Ma vie, mon travail et l'asexualité

Vous voulez parler -ou entendre parler de l'asexualité ? Faites-nous part de ce qui vous passe par la tête, comment vous ressentez votre asexualité, votre relation aux autres, comment tout ceci influence votre vie.
Répondre
Zyos
Néophyte
Messages : 3
Enregistré le : 07 août 2012, 21:37

Ma vie, mon travail et l'asexualité

Message par Zyos » 06 oct. 2012, 21:08

Bonjours à tous, je ne sais pas vraiment si c'est la bonne partie du forum pour venir partager un petit morceau de ma vie que bien évidemment tout mon entourage ignore.

Voila donc je vous plante le décors:

Je vie dans le sud (J'ai 22 ans), vous savez les plages, les piscines ainsi que tout qui s'en dégage l'été...je parle bien évidemment du sexe. En effet, pendant 3 mois de l’année, tout le monde est en "chasse" ou en "ébullition" face à ce florilège de femmes toutes plus dénudées et belles les unes que les autres. La période que vous vous en doutez je déteste par dessous tout, car tout les amis ou la famille te pousse à sortir pour aller "draguer" (A croire que si on ne drague pas, on perd sont temps).

Mais ça, ce n'ai rien, non non, depuis quelques années maintenant je travaille tout les étés pour diverses raisons mais surtout pour des raisons économiques vous l'aurez bien compris et dans ce domaine on a pas toujours le choix surtout quand il faut finir de payer ses études, j'ai donc depuis 2 ans trouvé un taff en tant que barman mais pas n'importe où, au Cap d'Agde, dans un camp naturiste, dans un bar qui est une boite de nuit libertin/échangiste.

Dans cet endroit où le sexe (et l'argent) prime sur tout, où les gens ne viennent que pour une seule est même chose, tout ce passe bien car tout ce que je peux voir (et j'ai pu assister à toutes les scènes possibles et imaginable) me laisse indifférent au possible après cela reste un taff de barman la seule différence c'est que tout le monde couche avec tout le monde dans tout les coins de la salle.

Où est le souci alors me direz vous, si mon boulot ce passe bien, bha c'est tout ce qui a autour. Le soir après le boulot, le staff, donc que des personnes de mon ages pour la plupart, partent dans d'autres boites du camp pour eux aussi ce transformer en client et donc aller coucher avec tout ce qui bouge et c'est là que ça coince.

Car oui, allez expliquer à tout le monde pourquoi quand tout vos collèges sortent pour aller voir des filles aussi belles et attirantes que celles que l'on vois dans les magazines vous, vous vous en foutez complètement et que vous n'avez aucune envie de prendre part à ce genre de chose. Le matin, quand on ce rejoins tous et que bien sur en "bon mâle qui ce respecte" chacun raconte la soirée torride qu'il a passé la veille et vous au milieu qui ne dis rien...et quand viens votre tour de raconter la soirée bha ....rien

Donc je sors souvent des excuses (fatigué, rdv avec d'autres amis, repas de famille..) mais arrivent à un moment où les critiques fusent du genre: "Mais arrête sérieux t’a rien fait hier ? t'es pd c'est pas possible ta vus ces bombes de partout et toi tu t'en fou ?" et ça...tout le temps.

Mais ça ne s’arrête pas à mes collèges, mes amis aussi quand ils apprennent que je travaille la bas me disent "Alors !? t’a du baiser comme un sauvage tout l'été non !?" haaaaa bha non, et je réponds des trucs du genre "non mais avec le taff, j'avais autre choses en tête". Et c'est vrai qu'au bout d'un moment c’est relativement lourd...
J'ai l'impression d'être en marge de la société, quand si je dis que telle ou telle personne, sexuellement parlant me laisse indifférent d'être quelqu'un de "pas normal".

Un jours, peux être, les gens auront l'esprit ouvert et je ne recevrais plus de réflexion...

Leila
Membre
Messages : 18
Enregistré le : 15 sept. 2011, 00:16
A été aimé : 1 fois

Re: Ma vie, mon travail et l'asexualité

Message par Leila » 07 oct. 2012, 01:24

Je dirais que tu travaille dans un lieu extrêmement sexualisé et que de fait, ta différence se marque encore plus avec les S (et te fait encore plus souffrir)... Là deux solutions, soit leur mentir en inventant des conquêtes, soit changer de travail, les deux n'étant pas évident... Il me semble que de faire un "coming out" face à des gens qui sont très portés sur la choses comme tes collègues ne t'apportera qu'encore plus de mépris. En tout cas bon courage à toi.

Avatar du membre
Eresh
Amibe
Messages : 98
Enregistré le : 31 août 2012, 09:17
Localisation : Paris
A été aimé : 1 fois

Re: Ma vie, mon travail et l'asexualité

Message par Eresh » 07 oct. 2012, 01:45

Zyos a écrit :Donc je sors souvent des excuses (fatigué, rdv avec d'autres amis, repas de famille..) mais arrivent à un moment où les critiques fusent du genre: "Mais arrête sérieux t’a rien fait hier ? t'es pd c'est pas possible ta vus ces bombes de partout et toi tu t'en fou ?" et ça...tout le temps.

Mais ça ne s’arrête pas à mes collèges, mes amis aussi quand ils apprennent que je travaille la bas me disent "Alors !? t’a du baiser comme un sauvage tout l'été non !?" haaaaa bha non, et je réponds des trucs du genre "non mais avec le taff, j'avais autre choses en tête". Et c'est vrai qu'au bout d'un moment c’est relativement lourd...
Mon conseil n'est peut-être pas bon, car je suis assez asocial et surtout très maladroit en société ; mais à ta place, j'enverrais chier violemment quiconque se montrerait aussi désagréable à mon égard. Qu'on te laisse tranquille, bowdayl ! Tu as ton intimité, et nul n'a le droit de te juger ! Ce domaine relève du strictement personnel ; par conséquent, SEULES les personnes qui te comprennent réellement - ou que tu juges capables de te comprendre réellement - devraient recevoir de toi une réponse autre qu'un "oui" ou "non" lapidaire et ne laissant aucune place à la discussion.

Je n'affirme pas que cela règlera tous tes problèmes - j'ai bien conscience de l'aspect extrême de ta situation. Vraiment, ça ne doit pas être facile... Mais, à mon avis, tu ne devrais pas te laisser faire. Voilà le principal : choisis tes interlocuteurs.
Pour en savoir plus sur moi, c'est ici !

Avatar du membre
Aède
Affable
Messages : 121
Enregistré le : 10 févr. 2010, 14:16

Re: Ma vie, mon travail et l'asexualité

Message par Aède » 07 oct. 2012, 02:30

Arf, je compatis, cela doit être vraiment dur à supporter. Je ne sais pas trop quoi te dire de manière pratique... Essayer de trouver un travail dans un milieu moins "extrême" sur ce plan ?
Plus abstraitement - et je conçois bien que ces notions abstraites rencontrent un réel social qui en diminuent la portée :
1/ Les gens n'ont pas le droit de te forcer à révéler ce qui relève de ton intimité.
2/ Tu as donc parfaitement le droit de refuser de répondre à tes collègues, et tu n'as pas à inventer d'excuse ou d'alibi. Et si ça les embête, tant pis pour eux (tu es dans ton droit, pas eux). Tu peux leur rappeler, gentiment ou pas, que ce ne sont pas leurs affaires, et que tu es leur collègue, pas leur copain.
3/ Tu n'as pas à te sentir "culpabilisé" de quelque manière que ce soit, même si cela revient à un éloignement par rapport à tes collègues. Sur ce coup, ils sont plutôt bêtes.
Mais ça ne s’arrête pas à mes collèges, mes amis aussi quand ils apprennent que je travaille la bas me disent "Alors !? t’a du baiser comme un sauvage tout l'été non !?" haaaaa bha non, et je réponds des trucs du genre "non mais avec le taff, j'avais autre choses en tête". Et c'est vrai qu'au bout d'un moment c’est relativement lourd...
Là, c'est plus difficile, et je ne sais pas trop quoi répondre. Je suppose qu'il peut y avoir un problème de compatibilité à la longue avec de tels amis, et que leur parler de l'asexualité n'est pas vraiment recommandable si tu sens qu'ils ne sont pas disposés à te comprendre. C'est, j'ai fini par le comprendre, le point difficile dans les relations amicales des asexuels qui sont pour le reste relativement "normaux" (je dis cela [aucune nuance péjorative, bien sûr], parce que je n'en fais pas partie, comme certains autres ici, puisque l'asexualité est loin d'être ma seule différence majeure). Il faut que tu voies si c'est ponctuel, mais lourd, ou assez constant et difficilement supportable, et à partir de là, réfléchir...
J'ai l'impression d'être en marge de la société, quand si je dis que telle ou telle personne, sexuellement parlant me laisse indifférent d'être quelqu'un de "pas normal".
Ah, les fameux problèmes avec le normal, l'anormal... Il faut que tu considères ces mots pour ce qu'ils sont, dans leur sens rationnel, statistique, avant tout.

Edit : Arf, le scrit phpbb2 de ce forum est en perdition :shock:

Beliefs
Adepte
Messages : 248
Enregistré le : 01 janv. 2012, 23:14

Re: Ma vie, mon travail et l'asexualité

Message par Beliefs » 07 oct. 2012, 11:48

Hello Zyos,

La bienvenue à toi. Toujours agréable de voir des gens comme toi débarquer : Belle mentalité, beau phrasé.

Milieu hostile que voilà. A ta place, je ne mentirais pas, je n'essaierais pas de trouver des excuses parce que, même si tu le fais pour éviter des remarques désobligeantes, tu n'as pas à taire ce que tu es. Donc lorsqu'ils parlent de leurs exploits (hier soir,en marchant dans la rue, j'ai vu un idiot qui racontait à ses potes sa soirée torride avec trucmuche qu'il a prise dans tous les sens, ses potes se marraient et lui en rajoutait des couches, j'avais juste envie de le baffer), tu t'éclipses parce que ça t'intéresse pas et que tu connais la chanson. Quand ils te demandent ce que toi t'as fait, tu peux simplement répondre que c'est ton jardin privé. S'ils te traitent de pd, tu peux les casser facilement en retour. Du genre "Ton cerveau de primitif a juste trouvé ça à répondre?" Ils vont te juger de bizarre, d'anormal, oui bé tant pis c'est eux qui sont perdants. Ils pensent trouver bonheur dans leur façon de vivre, grand bien leur fasse. Contre l'arme de la normalité sexuelle, il y a l'arme de l'intelligence, et bon, si je devais choisir sachant malgré tout la solitude qu'implique l'asexualité, et bien je choisirais l'intelligence. On peut être les deux oui, c'est peut-être encore mieux :lol: (car la sexualité est saine pour la santé physique et mentale, qu'elle augmente les interactions sociales).

Zyos
Néophyte
Messages : 3
Enregistré le : 07 août 2012, 21:37

Re: Ma vie, mon travail et l'asexualité

Message par Zyos » 07 oct. 2012, 14:04

Salut à tous et merci d'avoir pris un peu de votre temps pour lire mon post et y répondre.

Je suis quelqu'un qui dans la vie de tout les jours à bcp de tchatche et qui sur des sujets relativement sensible j'arrive à noyer le poisson, mais nous le savons tous, dans la société actuelle "l'habit fait le moine" oui oui je n'ai pas fait d'erreur dans cette expression.
C'est comme ça c'est un fait et c'est justement ce qui complique énormément les choses car dans la théorie de l'évolution toute personnes différente du "groupe" est considérée comme faible et est donc mise souvent inconsciemment à l'écart. A l'heure actuelle tout est dictée par le sexe dans nos relations (je parle des relations de tout les jours) donc quand vous essayez de dire que vous n'adhérez à leurs système il vous regarde comme un martien.


Mon dernier exemple en date est un très bonne amie à moi, je suis aller passer 1 semaines chez elle et donc je dormais dans sont lit. Au bout d'une semaine elle m'a fais savoir que c'étais agréable de dormir avec une personne qui ne cherche pas à tout pris à lui sauter dessus (elle est très séduisante), je lui raconte donc mon penchant pour le sexe, comme quoi cela ne m'attire pas forcément car elle pensait que j'étais gay. Depuis ce jour là, je ressent clairement qu'il y a limite un malaise entre nous car elle ne "comprends" pas..

Je suis effectivement en train comme vous me le suggérer "d'envoyer chier" les gens qui me pose trop de question mais...c'est un sujet à prendre avec des pincettes.

Avatar du membre
Aède
Affable
Messages : 121
Enregistré le : 10 févr. 2010, 14:16

Re: Ma vie, mon travail et l'asexualité

Message par Aède » 07 oct. 2012, 14:25

je lui raconte donc mon penchant pour le sexe, comme quoi cela ne m'attire pas forcément car elle pensait que j'étais gay. Depuis ce jour là, je ressent clairement qu'il y a limite un malaise entre nous car elle ne "comprends" pas..
Oui, c'est hélas le problème, étant donné que beaucoup de gens ne comprennent pas vraiment l'asexualité, qui, de surcroît, est tout sauf connue du grand public... Hélas, avec certaines personnes, la compréhension ne viendra pas, mais c'est leur problème, et il ne faut pas se culpabiliser...
A l'heure actuelle tout est dicté par le sexe dans nos relations (je parle des relations de tous les jours) donc quand vous essayez de dire que vous n'adhérez à leurs système il vous regarde comme un martien.
Il y a des personnes et des milieux où c'est moins présent, voire absent - évidemment, ce ne sont pas les plus "populaires" et les plus extraverties.
Donc lorsqu'ils parlent de leurs exploits (hier soir,en marchant dans la rue, j'ai vu un idiot qui racontait à ses potes sa soirée torride avec trucmuche qu'il a prise dans tous les sens, ses potes se marraient et lui en rajoutait des couches, j'avais juste envie de le baffer)
J'aimerais te dire "Permission accordée", Beliefs :mrgreen: Sérieusement, ils ne se rendent pas compte de leur bêtise, de leur idiotie, et du fait qu'ils parlent souvent de leur "conquête" (arg, ce terme...) comme d'un instrument... :ouhla: :roll:

Zyos
Néophyte
Messages : 3
Enregistré le : 07 août 2012, 21:37

Re: Ma vie, mon travail et l'asexualité

Message par Zyos » 29 mai 2013, 21:00

Bonjour à tous, presque un ans après ma première intervention ici je viens vous donnez de mes "nouvelles" après avoir suivit vos conseils et donc le fait d'annoncer à mes proches ma façon d'être. Je me permet donc de faire "renaître" ce post pour permettre peux-être à certains d'y trouver quelques réponses.

Donc le pari pour moi n'était pas gagné d'avance, ayant un père relativement "macho" et des ami(e)s pour qui le sexe fait office de pilier dans leur vie. Je voyais très bien depuis un moment que tout autour de moi les "on dit" fleurissaient, que de vieux sous-entendus étaient soulevés et que comme par hasard quand la question des "femmes" était posée, les regards ce tournaient vers moi.

Bref... ils étaient tellement fins que j'avais l'impression d'avoir à faire à des éléphants dans un magasin de vaisselle vous voyez ?
Comment m'y suis-je pris ?

C'est simple, Albert Einstein a dit un jour "Dans l'univers tout n'est qu'histoire de point de vue"

Partant de là, je me suis dis que quoi que l'on soit ou quoi que l'on fasse il y aura forcément des personnes qui ne partagerons pas mon point de vue donc un peu plus ou on peu moins... J'ai donc, pendant un repas, pris la parole après une fausse question sur mes "aventures". Et d'un air posé du genre "tout vas bien" limite étonné que les gens soient aussi con de n'avoir rien remarqué j'ai répondu:

"Bah oui, c'est normal que je n'ai pas de copine je suis asexuel voyons"

Pourquoi ai-je donné cette réponse sur ce ton ? Par ce que je suis parti du principe qu'une personne qui ne lâche pas l'affaire avec ce genre de sujet c'est une personne qui réagis comme un enfant.

Exemple: Un enfant tombe et ce cogne. Si on s’affole et que l'on ce précipites vers lui en criant, l'enfant va pleurer encore plus car il va penser qu'il y a quelques choses de grave ou vas voir qu'on s'occupe de lui donc il va en rajouter une couche. Alors que si on le regarde et on lui di calmement du genre "Allllllez c'est rien voyons tu es un grand garçon, regarde il n'a rien ton genou ! allé hop hop hop" on va naturellement transmettre ce coté calme et le petit va ce calmer de suite"


Là c'est pareil, si je m'étais mis en colère du genre "Quoi ? mais occupez vous de votre cul !" il y aurait eu un hic et ils auraient pensés "S'il ce met en colère ça veut dire que c'est un sujet sensible donc un tabou donc quelque chose de peu répandu donc un problème" (en gros)

Alors que là...ma réponse fût tellement...naturelle que j'ai "dédramatisé" (bien qu'il n'y est rien de dramatique hein) le sujet et fait comprendre que c'était limite eux qui n'étaient pas comme tout le monde car inculte de ne pas connaître ce genre de chose.
Après un petit "blanc" j’entends un "Ha bon ?!" s’échapper du fond de la table j'ai donc enchainé avec un "Oui, j'en avais mare d'avoir des relations avec le chien on c'est disputés donc maintenant c'est fini" Voila histoire de leurs faire comprendre qu'en plus de mes orientations qui ne les regardent pas, leurs questionnement est complètement débile.

Bref, à ce niveau là ça passe ou ça ....bah c'est passé, tout simplement car il suffit d'un déclic dans la tronche des gens pour qu'ils réalisent que la différence chez les êtres humains n'existent qu'au niveau de la connerie.

Voila, je ne dis pas que ma méthode est la meilleure mais voici (globalement) comment j'ai procédé avec mon entourage. Maintenant on ne me pose plus de questions...ENFIN.

Zimou
Administrateur
Messages : 4991
Enregistré le : 14 oct. 2010, 14:44
Pronom : Il
A aimé : 435 fois
A été aimé : 454 fois
Contact :

Re: Ma vie, mon travail et l'asexualité

Message par Zimou » 29 mai 2013, 22:01

tu as eu une réflexion et une réaction intelligente. c'est bien pour toi que ça se soit passé ainsi ^^ merci pour ton témoignage, qui sera surement utile pour ceux qui veulent en parler, expliquant qu'il ne faut pas se braquer ni s’énerver mais le dire calmement ^^
La définition de l'asexualité est "une personne qui ne ressent d'attirance sexuelle pour personne". Cependant, vous seul pouvez décider quel terme vous convient le mieux.
Image

Avatar du membre
Patofeio
Agent
Messages : 788
Enregistré le : 29 mai 2013, 22:20
A été aimé : 1 fois

Re: Ma vie, mon travail et l'asexualité

Message par Patofeio » 30 mai 2013, 18:03

Zyos a écrit :j'ai donc enchainé avec un "Oui, j'en avais mare d'avoir des relations avec le chien on c'est disputés donc maintenant c'est fini"
Oh putain, merveilleux :')

Plus sérieusement, ton post est très intéressant et rejoint pas mal ce que je pense également. Ca me réconforte aussi beaucoup de voir que des personnes ont pu en parler et surtout, qu'on leur ait foutu la paix.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité