"Différents", mais à quel point ?

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
Elakya
Membre junior
Messages : 12
Inscription : 30 sept. 2013, 18:26
Localisation : Montréal, QC
A aimé : 0
A été aimé : 0

"Différents", mais à quel point ?

Message par Elakya »

En lisant certains messages ici et ailleurs, j'ai remarqué que beaucoup d'asexuels se sentaient différents des autres, bizarres, "extraterrestres", etc. Je doute que l'asexualité soit la seule chose qui les différencie des "autres" (du moins, ce n'est sûrement pas le cas pour tous ceux qui se disent asexuels et se sentent différents).

Pour ma part, je me suis toujours sentie différente : je n'avais pas les mêmes intérêts que les jeunes de mon âge (que ce soit durant mon enfance ou mon adolescence), j'avais très peu voire pas d'amis, j'étais souvent isolée même dans des sorties de groupe avec l'école, j'étais (trop) souvent complimentée sur mon intelligence et certaines personnes disaient de moi que je n'étais pas humaine, étrange, etc., ce qui me faisait encore plus sentir différente.

J'ai toujours été portée plus sur des activités "mentales" que "physiques", et je ne sais pas si cela a rapport ou non avec le fait d'être asexuelle (peut-être pas, mais peut-être que oui puisque la sexualité est physique). Aussi en lisant certains posts sur ce forum, c'était comme si je redécouvrais "un autre monde", le "monde" dans lequel j'avais toujours vécu, et que soudainement plusieurs choses par rapport à moi-même s'expliquaient.

Alors finalement, je me demande : Jusqu'à quel point l'asexualité peut-elle nous différencier des autres ? Est-ce que le fait d'éprouver, ou non, de l'attirance sexuelle conditionne notre rapport au monde et aux autres (par exemple est-ce que ça change un peu ou radicalement notre vision des relations humaines) ? Ou est-ce que les asexuels qui se sentent si différents des autres ont forcément d'autres différences majeures ? Y a-t-il des asexuels qui ne se sentent pas si "différents des autres" ?
liberté30
Membre
Messages : 18
Inscription : 26 sept. 2013, 18:08
Localisation : 30 gard
A aimé : 0
A été aimé : 0

Re: "Différents", mais à quel point ?

Message par liberté30 »

Bonjour !
Il est vrai que je me suis également tjrs senti " differente " Tres souvent seule ou a l'ecart, pas eu de super amies au college ni au lycee ... ( mais rester a l'ecart ne jamais deranger je m'aclimaté tres bien de cette situation ! )
Mais apres je pense pas qu'il y est grande difference entre ns et les " s " c'est juste un point de vu different et pas les mêmes centre d'interet ... parcontre j'ai comme l'impression que ns somme plus " humain ", plus sincere, plus authentique dans nos relations ( social amicale et sentimental ) Ns somme certainement bien plus sensible ... En tout cas pour ma part ! ;-)
Bonne journee.
Avatar de l’utilisateur
Zimou
Administrateur
Messages : 5050
Inscription : 14 oct. 2010, 14:44
Pronom : Il
A aimé : 444 fois
A été aimé : 503 fois
Contact :

Re: "Différents", mais à quel point ?

Message par Zimou »

Elakya a écrit :Y a-t-il des asexuels qui ne se sentent pas si "différents des autres" ?
Oui, moi ^^
En faite, l'asexualité n'est que l'absence d'attirance sexuel pour les autres. Quand un journaliste me pose des questions, genre "voulez vous des enfants", "est ce que ça vous dégoute", etc... je répond "comme n'importe qui". la seul et unique différence que j'ai par rapport aux autre, c'est que j'ai pas besoin de relation sexuel, ça ne m'attire pas.
Après, comme tu dis, nous sommes tous différent. je me suis toujours senti différent, mais comme tout le monde je dirai. Par exemple, j'ai certaine capacité en informatique, que d'autre n'ont pas. face à ça, je me sens différent. mais on a tous des capacité que tous le monde n'a pas. donc finalement, je me sens comme tout le monde. avec mes différences.
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image
MrWise
Associé
Messages : 721
Inscription : 11 sept. 2013, 16:13
Localisation : Île-de-France
A aimé : 6 fois
A été aimé : 9 fois

Re: "Différents", mais à quel point ?

Message par MrWise »

Elakya a écrit :Pour ma part, je me suis toujours sentie différente : je n'avais pas les mêmes intérêts que les jeunes de mon âge (que ce soit durant mon enfance ou mon adolescence),
Ce dire que les A sont différents des S dès l'enfance, je ne serais te répondre. Car au final pendant l'enfance la question de sex, ( je parle bien là du passage à l'acte et non du questionnement qu'on pu avoir sur leur sexe les bigenders et autres ), n'est pas encore présente, sauf pour de rare cas qui aurait surprit leurs parents au lit, par exemple. A cette période, soit on va à l'école élémentaire, soit on joue avec les amis, on fait des activités culturelles ou physiques, etc ... Donc les différences ( flagrantes lors de cette période ) que l'on peu voir chez les enfants, sont les traits de caractères, et l'intelligence etc ...
J'en ai connu des garçons/filles à part quand j'étais jeune, qui comme toi étaient plus isolé de part leur intelligence et leur différence. C'est pourtant aux jours d'aujourd'hui des S très actifs, malgré le fait qu'il soit toujours différents d'autres personnes.
Elakya a écrit :j'étais (trop) souvent complimentée sur mon intelligence et certaines personnes disaient de moi que je n'étais pas humaine, étrange, etc., ce qui me faisait encore plus sentir différente.
On t'a fait passer le teste du Q.I ( en ce moment tout les parents le font ... ) ? Complimenter trop souvent quelqu'un sur son intelligence, surtout durant l'enfance mène souvent à l'écarter des autres. L'enfant se sent spécial par rapport aux autres enfants. Même si celui-ci ne sent rend pas forcément compte ( prise inconsciente d'une certaine supériorité ).
Et qu'est ce qui les faisait te dire que tu n'étais pas "humaine" ? Quelque chose en particulier, si je peux me permettre ?
Elakya a écrit :J'ai toujours été portée plus sur des activités "mentales" que "physiques", et je ne sais pas si cela a rapport ou non avec le fait d'être asexuelle (peut-être pas, mais peut-être que oui puisque la sexualité est physique).
Non, il n'y pas de rapport direct avec le fait d'être asexuel. Il est vrai, que le fait d'être A te permet de concentrer le temps que perdent les S à penser sex, en faisant des activités plus intellectuelles, mais bien au contraire aussi physique ( comme, natation, vélo, sport de combat ou en équipe, gym, relaxation etc ...) Le fait d'être A ne fait pas que tout se qui est physique te déplait. C'est la vie. Il y a des gens plus intellectuels et d'autres plus sportifs, ou les deux :D
Elakya a écrit :Alors finalement, je me demande : Jusqu'à quel point l'asexualité peut-elle nous différencier des autres ? Est-ce que le fait d'éprouver, ou non, de l'attirance sexuelle conditionne notre rapport au monde et aux autres (par exemple est-ce que ça change un peu ou radicalement notre vision des relations humaines) ? Ou est-ce que les asexuels qui se sentent si différents des autres ont forcément d'autres différences majeures ? Y a-t-il des asexuels qui ne se sentent pas si "différents des autres" ?
Alors, pour ma part je pense que l'asexualité nous permet de voir le monde différemment. Mais ce n'est pas notre vison globale du monde que cela change. C'est notre manière de voir les relations entres les humains qui est différentes.
Dire qu'il y a des différences majeurs entre les A et les autres, je serais pour dire que non. Car tu auras autant de réponses différentes que de personnes A. Il y en a qui te diront Oui, d'autres Non. Vu que nous sommes tous différents, et avons notre vision du monde, malgré le fait que l'asexualité nous regroupe.
Regarde toi par exemple, tu as une relation presque pourrai-je dire fusionnel avec ton ami gay. Vous vous entendez sur le plan intellectuel et vous partagez des idéaux commun, voir même des projets. Alors que si j'ai bien comprit il est S ?
Libre du désir, tu comprends le mystère.
Pris dans le désir, tu ne vois que les manifestations.
Lao Tseu
Elakya
Membre junior
Messages : 12
Inscription : 30 sept. 2013, 18:26
Localisation : Montréal, QC
A aimé : 0
A été aimé : 0

Re: "Différents", mais à quel point ?

Message par Elakya »

liberté30: ça fait plaisir de voir que je ne suis pas la seule ! Cependant je ne dirais pas que nous sommes plus humains ou authentiques dans nos relations, mais qu'elles sont différentes (et surtout contrairement à certains S, il n'y a pas de sous-entendus sexuels lol).

Zimou: Je vois. C'est parfaitement logique en fait. Et pendant que j'y pense, c'est parfaitement probable qu'au fond des S se senten "différents" aussi.
MrWise a écrit :On t'a fait passer le teste du Q.I ( en ce moment tout les parents le font ... ) ? Complimenter trop souvent quelqu'un sur son intelligence, surtout durant l'enfance mène souvent à l'écarter des autres. L'enfant se sent spécial par rapport aux autres enfants. Même si celui-ci ne sent rend pas forcément compte ( prise inconsciente d'une certaine supériorité ).
Et qu'est ce qui les faisait te dire que tu n'étais pas "humaine" ? Quelque chose en particulier, si je peux me permettre ?
Non, je n'ai pas passé officiellement le test de QI. Juste des tests "pour le fun" sur Internet et c'est vrai que j'avais un résultat plus élevé que la moyenne, mais ça ne vaut pas grand-chose. D'ailleurs même un vrai test de QI, j'aurais des doutes sur sa validité, car certaines questions sont de la connaissance générale et d'autres se basent sur une certaine logique, mais on pourrait y appliquer une autre logique qui n'est pas plus "conne" et obtenir une mauvaise réponse...
Pour le fait de "ne pas être humaine", ça dépendait des contextes. Parfois c'était parce que j'avais la peau trop blanche et je "ressemblais trop à un vampire", parfois c'était parce que j'étais "trop intelligente", parfois parce que je "faisais peur" (il est vrai que j'avais tendance à être méfiante envers les autres et d'après ce que j'ai compris ça pouvait se voir dans mon regard "glacial", d'ailleurs ça me rappelle qu'une fois je lisais un poème où il fallait essayer de mettre la bonne intonation et la bonne expression faciale, je l'ai lu "normalement" sans me forcer et le remplaçant du prof me félicitait d'avoir eu ce regard glacial...). Bref, rien en particulier, mais plusieurs petits trucs.
MrWise a écrit :Non, il n'y pas de rapport direct avec le fait d'être asexuel. Il est vrai, que le fait d'être A te permet de concentrer le temps que perdent les S à penser sex, en faisant des activités plus intellectuelles, mais bien au contraire aussi physique ( comme, natation, vélo, sport de combat ou en équipe, gym, relaxation etc ...) Le fait d'être A ne fait pas que tout se qui est physique te déplait. C'est la vie. Il y a des gens plus intellectuels et d'autres plus sportifs, ou les deux :D
C'est vrai. Mais peut-être que je suis A en partie parce que je n'aime pas trop les activités physiques et n'y suis pas inclinée (donc y compris le sexe), ce qui pourrait être le cas d'une minorité de A. Mais bon, je suis ce que je suis et j'aime ce que j'aime ^^, tant que ce n'est pas immoral le pourquoi n'est pas vraiment important.
MrWise a écrit :Alors, pour ma part je pense que l'asexualité nous permet de voir le monde différemment. Mais ce n'est pas notre vison globale du monde que cela change. C'est notre manière de voir les relations entres les humains qui est différentes.
Dire qu'il y a des différences majeurs entre les A et les autres, je serais pour dire que non. Car tu auras autant de réponses différentes que de personnes A. Il y en a qui te diront Oui, d'autres Non. Vu que nous sommes tous différents, et avons notre vision du monde, malgré le fait que l'asexualité nous regroupe.
Je suis d'accord là-dessus !
MrWise a écrit :Regarde toi par exemple, tu as une relation presque pourrai-je dire fusionnel avec ton ami gay. Vous vous entendez sur le plan intellectuel et vous partagez des idéaux commun, voir même des projets. Alors que si j'ai bien comprit il est S ?
Oui, mais pour le fait de savoir s'il est S... logiquement il l'est, mais quand j'essayais de comprendre certaines choses justement par rapport à cette attirance que j'ai pas, il me disait que le sexe n'occupait pratiquement aucune place dans sa vie, quand il parlait de celui auquel il était "peut-être intéressé" il ne "pensait pas au sexe" et là il m'a raconté qu'il "n'était plus vierge", en précisant plus tard dans la conversation que la relation sexuelle qu'il avait eu..."n'avait rien de sexuel" :shock:
MrWise
Associé
Messages : 721
Inscription : 11 sept. 2013, 16:13
Localisation : Île-de-France
A aimé : 6 fois
A été aimé : 9 fois

Re: "Différents", mais à quel point ?

Message par MrWise »

Elakya a écrit : D'ailleurs même un vrai test de QI, j'aurais des doutes sur sa validité, car certaines questions sont de la connaissance générale et d'autres se basent sur une certaine logique, mais on pourrait y appliquer une autre logique qui n'est pas plus "conne" et obtenir une mauvaise réponse...
Je ne suis pas personnellement pour le teste du Q.I, vu que pas mal de gens que j'ai rencontré l'ont fait passé à leurs enfants, juste pour se dire que ceux ci étaient spécial, alors qu'ils ne le sont pas toujours, et cela peut engendrer une certaine déception que l'enfant risque de percevoir :?
Après, non le teste du Q.I ne s'arrête pas qu'à de la connaissance générale et à la logique. Le vrai teste du Q.I se passe avec un intervenant bien sûr, généralement un psy, et comprend plusieurs niveaux ( culture, vocabulaire, mathématiques, logique, attention, mémoire, etc ... ). Et il dure assez longtemps.
Elakya a écrit :d'après ce que j'ai compris ça pouvait se voir dans mon regard "glacial", d'ailleurs ça me rappelle qu'une fois je lisais un poème où il fallait essayer de mettre la bonne intonation et la bonne expression faciale, je l'ai lu "normalement" sans me forcer et le remplaçant du prof me félicitait d'avoir eu ce regard glacial...)
Hum par rapport à ton regard glacial, tu n'as eu le droit aussi à ce que l'on te dise que tu paraissais hautaine envers les autres ?
Elakya a écrit :Mais peut-être que je suis A en partie parce que je n'aime pas trop les activités physiques et n'y suis pas inclinée (donc y compris le sexe)
Le fait d'être A, c'est de ne simplement pas être attiré sexuellement par les autres. Il n'y donc pas de rapport, en tout cas direct, avec le fait de ne pas aimer les activités physiques. En parlant de sex, une personne A, même si à la base celle ci ne ressent pas d'attirance sexuel, peut prendre du plaisir lors de l'acte. Comme tu l'as dit : " Mais bon, je suis ce que je suis et j'aime ce que j'aime ", c'est pas le fait d'être A, mais plutôt que tu es "toi", qui fait que tu n'aimes pas plus que ça les activités physiques. On a tous des préférences, des prédispositions, pour certaines activité, qu'on soit A, S, pansexuel etc ...
Elakya a écrit :là il m'a raconté qu'il "n'était plus vierge", en précisant plus tard dans la conversation que la relation sexuelle qu'il avait eu..."n'avait rien de sexuel"
En gros il n'est plus vierge, mais enfaite il est vierge ? :shock: :lol: :lol: Il aurait fait l'amour sur un plan spirituel ? pourquoi pas après tout, il y en à qui le font à travers leurs téléphones :woke:
Libre du désir, tu comprends le mystère.
Pris dans le désir, tu ne vois que les manifestations.
Lao Tseu
MrWise
Associé
Messages : 721
Inscription : 11 sept. 2013, 16:13
Localisation : Île-de-France
A aimé : 6 fois
A été aimé : 9 fois

Re: "Différents", mais à quel point ?

Message par MrWise »

Edit : le message c'est envoyé deux fois :shock:
Dernière modification par MrWise le 06 oct. 2013, 22:47, modifié 1 fois.
Libre du désir, tu comprends le mystère.
Pris dans le désir, tu ne vois que les manifestations.
Lao Tseu
Avatar de l’utilisateur
Baelfire
BadAce
Messages : 4048
Inscription : 01 oct. 2013, 21:01
Localisation : Juste ici...ou ailleurs
A aimé : 690 fois
A été aimé : 1116 fois

Re: "Différents", mais à quel point ?

Message par Baelfire »

C'est marrant parce que quand j'ai avoué à mes amis que j'étais A la réaction a été "Mais tu te rends pas compte de la chance que tu as!". Je m'attendais à tout sauf à ça XD.

Après ils m'ont expliqué que c'était super de ne pas dépendre de ça, parce que finalement c'est à cause de ce besoin omniprésent du sexe que l'on fait les plus grosses bêtises, que l'on se rend malheureux et qu'on fait des mauvais choix de vie (ou même politiques). Le sexe et le fric c'est ce qui gouverne le monde. Du coup il semblerait que pouvoir se passer de l'un des deux soit un atout majeur. Wait and see...

De là à dire que ça nous rend différents ou plus intelligents je ne sais pas. Disons que du coup on a l'esprit libre pour se consacrer à autre chose.
Image

TAGADAAAAA !!!
Avatar de l’utilisateur
Maëlle
Associé
Messages : 721
Inscription : 22 févr. 2009, 22:56
Localisation : Région Parisienne
A aimé : 0
A été aimé : 1 fois

Re: "Différents", mais à quel point ?

Message par Maëlle »

je pense que c'est le genre de réflexion qu'il ne faut pas trop creuser car on arrive vite à des notions de morales et de valeurs... :(
"Pas de jolie vie, de joli chemin si l'on craint la pluie"
Avatar de l’utilisateur
Patofeio
Agent
Messages : 788
Inscription : 29 mai 2013, 22:20
A aimé : 0
A été aimé : 1 fois

Re: "Différents", mais à quel point ?

Message par Patofeio »

Baelfire a écrit :C'est marrant parce que quand j'ai avoué à mes amis que j'étais A la réaction a été "Mais tu te rends pas compte de la chance que tu as!". Je m'attendais à tout sauf à ça XD
Ah bah si les miens pouvaient réagir comme ça XD je suis même pas sur que la moitié accepte l'existence de l'asexualité comme orientation à part entière.

Mais c'est vrai que le fait d'être assez minoritaire n'aide pas à se sentir vraiment proche des autres, surtout quand on voit à quel point on n'est pas bien accepté. Comme le dit si bien Baelfire, notre monde est tellement perverti par le sexe et l'argent que les gens n'imaginent plus se passer de l'un ou de l'autre, pourtant il est évident que ces deux notions apportent leur lot de problèmes, d'inégalités, de différences, qui aboutissent dans les deux cas à des fins parfois tragiques.
RValiasRV
Ascendant
Messages : 907
Inscription : 30 mars 2011, 01:11
Localisation : Paris
Pronom : Il/lui
A aimé : 14 fois
A été aimé : 27 fois
Contact :

Re: "Différents", mais à quel point ?

Message par RValiasRV »

Elakya a écrit :En lisant certains messages ici et ailleurs, j'ai remarqué que beaucoup d'asexuels se sentaient différents des autres, bizarres, "extraterrestres", etc. Je doute que l'asexualité soit la seule chose qui les différencie des "autres" (du moins, ce n'est sûrement pas le cas pour tous ceux qui se disent asexuels et se sentent différents).
C'est exactement le sentiment que j'ai eu en m'inscrivant sur le forum....mais il ne différait pas énormément (dans sa nature) de celui que j'ai éprouvé en découvrant d'autres forum, en participant au programme Sciences Académie.... C'est à ce titre que je trouve intéressante, voire fondamentale, importante, la remarque de Maëlle : de toutes mes expériences passées, c'est bien autour de l'asexualité sur laquelle on peut en venir sur la question des valeur le plus facilement, alors que c'est aussi le sujet où la question est la plus problématique.
Elakya a écrit :Pour ma part, je me suis toujours sentie différente : je n'avais pas les mêmes intérêts que les jeunes de mon âge (que ce soit durant mon enfance ou mon adolescence), j'avais très peu voire pas d'amis, j'étais souvent isolée même dans des sorties de groupe avec l'école, j'étais (trop) souvent complimentée sur mon intelligence et certaines personnes disaient de moi que je n'étais pas humaine, étrange, etc., ce qui me faisait encore plus sentir différente.
Ah bah c'est tout moi dans mes années collèges ! Cela avait commencé dès le primaire, mais clairement avec le recul, je pense que c'est plus le fait d'être fils de prof qui m'a fait trusté le rôle de premier de la classe que mon dégoût pour le sexe (j'ai des souvenirs allant dans ce sens, mais clairement je ne savais pas ce que c'était).
Elakya a écrit :J'ai toujours été portée plus sur des activités "mentales" que "physiques", et je ne sais pas si cela a rapport ou non avec le fait d'être asexuelle (peut-être pas, mais peut-être que oui puisque la sexualité est physique). Aussi en lisant certains posts sur ce forum, c'était comme si je redécouvrais "un autre monde", le "monde" dans lequel j'avais toujours vécu, et que soudainement plusieurs choses par rapport à moi-même s'expliquaient.
Autre évolution marrante de mon côté. Ma découverte de mon asexualité a coïncidé avec ma période de prise de conscience d'être un (on va la faire courte) «citoyen du monde», ce qui m'a amené à apporter plus d'importance à mon corps, et donc développer le physique (l'activité physique).
Elakya a écrit :Alors finalement, je me demande : Jusqu'à quel point l'asexualité peut-elle nous différencier des autres ? Est-ce que le fait d'éprouver, ou non, de l'attirance sexuelle conditionne notre rapport au monde et aux autres (par exemple est-ce que ça change un peu ou radicalement notre vision des relations humaines) ? Ou est-ce que les asexuels qui se sentent si différents des autres ont forcément d'autres différences majeures ? Y a-t-il des asexuels qui ne se sentent pas si "différents des autres" ?
Oh que oui ma vision des relations humaines a été bouleversé depuis la découverte de mon asexualité (qui a coïncidé avec ma découverte de l'asexualité...). Pour faire court, j'ai d'abord développé une vision caricaturale des S, puis mes lectures m'ont permis de redécouvrir la richesse des relations humaines, et comprendre (à un niveau personnel notamment) que je n'avais toujours pas toutes les clés pour tout comprendre, et qu'elles garderaient toujours une part de mystère...
L'homme a toujours voulu croire en quelque chose car il est difficile de croire en soi.
Répondre