Bonsoir d'une demoiSelle en détresse

N'ayez pas peur, passez nous dire un petit bonjour, faites-vous connaître !
Avatar du membre
Yellow Cab
Adepte
Messages : 234
Enregistré le : 20 déc. 2018, 19:29
A été aimé : 24 fois

Re: Bonsoir d'une demoiSelle en détresse

Message par Yellow Cab » 29 oct. 2019, 13:59

Bienvenue ici ;)
Image

choooj
Ascendant
Messages : 1061
Enregistré le : 17 juin 2013, 09:44
A aimé : 153 fois
A été aimé : 179 fois

Re: Bonsoir d'une demoiSelle en détresse

Message par choooj » 30 oct. 2019, 07:16

Lucette a écrit :
28 oct. 2019, 11:05
suivre mon conjoint, c'était un choix, une aventure à deux. Aujourd'hui jai l'impression que notre couple est fake, pas d'attention, d'intimité, il s'est éloigné, et ça plus le stress, plus la charge mentale, plus l'immobilier ... m'a usé. ... symptômes qui me ruinent et font qu'il me rejette un peu plus.
Je valide être une bobonne na rien d'épanouissant, ses reproches
...tout pris à ma charge c'est pour qu'il puisse nous accorder du temps, …
Moi jen ai ma claque de tout me taper, ses réflexions en prime, et de rien avoir en retour.
... Maintenant je voudrais comprendre pourquoi du jour au lendemain tout a changé dans notre couple .....
Et dire que les premières années étaient parfaites et que tu étais sûre d'être tombée sur "le bon".
Lucette, c'est fou ce que ton parcours ressemble au mien. Même cette histoire d'immobilier :lol:
Et pourtant c'est moi l'asexuelle et lui le type qui me reproche d'être aséxuée (oui, il n'a jamais voulu corriger).

Je me suis laissée enterrer vivante, c'est là mon erreur et avec des mots différents c'est aussi ce que tu évoques. L'antidote au mal-être quand on se démène à ce point (au point de s'oublier) aurait pu être un retour affectif, des petites attentions comme marques de reconnaissance. Je ne les ai pas eues, et toi non plus. Les reproches en revanche n'ont pas manqué.

Bref, tu comprends que "les douces hormones du coït" (dont personnellement je n'ai pas besoin en tant que A) apparaissent dans ce descriptif comme des petites pilules anxiolytiques. Tu n'irais pas bouffer des cachetons pour soigner un malaise qui est ici induit par quelque chose d'extérieur et non naturel chez toi, hein ?
Je ne connais pas tes symptômes, mais les miens ont été une immense fatigue, l'envie de rien, j'ai pris 20 kilos, j'avais mal aux articulations du fait que j'étais obèse et que je ne faisais plus aucune activité physique. Aucun ami non plus (mais vous vous recevez du monde par contre, non ? et votre cercle familial est _ je l'espère pour vous_ bienveillant, non?).
Au lieu de me soutenir, j'ai eu droit à une salve de "pas féminine", "comment font les autres femmes ?", "pas assez attentionnée envers lui ( si ! un comble!)"

Il y'a des personnalités qui agissent comme des succubes. Sans forcément le faire de manière consciente, ces personnes ciblent un proche qu'ils chosifient, exploitent et utilisent comme écran de projection de leurs propres angoisses. Ce dernier processus est celui qui fait que tu te prends dans la figure des tas de reproches, même quand tu prouves que ces reproches ne sont pas fondés.

Bref, RETROUVE TON ANCIEN TOI ! PRENDS TU TEMPS POUR TOI ! COMPRENDS QUE CES REPROCHES SONT COMME L'EXPECTORATION D'UN MAL-ETRE QUE TU NE DOIS PAS PRENDRE A TA CHARGE. Tu en as fait suffisamment pour la communauté, c'est tout à fait légitime de réduire la voilure et de mettre un peu d'énergie à cultiver ton univers.

Tu verras comme le corps et l'esprit se remettent bien et sans petites pilules quand on retrouve des gens bienveillants et qui te renvoient le sourire.

Avatar du membre
Baelfire
BadAce
Messages : 3675
Enregistré le : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 633 fois
A été aimé : 924 fois

Re: Bonsoir d'une demoiSelle en détresse

Message par Baelfire » 30 oct. 2019, 08:40

D'une manière générale : à partir du moment où vous vous effacez pour votre conjoint(e) vous êtes sur la mauvaise voie. Vous êtes en couple avec un(e) adulte majeur(e) et vacciné(e) pas avec un enfant à qui vous devez tout apporter.

Combien de couples passent par ici en croyant que l'un d'eux est A alors qu'en fait ils ont "juste" un quotidien déplorable qui leur mine le moral ?

Soignez votre qualité de vie. Toujours. Et le reste suivra.
Image

TAGADAAAAA !!!

choooj
Ascendant
Messages : 1061
Enregistré le : 17 juin 2013, 09:44
A aimé : 153 fois
A été aimé : 179 fois

Re: Bonsoir d'une demoiSelle en détresse

Message par choooj » 30 oct. 2019, 08:49

Bon, je reviens apporter une note plus positive quand même.

Je pense que, dans l'absolu, les mêmes causes génèrent les mêmes effets. Si vous vous êtes aimés un jour, si il est venu vers toi et pas vers une autre, c'est parce qu'il a été attiré par des critères spécifiques et ceci dans un contexte spécifique.

"Avant la vie de famille", "avant l'immobilier" ça traduit quoi ? Plus de temps pour soi ? Plus de rires ? Comment décrirais-tu cette époque ? Comment la décrit-il lui-même ? Quels sont les éléments communs aux 2 descriptions ?

Tu incarnais donc quelque chose d'attirant pour lui, sais-tu quoi ? Est-ce un état dans lequel tu te sentais bien et que tu aimerais retrouver ?

Jusqu'à présent, rien ne permet de dire si vraiment ton homme est asexuel. Il est possible qu'il souhaite revenir à cette époque bénie.
Mais il est clair qu'il s'est laissé aller lui aussi à un comportement inadmissible.

Ta seule véritable marge de manœuvre est de redevenir heureuse. Ce n'est pas seulement pour ton propre bien-être, c'est aussi pour que ton enfant voit une mère heureuse (c'est important pour qu'il puisse se structurer).
Bonne journée à toi :D

choooj
Ascendant
Messages : 1061
Enregistré le : 17 juin 2013, 09:44
A aimé : 153 fois
A été aimé : 179 fois

Re: Bonsoir d'une demoiSelle en détresse

Message par choooj » 30 oct. 2019, 09:04

Réponse à Baelfire. "Il faut parfois investir beaucoup pour atteindre un but" est-ce une croyance limitante ? Je ne sais pas.
Souvent je me demande de quel côté j'aurais été en 1940 sous l'occupation. Aurais-je choisi a voie de la résistance ? Au détriment de mon bien-être ?

Je me suis engagée dans certains choix au détriment de mon bien-être mais par conviction que l'on irait vers un avenir meilleur. C'est sans doute ainsi que d'autres personnes s'engagent dans des causes difficiles.

Dans une vie de couple, dans une vie en communauté, dans une vie tout court, on passe tous par des situations critiques.
J'ai dans ma famille l'exemple d'un couple (famille nombreuse) qui a connu la crise économique en Grèce, ils ont vu d'abord leur salaire fondre (près de 50% dans la fonction publique) puis ont perdu leur job en même temps. Allocation chômage ridicules, huissiers et risque de perdre la maison encore sous crédit. Comment un couple peut résister à une situation aussi hostile pendant autant d'années ? Eh bien, ils ont fait face, ils ont pris des risques ensemble et aujourd'hui même s 'ils ne sont pas sortis des emmerdes leur situation est plus saine. Lui a viré à 180° professionnellement parlant, a créé sa propre activité. Elle, l'a soutenu pendant tout ce temps et dans l'entreprise et à la maison( en assurant la gestion financière et des besoins pratiques (école, nourriture …)). Il sont restés soudés et ont surmonté l'adversité.

Qui peut dire à l'avance quelle est la bonne réaction ? Réagir et fuir est une bonne réponse. Rester et se battre est tout aussi justifié. Il n'y a que l'issue finale qui valide le choix.

Avatar du membre
Baelfire
BadAce
Messages : 3675
Enregistré le : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 633 fois
A été aimé : 924 fois

Re: Bonsoir d'une demoiSelle en détresse

Message par Baelfire » 30 oct. 2019, 09:33

Alors attention il FAUT être solidaire de son conjoint. Aucun intérêt à se mettre en couple sinon. Mais à partir du moment où vous vivez votre quotidien esseulé(e) et sans partenariat il faut mettre un grand coup de pieds dans la fourmilière. L'ingratitude c'est moche et destructeur.

Chooj tu me cites des cas de couples qui ont fait équipe face à l'adversité, qui ce sont soutenus complétés. Et c'est exactement comme ça que les choses devraient fonctionner. C'est d'ailleurs tout l'intérêt d'être en couple "seul on va plus vite, à deux on va plus loin"

Ce sont ils effacés pour autant afin que l'autre puisse prendre toute la place ? Là est la question. A première vue je n'en ai pas l'impression. Ils ont pris des risques ensemble à part égale.

Tout est une question d'équilibre.

Trop de gens qui travaillent comme des dingues et entretiennent leur +1 qui n'en glande pas une ou ne fait que s'amuser. Ca ne devrait pas exister tellement c'est honteux. A ce niveau là c'est du profit.
Image

TAGADAAAAA !!!

Avatar du membre
Orchis
Adepte
Messages : 192
Enregistré le : 29 mai 2019, 23:25
A aimé : 39 fois
A été aimé : 44 fois

Re: Bonsoir d'une demoiSelle en détresse

Message par Orchis » 30 oct. 2019, 09:49

Bienvenue Lucette.

N'ayant jamais vécu en couple et n'ayant même pas compris l'intérêt de la chose (<- ceci n'est pas un jugement, je ne suis juste tellement pas câblée pour que ça ne rentre pas dans ma grille de lecture :oops: ), je n'ai pas vraiment de conseils judicieux, juste des encouragements et de la compassion.
choooj a écrit :
30 oct. 2019, 09:04
Réponse à Baelfire. "Il faut parfois investir beaucoup pour atteindre un but" est-ce une croyance limitante ? Je ne sais pas.
Souvent je me demande de quel côté j'aurais été en 1940 sous l'occupation. Aurais-je choisi a voie de la résistance ? Au détriment de mon bien-être ?
J'ai du mal à voir le rapport entre un choix lié au contexte historique (des gens sont mis en camp de concentration, d'autres sont fusillés, etc. ; donc il y a une urgence à agir) et un choix de vie de couple où personne ne risque sa vie (et où il n'y a aucun élément évident à combattre).
choooj a écrit :
30 oct. 2019, 09:04
J'ai dans ma famille l'exemple d'un couple (famille nombreuse) qui a connu la crise économique en Grèce, ils ont vu d'abord leur salaire fondre (près de 50% dans la fonction publique) puis ont perdu leur job en même temps. Allocation chômage ridicules, huissiers et risque de perdre la maison encore sous crédit. Comment un couple peut résister à une situation aussi hostile pendant autant d'années ? Eh bien, ils ont fait face, ils ont pris des risques ensemble et aujourd'hui même s 'ils ne sont pas sortis des emmerdes leur situation est plus saine. Lui a viré à 180° professionnellement parlant, a créé sa propre activité. Elle, l'a soutenu pendant tout ce temps et dans l'entreprise et à la maison( en assurant la gestion financière et des besoins pratiques (école, nourriture …)). Il sont restés soudés et ont surmonté l'adversité.
Là encore, les difficultés sont "externes". Elles n'étaient pas lié à un refus de communication d'un des membres du couple ou à un jeu "ce n'est pas ma faute, c'est la tienne".
choooj a écrit :
30 oct. 2019, 09:04
Qui peut dire à l'avance quelle est la bonne réaction ? Réagir et fuir est une bonne réponse. Rester et se battre est tout aussi justifié. Il n'y a que l'issue finale qui valide le choix.
Considérer la vie comme un QCM avec une seule bonne réponse possible me paraît une très mauvaise approche. Je peux le dire, c'est la mienne. :mrgreen: C'est surtout un coup à se retrouver paralysée d'angoisse sans plus lever le petit doigt. Ou à s'accrocher à une situation pourrie en se disant qu'elle va s'améliorer alors que tout tombe en miettes entre tes doigts. :roll:
En fait, je pense plutôt qu'il n'y a pas de "bon choix". Il y a des choix qui ont chacun des inconvénients et des avantages. Et tu ne peux jamais savoir si l'autre voie aurait été meilleure ou pire.

choooj
Ascendant
Messages : 1061
Enregistré le : 17 juin 2013, 09:44
A aimé : 153 fois
A été aimé : 179 fois

Re: Bonsoir d'une demoiSelle en détresse

Message par choooj » 30 oct. 2019, 09:59

@Baelfire : bien sûr, mais quand par exemple l'un quitte son emploi pour suivre l'autre dans une autre région il n'y a plus de symétrie. L'un se "sacrifie" au profit d'un espoir. C'est une situation TEMPORAIRE :) où l'un se met en retrait au profit du partenaire. Le partenaire doit être conscient qu'il doit renvoyer l'ascenseur afin qu'à court ou moyen terme l'équilibre se rétablisse.

C'est quand on est dans cette attente qu'il y'a le risque de se leurrer et de se perdre en chemin. Et puis on résiste aussi pour faire tenir debout tout le reste (scolarité et bien-être de l'enfant, responsabilités comme par exemple celle du bailleur vis à vis de ses locataires ou du débiteur vis à vis de sa banque). Il y'a un temps plus ou moins compressible jusqu'à la prise de conscience que tout part en sucette. La première question à se poser quand on est la personne en souffrance est effectivement quid de la réciprocité/compassion/compréhension du partenaire.

Enfin il y'a des éléments intrinsèques à son histoire/éducation. Si j'ai bien compris, Lucette a une maman sinon perverse narcissique au moins toujours dans le reproche. Ceci a un effet passivant, c'est à dire que soumise de nouveau à des reproches elle cherchera à rétablir l'unité (croyances : "car on ne se sépare pas de sa mère"," car on reste soudé à l'être aimé"). Là où le réflexe serait de se dire que cette réaction n'est pas normal il faut immédiatement recadrer son interlocuteur.
De la même manière j'ai baigné, enfant, dans un environnement où on se donnait à fond, mes parents travaillaient le jour, la nuit, les WE. Des sorties qui se comptent sur le bout des doigts. Bref, c'est pas grâce à eux que je risquais d'apprendre le "penser à soi".
D'où l'importance (quand on a eu une éducation bancale et une famille bancale) de changer l'histoire et devenir un parent épanoui et structuré.

choooj
Ascendant
Messages : 1061
Enregistré le : 17 juin 2013, 09:44
A aimé : 153 fois
A été aimé : 179 fois

Re: Bonsoir d'une demoiSelle en détresse

Message par choooj » 30 oct. 2019, 10:09

@Orchis :
1e commentaire : on ne voit clair qu'après coup. Pace que au début tu n'as pas les informations qui te permettent de prendre une décision, qu'il s'agisse du cours de l'Histoire ou du cours de ton histoire. Je ne vais pas débattre ici car le sujet du topic est autre, mais je suis en désaccord avec ta remarque
2e commentaire : la vérité est que les difficultés externes se télescopent avec les failles de chacun. Ceux qui s'en sortent sont ceux qui savant faire la part des choses de manière à ne pas polluer une situation difficile (hostilité externe) avec des névroses, des peurs non surmontées par exemple.
D'où l'importance de réussir à dialoguer, et aussi de faire un peu d'introspection.
3e commentaire : ben ouais, je pense pareil que toi. A la fin, on compte les points :)

choooj
Ascendant
Messages : 1061
Enregistré le : 17 juin 2013, 09:44
A aimé : 153 fois
A été aimé : 179 fois

Re: Bonsoir d'une demoiSelle en détresse

Message par choooj » 30 oct. 2019, 10:14

Allez et une dernière, une :D !!
@Lucette : pense à la gérance locative. C'est un peu moins dans le porte monnaie mais si vous pouvez vous le permettre, toi au moins tu gagnerais en autonomie.

Avatar du membre
Orchis
Adepte
Messages : 192
Enregistré le : 29 mai 2019, 23:25
A aimé : 39 fois
A été aimé : 44 fois

Re: Bonsoir d'une demoiSelle en détresse

Message par Orchis » 30 oct. 2019, 10:58

choooj a écrit :
30 oct. 2019, 10:09
@Orchis :
1e commentaire : on ne voit clair qu'après coup. Pace que au début tu n'as pas les informations qui te permettent de prendre une décision, qu'il s'agisse du cours de l'Histoire ou du cours de ton histoire. Je ne vais pas débattre ici car le sujet du topic est autre, mais je suis en désaccord avec ta remarque
Ah ! Mais, en fait, on ne parlait pas du tout de la même chose ! :shock: Peut-être en raison de mon expérience personnelle. :wink:

J'ai vu un morceau de la vie de couple de mes grands-parents qui s'apparentait à la première guerre mondiale : chacun dans sa tranchée à attendre le prochain assaut et à tenter de dégommer l'autre d'une balle bien placée. Il y en avait une qui était plus douée à ce jeu que l'autre. -_-

En voyant ton post, je me suis demandée alors la raison du parallèle entre le contexte de la seconde guerre mondiale (délations, manipulation de l'information, dictature, etc.) et le contexte de la vie de couple. Je me suis dit que je ne voyais pas pourquoi endurer un tel enfer pour le bonheur présumé d'une seule personne. C'est-à-dire pourquoi se sacrifier pour assurer le bonheur d'une personne toxique ? Dans l'espoir hypothétique de le guérir (ce qui est un leurre mon sens) ?

Bref, je pensais que tu disais qu'il fallait toujours tenter de sauver son compagnon/sa compagne (y compris quand tu as affaire à une personne de type pervers narcissique) et je ne comprenais pas pourquoi il faudrait s'acharner ainsi, risquer sa santé mentale et physique pour quelqu'un qui n'en vaut pas la peine (ie ce n'est pas une cause comme renverser une dictature et sauver une partie de la population).

Lucette
Membre junior
Messages : 6
Enregistré le : 27 oct. 2019, 00:03
A été aimé : 1 fois

Re: Bonsoir d'une demoiSelle en détresse

Message par Lucette » 30 oct. 2019, 17:38

Merci à tous pour vos messages, je vais vous répondre à tous dans ce message.

Baelfire: oui c'est peut-être la faute à pas de chance, je manque de chance en ce moment, lol et dès qu'un point s'améliore, une petite dose de malchance lol. Depuis quelque temps j'essaie de penser plus à moi, beauté lecture série sortie... Je sais que cela m'aidera. J'ai songé aux vacances mais il faudrait que ce soit seule seule, j'ai un doute qu'il accepte que je parte en solo avec le petit, il est surprotecteur. Et je valide le fait qu'il ne faut pas regretter, car avec un autre ça serait peut-être pas mieux, on sait ce qu'on perd mais pas ce qu'on gagne ^^
c'est sur que de s'effacer pour l'autre n'est pas un bon plan, donc j'essaie de m'affirmer de nouveau et tant pis pour les étincelles.
Et c'est ma grande question sexualité ou le quotidien? Je mets à la fin de mon post une question la dessus.

Saphoune: j'ai vu une psychologue durant 6 mois, mais nous n'avancions plus, alors je commence dans 2 mois un nouveau suivi avec un autre thérapeute dont j'ai eu de très bon écho, j'espère qu'il m'aidera tant sur le plan personnel que sur le plan conjugal.

Choooj: c'est le même problème, la disparition des petites attentions et des reproches qui blessent, ça met vite à mal surtout si on a cerveau qui rumine tout lol. Mes symptômes sont plus d'ordre neurologique faiblesse hémicorporel, perte de force d'équilibre, chute, je n'arrive même plus à courir, toujours peur du pire. Donc déjà que notre couple c'était pouf pouf alors ça en plus ça n'aide pas.
J'ai pensé à la théorie du "je vide ma colère sur toi car je suis mal à l'intérieur" sachant que je suis très emphatique, j'absorbe vite. J'attend de voir mon nouveau thérapeute pour peut-être réussir à y envoyer mon chéri car je pense qu'il renferme un mal-être.
La famille se fait trop de soucis, donc ils ne sont pas très aidants car chacun défend son point de vue sans tout prendre en compte (une partie de ma famille accable mon conjoint, sa famille accable la mienne), mes amis sont loins, ceux que l'on a chez nous sont communs donc je préfère éviter de parler de nos problèmes.
Depuis quelque temps je me suis repris en main (maquillage, vestimentaire... comme avant) j'essaie de redevenir comme avant, comme je me plaisais et comme je lui ai plu, j'espère que ça portera ses fruits.
L'époque du avant, plus de rire, de papouilles, de sorties, de défits, de folies, de légèreté. De jalousie aussi car beaucoup de potes mecs à cause de mon passe temps, plus de risques toujours à cause de ce passe temps.
Lui je ne sais pas trop comment il la décrirait, car pour lui c'est normal de changer avec le temps, les responsabilités, je ne sais pas s'il est nostalgique du passé. C'est sur que j'aimerais me retrouver comme avant pour lui refaire le même effet, pour me sentir plus épanouie aussi.
C'est sur que je fais tout pour être au mieux pour mon fils, et c'est aussi pour ludique je veux avancer et me retrouver au mieux de ma forme.
J'ai eu ma prise de conscience, et récemment j'en ai eu une nouvelle, que justement je ne veux pas reproduire les "erreurs" de mes parents, qui se sont séparés car au fil du temps ils étaient devenus plus colloc qu'amoureux, je ne sais pas si l'un d'eux s'est battu, je sais juste que ma mère est partie, moi je suis restée. Je ne veux pas revivre ça, c'est pour ça que je me bat, pour ne pas reproduire le même schéma.

Orchis: chacun fait ses choix et on ne connait pas à l'avance le résultat c'est sur, tout comme personne ne fera le même choix que son voisin pour une même situation.
Pour le moment j'ai espoir pas de le guérir mais de nous aider à remonter la pente, tout en gardant à l'esprit que je ne veux pas faire le deuil de mon bonheur à 30ans. Pour l'instant j'ai de l'espoir mais j'ai conscience que si ça ne s'arrange pas il faudra faire un choix difficile.

Petite question pour les personnes asexuelle ou celles qui ont vécuent avec un asexuel: si l'asexuel accepte d'avoir une relation sexuelle pour l'autre, y prend t'il du plaisir? Participe t'il en étant acteur ou spectateur (acteur il "bouge" fait des choses, spectateur il attend que l'autre fasse tout)
Cela me permettrait de "savoir" si mon conjoint tend du côté asexualité, ou du côté "la fleme car je suis pris dans un quotidien pourri"

merci de m'aider à y voir plus clair ;-)

fiffi
Atrix Revolutions
Messages : 1996
Enregistré le : 04 oct. 2016, 00:07
Localisation : 77
Pronom : Il . Fiffi et tu
A aimé : 557 fois
A été aimé : 296 fois

Re: Bonsoir d'une demoiSelle en détresse

Message par fiffi » 30 oct. 2019, 23:56

Notre réponse ne t' aidera pas ; chaque asexuel réagit différemment , certains ont du plaisir , d' autres non . Seul ton conjoint peut dire si il ne ressent pas d' attirance sexuelle .

Il faut que tu reprennes confiance en toi , que tu lui explique que tu en as marre de tout prendre " à ta charge " et que vous mettiez les choses à plats , calmement et de dialoguer si il en a la volonté .

Avatar du membre
Grignoteuse de bouquins
Avenista
Messages : 1422
Enregistré le : 02 oct. 2017, 19:17
Localisation : Nice
Pronom : Elle/Ael
A aimé : 407 fois
A été aimé : 282 fois

Re: Bonsoir d'une demoiSelle en détresse

Message par Grignoteuse de bouquins » 31 oct. 2019, 01:54

Bienvenue Lucette ^^
J'ai vu passer pas mal de témoignages comme le tien sur le forum , et la chose qui ressort c'est que l'un des conjoint est fermé à la discussion . J'ai l'impression que c'est classique , mais c'est sûr que si une des personnes est hermétique à la communication , l'issue ne peut être que mauvaise . Tu en as marre et ça se voit , si tu veux essayer de régler la situation , il va falloir beaucoup attendre parce que ça n'a pas l'air d'être une situation qui se réglera hyper rapidement , mais ta patience a des limites .
Ensuite pour répondre a ta question la plus récente , comme dit fiffi , ça dépend du rapport au sexe de chacun , du corps de chacun , indépendamment de l'asexualité en fait . Après il peut tout a fait être asexuel et avoir la flemme en même temps :lol: .
Je pense qu'il va falloir forcément que vous passiez par une discussion , aussi courte soit-elle .
De son côté , peut être qu'il a l'impression que tu es insistante , et dans ce cas il faudrait attendre un peu avant de lui en parler à nouveau .
♠ Why frick frack when you can snick snack ? ♠ :cake:

choooj
Ascendant
Messages : 1061
Enregistré le : 17 juin 2013, 09:44
A aimé : 153 fois
A été aimé : 179 fois

Re: Bonsoir d'une demoiSelle en détresse

Message par choooj » 31 oct. 2019, 02:28

Je rejoins les propos de Fiffy. Je devine cependant que les témoignages que tu veux recueillir t'aideront à entrevoir les limites inférieure et supérieure de la sex-positivité. Sans doute parce que tu veux mieux cibler ta discussion avec ton homme.

Lucette, je te réponds par MP afin d'être la plus honnête et exhaustive possible. Exhaustivité que je ne souhaite pas exhiber à la vue de n'importe qui dans ce forum.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités