A la plume de mes "elles"...

N'ayez pas peur, passez nous dire un petit bonjour, faites-vous connaître !
Répondre
Avatar du membre
Zarathoustra35
Membre
Messages : 16
Enregistré le : 22 août 2014, 21:00
A aimé : 2 fois
A été aimé : 3 fois

A la plume de mes "elles"...

Message par Zarathoustra35 »

Bonjour à vous. Bien heureux d'avoir trouvé votre communauté. En fais-je partie... Sûrement, même si ce n'est qu'au cours d'un parcours tortueux que je viens de m'y reconnaître, du haut de mes 37 ans... et déjà toute une vie derrière moi, avec ses joies, ses peines et surtout ses doutes et ses quêtes. Une vie qui me paraît bien loin à présent, qui s'est écroulée il y a à présent deux ans, et dont j'apprends à renaître. "Il n'y a de résurrections que là où il y a des tombeaux" écrivait Nietzsche... Effectivement, c'est assez vrai, et pour avancer, on doit apprendre à renaître de ses cendres. C'est ce que je tente de faire aujourd'hui, après une vie d'autruche, passée la tête dans le sable du conformisme pour oublier de penser à mes réalités...
Bien heureux d'être parmi vous alors. Je dis "bien heureux" comme je pourrais dire "bien heureuse"... car je me défini à présent comme quelqu'un de relativement indéfinissable... Je suis une fille "biologique", qui a accouchée d'elle-même, au terme de puissantes luttes intérieures... et sais aujourd'hui que je me sens Et fille Et garçon, plus garçon néanmoins... Les deux, ou au final aucun des deux... Le Rien est parfois si proche du Tout... Néant et Absolu sont les deux faces de la même médaille ! Certains dirait que je suis "trans' non binaire", car la norme appelle hélas la catégorisation, même pour ce (ceux) qui ne se catégorisent pas. Il m'arrive aussi de me définir ainsi, pour faire simple, même si j'ai conscience que ça ne l'est pas... Mais je me sens Moi avant tout. Asexuel... et a-genre donc...
Aujourd'hui je sors enfin la tête de l'eau, au terme de deux ans de guerre intérieure pour accepter ma réalité (et accepter d'en faire quelque chose de constructif). Mais cette guerre m'a abîmé et laissé fort seul socialement. Un ménage "naturel" s'est fait autour de moi, et je l'ai moi-même aidé en donnant quelques coups de balais... La détresse fait peur, et quand on n'a plus le cœur à rire, pour les amitiés (même celles l'on croyait plus profondes), on n'est souvent plus intéressant. Ainsi va l'Homme. Le plaisir avant tout...
Ainsi peut-être aussi cette difficulté à intégrer le concept d'asexualité pour "le commun des mortels"... Comment imaginer que des personnes ne recherchent pas ce plaisir-là, qui semble faire tourner les têtes et le Monde ?
Au niveau de mon histoire, j'ai toujours été affectivement sensible aux filles. Mais la recherche d'intimité avec elles ne m'a jamais intéressé... La nudité, les baisers sur la bouche, et les relations sexuelles ne m’intéressent pas. La tendresse par contre... Oh que oui.
J'ai été 12 ans en couple avec ma seule et unique copine. Si je croyais en dieu, je dirai : "Dieu que je l'aimais !". Très vite, passés la découverte et les émois du début, la démystification de la sexualité effectuée... Je me suis très vite rendu que ce n'était pas mon truc du tout. Au fur et à mesure, les relations, auxquelles je me forçais pour elle, se sont espacées et on cessés (les 5 dernières années de notre couple). On communiquait beaucoup... Heureusement. Je n'ai jamais souffert de mon asexualité, mais je souffrais de la faire souffrir, de la frustrer. Elle ne se "sentais pas désirée", et donc pas "aimée en tant que femme". La tendresse et toutes les petites attentions du quotidien ont sur-compensées... Jusqu'à ce que...
Après 9 ans de couple, un projet personnel nous fait changer de région. Nouveau travail pour moi et nouvelles rencontres. Et là, je tisse très vite une amitié très forte avec une collègue de boulot. Amitié qui se construit, deviens vite intime, et qui dérape au fil des années, pour moi d'abord, puis pour elle, plus tard. Elle fait émerger chez moi cette part de masculinité que j'ai toujours, depuis enfant, ressenti ancrée en moi, mais que je n'ai jamais voulu assumer. Notre relation devient un déclencheur qui viens faire péter mes fusibles intérieurs. Elle se pare d'une suave ambiguïté au début, qui devient au final (au bout de 3 ans) ingérable et infernale. Je tombe follement amoureux d'elle. J'aime aussi toujours ma femme (avec qui j'étais pacsé), à qui je ne cache pas mes états d'âme. Deux amours, aussi puissants l'un que l'autre, mais touchant chez moi à des fibres différentes. Je sais à présent qu'il est clairement possible d'aimer deux personnes. Je n'ai néanmoins jamais désiré de relations sexuelles avec mon amie non plus... De toute façon, elle non plus. Car bien que "S", et très "S" (d'ailleurs), elle n'envisage ll'Amour et le sexe qui va avec, qu'avec un homme... "un vrai"...
Il y a deux ans, alors que mon identité vole en éclat, ma femme me quitte, et 15 jours après, ma pote prend peur de mon statut de célibataire (autant que de ce qu'elle reconnaît ressentir à mon égard), et prend ses distances. On ne se voit plus. Qu'au travail... et oui... En moins de 15 jours ma vie bascule : perte des deux amours de ma vie, mes deux ailes qui m'ont construit, ma maison en vente... Je suis perdu, je me noie dans l'alcool autant que le chagrin. Je ne sais plus qui je suis... me rendant progressivement compte que mon identité réelle est bien celle-ci, non binaire, que je n'ai jamais voulu accepter jusque là...
Aujourd'hui, je reprends du "poil de la bête". Après deux ans en "stand-bye", j'ai l'impression de recommencer une nouvelle vie de zéro, d'où mon inscription sur ce forum. J'entame tranquillement ma transition F vers M... Car il faut choisir hélas, en cette société normée et normative, et que je me sens plus M que F, bien qu'avant tout je me sente N (neutre). Je cherche des raisons d'avancer. Je veux déployer mes ailes pour aller vers l'avenir, mais je l'avoue, je suis terrorisé de la solitude. Et surtout de la solitude affective. Je ne suis pas A-romantique. Parfois je me dit que c'est dommage, car ce serait (peut-être) plus simple ! Je ne trouve pas ma place en ce monde, et me sens totalement incompris, entre mon identité de genre fluide et mon asexualité.
J'ai espoir peut-être ici de trouver des gens ouvert à la différence, et pourquoi pas rencontrer des gens, fille ou gars pour tisser des nouveaux liens, ré-ouvrir mon horizon et l'espace infini des possibles... Bref, vivre tout simplement...
Merci de m'avoir lu, car c'est long, et je n'ai jamais eu l'esprit de synthèse ! A bientôt peut-être.
Ainsi parlait Zarathoustra !
Ces utilisateurs ont aimé l’auteur Zarathoustra35 pour son message :
anagram (11 sept. 2014, 01:56)
"Il faut beaucoup de chaos en soi pour accoucher d'une étoile qui danse." F.Nietzsche

"Parce qu’on est de ceux qui guérissent, de ceux qui résistent, de ceux qui croient aux miracles,
Parce que le plus important n’est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d’être."
Fauve

Jojo 64
Aspirant
Messages : 47
Enregistré le : 16 août 2014, 19:09
A aimé : 5 fois
A été aimé : 5 fois

Re: A la plume de mes "elles"...

Message par Jojo 64 »

Bonjour et bienvenue,

Difficile d'avoir l'esprit de synthèse devant tant de chocs des idées et de lettres (A, S, F, M et N). Ton parcours émotif démontre de la détresse identitaire qui dépasse mon entendement. Je croyais que mes pensées étaient confuses sur ce que je suis mais je vois à lire tes mots que ton vécu psychique illustre des difficultés bien plus grandes.

Je n'ai jamais senti le besoin de changer de sexe malgré mes questionnements sur mon asexualité et le fait que je fais un métier de "gars" et que je suis entourée par des "gars" au travail.

Je ne comprends pas pourquoi tu veux devenir un homme si ce n'est pas pour affirmer ta place dans le binôme mâle-femelle si cher à notre société sexuée. Est-ce parce que tu ne te sens pas Femme (par défaut alors tu te sens Homme) ou bien tu ne peux pas, malgré ce que tu dis, vivre ta neutralité dans le monde dans un corps de femme ? Bien sûr, peut-être n'ai-je pas compris...

Pour ta culpabilité ressentie car tu étais incapable de répondre aux besoins de tes ex, là je te rejoins et comprends ta souffrance existentielle, normale pour toute personne qui aime d'un amour qui dépasse le sexe. Affirmer son asexualité et affronter la solitude présente et à venir sont des prix forts à payer. Je suis nouvelle sur le forum mais lire les messages des autres m'aide à me situer dans un univers qui n'est pas celui que je côtoie à tous les jours. J'espère que tu y trouveras des réponses.

Je te souhaite sincèrement de trouver du sens et de bien vivre dans la voie que tu t'es choisie.

Avatar du membre
Zarathoustra35
Membre
Messages : 16
Enregistré le : 22 août 2014, 21:00
A aimé : 2 fois
A été aimé : 3 fois

Re: A la plume de mes "elles"...

Message par Zarathoustra35 »

Salut Jojo 64, je peux concevoir que ce n'est pas simple de me suivre... La question de la trans-identité et de l'asexualité n'est pas forcément liée je pense... bien que parfois je cherche des liens de ce côté là, mais je n'ai toujours pas trouvé. Je pense que c'est là deux ressentis différents. Je me suis demandé si je n'étais pas A du fait d'être mal à l'aise dans mon corps féminin, mais, au terme de moult introspections, je suis sûr que ça va au delà, ayant énormément avancé sur mon identité et mon rapport à moi-même, et aux autres par conséquent, et donc aussi à la sexualité.
Pour répondre à ton interrogation, depuis gosse, je me sens plus garçon. Ce qui est certain, c'est que je n'assume plus d'être socialement assimilée à une fille. Et que dans l'intimité avec moi-même, mon corps de fille ne me correspond pas. Ce n'est pas moi. Je me sens "le cul entre deux chaises", et dans un monde idéal (on en est loin !), je voudrai pouvoir avoir le corps qui conviendrait à ma représentation mentale de moi-même, à commencer essentiellement et urgemment par un torse. Je ne vois pas l'intérêt "du bas", vu que je n'envisage pas plus la sexualité en tant que gars, qu'en fille. Et pour "faire pipi" début, c'est un vieux rêve déjà réalisé grâce à un tout petit ustensile ma foi fort utile et pas cher du tout (et qui séduirait nombre de filles "ordinaires" : fini les pb de chercher des toilettes, ou des bosquets pour se cacher ! :wink: )
Dans un monde idéal, j'aurai un prénom mixte et non celui qui m'écorche les oreilles (je suis en procédure pour le changer d'ailleurs), un torse (bientôt !), je n'aurai pas à ré-freiner mes envie de me couper les cheveux à ras, ou de mettre les fringues qui me plaisent pour "m'insérer socialement" et jouer le rôle social auquel je suis assimilé jusqu'à présent. Bien que je sois assimilé déjà à "une fille hors-norme"... car j'assume quand même mes différences et mes goûts, mais pas totalement. Il y a de l'auto-censure permanente. Il y a des combats permanents, pour des broutilles : d'un physique androgyne, que forcément je cultive, il m'arrive de me faire virer (ou prendre des réflexions) dans les toilettes féminines, et idem chez les mecs... On n'y pense pas forcément qu'on on est pas concerné, mais TOUT est genré dans notre société, à commencer par les WC publics ! C'est violent, au final, comme toute tyrannie des normes... Sans cesse, la société te rappelle que tu ne lui correspond pas, que tu n'y as pas ta place... Il en va de même avec la question de l'asexualité cela dit au passage. Comme de tous comportements ou sensibilité minoritaire.
Dans un monde idéal, je serai un être hybride, avec des attributs de la masculinité, mais aussi de la féminité. Le "troisième sexe" en quelque sorte. Je n'aurai pas de lettre sur ma carte d'identité, car le genre serait aboli de l'état civil (comme c'était le cas dans le passé en France). Et parce qu'il faut choisir on me dirait "Il". Car le genre neutre n'existe pas en français. Des personnes proches m'assimilent déjà au masculin d'ailleurs, avec mon prénom choisi, officieux en voie d'officialisation. Intelligents, ils ont compris qu'en dépit du corps (qui est une enveloppe), ce qui compte c'est ce que l'on est en dedans.
La vie est création... donc j'essaie de conjuguer... Devenir soi est difficile en un monde où les normes (et les lois qui les soutiennent - à moins que ce soit l'inverse ?) sont si puissantes. Pour finir sur ton interprétation, intéressante : non, je ne veux assumer aucune place dans un quelconque binôme (je n'ai jamais eu honte, ni refoulé mon homo"sexualité" en étant en couple avec une femme). Je ne cherche pas a entrer dans la case de l'hétéro"sexualité". Je veux bien plus l'abolition des cases ! Je veux juste, enfin être moi, en accord avec moi... Et me réconcilier, enfin, avec le petit garçon étouffé de mon enfance. Par peur. Et non, je ne peux vivre ma neutralité dans un corps de femme. Car si je suis neutre, je suis bien moins femme toutefois que homme. Je saute juste la barrière, en passant de gris clair à gris foncé en quelque sorte. Je me suis trouvé et revendique à présent être un homme féminin, plutôt qu'une fille masculine !
Voili voilou... Merci d'avoir pris le temps de me répondre et aussi bonne route à toi !
"Il faut beaucoup de chaos en soi pour accoucher d'une étoile qui danse." F.Nietzsche

"Parce qu’on est de ceux qui guérissent, de ceux qui résistent, de ceux qui croient aux miracles,
Parce que le plus important n’est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d’être."
Fauve

Laur4
Apprenti
Messages : 55
Enregistré le : 09 juil. 2014, 19:20
A aimé : 0
A été aimé : 0

Re: A la plume de mes "elles"...

Message par Laur4 »

Zarathoustra35 a écrit : Deux amours, aussi puissants l'un que l'autre, mais touchant chez moi à des fibres différentes. Je sais à présent qu'il est clairement possible d'aimer deux personnes.
Mais du coup ce ne sont pas des amours de nature identiques :)

J'aimerais en savoir plus là-dessus. tu peux synthétiser les deux amours pour moi ?
Modifié en dernier par Laur4 le 10 sept. 2014, 14:56, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Sven L.
Aguerri
Messages : 541
Enregistré le : 05 avr. 2010, 13:32
Localisation : Belgique, petit royaume
A aimé : 2 fois
A été aimé : 10 fois

Re: A la plume de mes "elles"...

Message par Sven L. »

Bonjour ^^ content de trouver un.e lecteur.trice de Nietzsche :cake:
Sur le chat je suis la vengeance,
Je suis la nuit,
Je suis...
Batman !

La normalité n'existe pas, surtout ici.

Avatar du membre
Lilly
Crème pÂtissière
Messages : 4292
Enregistré le : 19 févr. 2008, 20:14
Localisation : 74
A aimé : 311 fois
A été aimé : 435 fois

Re: A la plume de mes "elles"...

Message par Lilly »

Image

Image
Jamais le premier soir... les suivants non plus d'ailleurs!

À ce niveau-là, c’est plus de la gastronomie, c’est de l’érotisme !
Karadoc

Avatar du membre
Zarathoustra35
Membre
Messages : 16
Enregistré le : 22 août 2014, 21:00
A aimé : 2 fois
A été aimé : 3 fois

Re: A la plume de mes "elles"...

Message par Zarathoustra35 »

Merci pour le gâteau Lilly ! Il me convient tout a fait, et aussi, j'aimerai bien l'avoir en vrai sur ma table :wink: ! D'ailleurs, cela dit au passage, tu es particulièrement douée pour offrir des gâteaux qui correspondent bien à la personnalité des membres ! C'est une attention chaleureuse et appréciée qui met de la convivialité sur ce forum !

anagram
Membre junior
Messages : 6
Enregistré le : 07 sept. 2014, 19:26
A aimé : 4 fois
A été aimé : 4 fois

Re: A la plume de mes "elles"...

Message par anagram »

Bonjour et bienvenue Zarathoustra
Et bien voilà, tu as si bien embrouillé les choses que je n'arrive plus à savoir si tu es un gars ou une fille. Ton objectif est donc atteint. Et, comme tu voudrais que tout le monde le fasse, je m'en fiche. En effet, j'aime ce que tu dis dans tes messages, je comprends le récit de ta vie affective et m'y reconnais, l'important est là, dans tes mots et ton expérience, peu importe que ça sorte de la bouche d'une fille ou d'un garçon. J'ai eu la chance de grandir en Afrique, dans un monde où être blanc rend plus différent qu'être fille ou garçon, et grâce à cela j'ai eu le droit de ne pas trop avoir à me déterminer sexuellement jusqu'à la fin de l'adolescence. Peut être pour cela, je ne ressens pas ton angoisse quant à l'identité sexuelle : je la considère comme fluctuante, chez moi comme chez beaucoup de gens. Il y a des jours où je me sens femme et m'habille en femme, d'autres où je suis un mec et où je m'habille et bouge et agis comme un mec. C'est comme prendre chaque matin le déguisement que tu veux pour paraître aux yeux du monde. Féminité et masculinité sont pour moi, psychiquement, une question de pourcentage d'hormones. Et il y a des gens qui ont un pourcentage 50/50. J'en fais partie, toi aussi apparemment. Il n'y a aucune raison pour que cela soit un problème... encore moins quand le sexe n'est pas notre tasse de thé...
Quoi qu'il en soit, il ne me viendrait jamais à l'idée de changer de prénom ou de me transformer physiquement, cela me semblerait être une soumission de plus à ce dictat du clivage homme-femme auquel tu cherches tant à échapper...
Dans n'importe quelle peau, tu as le droit d'être toi.
Bonne soirée !

Avatar du membre
Lilly
Crème pÂtissière
Messages : 4292
Enregistré le : 19 févr. 2008, 20:14
Localisation : 74
A aimé : 311 fois
A été aimé : 435 fois

Re: A la plume de mes "elles"...

Message par Lilly »

Zarathoustra35 a écrit :Merci pour le gâteau Lilly ! Il me convient tout a fait, et aussi, j'aimerai bien l'avoir en vrai sur ma table :wink: ! D'ailleurs, cela dit au passage, tu es particulièrement douée pour offrir des gâteaux qui correspondent bien à la personnalité des membres ! C'est une attention chaleureuse et appréciée qui met de la convivialité sur ce forum !
Oh la la tous ces compliments je vais finir par rougir :oops:
En tout cas merci :bise:
Jamais le premier soir... les suivants non plus d'ailleurs!

À ce niveau-là, c’est plus de la gastronomie, c’est de l’érotisme !
Karadoc

Héraclite
Affilié
Messages : 265
Enregistré le : 12 juin 2014, 14:37
Localisation : 78
A aimé : 0
A été aimé : 6 fois

Re: A la plume de mes "elles"...

Message par Héraclite »

Ah, je vois que Zarathoustra a mis Fauve en avatar ! Bien, bien, bien ! :o

Répondre