S et A... on est pas à une queeritude près

Pour les personnes impliquées dans un couple sexuel-asexuel, ayant besoin de soutien ou voulant partager.
Répondre
Sacha Touilh
Membre junior
Messages : 14
Enregistré le : 19 mai 2015, 03:14
A été aimé : 2 fois

S et A... on est pas à une queeritude près

Message par Sacha Touilh » 19 mai 2015, 11:59

Bonjour tout le monde,

Après m'être présenté cette nuit, il est temps que je vous raconte un peu mon histoire. Je vais donner pas mal de détails pour situer, vous devriez vous rendre compte qu'on est pas partis pour être un couple classique de toute façon.
J'ai rencontré Gonçalo il y a quelques mois, lors d'un événement où on avait des amis communs. On a nous-mêmes beaucoup de choses en commun, étant tous les deux transmasculins en début de transition médicale et donc sujets à des vécus et violences sociales similaires. On a commencé à s'échanger des messages, à se voir de temps en temps, et j'étais super content d'avoir trouvé un ami. On se comprend très très bien, ça fait un bien fou.

Moi, je suis sexuel en principe, mais ça fait environ un an que je n'ai pas eu, par choix, de relation romantique ou sexuelle. Une rupture difficile à vivre, une dépression et un souci de santé génitale faisaient que j'étais bien tout seul et que je ne cherchais rien du tout. Gonçalo, de son côté, me disait être célibataire depuis 4 ans, sans relation sexuelle depuis 3 ans et très bien s'en porter. Ça ne m'a pas paru incongru, je comprends bien qu'il y ait des moments de la vie où on n'est pas intéressé. On n'a pas parlé d'asexualité à ce moment-là.

Puis un soir on s'est un peu plus rapprochés, on s'est embrassés. Il a manifesté une ardeur ce soir-là que je n'arrivais pas à égaler. J'ai eu peur qu'il soit bien plus sexuel que moi, qui étais encore en hibernation. De son côté, il pensait que je n'étais pas intéressé par lui. Après pas mal de discussion pour dissiper les malentendus (on parle portugais ensemble, il m'arrive de faire de subtiles erreurs de sens qui se transforment en beaux quiproquos, mais on y travaille ^^), il est devenu clair qu'on s'aime pas mal et qu'on a envie de continuer à être "proches".

On ne parle pas de couple, pas d'engagement. En revanche, on parle de polyamour. Je suis polyamoureux avec assez d'expérience pour savoir que je n'envisage plus de relation exclusive. Il est ouvert à l'idée, même s'il n'a encore jamais pratiqué. On commence à s'accrocher assez sérieusement, on se parle tout le temps, on se voit souvent, et quand on est ensemble c'est pour beaucoup se faire de bisous et de câlins. Il témoigne d'un grand désir pour moi, de mon côté ça commence à venir aussi, de plus en plus fort. Mais mon souci médical m'empêche de passer à l'acte, on en parle beaucoup, on patiente.

Une petite parenthèse qui n'a rien à voir avec le sexe, mais qui a son importance. Gonçalo s'est sorti, à force d'énormes efforts et de beaucoup de temps, d'une polytoxicomanie. J'admire la force de caractère pour avoir réussi ça et bien sûr que je l'encourage à rester clean. Le truc, c'est que moi je bois de l'alcool et je fume des pétards. Il ne veut pas être en contact régulier avec ces substances. Si on est en relation, il faut que je m'abstienne de boire et de fumer. L'alcool n'est pas vraiment un problème, mais la fumette, beaucoup plus : je suis assez accro pour ressentir le manque après quelques heures... Bon, je vais travailler dessus, je suis déjà en train d'essayer de réduire. Parce que soit je fume moins/plus du tout, soit je le vois moins/plus du tout. Et je ne crois pas du tout que quelques pétards valent mieux que Gonçalo.

Il y a quelques jours, après une superbe journée à la plage, il est venu dormir chez moi. Même s'il ne m'a pas touché à un certain endroit, on a fait l'amour. J'ai trouvé ça super, et je crois bien que lui aussi. C'est arrivé comme la conséquence logique de nos gestes tendres voire excités, au moins autant à son initiative qu'à la mienne. On l'a fait trois fois cette nuit-là. Pour moi, ce n'était que le début de quelque chose qui allait devenir encore plus grand.

Hier, on s'est revus. Il a pris une mine un peu sombre et m'a dit qu'il avait besoin de me dire quelque chose qu'il n'avait jamais dit à personne. Il m'a dit qu'il était asexuel, ou peut-être demisexuel. Qu'il n'aimait pas le sexe et que notre relation devrait être basée sur autre chose. Il m'a expliqué que je lui avais fait ressentir un désir qu'il n'avait pas ressenti depuis longtemps, qu'il avait eu envie de moi, et qu'il avait encore un peu envie, mais qu'il savait que ça allait disparaître. Et qu'il ne voulait pas se forcer. Il m'a expliqué que l'autre nuit, il avait envie et avait adoré la premère fois. La deuxième était encore chouette, mais à la troisième il s'était dit "encore?!". Il a ressenti du plaisir mécanique, mais ce n'est pas si satisfaisant. C'est un peu difficile pour moi à comprendre, mais je ne demande que ça.

Evidemment, je ne veux pas le forcer. Mais là, je suis complètement perdu. D'abord parce que ce qu'il m'a montré jusque là est à des années-lumières de ce que j'imaginais être l'asexualité. Si quelqu'un ici est A mais avec du désir parfois, je veux bien un témoignage.
Ensuite, parce que je n'ai jamais vécu de relation amoureuse sans sexe et je ne suis pas sûr de voir comment ça marche. Ok, je comprends qu'il y a d'autres choses qu'on peut faire à part du sexe : des conversations intimes, des bisous et des câlins, des massages, des sorties... J'ai juste peur de pas y arriver, qu'il me manque quelque chose.
Il me dit qu'il aura parfois envie de moi et qu'il voudrait qu'on fasse l'amour à ces moments-là. Moi, j'ai peur que ça me mette dans un état de confusion/frustration encore plus grand. Je sais plus trop quoi penser. S'il y a des S ici qui font l'amour irrégulièrement avec leur partenaire, j'aimerais bien savoir comment vous le vivez.
Je relie ça à l'interdiction de fumer avec lui aussi : j'ai la trouille de finir frustré et désagréable, ce qui serait bien dommage, vu la qualité de notre relation pour le moment.
J'insiste sur le fait que je comprends très bien le pourquoi de ces deux "privations" et qu'il est hors-de-question pour moi de le convaincre d'accepter ce qu'il ne veut/peut pas. C'est à moi de m'adapter, ou de revenir à une relation d'amitié classique.
Mais franchement, même si j'étais très bien tout seul dans ma citadelle, maintenant qu'il est là tout près de moi, je n'ai aucune envie de le lâcher.

Merci de m'avoir lu. Franchement, je prends tout conseil/réflexion (tant que ça reste respectueux, bien sûr).

Zimou
Administrateur
Messages : 4991
Enregistré le : 14 oct. 2010, 14:44
Pronom : Il
A aimé : 435 fois
A été aimé : 454 fois
Contact :

Re: S et A... on est pas à une queeritude près

Message par Zimou » 19 mai 2015, 12:34

comme toute relation A/S, ça ne va pas être simple. Pour commencer, il n'est probablement pas asexuel, mais plutôt grey-asexuel (il le sait peut être mais a peut être utilisé le terme asexuel pour être mieux compris). La différence avec un asexuel, c'est qu'un grey-asexuel n'aura pas une absence total d’envie, il en aura de temps en temps sans condition particulière. ce qui est différent d'un demi-sexuel qui lui à du désir que dans certaine condition, comme être très amoureux par exemple (si il est pas en couple depuis 4 ans et qu'il a eu sa dernière relation sexuel il y a 3 ans, il est peut probable qu'il soit demi, surement grey).
Donc comme il l'explique, un grey-asexuel aura parfois envie. et en tant qu'asexuel, on va pas pouvoir te dire ce que ça risque niveau frustration. j'essaye toujours de comparer avec quelque chose qui me frustrerai si j'en avais pas mais là j'ai un peu de mal à me projeter, si on m'en donne juste un peu, à quel point je serais frustré, si je le suis. Je pense que je serais énervé, quand j'ai envie d'un truc particulier et que je l'ai pas, je m'énerve. Donc comme dans n'importe quel couple A/S, ça risque de créer de l'énervement, des tensions. et la solution la plus fiable contre ça qu'on a pour le moment, c'est la communication. Donc communique bien avec lui pour savoir quand il a envie ou pas, et pour qu'il sache quand tu as envie ou pas. à partir de là, vous pourrez peut être organiser un système de fonctionnement qui vous conviendra. Dans un couple A/A, vivre sans sexe n'est pas très compliqué. la seul différence avec les autre, c'est que le moment entre 2 relations sexuel pour des S est indéfiniment long. Mais il s'y passe la même chose que n'importe quel couple. Demande toi ce que tu fait en dehors du sexe dans tes relations précédente, et applique le sur une duré indéterminé.
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image

Sacha Touilh
Membre junior
Messages : 14
Enregistré le : 19 mai 2015, 03:14
A été aimé : 2 fois

Re: S et A... on est pas à une queeritude près

Message par Sacha Touilh » 19 mai 2015, 12:56

Merci Zimou pour ta réponse.

Ok, GreyA... Je suis allé voir la définition, et ça ressemble à ce qu'il m'a dit, oui. Je vais lui envoyer le lien pour en discuter.
"si il est pas en couple depuis 4 ans et qu'il a eu sa dernière relation sexuel il y a 3 ans, il est peut probable qu'il soit demi, surement grey"
Le truc, c'est qu'il avait pas mal d'activité sexuelle, avant. Il faut comprendre que dans son passé, perçu comme une femme et polytoxicomane (et c'est très certainement lié), sa vie ne lui ressemblait pas du tout. Maintenant qu'il a fait l'effort de retrouver sa vérité, qu'il a compris qui il était, il n'est plus question qu'il se force à quoi que ce soit pour convenir à une quelconque norme. Je comprends, je respecte... et j'admire aussi, oui.

"Je pense que je serais énervé, quand j'ai envie d'un truc particulier et que je l'ai pas, je m'énerve. "
J'ai peur de ça, oui. Pour rigoler, hier je disais que j'allais devoir me mettre au yoga, à la méditation, à des exercices de respiration... Il va falloir trouver un moyen d'évacuer la tension. Pour la communication, je trouve qu'on est au top. Je suis très touché qu'il ait eu l'honnêteté de me parler de ça relativement rapidement dans notre relation. Sa vie passée n'a pas été caractérisée par l'honnêteté, du coup je prends vraiment ça comme une marque de confiance et d'affection particulière.
Jusque là, c'est surtout lui qui pose des balises. Je vais devoir aussi travailler sur mes limites. Je crois par exemple que je pourrai pas supporter longtemps qu'il se frotte à moi et manifeste du désir si ça ne se concrétise pas en acte sexuel. J'ai l'impression de crever de frustration quand c'est comme ça, et je commence juste à comprendre que pour lui, ce n'est pas vraiment un problème.

Zimou
Administrateur
Messages : 4991
Enregistré le : 14 oct. 2010, 14:44
Pronom : Il
A aimé : 435 fois
A été aimé : 454 fois
Contact :

Re: S et A... on est pas à une queeritude près

Message par Zimou » 19 mai 2015, 14:33

Sacha Touilh a écrit :Je crois par exemple que je pourrai pas supporter longtemps qu'il se frotte à moi et manifeste du désir si ça ne se concrétise pas en acte sexuel. J'ai l'impression de crever de frustration quand c'est comme ça, et je commence juste à comprendre que pour lui, ce n'est pas vraiment un problème.
Je comprend très bien. et il faut lui faire comprendre très clairement. un asexuel peut ressentir la même chose, chez certain d'entre nous, même si il n'y a pas d'attirance, le corps fonctionne, et lorsqu'il est "mit en route" et que ça n’aboutis à rien, il y une frustration physique qui peut s'installer. psychologiquement ça fait rien, mais physiquement c'est très désagréable (il peut m'arriver d’être dans ce cas). sachant que pour un S, il ressent une frustration supplémentaire causé par son orientation, ça doit être difficile. Il y a beaucoup de A pour qui il ne se passe pas grand chose physiquement, et ceux là ne se rendent pas compte de la frustration que ça peut provoquer. Certain trouve frustrant de pas pouvoir être câlin comme ils le souhaitent avec certaine caresse plus osé. Personnellement, je préfère 1000 fois qu'il ne se passe rien que de mettre "mon corps" en marche sans aboutir, mais je suis A, forcement ça me pose aucun soucis qu'il ne se passe rien. Pour toi, visiblement, tu préférerai aussi qu'il ne se passe rien, même si tu souhaiterai qu'il se passe quelque chose contrairement à un A (du coup, c'est de l'abstinence). Donc dit lui bien que si lui ça ne lui pose aucun soucis, ce n'est pas ton cas et que c'est difficile à gérer quand ça arrive.
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image

Polymnie
Amène
Messages : 436
Enregistré le : 04 mai 2013, 09:29
A été aimé : 45 fois

Re: S et A... on est pas à une queeritude près

Message par Polymnie » 20 mai 2015, 21:26

Coucou pour être en couple avec un S, pour nous les deux choses les plus importantes c'est l'amour et la discussion.
Sinon je comprends le côté de la frustration car parfois j'aimerais être plus sensuelle (sans désir sexuelle je suis A)mais je sais que si pour moi ce n'est pas le bon moment et que je ne voudrais pas plus mon chéri sera encore plus frustrer d'avoir été excité " pour rien si je peux dire". Je crois qu'il préfère rien que un peu et stop :-)
Parfois ça mets une petite distance, d'où discussion
Bon courage en tous cas

Sacha Touilh
Membre junior
Messages : 14
Enregistré le : 19 mai 2015, 03:14
A été aimé : 2 fois

Re: S et A... on est pas à une queeritude près

Message par Sacha Touilh » 21 mai 2015, 13:00

Merci pour les témoignages.

Bon, on s'est revus, on a encore beaucoup discuté, encore fait beaucoup de câlins (et on s'est encore un peu chauffés ^^). Je suis un peu plus optimiste qu'au moment de mon inscription, j'ai l'impression qu'on peut arriver à faire fonctionner tout ça.
Il se décrit comme "ace with a high sex drive", c'est-à-dire qu'il n'aime pas le sexe, mais qu'il s'excite assez facilement. Bon, d'après lui, avec le temps et l'habitude, il aura de moins en moins envie de moi. J'en profite tant que ça dure ^^
Quand il est excité, il a envie "d'aller au bout", mais c'est plus comme manger quand on a faim ou se gratter quand on a des démangeaisons : quelque chose qu'il faut faire mais qui n'est pas nécessairement super agréable. Du coup, il préfère que ça dure le moins longtemps possible. Pour moi, je préfère quand c'est plus long (et si ça se répète, c'est encore mieux, mais je peux faire une croix dessus je crois), mais je trouve ça bien de savoir comment il fonctionne. Si on comprend nos désirs et envies mutuels et qu'on se respecte, on devrait s'en sortir, non ?

À côté de ça, on continue à être complices, à se soutenir là où on en a besoin, à rire (et j'y arrive pas avec tout le monde), à échanger des choses que personne jusque là ne pouvait comprendre... On est deux beaux niais, un peu flippés du chemin qu'on prend, mais s'y engageant quand même gaiement (gayment ?).
À suivre...

Polymnie
Amène
Messages : 436
Enregistré le : 04 mai 2013, 09:29
A été aimé : 45 fois

Re: S et A... on est pas à une queeritude près

Message par Polymnie » 21 mai 2015, 21:21

Ravi pour vous et profitez

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité