Ça tourne à l'aigre

Pour les personnes impliquées dans un couple sexuel-asexuel, ayant besoin de soutien ou voulant partager.
Répondre
Avatar du membre
Ekta
Aspirant
Messages : 30
Enregistré le : 23 juil. 2018, 22:34
A aimé : 7 fois
A été aimé : 3 fois

Ça tourne à l'aigre

Message par Ekta » 24 juil. 2018, 11:30

Bonjour à tous,

Il est S, je suis A. Nous sommes ensemble depuis 13 ans. Il est l'unique personne avec qui je me sois partagée jusqu'ici.
Le sexe a toujours été une épineuse question entre nous.
Dans les trois premières années de la relation, je consentais à "l'accueillir" pour lui faire plaisir, plusieurs fois par semaine.
Je me chopais des cystites à tour de bras.

Après l'année 3, j'ai commencé à réclamer des temps de répit plus larges, réduisant la périodicité de nos rapports à 1 fois par semaine.
Non informée de l'asexualité à l'époque, je suis allée voir une sexologue. Le rendez-vous a été un total fiasco : elle était très branchée Q et très jugeante, pro couple-libre, mettait en exergue l'importance de jouir, m'a exhortée à revenir avec mon compagnon pour que nous simulions des positions sexuelles devant elle sur un tapis, etc. :roll: Ulcérée, je n'y suis jamais retournée.

Les années passent, je suppose que les épisodes de consentement s'espacent toujours davantage. Non seulement la sexualité me révulse, mais en plus, elle me fait toujours plus mal.
C'est là que je procède à la pose d'un stérilet (le jour de la Saint Valentin, soyons mignon), en imaginant que, peut-être, la pilule endigue une partie de moi insoupçonnée. La pose de ce truc me déchire (merci à la pince Pozzi). Non seulement, je continue de sentir le dispositif au fond de moi alors qu'il est prétendument impeccablement posé et qu'"aucun fil ne dépasse", mais en plus, je ressens la douleur aiguë éprouvée lors de la pose du stérilet par intermittences. C'est systématiquement le cas quand je tente de consentir et parfois sans raison compréhensible : au boulot, dans la rue, quand je dessine ou que j'arrose mes plantes. Accessoirement, mon tempérament change, j'ai des inexplicables envies de suicide une à deux fois par semaine. Je découvre que le stérilet en est la cause. Dans les effets indésirables, on compte notamment la dépression et les idées noires. Je fais retirer le stérilet ( - redouleur atroce).
Désormais, chaque rapport se fait avec l'impression d'une horde me donnant des coups de couteau à l'endroit du stérilet désormais absent.

En 2014, je manque de quitter monsieur parce que le sexe prend trop de place dans le couple, et que je n'en peux plus.
A l'époque, la perspective que je le quitte le terrifie. Il m'affirme préférer vivre avec moi sans sexe, que loin de moi.
Je lui propose de vivre sa vie librement, d'avoir des aventures. Il refuse parce qu'il ne veut que moi et qu'il n'envisage pas l'amour sans amour.
Mais dans les faits, les réclamations, appels et allusions ne cessent jamais, et redeviennent au fur et à mesure de plus en plus pressantes et, parfois, agacées. Je continue de "pratiquer" sans pénétration, mais plus le temps passe, moins je supporte qu'il me touche dans ces moments-là. Je serre les dents et ne suis que rage. De son côté, les chastes moments de tendresse le crispent parce qu'il doit "se retenir".

La semaine passée, il est revenu d'une séance chez le psy en me disant qu'il croyait pouvoir mais qu'il n'en pouvait plus. Que mon désintérêt pour le sexe le rendait irritable, et qu'il ne souhaitait pas devenir méchant.
Il m'a demandé d'aller consulter un.e thérapeute, psy ou sexologue à nouveau.
Les rares fois où j'ai révélé que j'étais Ace me laissent entrevoir à quel point la plupart des gens ne sont pas disposés à concevoir cette réalité ("je ne te crois pas", "ton mec est forcément nul au pieu", "et tu n'es jamais allée consulter? il y a un truc qui cloche !", "il faut que tu apprennes à mieux connaître ton corps" ...).
Ma moitié elle-même ne supporte pas que je m'attribue cette étiquette. Il estime qu'il n'y a que des névroses et traumatismes à corriger (il y a certes des histoires vécues qui me polluent le cerveau, mais si je ne souffre pas des conséquences - à savoir d'un désintérêt pour le sexe -, qu'y a-t-il à corriger?). J'ai "contre moi" 3 jours de ma vie où je suis devenue inexplicablement en demande. Pour lui, c'est une percée ensoleillée entre les nuages à laquelle se raccrocher.
Je redoute d'avance que le psy inscrive hyposexuelle ou frigide dans ses notes et qu'il veuille s'acharner à cesser de me faire souffrir sans comprendre que je ne souffre de rien.

La semaine passée, nous avons vainement tenté de regarder des vidéos érotiques dans l'espoir que ça me fasse réagir... Le vide sidéral.

Tout ce que je fais désormais n'est motivé que par la culpabilité de ne plus le combler.
Je lui ai demandé que nous allions ensemble à cette thérapie, même si je ne crois absolument pas que ça nous aide.
Depuis quelques mois, il s'est laissé pousser la barbe, a intégralement revu le contenu de sa garde-robes, se fait beau côtoie de plus en plus de nouvelles connaissances ♀ -- Il m'arrive de vouloir qu'il tombe amoureux d'une autre, me quitte et soit heureux, alors que je crève de solitude et qu'il est tout ce que j'ai et qui me raccroche au monde.

Notre couple a fonctionné à merveille toutes ces années en raison de l'immense affection qu'on se porte, de l'humour et d'une communication intense, mais je crois qu'à l'horizon, un nuage noir roule désormais sur nous.
Je me sens égoïste, et je ne comprends pas qu'il n'éprouve pas cette impression, lui aussi... :(

Avatar du membre
Olib
Acolyte
Messages : 398
Enregistré le : 18 sept. 2017, 13:35
Localisation : Clermont-Ferrand
Pronom : Il
A aimé : 235 fois
A été aimé : 207 fois

Re: Ça tourne à l'aigre

Message par Olib » 24 juil. 2018, 13:06

Bonjour,

Encore une fois, un témoignage émouvant. Merci pour ce partage.

Il faut partir du principe qu'on ne peut pas changer ce que nous sommes, surtout lorsque nous parlons d'orientation sexuelle. Tu es A, il est S, et vous ne changerez pas.
Si tu as lu d'autres témoignages de couples A/S, tu as dû voir que certains arrivent à exister et perdurer malgré cette différence de taille, et d'autres non. Difficile de dire ce qui fait que ça marche chez certains et chez d'autres non. La communication est bien sûr le plus important. Mais ça ne suffit pas.
Tu parles d'une communication intense entre vous deux mais j'ai l'impression qu'il y a déjà un souci d'écoute de sa part : comment pouvez-vous vous entendre s'il nie l'existence même de ton asexualité, qui constitue une part importante (en tout cas : à ne pas négliger) de ton identité ?
Partant de là, il vit le couple au présent en ayant une image faussée du futur : un futur où tu serais "guérie" de ton asexualité, puisqu'il part du principe que c'est lié, et uniquement lié, à des traumatismes.

Par ailleurs, dans un couple A/S, il est nécessaire de faire des sacrifices (au moins d'un côté). Avec l'amour et la volonté de faire durer le couple, on a tendance à surestimer les sacrifices que nous sommes capables d'endurer, mais au fil du temps la réalité nous rattrape. C'est un peu ce que tu as vécu sur les 3 premières années puis la pose du stérilet puis, ce que lui a vécu en déclarant qu'il peut s'en passer totalement (surestimation je pense aussi liée notamment à cette image faussée de l'avenir).

Il faut sortir des émotions négatives : il n'y a pas d'égoïsme ni d'un côté ni de l'autre. Et il n'y a pas de culpabilité à avoir sur quelque chose que nous ne maîtrisons pas (l'attirance sexuelle). Vous êtes deux êtres humains, avec vos désirs, vos caractéristiques, votre capacité de résilience. Il faut rester pragmatique et tenter de faire la liste, ensemble, des sacrifices que vous êtes réellement prêts à faire pour que le couple perdure (après toutes ces années d'expériences, vous en savez maintenant plus sur ce que vous êtes prêts à endurer ou non). Et, sans vouloir être pessimiste ni fataliste, il faut aussi savoir accepter la fin d'une relation si vous sentez qu'il n'y a pas de suite possible. Je crois que c'est important de toujours considérer qu'il s'agit d'une option envisageable et ne pas partir du principe que "le couple doit durer, peu importe le bonheur personnel".

Dans tous les cas, je pense pour ma part que ça ne sert à rien de tenter quoi que ce soit (thérapie ou autre) tant qu'il n'a pas d'abord intégré l'idée que tu es asexuelle, que c'est ainsi et pas autrement, et que ce n'est pas quelque chose que l'on guérit.

Bon courage !
La montagne, ça vous gagne.
"Poum Di Dou Da Dou Dim"

Image

Avatar du membre
didou
AVENturier de l'A perdu
Messages : 2020
Enregistré le : 24 oct. 2015, 19:22
Localisation : Nozay, Essonne
Pronom : il
A aimé : 160 fois
A été aimé : 468 fois

Re: Ça tourne à l'aigre

Message par didou » 24 juil. 2018, 13:25

Voilà un témoignage très poignant et attristant :(
Olib a déjà fort bien répondu.

Je reviendrai sur la notion de culpabilité, d'égoïsme dont tu parles. Il n'y a effectivement aucune culpabilité à avoir, aucun sentiment d'égoïsme de la part d'aucun d'entre vous. Vous êtes confrontés à 2 personnalités différentes au niveau des questions sexuelles, 2 orientations. Personne ne l'a choisi. Si un choix avait été effectué, sciemment, alors effectivement vous pourriez vous interroger sur les conséquences de ce choix, avec une forme de "responsabilité" de la situation découlant de ce choix. Mais il n'y a pas eu choix.

Un couple en règle générale, ce n'est pas toujours simple et aussi solide que l'on ne l'imaginais tout au début. Oui le temps passe, oui des choses lassent, oui des fois ça casse.

Vu l'état de votre couple et la souffrance que ça engendre, au moins vis-à-vis de toi puisque c'est toi qui nous en parle, il faut effectivement poser les vraies questions sur la table pour prendre une décision. Est-ce que votre relation vous apporte encore plus de bonheur que de souffrance. Si tel n'est pas le cas, il n'y a aucune raison valable à continuer à marche forcée une vie commune. Si c'est le cas, alors il vous faudra réfléchir et discuter très fort de ce qu'il y a à mettre en place, les concessions fortes qui sont nécessaires pour que vous continuiez votre vie à deux.

Ce ne sont jamais des questions faciles ni plaisantes, je connais l'histoire (pour d'autres raisons, au moins, je pense). C'est toujours un fatras de "si" et de "mais", de "est-ce que je prends la bonne solution", etc. En tout cas, formaliser la situation, ce qui peut s'arranger ou pas est un travail nécessaire au vu de la souffrance que tu décris.

Après, c'est vous qui ferez votre choix, plus ou moins tous les deux, personne ici ne te donnera le conseil de continuer ou de te séparer, ce n'est pas notre rôle, nous ne sommes pas à vos places.
Règle n°1 : pas avant le mariage. Règle n°2 : ne pas se marier

Avatar du membre
Ekta
Aspirant
Messages : 30
Enregistré le : 23 juil. 2018, 22:34
A aimé : 7 fois
A été aimé : 3 fois

Re: Ça tourne à l'aigre

Message par Ekta » 25 juil. 2018, 11:29

Merci pour vos réponses.
Vous avez vraisemblablement raison, pour l'inutilité de la culpabilité et de l'égoïsme. Ca n'a pas de sens et ça ne mène nulle part...

Le temps nous dira comment nous arriverons à résoudre - ou pas - cette grinçante situation.
Je vous tiendrai au courant, si ça vous intéresse.

Avatar du membre
Olib
Acolyte
Messages : 398
Enregistré le : 18 sept. 2017, 13:35
Localisation : Clermont-Ferrand
Pronom : Il
A aimé : 235 fois
A été aimé : 207 fois

Re: Ça tourne à l'aigre

Message par Olib » 25 juil. 2018, 12:54

Oh bin moi je veux bien qu'on soit tenu au courant de la suite, mais faut avant tout que toi tu le veuilles, évidemment ;-)
La montagne, ça vous gagne.
"Poum Di Dou Da Dou Dim"

Image

Avatar du membre
Baelfire
BadAce
Messages : 3651
Enregistré le : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 629 fois
A été aimé : 921 fois

Re: Ça tourne à l'aigre

Message par Baelfire » 28 juil. 2018, 12:19

Salut Etka et bienvenue,

J'ai vu passé très récemment le témoignage d'un homme qui est dans la situation de ton compagnon. Il raconte ses frustrations et à quel point il s'en veut. Malgrè lui il se voit devenir pas très sympa avec sa compagne A à cause de ça. Il s'agit d'Ecureuil.

Ca serait peut être pas mal que vous ayez une discussion ensemble. Je pense que vous auriez beaucoup à vous apporter.

Si tu le veux, tiens nous au courant. Je souhaite de tout coeur que vous trouviez une issue favorable
♪Love is in the A ♫

isley
Membre junior
Messages : 8
Enregistré le : 21 févr. 2019, 10:16
A été aimé : 3 fois

Re: Ça tourne à l'aigre

Message par isley » 21 févr. 2019, 16:43

Salut ekta,
ça a évolué comment ?
Ton histoire me ressemble...

bonmoment
Néophyte
Messages : 3
Enregistré le : 15 juin 2019, 22:19
A aimé : 1 fois

Re: Ça tourne à l'aigre

Message par bonmoment » 15 juin 2019, 22:48

Bonsoir Isley,
Je viens d'arriver sur ce forum.
Je me présente. Je suis S et depuis la découverte de ce site il y a quelques semaines, je suis convaincu que ma femme est A. Le témoignage de Ekta
aurait pu être rédigé par ma femme. Nous avons deux enfants en bas age et je voudrais savoir comment les choses évoluent pour vous. D'avance merci

Avatar du membre
Baelfire
BadAce
Messages : 3651
Enregistré le : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 629 fois
A été aimé : 921 fois

Re: Ça tourne à l'aigre

Message par Baelfire » 17 juin 2019, 09:46

Le post date déjà d'un an et Ekta n'a pas beaucoup participé. Il y a donc très peu de chances qu'elle te réponde.
♪Love is in the A ♫

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités