neutrois et culture française

Vous avez des questions sur l'asexualité ?
C'est ici que ça se passe.
Répondre
Avatar du membre
Dreamliner
Membre
Messages : 16
Enregistré le : 13 nov. 2010, 11:07

neutrois et culture française

Message par Dreamliner » 29 nov. 2010, 07:10

Je me suis toujours dit que le neutrois(qu'on peut aussi appeler androgyne cad ni masculin ni féminin) n'attirait que pas grand monde dans la culture française. Finalement j'arrive à expliquer logiquement ce ressenti:

Masculin: systémique/Féminin: empathique
Et que celui qui est androgyne est à la fois hypermasculin et hyperféminin et finalement ça s'annule et il parait neutre(il a à la fois les 2 traits extrêmes et tend à complètement les effacer).
Le garçon qui est féminin évoque les traits de personnalités empathiques qui correspondent au cerveau "sociable" et semble avoir une propension à la recherche du bonheur collectif et donc plaira mieux aux filles qui sont très "tribale"(donc en plein dans la culture française).
Et que le garçon très masculin plaira à la fille extrêmement sensible de par la résistance qu'il dégage et de par son côté protecteur(besoin de sécurité).
Mais le garçon androgyne(neutrois) évoquera plutôt la neutralité et plaira à des filles plutôt individualistes, et pour une fille tribale il ne paraitra pas assez sociable(ou encore une fois tourné vers le bonheur collectif), et peut-être aussi trop aseptisé et malheureusement lui paraitre cynique. Et avec la culture française il ne trouve pas grand monde.
Peut-être aussi qu'en dehors de son apparence sobre il aura aussi des traits presque aspie(encore plus que le garçon masculin) et s'exprimera aussi avec peu de biais culturels.

reverine
Assidu
Messages : 832
Enregistré le : 03 janv. 2009, 01:26
Localisation : Liège et Namur (Belgique)
A été aimé : 1 fois
Contact :

Re: neutrois et culture française

Message par reverine » 29 nov. 2010, 10:22

c'est assez stigmatisant ton truc, non ? Les attirances de couple sont plus compliquées que ça... :|
Et puis un androgyne n'est pas neutre. Un hermaphrodite qui aurait développé les deux sexes au même état, réactions hormonales comprises, peut-être...
Je ne conçois pas le cliché du "homme masculin, homme féminin" et ce que cela entraîne dans la définition. Tous les hommes et toutes les femmes sont loin d'adopter les mêmes comportements. A cause de conneries de ce genre, on accepte difficilement les femmes qui ne veulent pas d'enfant par exemple. Si on part dans ce sens, on se retrouve avec des homosexuels qui disent d'un ton exagérément surjoué et pas naturel du tout "oh j'en suis complètement folle-euh" sans assumer le fait qu'ils soient physiquement homme, et qu'il ne sera jamais "folle" à moins d'être un transexuel qui s'ignore. Tout ça parce que répondre au maximum, voire à l'excès, aux clichés féminins, leur donne l'illusion d'être pris pour une personne tout à fait féminine d'esprit par l'entourage. Moi, l'esprit groupie pimbêche de 15ans au concert de Maé, avec la gestuelle d'une bourgeoise caricaturale de film humoristique, c'est pas vraiment l'idée que je me fais d'une attitude féminine dans son sens le plus large.
Tout respect étant envers toutes ces personnes, moi cette exécration me fait peur par leur sensibilité accrue aux clichés propagés par des discours comme celui-ci, plutôt que de rester purement et simplement un homme avec un esprit qui ne correspond pas à ce qu'on s'imagine d'un homme. S'afficher avec de trop gros traits, ce n'est pas assumer ce qu'on est, c'est au contraire pour camoufler un manque de confiance en ce qu'on est, je crois. Le surjeu est une technique de défense et une marque de nervosité exprimée, c'est même pour ça qu'au théâtre ou à la télé on doit apprendre à ne pas surjouer. Pour rester dans l'exemple, je trouve qu'un homo qui s'assume c'est quelqu'un qui dit "oui je suis homosexuel", de la manière la plus simple qui soit, sans tabou, sans clichés de la (fausse) femme typée, sans laisser une seconde aux gens idiots l'occasion de croire qu'être homo c'est être différent. A peine se soigne-t-il plus, ou parle-t-il de certains sujets avec un certain avis, poser certains actes qui seraient jugés féminin par la populasse... mais pas en faisant le clown de rue partout où il passe. C'est tout de même très complexe de juger du stade d'influence des comportements sociaux sur notre nature profonde.
Tout ça pour dire : qui est-on pour juger de la masculinité d'une personne, ou sa féminité ? Y a des trucs qu'on trouvait très masculin y a trente ans, qu'on associerait pas aux hommes maintenant. Alors quoi, au petit bonheur la chance dans la loterie de la vie et du temps ?
Y a des hommes très empathiques (pour ma part je militerais volontiers en faveur de gardiens d'enfants !), et des femmes très systémiques (d'après ce que j'ai compris, la systémique c'est la pensée fonctionnant de manière globale, où la personne relie tous ses savoirs, analyse en tenant compte de tous les éléments, etc... c'est marrant, je fais justement partie de ces 12% de population dont le cerveau fonctionne constamment ainsi. Je suis une femme pourtant).

Tout comme il ne tient qu'à nous de se sentir A ou non, selon notre impression personnelle et à la lecture des définitions, il ne tient qu'à nous de nous juger "hyper féminin" ou "hypo masculin", ou je ne sais pas quoi, par rapport à nos ressentis, confrontés aux clichés sociaux. Pour moi, un homme a un pénis et des testicules, une femme a un vagin et des seins, et tout le reste n'est pas "femme" ou "homme" mais juste "image sociale et comportements influencés ou propres". Maintenant dire quand c'est propre, ou quand c'est influencé, c'est une autre affaire, mais ça ne peut pas se résumer à si peu. Un androgyne ne nous apparaîtra pas nécessairement homme ou femme de prima bord, mais son comportement nous indiquera s'il est plutôt "féminin" ou "masculin".

Finissons sur une petite chanson...

Une fille au masculiin... un garçon féminiiin... et ooon se prend la maiiin...
Se forcer à avoir envie de ce qu'on ne veut pas est une contrainte... Pq donc nous forcer à associer un si vilain mot avec l'acte d'amour ?
"C'est sa catastrophe , le Belge ne va au désir que par le chemin du besoin" Denys-Louis Colaux

Avatar du membre
Psst !
Affable
Messages : 113
Enregistré le : 21 oct. 2010, 23:22
Localisation : Paris (ou presque)

Re: neutrois et culture française

Message par Psst ! » 29 nov. 2010, 11:13

Quid des filles androgynes ?

C'est marrant, j'ai une analyse assez différente : pour moi un(e) androgyne a tendance à susciter une réaction tout sauf neutre.
Un garçon androgyne peut attirer les filles dans la mesure où il présente certains points qui leur ressemblent et les rassurent, attirer (ou intriguer) certains garçons parce qu'il "assume" mieux sa part de féminité, et être totalement rejeté par d'autres garçons parce qu'ils considèrent que c'est une insulte faite à leur propre virilité. Rien de neutre là-dedans.

Idem pour les filles.

Reverine, androgyne et folle, ça n'a absolument rien à voir. L'un relève du physique (à la base, même si ensuite l'habillement joue), l'autre du comportement. Je connais des folles suffisamment larges d'épaules pour m'arracher la tête d'une seule baffe, alors que les androgynes (garçons comme filles) sont généralement assez fluets.
A mon sens, l'androgyne cultive la confusion sur son genre et dans ce sens-là, justement, il/elle évite de "surjouer", sinon ça casse tout l'effet mystérieux.
La folle, au contraire, et là je suis d'accord, en fait des tonnes. J'avoue que je n'ai jamais compris l'explication profonde de ce comportement, ni même si c'est réellement un jeu d'acteur ou si c'est naturel. Mais pour en fréquenter quelques unes, je peux dire qu'une folle est parfaitement consciente d'être un homme.

Avatar du membre
Dreamliner
Membre
Messages : 16
Enregistré le : 13 nov. 2010, 11:07

Re: neutrois et culture française

Message par Dreamliner » 29 nov. 2010, 12:10

Ok pour moi une fille androgyne c'est une fille sobre(qui évoque du neutre) où l'on à l'impression qu'elle a à la fois une froideur masculine et une sensibilité féminine, pas une fille fluette aux cheveux court. Pour moi une fille peut très bien être masculine jusqu'a être aspie, et elle ne ressemblera pas pour autant à un mec.
Aspie il me semble aussi que c'est une forte dose de testostérone.
Modifié en dernier par Dreamliner le 29 nov. 2010, 12:32, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Psst !
Affable
Messages : 113
Enregistré le : 21 oct. 2010, 23:22
Localisation : Paris (ou presque)

Re: neutrois et culture française

Message par Psst ! » 29 nov. 2010, 12:28

Euh... Aspie, ça signifie quoi ? Je ne trouve pas ce mot dans le dictionnaire.

Avatar du membre
Dreamliner
Membre
Messages : 16
Enregistré le : 13 nov. 2010, 11:07

Re: neutrois et culture française

Message par Dreamliner » 29 nov. 2010, 12:41

Asperger, cad que c'est vu comme une forme extrême du cerveau masculin et je crois que c'est du à un taux élevé de testostérone.
Pour moi ça fait partie de la neurodiversité, mais une fille aspie ne ressemble pas non plus forcemment à un garçon.
Et quand t'as cette caractéristique t'as aussi peu de biais culturels dans tes attitudes, et tu pense de manière très cartésienne et tu retiens des petits détails(numéro précis du réacteur d'un avion, etc...)

Avatar du membre
Psst !
Affable
Messages : 113
Enregistré le : 21 oct. 2010, 23:22
Localisation : Paris (ou presque)

Re: neutrois et culture française

Message par Psst ! » 29 nov. 2010, 12:43

Hunhun.
Moi qui croyais que le seul effet d'un taux élevé de testostérone c'était la calvitie précoce. :mrgreen:

Avatar du membre
Dreamliner
Membre
Messages : 16
Enregistré le : 13 nov. 2010, 11:07

Re: neutrois et culture française

Message par Dreamliner » 29 nov. 2010, 13:22

Peut-être que je me trompe en parlant de neutrois, je voulais juste parler de quelqu'un qui serait sensible et froid(androgyne psychologique), et où l'on sent qu'il a ces 2 caractéristiques opposé et qui a un paraitre très neutre(une fille qui a une apparence très neutre ou sobre mais qui ressemble toujours à une fille, et idem pour un garçon) et qui se comporte ni comme quelqu'un de viril ni comme purement féminin(même si il à une grande empathie et l'utilise souvent envers les autres(sensibilité et émotivité féminine mais comportement neutre) et est en même temps froid). Et avec ce que ça évoque dans la culture ambiante.
(Ce que je veux dire c'est que émotionellement on la sent ni fille ni garçon(je parle du ressenti émotionnel qu'on a en voyant la personne), mais visuellement on voit bien que c'est une fille).

Edit: en fait pour moi la neutralité, cad être ni viril ni féminin, ça me donne un sentiment de liberté.

Avatar du membre
Kamen-kage
Affable
Messages : 149
Enregistré le : 24 avr. 2013, 20:35
Localisation : Bordeaux
A aimé : 25 fois
A été aimé : 4 fois

Re: neutrois et culture française

Message par Kamen-kage » 22 août 2013, 09:00

Ah oui, grâce à ton dernier post (bon, je sais que le sujet date de l'an 2000, mais je trouvais ça intéressant) , j'ai mieux compris ce que tu voulais dire Dreamliner...ce que tu veux dire par neutrois ce n'est pas androgyne mais plus quelqu'un qui rassemblerait des "qualités"/"traits de caractère" à la fois masculins et féminins.

Pour en revenir au point de départ, je dois dire que je ne sais pas trop: je n'ai pas croisé beaucoup de neutrois dans ma vie donc je n'ai pas pu constater si les gens avaient des attitudes différentes à leur égard. Je pense de façon générale qu'ils doivent recevoir moins de critiques négatives que les androgynes car c'est quelque chose qui se perçoit moins facilement que le physique.
Moi, je trouve que c'est un sujet intéressant (peut-être aussi parce que j'ai une tendance neutre qui se perçoit parfois, mais seulement pour les personnes qui me connaissent très bien).
"Il faut considérer comme un bien le moindre mal" Machiavel

Avatar du membre
Rising Sun
Affilié
Messages : 328
Enregistré le : 01 juin 2013, 19:52
A été aimé : 1 fois

Re: neutrois et culture française

Message par Rising Sun » 22 août 2013, 21:42

Euh, la description du neutrois donnée là est précisément celle de l'androgyne. Le neutrois est complètement différent de l'androgyne car il s'agit d'un genre qu'on peut qualifier de totalement asexué. Le neutrois n'a pas de masculin ni de féminin, et se ressent véritablement asexué. A la différence d'une personne agenre (qui n'a pas de genre et donc s'accommode souvent de son sexe biologique même si elle n'a pas le genre qui va avec), les neutrois cherchent couvent à se faire opérer pour supprimer leurs organes génitaux et autres caractères sexuels. C'est donc un type de transgenre et souvent transsexuel.

Avatar du membre
Kamen-kage
Affable
Messages : 149
Enregistré le : 24 avr. 2013, 20:35
Localisation : Bordeaux
A aimé : 25 fois
A été aimé : 4 fois

Re: neutrois et culture française

Message par Kamen-kage » 23 août 2013, 09:10

Ouhla, du coup je ne sais plus quelles sont les bonnes définitions...vu que chacun a la sienne lol
"Il faut considérer comme un bien le moindre mal" Machiavel

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités