Les relations de couple...

Vous avez des questions sur l'asexualité ?
C'est ici que ça se passe.

ëtes-vous en relation de couple présentement?

oui
12
27%
non
29
64%
autre
4
9%
 
Nombre total de votes : 45

Avatar du membre
cyclodocus
Pâtissier dans une cale à Hambourg
Messages : 4213
Enregistré le : 19 sept. 2006, 09:42
Localisation : qq part ds les alpes
A aimé : 30 fois
A été aimé : 59 fois
Contact :

Message par cyclodocus » 22 nov. 2006, 20:58

kinou a écrit : Oui galaad,
Mais qui dit une relation a deux , dit aussi deux fois plus de problemes
divers que ne pourrait avoir un celibataire : prise de tete doublées,
si on est en couple pour se prendre la tête, c'est que le couple est foireux
un couple c'est une addition, pas des soustractions


plus attente l'un envers l'autres , un compromis renforcé, un expression limité a ce que l'autre ne supporte pas ( pour divers raison )= dilemne du couple ,

au contraite
on doit pouvoir chacun s'exprimer
et plus on s'aime plus ces expressions sont ou communes ou complémentaires


des choix biaisés ( on choisit d'abord pour l'equilibre du couple
et pas pour soi en premier meme si ca devrais etre plutot cela, la
meilleure chose a faire pour garder le couple solide )
mais l'équilibre du couple, c'est faire plaisir à l'autre et donc SE faire plaisir à soi. Evidemment si les plaisirs de l'un sont systématiquement opposés à ceux de l'autre, le couple est foireux



des pbs possibles de salaires ( qui gange plus que que l'autre ) = qui depenses plus que l'autres,
au début ma femme gagnait plus que moi, cela ne m'a pas gêné
maintenant c'est l'inverse, et même en plus elle travaille à temps partiel.
jamais il ne ve viendrait à l'idée de le lui signifier.
La solution : chacun son compte
les dépenses communes au prorata des salaires avec lissage annuel. Chacun reste ainsi libre de faire plaisir (à soi ou à l'autre) avec ce qui reste.



ou encore des querelles "structurelles" mais passageres que
tout couple connait + remise en cause de facon tres repetives car "l'autre"
nous l'oblige dans ce couple ( meme les celibaires doivent se remettre
en cause aussi ) ...
ça c'est le "travail de tout un chacun, pas seulement du couple comme tu le dis d'ailleurs



Moi j'ai choisit d'etre celibataire au depends de l'affection que je voue a ma mere :
J'ai 24 ans et suis encore chez mes parents, je depenses beaucoup,
et vis une vie etudiante tres satisfaisante = sauf les exams :( ( ! ).
tu préfères l'amour maternel à l'amour d'une femme (beaucoup plus hypothètique à trouver, il faut en convenir). c'est ton choix
Mais je n'envie pas d'etre en couple, car je ne crois pas en l'amour
" au sens de l'amour inconditionnel utopique "
jy avais cru
j'y avais renoncé
j'ai eu la chance de le trouver alors que je ne cherchais plus
sans le chercher, garde espoir quand même (ne serait ce que pour ne pas le rater)



je prefere accuentué l'amitié entre deux etre, et qui dit amis ne dis pas sexe obligatoirement , et ne dis aussi pas tous ces soucis que j'ai cité au dessus, car on ne voit que superfiellement les bonnes choses dans l'amitié , mais c'est pas grave, je l'admets comme bien ...
attention "entre l'amour et l'amitié, il n'y a qu'un lit de différence" (Henri Tachan)
non je rigole, c'est amour avec un petit "a"

avec le grand "A", justement, il peut ne pas y avoir de lit !

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 10 fois

Message par melancolie » 13 déc. 2006, 19:23

cyclodocus a écrit : je prefere accuentué l'amitié entre deux etre, et qui dit amis ne dis pas sexe obligatoirement , et ne dis aussi pas tous ces soucis que j'ai cité au dessus, car on ne voit que superfiellement les bonnes choses dans l'amitié , mais c'est pas grave, je l'admets comme bien ...
attention "entre l'amour et l'amitié, il n'y a qu'un lit de différence" (Henri Tachan)
non je rigole, c'est amour avec un petit "a"

avec le grand "A", justement, il peut ne pas y avoir de lit ![/quote]

Decidement, j'ai toujours un train de retard sur les discussions mais ça permet d'y reflechir à nouveau :wink:
J'ai vécu deux fois en couple et je crois que j'idealisais un peu la vie en commun comme le summum de l'amour :roll:
Vos propos me font penser à un sketch de Roger et Laspalès sur le mariage (ils discutent de l'avantage du mariage) : "C'est bien ta femme tu l'as le matin quand tu te lèves... et le soir quand tu te couches. Tu l'as quand tu veux... et quand tu veux pas :P "

Trève de plaisanterie je n'ai pas de problèmes pour boire mon café seule le matin et pour reprendre l'exemple de Julianna je peux le partager (un peu plus tard) de temps en temps avec un/une amie. Je suis pas très loquace le matin donc vaut mieux que je sois seule car sinon c'etait grand silence à deux (vu que mes partenaires n'etaient pas plus en forme que moi :lol:
J'aime beaucoup partager comme en amitié où on prepare notre rencontre... etc mais le fait d'avoir toujours quelqu'un à ses cotés est peut-être moins superficiel mais ce n'est pas magique tous les jours. La solitude à deux qui peut s'installer est bien plus terrible que la solitude seul.
Je dois être une celibataire dans l'âme : j'ai du mal à m'endormir s'il y a quelqu'un dans mon lit, je ne me sens pas en securité (en couple, je marchais toujours aux somniferes) même si j'aime la personne.
Je ne crois pas qu'il faille minimiser les rapports d'amitié par rapport à l'amour ; pour moi le quotidien (courses, factures, linge sale...etc) gâche un peu le désir (je ne parle pas de desir sexuel bien sûr mais de désir d'être avec l'autre et d'apprecier les moments).
J'ai des ami(e)s très cher(e)s que je connais bien depuis dix ou quinze ans et nous avons passé quelquefois plusieurs jours ensemble et je ne me suis pas ennuyé mais je ne desire pas partager tout et tout le temps. Certain(e)s sont en couple d'autres non.
Je ne sais pas si c'est l'experience mais je deviens peut-ête aromantique (c'est l'âge peut-être) :roll:
Pour moi la pression sociale qui pousse les gens à vivre ensemble est aussi forte que la pression qui pousse à un comportement normatif sexuel.
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

Avatar du membre
melancolie
Archéologue Aguerri
Messages : 6268
Enregistré le : 17 nov. 2005, 23:51
Localisation : PARIS
A aimé : 6 fois
A été aimé : 10 fois

Message par melancolie » 13 déc. 2006, 19:25

melancolie a écrit :
cyclodocus a écrit : je prefere accuentué l'amitié entre deux etre, et qui dit amis ne dis pas sexe obligatoirement , et ne dis aussi pas tous ces soucis que j'ai cité au dessus, car on ne voit que superfiellement les bonnes choses dans l'amitié , mais c'est pas grave, je l'admets comme bien ...

Decidement, j'ai toujours un train de retard sur les discussions mais ça permet d'y reflechir à nouveau :wink:
J'ai vécu deux fois en couple et je crois que j'idealisais un peu la vie en commun comme le summum de l'amour :roll:
Vos propos me font penser à un sketch de Roger et Laspalès sur le mariage (ils discutent de l'avantage du mariage) : "C'est bien ta femme tu l'as le matin quand tu te lèves... et le soir quand tu te couches. Tu l'as quand tu veux... et quand tu veux pas :P "

Trève de plaisanterie je n'ai pas de problèmes pour boire mon café seule le matin et pour reprendre l'exemple de Julianna je peux le partager (un peu plus tard) de temps en temps avec un/une amie. Je suis pas très loquace le matin donc vaut mieux que je sois seule car sinon c'etait grand silence à deux (vu que mes partenaires n'etaient pas plus en forme que moi :lol:
J'aime beaucoup partager comme en amitié où on prepare notre rencontre... etc mais le fait d'avoir toujours quelqu'un à ses cotés est peut-être moins superficiel mais ce n'est pas magique tous les jours. La solitude à deux qui peut s'installer est bien plus terrible que la solitude seul.
Je dois être une celibataire dans l'âme : j'ai du mal à m'endormir s'il y a quelqu'un dans mon lit, je ne me sens pas en securité (en couple, je marchais toujours aux somniferes) même si j'aime la personne.
Je ne crois pas qu'il faille minimiser les rapports d'amitié par rapport à l'amour ; pour moi le quotidien (courses, factures, linge sale...etc) gâche un peu le désir (je ne parle pas de desir sexuel bien sûr mais de désir d'être avec l'autre et d'apprecier les moments).
J'ai des ami(e)s très cher(e)s que je connais bien depuis dix ou quinze ans et nous avons passé quelquefois plusieurs jours ensemble et je ne me suis pas ennuyé mais je ne desire pas partager tout et tout le temps. Certain(e)s sont en couple d'autres non.
Je ne sais pas si c'est l'experience mais je deviens peut-ête aromantique (c'est l'âge peut-être) :roll:
Pour moi la pression sociale qui pousse les gens à vivre ensemble est aussi forte que la pression qui pousse à un comportement normatif sexuel.
Je pensai : "Pourquoi est-ce que quelqu'un ne fait pas quelquechose pour cela ?"
Et alors, je réalisai que j'étais quelqu'un.
(Anonyme)

http://encorpslibre.hautetfort.com/

Avatar du membre
cyclodocus
Pâtissier dans une cale à Hambourg
Messages : 4213
Enregistré le : 19 sept. 2006, 09:42
Localisation : qq part ds les alpes
A aimé : 30 fois
A été aimé : 59 fois
Contact :

Message par cyclodocus » 13 déc. 2006, 19:29

melancolie a écrit : Je ne crois pas qu'il faille minimiser les rapports d'amitié par rapport à l'amour ; pour moi le quotidien (courses, factures, linge sale...etc) gâche un peu le désir (je ne parle pas de desir sexuel bien sûr mais de désir d'être avec l'autre et d'apprecier les moments).
si l'Amour supporte le quotidien
alors c'est vraiment bien !
c'est le quotidien qui révèle la réalité de l'Amour

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité