Asexualité et non-morcellement de l'autre

Vous avez des questions sur l'asexualité ?
C'est ici que ça se passe.
Répondre
Avatar du membre
Dreamliner
Membre
Messages : 16
Enregistré le : 13 nov. 2010, 11:07

Asexualité et non-morcellement de l'autre

Message par Dreamliner » 29 nov. 2010, 08:46

J'avais déjà commencé à en parler quelquepart sur le forum(désolé, j'espère que ça ne pose pas de problème).

J'avais vu qu'il y avait pour soi-même un stade psychotique où on se conçoit soi-même d'une manière morcelée et un stade névrotique où l'on se conçoit cette fois-ci d'une manière non-morcelée.

Et je pensais que quand on a un désir sexuel/attirance sexuelle on conçoit l'autre d'une manière morcelée et qu'on recherche une satisfaction hormonale(qui est en synthèse avec la satisfaction de l'autre)
Tandis que l'asexuel serait à un stade de non-morcellement de l'autre, et dans ce cas-là ça deviendrait un désir d'intimité, et l'intimité étant une pure abstraction ça serait une satisfaction mentale. Et même si l'asexuel à un contact avec une partie du corps de l'autre, il ne s'agit pas pour lui d'une partie du corps mais de l'autre dans sa totalité puisqu'il s'agit d'intimité. Mais pour le sexuel il ne s'agirait pas non-plus une partie du corps, mais de l'autre qui serait morcelé. Et pour le pervers il s'agirait effectivement d'une partie du corps et recherchera uniquement une satisfaction hormonale sans que ça se synthétise avec la satisfaction de l'autre.

reverine
Assidu
Messages : 832
Enregistré le : 03 janv. 2009, 01:26
Localisation : Liège et Namur (Belgique)
A été aimé : 1 fois
Contact :

Re: Asexualité et non-morcellement de l'autre

Message par reverine » 29 nov. 2010, 09:45

stade névrotique ? Morcelé ? Non-morcelement ? Kézako ? :? Je ne suis pas douée pour l'abstraction, encore moins la psycho avec le jargon.
Se forcer à avoir envie de ce qu'on ne veut pas est une contrainte... Pq donc nous forcer à associer un si vilain mot avec l'acte d'amour ?
"C'est sa catastrophe , le Belge ne va au désir que par le chemin du besoin" Denys-Louis Colaux

Avatar du membre
Dreamliner
Membre
Messages : 16
Enregistré le : 13 nov. 2010, 11:07

Re: Asexualité et non-morcellement de l'autre

Message par Dreamliner » 29 nov. 2010, 11:10

Chez le psychotique il y a une angoisse de morcellement avec l'impression que les organes du corps sont parfaitement séparé les uns des autres(comme un puzzle). Et pas chez le névrotique. L'enfant est d'abord psychotique, et après névrotique(développement de la personnalité).
Le psychotique est purement factuel et est incapable de voir la structure qui lie les faits entre eux, et donc il va constater un fait et déduire de manière hative sans rien vouloir entendre. Tandis que le névrotique est capable de lier les différents faits entre eux, et donc pour lui un fait qu'il observe ne sera pas la même chose selon le contexte, cad que pour lui les faits sont en interdépendance les uns par rapports aux autres. En clair avec le psychotique, par exemple tu te fait virer de ton travail, il constate le fait et déduit donc que tu es incompétant, tu veux lui expliquer ce qu'il s'est passé(ça suppose un ensemble de faits et la manière donc ils sont liés entre eux) et il ne va rien vouloir entendre. Et c'est pareil pour la conception de son propre corps avec les organes qui ne sont pas liés entre eux.

Quand tu es sexuel tu es charmé par différentes parties de la personne, des taches de rousseurs sur le visage, un nez peu proéminent ou avec un défaut , sa voix, etc....et c'est l'ensemble de ces parties qui te donne une attirance sexuelle.
Et j'ai l'impression qu'on ne ressent pas d'attirance sexuelle parceque la personne est unifiée, et par exemple avec un contact oral avec l'autre tu aura le sentiment d'être en contact avec toute la personne dans ce qu'elle est physiquement et mentalement et ça va alors satisfaire ton désir d'intimité, mais l'intimité avec quelqu'un tu ne peux pas la définir de manière physique, et il recherche donc l'intimité qui est une idée purement abstraite et qui va le satisfaire mentalement.

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 10 fois

Re: Asexualité et non-morcellement de l'autre

Message par melancolie » 01 déc. 2010, 06:14

Dreamliner a écrit : Quand tu es sexuel tu es charmé par différentes parties de la personne, des taches de rousseurs sur le visage, un nez peu proéminent ou avec un défaut , sa voix, etc....et c'est l'ensemble de ces parties qui te donne une attirance sexuelle.
Et j'ai l'impression qu'on ne ressent pas d'attirance sexuelle parceque la personne est unifiée, et par exemple avec un contact oral avec l'autre tu aura le sentiment d'être en contact avec toute la personne dans ce qu'elle est physiquement et mentalement et ça va alors satisfaire ton désir d'intimité, mais l'intimité avec quelqu'un tu ne peux pas la définir de manière physique, et il recherche donc l'intimité qui est une idée purement abstraite et qui va le satisfaire mentalement.
Hum le morcellement psychotique est bien plus complexe qu'une simple séparation de la personne en petite partie, il me semble.
De plus l'attirance sexuelle ne se focalise pas sur une partie de la personne, ce dont tu parles c'est plus du fétichisme. Le S peut voir aussi la personne dans son intégralité.
Et vice et versa tu oublies qu'il y'a une attirance physique entre A, même si pas sexuelle, et que l'attention peut se focaliser aussi sur des parties du corps de l'autre
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

Avatar du membre
Dreamliner
Membre
Messages : 16
Enregistré le : 13 nov. 2010, 11:07

Re: Asexualité et non-morcellement de l'autre

Message par Dreamliner » 02 déc. 2010, 05:49

melancolie a écrit :
Dreamliner a écrit : Quand tu es sexuel tu es charmé par différentes parties de la personne, des taches de rousseurs sur le visage, un nez peu proéminent ou avec un défaut , sa voix, etc....et c'est l'ensemble de ces parties qui te donne une attirance sexuelle.
Et j'ai l'impression qu'on ne ressent pas d'attirance sexuelle parceque la personne est unifiée, et par exemple avec un contact oral avec l'autre tu aura le sentiment d'être en contact avec toute la personne dans ce qu'elle est physiquement et mentalement et ça va alors satisfaire ton désir d'intimité, mais l'intimité avec quelqu'un tu ne peux pas la définir de manière physique, et il recherche donc l'intimité qui est une idée purement abstraite et qui va le satisfaire mentalement.
Hum le morcellement psychotique est bien plus complexe qu'une simple séparation de la personne en petite partie, il me semble.
De plus l'attirance sexuelle ne se focalise pas sur une partie de la personne, ce dont tu parles c'est plus du fétichisme. Le S peut voir aussi la personne dans son intégralité.
Et vice et versa tu oublies qu'il y'a une attirance physique entre A, même si pas sexuelle, et que l'attention peut se focaliser aussi sur des parties du corps de l'autre
J'ai jamais dit qu'il n'y avait pas d'attirance physique entre A, bien sûr qu'il y en à une. J'ai jamais dit que le S se focalisait sur une partie de la personne, mais qu'il conçevait l'autre de manière morcelée.
Pour ce qui est du A je pense que si l'attention se focalise sur une partie du corps de l'autre, ça ne veut pas dire que chez lui la personne est conçue de manière morcelée. Sa focalisation, elle ne se fait peut-être pas au même niveau; euh je sais pas comment dire, peut-être que la personne est unifiée et qu'en se focalisant sur une partie il a tendance à redescendre, tandis que le S c'est un ensemble de parties qui va le faire remonter sur la personne dans son intégralité et créer l'attirance sexuelle, mais il n'aura pas comme le fétichiste une attirance sexuelle pour une partie du corps, disons que si il est charmé par une partie du corps il va plutôt le remonter à toute la personne. En plus ça ne veut même pas dire qu'il aime la personne sexuellement que pour cette seule partie.
D'ailleurs quand je parle de parties ça ne concerne pas que le corps, même pour le S évidement.

Edit: quand je parle d'hypermaturité c'est pas un jugement moral, c'est juste le fait qu'on serait peut-être là à un niveau synthétique.

Avatar du membre
Dreamliner
Membre
Messages : 16
Enregistré le : 13 nov. 2010, 11:07

Re: Asexualité et non-morcellement de l'autre

Message par Dreamliner » 23 déc. 2010, 12:36

Ce que je me demande c'est si on ne pourrait pas parler de fusionel/anaclitique/génital/asexuel, et ce que j'ai remarqué c'est que plus une personne est mature moins elle est invalidante sur le plan social, et pour moi la maturité ça n'est pas du tout une question de morale mais de conscience large de la réalité. Et peut-être que ça fait que l'asexuel considère plus la liberté d'aimer, et justement il moralise peut-être aussi moins et le S est même au contraire plus accepté par le A que par le S lui-même.
Ce que je veux dire c'est que la maturité amène à un niveau de conscience plus élevé, et ensuite à une manière différente de concevoir les choses.
C'est juste que j'ai l'impression qu'il y a beaucoup de choses qui se recroisent, avec le niveau de conscience j'ai l'impression qu'il y a non-seulement moins d'invalidation sociale, mais aussi moins de soumission à l'autorité, plus d'indépendance, moins de moralisation, etc
C'est pas par mépris que je dis ça mais par volonté d'objectivité(je veux dire la manière dont les choses sembleraient fonctionner).

Avatar du membre
Ariane Phils
Aspirant
Messages : 32
Enregistré le : 10 déc. 2010, 08:45

Re: Asexualité et non-morcellement de l'autre

Message par Ariane Phils » 25 déc. 2010, 15:28

Je suis d'accord avec le dernier post sur la maturité, mais personnellement je sais pas si j'irais relier ça à l'asexualité. Je suis pas trop convaincue.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité