Expliquez-moi !

Vous avez des questions sur l'asexualité ?
C'est ici que ça se passe.
Verrouillé
Avatar du membre
EyeballKid
Chapi Chapo
Messages : 2466
Enregistré le : 14 janv. 2008, 13:44

Re: Expliquez-moi !

Message par EyeballKid » 23 févr. 2009, 13:14

"si je ne m'intéresse pas au sexe et que je n'y pense jamais, comment est-ce que j'échoue sur un site internet, où précisément, on parle de sexe, puisqu'on vient y affirmer qu'on n'y pense pas." Vous voyez ? La contradiction m'interroge. Parce qu'il y a une petite contradiction, tout de même. Non ? C'est un peu comme dire : "Je n'aime pas ceci ou cela et j'éprouve le besoin d'entrer en contact avec des gens, qui comme moi ne s'intéressent pas au sujet et n'y pensent pas, de façon à ce qu'ensemble, nous puissions ne pas en parler."
[/quote]

Il n'y a pas contradiction, puisque ce dont on parle essentiellement ici, ce n'est pas de sexe, mais d'asexualité. Et ça, ça nous intéresse. Si tu as un peu lu le forum, tu auras sûrement remarqué qu'il y a bien des façons d'être asexuel et de vivre l'asexualité. Ce forum nous permet donc d'échanger nos différences comme nos ressemblances, nos questions, nos désarrois, etc. Sans parler du réconfort éprouvé à être compris sur un sujet qui d'habitude laisse nos interlocuteurs pour le moins perplexes, en effet.
Et quant aux conversations, effectivement présentes, sur le sexe, elles ne sont pas absurdes non plus, puisque d'une part, un certain nombre de membres du forum ont eu ou ont encore des relations sexuelles et ont des choses à en dire, et d'autre part, c'est une entrée relativement logique de nous interroger sur notre diférence en nous basant sur la "norme" sociale en vigueur.
"We are here to unlearn the teachings of the church, state, and our educational system. We are here to drink beer. We are here to kill war. We are here to laugh at the odds and live our lives so well that Death will tremble to take us."

-Charles Bukowski

Bknight
Affilié
Messages : 254
Enregistré le : 03 mai 2008, 23:34
Localisation : Près du clair de Lune

Re: Expliquez-moi !

Message par Bknight » 23 févr. 2009, 19:42

perplexe a écrit :Bonjour,
Oserais-je dire enfin? Ben oui j'ose.
perplexe a écrit :Et merci pour cette fine allusion. C'est vraiment très constructif.
J'ai jamais prétendu être dans le BTP...


Maintenant, j'espère que tu trouveras de quoi apaiser ta curiosité au travers le forum.

Avatar du membre
Verne
Affable
Messages : 129
Enregistré le : 27 oct. 2008, 20:15
Localisation : Quelque part dans une campagne belge

Re: Expliquez-moi !

Message par Verne » 23 févr. 2009, 22:26

Car ce que je voulais dire, sans froisser personne, c'est : "si je ne m'intéresse pas au sexe et que je n'y pense jamais, comment est-ce que j'échoue sur un site internet, où précisément, on parle de sexe, puisqu'on vient y affirmer qu'on n'y pense pas." Vous voyez ? La contradiction m'interroge. Parce qu'il y a une petite contradiction, tout de même. Non ? C'est un peu comme dire : "Je n'aime pas ceci ou cela et j'éprouve le besoin d'entrer en contact avec des gens, qui comme moi ne s'intéressent pas au sujet et n'y pensent pas, de façon à ce qu'ensemble, nous puissions ne pas en parler."
Comme l'a bien dit EyeballKid, nous parlons d'asexualité, pas de sexe. C'est très différent. Et je ne dis nullement ceci pour jouer sur les mots.
En outre (et ceci n'est qu'un exemple parmi d'autres), puisque l'asexualité se trouve de facto considérée comme « anormale », « étrange », « bizarre » et autres qualificatifs, il est normal que des gens concernés par ce phénomène s'interrogent sur eux-mêmes et sur le pourquoi de leur différence d'avec leur entourage et la société en général, normal qu'ils cherchent à savoir s'ils sont seuls dans ce cas ou si d'autres personnes vivent une situation similaire. Et, ainsi, l'échange des expériences permet à chacun d'avancer dans ses propres réflexions personnelles.

Ta question initiale, à savoir celle portant sur le fait de soit-disant « se réunir pour parler d'une chose qui ne nous intéresse pas » m'a l'air davantage motivée par une simple envie de relever ce que tu crois être une contradiction plutôt que par une réelle volonté de connaître le pourquoi du phénomène de « rassemblement » des asexuels. Autrement dit, une simple envie de relever une incohérence d'ordre rhétorique et non une volonté de comprendre. Il est dès lors aisé de comprendre pourquoi les gens se sentent « agressés » par ta méthode, qu'elle soit ou non guidée de sentiments sincères, ou qu'ils trouvent ta démarche dénuée d'intérêt.

perplexe
Amibe
Messages : 99
Enregistré le : 21 févr. 2009, 16:29

Re: Expliquez-moi !

Message par perplexe » 24 févr. 2009, 14:58

Bien... Je veux à nouveau remercier tous ceux qui, ici, contribuent à éclairer ma lanterne et font l'effort de m'opposer de vrais arguments, bien pensés et qui, d'ailleurs, me donnent à penser. A ce propos, je veux assurer Verne que je comprends en quoi et pourquoi certains ont pu se sentir peu ou prou agressés par ma perplexité.
Naturellement, je n'ai jamais eu l'intention de contester la "nature" de qui que ce soit et moins encore, le principe de liberté individuelle.
En revanche, si j'ai entamé la conversation en relevant ce qui, effectivement, me semblait être une "incohérence rhétorique", je cite, c'est bien sûr, vous le comprendrez, afin de générer le petit choc nécessaire à mon appel au débat - petit choc sans quoi, me semble-t-il, je n'aurais obtenu que peu de réponses et probablement, un essentiel de réponses sans substance, fades et me renvoyant à la "littérature" existante.

Mais revenons plutôt au cœur de notre sujet : j'ignore, à vrai dire, si l'asexualité relève de l'anormalité et me garderais bien de porter un jugement de ce type sur une façon d'être dont j'ignore tout - avant d'avoir en tous cas défini en long, large et travers ce qu'est la normalité et là, on n'en finirait pas.
Il n'en demeure pas moins, cependant, que l'asexualité est un phénomène plutôt rare (dont l'incidence serait environ de 1%, selon ce que j'ai pu lire par ailleurs - et de 2 à 3% selon l'un des intervenants de ce forum). Par nature donc, il se heurte à l'incompréhension du reste de la population - dont moi, comprenez-moi ;) et s'y heurte d'autant plus qu'aux yeux du plus grand nombre, qui n'a pas toujours tort, le sexe est un mouvement de vie. Inconsciemment - ou consciemment, après tout peu importe, on rattache le désir de sexe au très prosaïque instinct de reproduction d'une part, mais aussi, tout simplement, à l'amour et par ricochet, au plaisir, à une forme en essence hédoniste du bonheur.
De fait, le non-désir s'assimile aisément au "refus" de vie.
Voyez ?

Avatar du membre
Guito14
Affilié
Messages : 293
Enregistré le : 18 févr. 2009, 10:22
Localisation : Auvergne
Contact :

Re: Expliquez-moi !

Message par Guito14 » 24 févr. 2009, 15:48

Merci Perplexe de revenir sur nos réponses. Et je m'en vais de ce pas de nouveau te répondre.
perplexe a écrit :Il n'en demeure pas moins, cependant, que l'asexualité est un phénomène plutôt rare (dont l'incidence serait environ de 1%, selon ce que j'ai pu lire par ailleurs - et de 2 à 3% selon l'un des intervenants de ce forum).
En effet, rare. Pour le moment serai-je tenté de dire. Car il me semble que cette rareté peut aussi trouver une partie de son explication dans le manque de connaissance par le grand public de l'asexualité. Si une personne ne met pas de mot sur son état sexuel, se croyant seule et "anormale", va-t-elle se définir ainsi ? Il me semble, que si la médiatisation progresse, le nombre de personne se reconnaissant dans l'asexualité et assumant leur état augmentera. Pas dans des proportions extraordinaire, certes, mais tout de même...
perplexe a écrit :Par nature donc, il se heurte à l'incompréhension du reste de la population - dont moi, comprenez-moi ;) et s'y heurte d'autant plus qu'aux yeux du plus grand nombre, qui n'a pas toujours tort, le sexe est un mouvement de vie.
Pas "le sexe", mais la reproduction. Le sexe, hédoniste, en est un dérivé que l'homme a développé. Je ne vois pas en quoi une personne comprendrait plus l'homosexualité que l'asexualité... D'autant que -- il me semble, bien qu'il y a des contre-exemples sur ce forum -- l'asexuel en général n'est pas opposé en soit à la reproduction. Il ne recherche pas le sexe comme loisir. C'est là peut-être que se situe l'incompréhension avec "le reste de la population".
perplexe a écrit :Inconsciemment - ou consciemment, après tout peu importe, on rattache le désir de sexe au très prosaïque instinct de reproduction d'une part, mais aussi, tout simplement, à l'amour et par ricochet, au plaisir, à une forme en essence hédoniste du bonheur.
Le sexe procure du plaisir, soit, et heureusement car sans ça, toute vie animale serait éteinte depuis longtemps sur Terre. Mais le sexe n'est pas le seul moyen de se faire / faire plaisir...
perplexe a écrit :De fait, le non-désir s'assimile aisément au "refus" de vie.
Voyez ?
Hum... je comprends ce raccourci. Mais je puis t'assurer que je me sens bien plus vivant que bien des couples à la vie sexuelle pourtant active... Mais là est un autre débat tournant autour des choix de "vie", justement.

Au plaisir,
:arrow: http://blog-d-un-a.blogspot.com/

Un intellectuel, c'est quelqu'un qui a trouvé quelque chose de plus intéressant que le sexe. Edgar Wallace

Avatar du membre
Guillaume
Affranchi
Messages : 469
Enregistré le : 02 mai 2008, 23:23
A été aimé : 2 fois

Re: Expliquez-moi !

Message par Guillaume » 24 févr. 2009, 19:41

perplexe a écrit :Inconsciemment - ou consciemment, après tout peu importe, on rattache le désir de sexe au très prosaïque instinct de reproduction d'une part, mais aussi, tout simplement, à l'amour et par ricochet, au plaisir, à une forme en essence hédoniste du bonheur.
De fait, le non-désir s'assimile aisément au "refus" de vie.
Voyez ?
Vois, mais je te repondrai tout simplement : chacun ses plaisirs ! Etre asexuel ne veut pas dire n'avoir aucun plaisir dans la vie, c'est juste l'absence de gout pour un seul de ces plaisirs. Moi par exemple je deteste me baigner, skier et manger des fruits, et on me le reproche, mais je n'en ai que faire vu que je sais que c'est dans ma nature et que ce serait absurde de me forcer. Et c'est la meme chose pour toute sorte de plaisir, suivant les personnes et leur etre profond.

Avatar du membre
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Enregistré le : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A été aimé : 4 fois
Contact :

Re: Expliquez-moi !

Message par Syd » 24 févr. 2009, 19:44

perplexe a écrit :petit choc sans quoi, me semble-t-il, je n'aurais obtenu que peu de réponses et probablement, un essentiel de réponses sans substance, fades et me renvoyant à la "littérature" existante.
C'est donc à cela que nous devons ton entrée en matière si maladroite, blessante... et erronée. Tu aurais eu des réponses même en restant poli, même s'il est vrai que nous t'aurions là aussi renvoyé à la lecture du forum et des faqs, puisqu'une bonne partie des réponses à tes questions s'y trouvent. D'ailleurs pourquoi poser des questions sur la recherche si tu ne souhaites aucun renvoi à la "littérature existante" ?
perplexe a écrit :on rattache le désir de sexe au très prosaïque instinct de reproduction d'une part, mais aussi, tout simplement, à l'amour et par ricochet, au plaisir, à une forme en essence hédoniste du bonheur.
Certes, et ce n'est pas faux. Mais ce n'est pas non plus un lien exclusif. Les asexuels sont capables d'amour, celui-ci ne se traduit pas par des actes impliquant les parties génitales. Les asexuels ne sont pas non plus des ascètes. Bonheur et hédonisme ne nous sont pas étrangers, surtout quand nous ne sommes plus obligés d'avoir des relations sexuelles (quelles qu'en soient les raisons).
L'instinct de reproduction ne me semble exclusivement lié au sexe non plus. Je le vois davantage lié à l'instinct maternel et paternel (ce qui explique que tant d'asexuels souhaitent avoir des enfants).
Guillaume a écrit :Moi par exemple je deteste me baigner, skier et manger des fruits
Je m'aperçois que j'ai beaucoup de points communs avec Guillaume. Je ne sais qu'en penser :o

Avatar du membre
Verne
Affable
Messages : 129
Enregistré le : 27 oct. 2008, 20:15
Localisation : Quelque part dans une campagne belge

Re: Expliquez-moi !

Message par Verne » 24 févr. 2009, 21:55

perplexe a écrit :A ce propos, je veux assurer Verne que je comprends en quoi et pourquoi certains ont pu se sentir peu ou prou agressés par ma perplexité.
Je voudrais un peu étayer mon propos initial et te demander un peu de compréhension supplémentaire, pour ceux, parmi les répondants, qui ont pu ou pourraient te paraître sur la défensive. Les membres de ce forum vivent tous dans des contextes et des milieux différents, et, alors que certains n'ont jamais eu de problèmes liés à leur asexualité, d'autres ont pu souffrir de leur situation, et recevoir au cours de leur vie des propos blessants, voire injurieux, ou rencontrer des réactions hostiles ou agressives envers leur différence, ce qui, par la force des choses, peut légitimement expliquer et justifier une attitude de prime abord défensive face à des propos perçus comme agressifs.
Rassure-toi, on peut tout à fait comprendre que cette éventualité ne t'aie pas traversé l'esprit quand tu as décidé de ton entrée à la matière mais, de même, ce n'est nullement par haine ou moquerie que certains peuvent paraître froids, mais plutôt par réflexe de protection à l'égard de ce qu'ils peuvent ou pourraient ressentir comme de l'hostilité.
Le malentendu initial semblant résolu, nous pouvons effectivement aborder les choses plus sereinement :P

Pour répondre à ce que tu dis du lien qu'entretiennent la plupart des gens entre le désir sexuel et l'instinct de reproduction ainsi que l'amour, nous touchons là à un point où les asexuels ont une vision des choses relativement différente de l'opinion majoritaire (opinion ni meilleure ni plus mauvaise, bien entendu, mais simplement différente). Il est donc, de fait, intéressant de se pencher là-dessus.
Afin de tenter de compléter ce qu'en dit Syd, je dirai que les asexuels font, en général, une plus forte distinction entre les notions de désir sexuel, d'amour et de reproduction, là où la société dans laquelle nous vivons à plutôt tendance à mêler ces différents concepts dans une sorte d'amalgame. Ainsi, par exemple, un asexuel peut témoigner de son amour de nombreuses façons différentes et ne voir aucun problème dans le fait de ne pas le prouver par des relations sexuelles.

Je vais schématiser et simplifier un certain nombre de choses le temps d'un exemple. Essaie d'imaginer que les asexuels sont comme n'importe qui, à la différence que la composante « désir sexuel » est totalement absente de leur vie. Cette composante étant absente, ils ne peuvent ressentir aucun manque.
Certaines personnes ont du mal à comprendre le fait que d'autres ne consomment jamais d'alcool. Dans ma région, par exemple, les beuveries sont si profondément inscrites dans la mentalité de certains groupes sociaux que les gens en faisant partie me considèrent comme un véritable extraterrestre quand je leur annonce n'avoir jamais bu une seule goutte d'alcool. C'est une chose qui est si présente dans leur vie, qui leur semble si naturelle, qu'ils ont beaucoup de mal à concevoir que l'on puisse vivre sans cela. Or, tout ceci étant totalement absent de ma vie, je ne ressens aucun manque quant à l'alcool, manque qu'éprouveraient ces gens s'ils se retrouvaient soudainement privés d'alcool.
Par ces cas de figure simplistes, j'essaie de montrer qu'il est très difficile d'imaginer que toute une composante de notre vie soit totalement absente de la vie d'un autre. Les gens qui apprécient une chose comprennent ceux qui, comme eux, aiment cela. Ils envisagent également, sans toutefois les comprendre, que d'autres gens puissent détester la chose en question. Mais la situation d'indifférence est difficile à concevoir, et plus encore à comprendre.

Concernant le sexe en général, notre société divise les choses de façon assez simpliste. Elle se focalise beaucoup sur la distinction hétérosexuels / homosexuels / bisexuels. À côté de ce schéma à trois directions, certains vont mentionner l'abstinence. Dans la mentalité commune, les abstinents sont des personnes qui s'interdisent, peu importe la raison, d'avoir des relations sexuelles mais, quoi qu'il en soit, ils ressentent quand même une attirance de type hétéro, homo ou bi, et sont donc placés dans une de ces trois cases.
Ce schéma opposant les orientations sexuelles est construit sur un postulat de base qui prétend que tout le monde, sans exception, ressent une attirance sexuelle pour autrui et peut trouver sa place dans une de ces trois cases. L'asexualité étant passée inaperçue durant des siècles (il semblerait que ce soit volontaire, mais je ne peux pas m'avancer là-dessus), cette affirmation de départ a été bâtie sans connaître son existence et donc, de par ce postulat initial, il n'y a dans ce schéma aucune place pour les asexuels.
On comprend donc à quel point les gens découvrant qu'ils ne ressentent aucune attirance sexuelle pour autrui peuvent se sentir « anormaux » et être considérés comme tels. Il semble si naturel que tout le monde ressente du désir sexuel pour les autres que le simple fait de concevoir l'asexualité peut être très difficile.

Les hétérosexuels ont du mal à comprendre l'homosexualité. Ils savent que cela existe mais ne la comprennent pas. D'une façon similaire, les homosexuels ont sans doute du mal à comprendre les bisexuels. Là aussi, ils savent que cela existe mais sont probablement incapables de comprendre et partager cette situation. Pour l'asexualité, c'est plus délicat, vu que les asexuels ne rentrent même pas dans ce fameux schéma à trois orientations qui est tellement ancré dans notre société. Ici, avant même d'avoir des difficultés à comprendre l'asexualité, la majorité des gens à tout simplement du mal à concevoir le concept en lui-même, parce qu'il entre en contradiction avec ce qui semblent être des évidences fondamentales, comme le fait que tout le monde ressente une attirance sexuelle pour autrui.

Plus tôt dans tes messages, tu te demandais quel était l'intérêt que l'asexualité se fasse connaître. Entre autres pour ceci. L'asexualité est une réalité quotidienne de très nombreuses personnes (même si tous ces gens ne représentent qu'un pourcentage marginal de la population). Or, la plupart des gens n'imaginent même pas qu'une telle chose puisse exister. Alors, quand on leur en parle, ils essaient de rattacher l'asexualité à des choses qu'ils connaissent, à des repères. On voit alors apparaître toutes sortes de réaction : « l'asexualité n'existe pas, c'est un problème psychologique », « tu te dis asexuel parce que tu n'as pas encore trouvé la bonne personne », etc. Des propos que certains entendent et/ou endurent régulièrement. L'intérêt majeur de faire connaître l'asexualité est sans doute le suivant : faire en sorte que, plutôt que de se rattacher à des repères connus, les gens aillent jusqu'à remettre en cause leur croyance fondamentale que tout le monde, sans exception, ressent une attirance sexuelle pour autrui. Sans ce prérequis, toute tentative de comprendre l'asexualité se trouve biaisée par des a priori divers (du genre « c'est un problème psychologique »).
Par la suite, faire connaître l'asexualité a également pour but d'aider les asexuels se sentant « anormaux » à s'accepter eux-mêmes ou mieux vivre leur situation. Un autre effet serait de réduire la proportion de réactions hostiles du genre « va te faire soigner ». On peut établir (dans une certaine mesure) un parallèle avec l'acceptation progressive de l'homosexualité, qui tend à réduire le nombre de comportements hostiles envers les homosexuels.

Bon, je me suis égaré en tous sens, mais j'espère avoir tout de même apporté certains éléments de réponse. Que l'on n'hésite pas à me corriger si j'ai dit des âneries ! :P
Syd a écrit :Je m'aperçois que j'ai beaucoup de points communs avec Guillaume. Je ne sais qu'en penser
C'est effrayant, hein ? :D


P.S. : Syd, est-ce normal que l'on ne puisse plus éditer nos propres messages ?

Avatar du membre
Guillaume
Affranchi
Messages : 469
Enregistré le : 02 mai 2008, 23:23
A été aimé : 2 fois

Re: Expliquez-moi !

Message par Guillaume » 24 févr. 2009, 23:24

Cela n'a rien d"effrayant, c'est plutot la classe ! Je te felicite, Syd. 8-)

reverine
Assidu
Messages : 832
Enregistré le : 03 janv. 2009, 01:26
Localisation : Liège et Namur (Belgique)
A été aimé : 1 fois
Contact :

Re: Expliquez-moi !

Message par reverine » 25 févr. 2009, 08:29

perplexe a écrit :Je préférerais un vrai message, réfléchi et bien articulé plutôt que ces commentaires sur mes interrogations, plutôt bienveillantes et honnêtes. A ce jeu là, d'ailleurs, je pourrais vous dire :
(...) état de l'avancement des travaux scientifiques sur le sujet.
Moi pas davantage, mais je m'en fiche parce que je ne vois pas l'intérêt d'aller faire des travaux scientifiques sur l'asexualité. On n'en fait pas sur l'hétérosexualité.
>> Vous voulez rire ? Ça s'appelle de la recherche fondamentale. Et on fait des travaux sur l'hétérosexualité, comme sur toute autre forme d'expression de la sexualité humaine. Cependant, il vous appartient de ne pas vous y intéresser. Les gens qui se posent trop de questions mourront sans réponse satisfaisantes
(...) celui qui dirait "je n'aime pas boire" ou "je n'ai jamais faim" (...)
Pas obligatoirement. Personne n'est obligé d'aimer boire ou manger. Pas plus qu'on est obligé d'aimer aller à l'école ou travailler.
>> Je n'aborde pas le problème en terme d'obligation. Mais j'abonde un peu dans le sens de la possibilité d'asexualité en distinguant les besoins vitaux des besoins non vitaux. Il se trouve que parallèlement, boire et manger sont des activités qui généralement, procurent une forme de plaisir. Par principe, donc, ne pas aimer manger ou ne pas aimer boire, parce que pouvant conduire à l'abandon de ces triviales nécessités, serait probablement traité comme pathologie. Par ailleurs, j'attire votre attention sur le fait que personne n'est obligé de faire l'amour non plus.
Et puis tu vas dire que, généralement, le sexe procure une forme de plaisir... donc tu sous-entends toujours que c'est une forme de pathologie. Plutôt que de vouloir cibler l'anormal, pose-toi la question "pourquoi ne trouve-t-on pas ça normal ?" alors là tu subiras moins de qui pro quo... Ahhh ces travaux sociétaires limitatifs...
Mais ce que je ne comprends pas, vraiment, c'est le besoin qu'éprouvent les "supposés asexuels", d'être reconnus comme tels. Dans le cas de l'homosexualité, a contrario, je comprends sans aucune difficulté la nécessité de reconnaissance : il y a encore peu, on les harcelait, on les passait à tabac, on les enfermait pour cause d'orientation différente.
Mais dans le cas des "asexuels", rien !
ça va nous changer! On ne va plus nous harceler et nous expédier direct chez le psy! Youpi!
Déjà tu poses des questions et tu n'en poserais pas aux hétéros. C'est une des raisons pour lesquelles on se regroupe. On a envie de parler et de s'amuser sans être regardés comme anormaux.
>> On nage en pleine paranoïa : je connais bien des gens, qui sans se revendiquer "asexuels" n'ont en effet aucune sexualité et pour cela, ne sont ni harcelés, ni envoyés chez un psy et ne sont pas même regardés comme anormaux. Évidemment, lorsque, comme je le suis, on est ce que vous appelez un "S", on s'interroge, on s'étonne, on a du mal à comprendre et on a aussi le droit de poser certaines questions sans pour autant avoir aucune volonté de blesser ou de se montrer moqueur et déplaisant. Dans les faits, n'éprouver aucun désir sexuel est une incongruité, que vous le vouliez ou non, une incongruité statistique, une incongruité sensuelle, une incongruité "humaine". Mais il ne me semble pas que notre société la condamne en tant qu'elle serait choisie ou subie. Harcelés ? Harcelés par qui ? Harcelés par de potentiels partenaires en furie qui voudraient à toute force faire l'amour avec vous ? Harcelés par des parents fous, qui ne tolèrent pas le célibat et veulent "forcer" le destin familial de leurs enfants ? Envoyés chez le psy par qui ? Par la police ?
Non mais il est discriminatoire en plus... donc, comme les statistiques sont faibles pour les noirs, les nains etc... ils sont anormaux ? Remarque que je ne cite que des exemples aussi naturels que l'asexualité, je ne parle pas de situation de choix... Ce n'est pas de la paranoïa, tu ne peux pas te limiter à tes connaissances personnelles pour juger de cela, parce que déjà tu ne préoccupes pas de savoir si tes proches sont asexuels, et comme de toute façon cela relève de la sphère privée tu ne peux pas affirmer que cela ne cause pas de problèmes au sein du couple, à moins de mettre un magnétophone à côté de leur lit... pour reprendre tes termes, ton champ d'analyse est trop réduit pour en faire une statistique valable.
Celui qui ne veut pas faire l'amour et n'éprouve ni ce désir, ni ce type de plaisir, rien ni personne ne l'oblige.
ça peut se produire.
>> Le rapport sexuel non consenti qu'on appelle aussi "viol" est cependant réprimé par la loi. Et il me semble techniquement impossible d'obliger quiconque à éprouver un désir ou un plaisir. De fait, oui, on peut se faire violer, ou dans la cadre d'une relation amoureuse, être confronté à la souffrance d'un ou d'une partenaire qui s'estime délaissé(e). Mais je persiste et signe : rien ni personne n'oblige l'asexuel supposé. Et le chantage affectif dans tout cela ? Tu n'en tiens pas compte ? Revois la définition de la contrainte, ou frustration, et on en reparle...
A vrai dire, même, tout le monde s'en fout.
Pas les maris, pas les mères, pas les pères, pas les petits copains, pas les petites copines, pas les copains de collèges ou de lycée.
>> En somme et pour résumer, pas les gens qui vous aiment, c'est ça ? On touche là quelque chose d'intéressant, vous ne croyez pas ? Non, elle cite les plus grands cas mais même un bénévole de la maison de jeunes où je suis avec qui j'en parlais ne comprenait pas et ne concevait pas cette façon de ressentir les choses, ce n'est pas quelqu'un que j'ai beaucoup croisé sur la cause. Juste quelqu'un qui éprouvait de l'intérêt pour la question. Et d'ordinaire oui, c'est le genre de sujet qui, s'il ne concerne pas un proche, n'intéresse personne. Donc d'office, éprouver de l'intérêt, signifie ne pas s'en ficher... dis, tu es sûr d'avoir déjà vu ton chapitre sur les groupes sociaux et leurs fonctionnements ?
Et de fait, ma question : pourquoi se retrouve-t-on alors, ici, avec un forum un poil schizoïde, sur lequel les internautes francophones s'estimant concernés, viennent en quelques sortes (je plaisante, mais c'est presque ça) ne pas parler d'un sujet qui ne les intéresse pas ?
Pour une fois que c'est nous qui en parlons, on ne va quand même pas nous le reprocher. :D
>> On ne vous le reproche pas... Et comme vous pouvez le constater, on en profite même pour s'intéresser à votre particularité. Ce que vous n'auriez sans doute pas fait s'il n'existait pas de témoignages publics comme sur ce forum... vous voyez à quoi il sert ? :wink:
Et ce d'autant, que la définition même de l'asexualité, intègre l'idée que cette "défaillance" du désir ne génère aucune souffrance
Là, tu as raison de demander qu'on te renseigne un peu sur le sujet parce que dans ce que tu dis, il n'y a que des idées reçues qui ne correspondent pas à la réalité. C'est aussi une très bonne raison de faire des blogs et des forums.
L'asexualité n'est pas une défaillance, mais un des différents aspects naturels de la sexualité. Il est vrai qu'elle ne génère aucune souffrance excepté lorsqu'on est confrontés à une demande, voire à un harcèlement, sentimental, ou social.
>> Idées reçues ? Quelles idées reçues ? Je ne fais que poser une question simple. Et quant à considérer qu'il s'agit là d'une "variante normale" de la sexualité, je suis peut-être un peu idiot, mais il me semble que c'est un peu comme dire que le fait de ne pas jouer au foot, par exemple, est une déclinaison classique du jeu de football. Ça n'a pas de sens. C'est en l'occurrence la raison pour laquelle je m'interroge. Ta question est simple mais ton choix des mots est édifiant... or une question simple est constituée de mots non ? Non, c'est comme dire que le fait de ne pas aimer les tartines n'en fait pas une personne déviante pour la cause... c'est comme dire qu'il faut de tout pour faire un monde, ceux qui aiment et ceux qui n'aiment pas, et qu'il n'est pas déviant de ne pas aimer le foot... Nous on n'aime pas le sexe. Et dame nature n'a jamais obligé à aimer cela. le non-désir existe à la même échelle que le désir avant toute idée de normalité, ne pas savoir cela en réalisant un travail d'étude sociale, c'est aberrant.
et devrait par voie de conséquence, ne générer aucune question.
Il y a au moins une question qui se pose, c'est pour quelle raison il y a encore des gens pour nous poser des questions alors qu'on a déjà tellement de fois donné les réponses.
>> Peut-être est-ce seulement parce qu'aucune des réponses proposées n'est satisfaisante et ne permet de comprendre ? Qui sait ? Quant à moi, j'aimerais maintenant d'autres réponses que la votre, parce que malheureusement, je ne suis pas plus renseigné qu'avant.
Normal, tu dois faire une étude sociale et tu n'utilises pas les bonnes méthodes, donc tu n'as pas les réponses qui te permettent de trancher, d'autant que tu les décodes mal et émets trop vite tes hypothèses...On doit être objectif quand on traite si sérieusement d'un sujet


Moi je veux bien expliquer, mais pas à un sourd, et la communication t'inquiète ça me connaît. C'est bien de sortir les grands mots mais il faut maîtriser son vocabulaire de base, j'ai l'impression d'avoir mieux appris mes cours en deux ans de graduat de Communication (ce qui implique sociologie, sémiologie et psychologie) que toi qui en es déjà au stade d'une étude approfondie... Et ne t'étonne pas pour le ton, j'ai passé une mauvaise nuit.
Se forcer à avoir envie de ce qu'on ne veut pas est une contrainte... Pq donc nous forcer à associer un si vilain mot avec l'acte d'amour ?
"C'est sa catastrophe , le Belge ne va au désir que par le chemin du besoin" Denys-Louis Colaux

Avatar du membre
Syd
Alcyon
Messages : 8119
Enregistré le : 17 août 2005, 18:17
Localisation : France
A été aimé : 4 fois
Contact :

Re: Expliquez-moi !

Message par Syd » 25 févr. 2009, 10:39

Verne a écrit :des propos perçus comme agressifs.
Ce n'est pas une question de perception, mais de réalité.
Verne a écrit :L'asexualité étant passée inaperçue durant des siècles (il semblerait que ce soit volontaire, mais je ne peux pas m'avancer là-dessus), cette affirmation de départ a été bâtie sans connaître son existence
Je vais compléter tes propos à mon tour ;)
D'après mes lectures, les asexuels se sont toujours cachés ou à tout le moins fondus dans la masse, soit en se mariant comme tout le monde et donc en s'obligeant à des relations sexuelles (ou pas, les mariages sans sexe ont toujours existé, je pense), soit en choisissant des styles de vie où ils ne seraient pas sollicités sur ce plan (avec là encore des exceptions vu que l'abstinence n'a pas toujours été la règle parmi les gens d'église).
Ce qui est dommage, c'est que lors de la création de l'échelle de Kinsey, les personnes non attirées sexuellement sont apparues dans les observations, mais n'ont pas été jugées dignes d'intérêt et n'ont donc pas été étudiées, d'où une sérieuse perte de temps concernant notre reconnaissance.

Sur le pourquoi d'une communauté ou d'un forum d'asexuels... un truc tout simple : parler avec des gens sans craindre une arrière-pensée sexuelle est une expérience extrêmement positive (euphémisme). Et quand de l'affection se développe, savoir qu'on n'aura pas à passer à la casserole si on tombe amoureux est extrêmement libérateur (ce qui explique que plusieurs couples se soient formés sur les forum d'Aven depuis ces années).
Verne a écrit :P.S. : Syd, est-ce normal que l'on ne puisse plus éditer nos propres messages ?
Ah oui, j'avais provisoirement supprimé cette possibilité lors du passage du dernier troll. Je l'ai remise, normalement vous devez pouvoir modifier vos messages.
Guillaume a écrit :Cela n'a rien d"effrayant, c'est plutot la classe ! Je te felicite, Syd. 8-)
C'est dit, je vais écouter les Ramones, si ça se trouve, je vais les adorer :P

Avatar du membre
Guillaume
Affranchi
Messages : 469
Enregistré le : 02 mai 2008, 23:23
A été aimé : 2 fois

Re: Expliquez-moi !

Message par Guillaume » 25 févr. 2009, 17:13

Syd a écrit :C'est dit, je vais écouter les Ramones, si ça se trouve, je vais les adorer :P
Si tu aimes les murs de guitares saturées, les mélodies belles et simples et le minimalisme brut, ca devrait aller. :D

Avatar du membre
Verne
Affable
Messages : 129
Enregistré le : 27 oct. 2008, 20:15
Localisation : Quelque part dans une campagne belge

Re: Expliquez-moi !

Message par Verne » 25 févr. 2009, 22:36

Merci pour ce complément d'informations, Syd :)

(et je confirme que l'on peut à nouveau éditer nos messages)

perplexe
Amibe
Messages : 99
Enregistré le : 21 févr. 2009, 16:29

Re: Expliquez-moi !

Message par perplexe » 26 févr. 2009, 16:32

Bonjour...

C'est aujourd'hui probablement la dernière fois que je viens "poster" sur votre site - parce qu'on a déjà suggéré une fois que je "trollais" et je ne voudrais surtout pas donner à penser que je reviens en effet sur ce forum sans autre but que de polémiquer "gratuitement" ou dans l'idée de "casser" de l'asexuel; ce n'est pas le cas.
Cela dit, puisqu'il semble bien que malgré certaines précautions oratoires, je ne me sois pas fait entendre de façon claire à ce sujet, je tiens à vous ré-assurer toutes et tous qu'à aucun moment, vraiment, mon intention n'a été d'offenser, d'agresser ou de blesser, j'aimerais que ce soit bien compris.
De mon côté, toutefois, je reste un peu dans le flou, je dois vous le dire - et ça, donc, en dépit même des louables efforts d'éclaircissement auxquels certains d'entre vous ont eu la bonté de s'astreindre : en d'autres termes, je "bloque" toujours un peu sur la définition de vos "contours", la définition de ce que vous appelez "asexualité".
Moins qu'avant, peut-être, mais toujours un peu.

Et je m'en explique :

QUESTION : Dois-je considérer qu'est asexuel, tout individu qui, quelque soit son motif - médical, psychologique, religieux, philosophique, politique ou autre, se priverait sciemment, ou sans l'avoir choisi serait par particularité ou par obligation privé d'accès à la sexualité ? - ce qui signifierait qu'il faut se référer à la définition étymologique du terme et voir dans ce "a-" privatif la volonté de représenter toutes les formes de chasteté.

QUESTION : Dois-je plutôt considérer qu'est asexuel, tout individu qui par nature, intrinsèquement et sans en souffrir, éprouverait très peu à pas de désir du tout ? - ce qui signifierait alors qu'il faut se référer à la définition "médicale" contestée du terme et considérer l'asexualité comme une défaillance du désir n'affectant ni le bien-être ni l'équilibre effectif de celui qu'elle touche.

QUESTION : A l'intérieur du groupe d'individus répondant supposément à cette seconde définition maintenant, ne dois-je pas distinguer en toute pertinence ceux dont la nature profonde est effectivement de ne pas éprouver le désir et de n'en être pas affectés de ceux qui, affectés consciemment ou non, se résignent et/ou décident de ne pas produire l'effort "charnel" ou ne le souhaitent pas (pour des raisons qui les regardent et que je ne juge pas) et de fait basculent plutôt dans le groupe d'individus répondant à la première définition (sans qu'aucune obligation ne leur soit faite, naturellement, de se "réformer" pour autant) ? - ce qui signifierait (et pas même par syllogisme), la destruction pure et simple du concept d'asexualité au profit du concept ordinaire et multi-millénaire de chasteté, dans la mesure où aucun critère d'aucune sorte, à ce jour, ne permet de distinguer, sinon par le discours catégorique des intéressés, une chasteté choisie ou subie, d'une chasteté "constitutive" (qui par nature serait également subie).

PROPOSITION DÉCOULANT DE CES TROIS QUESTIONS : Par principe, donc, on peut affirmer que se regrouper sous la bannière de l'asexualité, c'est bel et bien militer en faveur de la reconnaissance de la chasteté, mais d'une forme particulière de chasteté en tant qu'elle serait une caractéristique constitutive possible de l'être humain, au même titre que la couleur des cheveux ou, puisque vous vous y référez régulièrement, l'homosexualité - laquelle par parenthèse, se distingue de l'hétérosexualité ou de la bisexualité par simple observation, quand prosaïquement, par simple observation, la chasteté asexuelle ne diffère en rien de la chasteté d'une nonne ayant prononcé ses vœux ou de celle d'un homme impuissant, pour ne citer que deux exemples. Bien sûr, au delà de cette nouvelle incohérence rhétorique (clin d'œil à Verne), on voit bien que vous n'êtes pas animés de velléités prosélytes ou "sectaires" et que votre démarche consiste principalement en une paisible proposition de réunion autour d'un mode de vie et de fonctionnement, qui existe depuis la nuit des temps et qui, pour parler vrai, s'intitule tout simplement "chasteté" et trouve son achèvement dans les "proximités platoniques"... Non ?

Avatar du membre
galaad
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2368
Enregistré le : 21 nov. 2006, 22:03
Localisation : Saumur
A aimé : 1 fois
A été aimé : 9 fois

Re: Expliquez-moi !

Message par galaad » 26 févr. 2009, 18:36

C'est plus 2 pages, c'est un roman...

Je devrais passé plus souvent...

Perplexe, si tu repasse un jour dans le coins, tu peux me refaire ton dernier poste en Français et pas en polititien, j'ai pas remarquer le pot autour duquel tu tourne, mais j'ai l'impression que t'as pas l'air d'avoir tout compris, vu que tu parle de chasteté...

Si ça continue, il vas y avoir du monde pour dire que les asexuels sont des personnes voulant rester vierges toute leur vie :D, Or c'est rarement le cas...
Méfiez vous des seraphins, leur fureur peut être destructrice, si vous croisez l'un d'entre eux, il pourra vous sauver la vie ou vous tuer d'un revert de main...

"on ne peut guère vivre sans amour, mais on peut vivre sans sexe"

Image

Verrouillé

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité