Asexualité ou ignorance liée au célibat ?

Vous avez des questions sur l'asexualité ?
C'est ici que ça se passe.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Brindibou
Membre junior
Messages : 7
Inscription : 03 avr. 2021, 11:24
Pronom : Il
A aimé : 7 fois
A été aimé : 4 fois

Asexualité ou ignorance liée au célibat ?

Message par Brindibou »

Bonjour à tous ! >o<

Comme beaucoup dans cette section je me pose des questions sur mon éventuelle asexualité. Et après avoir parcouru nombre de sujets très intéressants (vous faites un taf’ super d’ailleurs ! :woke: ), j’admet ne pas être totalement satisfait de mes conclusions personnelles, du fait notamment de mon ignorance totale concernant le fait sexuel (lié à un célibat que l’on va qualifier ici de « permanent »).

Je m’explique : lorsque l’on lit les différentes histoires qui sont relatées ici, il y a généralement une relation ou un simple flirt qui s’est mal passé, ayant conduit à une réflexion sur l’asexualité, celle-ci se basant sur cette expérience ratée.


Ce n’est pas mon cas. J’ai toujours été célibataire et je n’ai jamais eu aucun rapport, même sentimental avec une autre personne. *Insérez ici des violons sur l’injustice de la vie*



Mon histoire (spoiler : c'est moins passionnant que Games of Thrones ! :<)


Mon parcours personnel est plus simple : quand j’étais ado je ne partageais absolument pas le même intérêt pour la sexualité que mes camarades de classe (encore moins la pornographie). A l’époque, j’ai mis simplement ça sur le compte de l’immaturité de mes collègues, et que j’étais trop intelligent pour rigoler de tels sujets puérils ! (Oui je me prenais vachement au sérieux à l’époque pour un gars qui joue à Pokémon :roll: ).

Adulte … Mon désintérêt pour la question n’a pas tellement évolué si ce n’est que je me suis dit qu’au final : je ne me passionne pas pour la sexualité parce que de toute façon je ne suis dans aucune relation donc ce n’est pas comme si j’étais concerné. Au demeurant l’acte sexuel en lui-même ne me fait ni chaud ni froid, du moins dans la théorie. =3

Cependant j’ai déjà eu des sentiments amoureux pour des femmes (mais pas réciproquement, tant pis c’est la vie :p), mais pour le coup je n’étais pas particulièrement attiré sexuellement par celles-ci (aussi jolies soient-elles ^^).

(Je précise, au cas où si ça a de l’importance, que je n’ai jamais eu ce genre de sentiments pour les hommes, mais c’est peut-être aussi lié à une construction sociale qui m’invite à considérer les rapports Homme – Femme sous un angle hétérosexuel, ce qui fait que je ne peux être « amoureux » que de femmes à l’heure actuelle)


Je passe rapidement sur la pornographie que j’ai découvert finalement très tardivement (vers 20 ans je crois en regardant la télé après minuit ?) et que j’ai davantage regardé pour rigoler du scénario « Hey ! Ca va ? On s’est bien amusé ensemble hier ! » « T’as vu ! » *Musique clichée se lance immédiatement*. Par ailleurs j’ai une sainte horreur des sites pornographiques que je trouve affreusement vulgaires. ._.’



Se dire asexuel quand on n'a aucune expérience ?


En découvrant AVEN il y a quelques temps, j’en suis naturellement arrivé à la conclusion que je devais être asexuel. Seulement voilà : peut-on véritablement se considérer « asexuel » quand au final on n’a jamais eu l’occasion de « coucher » avec une autre personne ?


J’en rigole un peu mais c’est une vraie question : ça ne me viendrait pas à l’idée par exemple de dire que je n’aime pas les clafoutis si j’en n’ai jamais mangé (c’est un peu du sophisme mais vous voyez l’idée). En gros : il me manque une information capitale dans mon propre « diagnostic » ce qui fait que je suis très hésitant pour me classer comme « asexuel ».


J’ai conscience que me poser la question revient peut-être à « valider » certains commentaires que l’on peut entendre du style « T’as pas trouvé la bonne personne », « Passes une nuit avec moi et tu verras ! », « T’es trop immature pour comprendre » etc… Mais dans le cas où on a effectivement aucune expérience pour comparer, la question n’est peut-être pas si idiote que ça ?

