Suis-je A, hétéro-refoulée ou autres?

Vous avez des questions sur l'asexualité ?
C'est ici que ça se passe.
Avatar du membre
Licorne-noire
Affilié
Messages : 318
Enregistré le : 27 août 2007, 22:42
Localisation : Dans les cimes sous l'obscurité des nuages

Suis-je A, hétéro-refoulée ou autres?

Message par Licorne-noire » 04 oct. 2007, 10:28

En fait je ne suis pas sur de ce que je suis...

Pour m'aider à mieux comprendre tout ça, pouvez-vous me donner vos définitions des concept suivants :
* Asexuel
* Hétéro refoulé
* Frigide
* Blocages
* et si vous en avez d'autres... :?:

Peut-étre que si je comprends mieux ces termes je pourrais enfin savoir qui je suis réellement... Dans quelle catégorie me placer :?: :void: :ouhla:

brigadoon
La seule, l'unique
Messages : 1506
Enregistré le : 27 janv. 2007, 14:30
A aimé : 1 fois
A été aimé : 2 fois

Message par brigadoon » 04 oct. 2007, 11:32

T'inquiète, je me suis posé les mêmes questions et je te donne mes définitions à moi personnelles. :D

Asexuel - qui n'a aucune envie de coït, n'en éprouve ni le besoin, ni le désir. Considère la chose comme inintéressante, vulgaire, du temps gaspillé, une dépense d'énergie stupide, et pas très esthétique. Mais peut éprouver du plaisir sensuel ou émotionnel - pour certains - et ne souffre pas de ne pas avoir de relations sexuelles. S'il y a souffrance, elle est sociale. Solitude. Rejet par les autres. Difficulté de former un couple ou un groupe familial.
Direction Aven.


Hétéro refoulé - qui est attiré par le même genre mais refuse pour des raisons x ou y qui n'ont pas grand chose à voir avec ce qu'on éprouve.
Dans le même ordre d'idées, on a l'homo refoulé. On pourrait même dire sexo refoulé. On éprouve un désir sexuel mais on le refuse pour des considérations morales, sociales, ou autres.
Direction psy.


Frigide - Aime les relations sexuelles, éprouve du désir, mais ne parvient pas au plaisir ni avec un partenaire, ni seule. Voudrait éprouver du plaisir et en souffre.
Direction sexologue.


Blocage - A envie de relations sexuelles, mais ne peut y parvenir parce que bloqué par un traumatisme qui peut être sexuel mais pas obligatoirement. C'est le syndrome post traumatique. Souvent grande souffrance.
Direction médecine émotionnelle.


:bise:

Avatar du membre
galaad
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2368
Enregistré le : 21 nov. 2006, 22:03
Localisation : Saumur
A aimé : 1 fois
A été aimé : 9 fois

Message par galaad » 04 oct. 2007, 13:12

brigadoon a écrit :Blocage - A envie de relations sexuelles, mais ne peut y parvenir parce que bloqué par un traumatisme qui peut être sexuel mais pas obligatoirement. C'est le syndrome post traumatique. Souvent grande souffrance.
Direction médecine émotionnelle.
je dirais plutôt direction psychologue clinicien et sexologue
Méfiez vous des seraphins, leur fureur peut être destructrice, si vous croisez l'un d'entre eux, il pourra vous sauver la vie ou vous tuer d'un revert de main...

"on ne peut guère vivre sans amour, mais on peut vivre sans sexe"

Image

Avatar du membre
Jullianna
AVENant
Messages : 3992
Enregistré le : 27 mai 2005, 21:02
Localisation : Pays de la Loire
A aimé : 43 fois
A été aimé : 34 fois
Contact :

Message par Jullianna » 04 oct. 2007, 15:57

Tes définitions rejoignent les miennes Brigadoon :)

excepté sans doute, le côté vulgaire de la sexualité ... Biensûr, chacun est libre de ressentir cela ainsi .. mais je pense que si on en arrive là ... c'est quand même que l'on a un problème avec ça :(
or se sentir A , c'est pour moi, ne pas avoir de problème avec les divers types de sexualité "entres adultes consentants". Ce n'est pas mon truc, c'est tout ... et être A, c'est ressentir que ce n'est pas mon truc du tout !!

Mais ce que j'ai envie de te dire, Licorne-noire, c'est que tu as 21 ans tout juste,n'est-ce-pas ? ... alors profites de cette vie, comme bon te semble et encore une fois, ne cherche pas absolument à te mettre dans une catégorie....

dis-toi juste qu'est-ce-que j'aime faire, que voudrais-je faire de ma vie ? et surtout qu'elles sonts les possibilités que j'ai pour le faire ?

Si tu n'adhères pas au schéma : amour - famille - maison etc... ce n'est pas anormal ! et surtout à ton âge !

tu verras que les questions que tu te poses .... prendront moins d'importance si tu te définies des projets, des envies ... et qu'un jour, tu trouveras les réponses (et peut-être sans les chercher).

Reste-toi, fais les choses comme tu le sens ...
Ne t'occupes pas de ce que font les autres et laisse les dire ...
Il n'en manque pas des personnes seules .. ce n'est pas une obligation d'être deux, d'avoir un(des) partenaires ... Avance à ton rythme !

J'espère que tu vas y voir bientôt plus clair :bise:

Avatar du membre
galaad
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2368
Enregistré le : 21 nov. 2006, 22:03
Localisation : Saumur
A aimé : 1 fois
A été aimé : 9 fois

Message par galaad » 04 oct. 2007, 16:12

Jullianna a écrit :Si tu n'adhères pas au schéma : amour - famille - maison etc... ce n'est pas anormal ! et surtout à ton âge !
Il faut penser que si il n'y avait pas les études supérieures on se sentirait encore plus exclu à ne pas adhérer à ce shéma, on peut dire merci la fac, non ?
Méfiez vous des seraphins, leur fureur peut être destructrice, si vous croisez l'un d'entre eux, il pourra vous sauver la vie ou vous tuer d'un revert de main...

"on ne peut guère vivre sans amour, mais on peut vivre sans sexe"

Image

Avatar du membre
Jullianna
AVENant
Messages : 3992
Enregistré le : 27 mai 2005, 21:02
Localisation : Pays de la Loire
A aimé : 43 fois
A été aimé : 34 fois
Contact :

Message par Jullianna » 04 oct. 2007, 16:18

Oui, Galaad... tu as raison. Quand on fait des études, on ne pense pas à s'établir dans un schéma "traditionnel" , mais cela n'empêche pas de tomber amoureux (hum ) et de vouloir s'installer parfois ...

mais c'est vrai que celui qui n'a pas envie de cela, les études peuvent être une bonne excuse valable aux yeux des autres.
Modifié en dernier par Jullianna le 04 oct. 2007, 17:18, modifié 1 fois.

Avatar du membre
cyclodocus
Pâtissier dans une cale à Hambourg
Messages : 4211
Enregistré le : 19 sept. 2006, 09:42
Localisation : qq part ds les alpes
A aimé : 30 fois
A été aimé : 58 fois
Contact :

Message par cyclodocus » 04 oct. 2007, 16:23

julianna a écrit :excepté sans doute, le côté vulgaire de la sexualité ... Biensûr, chacun est libre de ressentir cela ainsi .. mais je pense que si on en arrive là ... c'est quand même que l'on a un problème avec ça Sad
il peut tout simplement entendre vulgaire dans le sens premier "vulgus", qui se rapproche plus du commun, de l'animal que de l'élévation.
dans ce sens j'approuve
si c'est vulgaire dans le sens de "sale", là je rejoins Julianna

Avatar du membre
galaad
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2368
Enregistré le : 21 nov. 2006, 22:03
Localisation : Saumur
A aimé : 1 fois
A été aimé : 9 fois

Message par galaad » 04 oct. 2007, 16:37

Jullianna a écrit :mais cela n'empêche pas de tomber amoureux (hum ) et de vouloir s'installer parfois ...
Une de mes amies le prouve, elle est encore à étudier (normalement) elle est mariée et enceinte :D
Méfiez vous des seraphins, leur fureur peut être destructrice, si vous croisez l'un d'entre eux, il pourra vous sauver la vie ou vous tuer d'un revert de main...

"on ne peut guère vivre sans amour, mais on peut vivre sans sexe"

Image

brigadoon
La seule, l'unique
Messages : 1506
Enregistré le : 27 janv. 2007, 14:30
A aimé : 1 fois
A été aimé : 2 fois

Message par brigadoon » 04 oct. 2007, 17:09

galaad a écrit :
brigadoon a écrit :Blocage - A envie de relations sexuelles, mais ne peut y parvenir parce que bloqué par un traumatisme qui peut être sexuel mais pas obligatoirement. C'est le syndrome post traumatique. Souvent grande souffrance.
Direction médecine émotionnelle.
je dirais plutôt direction psychologue clinicien et sexologue

Il peut parfois être totalement impossible de consulter un psychologue clinicien ou un sexologue après trauma. La seule solution est alors la médecine émotionnelle qui donne souvent de très bons résultats, mais pas toujours. :( et voilà pour quelle raison j'ai dit direct médecine émotionnelle. Pas la peine de gaspiller inutilement du temps et de l'argent. :D

brigadoon
La seule, l'unique
Messages : 1506
Enregistré le : 27 janv. 2007, 14:30
A aimé : 1 fois
A été aimé : 2 fois

Message par brigadoon » 04 oct. 2007, 17:13

cyclodocus a écrit :
julianna a écrit :excepté sans doute, le côté vulgaire de la sexualité ... Biensûr, chacun est libre de ressentir cela ainsi .. mais je pense que si on en arrive là ... c'est quand même que l'on a un problème avec ça Sad
il peut tout simplement entendre vulgaire dans le sens premier "vulgus", qui se rapproche plus du commun, de l'animal que de l'élévation.
dans ce sens j'approuve
si c'est vulgaire dans le sens de "sale", là je rejoins Julianna
Non, je ne l'ai pas dit dans le sens sale ou repoussant. Je l'ai dit dans le sens de pas intéressant, banal, ennuyeux. :oops:

Avatar du membre
galaad
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2368
Enregistré le : 21 nov. 2006, 22:03
Localisation : Saumur
A aimé : 1 fois
A été aimé : 9 fois

Message par galaad » 04 oct. 2007, 18:05

Brigadoon, si je ne me trompe pas, la médecine émotionnelle c'est le psychologue clinicien, car il s'agit d'être au chevet du patient et de l'aider à "supporter" son traumatisme et de l'en débarasser, c'est le boulot du psychologue clinicien (psychothérapeute si tu préfère)
Méfiez vous des seraphins, leur fureur peut être destructrice, si vous croisez l'un d'entre eux, il pourra vous sauver la vie ou vous tuer d'un revert de main...

"on ne peut guère vivre sans amour, mais on peut vivre sans sexe"

Image

brigadoon
La seule, l'unique
Messages : 1506
Enregistré le : 27 janv. 2007, 14:30
A aimé : 1 fois
A été aimé : 2 fois

Message par brigadoon » 04 oct. 2007, 18:59

Oui, un psychothérapeute peut employer les méthodes de la médecine émotionnelle s'il a été formé pour ça. Mais certains traumas, sexuels ou autres, ne peuvent pas être guéris par des méthodes basées sur les mots, le centre du langage étant bloqué. Le patient peut parler, raconter ce qu'il a vécu, mais il n'y a aucune guérison, parce que plusieurs zones du mental sont déconnectées. Les méthodes consistent à travailler sur le physique pour reconnecter les différentes zones sans que le patient ait à parler ou a être touché, ce qui peut être trop difficile pour le patient.
Lorsqu'on doute d'être véritablement A, et s'il y a eu trauma, il peut être bon de faire une de ces méthodes pour résoudre les traumas. On peut s'apercevoir qu'en fait on est S bloqués, ou au contraire qu'on est véritablement A, et même que le trauma est la conséquence du fait qu'on est A. :(
Les méthodes peuvent être basées sur la digitopressure, les mouvements occulaires, l'alternance des sons ou des vibrations, l'auto massage, le sport, mais aussi la visualisation, l'auto-hypnose, l'auto-suggestion.
Chacun choisit sa ou ses méthode-s. :D

Avatar du membre
Licorne-noire
Affilié
Messages : 318
Enregistré le : 27 août 2007, 22:42
Localisation : Dans les cimes sous l'obscurité des nuages

Message par Licorne-noire » 04 oct. 2007, 19:17

brigadoon a écrit :T'inquiète, je me suis posé les mêmes questions et je te donne mes définitions à moi personnelles. :D

Asexuel - qui n'a aucune envie de coït, n'en éprouve ni le besoin, ni le désir. Considère la chose comme inintéressante, vulgaire, du temps gaspillé, une dépense d'énergie stupide, et pas très esthétique. Mais peut éprouver du plaisir sensuel ou émotionnel - pour certains - et ne souffre pas de ne pas avoir de relations sexuelles. S'il y a souffrance, elle est sociale. Solitude. Rejet par les autres. Difficulté de former un couple ou un groupe familial.
Direction Aven.


Hétéro refoulé - qui est attiré par le même genre mais refuse pour des raisons x ou y qui n'ont pas grand chose à voir avec ce qu'on éprouve.
Dans le même ordre d'idées, on a l'homo refoulé. On pourrait même dire sexo refoulé. On éprouve un désir sexuel mais on le refuse pour des considérations morales, sociales, ou autres.
Direction psy.


Frigide - Aime les relations sexuelles, éprouve du désir, mais ne parvient pas au plaisir ni avec un partenaire, ni seule. Voudrait éprouver du plaisir et en souffre.
Direction sexologue.


Blocage - A envie de relations sexuelles, mais ne peut y parvenir parce que bloqué par un traumatisme qui peut être sexuel mais pas obligatoirement. C'est le syndrome post traumatique. Souvent grande souffrance.
Direction médecine émotionnelle.


:bise:
Ben c'est bien ce que je me disais je n'arrive pas à me repèrer lol. D'après les desciptions que tu a faite brigadon je ne me retrouv pas complettement dans aucune mais j'ai l'impression d'étre un peu de tout :oops:

Par contre c'est très intéressant ce que tu dis sur la médecine émotionnelle. Je ne connaissais pas du tout... Mais ça se trouve facilement ce genre de service :?: Pas seulement sur Paris ou d'autres très grandes villes?
Et puis je n'arrive pas bien à comprendre comment la pers peut-étre soignée, aidée?

Avatar du membre
aharis
Avenator
Messages : 1673
Enregistré le : 08 févr. 2007, 00:09
Contact :

Re: Suis-je A, hétéro-refoulée ou autres?

Message par aharis » 04 oct. 2007, 19:30

Licorne-noire a écrit :En fait je ne suis pas sur de ce que je suis...

Pour m'aider à mieux comprendre tout ça, pouvez-vous me donner vos définitions des concept suivants :
* Asexuel
......
* Blocages

Peut-étre que si je comprends mieux ces termes je pourrais enfin savoir qui je suis réellement... Dans quelle catégorie me placer :?:
C'est la question classique de savoir si l'asexualité provient d'un blocage. :wink:

En principe les définitions de l'asexuel (qui n'a pas envie) et du bloqué (qui aimerait bien mais qui ne peut point) divergent donc ce sont deux choses bien différentes.
Mais comment savoir si l'un ne provient pas de l'autre, c'est à dire qu'à force de ne pas pouvoir... on se met à ne pas vouloir ?

En tous cas il y en a beaucoup ici qui diraient qu'ils n'ont jamais eu de désir donc, qu'ils n'entrent pas dans ce cas de figure.
Il n'y a donc pas de lien direct entre blocage et asexualité puisqu'il existe des contre exemples... cela suffit pour invalider scientifiquement la théorie.

Enfin, puisque on est asexuel mais pas asexué, on peut se poser la question : "est ce je reste asexuel si j'ai eu des exitations sexuelles ?"

Je me figure que le fait d'avoir une exitation sexuelle (pour quelque raison que ce soit) ne signifie pas forcément "avoir envie de coucher avec quelqu'un". Ce qui veut dire qu'on peut être exité sexuellement sans désir de passage à l'acte donc qu'on reste asexuel (puisqu'un asexuel se définit par le fait qu'il ne ressent pas le désir d'avoir des rapports sexuels).

Dans tous les cas, quelle que soit l'origine de l'asexualité (s'il y en a une) la phrase en italique ci dessus suffit à se définir comme asexuel.

:)

Avatar du membre
aharis
Avenator
Messages : 1673
Enregistré le : 08 févr. 2007, 00:09
Contact :

Message par aharis » 04 oct. 2007, 19:36

licorne-noire a écrit :Ben c'est bien ce que je me disais je n'arrive pas à me repèrer lol. D'après les desciptions que tu a faite brigadon je ne me retrouv pas complettement dans aucune mais j'ai l'impression d'étre un peu de tout
Et voilà... ça c'est le problème de la classification : faut il ranger les gens dans des cases (blanches ou noires) ou faut il préférer dire "tout est un dégradé de gris"....


:wink:

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 1 invité