Assumer son asexualité

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Avatar du membre
Baelfire
BadAce
Messages : 3643
Enregistré le : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 627 fois
A été aimé : 919 fois

Re: Assumer son asexualité

Message par Baelfire » 19 déc. 2014, 09:20

Natsu a écrit : C'est super de dédramatiser, mais où est le drame ? On ne dramatise pas, on discute. L'asexualité n'est pas un drame. Ou alors je n'ai rien compris à ce que tu voulais dire (c'est peut-être là qu'est le drame ? :mrgreen: Ok, je vais essayer de dédramatiser... :wink: ).
Pour toi peut être que ce n'est pas un drame. Et pour moi non plus d'ailleurs. Mais combien a t-on de témoignages ici, de gens le vivant mal ? La peur d'être différents, de ne pas être compris et accepté, de ne pas pouvoir construire de vie affective etc...Il y en a que ça bouffe et qui se recroquevillent au point de sortir de chez eux le moins possible. Combien de membres sont mal dans leur peau à cause de ça, parce qu'au final ils se focalisent là-dessus ?

Et pour les ados qui sont en recherche d'identité et d'appartenance, qui sont victimes des clichés (pourquoi tu sors pas avec plein de gens toi ??) c'est surement pire.

Voilà pourquoi j'aime bien insister sur le fait que :

1)Tu es très jeune et tu ne peux pas être sûre d'être asexuel. Attend un peu, continue à chercher, vis ta vie.
2) Etre asexuelle ne doit pas être une obsession et ça se vit trés bien

Pour le reste Zim à tout dit.
♪Love is in the A ♫

Avatar du membre
Sven L.
Aguerri
Messages : 541
Enregistré le : 05 avr. 2010, 13:32
Localisation : Belgique, petit royaume
A aimé : 2 fois
A été aimé : 10 fois

Re: Assumer son asexualité

Message par Sven L. » 19 déc. 2014, 14:28

Je ne suis vraiment pas partisan de faire peur au jeunes/les jeter aux lions, on en bave bien assez dans la vie, prendre une réception fraiche de la part de gens que l'on espère être allié/comme nous...ben ça n'est pas très sympathique.
Créer un espace safe ne serait-il pas plus...productif ?
Sur le chat je suis la vengeance,
Je suis la nuit,
Je suis...
Batman !

La normalité n'existe pas, surtout ici.

Zimou
Administrateur
Messages : 4995
Enregistré le : 14 oct. 2010, 14:44
Pronom : Il
A aimé : 435 fois
A été aimé : 454 fois
Contact :

Re: Assumer son asexualité

Message par Zimou » 19 déc. 2014, 15:34

Sven L. a écrit :Créer un espace safe ne serait-il pas plus...productif ?
non, car conforter un jeune dans ce qu'il croit être et qui est peut être une erreur est contre productif, on se doit de dire à quelqu'un qui se pense A que, si il a des raisons de peut être ne pas l’être, que ce n'est peut être pas le cas. la peur n'est pas un danger, au contraire elle permet de l'éviter, et ça c'est "safe" ^^ si quelqu'un a peur de l'asexualité, notre but n'est pas de lui dire "n'ai pas peur, tu as raison, tu es (peut être) asexuel" (alors qu'on en sait rien et que lui même se pose la question). on est pas ici pour recueillir toutes les personnes qui n'ont pas d'attirance sexuel et les appeler "asexuel" sans distinction (sinon on accueillerait aussi les enfants de 5 ans justement et on les définiraient asexuel), mais on est la pour les aider à se définir. c'est lorsqu'ils sont sur d’être ce qu'ils sont qu'on peut être rassurant si ils ont peur de ne pas être en couple, d’être seul, etc...
Être rassurant parce qu'on croit quelque chose, c'est comme être une religion. on va pas pousser quelqu'un à croire quelque chose qui est peut être faux (pour lui) sous prétexte que ça lui fera du bien d'y croire, qu'il se trouvera en sécurité. il faut lui dire la vérité, même si c'est pas rassurant, qu'il se trompe peut être si il a des raisons de se tromper. Je n'irai pas mentir dans le but de "recruter" des A (ce que fait selon moi la religion xD ). On mériterait presque le titre de secte si on faisait ça xD
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image

Avatar du membre
Natsu
Ascendant
Messages : 944
Enregistré le : 10 juin 2014, 21:09
Localisation : Aquitaine
A aimé : 39 fois
A été aimé : 128 fois

Re: Assumer son asexualité

Message par Natsu » 19 déc. 2014, 18:37

Zimou a écrit :non, car conforter un jeune dans ce qu'il croit être et qui est peut être une erreur est contre productif, on se doit de dire à quelqu'un qui se pense A que, si il a des raisons de peut être ne pas l’être, que ce n'est peut être pas le cas. la peur n'est pas un danger, au contraire elle permet de l'éviter, et ça c'est "safe" ^^ si quelqu'un a peur de l'asexualité, notre but n'est pas de lui dire "n'ai pas peur, tu as raison, tu es (peut être) asexuel" (alors qu'on en sait rien et que lui même se pose la question). on est pas ici pour recueillir toutes les personnes qui n'ont pas d'attirance sexuel et les appeler "asexuel" sans distinction (sinon on accueillerait aussi les enfants de 5 ans justement et on les définiraient asexuel), mais on est la pour les aider à se définir. c'est lorsqu'ils sont sur d’être ce qu'ils sont qu'on peut être rassurant si ils ont peur de ne pas être en couple, d’être seul, etc...
Être rassurant parce qu'on croit quelque chose, c'est comme être une religion. on va pas pousser quelqu'un à croire quelque chose qui est peut être faux (pour lui) sous prétexte que ça lui fera du bien d'y croire, qu'il se trouvera en sécurité. il faut lui dire la vérité, même si c'est pas rassurant, qu'il se trompe peut être si il a des raisons de se tromper. Je n'irai pas mentir dans le but de "recruter" des A (ce que fait selon moi la religion xD ). On mériterait presque le titre de secte si on faisait ça xD
Je ne comprends rien à tout ça. Personne n'a autorité pour dire à quelqu'un ce qu'il est ou n'est pas.
Un forum est un lieu d'accueil et d'écoute, les personnes qui viennent ici sont contentes de trouver d'autres personnes qui peuvent les comprendre. Faire peur aux gens, les décourager, c'est vraiment nul.
on est pas ici pour recueillir toutes les personnes qui n'ont pas d'attirance sexuel et les appeler "asexuel" sans distinction (sinon on accueillerait aussi les enfants de 5 ans justement et on les définiraient asexuel)
C'est un non sens, il faut passer un test pour être ici ? Le site dit bien que l'asexualité est l'absence d'attirance sexuelle, non ? Aurais-tu une autre définition ?
La remarque sur les enfants de 5 ans est inappropriée, il est évident que les enfants ne sont pas concernés par les identités sexuelles. Dans un précédent post, tu parlais de l'âge de la puberté et c'est faux : l'âge moyen des premières règles est entre 12 et 13 ans et sachant que c'est le dernier trait sexuel qui apparaît chez les filles (le développement des seins précède l'arrivée des règles) et que la fourchette est 9ans - 15 ans (une fille qui n'a pas eu ses règles à 16 ans devrait consulter), le corps d'une adolescente de 15 ans est complètement formé (sauf cas d'anorexie ou autre trouble du développement), c'est pourquoi la majorité sexuelle est donnée à 15 ans, filles et garçons. source et source, document PDF de synthèse à télécharger intitulé "croissance et puberté"

Ces propos me semblent vraiment discriminatoires, comme si tu t'arrogeais le droit de dire aux autres si ils/elles peuvent se dire asexuel. De plus, il y a des personnes qui ressentent de l'attirance sexuelle qui viennent ici afin de mieux comprendre l'asexualité.
Tu parles sans arrêt d'erreur, mais encore une fois, il n'y a pas d'erreur : si on ne ressent pas d'attirance sexuelle pour d'autres personnes au présent, on est asexuel, peu importe le passé ou le futur ! Il n'y a que des changements en matière de sexualité, d'attirance, etc. Et oui, l'être humain n'est pas une statue, tout peut changer à tout âge, mais les changements en matière d'orientation sexuelle sont plutôt rares, même très rares ! Je ne crois pas que sur les forums homosexuels on dise aux jeunes "attends, tu vas peut-être devenir hétéro à 21 ans".
Pour l'asexualité, c'est plus compliqué, car il y a les A, les grey-A, les a-romantiques, les bi-romantiques, les homo-romantiques, les hétéro-romantiques, les pan-romantiques, etc. (l'asexualité étant un spectrum doublé d'aromantisme ou de romantisme), mais ce n'est pas à toi de dire aux autres ce qu'ils sont ou ne sont pas. Il faut laisser les personnes se chercher elles-mêmes, et juste les accueillir et donner des informations, de l'écoute, de l'empathie, de l'humour, de la joie, du dynamisme. Et il y a plus de personnes qui deviennent asexuelles avec l'âge que l'opposé (des personnes asexuelles qui deviendraient sexuelles) !

Tout ce que demande les personnes qui viennent sur ce forum, c'est un accueil chaleureux car ce n'est pas facile d'être asexuel lorsque l'on a 18 ans et que tous vos copains ne parlent que de ça, donc un minimum de compréhension, et plutôt que de dire "c'est terrible d'être asexuel, tu es trop jeune, tu vas peut-être changer" dire "ben oui, les autres ne pensent qu'à ça, mais tu as le droit d'être différent, tu n'es pas tout seul, et bienvenue !"

Avatar du membre
Sven L.
Aguerri
Messages : 541
Enregistré le : 05 avr. 2010, 13:32
Localisation : Belgique, petit royaume
A aimé : 2 fois
A été aimé : 10 fois

Re: Assumer son asexualité

Message par Sven L. » 19 déc. 2014, 21:38

C'est stupéfiant(et un peu effrayant)de voir Natsu évoquer de manière aussi précise et développé ma pensée.
Totalement d'accord.

Sinon, il y a un truc qui a été zappé, c'est le bout de phrase suivant:
on en bave bien assez dans la vie
C'est important.
Pourquoi ? Ben j'en ais bavé pas mal par le passé alors si à 18,17,16 ou 15 ans(ou même avant) on m'avais dit "les asexuels existent et voiçi ce dont il s'agit" plutôt que de rester dans la dualité homo-hétéro(le reste passant à la trappe...yep, B&T il m'a fallu trouver tout seul ce que c'était, idem pour les pans), ça m'aurait hautement réconforté.
Bien plus qu'un glacial et on ne peut plus classique "t'es trop jeune pour le savoir, n'explore pas cette voie"...ce qui est clairement ce qu'on dit aux homos.
Sur le chat je suis la vengeance,
Je suis la nuit,
Je suis...
Batman !

La normalité n'existe pas, surtout ici.

Laco
Membre
Messages : 24
Enregistré le : 19 août 2014, 21:57
A aimé : 1 fois

Re: Assumer son asexualité

Message par Laco » 19 déc. 2014, 22:12

-
Modifié en dernier par Laco le 06 févr. 2016, 22:06, modifié 3 fois.

Avatar du membre
Natsu
Ascendant
Messages : 944
Enregistré le : 10 juin 2014, 21:09
Localisation : Aquitaine
A aimé : 39 fois
A été aimé : 128 fois

Re: Assumer son asexualité

Message par Natsu » 19 déc. 2014, 23:55

Sven L. a écrit :C'est stupéfiant(et un peu effrayant)...
Zut, moi qui voulais que l'on cesse de faire peur :mrgreen: :wink:
Sven L. a écrit :on en bave bien assez dans la vie
Oui c'est certain. :bise:
Laco a écrit : Il n'y a pas de recettes miracle à part la communication pour moi, et étant donné que je n'ai plus besoin d'aide sur le sujet, je pense d'abord qu'il faut essayer de percer plus loin en la personne qui demande de l'aide, essayer de savoir son vécu etc..
Je ne blâme personne sachez le, je respecte vos réponses parce que je suis certains que cela part d'un bon sentiment. Seulement ne croyais pas que les gens ne peuvent pas comprendre qui ils sont, sois prétexte qu'ils ne connaissent rien à la vie.
On devrait être plus dynamique avec les nouveaux et les inviter, s'ils le souhaitent et en ont besoin, à parler de leur vécu/choses privées sur le forum "honnêtement" qui n'est visible qu'aux inscrits. Par pudeur et respect, je ne pose pas de questions, mais apparemment c'est une erreur.
J'espère que tu vas mieux et que, malgré ce mauvais préambule, tu resteras sur ce forum... et encore désolée de n'avoir pas répondu correctement avant, on apprend de nos erreurs, j'essayerais de mieux répondre à l'avenir.
:cake: :bise:
Modifié en dernier par Natsu le 20 déc. 2014, 12:47, modifié 1 fois.

Zimou
Administrateur
Messages : 4995
Enregistré le : 14 oct. 2010, 14:44
Pronom : Il
A aimé : 435 fois
A été aimé : 454 fois
Contact :

Re: Assumer son asexualité

Message par Zimou » 20 déc. 2014, 00:43

Natsu a écrit :Je ne comprends rien à tout ça. Personne n'a autorité pour dire à quelqu'un ce qu'il est ou n'est pas.
justement, personne n'a autorité pour l'affirmé. une personne de 15 ans vient et dit "je suis peut être asexuel", on répond "tu es jeune, il ne faut pas oublié tout de suite que peut être tu ne l'es pas", dans aucun cas personne n'affirme qu'il est asexuel ou ne l'es pas.
Natsu a écrit :Un forum est un lieu d'accueil et d'écoute, les personnes qui viennent ici sont contentes de trouver d'autres personnes qui peuvent les comprendre. Faire peur aux gens, les décourager, c'est vraiment nul.
ce n'est pas nul, c'est une façon de se questionné. si quelqu'un me décourageait à être asexuel, d'une part je réfléchirai à sa raison, je me remettrait en question si c'est une raison sensé (et un jeune age est une raison parfaitement sensé), et si cette raison s'applique pas à moi, alors j'aurais plus de raison de penser que je suis pas A, et donc être sur que je suis A. On ne peut être vraiment sur d’être A que lorsqu'on a aucune raison de l’être.
Natsu a écrit :C'est un non sens, il faut passer un test pour être ici ? Le site dit bien que l'asexualité est l'absence d'attirance sexuelle, non ? Aurais-tu une autre définition ?
biensur qu'il faut passer un test, il faut se questionner, nous sommes notre propre test! on se dit pas asexuel du jour au lendemain sans réfléchir. c'est cette réflexion propre à chacun ce "test".
Natsu a écrit :La remarque sur les enfants de 5 ans est inappropriée, il est évident que les enfants ne sont pas concernés par les identités sexuelles. Dans un précédent post, tu parlais de l'âge de la puberté et c'est faux : l'âge moyen des premières règles est entre 12 et 13 ans et sachant que c'est le dernier trait sexuel qui apparaît chez les filles (le développement des seins précède l'arrivée des règles) et que la fourchette est 9ans - 15 ans (une fille qui n'a pas eu ses règles à 16 ans devrait consulter), le corps d'une adolescente de 15 ans est complètement formé (sauf cas d'anorexie ou autre trouble du développement), c'est pourquoi la majorité sexuelle est donnée à 15 ans, filles et garçons. source et source, document PDF de synthèse à télécharger intitulé "croissance et puberté"
on a pas les même sources (et tes liens ne sont pas consultable).
déjà pour l'homme et la femme, c'est différent.
pour la femme :
Démarrage : généralement entre 9 et 16 ans (plus tôt que l'homme).
Durée : habituellement trois ans.
pour l'homme :
Démarrage : généralement entre 12 et 18 ans. L'âge médian d'entrée dans la puberté, en se fondant sur le critère de l'apparition des premiers poils pubiens, se situe aux alentours de 13 ans[réf. nécessaire]. D'après un sondage effectué auprès de plusieurs milliers d'adolescents principalement anglo-saxons sur un site de jeunes, cet âge serait de 11,7 ans au Canada, en Australie, aux États-Unis et en Grande Bretagne.
Durée : elle varie beaucoup trop d'un individu à l'autre pour qu'il soit raisonnable de fournir un nombre d'années précis.
comme je l'ai dit, l'asexualité est l'orientation qui se définit forcement le plus tard vu qu'il n'y a pas de différence entre l'attirance sexuel avant et après la puberté, uniquement lorsqu'on est sur que la puberté et l'adolescence est achevé. soit en moyenne à 19 ans pour la femme (le début à 16 ans + les 3 ans de durée) et je dis 21 ans pour l'homme, en donnant 3 ans de durée (début à 18 ans + 3 ans de durée = 21 ans) mais comme indiqué, c'est trop variable pour donner un chiffre précis, ça peut être plus. et encore une fois, ce sont des généralité, donc il y a des personnes qui n'ont pas d'attirance sexuel à 21 ans et qui en auront après, malgré leurs ages ils ne sont pas asexuel, seulement encore trop jeune (exactement à l'image d'un enfant de 5 ans)
Natsu a écrit :Ces propos me semblent vraiment discriminatoires, comme si tu t'arrogeais le droit de dire aux autres si ils/elles peuvent se dire asexuel. De plus, il y a des personnes qui ressentent de l'attirance sexuelle qui viennent ici afin de mieux comprendre l'asexualité.
en aucun cas je ne dis qu'ils ont le droit ou pas de se définir asexuel. comme je l'ai dis, tout le monde à le droit de se définir ainsi, mais si un enfant de 5 ans le fait, je ne le considérais pas comme tel et me doit de lui dire que ça changera pour lui (avec 99% de S j'ai peu de chance de me tromper). je le fais exactement de la même façon avec un jeune de 18 ans, sans être aussi catégorique car sa puberté à commencé contrairement à un enfant de 5 ans, mais n'est peut être pas terminé. nous représentons 1% de la population. Si 95% des jeune adulte finissent leur adolescence à 21 ans (ce qui fait une bonne généralité quand même!), 80% des personnes personnes qui n'auront pas d'attirance sexuel (les 4% restant) à cet age sont pas asexuel et auront de l'attirance sexuel un peu plus tard lorsque leur puberté sera terminé. je pense que c'est loin d’être négligeable et qu'il faut informé un peu les jeunes membre sur le sujet.
Natsu a écrit :Tu parles sans arrêt d'erreur, mais encore une fois, il n'y a pas d'erreur : si on ne ressent pas d'attirance sexuelle pour d'autres personnes au présent, on est asexuel, peu importe le passé ou le futur ! Il n'y a que des changements en matière de sexualité, d'attirance, etc.
le sentiments (l'orientation pour etre précis) ne change pas. mais son interprétation est parfaitement libre et par conséquent, l'erreur est parfaitement possible. j'ai très bien expliqué en quoi j'ai moi même fait erreur son mon orientation je pense, c’était suffisamment clair. je me définissait S alors que j'étais A. l'inverse est aussi parfaitement possible.
Natsu a écrit :Et oui, l'être humain n'est pas une statue, tout peut changer à tout âge, mais les changements en matière d'orientation sexuelle sont plutôt rares, même très rares ! Je ne crois pas que sur les forums homosexuels on dise aux jeunes "attends, tu vas peut-être devenir hétéro à 21 ans".
non, car contrairement à l'asexualité, il y a un changement entre l'attirance sexuel quand on est enfant et celle lorsque notre puberté est terminé. quand on a de l'attirance sexuel pour un sexe, c'est que la puberté est entamé ou terminé et à peut de chance de changer. contrairement à un homo, il est impossible de dire si la puberté est terminé pour un jeune qui se définit A et que ça ne changera pas, même à 20 ans.
Natsu a écrit :Pour l'asexualité, c'est plus compliqué, car il y a les A, les grey-A, les a-romantiques, les bi-romantiques, les homo-romantiques, les hétéro-romantiques, les pan-romantiques, etc. (l'asexualité étant un spectrum doublé d'aromantisme ou de romantisme)
absolument pas! l'aromantisme n'a rien à voir avec l'asexualité, il y a des aromantique S! faut pas confondre. quand aux "grey-A", ils font partie de notre communauté car nous comprennent (et on les comprend en retour) de part leur très faible attirance sexuel qui les rend aussi différents de la norme. mais ils ne sont pas A (il n'ont pas AUCUNE attirance sexuel)
Natsu a écrit :mais ce n'est pas à toi de dire aux autres ce qu'ils sont ou ne sont pas.
ce n'est pas le cas.
Natsu a écrit :Il faut laisser les personnes se chercher elles-mêmes, et juste les accueillir et donner des informations, de l'écoute
exactement, c'est une information de dire qu'a 18 ans la puberté n'est peut être pas terminé et que la personne n'est donc peut être pas asexuel.
Natsu a écrit :Et il y a plus de personnes qui deviennent asexuelles avec l'âge que l'opposé (des personnes asexuelles qui deviendraient sexuelles) !
connait tu beaucoup d'asexuel depuis suffisamment longtemps pour affirmer ça? mon expérience me montre plutôt le contraire. mais si ça reste rare, un adulte A est plus susceptible de faire erreur sur son orientation et donc rectifier son erreur en se définissant S que l'inverse. il existe de nombreuse raison de ne pas avoir d'attirance sexuel. si il y a une raison, ce n'est pas de l'asexualité (par exemple, quelqu'un qui a mal lors de relation sexuel va en avoir du dégout à force, et quand il y a dégout il y a forcément absence d'attirance. hors cette personne n'est pas asexuel, elle a juste des douleurs qui bloque son attirance. les raisons d'avoir un blocage d'attirance peuvent être physique ou psychologique, et sont nombreuse).
Natsu a écrit :Tout ce que demande les personnes qui viennent sur ce forum, c'est un accueil chaleureux car ce n'est pas facile d'être asexuel lorsque l'on a 18 ans et que tous vos copains ne parlent que de ça, donc un minimum de compréhension, et plutôt que de dire "c'est terrible d'être asexuel, tu es trop jeune, tu vas peut-être changer" dire "ben oui, les autres ne pensent qu'à ça, mais tu as le droit d'être différent, tu n'es pas tout seul, et bienvenue !"
"ben oui, les autres ne pensent qu'à ça, mais tu as le droit d'être différent, tu n'es pas tout seul, et bienvenue !", c'est quelque chose qu'on répond quand la personne nous dit "je suis nouveau, je pense etre A, bonjour!"
"c'est terrible d'être asexuel, tu es trop jeune, tu vas peut-être changer", c'est quelque chose qu'on répond quand la personne nous demande " j'ai 18 ans, je n'ai pas d'attirance sexuel, suis je A?". en bref, la réponse doit etre adapté à la "question". et ici la phrase est un mélange des 2 : "j'ai 18 ans, je suis A, comment ça se passe pour vous?" on informe donc que dire "je suis A" (pas "je pense etre A" ou "je suis peut être A), donc avec certitude, à 18 ans, ça se réfléchi beaucoup. peut être la personne y a déjà réfléchi depuis plusieurs mois/années, peut être que ça lui a pris comme ça du jour au lendemain. mais on ne le sait pas, l'information est donc nécessaire. et même si il y a eu réflexion, ça aide évidement beaucoup à se définir, mais à 18 ans il est pas impossible que ça change, et c'est aussi une information à donner.
Laco a écrit :j'ai fais un post il y a environ 4mois pour essayer de trouver des réponses à mes questions, ayant découvert le mot "asexualité" justement en cherchant un mot à mes "problèmes". J'ai eu aussi des réponses de ce type comme quoi j'avais encore du temps devant moi pour découvrir etc..
Je n'en dormais plus, déjà avant, parce que j'ai mis énormément de temps à comprendre ce que j'étais réellement, et à 21ans, jeune certes, je pense avoir eu du temps durant mon adolescence (j'estime qu'a 21ans on n'est plus un ado! On doit justement devenir adulte à cet âge, quand même! Les responsabilités qui arrivent etc...)
tu avais des "problèmes" ces problèmes ont une cause. tant que tu ne t'es pas posé la questions de la cause de ces problème, impossible de savoir si tu était bien asexuel ou pas. et encore moins possible pour nous de te le dire. donc dire que tu ne l'était peut etre pas n'est pas une erreur, tout comme dire que tu l'es peut etre. mais rappelons que 99% des gens sont S, on a plus de chance d’être S que A, et le fait d'avoir des problèmes ne définit pas notre orientation.
Laco a écrit :pour faire le tour du problème, en l'occurrence que moi et le sexe on n'était pas fais pour s'entendre.
là encore, dans ton discours, tu aurais encore des questions à te poser pour se définir définitivement asexuel. les asexuel et le sexe ne sont pas fait pour ne pas s'entendre, on en a seulement pas d'attirance. si tu te définit A pour cette raison, ce n'est pas de l'asexualité. les A peuvent parfaitement s'entendre avec le sexe. mais tu peux aussi très bien ne pas t'entendre avec le sexe et être A. il te faut comprendre pourquoi tu ne t'entend pas avec le sexe, et te poser cette question et en trouver la réponse. si la réponse (ou même cette absence d'entente) implique un blocage d'attirance, ce n'est pas de l'asexualité. si il n'y a pas de blocage, c'est que c'est naturel, c'est ton orientation, tu es bien asexuel. est ce que si tu t'entendais bien avec le sexe, tu aimais ça, tu aurai pas de l'attirance? quand quelqu'un me dit "je n'aime pas le sexe", déjà il y a beaucoup de questions à se poser. moi qui aime ça j'ai déjà eu pas mal de question alors que pourtant, du fait que j'aime ça, j'avais pas bien de raison d'avoir un blocage. le fait de ne pas aimer implique forcement qu'il y ai une possibilité d'absence d'attirance causé par ce dégout.

voila, adulte, se définir asexuel n'est déjà pas si simple. il faut se poser des questions pour être sur que ce soit pas un blocage. être en bonne santé, fouiller longtemps dans sa mémoire à la recherche d'un traumatisme ou autre chose et voir si il y a des liens à établir avec ou pas. et s'assurer de ne plus être un enfant. mais pour cette assurance, aucun besoin de chercher, c'est l'age qui le détermine.
Laco a écrit :j'estime qu'a 21ans on n'est plus un ado!
en général, pour une grande majorité, oui. mais ce n'est pas quelque chose d'universel, qui s'applique à 100% de la population. et pour ces quelques personne restante qui ne sont pas encore adulte à 21 ans, certain vont croire qu'ils sont asexuels alors qu'ils sont juste un peu plus en retard que la moyenne. après, pour moi à 20/21 ans on a de bonne chance de savoir qui on est sans que ça change bien. Mais une fourchette de 20/25 ans comme donne Baelfire me choque pas, d'autant plus qu'elle est un peu plus vielle que moi et à une expérience de la vie plus avancé que la mienne, il y a des chances pour qu'elle en sache plus que moi sur le sujet.
Laco a écrit :Seulement ne croyais pas que les gens ne peuvent pas comprendre qui ils sont, sois prétexte qu'ils ne connaissent rien à la vie.
prenons quelqu'un totalement en dehors de la société, seul, à qui on a appris que le langage et de quoi survivre, qui en connait donc rien à la vie. pense tu qu'il soit capable de comprendre grand chose à notre monde si on le propulse dedans du jour au lendemain? non. car ce qui nous permet de comprendre, c'est l'expérience et l'éducation (mais surtout l'expérience). et l'expérience s'acquiert avec du temps. plus tu es vieux, plus tu as des chance d’être en capacité de comprendre. même si il y en a pour qui il a fallu moins de temps que d'autre pour comprendre la même chose, il faut du temps et de l'expérience à tout le monde. et quelqu'un qui n'a pas d’éducation ni d'expérience, qui ne connait rien à la vie, sera pas capable de prendre des décisions.
Natsu a écrit :On devrait être plus dynamique avec les nouveaux et les inviter, s'ils le souhaitent et en ont besoin, à parler de leur vécu/choses privées
c'est quelque chose que je fais systématiquement quand ils sont prêt à se dévoiler, sans ça impossible d'avoir le moindre avis, d'aider quelqu'un dans ses recherche. mais il faut comprendre qu'il est impossible de bien faire passé un ressenti à l'écrit, et que même avoir toute les réponse sur la vie de quelqu'un ne permet pas de dire qu'il est A. il ne dira que ce à quoi il pense, il ne dira pas si il oublie quelque chose, qu'il refoule quelque chose, ou qu'il y a quelque chose dans son subconscient.
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image

Avatar du membre
Natsu
Ascendant
Messages : 944
Enregistré le : 10 juin 2014, 21:09
Localisation : Aquitaine
A aimé : 39 fois
A été aimé : 128 fois

Re: Assumer son asexualité

Message par Natsu » 20 déc. 2014, 02:31

Non, le début le plus tardif de la puberté chez les hommes est à 14 ans, donc les étapes de la puberté sont achevées au plus tard à 17 ans (généralement pas plus tard que 16 ans), 15 ans chez les filles, source : http://acces.ens-lyon.fr/biotic/procrea ... berNor.htm . Ce site est complet et bien expliqué.

Je n'ai pas envie de répondre au pavé, puisque tu répètes toujours la même chose, que les jeunes ne savent rien, qu'il faut fouiller s'il n'y a pas de pathologie sous-jacente expliquant l'asexualité, etc. et je ne suis pas d'accord. Je ne suis pas d'accord non plus sur ta psychanalyse de l'asexualité. Moi aussi, je répète que lorsque l'on ne ressent pas d'attirance sexuelle pour d'autres personnes, alors que les hormones fonctionnent c'est-à-dire que l'on a des seins, des cycles menstruels, des poils pubiens, des organes génitaux développés, donc passé 15-16 ans (17 ans au plus), on est asexuel, point barre.

Si tu demandes à chaque personne de fouiller dans sa mémoire et son passé, on peut tous trouver des problèmes, et alors, conseilles-tu à chaque asexuel d'aller chez le psy ? Et crois-tu qu'un psy est un magicien qui peut effacer les problèmes comme avec une ardoise magique ? ben non, les psy ne sont pas magiciens, la meilleure chose à faire est d'apprendre à s'accepter tel que l'on est (et ceci provient d'une personne ayant côtoyé des psy), et un forum d'écoute et d'entre-aide doit aussi accepter ses membres tels qu'ils sont et non pas tels que tu aimerais qu'ils soient c'est-à-dire l'asexuel parfait ayant plus de 21 ans et sans aucun problème dans son passé.

Pourquoi dis-tu "décourager à être asexuel" ? L'asexualité est un état, comme le fait d'être droitier ou gaucher.
Il n'y a pas de test, on sait bien si on a des envies sexuelles ou pas, et si à 18 ans, on n'en a jamais éprouvé, c'est qu'on est asexuel, c'est aussi simple que cela.
Les infos sur l'aromantisme sont utiles et montrent que justement, même un membre ayant plus de 30 ans n'a pas tout compris ! Donc que le besoin d'information concerne tout le monde...
Natsu a écrit:
Et il y a plus de personnes qui deviennent asexuelles avec l'âge que l'opposé (des personnes asexuelles qui deviendraient sexuelles) !

connait tu beaucoup d'asexuel depuis suffisamment longtemps pour affirmer ça? mon expérience me montre plutôt le contraire. mais si ça reste rare, un adulte A est plus susceptible de faire erreur sur son orientation et donc rectifier son erreur en se définissant S que l'inverse. il existe de nombreuse raison de ne pas avoir d'attirance sexuel. si il y a une raison, ce n'est pas de l'asexualité (par exemple, quelqu'un qui a mal lors de relation sexuel va en avoir du dégout à force, et quand il y a dégout il y a forcément absence d'attirance. hors cette personne n'est pas asexuel, elle a juste des douleurs qui bloque son attirance. les raisons d'avoir un blocage d'attirance peuvent être physique ou psychologique, et sont nombreuse).
Sur ce forum, il y a plusieurs membres qui se sont inscrits en disant qu'ils/elles avaient eu de l'attirance sexuelle dans le passé et plus aujourd'hui (c'est aussi mon cas, grey-A dans le passé, asexuelle aujourd'hui). Par contre, je n'en ai pas vu beaucoup dire qu'ils étaient asexuels et avaient changé pour devenir sexuels (un seul membre qui a dit que c'était dû à des médicaments).
L'indication de l'asexualité est l'absence d'attirance, de désir, donc l'absence de frustration sexuelle. Le reste ne concerne pas l'asexualité.

Divine
Ascendant
Messages : 1051
Enregistré le : 29 mars 2011, 04:46
Localisation : Canada
A aimé : 59 fois
A été aimé : 41 fois

Re: Assumer son asexualité

Message par Divine » 20 déc. 2014, 04:12

Je like tout ce que tu viens de dire, mais surtout concernant la puberté. Marre de voir des gens de 16-21 ans se faire rembarrer parce qu'ils sont «trop petits» pour savoir. La sexualité ca peut être tardif dans certains cas mais faut pas déconner, la plus part des gens connaissent leur orientation sexuel à un jeune âge, les A compris.
Ça m'est égal d'être laide ou belle. Il faut seulement que je plaise aux gens qui m'intéressent.

Laco
Membre
Messages : 24
Enregistré le : 19 août 2014, 21:57
A aimé : 1 fois

Re: Assumer son asexualité

Message par Laco » 20 déc. 2014, 04:50

-
Modifié en dernier par Laco le 06 févr. 2016, 22:06, modifié 1 fois.

Zimou
Administrateur
Messages : 4995
Enregistré le : 14 oct. 2010, 14:44
Pronom : Il
A aimé : 435 fois
A été aimé : 454 fois
Contact :

Re: Assumer son asexualité

Message par Zimou » 20 déc. 2014, 06:16

Natsu a écrit :Non, le début le plus tardif de la puberté chez les hommes est à 14 ans, donc les étapes de la puberté sont achevées au plus tard à 17 ans (généralement pas plus tard que 16 ans), 15 ans chez les filles, source : http://acces.ens-lyon.fr/biotic/procrea ... berNor.htm.
Tu dis bien que c'est une moyenne. donc 17 ans c'est en moyenne l'age minimum, selon toi, ou il est possible de se définir définitivement asexuel. mais qu'en est il des personnes qui sont hors de cette moyenne, pour qui c'est plus tard? car si il y a 2% de la populations qui est hors de cette moyenne, ce qui représente vraiment très peu, ça représente quand même 50% des personnes qui n'ont pas d'attirance, seul les 50% d'entre eux sont vraiment asexuel (enfin ne le sont pas comme le sera un enfant, car entre un enfant et un ado qui n'a pas terminé sa puberté, la différence est proche : les 2 ne sont pas encore développé en totalité et changerons encore).

d'ailleurs, en faisant quelques recherche, je découvre que
Par exemple, une étude américaine de 2005 indique que parmi un groupe d'adolescents ayant tous déclaré n'avoir qu'une attirance exclusive envers les personnes de même sexe, seuls 11% d'entre eux déclaraient la même chose un an plus tard
source : (en) Ritch C. Savin-Williams, « Who’s Gay? Does It Matter? », Cornell University
donc c'est carrément pas aberrant de donner cette information à un jeune qui se définit A. et c'est pour ça que je dit qu'on peut se définir A qu’après l'adolescence, car pendant, ça change (bien plus que je le pensais d'ailleurs)
Natsu a écrit :Je n'ai pas envie de répondre au pavé, puisque tu répètes toujours la même chose, que les jeunes ne savent rien, qu'il faut fouiller s'il n'y a pas de pathologie sous-jacente expliquant l'asexualité, etc. et je ne suis pas d'accord.
Je répète la même chose car tu te contente dire que tu n'es pas d'accord sans démonter aucun de mes arguments. ceux ci sont donc toujours valable et en effet, le débat ne peut pas avancer. me contredire en disant "je suis pas d'accord" n'est pas un argument.
Natsu a écrit :Je ne suis pas d'accord non plus sur tes définitions de l'asexualité. Moi aussi, je répète que lorsque l'on ne ressent pas d'attirance sexuelle pour d'autres personnes, alors que les hormones fonctionnent c'est-à-dire que l'on a des seins, des cycles menstruels, des poils pubiens, des organes génitaux développés, donc passé 15-16 ans (17 ans au plus), on est asexuel, point barre.
Tu progresse un peu, maintenant tu dis qu'on est asexuel si on correspond à la définition, mais il faut passer un premier "test" dont tu parle, à savoir s'assurer que les hormones fonctionne, qu'on a des seins, des cycle menstruels, des poils pubiens, des organes génitaux développés, donc passé 15-16 ans (17 ans au plus). Je répondrai à ça que ce ne sont pas des argument pour dire qu'on est pas asexuel. on peu ne pas avoir de poitrine, être imberbe, avoir des problème de cycle menstruels, etc... et être quand même asexuel. mais je suis d'accord, ce sont aussi des facteur qui peuvent faire qu'on a pas d'attirance sexuel (quoi que l'absence de poitrine... pas vraiment), et comme je l'ai expliqué, il faut chercher, comprendre ce qui peut faire qu'on a pas d'attirance sexuel, et savoir si ça bloque ou non cette attirance, si sans ce facteur, on aurai de l'attirance ou pas.
Natsu a écrit :Si tu demandes à chaque personne de fouiller dans sa mémoire et son passé, on peut tous trouver des problèmes
justement! il faut les chercher, les trouver et savoir si ce souvenir ne créer pas de blocage. l'asexualité n'est pas un blocage! et ce n'est pas non plus un repaire pour ceux qui ont des blocage mais ne souhaite préfère se voiler la face plutôt que de résoudre leur problème. Je répond non pour cette raison lorsqu'on me dit que l'asexualité n'est qu'un repaire de personne malade qui ont des blocages qui veulent être rassuré en s'entendant dire que son blocage est normal pour les rassurer et les complaire dans leurs problèmes, qu'ils n'aient pas à chercher de solution et qu'ils peuvent baisser les bras. si on te pose la question, toi tu serais incapable de répondre "non", et donc de prouver que les asexuels ne sont pas des gens qui ont des problèmes, qui peuvent être soigné, et que ça n'a rien d'une orientation, seulement d'une maladie.
Natsu a écrit :conseilles-tu à chaque asexuel d'aller chez le psy ? Et crois-tu qu'un psy est un magicien qui peut effacer les problèmes comme avec une ardoise magique ? ben non, les psy ne sont pas magiciens, la meilleure chose à faire est d'apprendre à s'accepter tel que l'on est (et ceci provient d'une personne ayant côtoyé des psy)
mais accepter ce qu'on est, si on a un blocage, n’enlève rien au fait que c'est un blocage, et que ça n'a rien d'une orientation, que c'est un état qui ne permettra que d'accepter qu'on est bloqué et de dire aux autre "laisse moi tranquille, j'ai un blocage, je suis comme ça et ça changera pas" chose impossible à dire, contrairement à l'orientation qui a bien plus de légitimité pour dire ça. j'irai pas conseiller à un asexuel de consulter, je ne l'ai jamais fait moi même pour ces raisons. si on estime qu'on est capable soit même de savoir si on a eu des problèmes et savoir si ils sont générateur de blocage ou pas, je pense que c'est suffisant. bien que me concernant, mais c'est mon avis personnel, j'aimerai beaucoup voir un psy, ça me conforterais encore plus dans l'idée que je suis A si lui non plus de me trouve aucun problème ou aucun lien avec ces éventuel problème qui m'aurait retiré l'attirance sexuel. Si il trouve que j'ai un problème qui bloque assurément mon attirance sexuel, j'aurai aussi avancé dans la découverte de moi même, et j'en serais tout aussi satisfait. il n'y a rien de mal à voir un psy ça ne peut être que bénéfique dans les 2 cas (qu'il démontre que je suis A par l'absence de blocage ou qu'il démontre que je suis S par la présence d'un blocage qu'on pourra peut être lever, ou peut être pas mais ça restera un blocage et que je donc A par "choix", enfin à cause d'autre circonstance).
et enfin, je pense pas qu'un psy est un magicien qui peut effacer les problèmes comme avec une ardoise magique. un psy est un médecin qui a fait des année d'étude, qui détecte des maladies et qui peut mettre des années à les soigner. c'est pas de la magie, c'est du travail et de la science. selon toi (ou ta définition de l'asexualité), etre atteins du trouble désir hypoactif c'est être asexuel. pourtant non, c'est une maladie qui se soigne. et si quelqu'un qui est atteint de ce trouble se croit asexuel, il va pensé qu'il est normal, que tout va bien et ne doit pas se faire soigner. apres, libre à chacun de ne pas se faire soigner si ça maladie ne lui pose aucun soucis. mais il ne faut pas se cacher derrière l'asexualité pour se dire qu'il est normal et sans problème. c'est dommageable pour ceux qui sont vraiment asexuel, normaux et n'ont pas de problème.
Natsu a écrit :un forum d'écoute et d'entre-aide doit aussi accepter ses membres tels qu'ils sont et non pas tels que tu aimerais qu'ils soient c'est-à-dire l'asexuel parfait ayant plus de 21 ans et sans aucun problème dans son passé.
il n'y a pas d'asexuel "parfait" encore une fois. je sais je le répète encore, mais c'est encore quelque chose ou tu dis "je suis pas d'accord, il faut accepter les asexuel tel qu'ils sont" sans démonter le moindre argument. donc je le redit, il n'y a pas d'asexuel "parfait", soit on est asexuel, soit on l'est pas. et si c'est causé par quelque chose (l'age pour les moins de 10 ans, la douleurs pour ceux qui ont des douleurs ou problèmes physique et qui ont donc peur de la sexualité, ou psychologique pour ceux qui ont subit certaine choses qui cause des blocages) ce n'est pas de l'asexualité. ce n'est même pas un asexuel "imparfait", ce n'est juste pas un asexuel. pour le cas délicat des ado, je l'ai dit aussi à plusieurs reprise, je ne dit pas qu'ils ne sont pas A, je dit juste qu'il y a une probabilité pour que ça change. probabilité élevé quand on se définit A à 12 ans, et plus faible à 18 ans, qui ne disparait jamais totalement mais réduit de façon suffisamment significative pour avoir très peu de chance de se tromper à partir de 20 ans. et comme je l'ai dit, j'étais moi même convaincu à 19 ans d’être hétérosexuel, même si on m'avais soumis l’hypothèse du contraire (alors que je confirme aujourd'hui, avec l'expérience et la maturité, que je n'étais pas hétérosexuel), il n'est pas insensé de penser que je suis pas le seul au monde dans ce cas et qu'il est susceptible que ça arrive à pas mal d'autre personne.
Natsu a écrit :Pourquoi dis-tu "décourager à être asexuel" ? L'asexualité est un état, comme le fait d'être droitier ou gaucher.
je ne décourage pas a "être" asexuel, je vais décourager quelqu'un qui se définit trop rapidement asexuel à garder sa définition fixe. je vais l'incité à se remettre en cause et à bien réfléchir sur ce qu'il est. si après ça il se définit toujours asexuel, alors il sera qu'un peu plus sur de l’être. et si après ça il se définit S, ou qu'il découvre qu'il a un blocage sur lequel il doit réfléchir ou travailler, et la aussi c'est quelque chose de positif, même si ça l'oblige à réfléchir et ne lui permet pas le "repos" que procure l'asexualité (à savoir d'être sur qu'on est normal et que tout va bien, qu'on est pas malade ou bloqué).
Natsu a écrit :Il n'y a pas de test, on sait bien si on a des envies sexuelles ou pas, et si à 18 ans, on n'en a jamais éprouvé, c'est qu'on est asexuel, c'est aussi simple que cela.
et pourtant, tu en as énuméré quelque un de ces "test" un peu plus haut. et même la, il y a un "test", il faut se demander si on a plus de 18 ans ou pas. ton test es facile à analyser, ce n'est pas le cas de toute les questions qu'on est susceptible de se poser. c'est justement pour ça qu'on se définit pas A du jour au lendemain sans réfléchir, car si il suffisait de savoir si tu as 18 ans, on pourrait se définir ainsi asexuel en seulement quelques seconde. la FAQ contient justement certain de ces "test" qui poussent à se poser des questions.
Natsu a écrit :Sur ce forum, il y a plusieurs membres qui se sont inscrits en disant qu'ils/elles avaient eu de l'attirance sexuelle dans le passé et plus aujourd'hui (c'est aussi mon cas, grey-A dans le passé, asexuelle aujourd'hui). Par contre, je n'en ai pas vu beaucoup dire qu'ils étaient asexuels et avaient changé pour devenir sexuels (un seul membre qui a dit que c'était dû à des médicaments).
nous sommes sur un forum qui parle d'asexualité. sur le forum, il n'y a que des personne qui se pensait S et qui ont découvert l'asexualité et se sont reconnu A. la plupart ne dit pas qu'ils avaient de l'attirance sexuel, avant, il disent qu'ils avait une vision de l'asexualité différente. beaucoup disent de leurs mots qu'ils sont A depuis toujours, les autre le sous entendent souvent et c'est normal, l'orientation sexuel change rarement, contrairement à notre interprétation surtout quand on découvre l'asexualité (il est bien plus fréquent que ce soit une prise de conscience qu'un changement d'orientation). sachant qu'il n'y a que 1% des membres du forum qui se connecte chaque jour (on est 5000 inscrit, 50 visiteurs inscrit par jour), ne pense tu pas que sur les 99% qui ne se connecte plus les choses sont susceptible d'avoir changé? De plus, bien que loin d’être le plus ancien du forum, j'ai connu des A qui se sont ensuite définit S, ce qui fut même le cas pour un ancien membre de l'ancienne association AVA -pas l'actuel- (qui était plutôt jeune aussi, un peu moins de 20 ans quand il s'est définit A je crois de mémoire d'ailleurs. enfin je suis plus certain de son age mais il me semble). ceux ci, quand ils se définissent S ne viennent pas sur le forum l'annoncer. contrairement au fait de se définir A, s'affirmer S sur ce forum n'a aucun intérêt. on a aucun moyen de quantifier le nombre de A qui deviennent S vu que les A déserte généralement le forum après avoir eu leurs réponse. mais en tant qu'ancien membre ayant suivis l'histoire de certain membre du forum, je confirme qu'il y en a qui se définissent A ici mais qui après quelques mois ou années de réflexion et d'expérience changent d'opinion sur eux même. et ce n'est pas un reproche, au contraire je suis très content pour eux qu'ils se soit fixé et qu'ils sachent ce qu'ils sont de façon définitive, ce que j'incite tous à faire!
Natsu a écrit :L'indication de l'asexualité est l'absence d'attirance, de désir, donc l'absence de frustration sexuelle. Le reste ne concerne pas l'asexualité.
La définition exacte est l'absence d'attirance sexuelle pour les autres. donc pour ce qui est du désir ou la frustration, leurs présence ou absence ne concerne pas l'asexualité. et ce que ne dit pas la définition c'est que l'asexualité n'est pas une anomalie, que ce n'est pas une maladie ni la conséquence d'une anomalie ou d'une maladie. et c'est pour ces raisons que les asexuel se battent pour leur légitimité et leur visibilité. si c’était une maladie ou une anomalie, ou causé par une maladie ou une anomalie, les gens qui dise en parlant de nous "vous n'avez qu'à allez vous faire soigner" serait parfaitement légitime. et on aurai aucun droit à utiliser le terme "orientation" pour définir l'asexualité, le mot orientation impliquant que ce soit causé par rien (enfin par quelque chose non déterminable, ni modifiable, ni évaluable, vu qu'on ne sait pas ce qui cause exactement l'orientation sexuel, que rien n'a été trouvé pour le moment, la réponse actuel est donc : rien. qui n'a pas de cause identifiable.).
Divine a écrit :Je like tout ce que tu viens de dire, mais surtout concernant la puberté. Marre de voir des gens de 16-21 ans se faire rembarrer parce qu'ils sont «trop petits» pour savoir. La sexualité ca peut être tardif dans certains cas mais faut pas déconner, la plus part des gens connaissent leur orientation sexuel à un jeune âge, les A compris.
On ne dit pas qu'il est trop petit pour "savoir", on dit qu'il ne peut pas "être sur", et qu'il est pas impossible que ça change. peut être qu'il sait, mais c'est pas sur. On ne dit pas qu'il a tort, mais qu'il n'a peut être pas raison. c'est se mettre de belle oreiller et s’enfermer dans une définition que de dire le contraire. comme je l'ai mis dans l'étude plus haut, chez les adolescents seul 11% ont la même orientation entre le début de leurs adolescence et la fin (qui n'est mesuré que sur 1 ans en plus, court période pour couvrir toute l'adolescence).
Laco a écrit :j'ai fais l'effort de préciser entre guillemets : je ne parle pas de problèmes personnels ou quoi, mais pour moi au départ, le fait de ne pas ressentir d'attirance sexuelle était un problème en soi, vis à vis de mon entourage, tous S.
c'est pour avoir cette réponse que je dis ce que je dis. tu as réfléchis au pourquoi ça te posais problème, et tu as trouvé une réponse qui en effet ne peut pas impliqué que tu ne soit pas A. ce n'est pas quelque chose qui est devinable à travers ton précédent discourt, et on a même pas la possibilité de savoir si tu t'es seulement posé la question. tu te l'es posé, tu as une réponse qui a conforté le fait que tu étais A. c'est juste ce que doivent faire chaque membre qui viennent ici et qui se posent des questions, ta réponse prouve que ce que j'ai dit t'a poussé à te poser la question et à trouvé une réponse. même si tu l'as fait avant qu'on ai cette discutions, l'important c'est qu'on t'aidera mieux si on sait que tu te l'es posé, que ce soit par toi même ou en t'y poussant. si j'ai tendance à contredire ce que dira quelqu'un, c'est par parce que je sais ou je pense qu'il a tort, car je n'en sais rien, mais c'est pour le pousser à se demander lui même si il n'a pas tort.
Laco a écrit :Je me suis retrouvé dans des situations très chaude si j'ose dire, où le commun des mortels se seraient lachés (pas besoin de vous faire un dessin).
être asexuel n’empêche pas le plaisir sexuel, et n’empêche donc pas d'accepter d'avoir des relations sexuel si on nous en propose. nous sommes capable d'avoir des relations sexuel et du plaisir. le fait d’être dans une "situation chaude" et dire "non" n'est pas une caractéristique de l'asexualité et ne veux pas dire non plus que tu es A (bien que je précise quand même au cas où, ça ne veux pas dire non plus que tu ne l'es pas mais qu'il faut se poser des question pour comprendre). après ça dépend ce que t'entend par "chaud". si une femme (ou un homme) t'as fait des avances excitante (car un A est capable d'excitation, en continuant de préciser que si il n'en a pas ça ne veux pas dire qu'il n'est pas A, mais qu'il faut se poser sérieusement la question de "pourquoi") et que tu les as refusé, c'est que tu as eu une raison de le faire. et si ce fut le cas, t'es tu demandé quel était cette raison (une derniere fois, cette raison ne veux pas dire que tu n'est pas A. encore faut il la déterminer pour le savoir)?
mais tu entend peut être par "situation chaude" le fait que tu étais dans une situation où tu aurai pu profité sexuellement de femmes malgré qu'elle n'en faisait pas la demande et que tu ne l'a pas fait, c'est de l'asexualité. c'est un cas qui m'est arrivé, j'ai fini nu dans un jacusie avec 3 femmes, elle n'ont pas montré signe de vouloir aller plus loin (bien que ça ne veut pas dire qu'elle n'était pas d'accord, on peux se dire que des S ne font peut être pas ça sans aucune arrière pensé, mais on le saura jamais) et moi ça ne m'attirais pas donc j'ai rien tenté.
Laco a écrit :En ce qui concerne le "moi et le sexe on n'etait pas fais pour s'entendre", encore une fois épargne moi ta psychanalise de bazar, par pitié. C'était une façon très simple de revenir sur le fait que je n'avais pas d'attirance sexuelles, oublie ton discours, il faut le dire pas très clair et limite sectaire.
Je n'ai pas la prétention de me dire psychanalite. j'explique comment, à partir d'une "façon simple de revenir sur son asexualité" (ou une façon simple de l'expliquer, ce que font beaucoup de nouveau membre) on doit trouver qu'il y a des question à se poser et des réponses à trouver. tu t'es déjà probablement poser toutes ces questions et j’espère trouvé une réponse, nous n'avons pas le détail et, comme on le dit toujours, tu es donc le seul à te pouvoir te définir A. on te définira A par confiance, tout comme on définira un homosexuel parce qu'on aura confiance en lui quand il dira qu'il est attiré par les personnes de meme sexe que lui (et qu'il n'a pas un simple dégout du sexe opposé, causé par une mauvaise expérience par exemple, j'ai connu aussi quelques rare "homo" (des ados justement) qui se définissait ainsi pour ces raisons après de grosse crise avec un ou plusieurs de leur conjoint, connaissait quelques histoire avec les personnes de même sexe, puis redevenais hétéro quelques mois/année après, lorsque la colère contre le sexe opposé passait et que son orientation naturel reprenais le dessus sur la colère.
Laco a écrit :J'ai pas l'impression qu'on puissent prouver par a+b scientifiquement notre "situation", ou encore développer des théories philosophiques fumeuses.
Non, justement, on ne peut pas! je suis pleinement d'accord! mais si en élaborant tes propre théorie (qui seront forcement moins fumeuse que venant de quelqu'un que tu connais pas et qui te connais pas), si tu arrive à prouver par a+b que tu es asexuel, c'est que tu l'es pas! ce raisonnement prouve aussi que tu es très certainement A, puisque selon toi on ne peut pas définir la cause de l'asexualité. et je suppose que tu t'appuie sur tes propres réflexions pour dire ça, donc que tu as toi même aucune raison d’être A. ce qui prouve parfaitement que tu l'es si tu n'a toujours pas d'attirance sexuel malgré ça. car l'asexualité n'a pas de cause. c'est exactement ce qui fait un asexuel. et pas quelqu'un qui se définit comme tel (parce qu'il le pense, il croit), mais bien quelqu'un qui l'est, qui sait.

Laco a écrit :Maintenant ton exemple sur une personne qui est "totalement en dehors de la société" : encore une fois tes arguments sont lunaires. Pourquoi partir aussi loin? J'ai juste dis que l'on a pas besoin de l'experience de papy ou mamie pour savoir ce que l'on est
oui, elle sont lunaire, c'est aussi volontaire, je ne dit pas sans raison. mais il y a une limite qui se situe entre ce que je dis (que je met volontairement loin deriere la limite), et ce que toi tu dis. je dit qu'il faut un minimum de connaissance et d'expérience pour définir son orientation sexuel. avoir les connaissance de Papy ou Mamie n'est effectivement pas nécessaire. mais dans mon exemple, c'est trop peu. la question est ou est ce qu'on peut définir son orientation entre ces 2 extrêmes? et la, la question est bien plus corsé! chacun aura d'ailleurs surement un avis et des réponses différentes.
Laco a écrit :Donc si tu veux, il ne faut pas donner l'impression qu'on parle à quelqu'un d'égocentré(je ne t'accuse en rien, peut être que les mots sont mal choisis), parce que essayer de donner des chiffres ou des preuves pour comprendre ou faire comprendre quelque chose à quelqu'un, en l'occurrence l'asexualité, je trouve ça complétement déconnecté de la réalité (ce n'est que mon humble avis).
tout ce que je dis n'est pas égocentrique, ou voulais tu peut être dire "incontestable", car je ne fait qu'emettre des hypothèse dans le seul et unique but de pousser chacun à remettre leur certitude (qui ne peuvent pas en être, comme de dire qu'un ado de 18 ans est forcement capable de se définir A et qu'il ne faut pas le contredire) en question. en aucun cas quand je dis qu'un ado ne sera pas si il est A à 17 ans quand on me dit qu'il le saura forcement sans aucun doute veut dire que j'ai raison et que l'autre a tort, je dis justement ça pour faire comprendre que de dire que tous les ados connaissent leur orientation sexuel est un extrême, tout comme dire qu'aucun n'est capable de le définir à cet age. et comme je l'explique, la vérité se trouve entre les 2, c'est à dire que certain sauront se définir tôt (comme ce fut le cas pour David Jay), et d'autre ne sauront que tard. bien que la question de l'age, même si on en parle dans ce même sujet, soit encore autre chose.
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image

Avatar du membre
Natsu
Ascendant
Messages : 944
Enregistré le : 10 juin 2014, 21:09
Localisation : Aquitaine
A aimé : 39 fois
A été aimé : 128 fois

Re: Assumer son asexualité

Message par Natsu » 20 déc. 2014, 13:31

Je n'ai pas dit que l'asexualité était un blocage ou une pathologie, ce qui indique que l'asexualité n'est pas provoquée par une pathologie, c'est l'absence de souffrance lié à l'absence de sexualité et d'attirance sexuelle c'est-à-dire l'absence de frustration sexuelle, l'absence de manque. Bien sûr, on peut avoir des souffrances liées à d'autres choses, il n'y a pas beaucoup de personnes sur cette Terre n'ayant aucune souffrance.
Quant au dégoût, on peut ressentir du dégoût face au sexe justement parce que l'on est asexuel. Le dégoût est la conséquence, non la cause.

L'étude citée est incomplète : impossible de trouver les informations sur l'échantillon de base : nombre de personnes interrogées, lieux, âges, méthodologie. Je n'ai pas trop le temps de l'étudier en détail (il faudrait tout lire), mais j'ai remarqué ceci : " Over 7 years, nearly two thirds of women changed their sexual identity at least once, often because the label did not adequately capture the diversity of their sexual and romantic feelings. " On dirait que c'est une question "d'étiquette", et qu'en matière de sentiments, il est difficile de décrire et de "labelliser", ce qui se comprend tout à fait.

et non, 17 ans ce n'est pas l'âge minimum, ni la moyenne, c'est l'âge maximum de la fin de toutes les étapes de la puberté. L'âge moyen de début de la puberté c'est entre 10 et 11 ans pour les filles et 11 et 12 ans pour les garçons avec +/- un an d'écart-type, avec une fourchette 9.6-14 ans pour les garçons et 9-13.3 ans pour les filles.

Piccolo
Atrix
Messages : 1735
Enregistré le : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 113 fois

Re: Assumer son asexualité

Message par Piccolo » 20 déc. 2014, 14:12

Oui et puis ce serait oublier que l'intérêt envers la sexualité ne commence pas à partir de la puberté, loin de là. La puberté intensifie davantage cela. Sans compter l'influence de l'environnement.

Les enfants ne sont pas nécessairement asexuels, c'est juste qu'ils sont encore ignorants pour la plupart. Il n'y sont pas confrontés comme nous donc du coup tout cela n'a aucune signification pour eux.

Je parle des très jeunes enfants car à partir de 8 ans ça commence déjà parfois.

Avatar du membre
Sven L.
Aguerri
Messages : 541
Enregistré le : 05 avr. 2010, 13:32
Localisation : Belgique, petit royaume
A aimé : 2 fois
A été aimé : 10 fois

Re: Assumer son asexualité

Message par Sven L. » 21 déc. 2014, 11:15

Nos points de vue sont opposés et apparemment irréconciliables... :|

J'aimerais laisser toutefois une observation:
Si, Zimou, tu trouves que la peur est un aiguillon pour avancer, pour moi c'est un poison.
Aller à l'école avec des pieds de plomb et prendre du bullying sans que rien ne change avant le diplôme final, la peur au ventre, ne fut pas stimulant du tout pour moi.
Ça a plutôt brisé mes faibles capacités sociales et m'a isolé, et me fait encore parfois enrager face à ses souvenirs(pour rien, juste comme ça, même sans déclencheur).
La peur n'aide en rien, avoir un pistolet sur la nuque paralyse plutôt que de motiver.
Sur le chat je suis la vengeance,
Je suis la nuit,
Je suis...
Batman !

La normalité n'existe pas, surtout ici.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité