être ou ne pas être asexuelle ?

N'ayez pas peur, passez nous dire un petit bonjour, faites-vous connaître !
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Laboucle
Membre junior
Messages : 6
Inscription : 23 janv. 2022, 12:23
A aimé : 0
A été aimé : 5 fois

être ou ne pas être asexuelle ?

Message par Laboucle »

Bonjour à tous.tes,
je suis d’habitude plutôt une lectrice que participante sur les forums, mais sur cette question encore très floue pour moi j’aimerais pouvoir en discuter avec des personnes à l’aise avec le concept. J’ai 41 ans et je viens de comprendre que je suis certainement asexuelle. C’est d’abord à cause d’une vidéo sur insta, une personne qui expliquait ce que c’est. J’ai rigolé, je me suis dit « à ce compte-là, moi aussi je suis asexuelle ». Et puis là-dessus il y a des problématiques dans mon couple (mon mari est en perte de libido, mais nous essayons de faire un enfant depuis 3 ans, c’est devenu une corvée et une source de conflit alors qu’on s’aime vraiment, du coup on consulte une thérapeute de couple). Donc grosse réflexion sur le sujet en ce moment. Et puis, des recherches sur moi-même et ma famille. Il y a dans la construction de ma sexualité une « ingérence » parentale malvenue (ici je précise que je sais que l’orientation asexuelle n’est pas assimilable à une problématique, que ce n’est pas un « dysfonctionnement », mais il s’agit de mon historique et cela fait sens pour moi). Il ne s’agissait pas à proprement parler d’inceste fort heureusement, mais d’un genre de transfert de la part de mon père et d’une implication malsaine de ma mère (en bref, c’est elle qui m’a appris à me masturber).

Donc voilà j’en suis à ces réflexions et plein de choses s’éclairent. J’ai eu beaucoup d’amants, peu d’amours, mais jamais je ne les ai recherchés pour le sexe, même si au début des relations j’ai eu du désir provoqué par les baisers. J’ai toujours été en quête d’amour et de tendresse (là on retrouve un défaut de job parental).
Etrangement, lors de chacune des relations longues que j’ai entretenues, le sexe a vite disparu de la relation. Je ne repoussais pas, je demandais, même, mais ces messieurs n’avaient plus envie de moi après quelques temps. Et j’ai toujours été parfaitement nulle pour me rendre désirable. Ils devaient sentir l’absence totale d’énergie sexuelle chez moi, mais moi je ne le comprenais pas.

Me découvrir asexuelle ce serait plutôt un soulagement pour moi, mais je suis paumée. Sans cette sacro-sainte sexualité, comment croire que je peux vivre pleinement mon corps ? Est-ce que la sensualité n’est pas fondamentale pour être entière ? Et surtout, c’est quoi, ne pas être asexuelle ? Je veux dire, c’est quoi un désir considéré comme normal ? Les autres gens ont-ils régulièrement un embrasement du bas ventre, tous les jours, une fois par semaine ? J'ai compris en parcourant le forum que ce n'est pas lié à la libido. Mais je n'en ai pas non plus, de libido, donc chez moi c'est peut-être quand même juste un symptôme de perte de libido... Et puis le désir, je sais ce que c'est, même si je ne l'ai que peu ressenti dans ma vie. Je me demande comment savoir si je suis asexuelle, si je ne sais pas ce que c’est de ne pas l’être…

Si l’un.e d’entre vous a vécu un cheminement semblable je serais heureuse d’avoir son avis :)
Laboucle
Avatar de l’utilisateur
Lilly
Crème pÂtissière
Messages : 4508
Inscription : 19 févr. 2008, 20:14
Localisation : 74
A aimé : 352 fois
A été aimé : 502 fois

Re: être ou ne pas être asexuelle ?

Message par Lilly »

Bienvenue Laboucle :D

Image
Jamais le premier soir... les suivants non plus d'ailleurs!

À ce niveau-là, c’est plus de la gastronomie, c’est de l’érotisme !
Karadoc
Avatar de l’utilisateur
Walther
LE roi
Messages : 1420
Inscription : 09 août 2020, 18:10
Localisation : Lorraine
Pronom : il/tu
A aimé : 491 fois
A été aimé : 351 fois

Re: être ou ne pas être asexuelle ?

Message par Walther »

Bienvenue!
Je souhaite la beauté et la jeunesse éternelle à la Reine!

Jamais le premier soir... les suivants non plus d'ailleurs!
Jolie phrase de Lilly! :woke:
Avatar de l’utilisateur
Freaks
Affilié(e)
Messages : 273
Inscription : 27 déc. 2020, 19:09
A aimé : 300 fois
A été aimé : 157 fois

Re: être ou ne pas être asexuelle ?

Message par Freaks »

Bonjour, et bienvenue à toi ! :cake:
Laboucle a écrit : 23 janv. 2022, 12:35 je suis d’habitude plutôt une lectrice que participante sur les forums, mais sur cette question encore très floue pour moi j’aimerais pouvoir en discuter avec des personnes à l’aise avec le concept. J’ai 41 ans et je viens de comprendre que je suis certainement asexuelle. C’est d’abord à cause d’une vidéo sur insta, une personne qui expliquait ce que c’est. J’ai rigolé, je me suis dit « à ce compte-là, moi aussi je suis asexuelle ».
Ben il y a un début à tout, et ici, tu trouveras en effet des gens bienveillants avec qui discuter... Après on ne te fournira pas des réponses toutes faites à tes questions, vu que toi seule peut savoir si tu es asexuelle ou non.

Justement, à ce propos, c'étaient quoi, les traits mentionnés dans cette vidéo, dans lesquels tu t'es reconnue ? Ca pourrait t'aider de les lister, et qu'on te donne notre avis dessus.
Laboucle a écrit : 23 janv. 2022, 12:35 Il y a dans la construction de ma sexualité une « ingérence » parentale malvenue (ici je précise que je sais que l’orientation asexuelle n’est pas assimilable à une problématique, que ce n’est pas un « dysfonctionnement », mais il s’agit de mon historique et cela fait sens pour moi). Il ne s’agissait pas à proprement parler d’inceste fort heureusement, mais d’un genre de transfert de la part de mon père et d’une implication malsaine de ma mère (en bref, c’est elle qui m’a appris à me masturber).
L'asexualité est en effet une orientation sexuelle normale, pas forcément liée à un quelconque traumatisme donc.

En revanche, l'asexualité peut sans doute accroître ton malaise quand tu es confrontée à une situation clairement problématique (ta mère qui te montre comment te masturber, par exemple).

(Ce genre d'initiation malsaine était fréquent au XIXe, mais pour les hommes, que leur père traînait au bordel.)
Laboucle a écrit : 23 janv. 2022, 12:35 J’ai eu beaucoup d’amants, peu d’amours, mais jamais je ne les ai recherchés pour le sexe, même si au début des relations j’ai eu du désir provoqué par les baisers.
Une asexuelle peut parfaitement être excitée par une situation donnée.

Une chose importante, dont tu ne sembles pas avoir clairement consciente : l'asexualité est l'absence d'attraction sexuelle pour autrui, pas l'absence d'excitation (qui peut arriver occasionnellement), ni même l'absence de comportements sexuels (une asexuelle peut se masturber).

Du coup, certains asexuels ont un passé d'expérience sexuelle, d'autres non (c'est mon cas, même si je masturbais jadis).
Laboucle a écrit : 23 janv. 2022, 12:35 Et j’ai toujours été parfaitement nulle pour me rendre désirable. Ils devaient sentir l’absence totale d’énergie sexuelle chez moi, mais moi je ne le comprenais pas.
Alors j'ai parfois découragé l'intérêt que des filles semblaient me porter, quand j'avais l'impression (peut-être à tort) qu'elles s'intéressaient à moi d'une façon autre qu'amicale (quoique je ne prenne pas grand soin de ma personne).

Je peux donc comprendre ton ressenti, mais j'ai aussi l'impression que tu dévalorises un peu - après tout, un couple, ça fonctionne à deux...

Par ailleurs, comme je te dis, si par "énergie sexuelle" tu entends "excitation", ta formulation est trompeuse, l'asexualité étant l'absence d'attraction sexuelle (je pinaille, je sais, mais la différence est importante).
Laboucle a écrit : 23 janv. 2022, 12:35 Me découvrir asexuelle ce serait plutôt un soulagement pour moi, mais je suis paumée. Sans cette sacro-sainte sexualité, comment croire que je peux vivre pleinement mon corps ?
Je te rejoins sur le soulagement à se découvrir normal, mais d'une façon différente de ce qu'on avait envisagé.

Le problème, c'est que pour vivre sereinement cette norme qu'est l'asexualité, il faut se sortir de la tête toutes les fadaises qu'on nous a inculquées depuis l'enfance, et ça c'est dur.

Clairement, tu n'as pas besoin de sexe pour t'épanouir ou te sentir bien dans ton corps, c'est juste un impératif que la société (majoritairement hétérosexuelle) a créé (histoire de te vendre des bouquins de développement personnel, mais pas que :D ).

L'amour (physique ou non) n'est pas l'alpha et l'oméga, il y a heureusement d'autres sentiments à expérimenter, comme l'amitié...
Laboucle a écrit : 23 janv. 2022, 12:35 Je me demande comment savoir si je suis asexuelle, si je ne sais pas ce que c’est de ne pas l’être…
Qu'est-ce que tu appelles "savoir" ?

Si c'est ressentir, tu es en train de te compliquer la vie pour rien : l'asexualité étant une orientation sexuelle, comme l'hétérosexualité, tu ne pourras jamais, si tu es bien asexuelle, te sentir hétérosexuelle ; en revanche, tu pourras l'imaginer, par empathie, en assemblant des pièces du puzzle.

Le fait même que tu te sentes comme une hétérosexuelle imparfaite, si j'ose dire, pourrait être un bon indice d'asexualité : si tu ne retrouves pas dans l'image de l'amour-passion que te renvoie la société, c'est sûrement parce que ce n'est pas ta norme.

Je vais te prendre mon exemple pour clarifier un peu les choses (ou pas :D ) : je suis asexuel et aromantique, mais j'ai longtemps cru être hétérosexuel, sans parvenir à l'être totalement - j'étais tout juste capable de ressentir de l'excitation sexuelle sur du matériel érotique et de me masturber, mais pas de ressentir du désir devant une femme ; j'étais, en revanche, capable de m'attacher à une femme inaccessible, ou plutôt à l'image que je m'en faisais, au point de croire qu'elle m'était indispensable, alors que non (je m'en passe très bien, en pratique ; je suis très attaché à mes amies, en revanche).

Autrement dit, je peux ressentir de l'excitation sexuelle et de l'attraction esthétique (mais pas de l'attraction sexuelle ou romantique) : à partir de ces deux expériences, je peux me faire une idée de ce que doit être l'allosexualité pour autrui - mais c'est une idée imparfaite, parce qu'au fond, je n'ai jamais ressenti l'attraction sexuelle telle que la dépeigne les fictions hétérosexuelles (un truc qui t'emporte comme un raz-de-marée :D ).

En gros, si tu n'arrives pas bien à savoir ce que c'est qu'être allosexuelle, c'est peut-être justement parce que tu es asexuelle...

J'espère que tout ça t'aide un peu à y voir plus clair.
On reconnaît la pression sociale au bruit qu'elle fait quand elle s'en va.
Avatar de l’utilisateur
Hassan
Amène
Messages : 405
Inscription : 03 oct. 2013, 12:02
Localisation : Suisse
Pronom : il
A aimé : 10 fois
A été aimé : 121 fois
Contact :

Re: être ou ne pas être asexuelle ?

Message par Hassan »

Bienvenue et si tu préfère il y a aussi le discord :)
fiffi
Aveuglant(e)
Messages : 2671
Inscription : 04 oct. 2016, 00:07
Localisation : 77
Pronom : Il . Fiffi et tu
A aimé : 817 fois
A été aimé : 462 fois

Re: être ou ne pas être asexuelle ?

Message par fiffi »

Bienvenue Laboucle ,

c' est en lisant des témoignages écrits par des asexuels que j' ai su que j' étais asexuel . J" ai pu savoir que d' autres avaient un ressenti comparable au mien .

Penses calmement à ton propre ressenti , il n' y a pas de norme en matière de sexualité mais si tu ne sais pas ce qu' est le fait de ne pas être asexuelle , c' est surement un indice .
Avatar de l’utilisateur
clotaire
Allégorie de l'ataraxie
Messages : 4550
Inscription : 24 avr. 2016, 15:46
Localisation : Auvergne - Rhône-Alpes
Pronom : peut être tutoyé ;)
A aimé : 1132 fois
A été aimé : 1183 fois

Re: être ou ne pas être asexuelle ?

Message par clotaire »

Bienvenue Laboucle :-)

Merci pour ton témoignage !

Pour répondre à ta dernière question, je dirais que tu dois voir si tu éprouves le besoin de te définir comme telle, si cela t'aide à te sentir mieux, alors oui ça te correspond. Mais on peut aussi assumer de rester dans le flou, ce qui est aussi une manière de garder des portes ouvertes... On peut alors dire qu'on est "quelque part sur le spectre" ;-)
Avatar de l’utilisateur
Iloy
Ascendant(e)
Messages : 1016
Inscription : 07 déc. 2018, 12:03
Localisation : Paris couvre-feutré
Pronom : Peu importe
A aimé : 179 fois
A été aimé : 229 fois

Re: être ou ne pas être asexuelle ?

Message par Iloy »

Bienvenue sur le forum Laboucle :cake: :cake:
J'aurais tant aimé cependant, gagner pour vous, pour moi perdant, avoir été peut-être utile
Avatar de l’utilisateur
Yellow Cab
Associé(e)
Messages : 726
Inscription : 20 déc. 2018, 19:29
A aimé : 0
A été aimé : 100 fois

Re: être ou ne pas être asexuelle ?

Message par Yellow Cab »

Bienvenue ici ;)
Image
Avatar de l’utilisateur
Laboucle
Membre junior
Messages : 6
Inscription : 23 janv. 2022, 12:23
A aimé : 0
A été aimé : 5 fois

Re: être ou ne pas être asexuelle ?

Message par Laboucle »

Bonjour à tous.tes !
Tout d'abord merci beaucoup pour vos réponses, en particulier Freaks :)
Je crois que mes conclusions personnelles prennent tournure, mais pas vraiment dans la sérénité. Il y en a, des choses à déconstruire et à reconsidérer. Je crois que j'ai besoin d'un peu de temps pour que tout cela "macère" (oui ce n'est pas le plus joli mot que j'ai trouvé mais je suis à court).

Là je vis dans un couple que je n'ai pas construit sur cela donc pour vous donner une idée, je pédale dans un monticule de gravier...

Et puis, je crois que le mot "asexuelle" me gène.
Comment expliquer cela ?

Je comprends que des catégories de sexualité existent pour que chacun.e puisse y trouver un socle, ou un cadre, une identité de référence. Moi ce n'est pas cela que je recherche aujourd'hui, je veux juste me comprendre, m'accepter et trouver le meilleur fonctionnement possible.
De base en tant que « nana blanche hétéro cisgenre » (mal placée donc pour comprendre les oppressions, si ce n’est en tant que femme), je crois que les questions liées aux orientations (ou non orientations) sexuelles ne devraient pas être sujet. Mais dans la société dans laquelle on vit, ces terminologies Homo, bi, pan, Ace, etc, sont nécessaires évidemment, le temps qu'on finisse tous.te par s'en détacher et s'en foutre. Le temps qu'on comprenne que l'hétérosexualité n'est pas une norme, qu'il y autant de sexualités que d'êtres humains, et que chacun.e puisse enfin vivre sa sexualité exactement comme il l'entend, sans avoir à faire de "coming out" ou qu’une étiquette pose ses interactions avec le monde (sauf bien sur quand il s'agit d'échanges ou de non échanges sexuels).

Un jour ma belle fille, 17 ans, me dit qu'elle préfère avoir des amis garçons gays (à sa décharge, j'ai dû dire la même bêtise il y a 20 ans). Mais bon on était en 2021 et quand même, bim, étiquette. J'ai passé du temps à décortiquer et déconstruire cela avec elle. Gay n'est pas plus une personnalité que "préfère chevaucher" ou "n'aime pas le sexe", c'est ce que j'ai voulu qu'elle comprenne. Qu’elle n’a pas à décrire ses amis sur la base de leur orientation sexuelle car aucune des cases du spectre LGBTQI+ n'est une personnalité.
En somme ce que j’essaie maladroitement de dire c’est que j'ai peur de devoir porter une sorte d’étiquette (de me la coller moi-même hein).

J'espère ne pas dire n'importe quoi, ni ne rien dire de blessant, dites-le-moi si mes mots peuvent heurter. De toute façon, vous remarquerez que certes je ne veux pas de catégorie tout en cherchant à savoir si j'appartiens à l'une d'elles... Ici personne ne cherche à me mettre dans une case, mais d'une certaine façon je suis bien obligée d'y mettre un pied au moins. Tout ça est très ambivalent pour moi. :oops:

Et puis, l'éthymologie en elle-même : « A » c'est un préfixe de retrait, d'absence, plutôt négatif. Je ne suis pas "sans" sexualité, je suis dans une sexualité différente (en ce qui me concerne, parce qu'en fait, il semble avoir autant d'asexualités que d'asexuel.les, certain. es d'entre vous se reconnaissent bien dans le A). Vous avez d'autres mots qui n'ont pas l'air de nous retirer quelque chose, vous ? En même temps mettre un nouveau mot c'est ajouter du + dans le + et faire une nouvelle case (retour à ma case départ, mince!)

Je l'ai dit j'ai 41 balais, ça fait quelques années maintenant que je me tortille le cerveau pour comprendre ce qui m'anime. Et maintenant je ne sais plus, est-ce que ça a un sens de me dire « asexuelle » (ou tout autre mot sympa qui le définisse positivement), ou est-ce que je suis juste, comme certainement des milliards de personnes, quelqu’un qui n’est pas branché sexe, et que ce n’est pas vraiment un sujet intéressant ?

Oulala je voulais juste poser un coucou, je vous ai refait un roman fleuve… Et en me relisant je me dis que si quelqu’un a compris ce que je raconte, iel faudra qu’iel m’explique !

Merci encore en tout cas :lol::lol:
Dernière modification par Laboucle le 24 janv. 2022, 18:56, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Steppe
Affable
Messages : 113
Inscription : 07 nov. 2021, 13:16
Localisation : Dans les steppes d'Asie centrale
Pronom : OSEF
A aimé : 29 fois
A été aimé : 59 fois

Re: être ou ne pas être asexuelle ?

Message par Steppe »

Bonjour et bienvenue,

Je suis assez allergique aux petites cases, parce que si elles permettent dans un premier temps de se rassurer - ça fait quand même du bien de ne pas se sentir seul.e quand on est paumé.e - et de s'identifier pour mieux bénéficier de l'expérience de personnes dans des cas similaires, je trouve qu'elles enferment et limitent vite.
Quand je rencontre qq, si je dis "je suis un shadok de la planète bidulemuche", j'ai tout dit.... et presque rien dit en réalité. Et si je ne développe pas cette étiquette ou que la personne ne cherche pas à mieux comprendre, elle va rester sur des a priori quant à mon mode de fonctionnement (et en même temps, bah si elle ne veut pas en savoir plus, tant pis pour elle). Donc j'ai pas mal tendance, avant de sortir la carte "étiquette X", de parler de mon fonctionnement avec des verbes d'action. C'est plus long mais on risque moins de tomber dans l'incompréhension.

Cela dit, dans ma recherche de qui je suis ces dernières années, je constate que j'ai d'abord besoin de m'identifier en phase 1, pour trouver du soutien, me rassurer, cogiter des lectures, des feedbacks, avant de prendre du recul et de la distance avec cette identification en phase 2, comme pour m'en détacher justement, pour au final y revenir une fois que j'ai maturé cette compréhension de moi en phase 3, et assumer cette étiquette.
Laboucle a écrit : 24 janv. 2022, 17:52 Je l'ai dit j'ai 41 balais, ça fait quelques années maintenant que je me tortille le cerveau pour comprendre ce qui m'anime. Et maintenant je ne sais plus, est-ce que ça a un sens de me dire « asexuelle » (ou tout autre mot sympa qui le définisse positivement), ou est-ce que je suis juste, comme certainement des milliards de personnes, quelqu’un qui n’est pas branché sexe, et que ce n’est pas vraiment un sujet intéressant ?
Perso, je dirais qu'au final, ça a un sens si tu en as besoin dans ton process de maturation de qui tu es, mais ça, toi seule peut le savoir ;)

PS : j'ai aussi une collection de balais :stuck_out_tongue:
La peur tue l'esprit
Avatar de l’utilisateur
dioptase
Altruiste
Messages : 1124
Inscription : 20 oct. 2020, 22:02
Localisation : Lyon
Pronom : Elle
A aimé : 448 fois
A été aimé : 168 fois

Re: être ou ne pas être asexuelle ?

Message par dioptase »

Bonjour,
Comme tu l'as dis on est pas tous asexuels de la même manière et si tu n'ai pas à l'aise avec ce terme, alors ne t'oblige pas à l'utiliser (tu seras toujours bienvenue ici 😉).
L'important au final c'est que tu apprennes à te connaitre à ton rythme en utilisant les mots qui te conviennent.
Avatar de l’utilisateur
Laboucle
Membre junior
Messages : 6
Inscription : 23 janv. 2022, 12:23
A aimé : 0
A été aimé : 5 fois

Re: être ou ne pas être asexuelle ?

Message par Laboucle »

En tout cas, je suis heureuse d’avoir osé écrire ici, vous créez une jolie bulle toute légère de bienveillance paisible, dénuée de préceptes ou de formules toutes faites. Je vous remercie très sincèrement car ça m’aide beaucoup à apaiser les dissonances de mes questionnements <3
Avatar de l’utilisateur
Narcissa
LA reine
Messages : 2797
Inscription : 25 nov. 2019, 16:14
Localisation : Toulouse
Pronom : tu, elle
A aimé : 688 fois
A été aimé : 811 fois

Re: être ou ne pas être asexuelle ?

Message par Narcissa »

Bienvenue Laboucle ! :) :cake:
Vive le roi Walther! :best:

Le roi a tous les pouvoirs... quand la reine n'est pas là :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Ondinette
Ascendant(e)
Messages : 1016
Inscription : 24 juil. 2020, 20:12
Pronom : Elle
A aimé : 331 fois
A été aimé : 403 fois

Re: être ou ne pas être asexuelle ?

Message par Ondinette »

Bienvenue Laboucle :)

J'espère que tu parviendras à trouver les réponses à tes questions.
"Soyez vous-même, les autres sont déjà pris." Oscar Wilde.
"La vraie prison, c'est d'avoir peur de ce que les autres pensent de vous." The Joker.
Répondre