Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Avatar du membre
Almond
Apprenti
Messages : 52
Enregistré le : 28 nov. 2016, 18:25
A aimé : 51 fois
A été aimé : 36 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par Almond » 07 sept. 2017, 08:56

PassionA a écrit :
07 sept. 2017, 07:51


Si le monde n'était qu'amour, tout irait bien. C'est un peu, à mon avis, le problème de beaucoup de personnes romantiques : elles sont aveuglées par leur sentiments et croient que tout devient possible grâce à ceux-ci... jusqu'à commettre des actes horribles comme des agressions sexuelles, des harcèlements, gâcher la vie des autres, etc... Tant que y'a de l'amour, hein, tout va bien, non?
Comme je te le disais, les solutions sont tout à fait possibles! n_n
Ca implique de laisser une certaine liberté à l'autre, qui te laisse la tienne, mais c'est possible et je le vis très bien comme ça :)

Avatar du membre
Baelfire
BadAce
Messages : 3654
Enregistré le : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 630 fois
A été aimé : 923 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par Baelfire » 07 sept. 2017, 09:16

Bien sûr que c'est possible. Et heureusement d'ailleurs :)

L'amour c'est pas de la rage normalement.
♪Love is in the A ♫

Avatar du membre
PassionA
Atrix Reloaded
Messages : 1804
Enregistré le : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 475 fois
A été aimé : 484 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par PassionA » 07 sept. 2017, 12:34

Je n'ai jamais dit que c'était impossible ni qu'il n'y avait pas de solutions, ni qu'on ne pouvait pas bien le vivre. Chacun son chemin personnel.

Je me pose juste la question d'un point de vue extérieur à cela. Pourquoi s'embêter alors qu'on sait que c'est voué à l'échec? Pourquoi partir sur une complication inutile qui devra faire l'objet d'un compromis dont on ne veut pas (à moins que pour vous, le sexe soit toujours un compromis passable, dans ce cas je comprends votre point de vue mais je ne le partage pas)? Est-ce que vous marquez plus de points dans la vie si vous retournez une situation difficile à votre avantage?

Avatar du membre
Lau
Aguerri
Messages : 500
Enregistré le : 15 nov. 2017, 23:02
Localisation : Rhône-Alpes
A aimé : 244 fois
A été aimé : 171 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par Lau » 26 nov. 2017, 00:29

(Je dépoussière un peu dans le coin)

Merci pour ces témoignages et réflexions. Je suis un peu toute retournée par ce que je viens de lire, parce que je réalise ma chance. Je crois que je n’ai jamais été aussi reconnaissante de vivre dans la société dans laquelle je vis, avec toutes ces possibilités d’information, car elle m’aura permis de me trouver et de comprendre alors que tout commence encore pour moi (ou presque).

Le consentement, c’est la clé. On en parle encore récemment dans les médias et je l’ai moi-même appris à mes dépends cet été. Pour ce que vous avez évoqué : une aspiration à la normalité, une crainte d’anormalité et surtout, cette envie de faire plaisir. Comment résister quand on sait qu’on est ce dont l’autre à besoin, qu’il vous dit quel bien vous lui faites ? Quand on a tant de mal à se faire passer d’abord et qu’au jugé la sensation d’inconfort qui vous noue le ventre sera contrebalancée par la certitude du plaisir de l’autre ?

Et c’est ça qui a été terrible pour moi cet été, le combat qui se jouait entre mon corps et mon esprit, le premier plutôt partant, le second en proie à une indécision folle. Parce que je n’étais pas venue là pour ça, parce que je l’aime à ma façon mais pas comme ça, parce que je ne sais pas si je ressens ce que je devrais ressentir, parce que je ne suis pas prête, que je n’y connais finalement rien, parce que je me satisfais seule et que je me refuse à déléguer par peur de la dépendance, parce que fondamentalement ça me dégoûte (mais ça je l’ai compris bien après). Quelqu’un parlait de lâcher-prise, je sais que c’est ce qui "bloque" (et bloquera toujours, à moins que « je trouve le bon » aha).

Heureusement pour moi (et c’est là aussi que je reconnais ma chance) c’est cette absence de lâcher-prise qui a pu limiter les dégâts : j’ai su m’écouter. J’ai cédé du terrain mais n’ai pas pu lui en accorder la totalité. J’ai pu dire stop et j’ai été entendue, pas comprise mais tout de même respectée. C’est d’ailleurs lui qui une nuit avant, pendant une de nos discussions aussi profondes qu’interminables, m’a dit que mon corps m’appartenait, que c’était « à moi ». Et j’ai ri un quart d’heure, riche de cette leçon, de ce savoir neuf qui aurait pourtant dû être acquis depuis belle lurette, mais non, avec tout ça, ce saut dans l’inconnu, ces découvertes, cet été, j’avais oublié l’essentiel : mon corps est à moi et moi seule peut décider quoi en faire et avec qui. Et c'est quelque chose que l'on ne m'a finalement pas dit pendant mon adolescence : on savait qu'un rapport sexuel forcé/sans consentement mutuel c'était du viol, on était avertis contre des adultes malveillants, on était déculpabilisés, mais c'était laisser tout le reste dans l'ombre, oublier que le consentement ça ne vaut pas que pour le "vrai" sexe.

Bref, le consentement est la clé. Mais ce qui est capital à savoir, c’est qu’un oui peut devenir non et que c’est ce qui compte. C’est l’une des leçons que j’ai retiré de cette expérience, en plus de la découverte de mon asexualité. C’est ce qui me fait dire que je ne ferais désormais plus la même erreur et que je ne pourrais jamais être en couple avec un S, comme vous les appelez. Parce que je serais incapable de répondre à ses attentes, que je m’en voudrais de le faire attendre parce que, peut-être qu’un jour… et puis je crois que j’en mourrais de le savoir ailleurs, comblé par quelqu’un d’autre. Douloureusement paradoxal, je sais.

Je voulais juste conclure, avec une petite vidéo claire (et drôle) sur ce qu’est le consentement parce qu’un rappel ne sera jamais inutile.

(Des bons sous-titres en français sont dispo'.
Il y a eu une vidéo de Et tout le monde s’en fout sur le sujet et plus largement sur la culture du viol, mais celle-ci me paraît plus pertinente)
"C'est une folie de remédier à l'arbitraire d'un dégoût par l'arbitraire d'une contrainte." (R. Enthoven)

Image

Avatar du membre
piwi
Avenista
Messages : 1312
Enregistré le : 23 oct. 2017, 00:07
Localisation : Mont de Marsan
A aimé : 491 fois
A été aimé : 218 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par piwi » 26 nov. 2017, 01:44

sehlem24 a écrit :
29 août 2017, 21:07
Merci Almond pour ce poste important il me semble !
Pour m'être forcée pendant des années je peux dire aujourd'hui que ça n'arrivera plus ! Pendant des années, mon corps m'a hurlé d'arrêter ça et je faisais semblant de ne pas entendre ( mon conjoint aussi d'ailleurs, lui n'entendait même pas ce que je lui disait...), et je suis bien décidée à ne pas retomber dans ce comportement !
Maintenant, c'est "je suis comme ça, si ça ne convient pas, c'est pas la peine de continuer". J'espère m'y tenir car mon célibat et la révélation de mon statut de A est tout récent. .. 😋

Merci pour ce post Almond et merci à selhem pour le sien dans lequel je me reconnais beaucoup. Lau, j'ai adoré ton post et le lien sur le consentement : Tea consent. :woke:

J'ai tout arrêté il y a une quinzaine d'années (environ) parce que je sentais bien qu'il était VITAL pour moi de cesser d'avoir des relations sexuelles pas vraiment consenties + non consenties du tout (combien de fois...). Heureusement que je ne suis pas allée plus loin. Heureusement que je suis célibataire aujourd'hui car je me sens beaucoup moins seule que quand j'étais "en couple" ! :roll:
mon âme n'a pas de sexe (iel)

Avatar du membre
Alix
Membre
Messages : 24
Enregistré le : 22 nov. 2017, 20:30
A aimé : 1 fois
A été aimé : 9 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par Alix » 26 nov. 2017, 12:34

Oh, merci, mille mercis pour ce sujet d'une part, pour ce dépoussiérage d'autre part, et pour cette vidéo très drôle et pertinente.
Ton histoire Lau, me parait vraiment intéressante. Elle ne finit pas trop mal, tu as pu être écoutée, visiblement, la personne avec qui tu étais était très correcte, et pourtant, tu sembles tout de même dire que tu es allée trop loin... En effet, il n'y a pas assez d'informations, pas du tout assez d'informations.
Personnellement, je me suis faite avoir dans ma relation, non pas car la personne avec qui j'étais était incorrecte ou trop insistante, mais tout simplement car j'ai accepté ce que je n'aurais pas dû accepter...
Comme le Almond, on peut parfois y consentir pour faire plaisir ou par amour. Le consentement doit venir de vous, et uniquement de vous. Si on n'a pas envie, il ne faut pas chercher plus loin, même si "ça ne nous dérange pas trop/pas du tout". C'était mon cas, ça ne me dérangeait pas, alors, après un certain temps de relation, j'ai consenti. Je me rends compte maintenant que sans s'en rendre compte, mon ex (qui était vraiment quelqu'un de correct, je le redit) m'influençait. Nous discutions et j'avais donc connaissance de son envie. Jamais on ne m'a demandé de le faire, et pourtant, déjà, avoir quelqu'un qui en a envie, c'est une énorme influence qu'il ne faut pas négliger. C'est face à ce désir que j'ai accepté, c'est en réponse à cela que j'ai consenti, de mon coté, et même si ça ne me dérangeait pas, je ne pensais pas "oui".
En plus, je sens bien la différence, car pour d'autres activités où j'avais vraiment consenti, je ne regrette rien. Contrairement à ce que j'évoquais plus haut, où je regrette réellement (et encore plus une fois, où je n'avais même pas donné mon consentement, mais là, c'est évident que je regrette, et en parle donc moins).

Avatar du membre
Olib
Acolyte
Messages : 398
Enregistré le : 18 sept. 2017, 13:35
Localisation : Clermont-Ferrand
Pronom : Il
A aimé : 235 fois
A été aimé : 207 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par Olib » 26 nov. 2017, 13:15

Oui, oui, oui, oui.

Merci, Lau, pour avoir déterré ce fil, pour ton témoignage et aussi pour cette vidéo que je trouve géniale.

"Mon corps n'appartient qu'à moi" : phrase qu'on devrait se répéter chaque matin pour être sûr.e de ne pas l'oublier dans les moments cruciaux.
Plusieurs fois j'ai dit "oui" sans être sûr de vouloir. Plusieurs fois j'ai ressenti de la culpabilité après avoir dit "non". Cela ne devrait jamais arriver.
Les cours d'éducation sexuelle à l'école devraient être là pour nous rentrer ça dans la tête, au lieu de se contenter de nous apprendre à mettre une capote sur un godemiché.
La montagne, ça vous gagne.
"Poum Di Dou Da Dou Dim"

Image

Avatar du membre
Lau
Aguerri
Messages : 500
Enregistré le : 15 nov. 2017, 23:02
Localisation : Rhône-Alpes
A aimé : 244 fois
A été aimé : 171 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par Lau » 26 nov. 2017, 14:19

C'est terrible comme je me reconnais dans ton témoignage, Alix. C'est exactement ça, dire oui pour faire plaisir, parce que son envie (et surtout la verbalisation de son envie) m'influençait. Je l'ai laissé faire parce que ça ne me dérangeait pas, mais ce n'était pas un "oui". Et en effet, de ce point de vue là, mais si peu de choses ont été faites, c'était déjà trop. Mais à ce moment-là, je ne sais pas trop comment l'expliquer, j'étais comme déconnectée de mon corps, inconsciente de l'impact que ça pourrait avoir sur moi après. Sur le moment, c'était "oh c'est juste des seins, s'il veut tâter et masser, il peut se faire plaisir, c'est juste de bouts de chair qui dépassent après tout". Ahahah, cette douce naïveté. :mrgreen:

Mais oui, on est tous d'accord qu'il n'y a pas suffisamment d'informations et de dialogue à propos du consentement. Et j'espère vraiment qu'on pourra faire évoluer tout ça et qu'on préparera mieux les générations qui viennent.

Edit
Et pour répondre à Olib : les équipes pédagogiques sont formées progressivement en matière d'éducation à la sexualité et à la vie affective. C'est absolument pas parfait, on rencontre beaucoup de résistance et beaucoup d'établissements sont en infraction avec la loi qui impose un certain nombre d'heures par an dédié à ça, mais des progrès sont faits. Et j'ai l'espoir que dans quelques années, avec la nouvelle génération de profs (dont je fais partie) les choses auront commencé à bouger et les équipes péda' permettront aux jeunes d'être mieux informés et plus conscients de tout ça.
Mais il y a encore du chemin et c'est compliqué parfois de ne pas céder au découragement quand on entend certaines choses.
"C'est une folie de remédier à l'arbitraire d'un dégoût par l'arbitraire d'une contrainte." (R. Enthoven)

Image

Avatar du membre
godiva
Amibe
Messages : 87
Enregistré le : 21 nov. 2017, 23:22
Localisation : Paris
A aimé : 29 fois
A été aimé : 18 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par godiva » 26 nov. 2017, 16:18

Moi aussi je me reconnais dans ce témoignage.
Jeune, on veut se prouver qu'on est "normale".

Mais ces expériences font plus de ravages qu'autre chose, et ce sont des années pour en guérir.
Je pense qu'il ne faut pas céder à la pression sociale, qui nous impose de perdre la virginité très tôt, ou en avoir honte, et après nous impose d'être sexuellement actif.

Je crois que ce sont les efforts qu'on a pu faire, qui nous ont dégouter viscéralement de la sexualité.
Pas dans de bonnes circonstances, pas le bon zigue !

Car les désirs peuvent se réveiller naturellement. Ce n'est pas parce qu'on n'a pas désir, qu'on est asexuel, ou sensé rester sans désir.
Le désir ne s'est tout simplement pas réveillé, par des moyens simples :
- prise de conscience de notre corps,
- acceptation du toucher, acceptation des sensations
- massage et douceur simple, sans aller plus loin => pression mauvaise
- s'habiller avec des étoffes agréables au corps :oops:

Dans notre société on nous habitue à la sexualité dégradante, le plus rapidement possible sans état d'âme, c'est mauvais.
Ça laisse des séquelles et des blessures qui ne peuvent guérir.
La sexualité est le résultat d'une sensualité épanouie et non l'inverse.
Métal un jour, métal toujours ! :guitar:

Avatar du membre
PassionA
Atrix Reloaded
Messages : 1804
Enregistré le : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 475 fois
A été aimé : 484 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par PassionA » 26 nov. 2017, 18:33

godiva a écrit :
26 nov. 2017, 16:18
Mais ces expériences font plus de ravages qu'autre chose, et ce sont des années pour en guérir.
Si un traumatisme peut engendrer un comportement asexuel, heureusement ce n'est pas le cas de la plupart des asexuels. Dans ce genre de cas, ce n'est pas l'asexualité qui est une chose à guérir mais plutôt le traumatisme qui engendre ce comportement. Il y a un glissement facile que font beaucoup de personne à voir l'asexualité comme quelque chose de mal vécue en soi mais ce n'est pas le cas, quand elle est mal vécue c'est toujours à cause des intolérances extérieures (en gros l'acephobie).

godiva a écrit :
26 nov. 2017, 16:18
Car les désirs peuvent se réveiller naturellement. Ce n'est pas parce qu'on n'a pas désir, qu'on est asexuel, ou sensé rester sans désir.
Je suis globalement d'accord avec ton commentaire. Je voudrais juste préciser que ce n'est pas le désir qui fait qu'on est asexuel ou non, mais l'attirance sexuelle. Ainsi, ce n'est pas parce qu'on est asexuel qu'on est sans désir.

On peut tout à fait éveiller le désir chez une personne asexuelle, ça ne fait pas qu'elle devient attiré par la chose ou la personne qui a éveillé ce désir. C'est juste que si la personne asexuelle accepte cet état mental et d'excitation comme suffisamment confortable elle peut envisager d'avoir une relation sexuelle ou non. Être asexuel ce n'est pas ne pas avoir de sexualité mais juste ne pas ressentir d'attirance sexuelle pour une autre personne.

Je parle de mon cas personnel : j'aime la sensualité et la douceur, le contact de l'autre et les tendresses et cela peut éveiller mon corps à être capable d'avoir des relations sexuelles si je le désire, mais je ne ressens pas d'attirance sexuelle pour autant. Ce qui veut dire, en gros, que quelque soit la source de cette sensualité, elle peut actionner une réponse de mon corps à ces stimuli (et d'ailleurs tu le dis très bien, ce n'est pas forcément vivant ni même humain ce peut être une qualité de tissu, une matière, un liquide, des sons, etc.). Je ne suis pas pour autant attiré sexuellement par cette source (et donc voudrais avoir des rapports sexuels) et heureusement...
En revanche ce sont des déclencheurs qui pourraient (et on a déjà testé avec mes partenaires) être utilisés pour éveiller mon désir dans le cadre d'une expérience sexuelle, mais il faut quand même que je décide à un moment donné de vouloir avoir des relations sexuelles car ça ne m'attire pas en soi d'en avoir avec une personne et pour moi cette phase de douceur des sens n'est pas un pis-aller ou un prérequis, c'est juste quelque chose que j'apprécie en soi et dont je préfèrerais que ça ne soit QUE CA sans être suivi de sexe.

Avatar du membre
godiva
Amibe
Messages : 87
Enregistré le : 21 nov. 2017, 23:22
Localisation : Paris
A aimé : 29 fois
A été aimé : 18 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par godiva » 26 nov. 2017, 19:21

@passionA

Je crois que le désir de vouloir "entrer à tout prix" dans une case, nous bloque.

Je n'ai jamais eu d'attirance sexuelle pour qui que ce soit ! C'est une très grande force, car personne ne peut me manipuler, je gère tout, comme une grande, du haut de mon étalon (hihihihihi désolée, je délire de temps en temps :mrgreen: ça ne dure pas, t'inquiète pas)

Pour désirer une personne, faut du temps. Je ne crois pas que je suis asexuelle à 42 ans, parce que je n'ai jamais été attirée par personne.
L'attirance vient à peu près dans cet ordre par :
- fascination
- déstabilisation
- curiosité
- compréhension et adhésion
- aimer la personne
- se rapprocher physiquement d'elle
et là, tout s’enclenche.

Excuse-moi, mais je crois qu'on fait pilou pilou beaucoup trop tôt, et qu'on ne laisse pas la magie s'opérer. Pas de patience, obsédé par la baise, on perd tout sens romantique et romanesque surtout.

Je n'ai jamais eu le temps, d'accroitre mon attirance physique, et je suis super lente.
Métal un jour, métal toujours ! :guitar:

Avatar du membre
PassionA
Atrix Reloaded
Messages : 1804
Enregistré le : 12 janv. 2017, 20:32
Localisation : Côte d'Azur
Pronom : Ka nama kaa lajerama
A aimé : 475 fois
A été aimé : 484 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par PassionA » 26 nov. 2017, 23:45

godiva a écrit :
26 nov. 2017, 19:21
Excuse-moi, mais je crois qu'on fait pilou pilou beaucoup trop tôt, et qu'on ne laisse pas la magie s'opérer. Pas de patience, obsédé par la baise, on perd tout sens romantique et romanesque surtout.
Oh bah moi je suis aromantique, j'avoue que la magie je la laisse dans les chapeaux avec les lapins ou alors je vais la vivre à Disneyland. Je ressens de nombreuses attirances envers les personnes (esthétiques, intellectuelles, sensuelles, ludiques) et ça me donne bien envie de me rapprocher d'elles mais uniquement dans un but platonique. Ce qui fait que l'Amour avec un grand A qu'on chante dans les chansons et qui vient de Rome, je ne l'ai jamais ressenti. On me dit que ce que moi j'appelle de l'amour, ce n'est QUE de l'amitié... parce qu'il faut classer les sentiments par ordre de grandeur sinon c'est pas drôle :roll:

Alors je te dirais bien que j'ai eu mes quelques aventures sexuelles trop tôt, mais ce serait un mensonge :P C'est plutôt un truc qui m'est "tombé dessus" à quelques occasions dans ma vie adulte et auquel j'ai consenti un peu par devoir et un peu par curiosité - et je regrette le premier mais pas le second. J'ai toujours su que c'était quelque chose qui ne m'intéressait pas et donc je n'ai jamais été obsédé par le cul ni par le couple, mais quand l'occasion s'est présentée j'ai joué le jeu pour voir - bon en fait ce n'est pas pour moi, merci. En effet le corolaire c'est que je suis très indépendant.

En tout cas, ce qui ressort de ton commentaire c'est que tu te connais bien toi même et ça c'est la base pour être bien sans ses baskets :mrgreen: (merci la Grèce antique et Socrate)

Avatar du membre
godiva
Amibe
Messages : 87
Enregistré le : 21 nov. 2017, 23:22
Localisation : Paris
A aimé : 29 fois
A été aimé : 18 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par godiva » 26 nov. 2017, 23:56

Il est évident que je ne peux parler que de moi-même. :mrgreen:

Imaginez que les autres sont comme toi, est un sacré leurre, et c'est ce que font beaucoup de personnes.

Je me connais hyper bien, et je sais ce qui m'actionne. Je me rapproche également des personnes intelligentes, sensuelles....

En revanche, j'ai du mal m'exprimer. Le romantisme est, pour moi, une forme de mystère, romanesque, tu vois. Danger-attirance-curiosité.
Peut-être que ce qui m'attire est une forme de charisme sombre.

Ah j'aime les mecs viriles, voilà pourquoi le métal, me donne de bonnes dispositions. :mrgreen:
Métal un jour, métal toujours ! :guitar:

Avatar du membre
Alix
Membre
Messages : 24
Enregistré le : 22 nov. 2017, 20:30
A aimé : 1 fois
A été aimé : 9 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par Alix » 26 nov. 2017, 23:57

J'avoue que ça me rassure un peu de me rendre compte qu'il y a des histoires qui sont aussi semblables.

J'aurais juste voulu rebondir sur les expériences qui font des ravages.
Oui, rares sont les asexuels qui le sont suite à des expériences traumatisantes, et oui, dans ce cas, ce qu'il faut, c'est un soin.

Cependant, et c'est visiblement le cas pour godiva, Lau et moi (plus ou moins, je ne parle pas d'intensité), un asexuel peut, à cause de son asexualité (et du manque d'infos, et surement d'autres choses), se retrouver dans une expérience néfaste qui va provoquer une rupture peut-être encore plus grande avec le sexe. D'ailleurs, c'est ce que dit godiva :
godiva a écrit :
26 nov. 2017, 16:18
Je crois que ce sont les efforts qu'on a pu faire, qui nous ont dégouter viscéralement de la sexualité.
Après, j'imagine qu'il y a des A qui sont dégouté(e)s par la sexualité de base, mais il y en a surement beaucoup aussi qui le deviennent (ce qui en soit, relève aussi d'une pathologie je pense) et ça, ça ne devrait pas arriver.

Avatar du membre
Olib
Acolyte
Messages : 398
Enregistré le : 18 sept. 2017, 13:35
Localisation : Clermont-Ferrand
Pronom : Il
A aimé : 235 fois
A été aimé : 207 fois

Re: Ne vous forcez JAMAIS! (important, indispensable, salvateur, crévindjeu!)

Message par Olib » 27 nov. 2017, 07:03

Et pour répondre à Olib : les équipes pédagogiques sont formées progressivement en matière d'éducation à la sexualité et à la vie affective. C'est absolument pas parfait, on rencontre beaucoup de résistance et beaucoup d'établissements sont en infraction avec la loi qui impose un certain nombre d'heures par an dédié à ça, mais des progrès sont faits. Et j'ai l'espoir que dans quelques années, avec la nouvelle génération de profs (dont je fais partie) les choses auront commencé à bouger et les équipes péda' permettront aux jeunes d'être mieux informés et plus conscients de tout ça.
Mais il y a encore du chemin et c'est compliqué parfois de ne pas céder au découragement quand on entend certaines choses.
Merci pour ces précisions.
C'est vrai que je parlais de ce que moi j'ai eu comme cours d'éduc sexuelle qui, comme j'ai dit, parlait uniquement de choses "pratiques" : comment ne pas avoir de maladies et ne pas avoir d'enfants, que faire si on a un doute, etc. C'était fin 90/début 2000 et cette histoire du consentement passait totalement à la trappe. Ce n'est pas donc pas du tout étonnant de voir autant de réactions négatives au #balancetonporc et autres histoires de plaintes sur harcèlement. Les gens ne sont pas éduqués.
Maintenant, je suis de nature optimiste, et je ne doute pas que ça évolue dans le bon sens, même si ça se fait lentement.
La montagne, ça vous gagne.
"Poum Di Dou Da Dou Dim"

Image

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités