Comment vivre l'asexualité?

N'ayez pas peur, passez nous dire un petit bonjour, faites-vous connaître !
Tiloue
Membre junior
Messages : 5
Enregistré le : 17 mars 2017, 23:43
A aimé : 0
A été aimé : 0

Comment vivre l'asexualité?

Message par Tiloue »

Bonsoir,

Je viens de tomber sur ce forum. Je n'ai vraiment pas l'habitude de parler de moi sur ce genre de site mais cette fois j'ai vraiment envie de partager ce que je ressens.

Je suis une jeune femme de 21 ans. J'ai une vie épanouie et j'aime ce que je fais. Mais depuis plusieurs années j'ai ce poids et cette sensation d'être très différente des autres. Je n'ai jamais eu d'attirance sexuelle, et le sexe est vraiment quelque chose qui ne m'attire pas du tout.

J'ai deja été "attirée" par plusieurs personnes, mais pas de manière sexuelle. Je me sens plutôt "passionnée" par ces personnes et j'ai eu envie de discuter avec eux et de partager plus de choses, mais pas le sexe. Je me suis demandée si j'étais homosexuelle car j'ai souvent ressenti cela pour des filles. Depuis plus de 3 ans, je me sens perdue à cause de ca.

Il y a 2 ans j'ai eu un copain. J'appréciais nos moments de complicité mais je n'aimais pas qu'il m'embrasse par exemple. Nous avons essayé d'avoir une relation sexuelle (c'était notre première fois pour tous les deux) mais je ne ressentais pas de désir. Quelques mois plus tard, j'ai arrêté notre relation car je ne supportais pas qu'il soit autant tactile, qu'il m'embrasse tout le temps ou juste qu'il veuille passer autant de temps avec moi. Je suis une personne solitaire, j'aime et j'ai besoin d'être seule. Et cette relation était trop pesante et trop stressante pour moi.

Depuis, je ne ressens aucune envie de me remettre en couple avec quelqu'un. Et je me sens vraiment hors norme. Tout mon entourage est attiré par la vie de couple et par le sexe et je me sens mal à l'aise à chaque fois que le sujet est abordé. De plus, je me dit que ce n'est pas "normal" d'être encore vierge à 21 ans et de ne pas ressentir ce désir. J'ai peur de finir seule et de ne jamais trouver quelqu'un qui m'acceptera comme je suis et qui saura me laisser mon espace.

J'ai découvert ce qu'était l'asexualité que très récemment et je suis soulagée de me dire que je ne suis pas seule et que je rentre quand même dans une case, même minoritaire. Pour être honnête, j'ai pleuré la première fois que j'ai lu un article à ce sujet.

Quand j'avais 18 ans, j'ai vécu une situation qui m'a marqué avec un homme au comportement très deplacé. J'ai eu très peur ce jour là mais rien n'est arrivé. Néanmoins, j'avais été très marquée par cela et j'avais peur que le souvenir de cette expérience soit à l'origine de cette absence de désir. Mais maintenant je pense que j'ai tout simplement toujours été comme ça.

N'hesitez pas à me donner votre avis ou à partager vos ressentis avec moi car ça fait un bien énorme de savoir que l'on n'est pas seuls dans cette situation.
Comment vous sentez vous en société? Est ce difficile de vous sentir intégré? Vous sentez vous totalement déconnecté des manières de penser/de vivre des autres? Vos impressions m'intéressent.

Avatar du membre
Aphélie
Ace in space
Messages : 1638
Enregistré le : 12 déc. 2016, 15:31
Localisation : Alpha Quadrant
Pronom : Elle
A aimé : 277 fois
A été aimé : 481 fois

Re: Comment vivre l'asexualité?

Message par Aphélie »

Bienvenue, Tiloue :)

Je me reconnais pas mal dans ton expérience : il m'a également fallu être en couple pour réaliser que j'étais ace et qu'en plus de cela j'avais terriblement besoin d'espace et de solitude - comme toi je suis très vite oppressée face à quelqu'un de trop envahissant. Seulement j'étais plus jeune, et j'ai mis beaucoup plus de temps à m'en rendre compte (pas mal de déni impliqué aussi, je vais pas mentir) donc les choses ont traîné plus longtemps que pour toi, et ma révélation a été plus tardive, ce qui fait que j'ai donné de ma personne plus que je ne l'aurais voulu. Mais je crois que du coup ça m'a un peu vacciné des relations de couple en général et l'idée de finir seule ne m'effraie pas vraiment, pas sur un plan romantique en tout cas.

Donc oui de mon côté, je m'accepte très bien en tant qu'ace/possiblement aro. J'ai la chance d'avoir un groupe d'amies qui m'accepte très bien comme je suis, voire qui sont comme moi pour certaines, et ma famille me fout relativement la paix à ce niveau là, donc ce n'est pas quelque chose de compliqué à vivre au quotidien. Par contre oui, c'est pénible de constater que nous sommes si peu représentés et encore si marginalisés, et j'ai souvent eu le sentiment d'être complètement déconnectée des autres - je me souviens de certaines collègues qui aimaient beaucoup parler sexe et me faisaient souvent remarquer que je n'étais pas très causante sur le sujet. Pour le coup j'ai vite compris que ce n'était pas le genre de personnes avec qui j'avais envie d'avoir une explication sur l'asexualité, donc j'ai simplement enduré. De manière générale c'est fatiguant de constater que le sexe est si présent dans nos vies, qu'on le veuille ou non, mais je passe outre.

Pour en revenir à toi, c'est parfaitement normal d'être vierge à 21 ans. Je sais que la société fait beaucoup pression sur le fait d'être sexuellement actif, d'avoir eu sa première fois avant d'avoir passé la vingtaine, etc, etc, mais tu n'as pas à t'y soumettre si cela ne te convient pas. Établis tes propres règles, renverse le jeu, dis-toi que tu fais partie d'une classe de surhumains qui vit très bien sans sexe 8-) Bon, je plaisante, mais qu'à moitié : il n'y a rien de honteux à cela, ne laisse personne te faire croire le contraire. Au contraire, tu es restée fidèle à toi-même, et c'est plutôt un signe de bravoure.

Quant à l'origine de ton asexualité, cet incident peut en être l'origine, ou non, d'une façon ou d'une autre ça ne l'invalide pas. Certains événements qu'on rationalise comme étant pas si graves que ça nous marquent parfois plus qu'on ne le pense.

Bref, j'espère que tu pourras trouver une source de réconfort sur ce forum, voire rassurer certaines de tes peurs. Au plaisir :D
Ces utilisateurs ont aimé l’auteur Aphélie pour son message :
Muriel Evelyne (18 mars 2017, 02:33)
"Though my soul may set in darkness, it will rise in perfect light, I have loved the stars too fondly to be fearful of the night." ― Sarah Williams

Avatar du membre
Muriel Evelyne
AVENant
Messages : 3370
Enregistré le : 11 mai 2016, 02:22
Localisation : Roazhon, Breizh (Rennes, Bretagne)
A aimé : 1354 fois
A été aimé : 686 fois

Re: Comment vivre l'asexualité?

Message par Muriel Evelyne »

Bienvenue Tiloue :)
"La différence entre ce qui est impossible et ce qui est possible est la mesure de la volonté de l'homme."

Image

Tiloue
Membre junior
Messages : 5
Enregistré le : 17 mars 2017, 23:43
A aimé : 0
A été aimé : 0

Re: Comment vivre l'asexualité?

Message par Tiloue »

Aphélie, merci beaucoup pour ton message :)

Ça m'a fait du bien de te lire, je me sens moins seule !
Pour revenir au fait du besoin de solitude, est-ce que tu penses que cela est lié à l'asexualité? Car en plus du fait de ne pas être du tout intéressée par le sexe, la plupart de mon entourage ne comprends pas ce tel besoin de solitude. Par exemple, je ne vis souvent pas très bien ma vie étudiante car je n'aime pas aller en soirée, et c'est souvent très mal vu. Typiquement, je me sens oppressée quand il y a trop de monde, trop de bruit et je déteste qu'on me touche.
Imagine, j'ai fait 6 mois d'étude au Brésil l'année dernière et j'avais vraiment l'air d'un alien là-bas. Déjà, je n'ai pas supporté le carnaval. Les garçons passent leur temps à essayer de te "choper" et là-bas c'est la norme d'embrasser plusieurs garçons en une soirée, et tout est très sensuel. Je ne me sentais vraiment pas à ma place, sachant qu'en plus tout le monde semblait adorer cette ambiance. J'ai reçu plusieurs remarques assez cinglantes d'amies qui ne comprenaient pas le fait d'aller au Brésil mais de ne pas aller aux soirées, et je l'ai un peu mal vécu.

En fait, j'ai vraiment l'impression d'être dans ma bulle et que je suis la seule à comprendre mon "univers". Pourtant, je ne suis pas particulièrement timide, je voyage énormément et j'aime rencontrer et discuter avec de nouvelles personnes. J'étudie ce qui me passionne et je suis assez heureuse, mais je me sens souvent à part et déconnectée des autres. Et parfois je réfléchis trop à ça et je me demande ce qu'il ne va pas chez moi. Souvent, je ne me sens pas à ma place là où tous les autres sont épanouis. Et à l'inverse, j'ai par exemple passé 2 mois de stage a vivre seule la nuit loin de tout dans la foret amazonienne, sans internet et sans réseau, et là j'étais au paradis!

Après, même si ça peur sembler contradictoire, je ne pense pas être aromantique. J'aime partager des choses avec les autres et je me projette bien dans une vie de couple, mais pas tout de suite. Ce qui me tracasse c'est de savoir si je trouverai vraiment quelqu'un qui m'acceptera et qui me laissera mon espace et mes moments de solitude.

En tout cas,je n'avais jamais parlé de ça à personne avant et ça me fait du bien d'écrire ici et de me dire que d'autres personnes peuvent se reconnaître dans ma situation.En plus, je ne me sentirais pas capable d'en parler à mon entourage, ou du moins pas tout de suite. Alors je suis ouverte aux discussions :wink:

Avatar du membre
Aphélie
Ace in space
Messages : 1638
Enregistré le : 12 déc. 2016, 15:31
Localisation : Alpha Quadrant
Pronom : Elle
A aimé : 277 fois
A été aimé : 481 fois

Re: Comment vivre l'asexualité?

Message par Aphélie »

A ton service ♥

Pour ce qui est du côté solitaire, honnêtement non, pour moi c'est plutôt une question de caractère/personnalité, il y a des A qui vivent mal la solitude, et des S qui ont besoin de beaucoup d'espace, donc je ne pense pense pas vraiment qu'il y ait de corrélation entre les deux. Assez instinctivement j'ai su m'entourer de gens qui étaient comme moi sur ce plan là, donc je n'ai jamais eu vraiment de soucis vis à vis de ça. A la fac aucun de mes potes n'était du genre à aimer les tonus, du coup on se retrouvait tranquillement dans notre coin, et personne n'aurait songé à me dire de sortir plus. Je suis comme toi, très vite dépassée quand il y a trop de monde et de bruit - ajoutons à cela une aversion très prononcée pour l'alcool (non seulement je n'en bois pas mais en plus je suis très mal à l'aise en compagnie de gens qui boivent, autant dire qu'on me verra pas traîner dans un bar), bref, les soirées étudiantes non merci.

Par contre je ne suis jamais allée au Brésil mais c'est vrai que les brésiliens ont la réputation (comme pas mal de pays chauds j'imagine) d'être assez fêtards. Ma préférence pour les pays du nord vient aussi de là, les mentalités sont peut-être moins accueillantes/plus individualistes, mais c'est ce qui me convient. Bon après je veux pas faire de généralisations non plus, j'ai pas suffisamment voyagé pour ça, mais mon ressenti s'est confirmé lors des occasions que j'ai pu avoir. Cela dit tu vas au Brésil pour tes propres raisons, tu n'es pas obligée d'aimer la fiesta pour avoir envie de visiter le pays, chacun son approche. J'ai l'impression que tu as un entourage pas très ouvert d'esprit quand même ? Je peux comprendre que dans ces conditions tu n'aies pas envie d'en parler avec eux, je ne vois pas bien l'intérêt de questionner ce genre de choix, tu fais ce que tu veux après tout, tu ne vas pas te forcer à faire quelque chose que tu n'aimes pas pour leur faire plaisir.

Dans la mesure où vivre dans ta bulle comme tu dis ne te rend pas malheureuse, ne change rien. Faire comme les autres ne t'apporterait rien, au contraire. Il n'y a pas qu'une façon d'être épanoui. Et non, je ne pense pas que c'est nécessairement contradictoire. Il y a des couples qui font le choix de ne pas vivre ensemble et malgré tout de fonder une famille : tu peux vouloir garder ton espace et construire quelque chose avec quelqu'un d'autre, l'un n'empêche pas l'autre. Quelque part je pense que c'est même plus sain que les couples qui cherchent à tout faire ensemble et ne conservent aucune vie personnelle, même si c'est souvent très mal compris/perçu des autres. En tout cas ça existe, donc ne désespère pas de trouver un jour :D

J'espère sinon que tu nous parleras plus longuement de tes pérégrinations, elles m'ont l'air passionnantes, surtout pour les gens comme moi qui n'ont pas eu les opportunités de bouger autant qu'ils l'auraient voulu !
"Though my soul may set in darkness, it will rise in perfect light, I have loved the stars too fondly to be fearful of the night." ― Sarah Williams

Avatar du membre
PassionA
Atrix Revolutions
Messages : 1926
Enregistré le : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 496 fois
A été aimé : 540 fois

Re: Comment vivre l'asexualité?

Message par PassionA »

Bienvenue :)

Je me reconnais également dans ton témoignage. Donc voilà :)

Avatar du membre
Lilly
Crème pÂtissière
Messages : 4234
Enregistré le : 19 févr. 2008, 20:14
Localisation : 74
A aimé : 308 fois
A été aimé : 428 fois

Re: Comment vivre l'asexualité?

Message par Lilly »

Image

Image
Jamais le premier soir... les suivants non plus d'ailleurs!

À ce niveau-là, c’est plus de la gastronomie, c’est de l’érotisme !
Karadoc

fiffi
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2154
Enregistré le : 04 oct. 2016, 00:07
Localisation : 77
Pronom : Il . Fiffi et tu
A aimé : 629 fois
A été aimé : 351 fois

Re: Comment vivre l'asexualité?

Message par fiffi »

Bienvenue Titou

Avatar du membre
FTC
Associé
Messages : 704
Enregistré le : 07 févr. 2016, 15:07
A aimé : 54 fois
A été aimé : 70 fois

Re: Comment vivre l'asexualité?

Message par FTC »

Tiloue a écrit :...
Pour revenir au fait du besoin de solitude, est-ce que tu penses que cela est lié à l'asexualité? Car en plus du fait de ne pas être du tout intéressée par le sexe, la plupart de mon entourage ne comprends pas ce tel besoin de solitude. Par exemple, je ne vis souvent pas très bien ma vie étudiante car je n'aime pas aller en soirée, et c'est souvent très mal vu. Typiquement, je me sens oppressée quand il y a trop de monde, trop de bruit et je déteste qu'on me touche.
[...]
Après, même si ça peur sembler contradictoire, je ne pense pas être aromantique. J'aime partager des choses avec les autres et je me projette bien dans une vie de couple, mais pas tout de suite. Ce qui me tracasse c'est de savoir si je trouverai vraiment quelqu'un qui m'acceptera et qui me laissera mon espace et mes moments de solitude.

Bienvenue et pour répondre à ce point, comme le dit Aphélie il n'y a pas de corrélation binaire, du type "je suis introvertie" donc je suis asexuel ou la réciproque, et "je suis sexuel" donc je suis extravertie.
Peu importe ton orientation sexuelle, ta personnalité peut être varié. Toutefois j'apporterai une nuance à Aphélie qui irait plus dans ton sens. De ce que j'ai pu remarquer (c'est empirique et je n'ai pas de chiffres ou autre) de la communauté asexuelle, il y a tout de même une prépondérance de profils "introverties" et donc qui ont besoin d'avoir leur espace, leur moment de solitude qui ne sont pas vécu comme une mauvaise chose. Cette tendance est d'autant plus marqué quand ces personnes là se disent aromantique. Même si tu peux être introvertie (ou indépendant) et vouloir une relation de couple est possible, j'ai l'impression que sur le spectre aro/ace ce n'est pas la majorité.
Cela peut se comprendre, si tu es quelqu'un qui n'a pas d'attirance sexuelle (un premier facteur d'attraction à aller vers l'autre vu que c'est dans nos instincts primitifs de reproduction), et que si en plus tu n'envisages pas la construction d'une vie de couple (schéma majoritaire de notre société), alors il y a de fortes chances que tu sois quelqu'un qui apprécie rester seul. Je ne saurais dire si c'est le fait de vouloir être seul souvent qui te fait asexuel/aro ou si c'est le fait d'être ace qui fait que tu préfères être seul. Je dirais que c'est plutôt un "équilibre" heureux.

Avatar du membre
Aphélie
Ace in space
Messages : 1638
Enregistré le : 12 déc. 2016, 15:31
Localisation : Alpha Quadrant
Pronom : Elle
A aimé : 277 fois
A été aimé : 481 fois

Re: Comment vivre l'asexualité?

Message par Aphélie »

Oui, c'est pas faux, je n'avais pas fait le rapprochement avant d'arriver sur le forum mais il y a un paquet d'introvertis par ici. Après, est-ce que le fait que ce soit Internet ne joue pas aussi ? J'ai l'impression que les introvertis se réfugient beaucoup plus là-dedans de manière générale (confort de l'anonymat, plus de facilité à aller vers les gens via l'écrit, etc etc), mais je ne sais pas si ça fait vraiment une différence ou non.
Mais oui pour le côté aro/solitaire c'est plus flagrant encore, même si j'ai remarqué que beaucoup d'aro avaient quand même une crainte énorme de se retrouver isolés au milieu de couples, et de ne jamais vraiment avoir de lien privilégié avec qui que ce soit (je suis pas mal de tumblr dans les communautés aro/ace et c'est quelque chose qui revient très souvent, même parmi les gens très solitaires).
"Though my soul may set in darkness, it will rise in perfect light, I have loved the stars too fondly to be fearful of the night." ― Sarah Williams

Avatar du membre
FTC
Associé
Messages : 704
Enregistré le : 07 févr. 2016, 15:07
A aimé : 54 fois
A été aimé : 70 fois

Re: Comment vivre l'asexualité?

Message par FTC »

Oui y a ce biais là sur Internet. Les personnes Intro auront plus tendances à rester chez elles, et à passer du temps sur l'Internet. Forcément s'ils passent plus de temps, il y a plus de chances que l'on puisse les retrouver sur les forums ou autres.

Pour les aro/ace, je pense qu'il y a la crainte d'être vraiment tout seul, une fois que le milieu de vingtaine ou la trentaine arrive. Jusque là, ce n'est pas tellement gênant d'être aro/ace et de quand même conserver une vie sociale quand on a le désir, il y a les personnes autour de nous qui sont dans une situation similaire (pour d'autres raisons que l'orientation sex/rom). Mais une fois que ces personnes là commencent à se caser, fonder leur famille (moins de temps pour les amis), l'aro/ace est renvoyé à sa solitude, mais cette fois ci elle n'est plus que voulu, mais elle peut devenir subie aussi.

Ca mériterait que l'on fasse une nethnographie Aphélie ! :o

Avatar du membre
PassionA
Atrix Revolutions
Messages : 1926
Enregistré le : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 496 fois
A été aimé : 540 fois

Re: Comment vivre l'asexualité?

Message par PassionA »

FTC tu as raison, je pense. La solution que j'ai trouvé, personnellement, c'est de sans cesse créer de nouvelles amitiés avec des personnes plus jeunes, non casées, disponibles, etc. L'option de se faire des amis Ace est exceptionnelle, dommage que tant de sites de rencontres ne font que proposer la recherche de l'amour...

Avatar du membre
Baelfire
BadAce
Messages : 3886
Enregistré le : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 674 fois
A été aimé : 1014 fois

Re: Comment vivre l'asexualité?

Message par Baelfire »

Slaut Tiloue,

Comme te l'on dit mes voisins du dessus, l'asexualité n'est pas automatiquement liée au besoin de solitude et d'isolement.

J'aime bien rappeler que les asexuels sont exactement comme les autres en pas pareil. La seule chose que l'on a en commun c'est notre manque d'attirance pour le sexe. C'est tout :)

Quant à vivre son asexualité en société...à moins que tu te sois tatouée "je suis A" sur le front je vois pas où est le soucis. On est vraiment pareil que les autres. A toi ensuite de choisir à qui tu veux le dire. Mais je trouve pas mal d'avoir son jardin secret.

Le jour où tu voudras te mettre en couple c'est là que la question se posera. Mais pour l'instant tranquille Emile ! Tout va bien. Et tu as parfaitement le droit de ne pas aimer les fêtes exubérantes. Tu es d'une nature posée c'est tout. Ce ne t'empêche pas de lier contacts. On est pas obligés d'aller en boîte ou au carnaval pour ça.

Bref, inutile de te prendre la tête :)

Bienvenue parmi nous.
Image

TAGADAAAAA !!!

Avatar du membre
Aphélie
Ace in space
Messages : 1638
Enregistré le : 12 déc. 2016, 15:31
Localisation : Alpha Quadrant
Pronom : Elle
A aimé : 277 fois
A été aimé : 481 fois

Re: Comment vivre l'asexualité?

Message par Aphélie »

FTC a écrit :Ca mériterait que l'on fasse une nethnographie Aphélie ! :o
Je plussoie !

Et oui clairement c'est une crainte qui vient avec les années et le constat que peu à peu l'entourage commence à faire sa vie de son côté, est moins disponible qu'avant, etc. Aimer être seul c'est une chose, mais quand le choix devient une contrainte, c'est une autre affaire, plus compliquée à gérer.

PassionA, je suis un peu dans le même cas que toi, et disons que sur Internet l'âge est une donnée assez secondaire, mais c'est vrai qu'au bout d'un moment l'écart se fait aussi sentir. Rien que quand mes potes parlent de la fac je me sens vite déconnectée au sens où pour moi ça remonte déjà à quelques années et j'me dis que ça va pas s'arranger avec le temps. :lol: Mais c'est vrai que ce serait bien d'avoir des sites désignés à faire des rencontres sans que ce soit forcément pour chercher l'amour.
"Though my soul may set in darkness, it will rise in perfect light, I have loved the stars too fondly to be fearful of the night." ― Sarah Williams

Avatar du membre
FTC
Associé
Messages : 704
Enregistré le : 07 févr. 2016, 15:07
A aimé : 54 fois
A été aimé : 70 fois

Re: Comment vivre l'asexualité?

Message par FTC »

Eh bien RDV est pris. On essaiera de s'organiser nos petites recherches et analyse si cela t'intéresse :)


Pour les sites avec rencontre sans amour, cela existe (genre onvasortir) mais je crois que c'est principalement pour les personnes agées (50+) qui sont soit divorcées, soit en recherche d'amis pour faire des trucs d'anciens.

Répondre