Page 1 sur 1

Résolution

Posté : 04 janv. 2016, 22:03
par Leonie
Je sens ce brouillard qui m'attire vers le bas,
Je sens l'épaisseur de ces toiles quand je m'arrache à toi.
Araignée diabolique, tu as tissé fermement ton cocon,
Et je m'épuise en vain à tenir ma résolution.

Je veux partir très loin, très vite, enfin revivre,
Tu crois que je te détruis, mais c'est moi qui m'épuise,
Comme si c'était un crime de me sentir enfin vivante !
Tu me rappelles à toi, par cette vie ennuyante.
Sans cesse le même réveil, la même journée sans fin,
Tu sais que ça me freine, que ça me fait du bien,
Mais si je me retourne et revis d'où je viens,
Je sens bien que c'est toi qui m'aspire vers la fin.

Laisse-moi m'envoler, arrête de me tirer,
Reprends-moi ma promesse, garde ton coeur brisé,
C'est trop tard pour nous deux depuis longtemps déjà,
Reconnais-le enfin, ne me condamne pas à toi.

Laisse-moi croire qu'il existe un avenir plus serein,
Où nous serions tous deux libres de nous lâcher les mains,
Où nous n'aurions plus à pleurer dès qu'on pense à demain,
Où nous pourrions rêver,
Sans culpabiliser…

Je te détruirai s'il le faut, même si ça me tue chaque jour,
Je couperai tous les ponts, détruirai ton amour !
Je tenais tant à toi, j'aurais tellement aimé
Rester de bons amis sans avoir à te tuer !

Mais si tu ne l'acceptes que si je te détestes,
Alors voilà, c'est fait, je retourne ma veste :
Je serai désormais le pire de tes cauchemars,
Je serai cruauté, et tous tes désespoirs,
Pour qu'enfin tu t'enfuies et comprennes pour de bon,
Que jamais je ne changerai ma ferme résolution.

Re: Résolution

Posté : 05 juin 2016, 14:06
par Ramón
"Laisse-moi croire qu'il existe un avenir plus serein,
Où nous serions tous deux libres de nous lâcher les mains,
Où nous n'aurions plus à pleurer dès qu'on pense à demain"

Merci pour ces lignes, elles résonnent avec une tonalité des plus justes :)

Re: Résolution

Posté : 05 juin 2016, 19:23
par Leonie
Ooulah! J'avais oublié ce poème. Janvier, six mois déjà. Merci de me le faire relire. D'une certaine manière, cela me rassure sur mes sentiments, j'ai un peu moins l'impression d'agir sur un coup de tête.

Pour la peine, je poste le dernier que j'ai écris (mais curieusement, pas destiné à la même personne ;-) )
Oui, je sais, j'aime bien mettre des vers sur mes peines de coeur... :oops:

Je m'étais construit mes murailles
De mensonge et de déni.
Je ne voyais pas les failles,
C'est bien ça qui m'a surpris !

Tu m'as fait ouvrir la porte
Bien fermée à double tour.
Mon envie n'était pas morte
Et encore fort mon amour !

Ça y est, j'ai bien abattu
Tous ces murs et ces dédales
Me voilà mise à nu,
Bien fragiles mes pétales !

Je n'ai plus rien me protégeant
Du tsunami de ta pensée
Je me moquais, me protégeant,
Je te voyais bien enterré.

Et tu arrives, sûr de toi,
Parce que j'avais laissé ouverte
Cette porte que je ne pensais pas
Que tu franchirais si alerte.

Maintenant, que dois-je faire ?
Croire aux espoirs si orgueilleux ?
Je veux pouvoir au mieux te plaire,
Mais si ça nous détruit tous deux ?

J'ai désappris à réagir
A cette terreur qui m'envahit
J'ai tant appris à m'en sortir
Je ne sais plus, je l'ai franchie !

Je veux pouvoir crier tout bas,
Encore, te serrer dans mes bras,
Mais je sens tout s'écrouler
Dès que je me laisse penser.

Il faut que je me laisse aller
Mais je ne pense qu'à contrôler.
Je ne sais pas, je ne sais plus,
C'est terrifiant de s'engager !

Y a-t-il une solution ?
Laisse-moi partir pour de bon !
Mais reste là, à mes côtés,
Je ne peux pas te résister...