La sacralisation de la pénétration.

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Léna
Affable
Messages : 145
Inscription : 11 avr. 2013, 01:25
A aimé : 0
A été aimé : 4 fois

La sacralisation de la pénétration.

Message par Léna »

En parcourant ce forum,je m étonne de quelque chose.
Ce qui m interpelle c est que l on se définisse comme asexuel-l-e (c est à dire comme n éprouvant pas d attirance sexuelle pour autrui) tout en désirant des moments de tendresse physique .
Cela fait quelque temps que j interroge sur cette façon de réduire le sexe à la pénétration et plus particulièrement au coït.
Est considérée comme vierge toute personne n ayant pas pratiqué le coït par ex.N est-ce pas aberrant?N est ce pas tout autant aberrant que cette histoire de "préliminaires"? Préliminaires à quoi? Au sacro-saint coït ,le coït qui FAIT le sexe.Tout ce qui se passer à coté ,si intense que ce soit,est relayé au rang de "préliminaires" ,de détails plus ou moins bâclés et plus moins insignifiants,de non véritablement sexuel.
Point de salut en dehors du dogme "coïtal",point de sexualité possible.
Après des années et des années d acceptation de cette vision que l on nous sert en long en large et en travers (la sexualité est coitale et génitale, obligé ,si tu ne t y soustrais pas c est que tu n aimes pas la sexualité) ,elle me semble aujourd’hui ridicule ,affreusement phallocrate ,brutale et réductrice.
Pourquoi ne peut-on pas considérer la pénétration comme une pratique sexuelle parmi d autres,ni plus ni moins importante,pourquoi définirait-elle plus le sexe que tout le reste?
Un corps ce n est pas qu un pénis ou un vagin, l intimité,l intensité ,la sexualité ce n est pas le folklore normatif que l on nous vend partout.Il y a des regards,des caresses et même des mots plus orgasmiques que bien des coïts.(d ailleurs il est intéressant de consulter le rapport Hite pour voir à quel point le coït est très loin d être orgasmique pour nombre de femmes.Il me semble aussi qu il est assez anxiogène pour certains hommes dressés dans le culte de la performance et de l érection)
Je me plais à penser que la sexualité pourrait s inventer entre compagnons et s affranchir de tous ces schémas. Je pense que la véritable libération sexuelle doit passer par la contestation de ces derniers,que la liberté sexuelle n a que peu à voir avec la pseudo subversion dont on nous assène à coups de clubs libertins,de pornographie,d échangisme,de conseils pour être "une bombe au lit" ...
Non?
"Le pouvoir ne doit pas être conquis,il doit être détruit"
Avatar de l’utilisateur
Syrina
Affable
Messages : 132
Inscription : 10 août 2008, 19:03
Localisation : 67
A aimé : 0
A été aimé : 3 fois

Re: La sacralisation de la pénétration.

Message par Syrina »

la sexualité est coitale et génitale, obligé ,si tu ne t y soustrais pas c est que tu n aimes pas la sexualité
Pourquoi ne peut-on pas considérer la pénétration comme une pratique sexuelle parmi d autres,ni plus ni moins importante,pourquoi définirait-elle plus le sexe que tout le reste?
100% d'accord. Je me suis moi aussi fais souvent cette réflexion!!!
Sexe = coit ==> pas de coit = pas de sexe, donc pas de séxualité.
Je trouve ça très réducteur.
Si on prend cette définition comme postulat de base, je suis bel et bien A, puisque je n'aime pas le coit. Encore en partant de ce postulat, il est effectivement "normal" que les S soient tant frustrés quand ils ne peuvent pas pratiquer cette forme de sexualité.

En revanche, si on élargit la définition de la séxualité aux caresses, massages, mots doux, tendresse, ... où le coit n'est qu'une pratique parmis tant d'autres, dans ce cas là, je ne me définirais aucunement comme A. Selon cette définition, je serait même très S!!! Encore, d'après cette deuxième définition, je pense que beaucoup de personnes dans ce forum ne seraient pas A, mais S.

Je n'ai d'ailleurs jamais compris pourquoi dans un couple dit "mixte" le S est privé de quoi que ce soit, mis à par le coit.... Il y a des trucs qu'il peut faire seul et coté tendresse etc il n'y a pas de restriction.
Est considérée comme vierge toute personne n ayant pas pratiqué le coït
Oui, tout à fait. Le coit par "la porte de devant" étant considéré commer le plus important. A ce propos, dans les pays musulmans, afin de rester "vierges" certaines filles pratiquent la sodomie ainsi que la fellation. Bien que n'étant plus "innocente", elles restent vierges médicalement parlant.
Avatar de l’utilisateur
Linoa
Ascendant
Messages : 908
Inscription : 17 août 2011, 02:15
A aimé : 33 fois
A été aimé : 39 fois

Re: La sacralisation de la pénétration.

Message par Linoa »

Pour une femme, ne plus être vierge désigne le fait d'avoir perdu son hymen, cet "opercule" à l'entrée du vagin. Pour un homme, c'est une notion un peu plus vaste disons, puisqu'il ne "perd" rien de symbolique comme c'est le cas pour une femme.
Avatar de l’utilisateur
Léna
Affable
Messages : 145
Inscription : 11 avr. 2013, 01:25
A aimé : 0
A été aimé : 4 fois

Re: La sacralisation de la pénétration.

Message par Léna »

Linoa a écrit :Pour une femme, ne plus être vierge désigne le fait d'avoir perdu son hymen, cet "opercule" à l'entrée du vagin. Pour un homme, c'est une notion un peu plus vaste disons, puisqu'il ne "perd" rien de symbolique comme c'est le cas pour une femme.
C est une définition absurde.Déjà parce que certaines femmes perdent leur hymen avant leur première pénétration vaginale , que d autres n en n ont pas,que d autres enfin ont des hymens dit "complaisants" qui ne se déchirent pas lors du 1er coït ou du deuxième ou du 50eme.
Par ailleurs,peut ont considérer qu une femme lesbienne qui n aurait jamais eu d expérience hétéro et n a pas de pratique sexuelles susceptibles de rompre ce fameux hymen est vierge,même si elle a par ailleurs une sexualité active??
"Le pouvoir ne doit pas être conquis,il doit être détruit"
Avatar de l’utilisateur
Enethir
Affable
Messages : 102
Inscription : 25 avr. 2013, 19:37
A aimé : 7 fois
A été aimé : 6 fois

Re: La sacralisation de la pénétration.

Message par Enethir »

J'ai eu besoin d'un peu de temps pour répondre à ces échanges. Du temps car, décidément, les mots n'ont vraiment pas la même signification pour les uns que pour les autres.
Léna a écrit :N est ce pas tout autant aberrant que cette histoire de "préliminaires"? Préliminaires à quoi? Au sacro-saint coït ,le coït qui FAIT le sexe.Tout ce qui se passer à coté ,si intense que ce soit,est relayé au rang de "préliminaires" ,de détails plus ou moins bâclés et plus moins insignifiants,de non véritablement sexuel.
Syrina a écrit :100% d'accord. Je me suis moi aussi fais souvent cette réflexion!!!
Sexe = coït ==> pas de coït = pas de sexe, donc pas de séxualité.
Je trouve ça très réducteur.
On parle bien de relation sexuelle là. Une relation au sens premier, c'est à dire « un rapport entre deux objets, personnes, notions ». Là où vous semblez concevoir uniquement la relation de deux objets (des sexes) vous oubliez les deux autres points.
Le sexe sans préliminaire est tellement fade, ça ne m'a jamais satisfait. Pourtant il y a eu coït (ce mot sonne tellement mal :roll: ). Les S recherchent donc autre chose dans l'acte sexuel que cette « simple histoire de va et vient » (expression lue sur ce forum, il y a un moment)
Syrina a écrit :Je n'ai d'ailleurs jamais compris pourquoi dans un couple dit "mixte" le S est privé de quoi que ce soit, mis à par le coit.... Il y a des trucs qu'il peut faire seul et coté tendresse etc il n'y a pas de restriction.
Ah ! Si seulement c'était si simple ! A ce moment là, plus besoin de qui que ce soit : nos mains et notre imaginations font le travail. Mais encore une fois, ce n'est pas simplement l'orgasme qui est recherché.

Se sentir désiré est vraiment important selon moi. Désirer l'autre apporte également énormément. Et c'est de ça dont il est question durant ces préliminaires, une façon (certes très physique) de dire à l'autre des choses pour lesquelles on a pas de mot. Une certaine forme d'ivresse, une abandon de soi, une acceptation inconditionnelle de l'autre et une marque de confiance sont quelques exemples de ce qui peut être recherché au travers de cet acte le plus souvent intime.

Mais tout ça, vous devez déjà l'avoir entendu. C'est une excuse, me direz-vous, pour aboutir inéluctablement à ce coït que vous abhorrez. Cessez, je vous prie, de considérer la relation sexuelle comme simple rapport d'objets, mécanique, répétitif, etc. Vous tomberiez dans le piège de la pornographie. Enfin, je le concède volontiers, de nombreux S s'y sont également fait avoir à ce fameux piège.

N'est-ce pas l'idée de soumission que vous détestez à ce point ? Plus encore que l'acte sexuel en lui même ?
Perdu
Avatar de l’utilisateur
Léna
Affable
Messages : 145
Inscription : 11 avr. 2013, 01:25
A aimé : 0
A été aimé : 4 fois

Re: La sacralisation de la pénétration.

Message par Léna »

Enethir a écrit :J'ai eu besoin d'un peu de temps pour répondre à ces échanges. Du temps car, décidément, les mots n'ont vraiment pas la même signification pour les uns que pour les autres.


On parle bien de relation sexuelle là. Une relation au sens premier, c'est à dire « un rapport entre deux objets, personnes, notions ». Là où vous semblez concevoir uniquement la relation de deux objets (des sexes) vous oubliez les deux autres points.
Le sexe sans préliminaire est tellement fade, ça ne m'a jamais satisfait. Pourtant il y a eu coït (ce mot sonne tellement mal :roll: ). Les S recherchent donc autre chose dans l'acte sexuel que cette « simple histoire de va et vient » (expression lue sur ce forum, il y a un moment)

Ah ! Si seulement c'était si simple ! A ce moment là, plus besoin de qui que ce soit : nos mains et notre imaginations font le travail. Mais encore une fois, ce n'est pas simplement l'orgasme qui est recherché.

Se sentir désiré est vraiment important selon moi. Désirer l'autre apporte également énormément. Et c'est de ça dont il est question durant ces préliminaires, une façon (certes très physique) de dire à l'autre des choses pour lesquelles on a pas de mot. Une certaine forme d'ivresse, une abandon de soi, une acceptation inconditionnelle de l'autre et une marque de confiance sont quelques exemples de ce qui peut être recherché au travers de cet acte le plus souvent intime.

Mais tout ça, vous devez déjà l'avoir entendu. C'est une excuse, me direz-vous, pour aboutir inéluctablement à ce coït que vous abhorrez. Cessez, je vous prie, de considérer la relation sexuelle comme simple rapport d'objets, mécanique, répétitif, etc. Vous tomberiez dans le piège de la pornographie. Enfin, je le concède volontiers, de nombreux S s'y sont également fait avoir à ce fameux piège.

N'est-ce pas l'idée de soumission que vous détestez à ce point ? Plus encore que l'acte sexuel en lui même ?

Je crois que tu n as vraiment rien compris...
Par ailleurs ,pour te répondre ce n est pas que j'abhorre le coït (même si il est chargé d une symbolique qui me dérange profondément,j imagine qu il peut se pratiquer dans le respect et l égalité),je le trouve surtout inintéressant. Quant à l idée de soumission,elle me fait gerber :)
"Le pouvoir ne doit pas être conquis,il doit être détruit"
Piccolo
Atrix
Messages : 1754
Inscription : 14 sept. 2011, 18:13
A aimé : 22 fois
A été aimé : 116 fois

Re: La sacralisation de la pénétration.

Message par Piccolo »

Je suis vraiment d'accord avec le message de Léna.

Il est vrai que les gens sur ce forum ont tendance à dénoncer la vision de la sexualité partagée par l'ensemble de la société, tout en raisonnant en partie comme elle. Ce qui est assez paradoxal.
Après c'est assez compréhensible, il faut dire que AVEN a un discours très "pro-sexe" et n'a d'autre volonté que de s'intégrer parmi les autres minorités sexuelles, de façon presque "ghettoïsante" d'ailleurs.

Je trouve que la description approfondie de l'asexualité selon AVEN a de quoi laisser perplexe, et je peux comprendre que les S aient du mal à trouver cela crédible. Mais bon, ça on s'en fiche un peu.

Je précise que ce n'est qu'un constat personnel, et non un jugement.
Avatar de l’utilisateur
Léna
Affable
Messages : 145
Inscription : 11 avr. 2013, 01:25
A aimé : 0
A été aimé : 4 fois

Re: La sacralisation de la pénétration.

Message par Léna »

[quote="Syrina"100% d'accord. [/quote]

Je suis vraiment d'accord avec le message de Léna.
+1
:mrgreen:
"Le pouvoir ne doit pas être conquis,il doit être détruit"
Avatar de l’utilisateur
Syrina
Affable
Messages : 132
Inscription : 10 août 2008, 19:03
Localisation : 67
A aimé : 0
A été aimé : 3 fois

Re: La sacralisation de la pénétration.

Message par Syrina »

Mais encore une fois, ce n'est pas simplement l'orgasme qui est recherché
Le sexe sans préliminaire est tellement fade, ça ne m'a jamais satisfait.
Se sentir désiré est vraiment important selon moi. Désirer l'autre apporte également énormément. Et c'est de ça dont il est question durant ces préliminaires, une façon (certes très physique) de dire à l'autre des choses pour lesquelles on a pas de mot. Une certaine forme d'ivresse, une abandon de soi, une acceptation inconditionnelle de l'autre et une marque de confiance sont quelques exemples de ce qui peut être recherché au travers de cet acte le plus souvent intime.
Eh bien justement Enethir, tu le dis toi même: le coit n'est pas tout.
Mais alors, puisqu'il n'est pas tout, pourquoi est-il obligatoire dans ce cas??? Pourquoi est-ce qu'un grand nombre d'A se font jeter par les S s'ils ne pratiquent pas ce fameux coit???
Si le coit n'est qu'une partie, ça veut dire que le fait de ne pas le pratiquer n'enlève qu'une partie. Beaucoup de A -dont je fais partie- désirent l'autre, disent à l'autre des choses pour lesquelles ils n'ont pas de mots, s'abandonnent, atteignent une forme d'ivresse ==> j'ai repris tes mots. Tout ça pendant les préliminaires (quel joli mot). Pour beaucoup d'entre nous la relation va s'arreter là, avant le coit.

Le choix des mots de Léna peut paraitre sévère des fois, mais je suis d'accord avec elle dans son raisonnement.
Avatar de l’utilisateur
Léna
Affable
Messages : 145
Inscription : 11 avr. 2013, 01:25
A aimé : 0
A été aimé : 4 fois

Re: La sacralisation de la pénétration.

Message par Léna »

Syrina a écrit :100% d'accord.
Je suis vraiment d'accord avec le message de Léna.
+1
:mrgreen:[/quote]
"Le pouvoir ne doit pas être conquis,il doit être détruit"
Avatar de l’utilisateur
Syrina
Affable
Messages : 132
Inscription : 10 août 2008, 19:03
Localisation : 67
A aimé : 0
A été aimé : 3 fois

Re: La sacralisation de la pénétration.

Message par Syrina »

Attention, je ne veux attaquer personne. Ni les A, ni les S. Chacun a le droit de pratiquer ce qu'il veut entre adultes consentants. :best: Vive le sexe!

Je trouve cependant que c'est hypocrite de dire que le coit n'est qu'une partie, que c'est vide sans les préliminaires, qu'il y a pleins d'autres choses à coté, etc..... et après de faire tout un foin quand ce coit n'est pas pratiqué.
Faut juste choisir son positionnement par rapport à la séxualité et assumer ses idées après.
Si qq'un a envie de baiser comme une bête, mais qu'il le fasse. Si en revanche la personne est plus intéressée par la tendresse, la confiance, ... à ce moment la qu'elle fasse pas ch...... avec son coit.
a un discours très "pro-sexe"
Je ne sais pas si Aven a un discours pro-sexe, en tout cas Aven n'a pas de vision dogmatique vis à vis de la séxualité et ça je trouve que c'est très bien. Après, c'est vrai que chaque membre est différent. Certains sont plus pro-s que d'autres. C'est justement ça qui est interessant dans ce genre de forum.
Avatar de l’utilisateur
Patofeio
Agent
Messages : 788
Inscription : 29 mai 2013, 22:20
A aimé : 0
A été aimé : 1 fois

Re: La sacralisation de la pénétration.

Message par Patofeio »

C'est intéréssant ce que tu dis là. Mais le problème, c'est que dans notre société (et encore plus parmi les jeunes d'aujourd'hui) le sexe n'a pour but que la pénétration et l'éjaculation masculine, sans aucune notino de tendresse... Dur dans ces cas de trouver quelqu'un qui pense encore de manière romantique...
Avatar de l’utilisateur
Linoa
Ascendant
Messages : 908
Inscription : 17 août 2011, 02:15
A aimé : 33 fois
A été aimé : 39 fois

Re: La sacralisation de la pénétration.

Message par Linoa »

Je dirai la sexualité n'a pour but que l'orgasme, la performance à tout prix, un pote me racontait qu'il avait rencontré une fille et qu'au moment d'avoir une relation sexuelle avec cette fille, il lui a dit qu'il ne pouvait pas, elle lui a dit : "je sais , je suis un mauvais coup c'est ça.. mes ex me l'ont dit "etc. :shock: :shock: Et ce pote là m'a dit que pour lui certains assurent et d'autres non, mais moi je rejette catégoriquement cette façon de parler, de bon coup etc. comme si nous étions du bétail, et évalué sur notre sexualité! non merci...
Avatar de l’utilisateur
Minerve
Membre
Messages : 22
Inscription : 06 août 2013, 23:36
A aimé : 0
A été aimé : 0

Re: La sacralisation de la pénétration.

Message par Minerve »

Je suis totalement d'accord avec le poste de Léna.

La pénétration a été tellement sacralisée, que l'on eu a coté un culte de la virginité, aujourd'hui dans certaines cultures, mais qui a été très présente en Occident pendant longtemps. Ce sont les deux faces d'une même médaille.

On est tous d'accord que biologiquement, la pénétration sert à l'émission du sperme dans un but reproductif de l'espèce humaine. Ce qui fait que j'ai du mal à croire au plaisir vaginal, je pense que c'est le clitoris qui fait tout le boulot en fait. Mais peut-etre que je me trompe.

Mais il est vrai que la société surestime la sexualité, et la compétition, pour ce qui ne devrait être qu'un loisirs. J'aimais beaucoup ce que disait Yann Moix dans ONPC "la pornographie est une parodie de la sexualité, et on a fait de la sexualité une parodie de parodie".
Avatar de l’utilisateur
Syrina
Affable
Messages : 132
Inscription : 10 août 2008, 19:03
Localisation : 67
A aimé : 0
A été aimé : 3 fois

Re: La sacralisation de la pénétration.

Message par Syrina »

Dés fois je me demande comment ça se passe dans les tribus au fin fond de l'Amazonie ou en Papouasie ou je ne sais où. Ils n'ont pas le poids de la religion, ni celui des médias en tous genres, ni le poids d'une société composée de millions de personnes... Bon, ils se "reproduisent", mais à part ça, qu'est ce qui se passe chez eux? Est-ce qu'ils ont des tabous d'ordre "sexuel"? Ont-ils un culte de la perf? Ont-ils un Kamasutra?
Répondre