Un peu de moi-même, et peut-être, un peu de tous

Vous avez écrit un poème, une histoire ? Vous dessinez, ou bien encore créez de la musique ? Venez, et faites-nous partager vos oeuvres d'art !
Lodh Ille
Néophyte
Messages : 3
Inscription : 18 sept. 2020, 22:13
A aimé : 0
A été aimé : 5 fois

Un peu de moi-même, et peut-être, un peu de tous

Message par Lodh Ille »

Ma vie désaccordée

Tout le monde suit la même partition.

Dans la grande cacophonie du monde, c’est ce que l’on croit entendre. Je l’ai cru longtemps, comme si je l’entendais vraiment, comme si cette musique existait.

Je l’ai vécu.

Je ne me souviens pas du tout début, je ne peux pas me rendre aux limites de moi-même. Aux frontières de mon réel, il n’y a rien, rien qu’une longue plage de silence. Un noir si profond, si absolu, qu’il étouffe tout.

Je suis sans passé.

Les autres n’ont pas de frontière autre que leur naissance, que le moment où la petite enfance transforme leurs souvenirs en petites flammes qu’il n’est plus possible à la conscience d’attraper, tous ces instant que l’on ne connaît qu’à travers les yeux et les mots des autres.

Il y a quelque chose de magique qui se tisse entre ce que racontent les autres et ce qu’on ressent, il y a une magie qui s’opère là, une lumière, une chose qu’on sait, qui chante en on.

On, l’impersonnel, parce que cette longue plage de silence qu’est mon enfance m’est impersonnel. Ce que l’on m’en raconte, ce que l’on m’en montre ne fait monter en moi aucun écho.

Aucune musique dans ce néant.

Avant d’être qui que ce soit, j’ai toujours été un instrument désaccordé, même avec moi même.

Tout le monde suit la même partition. Je ne savais tellement pas jouer de moi-même, alors j’ai suivi celle des autres.

Je n’ai pas vraiment mis tout mon cœur dans ce chœur. Ma voix dissonante. Dans les méandres et les entrelacs, je ne pouvais tout simplement m’empêcher d’être discordant.

J’ai suivi la partition, j’ai suivi…

Le désir a sa propre musique, on peut la reconnaître sans vraiment l’entendre, parfois, aussi, on n’a pas du tout l’oreille. Ce n’est même pas qu’il sonne mal pour nous, c’est juste qu’on ne l’entend pas pour ce qu’il est. Parfois, le désir, c’est juste un silence, notre bémol.

Mon adolescence a commencé comme un bémol.

Tous les jeunes commençaient à s’accorder entre eux, moi, je me sentais soliste. Je ne comprenais pas pourquoi il fallait être deux, peut-être parce que ça semblait normal, et normal, je crois que j’avais envie de m’y raccorder de toutes mes forces.

Alors, en faux romantique, en amoureux de l’idée même de l’amour, de cette lumière pure, de ce Graal que chacun semblait rêver d’attraper, j’ai enchaîner les duos.

Une part de moi savait aussi que c’était voué à l’échec. Ce le fut, une fanfare d’échecs.

Je voulais jouer au rythme de mon cœur désaccordé.

Il me fallait me comprendre.

Il me fallait m’entendre.

Il me fallait m’écouter.

Un jour, j’ai compris qu’il me fallait devenir ma propre mélodie.

C’est venu, un soir, comme un choc, comme une onde. Une nuit envoûtante, alors que je volais, que j’avais sans doute bu et fumé plus que de raison, j’ai fermé mes yeux et mes oreilles au monde et les ai tournés vers l’intérieur de moi-même.

Cet instant avait une qualité, une harmonie parfaite qu’on ne ressent que quelque fois dans toute une existence.

Une onde est née, une mélodie parfaite, elle a pulvérisé les limites de mon réel, j’ai pu admirer mes ténèbres dans toute leur terrifiante complexité.

Il y avait là des accords, chaotiques, névrotiques, des pulsations terribles et magnifiques. C’était tellement tout, féroce, piaillard, dissonant, discordant, disharmonieux, nasillard, hurlant, criant, de ténébreux mouvements, c’était tellement tout, c’était tellement moi. Ca criait depuis toujours, et j’entendais enfin. Des accords terribles, mais des accords vrais, et ils étaient tous miens.

Et là, j’ai compris.

Là, j’ai entendu.

Là, je me suis enfin écouter.

Et j’ai commencé à écrire ma propre partition.

Il a fallu du temps, mais elle était mienne, enfin j’étais mien. J’étais ma propre composition, j’étais la plume, le papier, l’air et le chant.

Je l’avais toujours su au fond.

Dans la grande roue du monde, dans le grand orchestre de l’existence, j’étais un soliste.

Il faut des solistes, on ne peut pas tous jouer la même chose. Nous sommes les plus de l’équation, nous sommes les accents invisibles du monde, nous sous-tendons l’harmonie de tous. Nous jouons pour tous, parce que, aux tréfonds des choses, nous jouons pour nous-mêmes.

Et si nos mélodies sont nôtres, si nos mélodies sont autres, elles sont vraies. Et même la plus universelle des partitions a besoin d’autres vérités.

Je joue ma partition.

Je joue dans mon coin du monde, et mon cœur désaccordé au monde touche les autres, comme des ronds dans l’eau, la musique de chacun s’inscrit dans la trame de tous.

Je suis un soliste.

Mais… Et c’est un soulagement, je ne suis pas le seul.

G.
Avatar de l’utilisateur
choooj
Avenator
Messages : 1515
Inscription : 17 juin 2013, 09:44
A aimé : 341 fois
A été aimé : 365 fois

Re: Un peu de moi-même, et peut-être, un peu de tous

Message par choooj »

Un petit com' vite fait pour rendre ce sujet actif et ainsi mieux faire partager ton texte, à la fois beau et subtil :) .
𝓔𝓼𝓽𝓸𝓶𝓪𝓺𝓾𝓮́𝓮, 𝓳𝓮 𝓶𝓮 𝓿𝓸𝓲𝓼 𝓭𝓲𝓼𝓹𝓪𝓻𝓪𝓲̂𝓽𝓻𝓮 ... 𝓺𝓾𝓮 𝓭𝓲𝓼-𝓳𝓮 ... 𝓮𝓻𝓻𝓮𝓻 !
𝓔𝓽 𝓳'𝓪𝓽𝓽𝓮𝓷𝓭𝓼 𝓺𝓾𝓮 𝓵𝓪 𝓻𝓮𝓲𝓷𝓮 𝓝𝓪𝓻𝓬𝓲𝓼𝓼𝓮 𝓿𝓲𝓮𝓷𝓷𝓮 𝓶𝓮 𝓭𝓮́𝓵𝓲𝓿𝓻𝓮𝓻 !
Avatar de l’utilisateur
sehlem24
Affilié(e)
Messages : 277
Inscription : 23 juil. 2017, 14:16
Localisation : Près de Lyon
A aimé : 33 fois
A été aimé : 39 fois

Re: Un peu de moi-même, et peut-être, un peu de tous

Message par sehlem24 »

Très joliment dit...
Sois toujours toi-même. Sauf si tu peux être une licorne, dans ce cas sois une licorne.
Avatar de l’utilisateur
Coeur de Luciole
Membre junior
Messages : 11
Inscription : 15 févr. 2021, 13:07
A aimé : 0
A été aimé : 5 fois

Re: Un peu de moi-même, et peut-être, un peu de tous

Message par Coeur de Luciole »

Je voulais mettre la partition d'une chanson que j'ai écrit mais on ne peut pas mettre d'image... dommage
Voici donc un poème :

Je vous aime

Je vous aime tels que vous êtes
Dans votre multiplicité
Avec toutes vos différences.

Je vous ressens au fond de mon cœur
Avec la lumière de mon âme
Et la force de mon énergie de vie.

Je vous perçois ô douces symphonies
De vibrations harmonieuses et uniques
Dans la profondeur de vos pensées.

Je vous accompagne vers l’horizon
Et sur vos chemins de traverses
Avec tout l'Amour que je vous dois.
Ener
Apprenti(e)
Messages : 67
Inscription : 08 févr. 2021, 22:46
A aimé : 6 fois
A été aimé : 16 fois

Re: Un peu de moi-même, et peut-être, un peu de tous

Message par Ener »

Ce sont deux très beaux textes, bravo à vous <3
Avatar de l’utilisateur
libih14833
Membre junior
Messages : 6
Inscription : 18 avr. 2021, 18:26
A aimé : 6 fois
A été aimé : 1 fois

Re: Un peu de moi-même, et peut-être, un peu de tous

Message par libih14833 »

Coeur de Luciole a écrit : 15 févr. 2021, 14:56 Je voulais mettre la partition d'une chanson que j'ai écrit mais on ne peut pas mettre d'image... dommage
Voici donc un poème :

Je vous aime

Je vous aime tels que vous êtes
Dans votre multiplicité
Avec toutes vos différences.

Je vous ressens au fond de mon cœur
Avec la lumière de mon âme
Et la force de mon énergie de vie.

Je vous perçois ô douces symphonies
De vibrations harmonieuses et uniques
Dans la profondeur de vos pensées.

Je vous accompagne vers l’horizon
Et sur vos chemins de traverses
Avec tout l'Amour que je vous dois.
Magnifique ! j'adore
Répondre