Sommes-nous voués à la solitude ?

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Avatar du membre
Evanescente
Affilié
Messages : 341
Enregistré le : 23 avr. 2018, 20:13
A aimé : 39 fois
A été aimé : 36 fois

Re: Sommes-nous voués à la solitude ?

Message par Evanescente » 30 mai 2019, 12:17

En fait je sais que si je n'y vais pas, quelque part je vais le regretter... Mais honnêtement, ça me saoule aussi d'y aller. Bref, je suis coincée. Je me réfugie derrière des excuses comme "je veux garder mes sous (j'ai droit à une certaine somme par semaine)", "il va peut être faire chaud (et j'ai horreur de la chaleur)" ou encore "il y aura la foule". Mais ce sont vraiment des excuses pour ne pas y aller. Quant à rencontrer ces gens, je suis tellement plus à l'aise en parlant sur leur forum qu'en vrai ! En vrai je ne dis rien, j'ai aucune conversation. L'un d'eux a dit de moi que j'étais gentille mais que j'étais pas restée longtemps, la dernière fois. Vraiment un terme passe partout qui veut dire que je ne me suis pas fait remarquer par ma conversation éblouissante...

Et puis j'ai peur de ne pas les reconnaître. Parce que je suis très très peu physionomiste. Je peux retenir le nom mais pas le visage, de même que je peux retenir le visage mais pas le nom... Ca dépend. Je crains de les vexer si je leur dit que j'ai oublié leur tête... mais quand je vois pas la personne régulièrement, j'ai du mal. Aussi j'ai peur de ne pas les reconnaître dans la foule.

Je suis consciente que si j'y vais, je serai ensuite fière de moi de l'avoir fait. Mais pour l'heure, je ne suis pas décidée...

Pas facile d'avoir des collègues beaufs, je te souhaite de tout cœur de réussir à retrouver confiance en toi et de dépasser ton burn out.

Avatar du membre
Kamen-kage
Affable
Messages : 149
Enregistré le : 24 avr. 2013, 20:35
Localisation : Bordeaux
A aimé : 25 fois
A été aimé : 3 fois

Re: Sommes-nous voués à la solitude ?

Message par Kamen-kage » 23 juil. 2019, 22:14

Merci pour cet intéressant sujet :-) (j'ai dévoré vos réponses)

Je différencie, comme d'autres, la solitude et l'isolement.
Je suis quelqu'un d'assez solitaire, j'apprécie être seule au calme assez souvent, mais j'ai aussi besoin de me sentir rattachée à d'autres existences: membres de la famille et amis. Je souffre parfois d'isolement lorsque je n'arrive pas à entrer en connexion véritable (c'est-à-dire pas des échanges superficiels) suffisamment souvent avec d'autres personnes.
Je ne pense pas que mon asexualité explique à elle seule la solitude, ni l'isolement d'ailleurs. Plus que l'asexualité, mon souhait de ne pas être en couple et certains aspects de ma personnalité contribuent à m'isoler par moments...toutes mes amies sont dans une relation de couple et un schéma assez classique et, le temps passant, nous commençons à nous éloigner les unes des autres de ce fait. Je crois que les personnes en couple dans la société actuelle ont tendance à privilégier leur conjoint (puis leurs enfants quand elles en ont) plutôt que leurs ami(e)s: je ne sais pas si je suis la seule à observer cela ?

Une personne S m'a dit un jour que je finirai en couple car à terme je perdrai de vue mes amies et que je souffrirai trop de l'isolement...mais je pense que la solution qui me correspondrait le mieux serait d'avoir quelques amis qui fonctionnent comme moi et pour lesquels l'amitié est très importante.

Je rêverais moi aussi de vivre dans un bourg avec les membres de ma famille et mes amies :-)
"Il faut considérer comme un bien le moindre mal" Machiavel

fiffi
Atrix Revolutions
Messages : 1904
Enregistré le : 04 oct. 2016, 00:07
Localisation : 77
Pronom : Il . Fiffi et tu
A aimé : 529 fois
A été aimé : 277 fois

Re: Sommes-nous voués à la solitude ?

Message par fiffi » 23 juil. 2019, 23:46

Tu as raison kamen-Kage : les personnes vivant en couple ont tendance à mettre à l' écart leurs ami(e)s célibataires .

Toute personne n' étant pas dans la " norme " est mise plus ou moins à l' écart mais les couples craignent qu' on leurs volent leurs conjoint(e)s . l' idéal serait en effet de vivre dans un lieu entouré par ses proches .

ginny anne
Affilié
Messages : 265
Enregistré le : 01 août 2018, 16:43
Localisation : Auvergne Rhône-Alpes
Pronom : moi
A aimé : 9 fois
A été aimé : 27 fois

Re: Sommes-nous voués à la solitude ?

Message par ginny anne » 24 juil. 2019, 10:50

Je suis quelqu'un de solitaire aussi, j'ai un peu de mal à tisser des liens avec les gens, quoi que je me suis un peu améliorée, ça devient un petit peu plus facile aujourd'hui. Je fais bien la distinction entre solitude et isolement. Je ne suis pas isolée, je me suis inscrite dans plusieurs associations sportives et culturelles, bon là c'est fermée pendant les vacances. Je m'investis également dans différentes actions bénévoles telles que l'accompagnement scolaire et le don du sang, ce qui fait que je rencontre des gens même si ceux-ci ne deviennent pas des amis.

J'ai remarqué aussi que les amies te laissent tomber quand elles ont quelqu'un, elles se rappelle de toi uniquement quand elles sont célibataires, je l'ai vécu et cela m'a beaucoup déçu.

J'ai remarqué que quand les gens parlent de solitude, ils parlent assez souvent de solitude amoureuse, alors que je ne suis pas seule, je suis en contact régulier avec des personnes de part toutes les activités que je fais.
C'est vrai que la solitude fait peur, mais la solitude amoureuse ne m'effraie pas, je me dis si ça arrive, et bien ça arrive sinon tant pis. Par contre ne pas avoir d'enfants est plus un souci pour moi.
Je vis dans une petite commune et j'adorerai avoir tous les membres de ma famille et mes amis à côté de chez moi, ce serait l'idéal pour moi.

Avatar du membre
Kamen-kage
Affable
Messages : 149
Enregistré le : 24 avr. 2013, 20:35
Localisation : Bordeaux
A aimé : 25 fois
A été aimé : 3 fois

Re: Sommes-nous voués à la solitude ?

Message par Kamen-kage » 25 juil. 2019, 20:32

@fiffi je n'irais pas jusqu'à dire que mes amies ont peur que je leur vole leur conjoint (et heureusement)...mais à partir du moment où les gens sont en couples, ils ont tendance à rencontrer d'autres couples, c'est vrai.
Les deux personnes en couple deviennent une forme "d'entité" inséparable en général. Et on a tout intérêt à bien s'entendre avec les deux personnes, sans quoi on risque de perdre les deux (y compris celle avec laquelle on était ami au départ).

@ginny anne je ressens les choses un peu comme toi aussi...ce n'est peut-être pas aussi flagrant que "laisser tomber" d'un coup d'un seul, mais elles font passer d'autres choses avant...peu importe à quel point elles ont pu être attachées à toi à un moment. Navrée que tu l'aies vécu aussi :-(
C'est vrai que l'amalgame est souvent fait (solitude = solitude amoureuse), sans doute du fait de l'omni-présence du format "couple" dans la société actuelle.
Comme toi, la "solitude amoureuse" ne me gêne pas, c'est l'isolement prolongé qui me soucie :-S
"Il faut considérer comme un bien le moindre mal" Machiavel

Avatar du membre
mimosa
Amène
Messages : 423
Enregistré le : 27 sept. 2012, 12:39
Localisation : 92
A aimé : 114 fois
A été aimé : 35 fois
Contact :

Re: Sommes-nous voués à la solitude ?

Message par mimosa » 29 juil. 2019, 14:15

Je pense que l'asexualité diminue les chances de trouver la bonne personne pour se mettre en couple avec elle. Déjà qu'on est que 1% de la population, trouver la bonne personne dans un "vivier" aussi petit relève de la gageure. Sinon, il faut qu'un S accepte notre asexualité et étant donné les commentaires bas du plafond qu'on lit souvent sous les vidéos où l'on parle d'asexualité, je me dis que ce n'est pas gagné.
Pour les amies, mes amies de lycée sont mariées et ont des enfants et ne sortent plus. Je n'ai pas vraiment d'amitié poussée avec mes collègues et d'ailleurs, je n'ai pas envie de les voir en dehors du boulot.
Mes interactions sociales se limitent au site onvasortir lol Ca me suffit. Par contre, j'ai lu que depuis juillet le site est devenu payant et je pense que les prix assez dissuasifs (95 euros les 4 mois et genre 29 euros le mois sinon, un truc comme ça), vont empêcher de nouvelles personnes pour s'inscrire. Pour l'instant, ils ne font pas payer les anciens (dont je fais partie), mais c'est clair que s'ils commencent à me demander 30 euros le mois, ça sera un gros niet. Y a pas vraiment d'alternive, les autres sites du genre proposent peu de sorties, mais je les essaierais quand même. Je suis inscrite sur meetup, mais jamais fait de sorties encore, ça sera peut être l'occasion.
Alea jacta est :mrgreen:
In vino veritas. :)

Avatar du membre
Mélody
Membre
Messages : 16
Enregistré le : 30 juil. 2019, 13:23
Localisation : Alsace
Pronom : elle
A aimé : 4 fois
A été aimé : 2 fois

Re: Sommes-nous voués à la solitude ?

Message par Mélody » 30 juil. 2019, 15:31

Honnêtement, en vous lisant je constate que je ne suis pas une extraterrestre et ça me rassure. Je n'aime pas le fait que le but ultime de tout le monde autour de moi soit la mise en couple, ni que mes amis qui se mettent en couple deviennent indésolidarisable de leur copain/copine. Je déteste quand je veux voir une copine et que je dois aussi accepter de discuter devant son copain...

Pour la solitude, ça ne me pèse pas pour l'instant, mais j'ai surtout peur pour le futur. J'ai envie de voyager, de vivre dans différents pays, et à moins de trouver quelqu'un d'aussi aventureux que moi ça risquerait de toutes façons de "m'encombrer". Cependant, j'ai pas mal de potes et j'y tiens beaucoup, c'est drôle, parce que je suis plutôt sociable et adore sortir avec mes amis, l'amitié compte beaucoup pour moi, et j'aime en prendre soin.

Tetelle
Néophyte
Messages : 3
Enregistré le : 10 août 2019, 14:24

Re: Sommes-nous voués à la solitude ?

Message par Tetelle » 12 août 2019, 14:10

Cette question m'a taraudée pendant longtemps, puis quand j'ai commencé à mettre un mot sur ce que je ressentais (ou pas), cela m'a fait lever encore plus d'interrogations.
Je suis quelqu'un que l'on pourrait considérer de social. J'ai des amis ou des potes, j'aime sortir, discuter, rigoler. De facade donc, on ne peut pas dire que je suis seule ou isolée. Et pourtant, comme vous dites tous.tes il y a une différence entre avoir des amis et avoir quelqu'un avec qui partager sa vie. Et donc je subis cet isolement, bien que de plusieurs manières je me l'impose à moi-même.

Je pense effectivement que l'asexualité ne peut pas expliquer totalement la solitude ou l'isolement que certain.e.s d'entre nous ressentent. Mais cela peut contribuer. Dans une société hypersexualisée dans laquelle on vit, il est difficile pour les S de concevoir que certaines personnes s'en foutent du sexe, voire même le fuit. Mon asexualité n'explique pas tout dans mon absence de relation intime, néanmoins je me rends compte maintenant que n'étant pas du tout à l'aise avec tout ce qui tourne autour du sexe, et rebutant ce passage que je considère comme obligé dans les relations de couple actuelles, je fuis tout simplement tout grand rapprochement et me cantonne à rester amie.

Néanmoins, je trouve cela assez positif et encourageant de voir que des couples S/A existent, et que l'asexualité peut être compris et plus ou moins accepté. :)

Avatar du membre
Nostera37
Acolyte
Messages : 389
Enregistré le : 26 mai 2019, 12:15
Pronom : Il Elle
A aimé : 7 fois
A été aimé : 41 fois

Re: Sommes-nous voués à la solitude ?

Message par Nostera37 » 12 août 2019, 15:33

Tetelle a écrit :
12 août 2019, 14:10
Je suis quelqu'un que l'on pourrait considérer de social. J'ai des amis ou des potes, j'aime sortir, discuter, rigoler. De facade donc, on ne peut pas dire que je suis seule ou isolée.


Je suis exactement comme toi, je ne cherche que des amis car je suis sociable, mais en-dehors de ma famille, je n'ai personne dans ma vie.
Tetelle a écrit :
12 août 2019, 14:10
rebutant ce passage que je considère comme obligé dans les relations de couple actuelles


Ce qui rejoint ce que j'ai beaucoup dit: de mon ressenti, le sexe n'est qu'un coup de tampon, pour valider la relation, prouver que c'est "sérieux", et on doit le refaire pour prouver régulièrement que ça marche encore...

Je ne pourrais pas retourner avec un S, je ne pourrais plus me forcer, et me sentir bien en sachant que j'imposerais ce refus à mon partenaire. Pas de sacrifice, d'un côté comme de l'autre, sinon le couple est une prison.
« If I did it, then you can do it. » ~ Mark Edward Fishbach 2017

Avatar du membre
Virgil21
Apprenti
Messages : 57
Enregistré le : 12 août 2019, 19:48
Pronom : Il
A aimé : 11 fois
A été aimé : 14 fois

Re: Sommes-nous voués à la solitude ?

Message par Virgil21 » 14 août 2019, 04:24

Bon, il semblerais que je me soit trompé de forum.. :?
Plus sérieusement je partage certains points de vu exprimés ici.
Seulement je me rends compte que dans mon cas je devrais inverser la question^^ (Solitaire, suis-je voué à rester A?)

Ma solitude "soft" d'adolescent à muée en quelque chose de plus profond au fil des ans, modifiant nombre de choses dont ma sexualité.
Ok 90% des gens et des interractions sociales me fatiguent et j'ai adopté le profil ermite (plus d'exceptions ou presque).
Mais je comprends le besoin d'échange (je ne serais pas la autrement) et que l'isolement subit doit être difficile.
Bref la solitude étant un choix je ne peu répondre à la question en partant de la sexualité.. (cause/conséquence).
Mais j'ai tout de même un avis.

Effectivement dans un monde où on doit entrer dans des cases, la détermination du "statut" passe par des normes et un certain "affichage" de la sexualité. Pas sur que les couples soient effrayés d'un ami célibataire endurcis tant qu'il à une aisance à afficher sa sexualité et qu'elle reste proche des normes. Expérience vécu : je suis resté ami avec un couple plusieurs années car ils étaient persuadés de mon activité effective alors que je parlais d'un lointain passé ou de relations inventés (les gens sont prêts à croire pas mal de choses a condition d'être convainquant).
Mais en effet, si je leur avait avoué mon abstinence ils seraient surement devenus méfiants.
Dans ce sens par exemple oui l'asexualité amène plus de solitude sociale car ce n'est pas quelque chose d'assez commun, ni discuté chez nous.
Peut être qu'au Japon, pays qui héberge des phénomènes tels que les personnes amoureuses de leur "Love Doll" ou les "Hikikomori", l'asexualité passe pour plus acceptable..? Je ne dit pas que c'est le cas, je n'y est pas vécu, mais derrière la façade traditionnelle leur culture semble parfois plus ouverte d'esprit.. Ou alors c'est un faux semblant.

Ceci dit, on est pas obligé de prendre dans un sens négatif l'aspect fataliste de la question( être voué à..).
Ce n'est peut être qu'une question de prise de recul sur la vie, le monde et de réflexion sur sa propre nature et celle de l'homme.
Traduction : Ok ma nature m'offre un certain "destin" vis a vis des autres dans la société actuelle. Mais qui blâmer? Ce destin est il inaltérable?
Est ce que je crois vraiment au destin?
Si je dois vivre en groupe comment le vivre plus agréablement..? (Coming out? Jouer un rôle? Thérapie à plusieurs?)
Si je dois vivre en solo comment vivre plus sereinement? (Bénévolat, militantisme, Hobbys, médication plus ou moins naturelle?)
Peut être existe t-il un "divertissement", un truc permettant de s'épanouir autrement? Hors des "normes" et/ou sur le long terme.
C'est le peut être qui importe ici, c'est bateau mais il autorise l'espoir et permet parfois de passé de "subissant à "agissant".

Je ne dis pas qu'il y a une solution pour tout le monde. Et je suis loin d'être ce qu'on appelle un optimiste. Une citation que j'affectionne est :
"Pas de plus sûre prison, que l'espoir pour le lendemain" (elle viens d'un ancien président).
Mais j'aime la philosophie, mettre les choses en perspectives, essayer le plus possible de voir le monde avec d'autre lunettes que son propre égo.
Bref vous l'aurez deviné je suis perché et c'est un certain relativisme qui domine chez moi. :mrgreen:
Flectere si nequeo superos, Acheronta movebo

Avatar du membre
Orchis
Adepte
Messages : 153
Enregistré le : 29 mai 2019, 23:25
A aimé : 37 fois
A été aimé : 36 fois

Re: Sommes-nous voués à la solitude ?

Message par Orchis » 14 août 2019, 09:51

Virgil21 a écrit :
14 août 2019, 04:24
Ma solitude "soft" d'adolescent à muée en quelque chose de plus profond au fil des ans, modifiant nombre de choses dont ma sexualité.
Ok 90% des gens et des interractions sociales me fatiguent et j'ai adopté le profil ermite (plus d'exceptions ou presque).
Mais je comprends le besoin d'échange (je ne serais pas la autrement) et que l'isolement subit doit être difficile.
Bref la solitude étant un choix je ne peu répondre à la question en partant de la sexualité.. (cause/conséquence).
J'ignore pourquoi, mais j'ai eu une association d'idée avec le concept introversion/extraversion (mon cerveau fonctionne bizarrement des fois). Je ne sais pas si c'est hors sujet ou pas par contre. :oops:

Il n'y a pas si longtemps, je suis tombée sur une explication simplifiée géniale du concept : un.e extraverti.e recharge ses batteries en voyant du monde, un.e introverti.e recharge ses batteries dans la solitude.

Bref, une personne avec une personnalité de type extraverti "pur" ne peut pas choisir la solitude parce qu'elle va juste devenir marteau. Dans son cas, l'isolement subi va être une pure torture. J'avais entendu une interview de Laurent Gerra (que je n'aime pas par ailleurs) où il expliquait qu'il ne pouvait pas rester une soirée seul à son hôtel. Il faisait le tour de son répertoire pour trouver quelqu'un avec qui aller faire la fête. Moi, j'aime autant rester dans ma chambre avec un livre. :oops:

Ensuite, comme pour l'asexualité, c'est un spectre.

Personnellement, je serais une "extraverted introvert" (toujours pas trouvé la définition français et ambivertie ne me semble pas aller). Ça veut dire qu'en fonction de la vitesse du vent et de l'âge du capitaine, je vais avoir envie de voir des gens (connus) ou pas. En outre, cela implique que je vais déprimer si je ne vois personne pendant trop longtemps ou m'épuiser (et stresser) si je vois trop de monde pendant trop longtemps. :mrgreen:

Ensuite, vu que j'avais trouvé les éléments qui m'intéressaient, je n'ai pas creusé le sujet d'avantage.

Je m'excuse si c'est un hors-sujet. J'ai l'impression qu'il y a un rapport, mails il existe peut-être seulement dans ma tête. :roll:

Avatar du membre
Ylber
Adepte
Messages : 179
Enregistré le : 13 janv. 2018, 17:22
Localisation : Paris
Pronom : Il
A aimé : 53 fois
A été aimé : 71 fois

Re: Sommes-nous voués à la solitude ?

Message par Ylber » 14 août 2019, 17:53

Virgil21 a écrit :
14 août 2019, 04:24
Si je dois vivre en groupe comment le vivre plus agréablement..? (Coming out? Jouer un rôle? Thérapie à plusieurs?)
Si je dois vivre en solo comment vivre plus sereinement? (Bénévolat, militantisme, Hobbys, médication plus ou moins naturelle?)
Peut être existe t-il un "divertissement", un truc permettant de s'épanouir autrement? Hors des "normes" et/ou sur le long terme.
Voilà qui est clairement exposé. Ce sont de très bonnes questions (peut-être même les seules qui vaillent) et nous y sommes tous confrontés - asexuels, abstinents ou autres. Donc rassure-toi, tu as tout à fait ta place parmi nous. :D
Evidemment, personne ne te donnera la solution miracle, celle-ci variant selon les individus ; nous pouvons juste comparer nos expériences.
Au moment de te répondre, je suis quand même un peu pris de vertige, vu la multiplicité des voies que tu énumères. Chacune mériterait de longs développements. Peut-être devrais-tu en choisir une qui t''interpelle plus particulièrement, et lancer un thread spécifique dessus.
Orchis a écrit :
14 août 2019, 09:51
Il n'y a pas si longtemps, je suis tombée sur une explication simplifiée géniale du concept : un.e extraverti.e recharge ses batteries en voyant du monde, un.e introverti.e recharge ses batteries dans la solitude.
J'aime beaucoup cette définition, Orchis. Pour moi (introverti), c'est tout à fait ça !

Avatar du membre
Grignoteuse de bouquins
Avant-gardiste
Messages : 1287
Enregistré le : 02 oct. 2017, 19:17
Localisation : Nice
Pronom : Elle/Ael
A aimé : 384 fois
A été aimé : 213 fois

Re: Sommes-nous voués à la solitude ?

Message par Grignoteuse de bouquins » 14 août 2019, 18:57

Orchis a écrit :
14 août 2019, 09:51
Un.e introverti.e recharge ses batteries dans la solitude.
C'est exactement ça !
En tout cas ça décris parfaitement mon impression ^^ .
♠ Why frick frack when you can snick snack ? ♠ :cake:

Avatar du membre
Virgil21
Apprenti
Messages : 57
Enregistré le : 12 août 2019, 19:48
Pronom : Il
A aimé : 11 fois
A été aimé : 14 fois

Re: Sommes-nous voués à la solitude ?

Message par Virgil21 » 14 août 2019, 21:09

Orchis a écrit :
14 août 2019, 09:51
un.e extraverti.e recharge ses batteries en voyant du monde, un.e introverti.e recharge ses batteries dans la solitude.
Bref, une personne avec une personnalité de type extraverti "pur" ne peut pas choisir la solitude parce qu'elle va juste devenir marteau. Dans son cas, l'isolement subi va être une pure torture.
J'approuve aussi, le caractère peu permettre de trouver réconfort dans la solitude.
En plus si on doit distinguer solitude (choisie) et isolement (subit), je reviens sur le terme "voué à", qui me fait comprendre la question comme :"suis je condamné à l'isolement?".
En considérant que la solitude peut être soit un bénéfice soit "un préjudice" en fonction des caractères, on pourrait reformuler la question telle que: "Sommes nous plus exposés à l'isolement?" ou l'étendre "Peut-on conjuguer l'A avec tous les caractères?", "Asexualité et "extravertisme" sont ils compatibles?" (ce ne sont que des exemples).
Sinon il y a une méthode pour éviter que la batteries ne se décharge trop vite, c'est de rester à proximité de la source d'énergie.. (ok je sorts :arrow:)

Ylber a écrit :
14 août 2019, 17:53
Donc rassure-toi, tu as tout à fait ta place parmi nous. :D
Au moment de te répondre, je suis quand même un peu pris de vertige, vu la multiplicité des voies que tu énumères. Chacune mériterait de longs développements. Peut-être devrais-tu en choisir une qui t''interpelle plus particulièrement, et lancer un thread spécifique dessus.
Merci de l'invitation a rester :wink:
Il y a bien des sujets que j'aimerais aborder mais je commence juste mon tour du forum. Je reconnais également avoir moins de recul pour les "mécanismes de solutions" que pour les "débats philosophiques".. Si on doit parler de croyances par exemple, j'ai du mal avec le concept de "solution miracle", mais c'est le genre de chose pour lequel je suis capable de rester agnostique. :P
Flectere si nequeo superos, Acheronta movebo

Daniele
Néophyte
Messages : 3
Enregistré le : 28 août 2019, 02:22
A aimé : 12 fois
A été aimé : 2 fois

Re: Sommes-nous voués à la solitude ?

Message par Daniele » 30 août 2019, 22:35

Bonsoir
Je crois que c'est cela qui me fait le plus peur en fait : la solitude. Me passer de sexe n'est pas un problème . Je n'en ressens pas le besoin, ni le manque. Mais j'ai besoin de câlins, de tendresse, de douceur. J'ai besoin d'amour, de complicité, de partage, de joie. Et je me dis qu'il est difficile de construire une relation durable et épanouissante . Je veux dire que c'est déjà difficile pour tous alors peut être encore plus pour ceux , comme moi qui ont une micro libido.
En tout cas, j'ai décidé d'être vraie, de dire ce que je pense et ce que je suis , de ne plus essayer de séduire en faisant semblant d'être quelqu'un que je ne suis pas, en me conformant à ce que l'autre attend , ou à ce que je crois qu'il attend. Etre en accord avec soi-même, s'aimer suffisamment pour se faire plaisir avant tout à soi, c'est pour moi le sésame pour se sentir bien, seule ou pas seule. Des lors, la solitude devient plus agréable .
Et puis de toute façon, non, nous ne sommes pas voués à la solitude. Na .

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités