Relation A/S : témoignage

Pour les personnes impliquées dans un couple sexuel-asexuel, ayant besoin de soutien ou voulant partager.
Répondre
CharlesP
Néophyte
Messages : 1
Enregistré le : 02 août 2010, 14:02

Relation A/S : témoignage

Message par CharlesP » 02 août 2010, 14:06

Bonjour,
(j'espère poster au bon endroit dans le forum).

Tout d’abord, sachez que je suis un S. Je voulais poster sur ce forum pour parler de mon expérience de couple avec un A. Manière naïve d’apporter ma pierre à votre edifice.

Je suis rester plus d’un an avec lui. Très tôt, il m’avait dit que nous n’aurions jamais de rapport sexuel. J’ai eu peur au départ mais je suis resté, par amour.

Je sais que la vie des A n’est pas facile car vous êtes assez mal vus par la société qui ne vous comprends pas. Quand on voit l’omniprésence du sexe partout, dans tous les médias, films, publicités etc…

Je n’aimerais pas être à votre place, pour ceux d’entre vous qui veulent une relation amoureuse et qui vous sentez condamnés car vous avez 99% de chance de tomber sur un S.

Mas j’aimerais aussi parler un peu de nous les S. Nous qui sommes condamnés dans une relation avec un A à devoir nous « sacrifier » d’une certaine manière. Nous devons accepter, par amour et abnégation, de renoncer à une partie de nous. Accepter de ne plus nous sentir désirables parce que pas désirés. Bien sûr on se dit au début que le reste de la relation nous comblera, que l’amour et la tendresse suffiront. Mais d’expérience je peux dire que c’est faux.

Ce qui pour vous est superflu, inutile, repoussant, est normal pour nous, constitutif de notre manière de percevoir la relation amoureuse. La relation A/S est d’autant plus difficile qu’il y a forcément l’un des partis qui sera brimé : il n’est pas possible que les deux partenaires soient comblés au même moment. Dans l’abstinence que nous acceptons pour vous, il y a des traumas et des douleurs indescriptibles : personne, je pense, ne peux comprendre ce que ressent un S lorsque son désir pour l’être aimé le dégrade aux yeux de l’autre. On a beau dire qu’on va tenir, qu’on fera sans, il est bien difficile d’accepter qu’un autre avant nous, un pauvre type au cours d’une soirée trop arrosée, aura pu avoir ce moment intime privilégié avec votre aimé alors que nous, parce qu’on arrive quelques années plus tard, et malgré tout l’amour qui nous unis à l’autre, jamais nous n’aurons ça.

Savoir que son histoire d’amour sera aussi un renoncement… Ce que je vais dire est extrêmement égoïste, egocentrique et prétentieux. Mais quand un S accepte de renoncer à toute sexualité pour être avec un A : c’est, je pense, l’une des plus belles preuves d’amour.

Et pourtant, on s’en fiche bien. Tout fini un jour par faner et s’envoler. Et on se rend compte après nos beaux discours, qu’on n’aura pas la force. On ne sait plus si c’est la libidineuse physiologie ou le fantasme de la fusion intime des corps, mais une chose est sure, on se rend compte que l’on s’est perdu dans la relation.

Si on a l’impression de se sacrifier, c’est qu’on aime pas vraiment.

Maintenant j’espère juste qu’il trouvera le bon : un autre A ou un S plus fort que moi.

Avatar du membre
Syrina
Affable
Messages : 132
Enregistré le : 10 août 2008, 19:03
Localisation : 67
A été aimé : 3 fois

Re: Relation A/S : témoignage

Message par Syrina » 02 août 2010, 18:03

Bienvenue à toi sur le forum CharlesP!
Tout d'abord, voici pour toi le traditionnel gateau: :cake:

Je sent beaucoup de souffrance dans ton témoignage... J'espère que ca passera avec le temps. Un chagrin d'amour est toujours un moment difficile à passer. Je pense qu'on est tous passé par là à un moment ou à un autre...
Ce qui pour vous est superflu, inutile, repoussant, est normal pour nous, constitutif de notre manière de percevoir la relation amoureuse.
Je suis tout à fait d'accord avec toi: superflu ou repoussant pour NOUS et normal pour VOUS.
Au risque de passer pour une pessimiste, je pense que les relations A/S sont presque toujours vouées à l'echec. D'après ce que je lis sur le forum, il y a très peu de A qui sont capables d'avoir une relation sexuelle sans que cela leur fasse du mal (au sens large du terme). L'inverse est aussi valable pour les S qui se privent de ce qui est un BESOIN pour eux.

Comme tu l'a très bien dit, chez nous 99% des relations seront vouées à l'echec, si on admet qu'il n'y a que 1% d'A...
Je comprend ta souffrance, mais tu finiras par retrouver qq'un...
De la même manière que tu étais frustré de ne pas pouvoir avoir de relations avec tom ami, nous, nous sommes frustrés de ne pas avoir la tendresse ou d'autres choses dont avons besoin... La seule différence, c'est que la situation perdure pour nous.

En tout cas je te souhaite du fond du coeur de vite retrouver qq'un qui t'aimeras comme tu le souhaite!

Avatar du membre
Dexter
Accrozoseries
Messages : 7472
Enregistré le : 30 déc. 2006, 12:03
Localisation : Clermont-fd
A aimé : 270 fois
A été aimé : 66 fois

Re: Relation A/S : témoignage

Message par Dexter » 02 août 2010, 18:56

Bienvenue :)

merci pour ton témoignage

je mets ton post dans la bonne rubrique
La civilisation ne consiste pas à multiplier les besoins mais à les réduire volontairement, délibérément. Cela seul amène le vrai bonheur.
Nous vivons dans une culture où le superflu est devenu si nécessaire que nous sommes condamnés à toujours vivre dans le manque!

reverine
Assidu
Messages : 832
Enregistré le : 03 janv. 2009, 01:26
Localisation : Liège et Namur (Belgique)
A été aimé : 1 fois
Contact :

Re: Relation A/S : témoignage

Message par reverine » 02 août 2010, 21:18

CharlesP a écrit : On a beau dire qu’on va tenir, qu’on fera sans, il est bien difficile d’accepter qu’un autre avant nous, un pauvre type au cours d’une soirée trop arrosée, aura pu avoir ce moment intime privilégié avec votre aimé alors que nous, parce qu’on arrive quelques années plus tard, et malgré tout l’amour qui nous unis à l’autre, jamais nous n’aurons ça.
C'est ton cas peut-être, mais les A sont rarement passés à l'acte auparavant, et encore moins lors d'une soirée bien arrosée. Je pense qu'ils ont dû le faire de sang-froid pour un être aimé, en général. Justement, parce que pour eux ce n'est pas un bête "majeur et vacciné".
CharlesP a écrit : Si on a l’impression de se sacrifier, c’est qu’on aime pas vraiment.
C'est pour ça qu'aussi bien d'un côté que de l'autre, mon compagnon et moi (lui S moi A)bannissons ce terme par rapport à notre décision. Ca a été clairement dit "NON, je ne considère pas cela comme un sacrifice, et ça ne doit pas être le cas pour toi". A partir du moment où nous prenions la décision ensemble de notre compromis, il ne s'agissait pas d'un sacrifice, mais d'une reconnaissance et d'un effort amoureux. C'est plus un "régime" qu'un sacrifice. Parce que oui, je le dis chaque fois que ce thème est abordé, on ne doit pas imposer à un S notre Attitude 100% en contre, à partir du moment où on se plaint du comportement de certains S 100% en opposition aussi. En couple, de manière générale, on ne doit jamais se baser sur un seul des deux pour des décisions importantes qui concernent les deux personnes. Le couple, ce n'est pas imposer, c'est adapter.
Tout comme un chinois et une marocaine ne feront pas que du couscous/tajines ou du riz/nouilles, un A et un S ne doivent pas décider que leur situation est la seule valable et supportable. Le principe même de se braquer sur ses positions chacun de son côté n'est pas promesse d'un couple stable, que ce soit le sexe ou autre chose. Un A se force un peu, un S se force un peu, et le fait de se forcer ensemble fait passer l'épreuve. Après, on en sort grandis, et on aime encore plus l'autre. Parce que c'est à ça que sert l'amour, à tenir compte de l'autre dans son être entier.
Se forcer à avoir envie de ce qu'on ne veut pas est une contrainte... Pq donc nous forcer à associer un si vilain mot avec l'acte d'amour ?
"C'est sa catastrophe , le Belge ne va au désir que par le chemin du besoin" Denys-Louis Colaux

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité