Bonjour de Montréal

N'ayez pas peur, passez nous dire un petit bonjour, faites-vous connaître !
Piccolo
Atrix
Messages : 1758
Inscription : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 118 fois

Re: Bonjour de Montréal

Message par Piccolo »

HallowKey a écrit :Oui, oui Zimou, je sais ce que c'est LGBT, Je sais aussi, maintenant, que les A font partie de cette minorité
L'asexualité n'a rien à voir avec LGBT dans l'absolu, d'ailleurs une majorité d'hétéro-A et d'aro-A ne se sent pas appartenir à ce groupe.

Le coeur de LGBT c'est l'homosexualité, qu'elle soit exclusive ou partielle.
Oui il existe les trans mais d'une part il y a un lien avec l'homophobie (genre une femme trans c'est un gay qui essaye de tromper les hommes hétéros) et d'autre part c'est une transformation physique qui a des répercussions immédiates sur le plan social.
Ycrepeau
Aspirant
Messages : 34
Inscription : 03 janv. 2016, 15:57
Localisation : Montréal, QC
A aimé : 15 fois
A été aimé : 10 fois

Re: Bonjour de Montréal

Message par Ycrepeau »

L'existence de As remet en cause le modèle hétéro-normatif prévalant dans la société. Cette norme hétéro-normative vient nous opprimer dans le plus profond de notre intimité.

Que ce soit un parent qui demande "As-tu une blonde?" ou un commentaire du genre "quand tu nous feras des petits enfants" ou encore les offres de voyage qui sont systématiquement présentée comme "prix par personne en occupation double", nous sentons chaque jour cette norme sociale que notre orientation nous amène à transgresser.

Il suffit de lire quelques lignes sur ce forum pour constater comment le besoin de dire: "c'est assez!" est présent. Comment les gens qui arrivent, enfin, à mettre un nom sur ce qu'ils ou elles sont leur donne un sentiment de libération.

La norme hétéro-normative qui opprime autant les LGBTs que les As est une autre facette de l'oppression du système patriarcal qui prévaut dans notre société.

Voilà pourquoi le combat des féministes et celui des LGBTs est aussi notre combat. Nous sommes plus que des alliés objectifs, nous sommes partie prenante des minorités hors normes qui doivent se battre pour relever la tête et revendiquer notre droit de cité.
Avatar de l’utilisateur
HallowKey
Aspirant
Messages : 48
Inscription : 21 déc. 2015, 19:17
Localisation : Québec Canada
A aimé : 81 fois
A été aimé : 0

Re: Bonjour de Montréal

Message par HallowKey »

Piccolo a écrit :
HallowKey a écrit :Oui, oui Zimou, je sais ce que c'est LGBT, Je sais aussi, maintenant, que les A font partie de cette minorité
L'asexualité n'a rien à voir avec LGBT dans l'absolu, d'ailleurs une majorité d'hétéro-A et d'aro-A ne se sent pas appartenir à ce groupe.

Le coeur de LGBT c'est l'homosexualité, qu'elle soit exclusive ou partielle.
Oui il existe les trans mais d'une part il y a un lien avec l'homophobie (genre une femme trans c'est un gay qui essaye de tromper les hommes hétéros) et d'autre part c'est une transformation physique qui a des répercussions immédiates sur le plan social.
Bon, là je suis un peu mêlée, je croyais avoir compris, mais c'est aussi peut-être une question de perception? :?
Image
Avatar de l’utilisateur
HallowKey
Aspirant
Messages : 48
Inscription : 21 déc. 2015, 19:17
Localisation : Québec Canada
A aimé : 81 fois
A été aimé : 0

Re: Bonjour de Montréal

Message par HallowKey »

Ycrepeau a écrit :L'existence de As remet en cause le modèle hétéro-normatif prévalant dans la société. Cette norme hétéro-normative vient nous opprimer dans le plus profond de notre intimité.
Personnellement, je ne me sens, ni victime, ni opprimée, mais plutôt moi-même et différente. Vu que j'ai passé presque toute ma vie d'adulte célibataire (25 ans) et que je viens d'apprendre que je suis A et qu'en plus c'est considéré comme une orientation, c'est tout nouveau ce concept, mais je suis toujours la même personne.
Ycrepeau a écrit :Que ce soit un parent qui demande "As-tu une blonde?" ou un commentaire du genre "quand tu nous feras des petits enfants" ou encore les offres de voyage qui sont systématiquement présentée comme "prix par personne en occupation double", nous sentons chaque jour cette norme sociale que notre orientation nous amène à transgresser.
On ne m'a pas vraiment achalée avec ces questions, je n'ai jamais été mal à l'aise de dire que je n'avais juste pas trouvé le bon gars et que je préférais être célibataire au lieu d'être mal accompagnée. Ceux qui me côtoient savent que le flirt, la drague, le sexe pour le plaisir, les partys, l'alcool sont des choses qui ne m'intéressent pas. J'ai toujours restée fidèle à moi-même et intègre. Je savais qui j'étais même si je ne savais pas que cela avait un nom, j'ai toujours cru que ça faisait partie de ma personnalité, je n'ai jamais vu ça comme un problème.
Ycrepeau a écrit :Il suffit de lire quelques lignes sur ce forum pour constater comment le besoin de dire: "c'est assez!" est présent. Comment les gens qui arrivent, enfin, à mettre un nom sur ce qu'ils ou elles sont leur donne un sentiment de libération.
Je suis contente de savoir qu'il y a d'autres comme moi qui ne sont pas intéressés au sexe, ça augmente mes chances de trouver le bon gars! :wink: Je suis aussi heureuse de savoir que je peux faire de nouvelles connaissances avec des gens qui sont plus comme moi. Je ne me suis jamais sentie emprisonnée, donc je ne sens pas de libération. C'est plutôt comme si je venais de trouver un groupe de personnes qui ont plus de points en commun avec moi, comme lorsque je rencontre d'autres fans de Harry Potter! :D
Ycrepeau a écrit :La norme hétéro-normative qui opprime autant les LGBTs que les As est une autre facette de l'oppression du système patriarcal qui prévaut dans notre société.

Voilà pourquoi le combat des féministes et celui des LGBTs est aussi notre combat. Nous sommes plus que des alliés objectifs, nous sommes partie prenante des minorités hors normes qui doivent se battre pour relever la tête et revendiquer notre droit de cité.
J'ai toujours sympathisé avec les non-hétérosexuels, jai des ami(e)s homosexuel(les)s. Jusqu'à tout récemment, je croyais faire partie des hétérosexuels. Je ne comprends pas pourquoi les gens sont méchants, homophobes ou racistes. Je suis de type INTJ, donc, les normes, je ne m'en préoccupe pas tant que ça car je suis plutôt marginale. Je ne suis pas, par contre, une activiste qui va manifester dans les rues. Je suis plutôt passive et pacifique, malgré le fait que plusieurs choses me choquent dans ce monde et me semble illogiques. Toutes ces normes, oppressions, système patriarcal, inégalité des sexes/genres, tout ceci provient en grande partie des religions et rien de tout ça ne me convient. Je suis plutôt une personne spirituelle qui s'efforce d'être la meilleure personne que je peux être, malgré mes défauts et mes imperfections, ce qui n'est pas facile pour une perfectionniste! :lol:
Image
Avatar de l’utilisateur
Zimou
Administrateur
Messages : 5089
Inscription : 14 oct. 2010, 14:44
Pronom : Il
A aimé : 449 fois
A été aimé : 525 fois
Contact :

Re: Bonjour de Montréal

Message par Zimou »

HallowKey a écrit :Bon, là je suis un peu mêlée, je croyais avoir compris, mais c'est aussi peut-être une question de perception? :?
Comme je disais, même si on appartient à une minorité sexuel et de fait qu'on correspond à la définition de ce que sont les LGBT (= qui n'est pas hétérosexuel), certain ne souhaite pas s'identifier à eux (pour des raisons qui leurs sont propre). de toute façon, s'identifier à eux ou pas reste un choix, comme s'identifier asexuel.
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image
Ycrepeau
Aspirant
Messages : 34
Inscription : 03 janv. 2016, 15:57
Localisation : Montréal, QC
A aimé : 15 fois
A été aimé : 10 fois

Re: Bonjour de Montréal

Message par Ycrepeau »

Juste pour dire que j'ai finalement fait mon coming out à ma mère. Ça faisait 7 ans maintenant que je connaissais le mot assexualité et que j'étais pleinement conscient que j'étais assexuel moi-même.

Je l'ai dit il y a 2 ans quand un ami est devenue une amie et que forcément la question de l'orientation sexuelle est venue sur le tapis.

Depuis plusieurs mois je cherchais l'occasion de le dire à ma famille. Ma mère (de 82 ans) sait maintenant que son grand garçon de 55 ans est toujours vierge.

Bon, ça s'est bien passé, pas de cris, pas de larmes. Pas de drame ni grande émotion. Mais au moins je n'ai plus l'impression de lui cacher quelque chose.
Répondre