De l’autre côté : je présume que si j’avais une attirance sexuelle particulière, ce serait inscrit dans ma biologie et ce n’est finalement pas une question d’expérience. C’est difficile à dire cela dit car je ne suis pas du tout spécialiste de ce sujet.


Ma question est donc la suivante : est-ce qu’un « diagnostic » asexuel est forcément biaisé en cas d’absence d’expérience ? Ou il peut être aussi justifié que les autres ?


Merci de m’avoir lu jusque-là. Je m’excuse également pour la longueur de ce message mais je présume que je ne suis pas le seul célibataire à être intéressé par la question. ^^

Bien à vous !

- Brindibou
Avatar de l’utilisateur
Jullianna
Aborigène
Messages : 4254
Inscription : 27 mai 2005, 21:02
Localisation : Pays de la Loire
A aimé : 164 fois
A été aimé : 134 fois

Re: Asexualité ou ignorance liée au célibat ?

Message par Jullianna »

Brindibou,

Rassures-toi, tu es loin d'être le seul célibataire à se poser ce genre de questions ... ou pas.
Pardon si ma réponse est brève : Mais faut-il tout expériementer pour savoir ce qu'on ressent ou pas dans la vie ? . En fait, tout se résume à ça, non ?
maintenant, te croire ou te définir asexuel aujourd'hui, à 24 ans ne veut pas dire que tu le seras encore demain ou après-demain. Qui sait, tu feras peut-être une belle rencontre (réciproque) et tu changeras ... ou pas. Alors oui, ce que tu ressens aujourd'hui est justifié, et pourrait changer au fil des années ou pas. Il faut juste s'accepter et te dire que tu n'es pas anormal et la connaissance de soi est une grande richesse.
Sans la musique, la vie serait une erreur." Nietzsche
Avatar de l’utilisateur
dioptase
Affilié
Messages : 259
Inscription : 20 oct. 2020, 22:02
Localisation : Lyon
Pronom : Elle
A aimé : 129 fois
A été aimé : 42 fois

Re: Asexualité ou ignorance liée au célibat ?

Message par dioptase »

Personnellement, je suis partie du principe que si une personne homosexuelle peut savoir ne pas ressentir d'attirance pour le sexe opposé (malgré les dictats encore trop présent de la société), sans avoir besoin de tester avant via une relation sexuelle, alors il est valide de savoir qu'on ne ressent cette attirance ni pour le sexe opposé ni pour le même sexe.

Je n'ai pas d'attirance sexuelle pour les femmes + Je n'ai pas d'attirance sexuelle pour les hommes = Je me définie comme asexuelle. C'est ma manière de voir les choses, elle ne correspond peut être pas à tout le monde, mais peut être que ça peut t'aider ?
Avatar de l’utilisateur
PassionA
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2118
Inscription : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 516 fois
A été aimé : 623 fois

Re: Asexualité ou ignorance liée au célibat ?

Message par PassionA »

Brindibou a écrit : 03 avr. 2021, 13:12 En découvrant AVEN il y a quelques temps, j’en suis naturellement arrivé à la conclusion que je devais être asexuel. Seulement voilà : peut-on véritablement se considérer « asexuel » quand au final on n’a jamais eu l’occasion de « coucher » avec une autre personne ?

J’en rigole un peu mais c’est une vraie question : ça ne me viendrait pas à l’idée par exemple de dire que je n’aime pas les clafoutis si j’en n’ai jamais mangé (c’est un peu du sophisme mais vous voyez l’idée). En gros : il me manque une information capitale dans mon propre « diagnostic » ce qui fait que je suis très hésitant pour me classer comme « asexuel ».
Je voudrais tout d'abord dire que l'asexualité est une étiquette qu'on se donne parce qu'on se reconnait là dedans. On peut se tromper, et plus tard réaliser qu'on est pas asexuel en fait (ou peut-être greysexuel). D'ailleurs beaucoup d'aces se sont considérés comme hétérosexuels ou homosexuels pendant un temps avant de comprendre que ce n'était pas le cas. L'important c'est qu'à un temps T tu te reconnaisses là dedans, et non de trouver à tout prix une case où te ranger définitivement.

Concernant la parabole du clafoutis, le problème des personnes asexuelles n'est pas de pas aimer le clafoutis, car en ayant des rapports sexuels elles peuvent aimer ça, c'est à dire être sex-favorable, comme ne pas aimer ça, être sex-repulsed. Le problème c'est plutôt qu'on veuille te faire manger du clafoutis alors que tu n'as pas faim de clafoutis. Ce qui caractérise les aces, c'est ce manque d'attirance pour la chose. Et il n'est pas nécessaire d'avoir essayer une chose pour savoir qu'on a pas envie de la faire. Exemple à la con : les hétéro savent qu'ils ne sont pas attirés par les personnes du même sexe, et n'ont pas besoin d'essayer le sexe gay pour savoir qu'ils ne sont pas attirés.

Ceci dit, parfois quand on est asexuel on peut avoir une relation complexe au sexe. Avoir envie d'essayer, de tenter plusieurs choses, etc. Et ça peut être qu'après avoir pratiqué qu'on sait définitivement qu'en fait on en a pas envie. Je ne dis pas qu'il faut essayer pour savoir, mais il y a des personnes pour qui c'est important pour elles d'essayer. Chacun a un parcours différent.

Pour aller plus loin, le fait même qu'on suppose qu'il faille avant tout chercher sa moitié dans la vie, c'est de l'amatonormativité. On peut tout à fait vouloir une vie construite autour d'amis et de relations importantes sans forcément vouloir être en couple. C'est un peu du bourrage de crâne que la société présente toujours une vie épanouie au travers du couple.
Avatar de l’utilisateur
clotaire
AVENant
Messages : 3744
Inscription : 24 avr. 2016, 15:46
Localisation : Auvergne - Rhône-Alpes
Pronom : peut être tutoyé ;)
A aimé : 804 fois
A été aimé : 793 fois

Re: Asexualité ou ignorance liée au célibat ?

Message par clotaire »

Une sexologue que j'ai vue il y a quelques mois m'a dit que si j'étais resté célibataire aussi longtemps avant d'être en couple, c'est qu'au fond mon équilibre fonctionne très bien quand je suis seul, que si j'avais eu le besoin absolu d'être en couple, j'aurais été en couple. Je pense qu'elle n'avait pas tort, dans le sens où oui, j'aurais toujours pu sauter sur de mauvaises opportunités qui n'auraient probablement pas duré sur le long terme, pour assouvir des besoins temporaires.
Tu peux te dire que si tu es célibataire, c'est que ça te convient, au fond. Même si on aura toujours un petit pincement... Mais tu n'as pas à rougir de ton parcours, il faut assumer !
Et puis le violon, c'est pas forcément triste ;-)
Avatar de l’utilisateur
Orchis
Aguerri
Messages : 552
Inscription : 29 mai 2019, 23:25
A aimé : 154 fois
A été aimé : 191 fois

Re: Asexualité ou ignorance liée au célibat ?

Message par Orchis »

Brindibou a écrit : 03 avr. 2021, 13:12 En découvrant AVEN il y a quelques temps, j’en suis naturellement arrivé à la conclusion que je devais être asexuel. Seulement voilà : peut-on véritablement se considérer « asexuel » quand au final on n’a jamais eu l’occasion de « coucher » avec une autre personne ?
Je rejoins PassionA. Un.e asexuel.le peut apprécier les activités sexuelles et demeurer asexuel.le. :wink:

Ce n'est pas une question de "goûter" ni même d'apprécier l'acte sexuel. C'est une question de "pulsion" qui te pousse vers une autre personne/un type d'autres personnes.

Pour faire un parallèle, peut-être foireux : dans des milieux reclus (du genre prison ou marine d'autrefois), les gens peuvent recourir à des pratiques homosexuelles parce qu'ils n'ont rien de mieux sous la main pour soulager leur libido (la libido est différente de l'attirance sexuelle, elle peut-être "sans objet" et "juste" demander à être satisfaite par un acte physique). Pourtant, ces gens demeurent hétérosexuels. Ils savent que ce sont les personnes de sexe opposé qui les attirent.

En plus, une personne hétérosexuelle (par exemple) n'aura pas envie de coucher avec toutes les personnes de sexe opposé. Il y aura des personnes pour qui elle ressent de l'attirance sexuelle et les autres. Pourtant, même si l'attirance sexuelle n'est pas là, le rapport sexuel restera possible parce qu'il restera la libido pour aider.

Du coup, si tu veux coucher avec une autre personne pour te prouver ton asexualité, tu n'es pas rendu. Parce qu'il faudra coucher avec un homme, avec une femme, avec une personne non-binaire puis ensuite changer de "cobaye" afin de vérifier que ce n'est pas un problème du type "pas la bonne personne". Si avec ça, tu ne ressors pas dégoûté ou traumatisé, bah... Ça voudra dire que tu as une libido en acier. qui accepte tout ce qui passe. :roll:
Avatar de l’utilisateur
Brindibou
Membre junior
Messages : 7
Inscription : 03 avr. 2021, 11:24
Pronom : Il
A aimé : 7 fois
A été aimé : 4 fois

Re: Asexualité ou ignorance liée au célibat ?

Message par Brindibou »

PassionA a écrit :Concernant la parabole du clafoutis, le problème des personnes asexuelles n'est pas de pas aimer le clafoutis, car en ayant des rapports sexuels elles peuvent aimer ça, c'est à dire être sex-favorable, comme ne pas aimer ça, être sex-repulsed. Le problème c'est plutôt qu'on veuille te faire manger du clafoutis alors que tu n'as pas faim de clafoutis. Ce qui caractérise les aces, c'est ce manque d'attirance pour la chose. Et il n'est pas nécessaire d'avoir essayer une chose pour savoir qu'on a pas envie de la faire. Exemple à la con : les hétéro savent qu'ils ne sont pas attirés par les personnes du même sexe, et n'ont pas besoin d'essayer le sexe gay pour savoir qu'ils ne sont pas attirés.
Orchis a écrit :Ce n'est pas une question de "goûter" ni même d'apprécier l'acte sexuel. C'est une question de "pulsion" qui te pousse vers une autre personne/un type d'autres personnes.
Oh ! Je n'ai jamais approché les choses sous cet angle ! (Et dire que j'avais mis cette phrase sur le clafoutis un peu au hasard :p)
J'ai relu plusieurs fois les différents messages du coup et je crois désormais saisir la nuance : la question n'est pas tant de savoir si je peux potentiellement aimer ou non l'acte sexuel (différence entre sex-favorable et sex-repulsed), mais si j'ai simplement envie d'avoir ces rapports. :!:
Et ça pour le coup c'est vrai que c'est une question qui peut être résolue sans forcément avoir l'expérience de la chose.

Je retiens aussi de vos réponses que l'important c'est surtout de savoir ce que je ressens, ou ce que je ne ressens pas en occurrence, au moment présent. =)

Je vous remercie très sincèrement pour toutes vos réponses. En effet je pense que j'avais mal compris la nuance expliquée plus haut, c'est pourquoi vos réponses m'ont été très utiles (et j'espère qu'elles seront utiles à d'autres ! :woke: )

- Brindibou
Avatar de l’utilisateur
Freaks
Affable
Messages : 108
Inscription : 27 déc. 2020, 19:09
A aimé : 73 fois
A été aimé : 51 fois

Re: Asexualité ou ignorance liée au célibat ?

Message par Freaks »

@Brindibou : je te réponds un peu tard, et pour dire un peu la même chose que mes petits collègues, mais mon cas ressemble fort au tien, alors si ça peut t'éclairer...

Je me considère comme asexuel alors que je suis tout aussi célibataire que toi, parce qu'en effet il n'y a pas besoin d'avoir d'expérience pour connaître son orientation sexuelle (encore heureux, d'ailleurs).

Comme toi, je trouvais immature, au collège, mes "camarades" qui se racontaient leurs séances de masturbation (et qui voulaient se mettre en couple alors qu'ils n'avaient même pas les moyens financiers de nourrir leur petite amie).

Les sentiments amoureux que j'ai éprouvé pour des femmes (inaccessibles) étaient intenses (en mode crush), mais ils n'étaient au fond qu'un alibi que je me donnais pour pouvoir ne jamais avoir à envisager une "vraie" relation de couple, avec tout ce qu'elle comporte (sexe y compris).

La pornographie vidéo, je m'y suis aussi mis tard, avec aussi dans l'idée de tester jusqu'où pouvait aller mon excitabilité sexuelle (en gros, elle est circonscrite aux femmes, cisgenres ou transgenres) ; la masturbation m'a longtemps semblé la seule pratique vraiment sexuelle dont je ne pouvais pas me passer, jusqu'à ce que je me découvre asexuel et que je me rends compte que, finalement, je m'en moquais autant que d'avoir de vraies relations sexuelles. (En fait, c'était,là encore, une forme d'alibi que je me donnais à moi-même, une façon de me prouver que mon organisme fonctionnait "normalement".)

Par contre, changer de norme mentale, c'est-à-dire me penser asexuel ordinaire plutôt qu'hétérosexuel dysfonctionnel, ça m'a permis incontestablement de me sentir mieux.

En fait, j'aurais tendance à dire qu'en plus de l'absence d'envie, parfois difficile à identifier au milieu du faisceau d'injonctions dans lequel la société nous enferme, il faut aussi examiner ta façon actuelle de fonctionner : si tu t'en sors sans relation sexuelle, et depuis un certain temps déjà ; si tu as l'impression que ce serait plus compliqué qu'autre chose d'en intégrer une dans ton existence, ben il y a des chances pour que tu sois bel et bien asexuel (par exemple, moi, quand j'essayais de me projeter dans un éventuel couple, je faisais la liste de tout ce que j'allais devoir aménager, et franchement, ça me saoulait, parce qu'au fond, j'étais aussi bien tout seul).

Dans mon cas, quand je me pensais hétérosexuel, je me sentais souvent partagé entre mon faux besoin d'être en couple (histoire d'être normal) et ma vraie envie d'être seul, mais malgré cette oscillation (disparue quand je me suis compris asexuel), j'ai toujours fonctionné sans problèmes comme un célibataire dans ma vie quotidienne (ce que j'essaye de dire, sans doute maladroitement, c'est que l'asexualité peut aussi se concrétiser dans une myriade de petites habitudes, et donc se détecter à ça).

Par exemple (il ne sont pas très bons, mais qu'importe), je n'ai jamais senti le besoin irrépressible de m'inscrire sur un site de rencontres (il y avait des raisons idéologiques à ce choix, mais pas que) ; je me satisfais de simples soirées passées à discuter, que je quitte assez tôt pour ne pas être fatigué le lendemain, et peu m'importe si ça me fait rater des "occasions" ; etc.

Après, ce que je dis ne vaut évidemment pas pour tous les asexuels (certains sont en couple ou veulent l'être).
On reconnaît la pression sociale au bruit qu'elle fait quand elle s'en va.
Avatar de l’utilisateur
Walther
Ascendant
Messages : 999
Inscription : 09 août 2020, 18:10
Localisation : Lorraine
Pronom : il/tu
A aimé : 288 fois
A été aimé : 182 fois

Re: Asexualité ou ignorance liée au célibat ?

Message par Walther »

Brindibou a écrit : 03 avr. 2021, 13:12


Ma question est donc la suivante : est-ce qu’un « diagnostic » asexuel est forcément biaisé en cas d’absence d’expérience ? Ou il peut être aussi justifié que les autres ?




- Brindibou
J'ai eu des expériences avec des femmes, même si je me dis asexuel hétéro aujourd'hui, alors que je l'ai toujours été mais sans le savoir.
Par contre je n'ai aucune expérience avec des hommes, et j'ai aucune envie d'en avoir, l'idée même m'horripile, je peux en déduire que je n'ai aucun penchant homosexuel, même si je conçois que certains l'apprécie.
Donc on peut très bien savoir ce que l'on veut sans avoir d'expérience.
Jamais le premier soir... les suivants non plus d'ailleurs!
Jolie phrase de Lilly! :woke:
Répondre