Nombreuses questions sur les relations

Vous avez des questions sur l'asexualité ?
C'est ici que ça se passe.
Répondre
-kyria-
Néophyte
Messages : 4
Enregistré le : 17 oct. 2020, 08:29
A aimé : 0
A été aimé : 1 fois

Nombreuses questions sur les relations

Message par -kyria- »

Bonjour,

Je découvre l'asexualité et je me pose des questions. Bien que mes questions soient nombreuses, si vous pouviez m'éclairer, ce serait vraiment gentil à vous (en m'excusant par avance de la niaiserie possible de certaines de ces questions).

1) Que veut dire avoir des rapports sexuels ? Est-ce que cela passe obligatoirement par la pénétration ou les caresses intimes peuvent elles constituer un rapport à elles seules ?

2) Comment se traduit un rapport sexuel entre deux femmes homosexuelles ? Cela correspond il à l'étape des préliminaires d'une relation hétéro ?

3) Que signifie sensuel dans l'asexualité ? Qu'est-ce qui différencie le sensualisme d'un asexuel du sensualisme une personne hétéro dans un couple classique ?

4) Si l'asexualité peut s'exprimer à travers des caresses, quelle est la différence entre, d'une part, un rapport homo entre deux femmes et, d'autre part, un rapport entre deux femmes asexuels sensuelles ?

5) Quelle est la différence entre proximité affective et asexualité ? En quoi deux asexuels en couple se différencient ils de deux colocataires amis puisqu'ils ces derniers ne ressentent pas d'attirance sexuelle ?

6) Quelle est la définition de romantisme lorsqu'il s'agit d'asexualité ? Que signifie "plaisir" dans un couple asexuel romantique ?

7) Comment s'exprime une dysphorie de genre dans un couple lorsque la personne est asexuelle avec un penchant amoureux (d'ailleurs, excusez-moi car je me représente également très mal ce que signie "amoureux" pour quelqu'un d'asexual) comparé à une personne non dysphorique asexuelle ayant une inclinaison homo voire bi/pan (puisque dans les deux cas, l'asexuel de sexe féminin se voit attirée par des femmes) ?

8) Quelle est la différence entre bisexuel et pansexuel ?

9) Comment s'exprime une dysphorie de genre dans un couple lorsque la personne est asexuelle et ne désire pas être touchée intimement ? Qu'est-ce qui différencie cela d'une proximité affective classique ?

10) Actuellement, comment est considérée majoritairement l'asexualité par le corps médical, notamment par les psy ? 

En vous remerciant
Bon week-end à vous
kyria

Avatar du membre
Kinou_9
Adepte
Messages : 210
Enregistré le : 18 mai 2020, 08:56
Pronom : il
A aimé : 28 fois
A été aimé : 67 fois

Re: Nombreuses questions sur les relations

Message par Kinou_9 »

Salut Kyria et bienvenue.
Avant d'éventuellement répondre, je me pose aussi une petite question.
Est-ce que ta démarche de questionnement est personnelle ou a-t-elle un objectif particulier ? La rédaction d'un article ou d’un mémoire par exemple ?
Modifié en dernier par Kinou_9 le 17 oct. 2020, 13:41, modifié 1 fois.

-kyria-
Néophyte
Messages : 4
Enregistré le : 17 oct. 2020, 08:29
A aimé : 0
A été aimé : 1 fois

Re: Nombreuses questions sur les relations

Message par -kyria- »

Bonjour Kinou_9,

Merci pour ton message.

Mes interrogations sont d'ordre personnel car je ne sais pas à quoi me rattacher.

Avatar du membre
Grignoteuse de bouquins
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2008
Enregistré le : 02 oct. 2017, 19:17
Localisation : Nice
Pronom : Ael/Elle
A aimé : 574 fois
A été aimé : 533 fois

Re: Nombreuses questions sur les relations

Message par Grignoteuse de bouquins »

Coucou kyria , je vais tenter de répondre à tes questions comme je peux ^^
Pour les rapports sexuels : la vision diffère chez chaqùe personne. Mais pour moi ça commence à partir du moment où il y a l'implication d'un organe génital. Donc ce que les personnes non-asexuelles appellent les préliminaires, je vois déjà ça comme un rapport sexuel.
Les rapports entre femmes ou personnes a vulves sont multiples et variées, tout comme chez les personnes hétéro. C'est du vrai sexe, pas seulement des préliminaires ! Tout comme chez les hétéros, il peut il y avoir pénétration ou pas, utilisation d'objets ou pas, ect... En fait, c'est pas si différent que ça. Ceci dit je déconseille de poser cette question à des femmes lesbiennes, c'est intrusif quand même.
La sensualité, c'est un concept assez large aussi. Personnellement, c'est tout ce qui est de l'ordre des caresses, de la tendresse, et ça n'a rien de sexuel. Je dirais que ce qui diffère, c'est que les personnes sexuelles ont tendance à voir la sexualité comme une continuité de la sensualité, et donc interpréter des signes de sensualité comme une porte ouverte pour une relation sexuelle. Alors que si j'embrasse ma copin.e, qui est asexuel.le comme moi, ben je sais totalement que y'aura rien après, que c'est pas une porte ouverte pour quoi que ce soit.
Je n'ai pas trop compris ta quatrième question. La seule différence c'est que la sexualité n'est pas présente.

Les relations sexuelles ne sont pas nécessaires pour définir un couple. On peut être amoureux.se sans vouloir de relations sexuelles, on peut avoir quelqu'un dans sa vie qui fait battre son coeur. J'ai pas envie d'avoir des gestes de tendresse avec mes amis, c'est quelque chose que je partage seulement avec ma copin.e. Je ne suis pas amoureuse de mes potes. Je n'ai pas envie de "construire ma vie" avec mes potes. L'amour c'est complexe, mais ça se résume pas à "amitié + sexe" (comme bcp de personnes ont l'air de penser).

Le romantisme ça peut être tout ce qui est romantique dans le sens cucu la praline du terme, genre les surnoms, les trucs mignons, mais ça peut aussi être l'attirance romantique : être amoureux sans avoir envie de relation sexuelles quand on est asexuel.
Que signifie plaisir dans un couple ace... Bonne question, pas grand chose :lol:
Bah j'ai plaisir à faire des câlins et a être proche de ma copin.e, mais c'est pas du plaisir sexuel si c'était ta question.

Je ne comprends pas tout à fait ta septième question, mais j'imagine que ça varie dans les couples. La dysphorie de genre ça concerne uniquement la personne concernée par celle-ci 🤔

La différence entre bisexuel et pansexuel....
Vaste débat. Je dirais que la bisexualité c'est être attiré par plusieurs genres, et la pansexualité c'est une attirance indépendante du genre de la personne (elle s'en fout de son genre). En soi c'est pas si différent.

Je n'ai pas bien compris ta neuvième question, si tu pouvais développer. Une personne asexuelle qui est trans et qui de plus ne souhaite pas être touchée intimement, bah on la touche pas intimement où on discute avec elle de ses limites, de sorte à savoir ce qui est permis ou pas.

J'ai rencontré des psychologues qui n'étaient pas très ouverts d'esprit, qui m'ont dit que c'était lié a mes troubles, d'autres qui l'ont bien pris et qui ont dit que tant que je trouvais mon équilibre c'était tant mieux pour moi. D'après mon expérience je dirais que c'est un 50/50.

Voilà, j'espère t'avoir éclairé sur certains points.
Et si tu pouvais reformuler certaines questions ça me serait utile ^^
♠ Why frick frack when you can snick snack ? ♠ :cake:

-kyria-
Néophyte
Messages : 4
Enregistré le : 17 oct. 2020, 08:29
A aimé : 0
A été aimé : 1 fois

Re: Nombreuses questions sur les relations

Message par -kyria- »

Bonjour,

Merci beaucoup d'avoir autant développé.

En fait, tu as bien répondu dans le corps de ton message à ma quatrième question (je ne pensais pas - sans en être toutefois très sûre - que les femmes homo avaient des rapports si "approfondis" justement).

Pour la septième question. Oui, je sais que la dysphorie concerne la personne vivant cette dysphorie de genre. Ma question était de savoir comment cela se répercutait dans un couple.

J'éclaircis la neuvième question : lorsqu'on n'éprouve pas d'attirance sexuelle ni d'attirance physique pour quelqu'un (dans le cadre d'une relation), qu'est ce qui différencie un rapport affectueux (de type parental, familial, ou amical) des rapports qu'entretiennent un couple asexuel, aromantique et dépourvu de sensualité ?

(Je précise que je suis autiste, donc j'ai quelques difficultés à me représenter le fonctionnement des autres, le fonctionnement des sentiments, et à comprendre comment fonctionnent les rapports entre les gens...)

Merci à toi et bon week-end !
Ces utilisateurs ont aimé l’auteur -kyria- pour son message :
Grignoteuse de bouquins (21 oct. 2020, 01:09)

Avatar du membre
Grignoteuse de bouquins
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2008
Enregistré le : 02 oct. 2017, 19:17
Localisation : Nice
Pronom : Ael/Elle
A aimé : 574 fois
A été aimé : 533 fois

Re: Nombreuses questions sur les relations

Message par Grignoteuse de bouquins »

Re-coucou !!

Par rapport aux couples dans lesquels il y a une sexualité et un des partenaires qui a une dysphorie de genre, je ne sais pas vraiment, j'imagine que ça impactera forcément leur sexualité si les pratiques sexuelles impliquent une partie du corps sur laquelle la personne dysphorise. Dans ce cas là j'imagine que y'aura une variation des pratiques sexuelles ou alors pas de sexualité si le moment ne s'y prête pas du tout.

Sinon, je suis asexuelle non-binaire et en couple avec une autre personne asexuelle et non-binaire, et des fois j'ai de la dysphorie par rapport à mon corps. Mais ca n'impacte absolument pas ma relation.

Pour la neuvième question, j'y ai un peu répondu dans la cinquième (bon par rapport aux couples aromantiques je pourrais pas te dire puisque je ne suis pas aro). Mais finalement c'est juste que je suis attachée à la personne, que j'imagine des projets avec, que j'ai envie de lui faire des câlins, des bisous (bon ça c'est encore différent chez chaque personne). Mais j'entretiens pas les même relations avec ma famille ou mes amis, avec lesquels l'affection ne se manifeste pas tout à fait de la même manière.

En fait avant d'être en couple, j'avais beaucoup de mal à différencier un rapport amical d'un rapport amoureux. Pour moi c'était à peu près la meme chose. Mais clairement la chose qui est différente c'est que quand je me suis mise en couple, j'ai compris que y'avait quand même une différence, ne serait-ce que dans le comportement que t'as avec la personne. J'étais amie avec la personne avec qui je me suis mise, et je le suis toujours, cette amitié ne s'est pas effacée. C'est simplement que quelque chose s'est ajouté au fil du temps.
N'hésite pas à me dire si je n'ai pas été claire ou si tu n'as pas compris quelque chose, parce que c'est vrai que là je parle de ce que je connais donc de mon cas :wink:
♠ Why frick frack when you can snick snack ? ♠ :cake:

Avatar du membre
Kinou_9
Adepte
Messages : 210
Enregistré le : 18 mai 2020, 08:56
Pronom : il
A aimé : 28 fois
A été aimé : 67 fois

Re: Nombreuses questions sur les relations

Message par Kinou_9 »

Merci d'avoir donné tes précisions Kyria. :-)
Certaines de tes questions appellent à l'interprétation personnelle de définitions et de notions. Ainsi mes réponses, seront plus ou moins différentes/ressemblantes à celles de Grignoteuse et ne sont le reflet que de mon point de vue.
Mais ça peut être intéressant de comparer les points de vue afin d'essayer de mieux comprendre ce dont tu as du mal à te représenter.
-kyria- a écrit :
17 oct. 2020, 08:51
1) Que veut dire avoir des rapports sexuels ? Est-ce que cela passe obligatoirement par la pénétration ou les caresses intimes peuvent elles constituer un rapport à elles seules ?
TW : je mentionne quelques exemple de rapport/pratiques sexuelles.
La pénétration n'est en rien obligatoire pour qualifier un rapport sexuel. Les caresses intimes peuvent de ce fait très bien être considérées comme tel.
Pour ma part, je considère qu'un rapport sexuel englobe tout acte physique permettant de soulager ta libido et de faire ressentir du plaisir sexuel à toi et/ou à ton/ta partenaire, incluant ou non les parties génitales.
Il est possible par exemple de stimuler sexuellement son/sa partenaire par le toucher sur certaines zones érogènes (cf les oreilles de Philippe dans Intouchables). Et certaines personnes seront sexuellement excitables par certaines parties du corps. Que ce soit sur elles-mêmes ou sur le corps de leurs partenaires. Par exemple les personnes sujettes au fétichisme des pieds verront leur libido monter en flèche à la vue et au toucher de simples panards.
Dans le milieu BDSM, certaines personnes vont ressentir du plaisir sexuel en expérimentant la douleur, en l'infligeant, en étant dominantes ou dominées. Être attaché et fouetté pourrait donc être considéré comme un rapport sexuel pour ces personnes-là.
Donc la définition est quand même assez large selon les interprétations de chacun. Mais je pense que oui, tout acte impliquant les organes génitaux sont des rapports sexuels parce que bah ça implique le sexe quoi.
Mais un rapport sexuel peut avoir une définition plus large et non centrée sur les parties génitales.
-kyria- a écrit :
17 oct. 2020, 08:51
2) Comment se traduit un rapport sexuel entre deux femmes homosexuelles ? Cela correspond il à l'étape des préliminaires d'une relation hétéro ?
Ce qu'on appelle préliminaires est le fruit d'une vision phallocentrée des rapports sexuels hétéro. Avec l'idée que le rapport en lui-même implique une pénétration et que tout ce qui précède est juste une étape qui y conduit.
Un peu comme si les préliminaires étaient l'entrée du repas et que la pénétration était le plat principal.
Or est-il logique de penser que si aucun des partenaires n'a de pénis, on ne pourrait alors que se contenter de l'entrée lors d'un rapport sexuel ?
Non car comme le disait Grignoteuse et comme je l'expliquais pour ta première question, les rapports sexuels sont très variés dans leur nature. Qu'il y ait pénétration ou pas.
-kyria- a écrit :
17 oct. 2020, 08:51
3) Que signifie sensuel dans l'asexualité ? Qu'est-ce qui différencie le sensualisme d'un asexuel du sensualisme une personne hétéro dans un couple classique ?
La sensualité englobe les interactions physiques ou non qui te font ressentir du plaisir non sexuel. Le plaisir de câliner une personne, de la toucher, de sentir son odeur ou son parfum, d'apprécier son sourire, d'admirer les courbes de son corps, d'écouter sa voix au téléphone, de l'embrasser... Cela en soi n'est pas dépendant d'une orientation sexuelle particulière.
Mais effectivement, l'interprétation de cette sensualité peut différer chez une personne S qui peut voir ça comme un prélude à une interaction sexuelle. Grignoteuse l'a déjà expliqué dans sa réponse donc je n'ai rien à ajouter sur ce point.
-kyria- a écrit :
17 oct. 2020, 08:51
4) Si l'asexualité peut s'exprimer à travers des caresses, quelle est la différence entre, d'une part, un rapport homo entre deux femmes et, d'autre part, un rapport entre deux femmes asexuels sensuelles ?
Je te renvoie aux réponses aux questions précédentes.
A savoir que l'idée reçu comme quoi l'asexualité n'implique que caresses, sensualité et pas de sexe n'est pas une vérité générale.
Il est vrai oui, qu'un couple A/A peut très bien vivre leur relation sans rapports sexuels n'ayant pas ou peu d'attirance sexuelle l'un envers l'autre. Et qu'on peut donc imaginer deux femmes asexuelles relationner de façon sensuelle uniquement.
Mais il est tout aussi vrai qu'une personne A puisse souhaiter avoir des rapports sexuels. C'est le cas dans pas mal de couples A/S.
Et il n'est donc pas impossible qu'un couple A/A aient une vie sexuelle s'ils choisissent d'avoir des rapports pour le plaisir sexuel ou autre raison.
Par ailleurs, un couple de personnes demisexuelles peuvent avoir une relation plutôt proche de celle d'un couple S/S.
-kyria- a écrit :
17 oct. 2020, 08:51
5) Quelle est la différence entre proximité affective et asexualité ? En quoi deux asexuels en couple se différencient ils de deux colocataires amis puisqu'ils ces derniers ne ressentent pas d'attirance sexuelle ?
Je dirai que deux colocataires amis peuvent très bien ressentir de l'attirance sexuelle l'un envers l'autre. Quand je regarde dans mon cercle d'amis, c'est fréquent que j'ai des potes qui ont de l'attirance sexuelle pour d'autres potes. Et cela n'empêche en rien qu'ils aient une relation amicale car c'est comme ça qu'ils définissent leur relation.
De la même façon que deux personnes asexuelles en couple définissent leur relation comme celle entre deux partenaires de vie.
L'asexualité n'influe pas sur ta capacité à définir la nature de ta relation avec telle ou telle personne.
-kyria- a écrit :
17 oct. 2020, 08:51
6) Quelle est la définition de romantisme lorsqu'il s'agit d'asexualité ? Que signifie "plaisir" dans un couple asexuel romantique ?
Je ne pense pas qu'il y ait une définition conditionnelle du romantisme vis-à-vis de l'asexualité. Je n'ai pas l'impression de vivre mon romantisme différemment d'une personne S. Et concernant la définition, Grigri t'a plutôt bien répondu dans son post (oui, au bout de la xième fois que j'écris ton pseudo, maintenant tu seras Grigri, c'est plus court à écrire :p)
Pour le plaisir, il peut être de pleins de natures différentes : le plaisir sensuel, le plaisir de partager, le plaisir de s'aimer, le plaisir de se défier, le plaisir de se surprendre et voire même le plaisir sexuel (comme expliqué pour la question 4).
-kyria- a écrit :
17 oct. 2020, 08:51
7) Comment s'exprime une dysphorie de genre dans un couple lorsque la personne est asexuelle avec un penchant amoureux (d'ailleurs, excusez-moi car je me représente également très mal ce que signie "amoureux" pour quelqu'un d'asexual) comparé à une personne non dysphorique asexuelle ayant une inclinaison homo voire bi/pan (puisque dans les deux cas, l'asexuel de sexe féminin se voit attirée par des femmes) ?
Pfiou ! Ok désolé mais j'ai dû relire plusieurs fois pour comprendre.
En fait tu considères deux cas :
  • Un cas où une personne asexuelle de sexe féminin a une dysphorie de genre. Je suppose que tu suggères qu'elle s'identifie au genre masculin opposé à son sexe assigné. Et de ce fait est attirée par les femmes car elle s'identifierait homme.
  • Et l'autre cas où une personne de sexe féminin non dysphorique et s'identifiant donc à son sexe assigné, est homosexuelle voire bi/pan. Et de ce fait, est aussi attirée par les femmes.
Est-ce bien ça ton raisonnement ou je me trompe ?
Si oui, il y a un souci dans le premier cas où tu considèrerais que la femme asexuelle vivant une dysphorie de genre soit attiré par des femmes. Sa dysphorie de genre ne va pas le rendre automatiquement hétérosexuel et donc attiré par le genre opposé.
Moi en tant qu'homme cis hétéro, si demain j'ai une dysphorie de genre et que je m'identifie femme, je ne serai pas forcément attiré par les hommes.
Ce serait un raisonnement hétéronormé.
-kyria- a écrit :
17 oct. 2020, 08:51
8) Quelle est la différence entre bisexuel et pansexuel ?
Ma réponse rejoint celle de Grigri.
Il n'y a pas énormément de différence je pense.
-kyria- a écrit :
17 oct. 2020, 08:51
9) Comment s'exprime une dysphorie de genre dans un couple lorsque la personne est asexuelle et ne désire pas être touchée intimement ? Qu'est-ce qui différencie cela d'une proximité affective classique ?
Euh bah cf question 5 j'imagine.
-kyria- a écrit :
17 oct. 2020, 08:51
10) Actuellement, comment est considérée majoritairement l'asexualité par le corps médical, notamment par les psy ?
Hum, je ne saurai répondre à cette question.
J'ai compris qu'il y a pas mal de psy qui ne sont pas ace-friendly et voient ça comme un trouble.
Mais d'un autre côté, il y a de plus en plus de sensibilisation sur l'asexualité qui tend à être reconnue comme une orientation à part entière.
Modifié en dernier par Kinou_9 le 21 oct. 2020, 14:03, modifié 6 fois.
Ces utilisateurs ont aimé l’auteur Kinou_9 pour son message :
Grignoteuse de bouquins (21 oct. 2020, 10:54)

Avatar du membre
clotaire
AVENant
Messages : 3396
Enregistré le : 24 avr. 2016, 15:46
Localisation : Auvergne - Rhône-Alpes
Pronom : peut être tutoyé ;)
A aimé : 700 fois
A été aimé : 672 fois

Re: Nombreuses questions sur les relations

Message par clotaire »

Bienvenue -kyria- :-)
Les voisins du dessus ont très bien répondu. Je réagis sur 2 points
- différence entre 2 asexuels en couple et 2 colocataires amis : outre ce qui a été dit, je dirais qu'il y a aussi une différence en matière d'insertion sociale : quand on est en couple, indépendamment de notre vie intime, cela suppose qu'on s'affiche comme un couple, et je pense en particulier aux rapports avec la famille. Je n'emmènerais pas mon coloc, aussi ami soit-il, au repas de Noël chez ma grand-mère. Ma conjointe, si.
- l'asexualité vue par les psy : ben il y a de tout chez les psy. J'ai eu la bonne surprise de rencontrer une sexologue qui a spontanément voulu nous rassurer en disant, "vous savez, ne pas avoir de sexualité si vous ne le désirez pas, ce n'est pas un problème, cf. les couples asexuels…"
Ces utilisateurs ont aimé l’auteur clotaire pour son message :
Grignoteuse de bouquins (21 oct. 2020, 10:54)

-kyria-
Néophyte
Messages : 4
Enregistré le : 17 oct. 2020, 08:29
A aimé : 0
A été aimé : 1 fois

Re: Nombreuses questions sur les relations

Message par -kyria- »

Merci vos réponses à tous les deux.


Kinou_9 une dernière question s'il te plait:
Kinou_9 a écrit :
21 oct. 2020, 05:28

Et il n'est donc pas impossible qu'un couple A/A aient une vie sexuelle s'ils choisissent d'avoir des rapports pour le plaisir sexuel ou autre raison.
Par ailleurs, un couple de personnes demisexuelles peuvent avoir une relation plutôt proche de celle d'un couple S/S.
Pourquoi un couple A/A éprouverait-il du plaisir sexuel tout en se définissant comme asexuel ? Peux-tu me confirmer que c'est bien parce que les Asexuels considèrent que le "plaisir sexuel" peut se passer de pénétration ?

Avatar du membre
Kinou_9
Adepte
Messages : 210
Enregistré le : 18 mai 2020, 08:56
Pronom : il
A aimé : 28 fois
A été aimé : 67 fois

Re: Nombreuses questions sur les relations

Message par Kinou_9 »

-kyria- a écrit :
23 oct. 2020, 18:20
Pourquoi un couple A/A éprouverait-il du plaisir sexuel tout en se définissant comme asexuel ?
Et je te répondrai bien, pourquoi pas ?^^
Rien n’empêche une personne asexuelle en bonne santé d’éprouver du plaisir sexuel. Que ce soit avec une personne S ou avec une personne A.
L’asexualité est juste le fait de ne pas ou peu ressentir d’attirance sexuelle. En gros, une personne A n’éprouve pas ou peu de désir de pratiquer un rapport sexuel.
Mais elle peut souhaiter le faire pour différentes raisons : faire plaisir à son/sa partenaire ou à soi-même, par curiosité, pour expérimenter certaines pratiques, pour réaliser un fantasme, pour avoir un enfant, etc.
Dans tout ça, le plaisir sexuel peut très bien être éprouvé car c’est une sensation corporelle que n’importe quel être humain peut ressentir.
-kyria- a écrit :
23 oct. 2020, 18:20
Peux-tu me confirmer que c'est bien parce que les Asexuels considèrent que le "plaisir sexuel" peut se passer de pénétration ?
Je n’ai rien à te confirmer car ce que tu avances dans ta question est une généralité qui peut s’avérer vraie pour certaines personnes A ou fausse pour d’autres. Je ne peux pas me prononcer sur la façon dont tout un groupe considère une chose en particulière.
D’ailleurs pas mal de tes questions reposent sur des idées reçues et des généralités concernant l’asexualité, les rapports sexuels et la vie sexuelle des femmes homosexuelles.
Je peux comprendre que tu as besoin de te fixer sur des généralités pour essayer de te représenter ces notions. Qu’une définition qui vaut pour tout un groupe est plus facile à assimiler.
Mais ces notions sur lesquelles tu t’interroges sont très personnelles. Et de ce fait, ne considérer que des généralités va plus t’éloigner de la réalité du vécu des personnes concernées. Un vécu qui est différent pour chaque personne dans toute sa complexité et dans toute son individualité.
Sinon pour revenir à ta question, une personne se masturbant par stimulation du pénis ou du clitoris ressent du plaisir sexuel. Et il n’y a pas de pénétration impliquée dans cette situation.

Répondre