler d'identité ?
Un traumatisme crânien c'est pas rien, surtout lorsqu'il fait naître des modifications de la personnalité aussi extrêmes.
Ça me semble pas un très bon exemple pour le coup.

Mais ça se manifeste comment dans un couple un aromantique sexuel ?
C'est bizarre quand même...
Oui je pense qu'on peut parler quand même d'identité car la différence est très grande et dans ce cas il y a une preuve qu'elle existe, qu'elle est une réalité non modifiable, contrairement à un choix.
C'est quelque chose de pas mal visible, l'attirance sexuelle sans attirance romantique. C'est sans doute ce qui fait les histoires d'un soir. Tout est basé sur le physique uniquement. Quant aux tendres préliminaires, ils sont plutôt aléatoires... En gros, c'est de l'amitié plus du sexe. La différence, c'est qu'on n'y retrouve pas ce qui différencie l'amour de l'amitié avec du sexe.

Pour ce qui est des problèmes engendrés par l'aromantisme, je dirais qu'il y en a deux :
- les moqueries à l'adolescence car bien évidemment les copains se posent des questions sur l'orientation sexuelle de l'aromantique, qui ne se met jamais en couple, et ça peut aboutir à du harcèlement sévère ;
- plus tard, il peut aussi y avoir le dépit de voir que les autres préfèrent tous des relations romantiques et accordent bien peu de place à l'amitié qui est primordiale quand l'amour ne fait pas partie de la vie. On peut se sentir "secondaire", avoir la sensation de passer en dernier, et se sentir vraiment très seul (d'autant plus pour ceux qui n'ont pas de famille). J'ai souvent eu ce sentiment autrefois.

No one
Acolyte
Messages : 381
Enregistré le : 19 juin 2013, 20:47

Re: En fait c'est le romantisme non ?

Message par No one » 20 juin 2013, 17:52

Mais tu te situes où toi Rising Sun ?

Tu étais une asexuelle romantique avec un sexuel aromantique ??
Wouah, si c'est ça on tient probablement la palme d'or de la prise de tête ! :shock: :lol:


Ce que je comprends pas trop c'est... où commence le foutage de gueule dans ce genre de cas ? (pour le dire cash)

En quoi vous étiez un couple ?
En quoi tu étais plus qu'une amie et partenaire sexuelle qui lui plaisait ?

Sincèrement, on peut très vite glisser dans le foutage de gueule ici.
Je n'insinue pas que ce soit votre cas bien sûr, mais c'est un sujet bien tendancieux quand même.
.

Précision : je suis un « S » (mais je me soigne)

Avatar du membre
Uiravaivahui
Assidu
Messages : 824
Enregistré le : 08 juin 2013, 13:23
A été aimé : 2 fois

Re: En fait c'est le romantisme non ?

Message par Uiravaivahui » 20 juin 2013, 18:04

No one a écrit : Alors qu'à l'inverse, l'idée de l'aromantisme me terrifie littéralement lol
Alors que l'aromantisme !
C'est limite inconcevable pour un romantique, sexuel ou non !
L'idée en est même presque triste et mortifère pour lui, il y a une vraie fracture d'incompréhension, voire de répulsion.
Je trouve que le terme "mortifère" est une sacrée hyperbole ! L'aromantisme ne tue personne.
No one a écrit : Je ne sais pas trop ce que j'en pense, mais pour le coup j'ai un peu de mal à y croire vraiment.
Je pense qu'un S déclaré aromantique finit le plus souvent par tomber sur une personne qui fait évoluer ses sentiments.
Là-dessus j'ai plus tendance à penser, qu'un Aromantique-S se met en couple pour le côté pratique, plus besoin d'aller chercher un coup d'un soir, de payer ou pire encore pour assouvir le besoin sexuel en trouvant quelqu'un à proximité (et gratuit bien que ce soit extrême de dire ça) avec qui l'assouvir régulièrement. Bref, l'Aromantisme-S ne tombera jamais amoureux. Un aromantique-S ne pourrait-il pas passer sa vie avec des jouets si la solitude était moins stigmatisée ?
No one a écrit :Mais tu te situes où toi Rising Sun ?
Tu étais une asexuelle romantique avec un sexuel aromantique ??
Wouah, si c'est ça on tient probablement la palme d'or de la prise de tête ! :shock: :lol:
Ce que je comprends pas trop c'est... où commence le foutage de gueule dans ce genre de cas ? (pour le dire cash)
Je n'ai pas à parler pour Rising Sun, mais il a bien été précisé que son ami a changé suite à un traumatisme crânien et qu'il cherchait à redevenir comme avant, donc moi je ne vois absolument rien de choquant dans le fait qu'ils soient restés en couple et rien non plus dans le fait que la relation est pris fin.
Uiravaivahui = bébé phoque

Utiliser l'argument de la sexualité pour vendre c'est manquer de confiance en son produit.

Image

Piccolo
Atrix
Messages : 1728
Enregistré le : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 111 fois

Re: En fait c'est le romantisme non ?

Message par Piccolo » 20 juin 2013, 18:55

Uiravaivahui a écrit :Là-dessus j'ai plus tendance à penser, qu'un Aromantique-S se met en couple pour le côté pratique, plus besoin d'aller chercher un coup d'un soir, de payer ou pire encore pour assouvir le besoin sexuel en trouvant quelqu'un à proximité (et gratuit bien que ce soit extrême de dire ça) avec qui l'assouvir régulièrement. Bref, l'Aromantisme-S ne tombera jamais amoureux. Un aromantique-S ne pourrait-il pas passer sa vie avec des jouets si la solitude était moins stigmatisée ?
Oui, et aussi pour être bien vu socialement, pour "se caser", par peur de la solitude, par l'envie d'avoir des enfants...les raisons sont multiples. Il n'y a pas que des raisons "sexuelles" même si elles sont bien là.

Mais de là à dire qu'un S aromantique pourrait passer sa vie avec des jouets, ça n'a rien à voir avec la sexualité entre deux personnes. Le désir sexuel de la chair ne sera jamais comblé avec des sextoys, c'est impossible.

Avatar du membre
Rising Sun
Affilié
Messages : 328
Enregistré le : 01 juin 2013, 19:52
A été aimé : 1 fois

Re: En fait c'est le romantisme non ?

Message par Rising Sun » 20 juin 2013, 18:55

No one a écrit :Mais tu te situes où toi Rising Sun ?

Tu étais une asexuelle romantique avec un sexuel aromantique ??
Wouah, si c'est ça on tient probablement la palme d'or de la prise de tête ! :shock: :lol:


Ce que je comprends pas trop c'est... où commence le foutage de gueule dans ce genre de cas ? (pour le dire cash)

En quoi vous étiez un couple ?
En quoi tu étais plus qu'une amie et partenaire sexuelle qui lui plaisait ?

Sincèrement, on peut très vite glisser dans le foutage de gueule ici.
Je n'insinue pas que ce soit votre cas bien sûr, mais c'est un sujet bien tendancieux quand même.
De sa part, oui, il y a eu du foutage de gueule car il jouait sur les limites amitié / plan cul / amour tout le temps mais ne le disait pas avec franchise. Mais bon, là c'était un cas très particulier quand même.
Modifié en dernier par Rising Sun le 22 juin 2013, 21:24, modifié 1 fois.

Avatar du membre
giby
Ascendant
Messages : 920
Enregistré le : 27 avr. 2013, 11:35
Localisation : Nord (59)

Re: En fait c'est le romantisme non ?

Message par giby » 20 juin 2013, 19:25

Sinon, sur les histoires asexuel/aromentique c'est deux choses différentes et indépendante donc on peu avoir toutes les combinaison sans faire vraiment des catégorie...
Les S aromatiques sont très nombreux je crois... On appelle ça des salauds ;)

Sinon dans les couples.. Je connais ici sur le fofo la pire combinaison possible: Femme Asexuelle romantique/ Homme Sexuel aromantique

Ça c'est hard
(\__/)
( :'.': )
(")_(") Copie et colle le lapin dans ta signature pour l'aider à envahir le monde.
Image

Avatar du membre
Uiravaivahui
Assidu
Messages : 824
Enregistré le : 08 juin 2013, 13:23
A été aimé : 2 fois

Re: En fait c'est le romantisme non ?

Message par Uiravaivahui » 20 juin 2013, 20:26

Piccolo a écrit :Oui, et aussi pour être bien vu socialement, pour "se caser", par peur de la solitude, par l'envie d'avoir des enfants...les raisons sont multiples. Il n'y a pas que des raisons "sexuelles" même si elles sont bien là.
Il y a des beaucoup de raisons autre que l'amour qui poussent les gens à se mettre en couple : Le dépit, l'argent, le conformisme, la reproduction, "le tableau de chasse"...
Piccolo a écrit :Mais de là à dire qu'un S aromantique pourrait passer sa vie avec des jouets, ça n'a rien à voir avec la sexualité entre deux personnes. Le désir sexuel de la chair ne sera jamais comblé avec des sextoys, c'est impossible.
Je n'avais pas du tout pensé à cette notion de chair qui est très très importante, donc là-dessus je trouve que tu as raison, le fait de ne pas avoir songer à cette envie de chair m'a induite en erreur, mais c'est comme cela qu'on apprend.
giby a écrit : Les S aromatiques sont très nombreux je crois... On appelle ça des salauds
Je dirais que ce sont des gens hargneux non pas car ils sont Aromantiques mais parce qu'ils le savent et feignent l'amour, abusent des sentiments des autres pour assouvir leur besoin.
Uiravaivahui = bébé phoque

Utiliser l'argument de la sexualité pour vendre c'est manquer de confiance en son produit.

Image

No one
Acolyte
Messages : 381
Enregistré le : 19 juin 2013, 20:47

Re: En fait c'est le romantisme non ?

Message par No one » 20 juin 2013, 20:56

Alors déjà Rising Sun désolé, j'avais pas compris que vous vous connaissiez avant l'accident de cet ex.
Je pensais que la rencontre avait eu lieu après, donc effectivement ça change la donne d'avoir vécu l'évolution en direct, je comprends mieux.

Pour les sexuels aromantiques là j'ai quand même plus de mal à vous suivre.
À vous lire on dirait qu'ils sont forcément hypersexuels, et forcément prédateurs !

Vous ne seriez pas en train d'extrapoler vos propres vécus, et de mettre les trois quarts des mecs dans les aromantiques ??

L'immense majorité des personnes sexuels ont des expériences purement sexuelles, avec divers degrés de respect et d'honnêteté
envers leurs partenaires selon les personnalités et les périodes, mais ils peuvent tout-à-fait tomber amoureux par ailleurs.
D'autre part, même s'il est vrai que les mecs sont probablement plus enclins au coup d'un soir, beaucoup de filles sont loin d'être en reste pour autant à ce niveau-là !

Franchement faudrait des éclaircissements ici, j'ai l'impression que vous avez mixé plusieurs concepts pour en faire une vision quelque peu exagérée.
.

Précision : je suis un « S » (mais je me soigne)

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité