Un couple A/S, comment sa marche ???

Pour les personnes impliquées dans un couple sexuel-asexuel, ayant besoin de soutien ou voulant partager.
Avatar du membre
angelblack
Amibe
Messages : 84
Enregistré le : 13 févr. 2008, 00:55
Localisation : dans mon monde imaginaire
Contact :

Message par angelblack » 11 août 2008, 13:19

de toute façon ,cela saura toujours problématique pour un S,ou il n'arrivera jamais à comprendre qu'on ne puisse pas pensé au sexe ou alors il sera conciliant mais sera frustré

Avatar du membre
Daï
C'est plus verre chez les autres
Messages : 2011
Enregistré le : 10 déc. 2007, 00:03

Message par Daï » 11 août 2008, 13:28

angelblack a écrit :de toute façon ,cela saura toujours problématique pour un S,ou il n'arrivera jamais à comprendre qu'on ne puisse pas pensé au sexe ou alors il sera conciliant mais sera frustré
Arf, il faudrait arrêter avec les généralités! Effectivement, la plupart d'entre nous avons rencontré des S qui n'étaient ni conciliants ni compréhensifs. Mais il faudrait arrêter de mettre tous le monde dans le même panier ;)

Comme le dit Syd, c'est à nous de faire comprendre qu'on peut faire vivre à un S une histoire différente. Et d'après ma courte expérience, je peux dire que les S ne refusent pas toujours ce genre d'aventure, loin de là. J'ai même eu des échos comme quoi la relation avec une A était différent de ce qu'ils avaient connu, donc...
I used to be schizophrenic, but we're ok now.

Avatar du membre
Phedeo
Affable
Messages : 132
Enregistré le : 06 juil. 2008, 10:40
Localisation : Alsace - Mulhouse

Message par Phedeo » 12 août 2008, 17:13

Syd a écrit :Evidemment il faut sortir du formatage plan-plan sexe = amour, donc pas de sexe = pas d'amour.
Sauf qu'il y a des personnes butées qui ne veulent rien entendre. "Pas de sexe, c'est qu'on ne les aime pas, ou plus"!!! Pas moyen d'en sortir, ou alors il faut prendre des décisions radicales. Pour l'instant nous bloquons (mon épouse et moi) sur ce sujet. :(
A la maison c'est un peu rock'N'roll, :guitar: ,mais la barque est à l’eau, on verra ou le courant nous entraine.
La vie n'est pas un long fleuve tranquille, mais une rivière tumultueuse.

Avatar du membre
Nastasia
A-moureuse
Messages : 4476
Enregistré le : 18 avr. 2008, 15:27
Localisation : France
A aimé : 1 fois
A été aimé : 7 fois

Message par Nastasia » 17 août 2008, 16:46

Syd a écrit : il faut sortir du formatage plan-plan sexe = amour, donc pas de sexe = pas d'amour.

pas facile de faire comprendre et admettre ça à un S :?
Image

Avatar du membre
Naibed
Adepte
Messages : 187
Enregistré le : 07 nov. 2005, 02:31
Localisation : Overijse, Belgique
Contact :

Fatiguant de devoir toujours expliquer les mêmes choses...

Message par Naibed » 20 août 2008, 00:05

Syd a écrit : Il y a des couples S/A qui fonctionnent justement parce que le A a été clair sur ses limites.
...et le S sur les siennes ? Car bon, faut pas regarder la problématique que d'un seul côté (il me semble vous l'avoir déjà expliqué, non ?)
Syd a écrit : Mais comme être A, c'est toute une expérience (qui va bien au-delà du simple refus du rapport sexuel), c'est à nous de montrer que le S peut embarquer pour une aventure différente avec nous.
Qu'est-ce que ça veut dire, ...en clair ? Vous proposez un deal à trois ?

1. d'un côté une belle aventure A/S1 pour le bel amour chaste et platonique sans sexe,
2. et de l'autre une aventure S1/S2 bien classique, parce que bon, quand même, la chair - particulièrement la chair du S - est faible...
(et qu'il faut bien pour l'équilibre - et le bonheur - du S, comme le chante Brel, que le corps exulte ) ?

Syd a écrit : Evidemment il faut sortir du formatage plan-plan sexe = amour, donc
Ménon. Le premier membre de votre déduction est faux, et tous les S (ou presque) le savent. Ils savent bien qu'il peut y avoir du sexe sans amour, et du sexe avec amour.

Syd a écrit :pas de sexe = pas d'amour.
Ils ont en effet du mal à concevoir, par contre, qu'il y ait un amour de couple sans sexualité. Et même s'ils peuvent - en faisant un gros effort - pour un A, s'ils sont sain d'esprit, ils ne doivent pas l'admettre pour eux-mêmes.
Car le sexe, pour eux, est presque aussi indispensable que l'eau pour le petit poisson dont je parle dans le lien ci-dessus.
N
--
Ici il y avait une signature cool

Avatar du membre
Naibed
Adepte
Messages : 187
Enregistré le : 07 nov. 2005, 02:31
Localisation : Overijse, Belgique
Contact :

Message par Naibed » 20 août 2008, 00:11

Phedeo a écrit :Pour l'instant nous bloquons (mon épouse et moi) sur ce sujet. :(
A la maison c'est un peu rock'N'roll, :guitar: ,mais la barque est à l’eau, on verra ou le courant nous entraine.
Conseillez-lui, si elle chante bien, de tenter sa chance à Bercy... :wink:
N
--
Ici il y avait une signature cool

Avatar du membre
Phedeo
Affable
Messages : 132
Enregistré le : 06 juil. 2008, 10:40
Localisation : Alsace - Mulhouse

Message par Phedeo » 20 août 2008, 08:40

Naibed a écrit :Conseillez-lui, si elle chante bien, de tenter sa chance à Bercy... :wink:
Elle chante c’est sur et à de la voix. Mais moi je n’ai droit qu’aux fausses notes. :dance:
La vie n'est pas un long fleuve tranquille, mais une rivière tumultueuse.

Avatar du membre
Guillaume
Affranchi
Messages : 469
Enregistré le : 02 mai 2008, 23:23
A été aimé : 2 fois

Re: Fatiguant de devoir toujours expliquer les mêmes choses.

Message par Guillaume » 20 août 2008, 11:06

Naibed a écrit :
Syd a écrit : Mais comme être A, c'est toute une expérience (qui va bien au-delà du simple refus du rapport sexuel), c'est à nous de montrer que le S peut embarquer pour une aventure différente avec nous.
Qu'est-ce que ça veut dire, ...en clair ? Vous proposez un deal à trois ?

1. d'un côté une belle aventure A/S1 pour le bel amour chaste et platonique sans sexe,
2. et de l'autre une aventure S1/S2 bien classique, parce que bon, quand même, la chair - particulièrement la chair du S - est faible...
(et qu'il faut bien pour l'équilibre - et le bonheur - du S, comme le chante Brel, que le corps exulte ) ?
Autant je ne crois pas que l'asexualité idéalise "le bel amour chaste et platonique" contrairement à l'abstinence volontaire, autant c'est vrai que j'ai toujours voulu être éclairé sur ce qu'est ce "monde A", cette "aventure différente" dont on parle ici et là sur ce forum. Ça m'a toujours semblé être une envolée poétique, et je suis d'accord, c'est beau, mais mon côté cartésien aimerait savoir de quoi il est question, si possible... Etant hyper-sensuel, j'ai d'abord interprété ça comme une mise en lumière sur l'exploration de la richesse sensuelle que permet la non-pratique de cette "pénétration" si encombrante, et là je suis bien le premier à penser ça, la sexualité c'est tellement vaste, y'a plein de choses fortes à ressentir une fois qu'on s'est débarrassé du sacro-saint coït, c'est bien pour ça que parfois je me sens A. Mais vu qu'un asexuel n'est pas forcément un sensuel, je me suis ensuite dit que ça ne devait pas forcément désigner cela... Alors est-ce que ça insiste sur les moments amoureux d'échange spirituel ? Mais ça n'veut rien dire alors, car les S aussi les vivent ces moments-là ! Enfin bref voilà quoi, j'ai quelque peu l'impression que ce "monde A", cette "aventure différente", c'est un peu trop placer de la théorie lyrique dans ce qui n'est que penchant naturel le plus souvent inexplicable, à savoir l'absence d'attirance sexuelle, qui pour un S est avant tout une soustraction dans la relation plutôt qu'une addition, vu que ce n'est pas l'asexualité qui a inventé le romantisme...

Mais je me trompe peut-être sur toute la ligne, et de toutes façons je sais pas si vous avez eu le courage de lire ce long paragraphe. :oops:

Avatar du membre
Naibed
Adepte
Messages : 187
Enregistré le : 07 nov. 2005, 02:31
Localisation : Overijse, Belgique
Contact :

Re: Fatiguant de devoir toujours expliquer les mêmes choses.

Message par Naibed » 21 août 2008, 23:33

Guillaume a écrit : Autant je ne crois pas que l'asexualité idéalise "le bel amour chaste et platonique" contrairement à l'abstinence volontaire,
Rappelons d'abord (ce que vous savez sans doute) que l'abstinence volontaire n'a rien (mais alors, rien du tout ) à voir avec l'asexualité.

Mais - plus étonnant encore ! - l'abstinence volontaire n'idéalise pas toujours "l'amour chaste et platonique" de manière très conventionnelle, et certaines expériences mystiques peuvent se révéler ...très sexuelles.

Si vous ne me croyez pas, allez donc voir du côté des écrits de Sainte Thérèse d'Avila dont les expériences mystiques s'expriment en des termes très physiques : ceux de convulsions extatiques, et plus précisément encore, d'une jouissance érotique dans une union orgastique de l’être tout entier avec Dieu, partenaire invisible et "ravisseur" (ou comment, à une expérience mystique d'une intense spiritualité peut se joindre une expérience charnelle, et - pour tout dire - animale, non moins intense).

A contrario (lire mon article sur l'érotisme), le chemin inverse - que je connais bien pour l'avoir souvent pratiqué - existe aussi. Même la relation la plus charnelle (si elle n'est pas pratiquée "mécaniquement", mais avec sensibilité, sensualité, tendresse et réel désir de l'autre), débouche aussi une spiritualité de l'acte. Comme si le désir exacerbé d'union avec l'autre, qu'on l'aborde par le biais de la spiritualité ou de l'animalité, débouchait toujours sur son complément.
Guillaume a écrit : autant c'est vrai que j'ai toujours voulu être éclairé sur ce qu'est ce "monde A", cette "aventure différente" dont on parle ici et là sur ce forum.
Ça m'a toujours semblé être une envolée poétique, et je suis d'accord, c'est beau, mais mon côté cartésien aimerait savoir de quoi il est question, si possible...
Comme vous le souligner plus loin, la A de Asexuel est malheureusement un A privatif : il retranche, il n'ajoute rien. Bien sûr, on peut imaginer que l'énergie qui n'est pas consacrée à la sexualité trouve à s'employer d'avantage à autre chose, comme une communication dégagée de toute compétition sexuelle, d'où une relation interpersonnelle plus sereine, moins sujette à la jalousie, à le subordination de l'un à l'autre, et aux drames que cela provoque. D'où - pourrait-t'on imaginer - une meilleure cohésion du couple.

Mais là encore, rien n'est moins sûr car, si la sexualité est certes souvent à l'origine de conflits etc., elle sert aussi de catalyseur d'énergie et de cohésion dans un couple S.
Guillaume a écrit : Etant hyper-sensuel, j'ai d'abord interprété ça comme une mise en lumière sur l'exploration de la richesse sensuelle que permet la non-pratique de cette "pénétration" si encombrante,
Pour les A, j'imagine fort bien que la "pénétration" soit perçue comme encombrante. Notez, elle l'est parfois aussi pour les (femmes) S, lorsqu'elle est trop précipitée (d'où l'importance des "préliminaires"). La pénétration doit se faire "au bon moment" : lorsqu'on a une telle envie fusionnelle de l'autre qu'on le veut - autant que possible - en soi. Quand cela devient comme une nécessité absolue d'être « comblée » (dans tous les sens du terme).

La pénétration (du point de vue S) est donc une sorte d'arme à double tranchant : utilisée prématurément, avant que le désir croissant de pénétration soit suffisant, elle ruine le désir d'être pénétrée (voire s'apparente à un viol), mais - a contrario - l'abstention totale de pénétration peut provoquer une terrible frustration, lorsque l'autre, tellement attendu, tellement désiré, se dérobe à cette union totale tellement espérée. Un peu comme s'il ne venait pas "au rendez-vous".
Guillaume a écrit : et là je suis bien le premier à penser ça, la sexualité c'est tellement vaste, y'a plein de choses fortes à ressentir une fois qu'on s'est débarrassé du sacro-saint coït, c'est bien pour ça que parfois je me sens A.
C'est vrai que la sexualité est vaste (surtout si on ne lui retranche pas sa dimension spirituelle de sa dimension charnelle) et l'imagination, les fantasmes, etc. peuvent la démultiplier à l'infini.

Mais, puisque le sujet ici sont les relations A/S, vous ne vous débarrasserez pas facilement du "sacro-saint coït". Prenons l'exemple d'un homme A et d'une femme S. La plupart des femmes sont clitoridiennes, plutôt que vaginales, et on pourrait penser (en commettant l'erreur de réduire la relation sexuelle à l'acte) que la pénétration leur est relativement indifférente ! Fameuse erreur ! Non seulement la pénétration correspond à un besoin psychologique profond d'accueillir l'être désiré en soi (voir plus haut), mais aussi à celui de recueillir son sperme, sa semence, au besoin d'être "fécondée" (au moins symboliquement (1) ).

(1) même si cette femme prend la pilule ou s'est fait poser un stérilet. Paradoxalement, ce besoin symbolique compense en quelque sorte le refus, non symbolique celui-là, de faire un enfant.
Guillaume a écrit : Mais vu qu'un asexuel n'est pas forcément un sensuel, je me suis ensuite dit que ça ne devait pas forcément désigner cela... Alors est-ce que ça insiste sur les moments amoureux d'échange spirituel ? Mais ça n'veut rien dire alors, car les S aussi les vivent ces moments-là !

Bien vu : non seulement il n'y a pas d'échange amoureux authentiques sans spiritualité, mais la relation sexuelle elle-même, toute charnelle et animale qu'elle soit, n'est pleine et entière que si elle est aussi spirituelle.

Cette spiritualité, par la symbolique qu'elle véhicule, arrive ainsi à transcender des actes qui, sans cela, apparaitraient seulement vulgaires, sales, pornographiques. Ainsi par exemple, quand je lèche avidement les couilles d'un de mes amants, il n'y a aucune pornographie, aucune vulgarité dans l'acte: seulement un profond désir de le goûter, la substitution symbolique d'un désir quasi anthropophagique de l'autre, en même temps qu'un fort désir de lui être soumise sexuellement).
Guillaume a écrit : Enfin bref voilà quoi, j'ai quelque peu l'impression que ce "monde A", cette "aventure différente", c'est un peu trop placer de la théorie lyrique dans ce qui n'est que penchant naturel le plus souvent inexplicable, à savoir l'absence d'attirance sexuelle, qui pour un S est avant tout une soustraction dans la relation plutôt qu'une addition, vu que ce n'est pas l'asexualité qui a inventé le romantisme...
Bien vu, encore une fois. L'asexuel "pur et dur" se définit, entre autres, par son absence totale de désir (et donc d'attirance) sexuel, pour quelque sexe que ce soit, et de quelque façon que ce soit, d'où son a-romantisme.

Les A qui se disent romantiques prouvent par là qu'ils partagent avec les "S" une part de désir et d'attirance pour l'autre. Vous parlez de sensualité (qui est déjà une forme de sexualité, d'érotisme), même si c'est une forme de sexualité qui ne va pas jusqu'à l'acte). D'autres A déclinent une préférence sexuelle, homo ou hétéro (voire bi), ce qui doit sembler inconcevable pour un asexuel "pur et dur".
Guillaume a écrit : Mais je me trompe peut-être sur toute la ligne, et de toutes façons je sais pas si vous avez eu le courage de lire ce long paragraphe. :oops:
Bah ! Vous êtes sûr qu'au moins une personne vous a lue... :P

----------------
Now playing: The Ikettes - I'm Blue
N
--
Ici il y avait une signature cool

Avatar du membre
Naibed
Adepte
Messages : 187
Enregistré le : 07 nov. 2005, 02:31
Localisation : Overijse, Belgique
Contact :

Re: Fatiguant de devoir toujours expliquer les mêmes choses.

Message par Naibed » 22 août 2008, 00:00

Naibed a écrit : [...] La pénétration doit se faire "au bon moment" : lorsqu'on a une telle envie fusionnelle de l'autre qu'on le veut - autant que possible - en soi. Quand cela devient comme une nécessité absolue d'être « comblée » (dans tous les sens du terme).

La pénétration (du point de vue S) est donc une sorte d'arme à double tranchant : utilisée prématurément, avant que le désir croissant de pénétration soit suffisant, elle ruine le désir d'être pénétrée (voire s'apparente à un viol), mais - a contrario - l'abstention totale de pénétration peut provoquer une terrible frustration, lorsque l'autre, tellement attendu, tellement désiré, se dérobe à cette union totale tellement espérée. Un peu comme s'il ne venait pas "au rendez-vous".
Guillaume a écrit : et là je suis bien le premier à penser ça, la sexualité c'est tellement vaste, y'a plein de choses fortes à ressentir une fois qu'on s'est débarrassé du sacro-saint coït, c'est bien pour ça que parfois je me sens A.
[...] Mais, puisque le sujet ici sont les relations A/S, vous ne vous débarrasserez pas facilement du "sacro-saint coït". Prenons l'exemple d'un homme A et d'une femme S. La plupart des femmes sont clitoridiennes, plutôt que vaginales, et on pourrait penser (en commettant l'erreur de réduire la relation sexuelle à l'acte) que la pénétration leur est relativement indifférente ! Fameuse erreur ! Non seulement la pénétration correspond à un besoin psychologique profond d'accueillir l'être désiré en soi (voir plus haut), mais aussi à celui de recueillir son sperme, sa semence, au besoin d'être "fécondée" (au moins symboliquement (1) ).

(1) même si cette femme prend la pilule ou s'est fait poser un stérilet. Paradoxalement, ce besoin symbolique compense en quelque sorte le refus, non symbolique celui-là, de faire un enfant.
NB : pour Phedeo, et d'autres qui sont dans le même cas (qui auraient une épouse "S"), je précise que tout ce que je décris ci-dessus fait souvent partie des mécanismes inconscients, soit que la personne n'en ait aucune conscience, soit qu'elle n'ait jamais "mis des mots" là-dessus. Elle dira par exemple : "ce n'est pas normal/naturel que ..," ou "si tu ne me pénètres pas, c'est que tu ne m'aime pas vraiment", ou des choses comme ça.

D'où cette incommunicabilité, cette impression d'un langage de sourds entre le A et le S, et le ... « rock'N'roll, :guitar: » à la maison
N
--
Ici il y avait une signature cool

Avatar du membre
Guillaume
Affranchi
Messages : 469
Enregistré le : 02 mai 2008, 23:23
A été aimé : 2 fois

Message par Guillaume » 22 août 2008, 10:34

Houla, merci pour ta réponse conséquente, Naibed, je m'attendais pas à ça ! Je m'étais d'abord demandé pourquoi tu n'avais pas répondu il y a quelques jours, mais apparemment tu préparais une réponse exhaustive digne de ce nom, donc chapeau et merci ! :D

Ouais désolé, j'ai du mal avec le vouvoiement, même si je devrais vu que tu es largement mon ainée et que je te dois le respect dû à l'âge... :oops: (mais moi je suis un jeune con de 21 ans donc c'est pas la peine de me vouvoyer, crois-moi :mrgreen: )

Bon ben sinon, je suis entièrement d'accord avec toi sur tous les points, je ne vois pas ce qu'il y a à rajouter, c'est aussi réjouissant à lire que du Tristana ! :o

Tout ce que tu dis est tout à fait juste et beau, et c'est ce que je pense depuis des années, sauf que moi j'ai moins de talent et d'expérience pour l'exprimer aussi parfaitement ! :wink:

Avatar du membre
Naibed
Adepte
Messages : 187
Enregistré le : 07 nov. 2005, 02:31
Localisation : Overijse, Belgique
Contact :

Message par Naibed » 23 août 2008, 00:53

Merci Guillaume, mon ange angevin...
Guillaume a écrit : je ne vois pas ce qu'il y a à rajouter, c'est aussi réjouissant à lire que du Tristana ! :o :
Ca me rappelle une anecdote qui se passait au Musée du Cinéma à Bruxelles, alors que j'étais encore une toute jeune fille (hé oui !), et où j'ai eu un fou-rire à un des moments les plus tragiques du film (celui ou Tristana, déjà amputée d'une jambe jusqu'au genou, et courtisée/harcelée par un jeune jardinier un peu "limite débile mental", apparait à la terrasse. Elle le met à l'épreuve, en déboutonnant son peignoir, lui montrant sa nudité, et donc son moignon de jambe. J'ai éclaté de rire, en m'esclaffant « mais où l'a-t'elle mise ? » (sa jambe).

Le pire, c'est que le film avait été présenté spécialement pour une soirée de gala très huppée, que j'étais, à l'époque, la maitresse d'un homme politique très en vue, et que mon rire, extrêmement communicatif, s'est rapidement étendu à toute la salle. Bonjour la honte !!

----------------
Now playing: Vaya con dios - Nah neh nah
N
--
Ici il y avait une signature cool

Avatar du membre
Guillaume
Affranchi
Messages : 469
Enregistré le : 02 mai 2008, 23:23
A été aimé : 2 fois

Message par Guillaume » 23 août 2008, 10:19

Je ne vois pas de quel film tu parles, moi je parlais de Tristana la forumeuse du forum asexualité.org ! :lol: (mais on ne la voit plus beaucoup ces temps-ci :( )

Et je ne sais pas parler l'angevin, désolé. :cry:

Avatar du membre
Hermione
Assidu
Messages : 873
Enregistré le : 19 juin 2008, 14:37
Localisation : Rochefort (17)

Re: Fatiguant de devoir toujours expliquer les mêmes choses.

Message par Hermione » 23 août 2008, 11:49

Naibed a écrit :Car le sexe, pour eux, est presque aussi indispensable que l'eau pour le petit poisson dont je parle dans le lien ci-dessus.
Tu as raison Naibed !

Demander à un S de faire abstraction de sexe est aussi difficile que de demander a un A d'avoir des relations sexuelles.
La question est "Comment résoudre ce dilemme ?"
Le A doit-il accepter que son ou sa partenaire aille voir ailleurs ?

Avatar du membre
Naibed
Adepte
Messages : 187
Enregistré le : 07 nov. 2005, 02:31
Localisation : Overijse, Belgique
Contact :

Message par Naibed » 23 août 2008, 14:02

Je serai (comme je le suis toujours) franche !

Si le "A" est bien sûr qu'il est vraiment A, et qu'il y a rien à tenter, pour moi, la meilleure chose à faire, c'est ...que le couple A/S se sépare. Je ne vois aucune autre bonne solution.

Reste le chemin escarpé, s'il est praticable, de la double liaison : une liaison disons, spirituelle, et en tout cas platonique A/S d'un côté, et une relation charnelle S/S2 de l'autre. Mais je n'y crois pas trop.

Même si on imagine un cas idéal, où les trois acteurs A, S, et S2 en aient discuté ensemble de façon approfondie, et soient fermement décidés, tous les trois, de s'en tenir à ce schéma, la relation charnelle risque malgré tout de se transformer en relation complète, c’est à dire charnelle autant que spirituelle, et la relation A/S disparaîtra. Exiger un serment de S de limiter la relation charnelle et d’éviter que celle-ci « déborde » sur une relation complète est inutile (et particulièrement pour une femme S, souvent encore d’avantage qu’un homme amenée à associer – on pourrait presque dire viscéralement – union physique et union spirituelle ou intellectuelle). Ce serait même immoral de demander au S une promesse au-dessus de ses forces.

Voilà.
N
--
Ici il y avait une signature cool

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité