Asexualité et testostérone

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Laur4
Apprenti
Messages : 55
Enregistré le : 09 juil. 2014, 19:20
A aimé : 0
A été aimé : 0

Re: Asexualité et testostérone

Message par Laur4 »

Zimou a écrit :
Laur4 a écrit :La libido est désir tout autant que l'appétit ; ne changeons pas les mots par manque de vocabulaire, d'autant moins dans l'unique but de catégoriser.
non, la libido est aussi question d'hormone et n'est pas nécessairement que sexuel. elle peut être diminué, réduite voir supprimé par des maladies, des médicaments ou un état dépressif. l'asexualité n'a pas de lien avec tout ça. et notons que l'asexualité est l'absence d'attirance sexuel pour les autre, pas de désir. on peut avoir du désir sexuel dans le but d'avoir un enfant, ou dans le but de satisfaire son/sa partenaire, etc...
Étymologiquement il n'y a pas de différence entre libido et désire. Leurs définitions restent identiques. Vous cherchez d'autres mots. D"autre part, je ne comprends pas la complémentarité entre désir et hormone. Quelle la différence entre attirance, hormone et désir ? Pourquoi ne peut-on pas avoir d'attirance sexuelle dans le but d'avoir un enfant ?
Au final, ce que vous appelez désir reste de la volonté ?

Avatar du membre
Zimou
Administrateur
Messages : 5041
Enregistré le : 14 oct. 2010, 14:44
Pronom : Il
A aimé : 443 fois
A été aimé : 494 fois
Contact :

Re: Asexualité et testostérone

Message par Zimou »

Laur4 a écrit :Étymologiquement il n'y a pas de différence entre libido et désire. Leurs définitions restent identiques.
En réalité par vraiment. la libido est définit par la pulsion sexuel socialement parlant. mais en réalité, quand un médecin parle de libido, le plus souvent il parle de pulsion de vie. ils estiment que quelqu'un qui perd sa libido, il ne perd pas que son envie de sexualité mais l'envie d'autres choses, parfois l'envie de tout ( de sortir, de vivre, etc...)
Laur4 a écrit :Quelle la différence entre attirance, hormone et désir ?
les hormones, c'est une substance chimique. l'attirance, c'est lorsque ça t’attirais, quand tu es attiré pour faire tel ou tel chose. quand au désir, c'est lorsque tu as envie de quelque chose parce que tu en as besoin, qui provoque un sentiment de manque si ce n'est pas réalisé. c'est rare mais tu peux être attiré par quelque chose sans en avoir besoin ou envie, tu peux ne pas être attiré par quelque chose mais en avoir besoin ou envie. le plus souvent, nous sommes attiré par ce qui nous fait envie, repoussé par ce qui nous dégoute, et indifférent par ce qui ne nous attire pas ni nous dégoute. avec l'asexualité, nous sommes dans ce 3eme cas.
Laur4 a écrit :Pourquoi ne peut-on pas avoir d'attirance sexuelle dans le but d'avoir un enfant ?
j'ai justement dis le contraire, même si c'est en réalité de l'attirance pour avoir un enfant, elle peut passé par une attirance sexuel, enfin un désir de sexualité pour être plus précis.
Laur4 a écrit :Au final, ce que vous appelez désir reste de la volonté ?
la volonté c'est encore autre chose. la volonté est la faculté d'exercer un choix libre et rationnel indépendamment des tendances instinctives.
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image

Romance
Néophyte
Messages : 2
Enregistré le : 20 juil. 2014, 00:05
A aimé : 0
A été aimé : 0

Re: Asexualité et testostérone

Message par Romance »

Bonjour! J'ai exploré l'avenue de la testostérone pour expliquer mon asexualité. Car il est vrai qu'on se sent différent. Surtout que je suis en couple avec une femme et que je n'ai pas fait l'amour avec elle depuis plus de 15 ans. Des fois on se sent moins que rien car la sexualité mène le monde. C'est le saint Graal de la société. Je suis fidèle, du moins fidèlement hétéromantique. J'adore les femmes mais sans sexualité.
J'ai fait faire plusieurs tests sanguins pour vérifier mes hormones, mes glandes, ma prostate, ma glande pituitaire, ma prolactine. Pour ce qui est de la testostérone, c'est normal. Il y a eu un résultat où ma testostérone bio-disponible était basse et mon urologue m'a prescrit de la testostérone en capsule mais cela n'allait pas car j'avais des palpitations. Un autre a essayé de la testostérone en gel en disant que c'était bon rien les capsules. Même réaction cardiaque et asexualité encore. J'ai rencontré un spécialiste qui m'a fait faire des tests et là tout était normal. Mais je sais maintenant que mon asexualité n'est pas le fait de taux d'hormones bas et que j'ai toujours été comme cela.
Et j'ai rencontré une psychologue qui m'a dit que cela se pouvait et que cela était conséquent avec mes intérêts. Je n'ai pas des intérêts d'homme normal, car j'aime la poésie, la peinture, l'écriture, les fleurs, les oiseaux, l'artisanat, la nature, et je me plait d'avantage en la présence de gens sensibles et raffinés. Et il m'arrive de verser des larmes en regardant des films tristes, même Lilo et stich ou la Mélodie du bonheur. Je sais que je suis asexuel hétéromantique. Bien que je pourrais probablement être en mesure d'être asexuel homoromantique, même si je préfère de beaucoup la beauté des femmes. Et pour les nombreux tests que j'ai passé, je sais que je suis fait ainsi.
yc Montréal

Avatar du membre
Natsu
Ascendant
Messages : 946
Enregistré le : 10 juin 2014, 21:09
Localisation : Aquitaine
A aimé : 40 fois
A été aimé : 129 fois

Re: Asexualité et testostérone

Message par Natsu »

Parfois une réponse objective peut rassurer (de voir écrit noir sur blanc qu'il n'y a pas de problème), mais c'est le monde à l'envers de dire en premier lieu à une personne qu'il (ou elle, c'est pareil pour les femmes) devrait passer des tests, comme si la différence était un fléau à éradiquer. En fait, il faudrait plus de personnes comme toi sur Terre, et peut-être qu'alors ce serait les comportements machistes, bruyants, agités, ou insensibles que l'on considérerait comme étant "à soigner".
Ces utilisateurs ont aimé l’auteur Natsu pour son message :
Sven L. (20 juil. 2014, 11:26)

Avatar du membre
Sven L.
Aguerri
Messages : 541
Enregistré le : 05 avr. 2010, 13:32
Localisation : Belgique, petit royaume
A aimé : 2 fois
A été aimé : 10 fois

Re: Asexualité et testostérone

Message par Sven L. »

Des fois on se sent moins que rien car la sexualité mène le monde.
En admettant que ce soit vrai; et alors ?
Je n'ai pas des intérêts d'homme normal, car j'aime la poésie, la peinture, l'écriture, les fleurs, les oiseaux, l'artisanat, la nature, et je me plait d'avantage en la présence de gens sensibles et raffinés.
Je suis perplexe là...
Déjà, qu'est-ce qu'"un homme normal" ? La moyenne de l'humanité ? Ha ben on devrait être asiatique alors.
Ensuite: tu as tes intérêts propres et je ne vois pas en quoi/pourquoi tu les qualifie d'anormaux. Si tu es heureux avec c'est suffisant.
Si je n'ai aucun intérêt pour le foot et préfère causer de littérature, quel est le problème ?
Ces utilisateurs ont aimé l’auteur Sven L. pour son message :
~flor_vermelha~ (20 juil. 2014, 13:40)
Sur le chat je suis la vengeance,
Je suis la nuit,
Je suis...
Batman !

La normalité n'existe pas, surtout ici.

Romance
Néophyte
Messages : 2
Enregistré le : 20 juil. 2014, 00:05
A aimé : 0
A été aimé : 0

Re: Asexualité et testostérone

Message par Romance »

Oui, je comprends. Je dis homme normal parce que la société transporte une définition d'homme normal. D'homme viril testostérone. Et c'est vrai pour les femmes. Une femme féminine répond aussi à un modèle. Je suis bien maintenant dans ma peau et je n'essaie pas d'être quelqu'un d'autre. Et ma conjointe m'accepte comme je suis.
Je ne lui ai pas parlé de mes tests ni ouvertement de mon asexualité. Tous mes tests confirment que ce n'est pas une maladie ou un débalancement d'hormones. Ce n'est pas seulement ne pas avoir de libido. C'est plus que cela. Et cela est vrai aussi pour l'homosexualité. Mon fils est gai. Il a 19 ans et il le sais depuis 10 ans qu'il est comme cela. Nous sommes tous les deux gauchers, avons les mêmes goûts musicaux, littéraires et artistiques. Il a tous les signes de la présence de testostérone. Mais lui il aime les hommes. Mais lui il a des pulsions sexuelles (il me l'a dit). C'est certain que cela a aussi éveillé des questions en moi. Et ma conjointe a pensé que j'étais homosexuel. Avec raison. Pourtant il n'y a pas que cela. Tout n'est pas noir ou blanc. Elle ne connais pas cela l'asexualité. On n'en parle pas assez!

Laur4
Apprenti
Messages : 55
Enregistré le : 09 juil. 2014, 19:20
A aimé : 0
A été aimé : 0

Re: Asexualité et testostérone

Message par Laur4 »

À noter qu'il y a un second modèle de sexualité : http://fr.wikipedia.org/wiki/Comportement_%C3%A9rotique se basant sur la récompense au lieu d'un système hormonale.

Avatar du membre
Lockarius
Adepte
Messages : 174
Enregistré le : 18 août 2014, 00:43
Localisation : Sevran
A aimé : 5 fois
A été aimé : 36 fois
Contact :

Re: Asexualité et testostérone

Message par Lockarius »

Flamboy a écrit :Bonjour à tous,

Je me pose pas mal de questions sur mon asexualité. La première étant de savoir s'il ne serait pas possible de passer de A à S... Principalement pour des raisons de mise en couple qui est ma préoccupation principale en ce moment.

A ce titre, je me demandais si l'asexualité chez un homme ne pouvait pas tout simplement être lié à un déficit de testostérone (pas forcément dans tous les cas, mais au moins dans certains cas). Je ne cherche pas une réponse scientifique définitive mais plutôt des témoignages d'hommes A qui se serait penché sur la question et qui aurait éventuellement fait des dosages sanguins de testostérone.

Désolé pour l'approche un peu trop scientifique et merci de votre aide.
A priori il n'y a pas de raison qu'il y ai un lien.

En effet si la testostérone est lié à la libido (sans entrer dans le détail d'autant que je ne me souvient pas de tout), elle est aussi lié à l'apparition de ce que l'on nomme les caractères sexuels secondaires masculins à l'adolescence : pilosités, voix plus grave, modifications de l'appareils reproducteurs, traits comportementaux, ...

Et perso il suffit que je me regarde dans une glace pour savoir qu'au niveau hormonal tout est normal. Comme la plupart des mecs A je suppose. :wink:

A la rigueur on pourrait imaginer qu'un souci hormonal puisse provoquer un comportement asexuel chez certaines personnes, mais il me semble que cela n'a aucune chance d'être une explication générique.
Je suis certain que l'Humanité est capable du meilleur.
Reste à passer de la théorie à la pratique...

Répondre