Demisexuel atypique qui se questionne...

N'ayez pas peur, passez nous dire un petit bonjour, faites-vous connaître !
Radulphus
Membre junior
Messages : 6
Enregistré le : 01 juin 2019, 15:14
Pronom : Il ou elle
A été aimé : 1 fois

Demisexuel atypique qui se questionne...

Message par Radulphus » 01 juin 2019, 18:47

TL ; DR : J'ai un énorme problème de concision, et j'en suis navré ¯\_(ツ)_/¯


Bonjour :)

Il est très possible que mon vécu soit un peu en décalage mais j'avais envie de me présenter et de lire un peu par ici car j'ai la sensation que ce que je vis n'est, dans le fond, pas si différent. Et à vous lire, vous m'avez l'air d'une communauté portée sur l'acceptation des différences et c'est chouette :)

J'ai 35 ans, d'un genre un peu complexe : je suis assigné homme, j'ai une présentation masculine, je garde mon prénom et pronom d'origine (par commodité, chacun⋅e me genre comme iel le sent :)) mais mon identité est clairement féminine... je me sens à l'aise et en accord avec ces éléments assez paradoxaux. Bref, c'est pas le sujet.


Je suis quasi-certain de correspondre à la définition du demisexuel : je n'ai pas de désir spontané pour les autres, je peux soit le "forcer" (et ça peut bien se passer ou super mal) soit attendre qu'un lien spécifique (parfois rapide à venir, parfois non...) déclenche une possibilité de désirer l'autre. Ce n'est pas forcément un lien amoureux dont j'ai besoin, c'est plus complexe à définir que ça pour moi et plus fluctuant.

Du coup je suis probablement sur le spectre asexuel, mais pas asexuel au sens strict.

J'ai compris plus en détail mon propre fonctionnement en rencontrant une personne qui l'est également et en voyant à quel point on avait des similarités (et aussi des différences bien sûr). Je vis une jolie histoire amoureuse pleine d'acceptation mutuelle avec cette personne depuis. Ça ne date que d'un peu plus d'un an.

Je mets un petit TW pour en-dessous car si je ne vais rien détailler je vais quand même évoquer mon vécu dans mes relations qui étaient / sont sexualisées et je sais qu'il peut y avoir des personnes sex-repulsed qui peuvent ne pas avoir envie de lire sur le sujet.



Au-delà du rapport au désir, quand j'en arrive à être intime avec une personne, j'ai aussi une sexualité que je qualifierais de parcellaire dans l'idée de beaucoup de gens. Dans le sens où elle sort radicalement d'un cadre hétéronormatif et que, généralement, les gens s'attendent à certains trucs qu'iels ne trouveront pas avec moi.

Et ça je ne l'ai compris que récemment aussi (j'ai commencé à me piger vers mes 31 ans et je l'assume vraiment pleinement, au sens où je ne me force plus du tout, que depuis un an et demi).

J'ai bien conscience que je mélange deux notions différentes, l'orientation sexuelle d'une part et les pratiques de l'autre, mais dans mon vécu les deux se confondent facilement : il n'est pas question de pratique atypique que je pourrais amener (enfin si, il y a aussi, mais ce n'est pas le sujet ici ^^) mais de pratiques typiques qui sont absentes de ma sexualité. Et donc souvent responsable d'attentes contrariées, de rejet ou d'auto-forcing.

Pour essayer de résumer de façon plus claire, si pour avoir une sexualité avec une personne je dois inclure "tout le package" attendu des pratiques habituelles de façon régulière je préfère largement que la relation soit asexuelle. C'est en ce sens que c'est compliqué pour moi de séparer orientation et pratique, "l'obligation" de certaines pratiques pouvant totalement anéantir l'attirance sexuelle.


Je n'ai compris ça que récemment et, avant ça, j'alternais surtout entre auto-persuasion au début de mes relations amoureuses et asexualité mal vécue quand la relation s'installait sans grande place pour mes particularités (et ça aurait été dur d'être accepté pour des particularités que je ne pouvais pas nommer, j'en conviens...).

Je me forçais une fois tous les quelques temps sous la pression du couple, je me sentais mal pendant et après... et je me sentais coupable en plus d'être "responsable" de la frustration de l'autre, bref c'était de la joie et de l'épanouissement vous vous en doutez...


Ça c'est du passé. Actuellement je suis dans des modalités de relations amoureuses plurielles (même si là tout de suite je suis mono-relation) et je suis donc confronté à de nouvelles rencontres.

C'est d'ailleurs une situation de rejet récente qui m'a poussé à m'exposer un peu ici. Une fois que le lien s'est créé pour permettre une intimité avec cette personne (ce qui a pris quatre mois) je me suis fait rejeter d'une façon qui, je l'ai en tout cas ressentis comme ça, pathologisait totalement mon rapport aux relations intimes.

Je pense que je n'allais pas assez vite, n'était pas assez centré sur le côté génital de la sexualité, bref, je ne sais pas précisément faute d'éléments concrets mais en gros c'était de l'ordre de "moi je vis ma sexualité positivement et je ne peux pas gérer tes traumas" (j'altère à peine les propos, ils étaient de cet ordre).

C'est à la fois extrêmement violent (même si ça avait été vrai, ce n'est pas un tort... on peut ne pas se sentir avoir une sexualité avec quelqu'un sans le tenir responsable de ses limites ou blessures) et en plus c'est faux... car j'ai mis du temps à me construire une sexualité positive et cohérente avec moi-même et que je l'exprime ailleurs plutôt chouettement...

J'avais pourtant eu l'impression d'expliquer les choses, mais ça n'a pas suffit à ce que ce soit apaisé.

Même si j'ai conscience que sur ce genre de sujets les gens ont tendance à se protéger de leurs propres faiblesses en faisant porter toute la responsabilité aux autres (et je m'inclus là-dedans, j'ai beaucoup réfléchi à la portée de ma propre réaction et il est très possible que j'ai sur-réagit derrière) cette réaction de sa part m'est clairement restée en travers de la gorge.

Et elle m'amène aussi à réfléchir sur moi, à chercher d'autres formes de compréhension, d'où ce message car j'ai la sensation que je n'ai pas totalement réussi à me cerner là-dessus.


Bref, un petit mot mi-présentation mi-vécu, un peu compliqué à démêler et dont je n'ai pas grande idée de ce que j'attends de l'avoir exprimé ici. Probablement que j'ai la sensation que ce que je peux ressentir en terme de rejet je le partage avec d'autres personnes sur le spectre asexuel et que j'aimerais vérifier ça.

Je n'ai pas vu de présentation de personne demisexuelle et j'espère que ça aura sa place ici...


Et je suis totalement ouvert aux réactions bien entendu :)

Avatar du membre
Lilly
Crème pÂtissière
Messages : 4158
Enregistré le : 19 févr. 2008, 20:14
Localisation : 74
A aimé : 303 fois
A été aimé : 394 fois

Re: Demisexuel atypique qui se questionne...

Message par Lilly » 01 juin 2019, 19:07

Image

Image
Jamais le premier soir... les suivants non plus d'ailleurs!

À ce niveau-là, c’est plus de la gastronomie, c’est de l’érotisme !
Karadoc

Avatar du membre
Iloy
Agent
Messages : 786
Enregistré le : 07 déc. 2018, 12:03
Localisation : Nice
Pronom : Peu importe
A aimé : 122 fois
A été aimé : 138 fois

Re: Demisexuel atypique qui se questionne...

Message par Iloy » 01 juin 2019, 20:18

Bienvenue sur le forum Radulphus :)

Ta présentation n'est pas du tout la plus longue, il me semble avoir fait d'ailleurs bien pire ^^

Et oui, tu as tout à fait ta place, tu es sur le spectre de l'asexualité et il n'est pas de présentation type : tu y exprimes ce que tu veux. Tu n'es d'ailleurs pas le seul demisexuel du forum.

J'ai l'impression que sur la question du genre, on a un ressenti assez proche. J'ai tendance à considérer aujourd'hui que c'est ça (autant que mon aromantisme) qui définit mes pratiques asexuelles au lit. Je ne me suis jamais autant sentie femme qu'auprès de mon homme. Du coup, je me demande si c'est aussi ton cas pour tes pratiques sexuelles. Du reste mon ignorance de la sexualité "typique" et des attentes en la pratique font que je saisis sans comprendre ton cas. Il me semblait que tout était très personnel et différent, y compris entre les S. A moins que tu parles des attentes créées par la pornographie, mais c'est pas censé être la réalité, ça... Dans ces pratiques, tout est une question d'accords mutuels.
J'aurais tant aimé cependant, gagner pour vous, pour moi perdant, avoir été peut-être utile

Roxane Leo
Membre
Messages : 28
Enregistré le : 30 mai 2019, 23:49
A aimé : 2 fois
A été aimé : 4 fois

Re: Demisexuel atypique qui se questionne...

Message par Roxane Leo » 01 juin 2019, 20:27

Bienvenue à toi !

Je pense que tu vas pouvoir te trouver de nombreux points communs, tout comme des points de divergence avec les autres membres présents ici ! :)

Avatar du membre
clotaire
AVENant
Messages : 3024
Enregistré le : 24 avr. 2016, 15:46
Localisation : Auvergne - Rhône-Alpes
Pronom : peut être tutoyé ;)
A aimé : 602 fois
A été aimé : 578 fois

Re: Demisexuel atypique qui se questionne...

Message par clotaire » 01 juin 2019, 21:27

Bienvenue Radulphus :-)
Je sais pas pourquoi, j'aime bien ton pseudo :D

Radulphus
Membre junior
Messages : 6
Enregistré le : 01 juin 2019, 15:14
Pronom : Il ou elle
A été aimé : 1 fois

Re: Demisexuel atypique qui se questionne...

Message par Radulphus » 01 juin 2019, 22:26

Merci pour votre accueil et le gateau :)
Et oui, tu as tout à fait ta place, tu es sur le spectre de l'asexualité et il n'est pas de présentation type : tu y exprimes ce que tu veux. Tu n'es d'ailleurs pas le seul demisexuel du forum.

J'ai l'impression que sur la question du genre, on a un ressenti assez proche. J'ai tendance à considérer aujourd'hui que c'est ça (autant que mon aromantisme) qui définit mes pratiques asexuelles au lit. Je ne me suis jamais autant sentie femme qu'auprès de mon homme. Du coup, je me demande si c'est aussi ton cas pour tes pratiques sexuelles. Du reste mon ignorance de la sexualité "typique" et des attentes en la pratique font que je saisis sans comprendre ton cas. Il me semblait que tout était très personnel et différent, y compris entre les S. A moins que tu parles des attentes créées par la pornographie, mais c'est pas censé être la réalité, ça... Dans ces pratiques, tout est une question d'accords mutuels.
Merci pour le premier point, je n'étais tombé sur aucun sujet qui l'évoquait et je me demandais du coup :) Car si on est sur un même spectre, je pense que c'est un vécu radicalement différent (cela dit, deux vécus sont probablement toujours radicalement différents...).


C'est amusant, je me sens d'autant plus femme auprès de certaines femmes. On m'a déjà qualifié spontanément de relation lesbienne d'ailleurs ce qui a été plutôt... très bien accueilli de ma part, disons :) Et ce avant que je ne mette des mots précis sur ma transidentité.

Pour répondre à ta question, je pense que ça influe beaucoup sur mes pratiques sexuelles ou asexuelles oui (j'aime beaucoup le termes de pratiques asexuelles d'ailleurs, c'est un terme personnel ou une dénomination usuelle ?)... ou que ces même pratiques influent sur le genre. Genre et sexualité sont deux choses très différentes et il n'est pas possible d'inférer l'une de l'autre, mais ce sont aussi deux choses qui peuvent être très connectées.


C'est, en tout cas, mon ressentis personnel. Mon genre vécu influe énormément sur la façon dont je relationne en général et vu que le genre est probablement l'un des plus grand critères discriminants (voire le plus grand) dans les intéractions sociales, ça n'a rien d'étonnant.


Pour l'aromantisme c'est un autre sujet, je pourrais être sur ce spectre aussi (le quoiromantisme me paraît coller pas mal à mon vécu et je suis déjà anarchiste relationnel ce qui témoigne déjà d'une vision particulière de la relation amoureuse...). Après tout je ne suis plus à un spectre près, il ira avec les deux autres :mrgreen:

C'est d'ailleurs un point sur lequel je m'arrache un peu les cheveux car l'aromantisme est toujours défini à partir de l'attirance romantique... et que l'attirance romantique n'est quasiment jamais définie, ou pas clairement. Mais je digresse.


De ma compréhension de la sexualité hétéro "typique", il y a quand même un fort scripting dans les rapports qui sont souvent bien plus codés socialement qu'une réelle concertation. J'ai peut être une vision un peu cynique du sujet, mais j'ai déjà constaté un nombre hallucinant de fois combien les gens peuvent vivre une sexualité mais ne pas oser la discuter ou la questionner. Et j'ai aussi souvent vécu les attentes tacites qui subistent même quand on en parle... ce qui a tendance à me conforter dans cette compréhension là.

---

Clotaire, merci pour le pseudo :) C'est, sauf erreur de ma part, la forme latine de Raoul, et l'adoption du pseudo remonte à ma rencontre avec la tombe de l'évêque Raoul de Beaumont (Radulphus de Bello Monte) dans la cathédrale d'Angers. C'était une anecdote gratuite et totalement inutile ;)

Avatar du membre
Grignoteuse de bouquins
Avenista
Messages : 1469
Enregistré le : 02 oct. 2017, 19:17
Localisation : Nice
Pronom : Elle/Ael
A aimé : 413 fois
A été aimé : 305 fois

Re: Demisexuel atypique qui se questionne...

Message par Grignoteuse de bouquins » 01 juin 2019, 23:08

Bienvenue Radulphus !
♠ Why frick frack when you can snick snack ? ♠ :cake:

fiffi
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2025
Enregistré le : 04 oct. 2016, 00:07
Localisation : 77
Pronom : Il . Fiffi et tu
A aimé : 569 fois
A été aimé : 306 fois

Re: Demisexuel atypique qui se questionne...

Message par fiffi » 01 juin 2019, 23:43

Bienvenue Radulphus . :-)

Avatar du membre
Orchis
Adepte
Messages : 211
Enregistré le : 29 mai 2019, 23:25
A aimé : 40 fois
A été aimé : 48 fois

Re: Demisexuel atypique qui se questionne...

Message par Orchis » 02 juin 2019, 00:16

Bienvenue sur ce forum Radulphus. :)

Avatar du membre
Lucyliane
Adepte
Messages : 177
Enregistré le : 27 avr. 2019, 22:03
Pronom : elle/iel
A aimé : 10 fois
A été aimé : 16 fois

Re: Demisexuel atypique qui se questionne...

Message par Lucyliane » 02 juin 2019, 02:06

Bienvenue Radulphus !

En ce qui concerne la manière de te genrer, il y a une petite case dans ton profil pour éviter les confusions donc n'aie pas peur de nous dire ce qui te met le plus à l'aise.

Pour la définition de l'aromantisme, c'est assez compliqué mais sur le blog de la vie en queer, tu as quelaues articles assez bien fait sur le sujet.

Je pense comprendre ce que tu veux dire sur la codification des rapports sexuels. Pour moi aussi il s'agit de quelque chose de sociétale et en plus cela me semble lié aux stéréotypes de genre.

En tout cas, j'espère que tu trouveras les réponses à tes questions sur ce forum.
Ne comprenez-vous donc pas ? C'est un mal qui ronge la Galaxie tout entière. On pratique le culte du passé. On stagne !
- Salvor Hardin (Fondation d’Isaac Asimov)

ginny anne
Affilié
Messages : 299
Enregistré le : 01 août 2018, 16:43
Localisation : Auvergne Rhône-Alpes
Pronom : moi
A aimé : 10 fois
A été aimé : 34 fois

Re: Demisexuel atypique qui se questionne...

Message par ginny anne » 02 juin 2019, 10:40

Bienvenue sur le forum !

Radulphus
Membre junior
Messages : 6
Enregistré le : 01 juin 2019, 15:14
Pronom : Il ou elle
A été aimé : 1 fois

Re: Demisexuel atypique qui se questionne...

Message par Radulphus » 02 juin 2019, 12:00

Merci :)

Lucyliane a priori j'ai déjà rempli la dite case, merci :) J'ai effectivement lu le contenu concernant l'aromatisme sur le blog LVEQ, mais il me reste de vrais questionnements sur "mais c'est quoi donc exactement l'attirance romantique ?". Je pense que j'irai creuser sur le sujet dédié de ce forum pour me faire une idée plus précise.

Avatar du membre
Aphélie
Ace in space
Messages : 1618
Enregistré le : 12 déc. 2016, 15:31
Localisation : Alpha Quadrant
Pronom : Elle
A aimé : 257 fois
A été aimé : 461 fois

Re: Demisexuel atypique qui se questionne...

Message par Aphélie » 02 juin 2019, 14:44

Bienvenue :D L'important, c'est que toi tu te sentes bien et tu t'acceptes comme tu es. Ça aide, bien évidemment, de savoir qui on est et ce qu'on veut, et ça, c'est plus compliqué, mais tu m'as l'air d'être sur la bonne voie.

La question de l'aromantisme est compliquée, je te l'accorde. Définir l'attraction sexuelle, en tant qu'ace, c'est déjà - pour moi - un challenge mais je pense saisir l'idée. L'attraction romantique c'est pire cela dit. J'ai du mal à distinguer un amour romantique d'un amour amical, par exemple. On parle d'intensité, mais considère-t-on à ce moment là que l'amour est une ligne verticale, avec ici l'amour familial, et là amical, et là romantique, etc ? Cela me semble réducteur, et ça implique une "supériorité" de l'un sur l'autre - or on sait tous que c'est subjectif, que même si l'amour romantique tend à être placé comme la forme la plus élevée, il y a l'amour d'une mère pour son enfant, il y a des amitiés plus solides que leurs couples, etc. Je n'ai pas le sentiment que la façon dont j'aime mes ami.e.s serait si différente d'un amour dit romantique, à la seule exception qu'il n'y aurait pas la portée sexuelle, pas la notion de vie de famille ou de vivre ensemble, chose dont je ne voudrais de toute manière pas, mais dans ce cas il ne s'agirait que de codes, de conventions sociales ? Et quid des relations queerplatoniques ? Je me considère aro en partie aussi parce que je suis incapable de percevoir ce genre de nuances qui semblent pourtant claires pour beaucoup de gens. Et puis parce que je n'ai pas envie d'une relation "romantique" telle qu'on l'entend habituellement, et que je n'en perçois pas l'attrait. Mais c'est un questionnement constant j'avoue. :lol:
"Though my soul may set in darkness, it will rise in perfect light, I have loved the stars too fondly to be fearful of the night." ― Sarah Williams

Radulphus
Membre junior
Messages : 6
Enregistré le : 01 juin 2019, 15:14
Pronom : Il ou elle
A été aimé : 1 fois

Re: Demisexuel atypique qui se questionne...

Message par Radulphus » 02 juin 2019, 22:08

Merci Aphélie, tu décris très bien des difficultés à nommer les choses que je partage également.

Séparer amitié et amour ne m'est, clairement, pas évident non plus. C'est une question d'intensité de relation plus que de nature, mais la frontière est très poreuse et impossible à hiérarchiser (ce qui touche plutôt à la définition du quoiromantisme à ma connaissance).

Ça ne m'empêche pas de déborder de sentiments amoureux pour certaines personnes (rares mais pas uniques)... mais parle-t-on encore d'attirance romantique quand un sentiment amoureux n'est pas porté par une attente relationnelle ? Bref, un questionnement constant, je te l'accorde :)

(et, oui, je réfléchis (un (tout petit) peu) trop)

Avatar du membre
Yellow Cab
Affilié
Messages : 251
Enregistré le : 20 déc. 2018, 19:29
A été aimé : 25 fois

Re: Demisexuel atypique qui se questionne...

Message par Yellow Cab » 03 juin 2019, 20:27

Bienvenue ici ;)
Image

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités