suis-je asexuelle ou non?

Vous avez des questions sur l'asexualité ?
C'est ici que ça se passe.
Répondre
Avatar du membre
lolita<3
Membre junior
Messages : 6
Enregistré le : 02 sept. 2010, 18:51
Localisation : région lilloise

suis-je asexuelle ou non?

Message par lolita<3 » 02 sept. 2010, 21:24

Bonjour,
Je suis nouvelle dans cette communauté et à vrai dire je suis un peu perdue. Ça va faire un an que je commence à me poser des questions sur ma sexualité que je trouve anormale et je ne sais pas vraiment ce que je dois penser.

Alors je pensais vous raconter mon histoire (je suis désolée de vous pondre un roman mais..) peut être que quelqu'un pourra m'éclairer....

Lorsque j'étais petite, en CM1 je suis tombée amoureuse d'un garçon de mon âge. Vous aller dire "c'est mignon à cet âge là les petites histoires" sauf que ce que je ressentais pour ce garçon était un sentiment très fort, je l'aimais tout simplement. Mais j'étais petite et je ne savais pas jusqu'à quel point ce sentiment pouvait être puissant. J'ai eu la chance que ce sentiment soit réciproque et notre petite histoire a durée 2 ans jusqu'à la fin du primaire. Je me souviens qu'à l'époque mon professeur principal (ami de mes parents) les avait convoqués un jour pour parler de moi et des sentiments que je ressentais pour ce garçon ainsi que des siens. Je me souviens parfaitement d'une phrase qu'il leur a dit:" Ce que votre fille vit en ce moment , les sentiments qu'elle éprouve sont quelque chose de très fort, que certaine personne adulte ne ressentiront peut être jamais.. il faut faire très attention à la préservée. " Jamais j'aurais cru que ce que je ressentais aurait pu me mener aussi loin (car on ne peut pas appeler ça une relation à cet âge là et en plus jamais on ne s'était dit qu'on était le petit ami de l'autre, juste qu'on s'aimait). L'amour que je ressentais pour ce garçon je le voyais comme pure, parfait. Et pourtant je ne l'ai jamais embrasser. Même pas un smack!!

Au bout de deux ans c'était la fameuse rentrée au collège,la 6ème, le début des pires années de ma petite vie. Ça risque de vous sembler étrange la suite. On ne s'est pas retrouvé dans la même classe; lui était avec sa bande de potes et moi avec mes copines et on ne s'est plus jamais reparlé (ou presque,j'ai eu l'occasion de lui reparler plusieurs fois par la suite mais ça n'était comme si rien ne s'était passé ou plutôt comme si c'était un secret pour lui comme pour moi, mais ça ne change pas grand chose à présent car je n'ai plus aucun sentiment pour lui) je ne sais même pas commet ça a pu se passer ainsi mais c'est arrivé et pendant 4 ans j'ai été malheureuse. je passe les détails, pas besoin de dire ce que je ressentais à cette époque mais un jour alors que je n'avais que 13 ans j'ai décidé d'en finir pour de bon (mais ça seule ma meilleure amie, que j'ai connu après, est au courant. Je ne l'ai jamais dit à mes parents et ils ne soupçonnent même pas mon acte. Pas qu'ils ne fassent pas attention à moi bien au contraire, ils ont bcp souffert de mon malêtre sauf que je suis bonne comédienne et les choses les plus importantes je sais les cacher). bref je m'y suis très mal pris (j'ai avalé au milieu de la nuit tout les médicaments que j'ai trouvé dans notre pharmacie ) et j'ai raté mon coup (heureusement d'ailleurs) je me suis endormie avec l'idée que je ne rouvrirai plus jamais les yeux et à la place j'ai passé le reste de la nuit à vomir tout ce que je pouvais. Mes parents et les médecins ont cru que l'inflammation de mon intestin était dû à une intoxication alimentaire (ils le pensent toujours et j'ai pas l'intention de leur dire ça ne me servirai à rien désormais et ça les rendraient tristes). Bref après cette période j'ai changé de vie je me suis dit que la vie m'avait donnée une seconde chance et j'en ai profité. Je me suis reconstruite peu à peu dans un nouvel environnement (nouvelle école, nouveau amis et plus de Paul) ça à mis quelques années et des claques de mes nouveaux amis mais je m'en suis sortie et aujourd'hui je suis sincèrement heureuse tous les jours (même si des fois comme tout le monde il m'arrive d'être triste ^^). La vie et merveilleuse et je profite de chaque instant.

Tout ça pour dire qu'une fois que je m'en suis remise j'ai à nouveau été capable d'aimer des garçons. Je les aimais plus ou moins mais c'était quand même de l'amour pour la plupart. Et je sais également que c'était réciproque.

Je suis une fille plutôt jolie d'après ce que les gens disent, filles comme garçons (même si ce n'est pas vraiment mon avi). De ce fait j'ai beaucoup plus de facilité à m'entendre avec avec les garçons (les filles sont trop jalouses alors qu'elles n'ont pas de raison de l'être. Mais j'ai de très bonnes copines ne vous en faites pas ^^) et pour vous avouer j'aime beaucoup leur plaire aux mecs. je n'ai pas dit que je les draguais c'est pas vrai mais bon je m'habille plutôt à mon avantage on va dire (sans jamais être vulgaire je tiens à préciser, je suis pas une salo**) je ne me cache pas derrière des habits passe partout. Tout ça pour vous expliquer que j'aime bien qu'on fasse attention à moi même si je suis très timide (peut être une manière de compenser)...

Sauf que plus on grandit plus le sexe est présent autour de nous. Et forcement aussi dans les relations. Je n'ai pas eu beaucoup de copains mais tous voulais faire l'amour avec moi à un moment de notre relation mais moi je n'en avais pas envie. Et jusqu'à présent je me disais que j'étais encore trop petite; je n'était même pas encore majeure. Pourtant je savais que dans chacune de ces relations les mec ne voulais pas seulement coucher avec moi ils m'aimaient vraiment pour toutes les autres choses que j'étais et pas seulement pour mon corps. Un jours mon voisin de classe (un grand séducteur qui me charie tout le temps =P) m'a dit:" pourquoi tu n'as jamais fait l'amour?" je lui ai dit que j'était probablement pas prête et à cela il a répondu que je n'avais pas trouvé la bonne personne sinon j'aurais eu envie de le faire à mon âge(18ans).

Il y a quelque temps j'ai eu une relation avec un garçon que j'aimais beaucoup et qui m'aimait encore plus (je pense) et on a fait notre première fois ensemble lui voulait que ça soit avec moi et moi je me sentais prête après tout j'étais majeure , je le faisait avec le garçon que j'aimais (mes 2 conditions de petite fille), j'avais eu plusieurs relations avant (dans lesquels il y avait déjà eu quelques caresses intimes mais qui me gênaient plus qu'autre chose). Sauf que après coup je me suis rendue compte que je ne désirais pas avoir de rapport sexuel, non pas que je n'étais pas prête mais parce que simplement ça ne m'excitait pas du tout. Je n'avais pas besoin de ça dans mes relations pour être heureuse au contraire j'ai presque l'impression que ça gâche le côté pure des sentiments (enfin en ce qui me concerne car sinon pour le autre je trouve cela tout a fait normal et bien même). Je suis quelqu'un de très câline mais tout ce qui se rapport au sexe ne me procure aucun plaisir voir même me gêne.

Je ne sais pas quoi en penser? est-ce lié seulement à une mauvaise expérience ? serait-ce différent avec quelqu'un d'autre? ou est-ce que peu importe la personne ça ne changera pas, mon désir sexuel restera nul? je suis un peu perdue .. parce que ça ne m'empêche pas de tombée très amoureuse et d'être attirée par des mecs (qui sont généralement plutôt très mignons et pas seulement d'après moi ^^) et d'avoir voulu passer des moments intimes avec mes anciens copains (mais sans sexe ni préliminaires, juste des câlins et des caresses).

Merci d'avoir prété attention à mon histoire :oops: et je suis désolée pour les fautes d'orthographe je ne suis pas très très douée ^^

Avatar du membre
cyclodocus
Pâtissier dans une cale à Hambourg
Messages : 4213
Enregistré le : 19 sept. 2006, 09:42
Localisation : qq part ds les alpes
A aimé : 30 fois
A été aimé : 59 fois
Contact :

Re: suis-je asexuelle ou non?

Message par cyclodocus » 03 sept. 2010, 11:44

sois la bienvenue
Image
tu n'as pas envie
alors tu n'as pas envie
quelle que soit la "valeur" (auto proclamée) du gars en face, ça ne te fera rien. donc ne te force pas.
et tu verras que ceux qui t'aiment "vraiment" vont devenir beaucoup moins nombreux.
mais celui qui restera (et pas dans l'espoir de te changer !), alors là faudra essayer de le garder

Avatar du membre
lolita<3
Membre junior
Messages : 6
Enregistré le : 02 sept. 2010, 18:51
Localisation : région lilloise

Re: suis-je asexuelle ou non?

Message par lolita<3 » 03 sept. 2010, 12:52

Merci beaucoup pour ce conseil :)
Mais ce qui se passe, c'est qu'à chaque fois dans mes relations ça n'est pas le mec qui m'a quitté mais moi car je ne l'aimais plus... Et je ne comprends pas vraiment pourquoi ça m'arrive car j'avais des sentiments sincères envers eux. Mais dès qu'ils commencent à vouloir me faire "découvrir des nouvelles sensations" comme ils disent (que je n'ai jamais ressenties soit dit en passant ou tout du moins ça ne m'était pas agréable) et bien mes sentiments envers eux changent.. Ils m'ont toujours respectée là il n'y a aucun soucis j'ai jamais été forcée (étant donné que je ne disais pas non clairement) mais c'était plus pour leur faire plaisir car j'avais peur qu'ils pensent que je ne les aimais pas parce que je ne voulais rien faire (ce qui n'est pas forcément une peur infondée)... Mais sincèrement je n'avais aucune envie de le faire; ça me gênait plus qu'autre chose. J'avais l'impression d'être plus un objet qu'autre chose, même si ce qu'il faisait c'était soit disant pour mon plaisir et qu'ils me répétait sans arrêt qu'ils m'aimaient ect...
je ne sais plus trop quoi penser de moi...

Alexia2
Affable
Messages : 134
Enregistré le : 18 août 2010, 03:51

Re: suis-je asexuelle ou non?

Message par Alexia2 » 03 sept. 2010, 14:19

Bienvenue
Image

Avatar du membre
Nastasia
A-moureuse
Messages : 4476
Enregistré le : 18 avr. 2008, 15:27
Localisation : France
A aimé : 1 fois
A été aimé : 7 fois

Re: suis-je asexuelle ou non?

Message par Nastasia » 03 sept. 2010, 14:54

Image
Image

Avatar du membre
lolita<3
Membre junior
Messages : 6
Enregistré le : 02 sept. 2010, 18:51
Localisation : région lilloise

Re: suis-je asexuelle ou non?

Message par lolita<3 » 03 sept. 2010, 18:29

merci beaucoup :)

Avatar du membre
cyclodocus
Pâtissier dans une cale à Hambourg
Messages : 4213
Enregistré le : 19 sept. 2006, 09:42
Localisation : qq part ds les alpes
A aimé : 30 fois
A été aimé : 59 fois
Contact :

Re: suis-je asexuelle ou non?

Message par cyclodocus » 05 sept. 2010, 17:21

tu le faisais pour LEUR faire plaisir
tu as tout dit
comme ils ne voyaient pas que tu le faisais pour eux, ton estime pour eux (donc ton amour) fait alors un grand plouf
comme de plus ils tiennent quand même à te faire "découvrir" qq chose dont tu n'as pas envie.
discuter dès le départ (dès que l'homme commence à parler de l'intimité) permet d'y voir clair et de ne pas souffrir autant. Parce que c'est sûr que si tu leur laisse croire que oui, peut être.... et qu'après tu coupes les ponts, c'est pas top.
sois franche., tu perdras des "occases", mais tu ne coucheras plus contre ton gré (n'avoir pas envie, c'est le faire contre son gré)

Avatar du membre
lolita<3
Membre junior
Messages : 6
Enregistré le : 02 sept. 2010, 18:51
Localisation : région lilloise

Re: suis-je asexuelle ou non?

Message par lolita<3 » 05 sept. 2010, 22:48

merci beaucoup
tu as raison c'est vraiment ce que je ressens a chaque fois..
et ton conseil s'applique dans tous les cas (que je sois A ou non)
:)

Jamesie
Néophyte
Messages : 3
Enregistré le : 07 sept. 2012, 23:52
Localisation : Bologne (Italie)

Re: suis-je asexuelle ou non?

Message par Jamesie » 23 oct. 2012, 10:10

Je pense que notre monde est devenu boulimique de sexe. Et comme à chaque fois quand une extrémité de quelque chose se développe automatiquement l'autre extrémité se développe. ça fait un genre d'équilibre ... par exemple comme le Japon qui a des usages et des codes très strict etc. et à côté on a un monde tout à fait opposé, plein d'excentricité.

A mon avis, les gens "manipulés" par notre société trouvent normal de découvrir une sexualité pour maintenir un amour ou pur désir. Mais en vérité je pense qu'il ne faut pas perdre de vu le premier but du sexe. De faire des enfants. Et donc, je pense, que le désir pourra naitre pour nous le jours où nous voudrons des enfants, pas parce que l'instinct maternelle se fera plus fort mais parce que en face de nous on aura une personne absolument magnifique qu'on voudra "la multiplier" si je puis dire XD

Je me suis abimée à essayer de rentrer dans le moule de notre société. Aujourd'hui je ne peux pas faire l'amour avec mon ami. ça me fait pleurer à chaque fois. et c'est pas faute d'amour. Mais je suis convaincue que le jour où je voudrais/essayerai d'avoir des enfants, mon désir pour lui se développera naturellement, parce que certainement que ça légitimera quelque chose que l'on trouve inutile, crade, ou perverti...

j'espère que je me suis bien exprimé, courage à toi.

Piccolo
Atrix
Messages : 1735
Enregistré le : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 113 fois

Re: suis-je asexuelle ou non?

Message par Piccolo » 23 oct. 2012, 11:15

Jamesie a écrit :Je pense que notre monde est devenu boulimique de sexe.
Pas tout à fait non. En vérité il l'a toujours été, c'est juste que maintenant les gens ne se cachent plus (s'affichent même !) depuis la libération sexuelle. Il ne faut pas croire que l'amour romantique était roi auparavant: Peut-être en apparence mais c'est tout.
De tout temps le monde a toujours été chaud lapin: Je pense notamment aux sociétés antiques, grecques et romaines, qui ne reposaient pas sur les valeurs judéo-chrétiennes, si bien que la notion de sexualité et tout ce qui l'entourait était complètement différente.
Et même sous "l'empire" de la religion, le monde était loin d'être asexué: Les monarques par exemple, n'avaient pas l'esprit d'un pape si je puis me permettre.
Jamesie a écrit :Et comme à chaque fois quand une extrémité de quelque chose se développe automatiquement l'autre extrémité se développe.
Attention, évitons les amalgames: L'asexualité ne s'est pas construite en fonction des moeurs actuelles et ne résulte pas d'un mouvement réactionaire; c'est une orientation sexuelle qui a toujours existé et qui ne fait absolument pas écho à l'hypersexualité, mais à la bisexualité. Comme l'homosexualité vis à vis de l'hétérosexualité.
A ne pas confondre avec les mouvements puritains venant des États-Unis qui prônent l'abstinence avant le mariage, la pureté et tout et tout...
Jamesie a écrit :A mon avis, les gens "manipulés" par notre société trouvent normal de découvrir une sexualité pour maintenir un amour ou pur désir.
Le problème ne provient pas du fait que ces personnes jouissent d'une sexualité épanouie et/ou débridée, mais plutôt que tout le monde devrait adopter leur mode de vie.
Vouloir instaurer une pseudo-normalité: voilà le réel problème.
Jamesie a écrit :Mais en vérité je pense qu'il ne faut pas perdre de vu le premier but du sexe. De faire des enfants.
Oui, à la base le sexe n'existe que pour la reproduction. Reproduction sexuée qui permet une meilleure adaptation à l'environnement et de meilleures chances de survie, contrairement à une reproduction asexuée, sans partenaire donc.
Ensuite l'évolution a permis de faciliter cette reproduction par le plaisir, si bien qu'il est passé au premier plan de nos jours.
On en vient à l'hypocrisie de la société hétéronormée, qui stipule que la normalité c'est un homme avec une femme, car cela permet la perpétuation de l'espèce.
Sauf que la sexualité d'aujourd'hui n'a rien à voir avec la procréation, y compris chez les hétéros: Combien de rapports dédiés à la fécondation sur le nombre de rapports sexuels totaux ? Un nombre dérisoire certainement.
Les moyens de contraception, c'est censé être naturel ça ?
Jamesie a écrit :Et donc, je pense, que le désir pourra naitre pour nous le jours où nous voudrons des enfants, pas parce que l'instinct maternelle se fera plus fort mais parce que en face de nous on aura une personne absolument magnifique qu'on voudra "la multiplier" si je puis dire
Oui, ou pas. Le désir d'enfant n'ayant pas forcément de corrélation avec le désir sexuel. Disons que votre schéma est le plus logique si l'on veut rester dans l'ordre des choses.
Jamesie a écrit :Mais je suis convaincue que le jour où je voudrais/essayerai d'avoir des enfants, mon désir pour lui se développera naturellement, parce que certainement que ça légitimera quelque chose que l'on trouve inutile, crade, ou perverti...
C'est possible. Nous avons beau être asexuels, nous avons différentes manières de l'être, de le vivre, de le ressentir, de l'interpréter...si bien que nous formons certainement la "communauté" le plus hétéroclite d'une minorité sexuelle la moins répandue.
L'avantage c'est qu'on arrive à se comprendre mutuellement, dans le sens où nous avons un dénominateur commun: Pas de désir pour les autres.
Jamesie a écrit :j'espère que je me suis bien exprimé, courage à toi.
C'est très gentil pour elle, mais son message date un peu. :mrgreen:

Avatar du membre
Iléa
Amibe
Messages : 80
Enregistré le : 04 oct. 2009, 18:20
Localisation : Bordeaux
A été aimé : 1 fois

Re: suis-je asexuelle ou non?

Message par Iléa » 23 oct. 2012, 18:01

Roh, c'est méchant ça Piccolo...
Pour trouver la voie il faut suivre le lapin blanc...

Piccolo
Atrix
Messages : 1735
Enregistré le : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 113 fois

Re: suis-je asexuelle ou non?

Message par Piccolo » 23 oct. 2012, 21:52

Méchant ? Je suis tellement gentil pourtant. :cry:

...enfin j'essaie de l'être. :twisted:

Jamesie
Néophyte
Messages : 3
Enregistré le : 07 sept. 2012, 23:52
Localisation : Bologne (Italie)

Re: suis-je asexuelle ou non?

Message par Jamesie » 24 oct. 2012, 09:53

ah punaise oui, je sais pas pourquoi j'étais convaincue que le message était de septembre 2012. Autant pour moi

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité