Autiste et asexualité

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Avatar du membre
Drytos
Aguerri
Messages : 561
Enregistré le : 07 avr. 2017, 12:21
Localisation : Lille
Pronom : Iel
A aimé : 146 fois
A été aimé : 99 fois

Re: Autiste et asexualité

Message par Drytos »

Ah ! J'ai fais pleiiins de recherches sur les asperger, les neuro-Atypique en général, les surdoués... Déjà parce qu'en terminal, c'étais mon sujet pour un dossier que je devais monter (l'autisme)... J'avais notament vu beaucoup de témoignages et de vidéo de témoignages...Je m'étais dit à l'époque en rigolant : c'est marrant, leurs manières de penser et de raisonner, ressemble à la mienne. Je n'avais pas chercher plus loin. Mais de temps en temps au fil de mes recherches pour le plaisir (je fais pleins de recherches sur tout et n'importe quoi, et j'y passe des heures et des nuits blanches... Dommage que mes examens ne sont pas sur des sujets tel que la reproduction des escargots ou le bataillon de sacré de Thebes je serais incolable XD) je tomber sur des liens sur l'autisme parce que certains sujet que je cherchait s'en rapportaient parfois... Plus ßa allait plus je me posais des questions en me demandant si j'étais pas Asperger... Puis ma seule amie à la fac, aussi bizarre que moi, m'as sorti un jours : tu t'es jamais demandé si on été pas autistes ?...Et ma meilleurs amie en Psycho, qui a travaillée sur le spectre autistique m'as dit qu'elle me retrouvait beaucoup dans certains traits et que ßa l'aider même à me comprendre... Du coup là c'était fini, j'ai épluché jusqu'au dernier morceau tout ce que j'ai pu trouver sur le sujet, pendant des mois entier (en différenciant le vraie du faux, ßa va de soi). Et comme Tina je me suis retrouvé dans plusieurs traits autistiques... notament le fait que je ne regarde jamais dans les yeux (d'ailleurs je n'avait jamais capter qu'il fallait faire ßa XD), que je ne comprendrais jamais l'ironie et ne capte pas quand on me ment. (je comprend pas pourquoi les gens me mentiraient en fait... même quand c'est "évident" aux yeux des autres, moi je continue de douter), que je ne supporte pas les sons, les odeurs trops fort(e)s, cerrtaines matières, le contacte physique... Que mes passions ont une place énnorme dans ma vie, que mon cerveau ne puisse pas relier des points entre eux : je vois tout en "isolé" (d'où mon magnifique épouventable sens de l'orientation), que je me tord les doigts, que je me mord quand je suis en colère (charmand je vous l'accorde ^^') et aussi je sais pas gerer les sentiments... les miens ou ceux des autres. Mais comme Demeter_ j'ai un grand sens de l'altruisme.
Après voilà, je ne le suis pas officiellement, le depistage me parait un vrai casse-tête... (le gratuit) doit être dans le centre rattaché à ta ville et ßa peut prendre des années avant qu'on te rappelle... sauf que moi je suis jamais dans la même ville d'une année à l'autre ^^' donc du coup, je ne sais pas si je le suis. subjectivement je dirais oui. Mais j'oserais jamais me présenter en tant que tel, étant-donné que je ne le suis pas officiellement. Je me trompe peut-être d'ailleurs ! (même si là aussi j'ai du mal à l'admettre parce que j'ai l'impression que quand tu le sais au fond de toi... tu le sais. XD)

Enfin bref encore un pavé, je m'égard encore... je voulais pas parler de moi à la base (je vous le jure XD) mais dire qu'au cours de mes recherches, j'ai lu quelque chose qui disait que beaucoup de gens pensaient que les autistes étaient asexuels. Mais À tord, les autistes ne sont pas asexuels mais on du mal à exprimés leurs sentiments. (ou une faßon différente de les exprimé) .... Moi je nuancerais en disant que TOUS les autistes ne sont pas asexuels. J'ai d'ailleurs lu (dans le même article il me semble) qu'on trouvait beaucoup, ches les personnes au traits autistiques d'homo, bi, ect, parce que les codes socials (et l'hétéro-normativité) pèsent moins sur eux et qu'ils écoutaient simplement leurs penchant . Du coup j'ajouterais : dans ce cas asexuel également... Puis-ce que l'asexualité est aussi une minorité sexuel. Et s'ils peuvent être homo, bi ou autre, je vois pas pourquoi ils ne pourraient pas être asexuel. Il faut juste éviter l'amalgame : les autistes sont asexuels... Mais je pense que ßa peut aussi être lié parce qu'ils ont une manière de penser différentes de la "norme". du coup, le sexe dans la tête de quelqu'un neuro-atypique n'as pas forcément la même place que dans la tête des neuro-typique... Moi par exemple, très tournés vers l'intellect et la raison, je trouve le sexe plutôt ridicule et beaucoup d'effort pour rien... Je pense que certaines personnes neuro-atypique peuvent aussi raisonner comme ßa, ou d'une faßon similaire...
Ces utilisateurs ont aimé l’auteur Drytos pour son message :
eulalie00 (04 sept. 2017, 23:39)

Nate
Membre junior
Messages : 12
Enregistré le : 04 sept. 2017, 22:10
A aimé : 2 fois
A été aimé : 5 fois

Re: Autiste et asexualité

Message par Nate »

En fait, théoriquement être autiste et être ace n'ont pas de lien. On trouve des autistes de toutes orientations sexuelles.
D'un côté, d'accord, le fait que notre cerveau soit câblé différemment peut influencer notre perception de nous même et des autres, donc d'un certain point de vue, ça aurait pu jouer un rôle dans nos orientations, mais en réalité pas tant que ça, je crois.
On a juste apparemment moins tendance à réagir et à être influencés par les pressions sociales/sociétales (l' "injonction au sexe", à se marier, à être en couple, à ci ou ça,...).
Ces utilisateurs ont aimé l’auteur Nate pour son message (3 au total) :
eulalie00 (04 sept. 2017, 23:39) • PassionA (05 sept. 2017, 08:14) • Drytos (08 sept. 2017, 11:26)
Loup Neuro-A

Avatar du membre
Evy
Adepte
Messages : 153
Enregistré le : 02 janv. 2018, 21:34
Localisation : à quelque part...
A aimé : 44 fois
A été aimé : 33 fois

Re: Autiste et asexualité

Message par Evy »

Je viens réanimer la discussion.
Tout d'abord, je suis Asperger diagnostiquée officiellement mais en Suisse, donc pas d'histoire de CRA. D'ailleurs je ne comprends pas pourquoi c'est si compliqué chez vous... Il n'y a pas besoin de tout savoir sur une personne pour faire un diagnostique... Mais mon diagnostique a été fait une fois par une psychiatre pas spécialisée puis une deuxième fois par un psychologue spécialisée dans l'autisme.
yuna22 a écrit :
08 févr. 2017, 21:02
Et pour le diagnostic, comme je suis allée chez une psychologue, pour l'instant non ce n'est pas encore officiel mais j'irais très prochainement chez un médecin pour l'officialiser. Je vis en Suisse et ici nous n'avons pas les CRA. Il existe bien un centre spécialisé à Lausanne (et Genève aussi je crois) avec une équipe pluridisciplinaire mais quand je leur ai téléphoné je me suis faite remballée, car ils ne s'occupent que les enfants!
Oh ils n'ont pas été très gentil avec toi, mais c'est vrai ils ne s'occupent que des enfants, mais parce que les adultes Asperger avaient déjà leur lieu sur Lausanne avant que le centre pour les enfants existe. Si tu veux je peux te donner le contact, mais l'attente peut être longue vu que c'est le lieu des Asperger adultes pour toutes la suisse romande. Mais là-bas pas de test acharnés sur plusieurs jours comme en France. Mais des tests qui sont fait au rythme de la personne.

Pour ceux qui veulent un bon petit exemple de ce qu'est vraiment le syndrome d'Asperger, il y a la BD la différence invisible qui suit toutes les étapes du moment où la complication de vie arrive jusqu'à ce que le diagnostique soit accepté d'une jeune femme Asperger en France, donc avec un diagnostique dans un CRA. La BD est très bien faite et très vite lue, même si elle paraît très épaisse pour une BD.

Pour résumer le spectre autistique, c'est pour parler des autistes qui sont considéré comme une ligne avec des personnes tout au long, d'ailleurs officiellement (je ne sais pas pour la France vu qu'elle est souvent blâmée pour son retard en matière d'autisme) le therme Asperger n'existe plus, même s'il est encore largement utilisé, officiellement nous sommes autistes. Et cela parce qu'il n'y a plus de frontières comme avant sur le spectre autistique.

Ensuite, un Asperger peut tout à fait avoir de l'empathie, simplement il ne sait souvent pas comment l'exprimer, par exemple c'est arrivé plein de fois où je savais que je devais dire quelque chose, que j'avais envie de dire quelque chose, mais que je n'y arrivais pas.

Et pour finir, il y a une relation entre Asperger et l'asexualité, mais pas celle citée. En fait, chez les Asperger, il y a un moins grand pourcentage d'hétérosexuel, et un plus grand pourcentage de toutes les autres orientations sexuelles, par rapport au pourcentage chez les personnes non-autistes. Et cela est dû à une différence de la vision du genre.
Ces utilisateurs ont aimé l’auteur Evy pour son message (2 au total) :
Olib (08 janv. 2018, 11:47) • Thyatira (08 janv. 2018, 12:44)
Telle une plume, je me suis laissée envolée par delà les frontières de ce forum et suis en train de revenir sur mes pas.

Avatar du membre
Mamoy
Membre
Messages : 27
Enregistré le : 07 nov. 2017, 21:32
A aimé : 15 fois
A été aimé : 5 fois

Re: Autiste et asexualité

Message par Mamoy »

Evy a écrit :
08 janv. 2018, 11:27
Pour ceux qui veulent un bon petit exemple de ce qu'est vraiment le syndrome d'Asperger, il y a la BD la différence invisible qui suit toutes les étapes du moment où la complication de vie arrive jusqu'à ce que le diagnostique soit accepté d'une jeune femme Asperger en France, donc avec un diagnostique dans un CRA. La BD est très bien faite et très vite lue, même si elle paraît très épaisse pour une BD.

(...)

Et pour finir, il y a une relation entre Asperger et l'asexualité, mais pas celle citée. En fait, chez les Asperger, il y a un moins grand pourcentage d'hétérosexuel, et un plus grand pourcentage de toutes les autres orientations sexuelles, par rapport au pourcentage chez les personnes non-autistes. Et cela est dû à une différence de la vision du genre.
Salut Evy !
Juste une petite remarque sur ce que tu dis (rien de méchant hein). :)
Ta formulation des choses laisse à penser qu'il n'existe qu'une seule vérité au sujet du syndrome d'Asperger ("ce qu'est vraiment le syndrome d'Asperger", "il y a une relation (...) mais pas celle citée"). Ce n'était peut-être pas ton intention, mais si c'est ce que tu penses, je me permets de te diriger vers un autre livre sur le syndrome, Asperger et fière de l'être d'Alexandra Reynaud, et plus précisément une citation :
"Il y a autant de façons d'être Asperger qu'il y a d'autistes Asperger"
Donc je pense que même si tu vois l'asexualité plutôt liée à la différence de vision du genre, d'autre peuvent l'associer à autre chose, une hypersensorialité par exemple.
Ces utilisateurs ont aimé l’auteur Mamoy pour son message :
clotaire (08 janv. 2018, 15:31)

Avatar du membre
yuna22
Adepte
Messages : 182
Enregistré le : 28 août 2012, 00:15
Localisation : Suisse
A aimé : 0
A été aimé : 6 fois

Re: Autiste et asexualité

Message par yuna22 »

@ Evy

Merci pour le contact! (Ah tiens je ne m'attendais pas à croiser un autre membre aspie et suisse sur ce forum! ^^) Mais ce n'est plus nécessaire, étant donné que j'ai pu trouver le médecin qui a validé mon diagnostic entretemps!

Quant à cette histoire d'empathie c'est une notion assez complexe, mais de là à dire que les autistes en sont dépourvus...Les clichés ont la vie dure malheureusement! :x Et il faut distinguer l'empathie cognitive (liée à la théorie de l'esprit = capacité à se représenter les états mentaux d'autrui de façon "intuitive", voir test Sally et Anne pour en savoir plus: https://fr.wikipedia.org/wiki/Test_de_Sally_et_Anne) et émotionnelle (ressentir les états affectifs d'autrui) et ce serait cette première qui nous ferait défaut: https://fr.wikipedia.org/wiki/Empathie

Et je confirme pour la BD elle est vraiment très bien faite! :)

Je suis aussi inscrite sur le forum Asperansa et participe aussi régulièrement à des rencontres entre aspies (au cas où tu serais intéressé tu peux m'envoyer un mp) et il me semble que les A chez les autistes sont relativement rares, même si ils semblent un peu plus nombreux que chez les neurotypiques.
Mais sur ce forum je constate en lisant les témoignages des personnes qu'il y a pas mal qui sont autistes où du moins qui en ont certains traits et je trouve ça assez troublant.

Avatar du membre
Evy
Adepte
Messages : 153
Enregistré le : 02 janv. 2018, 21:34
Localisation : à quelque part...
A aimé : 44 fois
A été aimé : 33 fois

Re: Autiste et asexualité

Message par Evy »

Mamoy a écrit :
08 janv. 2018, 15:08
Salut Evy !
Juste une petite remarque sur ce que tu dis (rien de méchant hein). :)
Ta formulation des choses laisse à penser qu'il n'existe qu'une seule vérité au sujet du syndrome d'Asperger ("ce qu'est vraiment le syndrome d'Asperger", "il y a une relation (...) mais pas celle citée"). Ce n'était peut-être pas ton intention, mais si c'est ce que tu penses, je me permets de te diriger vers un autre livre sur le syndrome, Asperger et fière de l'être d'Alexandra Reynaud, et plus précisément une citation :
"Il y a autant de façons d'être Asperger qu'il y a d'autistes Asperger"
Donc je pense que même si tu vois l'asexualité plutôt liée à la différence de vision du genre, d'autre peuvent l'associer à autre chose, une hypersensorialité par exemple.
Je ne pense pas qu'il n'y a qu'une façon d'être Asperger, loin de là, j'ai rencontré pas mal d'Asperger et pour le moment il n'y a qu'une personne qui je trouve me ressemblait. Par contre je suis une personne difficile à convaincre et le lien entre hypersensorialité et sexualité, je ne le fais pas, ou plus exactement, je ne le fais plus. Simplement parce que pour moi c'est deux choses complètement différentes. Je fais partie des hypersensibles et je n'ai commencé à faire de vrai câlins à mes proches que depuis cet été, mais maintenant j'en fais dès que j'en ai l'occasion, ça ne me dérange plus et ce n'est pas parce que je ne suis plus une hypersensible.
Ce qui me dérange c'est que je ne vois pas le lien entre hypersensible et ne pas ressentir d'attirance sexuelle pour les autres, je comprends très bien que l'hypersensorialité peut mener à ne pas avoir de contact physique, mais il y a des hypersensibles qui ont une attirance sexuelle, pour moi c'est vraiment deux choses différentes, je ne suis donc pas d'accord avec cette théorie et ne pas avoir de contact physique parce que le toucher est trop de sensation n'est pas une personne qui n'a pas d'attirance sexuelle.
Après, pour moi les thermes ont un sens précis, d'ailleurs je n'ai pas compris ce qu'est l'aromantisme parce que chacun me semble avoir sa définition et que personnellement j'y mettrai plusieurs thermes différents.
Telle une plume, je me suis laissée envolée par delà les frontières de ce forum et suis en train de revenir sur mes pas.

Avatar du membre
Mamoy
Membre
Messages : 27
Enregistré le : 07 nov. 2017, 21:32
A aimé : 15 fois
A été aimé : 5 fois

Re: Autiste et asexualité

Message par Mamoy »

Evy a écrit :
08 janv. 2018, 20:45
Ce qui me dérange c'est que je ne vois pas le lien entre hypersensible et ne pas ressentir d'attirance sexuelle pour les autres, je comprends très bien que l'hypersensorialité peut mener à ne pas avoir de contact physique, mais il y a des hypersensibles qui ont une attirance sexuelle, pour moi c'est vraiment deux choses différentes, je ne suis donc pas d'accord avec cette théorie et ne pas avoir de contact physique parce que le toucher est trop de sensation n'est pas une personne qui n'a pas d'attirance sexuelle.
Après, pour moi les thermes ont un sens précis, d'ailleurs je n'ai pas compris ce qu'est l'aromantisme parce que chacun me semble avoir sa définition et que personnellement j'y mettrai plusieurs thermes différents.
En fait, pour comprendre pourquoi je parle de l'hypersensorialité, il ne faut pas se concentrer sur le mot Asexualité en soi mais plutôt sur le "spectre asexuel" (viewtopic.php?f=13&t=7727). Une hypersensorialité peut mettre mal à l'aise en ce qui concerne la sexualité et expliquer "l'apothisexualité" (dégoût).

Avatar du membre
Evy
Adepte
Messages : 153
Enregistré le : 02 janv. 2018, 21:34
Localisation : à quelque part...
A aimé : 44 fois
A été aimé : 33 fois

Re: Autiste et asexualité

Message par Evy »

yuna22 a écrit :
08 janv. 2018, 19:19
Merci pour le contact! (Ah tiens je ne m'attendais pas à croiser un autre membre aspie et suisse sur ce forum! ^^) Mais ce n'est plus nécessaire, étant donné que j'ai pu trouver le médecin qui a validé mon diagnostic entretemps!
C'est cool que tu aies trouvé un médecin pour te faire le diagnostique, ils sont rares :D
yuna22 a écrit :
08 janv. 2018, 19:19
Quant à cette histoire d'empathie c'est une notion assez complexe, mais de là à dire que les autistes en sont dépourvus...Les clichés ont la vie dure malheureusement! :x Et il faut distinguer l'empathie cognitive (liée à la théorie de l'esprit = capacité à se représenter les états mentaux d'autrui de façon "intuitive", voir test Sally et Anne pour en savoir plus: https://fr.wikipedia.org/wiki/Test_de_Sally_et_Anne) et émotionnelle (ressentir les états affectifs d'autrui) et ce serait cette première qui nous ferait défaut: https://fr.wikipedia.org/wiki/Empathie
Désolée, mais encore une fois je ne suis pas d'accord, je l'aurais été avant mes années de thérapie, mais maintenant je ne peux plus l'être. Je ne me sens pas manquer d'empathie bien au contraire, pendant longtemps j'avais du mal à l'exprimer mais j'ai passé tellement de temps en thérapie à apprendre que j'éprouve de l'empathie pour les autres. D'ailleurs le test de Sally et Anne a été fait sur des enfants, ce serait intéressant de le refaire sur des adultes après plusieurs années de thérapie, je ne pense pas que le résultat serait le même, autrement ça voudrait dire qu'une thérapie ne sert à rien.
yuna22 a écrit :
08 janv. 2018, 19:19
Et je confirme pour la BD elle est vraiment très bien faite! :)
Oui je trouve aussi :)
yuna22 a écrit :
08 janv. 2018, 19:19
Je suis aussi inscrite sur le forum Asperansa et participe aussi régulièrement à des rencontres entre aspies (au cas où tu serais intéressé tu peux m'envoyer un mp) et il me semble que les A chez les autistes sont relativement rares, même si ils semblent un peu plus nombreux que chez les neurotypiques.
Mais sur ce forum je constate en lisant les témoignages des personnes qu'il y a pas mal qui sont autistes où du moins qui en ont certains traits et je trouve ça assez troublant.
On va me prendre pour celle qui n'aime rien et qui n'est jamais d'accord, mais je n'aime pas la conception du forum Asperensa, je le trouve peu ordonné, un peu brouillon, du coup je m'y suis jamais inscrite.
Pour les rencontres, je faisais partie d'un groupe de compétences il y a quelques années, mais finalement j'ai arrêté d'y aller. Je faisais des rencontres un temps, mais je n'y trouve plus ce que je veux. Je suis toujours ouverte si jamais mais j'avoue que je trouve peu de gens avec qui je me lie vraiment et j'ai besoin de ce lien affectif pour me sentir proche et avoir envie de passer du bon temps avec cette personne.
En fait, je n'ai jamais réussi à vraiment m'entendre sur le long therme avec des personnes Asperger, sauf mon papa bien sûr.
C'est vrai que sur ce forum il y a des gens qui ont vraiment les caractéristiques des Aspergers, d'autres qui s'en rapproche et d'autres qui ont raison de douter, mais ça ne me trouble pas du tout.
Telle une plume, je me suis laissée envolée par delà les frontières de ce forum et suis en train de revenir sur mes pas.

Avatar du membre
Evy
Adepte
Messages : 153
Enregistré le : 02 janv. 2018, 21:34
Localisation : à quelque part...
A aimé : 44 fois
A été aimé : 33 fois

Re: Autiste et asexualité

Message par Evy »

Mamoy a écrit :
08 janv. 2018, 21:05
En fait, pour comprendre pourquoi je parle de l'hypersensorialité, il ne faut pas se concentrer sur le mot Asexualité en soi mais plutôt sur le "spectre asexuel" (viewtopic.php?f=13&t=7727). Une hypersensorialité peut mettre mal à l'aise en ce qui concerne la sexualité et expliquer "l'apothisexualité" (dégoût).
Ha dans ce cas, je comprends beaucoup mieux :)
En effet l'hypersensorialité peut mener à une certaine forme d'asexualité alors, si on prend le terme dans tout son sens
Telle une plume, je me suis laissée envolée par delà les frontières de ce forum et suis en train de revenir sur mes pas.

Avatar du membre
yuna22
Adepte
Messages : 182
Enregistré le : 28 août 2012, 00:15
Localisation : Suisse
A aimé : 0
A été aimé : 6 fois

Re: Autiste et asexualité

Message par yuna22 »

Ben moi je l'ai passé ce test de Sally et Anne, pas curiosité et je l'ai échoué. Maintenant je connais la réponse mais ce n'est pas intuitif, je l'ai intellectualisée. Quant à savoir si tu réussirais le test, difficile à dire...Mais si il s'avère que ce n'est pas le cas et que tu le rates aussi, je ne pense pas qu'il faille remettre ta thérapie en cause. A mon sens ça me parait très difficile de faire apprendre qqch qui serait "intuitif", donc difficilement transmissible en terme de connaissance (attention je ne cherche surtout pas à te juger en disant ça, au contraire, j'essaye avant tout de comprendre. je préfère le préciser car à l'écrit c'est parfois délicat!).
Ce qui n'empêche pas qu'à force de s'entraîner ça devient plus facile de deviner les intentions des gens, car avec l'expérience on constate que les schémas se répètent souvent et on peut ensuite faire des recoupements avec telle ou telle situation,...mais (enfin là je parle pour moi vu que chaque personne, autiste est différente et le vit à sa manière) il y a toujours un arrière plan de réflexion et ça fatigue plus comme ce n'est pas automatique. Surtout si ce sont des gens que je ne connais pas et/ou avec lesquels je ne peux pas être moi-même car je dois d'abord cerner leurs modes de fonctionnement.

Et pour le forum je comprend. J'avoue que je ne poste plus grand chose dessus et passe plus de temps à faire des rencontres, j'y ai noué quelques liens d'amitié, donc oui si une fois le coeur t'en dis n'hésite pas à me contacter! Par contre je n'y suis jamais allée à ce groupe de compétences et je n'en ai pas reçu d'échos vraiment positifs...

Avatar du membre
Evy
Adepte
Messages : 153
Enregistré le : 02 janv. 2018, 21:34
Localisation : à quelque part...
A aimé : 44 fois
A été aimé : 33 fois

Re: Autiste et asexualité

Message par Evy »

Le test de Sally, je l'avais réussi avant d'en parler, histoire de vérifier mes propos...
Telle une plume, je me suis laissée envolée par delà les frontières de ce forum et suis en train de revenir sur mes pas.

Avatar du membre
yuna22
Adepte
Messages : 182
Enregistré le : 28 août 2012, 00:15
Localisation : Suisse
A aimé : 0
A été aimé : 6 fois

Re: Autiste et asexualité

Message par yuna22 »

Intéressant, donc cette "intuition de l'esprit" peut bel et bien être acquise.

Avatar du membre
Evy
Adepte
Messages : 153
Enregistré le : 02 janv. 2018, 21:34
Localisation : à quelque part...
A aimé : 44 fois
A été aimé : 33 fois

Re: Autiste et asexualité

Message par Evy »

Et oui :D

Mais ça demande beaucoup de travail, ça fait 10 ans que j'ai eu mon premier diagnostique et 6 ans que j'ai changé pour avoir un suivi de meilleur qualité. 6ans une fois par semaine avec un intérêt spécifique qui s'est développé autour de la thérapie et un haut potentiel. Par contre, je ne sais toujours pas suivre une balle des yeux :oops:
Telle une plume, je me suis laissée envolée par delà les frontières de ce forum et suis en train de revenir sur mes pas.

Avatar du membre
yuna22
Adepte
Messages : 182
Enregistré le : 28 août 2012, 00:15
Localisation : Suisse
A aimé : 0
A été aimé : 6 fois

Re: Autiste et asexualité

Message par yuna22 »

Ah oui tu l'as depuis plus longtemps que moi ton diag ( :lol: ) et tu as de la chance d'avoir une si bonne thérapie! :)
Je suis aussi haut potentiel, quoique je n'aime pas trop me définir ainsi du fait que mon QI est hétérogène (QI verbal nettement plus élevé que le non-verbal) et même si je suis plutôt assez douée dans certains domaines. Comme la plupart des personnes autistes j'ai surtout appris sur le tas. Mon parcours est assez particulier, je ne vais pas entrer dans les détails, sinon ça va faire un roman. Dans mon enfance j'ai vu pas mal de psys mais des mauvais (pour la plupart) partisans des théories psychanalytiques qui rejetaient la faute sur ma mère en lui disant que mon comportement "psychotique" était sans doute lié à son manque d'empathie et ça la faisait culpabiliser encore plus. Comme si ce n'était déjà pas suffisamment dur pour elle!...Inutile de dire qu'après ça il m'a fallu du temps pour oser frapper à la porte d'un psy spécialiste de l'autisme. Surtout qu'en plus en grandissant j'avais énormément progressé et malgré mes difficultés je me sentais un peu illégitime à faire cette démarche diagnostique. Et comme je doute sans arrêt, ça n'a pas aidé non plus!

Et pour en revenir à cette "intuition sociale" ou empathie (je ne sais pas trop comment la nommer) que tu as acquise je trouve ça fascinant, mais malgré tout, comme tu es née ainsi, ton fonctionnement reste de type autistique. Est-ce que les relations sociales ont tendance à te fatiguer malgré tout, à plus haute dose? Parfois, mais peut-être que je me trompe, j'ai l'impression qu'à force d'avoir tellement compensé et appris à parler de la pluie et du beau temps quand c'est nécessaire, que je ne suis pas si autiste que ça malgré mon hypersensibilité au bruit, surtout lorsque je suis en compagnie d'une seule personne où il y a moins de choses à gérer. Et je suis aussi nettement moins anxieuse qu'il y a quelques années car je sais plus à quoi m'attendre (même si je suis loin d'avoir de grandes compétences sociales!)...Enfin je dis peut-être ça en ce moment car je suis actuellement dans un bon environnement. Je ne suis pas tellement sollicitée socialement ces derniers temps et je peux rester seule longtemps chez moi à me consacrer à mes activités et les seules personnes que je vois sont des personnes qui me comprennent pour la plupart. Alors je n'ai pas ou presque pas à faire semblant!

Mais bientôt je commencerais une nouvelle formation et pourrais très vite déchanter, car j'ai aussi tendance à oublier ces périodes de stress intense, passé un certain temps. Surtout que comme je viens de l'expliquer je me trouve dans un bon environnement.

Avatar du membre
Evy
Adepte
Messages : 153
Enregistré le : 02 janv. 2018, 21:34
Localisation : à quelque part...
A aimé : 44 fois
A été aimé : 33 fois

Re: Autiste et asexualité

Message par Evy »

Ne t'inquiètes pas, en général la vie des Aspergers est faite de parcours particulier, la mienne aussi et je ne compte pas ma première thérapie dans les années qui m'ont servi, je suis tombée sur une mauvaise psy, c'est dur d'en trouver un bon

Tout mon fonctionnement est celui d'un autiste, j'ai seulement acquérait des compétences que je n'avais pas avant. Les relations sociales m'épuisent, en fait elle me fatigue encore plus qu'avant, sur le moment je suis tout é fait apte à tenir la discussion dans un petit groupe en en "imposant" ma personnalité particulière, mais je suis devenue très observatrice et voir tout ce qui s'y passe me fatigue énormément, j'aime vraiment la solitude, je m'y sens bien. C'est pourquoi je ne vois que les gens que j'apprécie vraiment, sauf obligations bien sûr.

Pendant un temps, j'ai aussi douté, je ne me reconnaissais plus comme Asperger, je me disais oui, mais si je maîtrise si et ça qu'est-ce que ça fait de moi et j'en parlais à mes psy, qui me disaient oui vous êtes Asperger et finalement au fil de ma thérapie j'ai acquis de nouvelle compétence qui font que lorsque j'observe les gens, je me dis, non moi je n'ai jamais eu ce comportement, je ne me reconnais pas là dedans et même des ha bon, ça c'est considéré comme normal?! Et finalement je suis revenue à me trouver non pas Asperger, therme que j'utilise de moins en moins, car les gens n'ont pas conscience des vrais difficultés que l'on rencontre quand on dit que l'on est Asperger, les médias en ont trop parlé en positif, mais autiste. Car oui j'ai toutes les caractéristiques d'un autiste sauf le retard mental, en gros c'est cela la définition d'Asperger.

Par contre, je suis très anxieuse, mais cela est aussi dû au fait que je suis aussi schizophrène et que je ne peux pas m'attente à ce qui va se passer dans ma tête, en fait quand je suis dans la rue, j'ai l'impression que tout le monde parle en mal de moi, maintenant j'arrive à savoir que c'est faux, mais ça me fatigue encore plus, parce que ça demande beaucoup d'adaptation.

Tu verras avec le temps tu n'auras plus à faire semblant, c'est un long chemin d'acceptation de soi, mais en fait les gens qui nous aime, nous aime pour ce que nous sommes avec nos qualités et nos défauts, une fois que l'on a trouvé ces personnes, il n'y a plus d'intérêt à ne pas se montrer soi-même pour être apprécié, de toute manière nous ne sommes pas bon pour faire semblant et de mon expérience c'est les personnes avec qui j'ai le plus essayer de faire semblant qui m'ont le moins aimée.

Je me trouve aussi dans un bon environnement, mais j'ai fait une formation est c'était dur, autant la matière apprise ne m'a jamais posée problème, autant le contact avec les autres était dur et la fatigue et le stress étaient vraiment présents. Je ne dis pas cela pour te décourager, seulement qu'il faut passer par là, après tu verras dans quel environnement tu seras. En fait tu fais quoi comme formation? Des études, une formation en école ou une formation en entreprise ou dans un milieu spécialisé?
Telle une plume, je me suis laissée envolée par delà les frontières de ce forum et suis en train de revenir sur mes pas.

Répondre